Suivez-nous
JT Barrett JT Barrett

Conférence Big Ten

Preview 2016 : Conférence Big Ten

De retour parmi l’élite du College Football après plusieurs années de disette, la conférence Big Ten sera l’un des centres d’intérêt de cette saison 2016. Derrière des Buckeyes d’Ohio State revanchards qui font figure de favoris, trois programmes peuvent prétendre au titre de conférence : Michigan, Michigan State et Iowa.

Crédit photo : Blade/Andy Morrison

Publié

le

Prédictions 2016 dans la conférence Big Ten

Champion 2016 : Ohio State.
Champion de division East : Ohio State.
Champion de division West : Iowa.
MVP : QB J.T. Barrett, Ohio State.
Meilleur joueur offensif : RB Saquon Barkley, Penn State.
Meilleur joueur défensif : LB Jabrill Peppers, Michigan.
Freshman de l’année : WR Donnie Corley, Michigan State.

Toute la semaine, The Blue Pennant vous proposera des previews des principaux programmes de la conférence Big Ten. Voici le calendrier des publications :
Iowa Hawkeyes
Wisconsin Badgers.
Penn State Nittany Lions
Ohio State Buckeyes
Michigan Wolverines
Michigan State Spartans

Tour d’horizon dans la conférence Big Ten

Un retour au sommet

Après une période difficile entre 2005 et 2012, la conférence Big Ten a fait son retour parmi l’élite du College Football. Elle a remporté au moins cinq bowls au terme des saisons 2014 et 2015 après avoir réussi cet exploit une seule fois entre 2000 et 2013. Pour la première fois depuis 1999, six programmes de la Big Ten ont conclu une saison dans le Top 25 de l’Associated Press et les six programmes ayant atteint le plateau des 10 victoires en 2015 ont permis d’établir un nouveau record qui datait de 2009. Enfin, Ohio State (2014) et Michigan State (2015) ont participé aux premiers College Football Playoffs. Qu’on se le dise : « the Big Ten is back ».

Des airs de NFL

Si la conférence Pac-12 a la réputation d’être l’antichambre de la NFL concernant les coachs (Pete Carroll, Chip Kelly) ou d’accueillir d’anciens coachs de la ligue professionnelle (Jim Mora), c’est bien la conférence Big Ten qui aura des airs de NFL en 2016.

Depuis deux saisons, plusieurs anciens coachs de franchises professionnelles ont posé leurs valises dans la Big Ten. Tout a débuté en décembre 2014 lorsque Mike Riley (ex-San Diego Chargers) a accepté de succéder à Bo Pelini pour diriger Nebraska. Quelques semaines plus tard, Michigan mettait la main sur le charismatique Jim Harbaugh (ex-San Francisco) qui avait mené les 49ers à trois finales de conférence NFC d’affilée et à une participation au Super Bowl.

L’intersaison 2016 a confirmé la tendance. Deux anciens des Bucs de Tampa Bay ont fait leur arrivée dans la Big Ten. Après deux années sabbatiques, Greg Schiano a accepté de devenir le coordinateur défensif d’Ohio State tandis que Lovie Smith n’aura pas tardé à rebondir après son renvoi de janvier dernier en donnant son accord à Illinois pour prendre le poste de head coach.

Un calendrier à neuf matchs de conférence

Alors que la conférence Big Ten vient tout juste de conclure un nouveau contrat TV avec ESPN et Fox Sports, elle ajoutera à son « produit » un match supplémentaire à partir de septembre prochain. Pour la première fois depuis 1984, chaque programme aura 9 matchs de conférence à son calendrier. Les universités de la division East joueront 5 matchs à domicile contre seulement 4 pour celles de la division West. Ce sera l’inverse en 2017.

Jusque-là réservé aux affrontements hors-conférences (ou aux cupcakes contre la FCS), le mois de septembre sera marqué par quatre matchs intra-conférence (Michigan-Penn State, Rutgers-Iowa, Michigan State-Wisconsin, Northwestern-Nebraska). Totalement inhabituel. Ainsi, la conférence Big Ten s’inscrit dans une évolution qui touche l’ensemble des autres conférences du Power Five.

Après deux années de matchs « crossover » déséquilibrés, la saison 2016 proposera quelques belles affiches. Wisconsin et Michigan se rencontreront pour la première fois depuis 2010. Les Badgers seront également opposés à Michigan State et Ohio State (ouch !). Northwestern rendra visite aux Spartans et aux Buckeyes. Ces derniers seront les hôtes des Cornhuskers de Nebraska au mois de novembre et Iowa jouera contre Penn State et Michigan deux semaines consécutives. Du grand spectacle en perspective !

« Cornerbacks conference »

A partir de septembre prochain, la conférence Big Ten ne comptera qu’un seul quarterback ayant réussi plus de 3000 yards à la passe l’an passé (QB Tommy Armstrong Jr, Nebraska), un seul running back avec plus de 1100 yards au sol accumulés en 2015 (RB Justin Jackson, Northwestern) et aucun receveur ayant capté plus de 70 réceptions la saison dernière. Mais où seront les playmakers ? Au poste de cornerback.

Le dernier vainqueur du Jim Thorpe Award, CB Desmond Iowa (Iowa) était en tête de la conférence Big Ten en 2015 avec un total de 8 interceptions qui lui a valu une sélection unanime dans l’équipe All-American.

La révélation de la saison passée dans la défense de Michigan, CB Jourdan Lewis (20 passes défendues, 2 interceptions en 2015), sera également fidèle au poste au sein de la défense des Wolverines. Northwestern a perdu CB Nick VanHoose mais son compère de l’an passé, CB Matthew Harris, est de retour tout comme l’opportuniste CB William Likely III à Maryland et le flamboyant CB Rashard Fant à Indiana (22 passes défendues en 2015). 2016 sera l’année des cornerbacks dans la Big Ten.

Une conférence qui sait conserver ses talents

Trente-et-un joueurs sélectionnés dans les équipes All-Big Ten en 2015 dont onze dans la 1ère équipe All-Conference feront leur retour en 2016. Michigan mène le bal avec 3 joueurs honorés l’an dernier de retour la saison prochaine (TE Jake Butt, WR Jehu Chesson, CB Jourdan Lewis). Indiana peut même compter sur la fidélité de deux joueurs plusieurs fois primés (OG Dan Freeney et K Griffin Oakes). Six des joueurs récompensés par des trophées la saison passée ont choisi de faire un comeback en 2016 : LB Jabrill Peppers (Michigan, meilleur freshman), CB Desmond King (Iowa, meilleur cornerback), TE Jake Butt (Michigan, meilleur tight-end), K Griffin Oakes (Indiana, meilleur kicker), P Sam Foltz (Nebraska, meilleur punter) et PR William Likely (Maryland, meilleur returner)

Nos prédictions

Division East

1. Ohio State Buckeyes (12-1, 7-1 Big Ten en 2015)
Bien que le retour de six titulaires seulement représente le plus faible total d’un programme du Power Five, les Buckeyes n’ont pas changé leurs objectifs : le titre de conférence et une place en College Football Playoff. L’an passé, l’attaque a débuté la saison avec difficulté mais le retour de QB J.T. Barrett au poste de titulaire a permis aux Buckeyes de réussir plus de 40 points lors de leurs deux dernières sorties. Une saison complète de l’ancien MVP offensif de la conférence Big Ten devrait permettre aux jeunes running backs et receveurs de monter en puissance sans pression. La défense s’est fait pillée par la NFL au cours du printemps mais plusieurs défenseurs de talent ont su attendre leur tour. La faculté de coach Urban Meyer de passer d’une génération à l’autre sans baisse de régime sur le terrain sera testée notamment lors des deux déplacements à Michigan State et Oklahoma. Toutefois, la présence du leader QB J.T. Barrett et le fait de recevoir Michigan à Columbus (Ohio) pourrait faire la différence en faveur des Buckeyes.

2. Michigan Wolverines (10-3, 6-2 Big Ten)
En 18 mois seulement, coach Jim Harbaugh a transformé les Wolverines en de sérieux candidats pour le titre de champion de conférence Big Ten et pour une éventuelle place en College Football Playoff. La perte du coordinateur défensif D.J. Durkin (parti à Maryland, voir plus bas) sera compensée par l’arrivée de Don Brown (ex-Boston College), qui bénéficiera du retour de 6 titulaires au sein d’une défense dominante en 2015. La ligne défensive et le secondary ont le potentiel pour faire partie des meilleurs au niveau national. Dès la première saison de coach Jim Harbaugh, l’attaque des Wolverines s’est améliorée et le prochain quarterback (QB Wilton Speight ou QB John O’Korn transféré de Houston en 2015) aura le soutien de plusieurs playmakers offensifs (RB De’Veon Smith, WR Jehu Chesson, TE Jake Butt). A part ce poste de quarterback, tout semble en place pour que Michigan égale son total de victoires de l’an passé (10). Le match du 26 novembre prochain à Columbus (Ohio) contre Ohio State pourrait décider le champion de division Big Ten East.

3. Michigan State Spartans (12-2, 7-1 Big Ten)
Après avoir remporté au moins 11 victoires par saison depuis 2010, coach Mark Dantonio a des attentes élevées pour ses Spartans mais sa capacité à recharger les batteries sera mise à l’épreuve en 2016. Michigan State a perdu 6 titulaires sélectionnés dans les équipes All-Big Ten dont QB Connor Cook, leur leader offensif. Trouver un successeur à ce dernier sera la priorité du coach des Spartans… mais la marche s’annonce haute pour le prochain QB avec la perte de trois titulaires sur la ligne offensive dont LT Jack Conklin. Le favori, QB Tyler O’Connor devrait s’appuyer sur un solide groupe de running backs mené par le prometteur RB L.J. Scott. Défensivement, l’expiration de l’éligibilité de DE Shilique Calhoun laisse un grand vide au sein d’une défense qui devrait rester dominante grâce au retour des deux stars montantes, DL Malik McDowell et MLB Riley Bullough. Toutefois, les Spartans ont probablement perdu trop de talent durant l’intersaison pour rester dans la course au titre de division Big Ten East, et ce, même si les Buckeyes d’Ohio State et les Wolverines de Michigan feront le déplacement à East Lansing cet automne.

4. Penn State Nittany Lions (7-6, 4-4 Big Ten)
La pression monte sur coach James Franklin. Pour sa 3ème saison à la tête des Nittany Lions, il devra réduire l’écart qui ne cesse de se creuser avec les rivaux de Penn State que sont Michigan, Michigan State et Ohio State. Pour se faire, il a remplacé ses deux coordinateurs offensif et défensif et il pourra compter sur trois classes successives de recrutement dans le Top 25. Les performances de la ligne offensive – encore ! – et du nouveau quarterback seront déterminantes. Bonne nouvelle pour les Nittany Lions : le successeur de QB Christian Hackenberg, QB Trace McSorley, sera soutenu par le meilleur running back de la conférence Big Ten, RB Saquon Barkley. C’est surement en défense que le défi sera le plus important : les leaders DT Austin Johnson et DE Carl Nassib sont partis pour la NFL. Grâce à 7 matchs à domicile et un calendrier de conférence Big Ten favorable, les Nittany Lions peuvent espérer faire mieux que les 7 victoires remportés chaque année depuis trois ans.

5. Indiana Hoosiers (6-7, 2-6 Big Ten)
Les Hoosiers poursuivent leur processus d’amélioration commencé en 2011 lors de l’arrivée de coach Kevin Wilson. Pour la première fois depuis 2007, ils se sont qualifiés pour un bowl au terme de la dernière saison. Maintenir cette courbe de progression ne sera pas chose facile dans une division Big Ten East redoutable. Toutefois, le programme du campus de Bloomington (Indiana) semble enfin bénéficier d’un peu de stabilité. Malgré les départs de QB Nate Sudfeld et RB Jordan Howard, les Hoosiers restent optimistes : la ligne offensive est phénoménale et le groupe de receveurs n’a pas été aussi talentueux depuis des lustres. La prise de fonction du coordinateur défensif Tom Allen (ex-South Florida) a également apporté un élan d’enthousiasme. Le nouveau calendrier à 9 matchs de conférence laisse peu de marge d’erreur aux Hoosiers mais s’ils parviennent à développer rapidement un quarterback titulaire (QB Richard Lagow ?), le plateau des 6 victoires n’est pas à écarter.

6. Maryland Terrapins (3-9, 1-7 Big Ten)
L’an passé, Maryland avait probablement plus de talent que son bilan de 3-9 pourrait le laisser penser. L’arrivée de coach D.J. Durkin (ex-coordinateur défensif de Michigan) pourrait – enfin – permettre aux Terrapins de trouver leurs marques dans une conférence Big Ten qu’ils ont rejoint en 2013. Tout passera par le poste de quarterback. Avec 29 interceptions commises par un total de 4 quarterbacks, les Terps ont été épouvantables dans ce secteur en 2015. Spécialiste de la défense, coach D.J. Durkin devrait aider à améliorer un secteur défensif qui a accordé 34.4 points par match la saison dernière même si le chemin sera semé d’embuches suite aux départs de nombreux titulaires notamment dans le secondary. Comme pour les Hoosiers (voir plus haut), le nouveau calendrier à 9 matchs de conférence laissera peu de répit à Maryland. qui pourrait obtenir son éligibilité pour un bowl en faisant un sans-fautes lors des matchs à sa portée (Howard, à FIU, à Central Florida, Purdue, Minnesota et Rutgers).

7. Rutgers Scarlet Knights (4-8, 1-7 Big Ten)
Depuis son arrivée dans la conférence Big Ten, Rutgers brille plus par ses déboires hors-terrain que par ses performances sur l’aire de jeu mais l’embauche de Chris Ash (ex-coordinateur défensif d’Ohio State) pourrait remettre les Scarlet Knights dans le droit chemin. Ce dernier pourra compter sur un groupe de joueurs expérimentés (15 titulaires de retour) mais limités au niveau du talent. Ils devront rapidement trouver leurs repères dans un contexte de transition offensive vers un système au tempo élevé. Pour redorer le blason d’un programme en nette régression depuis 4 ans, coach Ash aura besoin de temps. L’année I de son règne pourrait être pénible du côté du New Jersey.

Division West

1. Iowa Hawkeyes (12-2, 8-0 Big Ten en 2015)
Après n’avoir pas fait mieux qu’une fiche de 8-5 depuis 5 ans, la pression montait sur coach Kirk Ferentz. Sa réponse a été implacable en 2015 : les Hawkeyes ont remporté la division Big Ten West au terme d’une saison régulière invaincue (12-0) et ils n’étaient qu’à un drive défensif de s’adjuger un titre de conférence Big Ten inespéré. Équipe opportuniste et agressive, Iowa a conservé ses principales armes (QB C.J. Beathard, WR Matt Vandenberg, CB Desmond King) ce qui devrait lui permettre de rester au top. Pour une 2ème année d’affilée, un calendrier favorable (pas de matchs crossover contre Ohio State, ni Michigan State) fait des Hawkeyes le favori #1 pour le titre de division Big Ten West.

2. Nebraska Cornhuskers (6-7, 3-5 Big Ten)
Plusieurs défaites crève-coeur subies l’an passé ont provoqué le premier bilan négatif des Cornhuskers depuis 2007. La malchance ne devrait pas poursuivre la Corn Nation une 2ème année d’affilée. La présence de QB Tommy Armstrong Jr et d’un groupe de receveurs prometteurs leur permet même d’être les vrais outsiders dans la division Big Ten West. Toutefois, il faudra une nette amélioration de la ligne défensive et du secondary pour que les Cornhuskers rivalisent avec les Hawkeyes en 2016. Neuf victoires et une seconde place dans leur division seraient un excellent résultat pour la 2ème saison de coach Mike Riley sur le campus de Lincoln (Nebraska).

3. Wisconsin Badgers (10-3, 6-2 Big Ten)
Il n’aura pas manqué grand chose aux Badgers en 2015 pour remporter le titre de division Big Ten West. La défaite 10-6 face à Iowa est restée en travers de la gorge de certains membres de l’équipe dirigée par coach Paul Chryst. Mais la route sera longue et pentue pour Wisconsin en 2016. En cause : un calendrier dantesque (match d’ouverture contre LSU et trois matchs crossover face à Michigan State, Michigan et… Ohio State !). De plus, les Badgers s’attaqueront à cette montagne avec un nouveau quarterback titulaire (QB Bart Houston ?), sans leur receveur #1 de l’an dernier, WR Alex Erickson, et après avoir perdu leur coordinateur défensif, Dave Aranda, parti à… LSU. Wisconsin n’a pas remporté moins que 8 victoires depuis 5 ans. Sans un retour triomphal de leur coureur vedette, RB Corey Clement, les Badgers pourraient connaitre une saison très délicate.

4. Northwestern Wildcats (10-3, 6-2 Big Ten)
Des performances exceptionnelles de leur défense ont permis aux Wildcats d’atteindre le plateau des 10 victoires en 2015 après deux campagnes décevantes en 2013 et 2014 (5-7). Plusieurs départs dont celui de DE Dean Lowry et CB Nick Vanhoose seront difficilement remplaçables ce qui pourrait irrémédiablement provoquer une baisse de niveau défensif en 2016. Ainsi, Northwestern ne pourra pas répliquer les résultats de l’an passé sans une nette amélioration en attaque. Si RB Justin Jackson est l’un des meilleurs running backs de la conférence, il devra être épaulé par le jeune sophomore QB Clayton Thorson et par l’éclosion d’au moins un receveur.

5. Purdue Boilermakers (2-10, 1-7 Big Ten)
Pour sa 4ème saison à la tête des Boilermakers, coach Darrell Hazell joue la sienne à l’aube de cette campagne 2016. Purdue affiche un bilan désastreux de 6-30 (2-22 Big Ten) depuis son arrivée en 2013 et une nouvelle désillusion lui serait fatale. Pour relancer le programme de West Lafayette (Indiana), il a fait le ménage dans son staff de coachs en nommant deux nouveaux coordinateurs offensif et défensif. Les Boilermakers du français WR Anthony Mahoungou possèdent l’un des effectifs les plus expérimentés (16 titulaires de retour) et un quarterback prometteur (QB David Blough). Cela pourrait s’avérer décisif dans les éventuels matchs serrés. Défensivement, Purdue devra mieux faire que les 36.5 points accordés par match en 2015. Une participation à un bowl est envisageable. Tout pourrait se jouer à Indiana, le 26 novembre prochain.

6. Illinois Fighting Illini (5-7, 2-6 Big Ten)
L’embauche de coach Lovie Smith (ex-Tampa Bay Bucs, NFL) a redonné de l’énergie à un programme en stagnation depuis 2011. L’ancien head coach des Bears de Chicago a quitté le College Football en 1995 mais il a su s’entourer de vétérans pour réussir son retour. Si la présence d’un coach aussi renommé devrait attirer de nombreux recrues dans un avenir proche, son arrivée en mars dernier et le manque de talent général laissent peu d’espoir aux fans des Fighting Illini pour la saison 2016. Pourtant, les retours de QB Wes Lunt et de RB Ke’Shawn Vaughn devraient permettre à Illinois de rester compétitif offensivement. Il leur faudra bien ça car la défense est en totale reconstruction notamment au niveau du back seven. Égaler les 5 victoires remportées l’an passé serait déjà un bon début pour coach Lovie Smith.

7. Minnesota Golden Gophers (6-7, 2-6 Big Ten)
Le départ soudain de coach Jerry Kill ferme la page d’un chapitre de la longue histoire des Golden Gophers. La transition devrait se faire en douceur puisque son assistant de longue date, Tracy Claeys, a pris sa succession. Ce dernier a constitué autour de lui un staff d’assistant-coachs à son image. Améliorer l’attaque sera primordial. Le duo QB Mitch Leidner / RB Shannon Brooks est prometteur mais le jeu aérien des Gophers devra impérativement s’améliorer, et ce, malgré une ligne offensive en recherche d’identité. Malgré la perte de S Damarius Travis, la défense devrait rester solide. Toutefois, on ne ressent pas d’élan positif au sein d’un programme qui n’a pas atteint le plateau des 10 victoires depuis 2003. Comme l’an passé, il faudra peut-être un petit coup du Destin pour que Minnesota soit éligible pour un bowl de fin de saison.

Fondateur et rédacteur en chef de The Blue Pennant, Morgan Lagrée couvre le College Football depuis plus de 10 ans. En 2016, Morgan fût le premier reporter à couvrir le CFP National Championship Game pour un média francophone. Il co-anime le Podcast Bowl. Expert NFL et MLB. Grand amateur de la NHL. Fan ultime des Red Sox de Boston (MLB). Ancien étudiant de l'université McGill. #Redmen4Life

Publicité
Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dossier

[rivalry] Michigan et Michigan State à la conquête du Paul Bunyan Trophy

Deux universités, deux campus, deux programmes, pour un trophée, pour un Etat. Michigan versus Michigan State, Wolverines versus Spartans, Ann Arbor versus East Landing. Chaque année, cette confrontation tient en haleine le monde du football universitaire

Publié

le

Deux universités, deux campus, deux programmes, pour un trophée, pour un Etat. Michigan versus Michigan State, Wolverines versus Spartans, Ann Arbor versus East Lansing. Chaque année, cette confrontation tient en haleine le monde du football universitaire.

La rivalité entre Michigan et Michigan State possède une histoire riche. La première confrontation entre les 2 universités remonte à plus d’un siècle, 1898 plus exactement. Depuis cette date, 105 confrontations ont été jouées, et Michigan tient largement les commandes avec un bilan de 68-32-5 en sa faveur.

Ce n’est qu’à partir de 1953 et l’arrivée de Michigan State dans la Big Ten Conference que les 2 universités se disputent le Paul Bunyan Trophy. Ce trophée, représentant le bucheron géant Paul Bunyan, symbolise l’histoire du Michigan, autrefois un Etat majeur dans la production du bois.

L’histoire commune entre Wolverines et Spartans débute donc en 1898. Dès le début, Michigan semble être plusieurs crans au dessus de Michigan State. De 1898 à 1933, Michigan remporte 23 rencontres, pour seulement 2 défaites et 3 nuls. En 1902, les Wolverines l’emporteront d’ailleurs sur un score record de 119 à 0. Michigan sera élu champion national cette année là, comme en 1901, 1903 et 1904.

Entre 1934 et 1937, les Spartans enchainent 4 victoires d’affilée contre Michigan, avant de sombrer 10 fois de suite jusqu’en 1949.

Les années 1950 et 1960 représentent la période de domination de Michigan State. Dans les années 1950, les Spartans sont l’une des meilleures équipes du football universitaire au niveau national. Guidés par coach Clarence Munn et par des joueurs comme Lynn Chandnois, Dorne Dibble, Bob Carey ou encore Don Coleman, MSU termine les saisons 1951 et 1952 invaincu, avec le titre national en poche (partagé avec Tennessee en 1951). Les Spartans remporteront également le Rose Bowl de 1954 et 1956, sous les ordres de coach Duffy Daugherty. Michigan State est à nouveau élu champion national en 1965 (malgré une défaite contre UCLA au Rose Bowl) et en 1966 (co-champion avec Notre Dame, suite au match nul 10 à 10 dans le « Game of the Century »). De 1950 à 1969, les Spartans domineront logiquement les Wolverines avec 14 victoires pour seulement 4 défaites et 3 nuls.

1970 marque un tournant. L’arrivée de Bo Schembechler à la tête des Wolverines va radicalement changer la donne. Michigan devient à nouveau une place forte du football universitaire durant cette décennie. Classé dans le top 10 (au classement AP Top 25) des équipes universitaires de 1970 à 1979, Michigan prendra le dessus sur Michigan State 8 fois sur 9 (défaite en 1978, année où les 2 universités se partageront le titre de la Big Ten Conference). Les années se suivent et se ressemblent, puisque Michigan remportera 8 des 10 matchs joués durant les années 1980.

Le match de 1990 marque un moment important dans l’histoire de la rivalité. Classé #1, UM reçoit MSU à Ann Arbor. Favoris, les Wolverines sont menés 28 à 21 dans la dernière minute. Un touchdown d’Elvis Grbac pour Derrick Alexander permet à Michigan de revenir à un point. Gary Moeller, le coach des Wolverines, joue la gagne avec une tentative de conversion à 2 points. Dans une action très confuse, les arbitres oublieront une pass interference d’Eddie Brown sur Desmond Howard. Le score ne changera plus malgré une dernière Hail Mary de Grbac qui sera d’ailleurs interceptée. Après le match, les arbitres appelleront Moeller afin de s’excuser pour la mauvaise décision arbitrale ayant couté le match à Michigan.

Les années 1990 restent tout de même à l’avantage des Wolverines. Classé dans le top 10 de l’AP Top 25 jusqu’en 1997, Michigan dominera son rival avec un bilan de 7-4 entre 1990 et 2000. Les Wolverines, guidés par le quarterback Brian Griese et le vainqueur du trophée Heisman Charles Woodson, seront même champions nationaux en 1997.

L’arrivée des années 2000 marque par la même occasion l’arrivée d’un certain nombre de belles confrontations, à la fois serrées et intenses, entre les 2 rivaux.

Le match de 2001 par exemple, aussi appelée le « Clockgate », restera à jamais dans les mémoires des deux camps. Menés 24 à 20 à 3 minutes de la fin, les Spartans recupèrent le ballon au milieu de terrain. Après une penalité contre Michigan pour un facemask et une autre pour avoir mis 12 joueurs sur le terrain, MSU a une occasion rêvée de passer devant à 17 secondes de la fin. Jeff Smoker, le quarterback des Spartans, tente une course mais est stoppé sur la ligne des 1 yards, avec l’horloge qui tourne. Michigan State se dépêche pour « spiker » la balle afin d’arrêter la montre. Le chronomètre indique qu’il reste 1 seconde à jouer, avec donc une dernière tentative pour les Spartans. Sur la dernière action du match, Smoker trouve T.J. Duckett pour le touchdown, permettant à Michigan State de l’emporter 26 à 24.

Le commentateur radio de Michigan, Frank Beckmann, qualifiera le match de « criminel » et critiqua fortement les arbitres. Malgré les réclamations de Beckmann, il a été prouvé que la décision arbitrale était bonne et qu’il restait bien du temps au moment du « spike ». Beckmann insista tellement que Bob Stehlin, le Clock Operator (responsable de l’horloge), était à deux doigts de poursuivre Beckmann en justice pour diffamation et calomnie. Finalement, aucune plainte n’a été portée et tout est rentré dans l’ordre.

Trois ans plus tard, Michigan et Michigan State s’opposent à Ann Arbor, dans un match qui se décidera en 3 prolongations (ce qui n’est jamais arrivé auparavant au Michigan Stadium). Les Wolverines l’emporteront 45 à 37, portés par leur receveur star Braylon Edwards (11 réceptions pour 189 yards et 3 touchdowns) et leur running back Mike Hart (224 yards en 33 courses).

L’année suivante, la rencontre se décidera à nouveau en prolongations. Ce match est spécial car c’est la première fois depuis 1968 que Michigan State est classé (#11) dans l’AP Top 25 alors que Michigan ne l’est pas (au moment de l’opposition). Cela n’empêchera cependant pas les Wolverines de dominer le début de match, en menant au score 14 à 0 puis 21 à 7. Les Spartans réagissent et parviennent à revenir à la hauteur de leur adversaire. Le temps réglementaire se finit sur un score de parité 31 à 31. En prolongations, MSU aura l’occasion de passer devant sur un field goal, mais le kicker John Goss est maladroit. Cela va couter très cher aux Spartans vu que le kicker de Michigan, Garrett Rivas, permettra à son équipe de l’emporter sur un field goal de 35 yards.
La suprématie de Michigan sur son rival se prolongera jusqu’en 2007, avec deux nouvelles victoires 31 à 13 et 28 à 24, portant ainsi la série victorieuse des Wolverines à 6 victoires d’affilée.

A partir de 2008, la tendance s’inverse. Michigan State va dominer son rival pendant 4 longues années, avec notamment des victoires inattendues en 2009 et 2011. Michigan parviendra à stopper l’hémorragie en 2012 en l’emportant 12 à 10 face aux Spartans, le tout sans scorer le moindre touchdown durant le match avant d’être ridiculisé 29-6 par Michigan State en 2013 qui a sacké le quarterback des Wolverines à 7 reprises forçant ainsi le programme d’Ann Arbor à terminer avec une abominable fiche de… -48 yards au sol !

Samedi, un nouveau chapitre du Paul Bunyan Trophy s’ouvrira à East Lansing. Ce sera la 114ème confrontation entre les 2 universités, pour notre plus grand bonheur.

L’anecdote : Les Spartans sont la « football factory »

Au début des années 1950, les Michigan State Spartans sont considérés comme l’une des meilleures équipes du pays. Ils gagnent même le surnom de « football factory », que l’on pourrait traduire comme « l’usine à football ».

Ce surnom n’est cependant pas pris au hasard. En effet, les années 1950 sont marquées par le développement de l’industrie automobile à Detroit, la principale ville de l’Etat du Michigan. C’est donc en référence à la ville leader de fabrication automobile que les Spartans étaient appelés la « football factory ».

Lire la suite

Nebraska Cornhuskers

Trev Alberts revient à Nebraska comme directeur athlétique

Le vainqueur du trophée Dick Butkus 1993 revient sur le campus de Lincoln pour aider notamment Scott Frost à redresser un programme de football aux abois depuis trois saisons.

Publié

le

Crédit photo : Nebraska Athletics

Quelques semaines après l’annonce du départ à la retraite de Bill Moos (effective le 30 juin dernier), l’université Nebraska a trouvé son successeur en annonçant la nomination de l’ancien joueur des Cornhuskers, Trev Alberts, au poste de directeur athlétique.

Trev Alberts connait bien la maison Nebraska puisqu’il a été un linebacker chez les Cornuskers de 1990 à 1993, une période au cours de laquelle il a remporté le Dick Butkus Award 1993 (meilleur linebacker du pays) et été sélectionné dans l’équipe All-Americans.

En 1994, Trev Alberts a été drafté par les Colts d’Indianapolis au 5ème pick du 1er tour.

Il dirigeait le département des sports de l’université Nebraska-Omaha depuis 2009.

Trev Alberts succède donc à Bill Moos, qui avait pris les rênes de la Direction athlétique de Nebraska en 2017 et dont la nomination de Scott Frost au poste de head coach de l’équipe de football n’a pas encore eu l’effet attendu.

Le programme de football sera d’ailleurs la priorité #1 du nouveau directeur athlétique. Le bilan de Scott Frost est de 12-20 en trois saisons. Avec le talent recruté, les attentes des fans et la construction d’un complexe sportif à hauteur de 155 millions de $, tous les éléments semblent en place pour que le duo Alberts-Frost permette (enfin) de construire un véritable prétendant dans la Big Ten.

Lire la suite

Conférence Big Ten

La Big Ten dévoile son calendrier 2021

Après une saison 2020 perturbée par la pandémie de covid-19, la conférence Big Ten va retrouver un calendrier plus traditionnel au cours de la campagne 2021.

Publié

le

Crédit photo : AP

Neuf matchs intra-conférence auxquels vont s’ajouter trois matchs hors-conférence : la conférence Big Ten reprend ses bonnes habitudes après une année 2020 parfois chaotique.

La prochaine saison débutera le 28 aout 2021 avec le match entre Nebraska et Illinois, prévu à Dublin (Irlande). Cependant, en raison de la pandémie de coronavirus, ce match d’ouverture pourrait être organisé sur campus.

Le champion de conférence en titre, Ohio State, débutera sa saison lors d’un déplacement à Minnesota, le samedi 4 septembre, avant d’affronter Oregon, Tulsa et Akron en match hors-conférence.

Parmi les matchs les plus attendus de la saison, on retiendra notamment le choc entre Wisconsin et Notre Dame, le 25 septembre au Soldier Field de Chicago, et le retour du traditionnel Rivalry Game entre Michigan et Ohio State, le 27 novembre.

Le Big Ten Championship Game se déroulera le 4 décembre au Lucas Oil Stadium d’Indianapolis (Indiana).

Lire la suite

Illinois Fighting Illini

Bret Bielema de retour dans la Big Ten, à Illinois

Pour succéder à Lovie Smith récemment renvoyé de son poste de head coach, les Fighting Illini ont annoncé l’embauche de l’ancien coach des Badgers de Wisconsin et actuellement assistant chez les Giant de New York (NFL).

Publié

le

Crédit photo : Illinois Athletics

Pour succéder à Lovie Smith récemment renvoyé de son poste de head coach, les Fighting Illini ont annoncé l’embauche de l’ancien coach des Badgers de Wisconsin et actuellement assistant chez les Giant de New York (NFL).

« Illinois et la Big Ten, c’est pour moi comme revenir à la maison et je ne peux pas être plus excité de cette opportunité avec les Fighting Illini. Nous voulons bâtir un programme qui rendra fière la Illini Nation et regagner la passion que j’ai déjà vu lorsqu’Illinois était glorieux. » – Bret Bielema, head coach d’Illinois.

Lors de son passage à Wisconsin (2006-12), Bret Bielema a remporté trois titres de champion de conférence Big Ten, participer à 6 bowls consécutifs incluant deux invitations au Rose Bowl et rendu un bilan de 68-24 en 7 saisons sur le campus de Madison. Il a poursuivi sa carrière de coach du côté d’Arkansas (2013-17), avec moins de succès (bilan de 29-34).

Il prend ainsi la succession de Lovie Smith, renvoyé de son poste dimanche dernier après 5 saisons décevantes passées sur le campus de Champaign (Illinois). Son bilan avec les Fighting Illini : 17-39 (10-33 Big Ten).

Pourquoi Bielema ?

Bret Bielema a laissé un excellent souvenir dans la Big Ten suite à son passage rempli de succès avec les Badgers. Aussi décevante qu’a pu être son expérience avec les Razorbacks d’Arkansas conclue par un renvoi sans ménagemement, il a su réparer son image dans la NFL en occupant notamment un rôle d’assistant dans le coaching staff de Bill Belichick chez les Patriots de New England.

De plus, il est originaire de Prophetstown, dans l’Illinois. Ce qui ne peut pas faire de mal auprès de la communauté locale.

Comment son expérience dans la Big Ten va aider Illinois ?

La majeure partie de la carrière professionnelle de Bret Bielema s’est passé dans la Big Ten West. Il a été un joueur non-boursier à Iowa sous la direction du légendaire Hayden Fry puis a grandi dans son rôle de coach auprès d’une autre légende : Barry Alvarez, à Wisconsin. Il lui a d’ailleurs succédé en 2006.

Traditionnellement, il y a une recette magique pour avoir du succès dans la Big Ten West : jouer physique, notamment des deux côtés du ballon sur la ligne de scrimmage, courrir efficacement et limiter les turnovers. Bret Bielema est l’incarnation de ses concepts. Après avoir essayé différentes options (Tim Beckman, Lovie Smith) depuis le départ de Ron Zook en 2011, Illinois revient donc aux bases.

Lire la suite
Publicité

Preview 2020

Previewil y a 1 an

Preview 2020 : Ohio State Buckeyes

Menés par un candidat au trophée Heisman, QB Justin Fields, et une attaque de feu, ces Buckeyes d'Ohio State sont-ils...

Previewil y a 1 an

Preview 2020 : Michigan Wolverines

Un effectif rajeuni, de nouveaux leaders en défense et un nouveau quarterback titulaire : les Wolverines sont-ils suffisamment armés pour...

Previewil y a 1 an

Preview 2020 : Wisconsin Badgers

Wisconsin a tourné la page "Jonathan Taylor" mais les Badgers sauront-ils préserver leur suprématie sur la division Big Ten West...

Previewil y a 1 an

Preview 2020 : Alabama à la reconquête de la SEC

Diminués par le départ de la quasi-totalité de ses titulaires, les Tigers de LSU remettent en jeu un titre de...

Previewil y a 1 an

Preview 2020 : la fin de l’hégémonie d’Oklahoma sur la Big 12 ?

Avec la montée en puissance de Texas, d'Iowa State et d'Oklahoma State, la série de 5 titres de champion de...

Previewil y a 1 an

Preview 2020 : Clemson accentue sa domination sur la conférence ACC

Champion de conférence en titre, Clemson a imposé sa suprématie sur l'ACC depuis 5 ans. Est-ce que finalement Notre Dame...

Previewil y a 1 an

Preview 2020 : Commander-in-Chief’s Trophy

Air Force et Navy ont bouclé la saison 2019 dans le Top 25 mais les Falcons et les Midshipmen ont...

Previewil y a 1 an

Preview 2020 : Texas A&M Aggies

Pour sa 4ème saison à la tête des Aggies, QB Kellen Mond possède tous les playmakers autour de lui pour...

Previewil y a 1 an

Preview 2020 : LSU Tigers

LSU a tourné la page de la fabuleuse saison dernière mais ces Tigers version 2020 désormais menés par QB Myles...

Previewil y a 1 an

Preview 2020 : Alabama Crimson Tide

Écarté des playoffs en 2019 et pillé par la NFL au printemps, le Crimson Tide d'Alabama reste la référence dans...

Articles les plus lus