Suivez-nous

Michigan State Spartans

Preview 2016 : Michigan State Spartans

Après trois saisons exceptionnelles qui ont vu les Spartans remporter deux titres de champion de conférence Big Ten, l’heure est à la reconstruction pour Michigan State. L’ère QB Connor Cook a pris fin mais les excellentes promotions de recrues des dernières années font des Spartans l’un des programmes les plus prometteurs de ces prochaines saisons.

Crédit photo : Mike Carter/USA TODAY Sports

Publié

le

Michigan State Spartans
Conférence Big Ten – Division East
En 2015 : 12-2, 7-1 Big Ten. Demi-finaliste des playoffs. Cotton Bowl : défaite contre Alabama, 38-0.
Head coach : Mark Dantonio, 10ème année (86-33) – Résultats en carrière: 104-50.
Coordinateur offensif : Jim Bollman, Dave Warner.
Coordinateur défensif : Harlon Barnett, Mike Tressel.
Titulaires de retour : 3 en attaque, 5 en défense, kicker, punter.
Joueurs-clés partis : QB Connor Cook, WR Aaron Burbridge, LT Jack Conklin, DE Shilique Calhoun, LB Darien Harris.
Joueurs à suivre : QB Tyler O’Connor, RB L.J. Scott, DL Malik McDowell, LB Riley Bullough, FS Demetrious Cox, SS Montae Nicholson.

La campagne 2015 des Spartans restera dans les mémoires du côté d’East Lansing. Après s’être imposés à Ohio State et à Michigan de façon dramatique pour être sacrés dans la division Big Ten East, Michigan State a remporté son 2ème Big Ten Championship Game face à Iowa concluant ainsi l’une des plus mémorables saisons de son Histoire.

Cependant, l’année 2015 s’est moins bien terminée : une déroute 38-0 face au futur champion national, Alabama, lors de la demi-finale du College Football Playoff dans le cadre du Cotton Bowl. Pourtant, ne pensez pas que cette désillusion marquera la fin du programme dirigé de mains de maître par coach Mark Dantonio. Il ne laissera pas cela arriver.

En neuf saisons, le coach des Spartans a fait de Michigan State un candidat régulier au titre de champion national. Depuis 2013, les Spartans ont remporté 36 victoires terminant à chaque fois dans le Top 10. Seul Alabama a fait aussi bien. Enorme.

Certes, les départs de QB Connor Cook et DE Shilique Calhoun pour la NFL laissent un grand vide en attaque et en défense mais Michigan State pourra compter sur un recrutement exceptionnel ces dernières années afin de rester dans le sillage des deux favoris pour le titre de champion de la Big Ten East, Ohio State et Michigan.

Attaque

Après 34 victoires (record de l’université Michigan State) et deux titres de champion de conférence Big Ten en trois saisons, l’ère QB Connor Cook est terminée. Le redshirt senior QB Tyler O’Connor (133 yards à la passe, 2 TD, 1 INT en 2015) a pris son mal en patience avant d’obtenir sa chance. Titularisé en novembre dernier face à Ohio State suite à la blessure de l’épaule de Connor Cook, il a passé avec succès son premier test permettant aux Spartans de remporter une victoire de prestige, 17-14, chez les Buckeyes. Quarterback au bras canon, QB Tyler O’Connor possède également une lecture du jeu et des aptitudes athlétiques qui lui permettent de gagner de nombreux yards au sol ce dont son prédécesseur n’était pas capable. Ainsi, Michigan State pourrait être amené à utiliser certains packages offensifs de type read-option. Comme l’an passé, le junior QB Damion Terry suivra QB Tyler O’Connor dans la hiérarchie des QBs. Le redshirt freshman QB Brian Lewerke et le true freshman QB Messiah deWeaver ont impressionné durant les spring practices mais il leur faudrait réussir un fall camp exceptionnel pour être titularisé face à Furman (FCS), le 2 septembre prochain.

La performance exceptionnelle du sophomore RB L.J. Scott (699 yards au sol, 11 TD en 2015) lors du dernier Big Ten Championship Game lui a surement assuré sa place de titulaire en 2016. Meilleur coureur des Spartans l’an dernier, il a démontré des qualités d’accélération et une combativité de tous les instants qui lui ont notamment permis d’inscrire, dans la dernière minute du match face au Hawkeyes d’Iowa, le TD le plus important de sa jeune carrière. Avec les retours du sophomore RB Madre London (500 yards au sol, 3 TD en 2015) et du junior RB Gerald Holmes (540 yards au sol, 8 TD en 2015), les Spartans pourront compter sur un groupe de running backs expérimentés prêts à en découdre avec les rugueuses défenses de la Big Ten. Le senior FB Delton Williams a été repositionné comme fullback, poste qui correspond mieux à ses qualités de robustesse et de puissance.

Le jeu aérien des Spartans est en total reconstruction suite à la perte de WR Aaron Burbridge. Seul WR R.J. Shelton (43 réceptions, 503 yards, 4 TD en 2015) a réussi plus de 7 réceptions en carrière. Il doit s’attendre à être utilisé à toutes les sauces, du poste de slot receiver à celui de deep threat receiver. Coach Mark Dantonio fera donc confiance à la fougue de la jeunesse en titularisant le prospect 4 étoiles WR Donnie Corley, assurément l’une des révélations des derniers spring practices. Le sophomore WR Felton Davis III et le redshirt freshman WR Darrell Stewart restent en embuscade dans l’alignement des Spartans mais ils pourraient se faire coiffer par l’ancien prospect 4 étoiles de la promotion de recrues 2012, le redshirt junior WR Monty Madaris. Le senior TE Josiah Price (23 réceptions, 267 yards, 6 TD en 2015), recordman de l’université Michigan State pour le nombre de TD réussis en carrière par un tight-end, est considéré comme l’un des meilleurs joueurs du pays à son poste. Il possède des mains sûres qui pourraient en faire la cible préférée de QB Tyler O’Connor.

Certes, les Spartans doivent remplacer trois titulaires sur la ligne offensive dont les deux superstars, LT Jack Conklin et C Jack Allen, mais les nombreuses blessures enregistrées l’an dernier ont permis à plusieurs joueurs d’acquérir une certaine expérience qui devrait leur être favorable en 2016. L’ancien Freshman All-American, le junior C Brian Allen semble assuré de son statut de titulaire. C’est moins clair pour le reste de la ligne offensive même si les seniors RT Kodi Kieler et LG Benny McGowan devraient être fidèles au poste. Le senior RG Brandon Clemson a obtenu une dérogation pour raisons médicales de la part de la NCAA ce qui lui permet d’être de retour pour une 6ème année avec les Spartans. Victime d’une fracture de la jambe en 2015, le junior LT Dennis Finley tentera un comeback en 2016.

Défense

Le départ du coordinateur défensif Pat Narduzzi à Pittsburgh en 2015 n’y aura donc rien changé : les Spartans sont toujours aussi performants défensivement contre la course (116.0 yards accordés en moyenne par match, #11 du pays). Avec la présence du meilleur defensive tackle du pays, le junior DT Malik McDowell (41 plaquages, 13 pour prte, 5 sacks en 2015), Michigan State devrait rester dominant dans ce secteur de jeu, et ce, malgré le départ surprise du senior DT Damon Knox, qui a quitté précipitamment l’université au printemps pour se consacrer à carrière d’officier de police. Ce dernier sera remplacé par l’ancien Husker de Nebraska, DT Kevin Williams, arrivé sur le campus d’East Lansing en mai dernier. La perte de DE Shilique Calhoun laisse un trou béant au niveau du pass-rush mais les co-coordinateurs défensifs Harlon Barnett et Mike Tressel sont confiants que le junior DE Demetrius Cooper (22 plaquages, 5 sacks en 2015) et le senior DE Evan Jones seront prendre le relais après avoir grandi dans l’ombre de Shilique Calhoun et de William Gholston.

Le senior MLB Riley Bullough (75 plaquages, 3.5 sacks, 1 interception en 2015) joue le rôle de leader et celui de Général d’une défense sans vedettes mais qui devrait encore nous surprendre au mois de novembre. Le sophomore OLB Andrew Dowell (22 plaquages en 2015) a été l’une des belles surprises en fin de saison passée. Il devrait être préféré au junior OLB Chris Frey. De l’autre côté du terrain, le junior OLB John Reschke (75 plaquages, 2 interceptions en 2015) et le revenant OLB Ed Davis (meilleur défenseur des Spartans en 2014) seront en concurrence pour un poste de titulaire. La présence de Bullough et Davis apporte un leadership à un groupe de linebackers ultra-talentueux.

Le secondary des Spartans comprend l’un des meilleurs duos de safeties du pays. Le rapide FS Demetrious Cox (79 plaquages, 3 interceptions en 2015) et le gros frappeur SS Montae Nicholson (83 plaquages, 3 interceptions en 2915) forment un tandem polyvalent et expérimenté, l’un des plus explosifs et dominants du pays. En difficulté en 2015, le poste de cornerback devrait bénéficier d’un peu plus de stabilité avec les retours de blessure du senior CB Darian Hicks (33 plaquages en 2015) et du sophomore CB Vayante Copeland, deux joueurs sous-estimés qui pourraient se révéler très précieux.

Equipes spéciales

Deux des plus importants succès de l’ère Dantonio ont été obtenues grâce aux équipes spéciales : un retour de punt bloqué synonyme de victoire surprise 27-23 à Michigan et un FG de K Michael Geiger dans les dernières secondes du match à Ohio State. Pourtant, ces équipes spéciales ont été parfois désastreuses l’an passé accordant deux TD sur retour de punt. Le senior K Michael Geiger (12/19 FG) fait son retour pour une 4ème saison avec les Spartans. Le sophomore P Jake Hartbarger (42.7 yards par punt en 2015) tentera de poursuivre sa progression après des débuts difficiles. Sur les retours de coup de pied, KR R.J. Shelton et PR Drake Martinez devraient se partager le travail afin d’améliorer un secteur de jeu classé 121ème du pays en 2015.

Conclusion

Après avoir remporté au moins 11 victoires par saison depuis 2010, coach Mark Dantonio a des attentes élevées pour ses Spartans mais sa capacité à recharger les batteries sera mise à l’épreuve en 2016. Michigan State a perdu 6 titulaires sélectionnés dans les équipes All-Big Ten dont QB Connor Cook, leur leader offensif. Trouver un successeur à ce dernier sera la priorité du coach des Spartans… mais la marche s’annonce haute pour le prochain QB avec la perte de trois titulaires sur la ligne offensive dont LT Jack Conklin. Le favori, QB Tyler O’Connor devrait s’appuyer sur un solide groupe de running backs mené par le prometteur RB L.J. Scott. Défensivement, l’expiration de l’éligibilité de DE Shilique Calhoun laisse un grand vide au sein d’une défense qui devrait rester dominante grâce au retour des deux stars montantes, DL Malik McDowell et MLB Riley Bullough. Toutefois, les Spartans ont probablement perdu trop de talent durant l’intersaison pour rester dans la course au titre de division Big Ten East, et ce, même si les Buckeyes d’Ohio State et les Wolverines de Michigan feront le déplacement à East Lansing cet automne.

Fondateur et rédacteur en chef de The Blue Pennant, Morgan Lagrée couvre le College Football depuis près de 10 ans. En 2016, Morgan fût le premier reporter à couvrir le CFP National Championship Game pour un média francophone. Il co-anime le podcast TBP/Radiossa - Made in US. Expert NFL et NHL. Grand amateur de la NBA et du College Basketball. Fan ultime des Red Sox de Boston (MLB). Ancien étudiant de l'université McGill. #Redmen4Life

Michigan State Spartans

Le président de la NCAA connaissait la situation à Michigan State depuis 2010

Publié

le

Crédit photo : David J. Phillip/Associated Press

Le président de la NCAA, Mark Emmert, a été informé dès novembre 2010 de l’existence d’un total de 37 plaintes concernant des agressions sexuelles commises par des étudiants-athlètes de l’université Michigan State.

Une lettre adressée à Mark Emmert datée du 17 novembre 2010 et signée par la fondatrice de la National Coalition Against Violent Athletes, Kathy Redmond, révèle ses inquiétudes au sujet de plusieurs cas sur le campus d’East Lansing (Michigan). Mark Emmert et Kathy Redmond s’étaient rencontrés en personne quelques jours auparavant dans le cadre de discussion sur le fléau des agressions sexuelles impliquant des joueurs NCAA.

Se confiant à Nicole Auerbach (The Athletic), Kathy Redmond a indiqué avoir été encouragé par le discours du président de la NCAA qui souhaitait éliminer toute violence. Toutefois, les actes n’auraient pas suivi les paroles.

Kathy Redmond a spécifiquement indiqué à Mark Emmert ses inquiétudes au sujet de la façon dont la présidente de l’université Michigan State, Lou Anna K. Simon, avait géré la situation suite aux révélations d’agressions sexuelles par deux joueurs de basketball, Keith Appling et Adreian Payne.

Lire la suite

Michigan State Spartans

Cas d’agressions sexuelles et de violence étouffés systématiquement par l’université Michigan State ?

Une enquête publiée sur le réseau américain ESPN met en lumière une certaine volonté de l’université Michigan State d’étouffer systématiquement des cas de violence et d’agressions sexuelles envers des femmes.

Publié

le

Crédit photo : Rey Del Rio/Getty Images

Une longue enquête de Paula Lavigne (ESPN) met en lumière un schéma constant d’inaction et de dénégation de nombreux cas de violence, d’agression sexuelle et de discrimination sexuelle envers des femmes au sein du département athlétique et et plus particulièrement du programme de football de Michigan State.

Ces nouvelles informations arrivent quelques heures après la démission du directeur athlétique des Spartans, Mark Hollis, à la suite du procès de Larry Nassar.

Cette enquête décrit notamment comment, lors des trois dernières années, l’université Michigan State a exigé que la Justice force le retrait du nom d’étudiants-athlètes des Spartans de plusieurs rapports d’enquête de la Police du campus d’East Lansing (Michigan).

Depuis l’arrivée de Mark Dantonio à la tête du programme de football, ce sont pas moins de 16 joueurs des Spartans qui ont été accusés d’agression sexuelle ou de violence envers des femmes.

En 2014, ESPN a demandé les copies de tous les rapports de Police dont des joueurs de football et de basketball de l’université Michigan State étaient nommés. Le réseau TV américain n’a reçu que des rapports dont les noms ont été caviardés. Les deux parties se sont alors affrontés devant les tribunaux avant qu’un Juge ne décide d’annuler les différentes poursuites judiciaires ne permettant pas à ESPN de poursuivre son enquête…

Par ailleurs, l’ancienne conseillère en affaire sexuelle de l’université Michigan State, Lauren Allswede, s’est confiée à ESPN. Elle a notamment indiqué qu’un membre de l’administration a essayé de la convaincre que Mark Dantonio prenait très au sérieux les accusations d’agressions sexuelles dont ses joueurs pouvaient être les auteurs. Ainsi, le coach des Spartans aurait demandé à l’un d’entre-eux… d’aller parler à sa mère de ce qu’il avait fait.

En épluchant certains rapports de Police, ESPN a également révélé que 6 enquêtes visant des joueurs de l’équipe de football de Michigan State ont été abandonnées sans que ces derniers ne soient accusés. Toutefois, rien ne démontre que Mark Dantonio était au courant de ces différents cas.

Dès la publication de cette enquête sur ESPN, Mark Dantonio a vivement réagi en conférence de presse en niant les faits qui lui sont reprochés les qualifiant de « complètement faux ». Le coach des Spartans a également déclaré qu’il n’avait aucunement l’intention de démissionner de son poste d’head coach.

Lors de ce point presse, Mark Dantonio a ajouté qu’il avait signalé à ses supérieurs l’intégralité des cas mentionnés dans l’enquête d’ESPN et qu’il s’était conformé aux règles de la Loi Title IX.

Le programme de basketball, dirigé par le respecté Tom Izzo, est également visé. De nombreux incidents mettant en cause des joueurs et l’assistant-coach Travis Walton sont recensés. Une jeune femme aurait été frappée au visage par ce dernier dans un bar d’East Lansing au cours de la saison 2010. Travis Walton a conservé son poste et n’a jamais été inquiété. Cet assistant-coach a été accusé par une autre étudiante, cette fois-ci pour agression sexuelle. Il aurait violé cette jeune femme en présence de deux joueurs des Spartans. Travis Walton aurait été renvoyé mais s’il a toujours indiqué qu’il avait intentionnellement quitter le programme de Michigan State pour poursuivre sa carrière en Europe.

Lire la suite

Michigan State Spartans

Le directeur athlétique de Michigan State démissionne !

Mark Hollis quittera officiellement son poste mercredi prochain.

Publié

le

Crédit photo : Jake May | MLive.com / AP

Quelques heures après la présidente de l’université, c’est au tour du directeur athlétique de l’université Michigan State, Mark Hollis, de démissionner de son poste.

Ce dernier a également annoncé qu’il prenait sa retraite.

« Que ce soit clair, même si je prends ma retraite, je vais entièrement coopérer avec les enquêtes en cours menées par la NCAA et le procureur générale du Michigan… Je sais que c’est le bon moment pour que la communauté de Michigan State commence à guérir ses blessures. Je sais que c’est le bon moment pour moi, pour ma femme Nancy. J’ai trois enfants, ce sont des enfants incroyables. Je n’aime pas les voir souffrir non plus. » – Mark Hollis, futur ex-directeur athlétique de Michigan State.

Aucun successeur n’a encore été annoncé par l’université Michigan State dont Mark Hollis était le directeur athlétique depuis le 1er janvier 2008. Son mandat se terminera mercredi 31 janvier 2018.

Cette démission intervient en plein affaire entourant l’université du campus d’East Lansing (Michigan) suite à la révélation d’un immense scandale d’agressions sexuels visant l’ancien médecin de l’équipe nationale américaine et ancien membre de l’université Michigan State, Larry Nassar.

Ce dernier a été jugé coupable, mercredi 24 janvier, et la durée de sa peine pourrait aller jusqu’à 175 ans.

Lire la suite

Michigan State Spartans

Michigan State se prépare à subir le même sort que Penn State

La condamnation de l’ancien ostéopathe de l’université Michigan State, Larry Nassar, a déjà fait une première victime de premier ordre : la présidente de l’université, Lou Anna Simon.

Publié

le

Crédit photo : MSU Today

Manque de contrôle institutionnel… Échec dans sa mission de protection des étudiants-athlètes… le scandale actuel à Michigan State a tout pour rappeler celui de Penn State il y a quelques années.

Pendant 7 jours, l’ancien médecin de l’équipe nationale américaine de gymnastique, Larry Nassar, qui était également ostéopathe à l’université Michigan State, a fait face à plusieurs des 150 victimes d’agressions sexuelles qui ont mené des actions judiciaires contre lui et dont l’issue était un procès retentissant.

Mercredi 24 janvier 2018, Larry Nassar a finalement été condamné à une peine de 45 à 150 ans d’emprisonnement.

En juillet dernier, cet ancien médecin avait déjà plaidé coupable. Ses victimes l’accusaient de les avoir abusé sexuellement sous le prétexte de traitement médical suite à des blessures sportives. Plusieurs de ses victimes ont également accusé l’université Michigan State d’avoir ignoré (intentionnellement ?) leurs plaintes initiales ce qui a conduit à la démission de la présidente de la fac d’East Lansing, Lou Anna Simon, mercredi 24 janvier.

« Cette tragédie prenant une tournure politique, le blame est inévitable. En tant que présidente, il est naturel que je sois au centre de cette colère » – Lou Anna Simon, présidente démissionnaire de l’université Michigan State.

En début de semaine, la NCAA a envoyé une lettre listant plusieurs violations potentielles. C’est généralement la première étape avant une enquête préliminaire de ses instances disciplinaires. Encore marquée par sa gestion de l’affaire Sandusky, la NCAA sera assurément sous pression.

« C’est exactement la même situation qu’à Penn State. » – Scott Tompsett, avocat qui a représenté des coaches, des directeurs athlétiques, étudiants-athlètes et universités dans une centaine d’affaires récentes.

Seule différence : ce n’est pas le programme de football qui est visé mais les conséquences pour la direction athlétique des Spartans pourraient être similaires.

Plusieurs victimes de Larry Nassar ont indiqué avoir rapporté les abus qu’elles ont subis à divers membres du staff de l’université Michigan State. Le médecin Larry Nassar a continué d’être employé par l’université même après le dépôt des premières plaintes judiciaires. L’ancien coach de l’équipe nationale américaine de gymnastique, Kathie Klages, a même pris la défense de l’ancien médecin de l’équipe avant de démissionner l’an passé.

« Ce qu’a fait Nassar est horrible et épouvantable. C’est bien pire que de payer un prospect pour se joindre à un programme sportif ou de se mettre d’accord avec un équipementier pour que celui-ci fasse du lobbying pour attirer des prospects… Je ne suis pas convaincu qu’enquêter dans une affaire jugée au civil fasse partie des prérogatives de la NCAA. Toutefois, les actions de l’université Michigan State doivent être évaluées au regard des règlements NCAA, et seulement au regard des règlements NCAA » – Joséphine Potuto, professeur de droit de l’université Nebraska.

Cette enquête à venir sera d’ailleurs au coeur d’une session de travail du conseil d’administration de l’université Michigan State. L’avenir du directeur athlétique Mark Hollis pourrait être également un sujet abordé.

Pour rappel, le haut management de l’université Penn State n’avait pas survécu à l’affaire Sandusky.

En 2012, la NCAA avait – lourdement – sanctionné l’université Penn State dans l’affaire Sandusky. L’ancien coordinateur défensif du coach légendaire Joe Paterno avait été condamné pour avoir abusé sexuellement de 45 mineurs dans les locaux même de l’université sur une période de 10 ans. La NCAA n’a jamais enquêté sur les faits mais plutôt sur les agissements de l’autorité de l’université Penn State qui n’aurait pas géré la situation adéquatement après avoir pris connaissance des accusations envers Joe Sandusky. L’enquête a été dirigée par l’ancien directeur du FBI, Louis Freeh dont le rapport avait été largement contesté.

Penn State a été suspendu de bowls pendant 4 ans et a perdu un total de 30 bourses sur une période de quatre ans. L’université a également été contraint de payer une amende de 60 millions de $. 112 des victoires de Joe Paterno ont également été annulées… avant d’être restaurées par la suite. L’université Penn State ayant fait preuve de bonne volonté en implantant de nombreuses réformes sans son fonctionnement, la durée des sanctions a finalement été réduite.

Lire la suite
Publicité

NCAA sur Twitter

Articles les plus lus