Suivez-nous

Conférence Big 12

Preview 2016 : Conférence Big 12

Secouée par le scandale d’agressions sexuelles qui a visé le programme de Baylor durant le printemps, la conférence Big 12 devrait encore être dominée par les Sooners d’Oklahoma qui tenteront de se qualifier pour une 2ème année d’affilée pour le College Football Playoff.

Publié

le

Prédictions 2016 dans la conférence Big 12

Champion 2016 : Oklahoma.
MVP : QB Baker Mayfield, Oklahoma.
Meilleur joueur offensif : RB Samaje Perine, Oklahoma.
Meilleur joueur défensif : LB Malik Jefferson, Texas.
Freshman de l’année : LB Caleb Kelly, Oklahoma.

Toute la semaine du 17 au 24 juillet, The Blue Pennant vous a proposé des previews des principaux programmes de la conférence Big 12 :
Baylor Bears
Oklahoma Sooners
Oklahoma State Cowboys
Texas Longhorns
Texas Christian Horned Frogs

Tour d’horizon dans la conférence Big 12

Des calendriers renforcés

Privée d’une finale pour déterminer son champion et critiquée par certains coachs à travers le pays au sujet de la relative faiblesse des calendriers hors-conférence de ses membres, la conférence Big 12 se devait de réagir en revoyant ses règlements. Ainsi, chaque programme doit désormais ajouter à son calendrier annuel au moins un match face à une université du Power Five (ACC, Big Ten, Pac-12, SEC) ou face à Notre Dame. Et ça change tout. Dès septembre prochain, on retrouvera donc 5 matchs entre programmes de la Big 12 et programmes ayant participé aux derniers bowls du Nouvel An (Stanford, Iowa, Ohio State, Notre Dame et Houston).

Principale raison : le College Football Playoff. La difficulté du calendrier est un élément majeur lors du processus de sélection pour définir les 4 programmes participant aux demi-finales. Les Sooners d’Oklahoma l’ont bien compris et ils seront opposés à Houston en match d’ouverture, le 3 septembre, avant de défier les Buckeyes d’Ohio State, le 17 septembre.

Le retour des « gunslingers »

Après plusieurs années de transition, la conférence Big 12 compte de nouveau des quarterbacks prolifiques dans les airs notamment Baker Mayfield (Oklahoma), Patrick Mahomes (Texas Tech), Mason Rudolph (Oklahoma State) et Skyler Howard (West Virginia). Si on y ajoute QB Seth Russell (Baylor) à Baker Mayfield, ce sont même deux sérieux candidats à l’obtention du trophée Heisman qui débuteront la saison 2016 au sein de la conférence Big 12. Le true freshman QB Shane Buechele (Texas) est l’un des prospects les plus prometteurs du pays. Les Horned Frogs gèreront le départ de leur star QB Trevone Boykin pour la NFL en donnant les clés de leur attaque à l’ancien successeur de QB Johnny Manziel à Texas A&M, QB Kenny Hill. Qu’on se le dise : les yards aériens ne devraient pas manquer en 2016 dans la conférence Big 12.

Où est passé le jeu de course ?

La conférence Big 12 a produit un nombre incalculable d’excellents coureurs qui se sont illustrés au niveau universitaire puis chez les professionnels de la NFL : Jamal Charles, Kendall Hunter, DeMarco Murray, Adrian Peterson, Joseph Randle, Charles Sims, Darren Sproles, Fozzy Whitaker sans parler de Ricky Williams ou Cedric Benson. Toutefois, avec l’émergence de la spead offense et de l’attaque Air Raid, les running backs n’ont pas été à l’honneur ces dernières saisons. Seul à surnager : le junior RB Samaje Perine, détenteur du record FBS avec 427 yards au sol réussi en 2014 contre Kansas.

Des classes de recrutement en manque de talent

Pour la 3ème année consécutive, la conférence Big 12 se fait distancer par les 4 autres conférences du Power Five concernant le recrutement particulièrement pour attirer des prospects 5 étoiles. En 2016, seul OLB Caleb Kelly (Oklahoma) était considéré comme un joueur « élite ». Texas s’est construit une promotion très prometteuse mais n’a pas su convaincre une perle rare de venir sur le campus d’Austin… ce manque de talent hors-pair pourrait expliquer pourquoi aucun programme de la conférence Big 12 n’a participé à la finale nationale depuis 2008. Le dernier titre de champion ? Oklahoma en 2005.

 

Nos prédictions

1. Oklahoma Sooners (11-2, 8-1 Big 12 en 2015)
Mené par QB Baker Mayfield et une attaque explosive, les Sooners sont les indiscutables favoris pour conserver leur titre de champion de conférence. Les arrivées de Mayfield (ex-Texas Tech) et du coordinateur offensif Lincoln Riley ont permis à Oklahoma d’avoir sa meilleure attaque depuis 2008 (43.5 points par match, #4 du pays). Malgré la départ pour la NFL de WR Sterling Sharpe, ce secteur offensif pourrait encore progresser grâce à la montée en puissance d’une génération dorée (RB Samaje Perine, WR Dede Westbrook, LT Orlando Brown, LG Cody Ford). Le duo de running backs composé de Perine et RB Joe Mixon est assurément l’un des plus excitant du pays. Seul point noir : le départ de 4 défenseurs sélectionnés dans la 1ère équipe All-Big 12 l’an dernier. La route vers un retour en College Football Playoff semble dégagée mais les Sooners devront survivre à un difficile calendrier hors-conférence avec des matchs contre Ohio State et Houston.

2. Texas Christian Horned Frogs (11-2, 7-2 Big 12)
Bien que les Horned Frogs ne pourront compter que sur le retour de 8 titulaires, ils devraient rester l’une des menaces les plus sérieuses des Sooners. La raison : le retour de nombreux blessés et plusieurs excellentes classes successives de recrutement. Les plus lourdes pertes seront celles de WR Josh Doctson et du quarterback Trevone Boykin dont le successeur sera l’ancien Aggie de Texas A&M, QB Kenny Hill. Avec le retour du duo LB Travin Howard / LB Ty Summers et celui de DE John Carraway, la solide défense de TCU devrait compenser une probable baisse de régime d’une attaque inexpérimentée. La réception d’Oklahoma, le 1er octobre, sera le premier tournant d’une saison des Horned Frogs qui devrait se jouer au mois de novembre avec trois matchs successifs contre Baylor, Oklahoma State et Texas.

3. Oklahoma State Cowboys (10-3, 7-2 Big 12)
Après une décevante saison 2014 (7-6), les Cowboys ont rebondi l’an dernier atteignant le plateau des 10 victoires pour une 2ème fois en 3 ans. Pourtant, leur fiche de 10-0 après 2 mois et demi de compétition les plaçait comme des favoris pour le titre de champion de conférence Big 12 avant trois derniers matchs catastrophiques perdus contre Baylor, Oklahoma et Ole Miss sur le score combiné de 151-78. Les Cowboys voudront rebondir grâce au retour du junior QB Mason Rudolph au sein d’une attaque explosive… mais parfois trop unidimensionnelle en raison de l’absence d’un jeu au sol performant. En défense, le départ de DE Emmanuel Ogbah laisse un grand vide au niveau du pass-rush. A l’inverse de l’an dernier, le calendrier des Cowboys ne sera pas avantageux avec des déplacements à Baylor, Texas Christian et Oklahoma.

4. Baylor Bears (10-3, 6-3 Big 12)
En quelques semaines, tout a changé sur le campus de Waco. En avril dernier, les Bears étaient considérés comme les principaux challengers d’Oklahoma dans la lutte pour le titre de champion de la conférence Big 12. Bien que le programme était en mode reconstruction, Baylor semblait capable de rester au top derrière les Sooners grâce au retour de plusieurs playmakers dont QB Seth Russell et WR KD Cannon, et grâce à la capacité de coach Art Briles de construire d’étonnantes promotions de recrues depuis quelques années. Mais voilà, les révélations d’un énorme scandale d’agressions sexuelles qui auraient été couverts par l’administration du campus de Waco ont plongé le programme de football dans le désarroi et auront forcé les départs de coach Art Briles, du Directeur athlétique et du Président de l’université. Résultat : douze recrues ont annulé leur engagement envers les Bears et le quarterback 5 étoiles QB Jarrett Stidham a également annoncé son départ. L’attention médiatique du printemps aura forcément laissé des traces. La gestion de ce traumatisme sera l’enjeu principal du coach par intérim Jim Grobe (Wake Forest) qui devra assurer la transition avec une équipe en recomposition sur la ligne de scrimmage mais qui possède suffisamment de talent pour conserver sa place dans le top 3 de la conférence en 2016.

5. West Virginia Mountaineers (8-5, 4-5 Big 12)
Bien que la fiche de 8-5 des Mountaineers en 2015 était leur meilleure depuis qu’ils ont rejoint la conférence Big 12, l’incertitude règne sur le campus de Morgantown. En cause : l’échec des négociations pour une prolongation de contrat de coach Dana Holgorsen qui va débuter la campagne 2016 sans assurance concernant son avenir. Pourtant, West Virginia ne manque pas de talent et de playmakers en attaque (QB Skyler Howard, RB Rushel Shell, WR Shelton Gibson) qui pourraient faire de l’attaque des Mountaineers l’une des plus explosives de la conférence. C’est plus problématique de l’autre côté du ballon : seulement trois titulaires sont de retour suite au départ de plusieurs leaders dont LB Nick Kwiatkowski et S Karl Joseph. Comme souvent, West Virginia a trouvé des solutions dans le Junior College particulièrement au niveau du secondary. Si la situation personnelle de coach Dana Holgorsen n’est pas une distraction, West Virginia peut clairement faire aussi bien que l’an passé.

6. Texas Longhorns (5-7, 4-5 Big 12)
Pour la première fois depuis 1988-89, les Longhorns ont enchainé un 2ème bilan négatif. La pression est énorme sur les épaules de coach Charlie Strong. Bien que Texas continue d’accumuler le talent via d’excellentes promotions de recrues, les Longhorns n’ont remporté que 5 matchs de conférence Big 12 en deux ans. Pour relancer une attaque anémique en 2015 (145.9 yards à la passe en moyenne par match, #117 du pays), Charlie Strong est allé chercher le coordinateur offensif Sterlin Gilbert (ex-Tulsa), qui mettra en place une attaque spread autour de la sensation des derniers spring practices, le true freshman QB Shane Buechele. Ce dernier sera protégé par une ligne offensive au talent hors du commun et par un explosif duo de running backs (RB D’Onta Foreman, RB Chris Warren III). Si ces jeunes Longhorns parviennent à développer rapidement une certaine alchimie, ils seront sur la voie d’une qualification pour un bowl d’autant que la défense menée par les sophomores LB Malik Jefferson et CB Davante Davis semble prête à exploser. Un calendrier difficile en début de saison (Notre Dame, à California) pourrait empêcher Texas d’être un vrai prétendant pour le titre de conférence.

7. Texas Tech Red Raiders (7-6, 4-5 Big 12)
Le retour de la 2ème meilleure attaque du pays (579.5 yards en moyenne en 2015) et de l’une des plus mauvaises défenses du pays (547.7 yards accordés en moyenne par match en 2015) font des Red Raiders l’un des programmes les plus imprévisibles… mais divertissants du pays. Depuis l’arrivée de coach Kliff Kingsbury, le secteur défensif a été un vrai problème pour le programme de Lubbock (Texas) mais le coordinateur défensif David Gibbs pourra compter sur deux joueurs transférés : DE Kolin Hill, ex-Notre Dame et NT Ondre Pipkins, ex-Texas Tech. Avec la présence du phénoménal duo QB Patrick Mahomes / WR Jakeem Grant, qui sera protégé par une ligne offensive expérimentée, Texas Tech aura toujours la possibilité de créer une surprise. Si la défense progresse dramatiquement, les Red Raiders pourraient même rendre une fiche positive en match de conférence Big 12 ce qu’ils n’ont plus réussi depuis 2009.

8. Kansas State Wildcats (6-7, 3-6 Big 12)
Le bilan négatif (6-7) de la saison 2015 fût le premier des Wildcats de l’ère Bill Snyder depuis 2005. Champion de la conférence Big 12 en 2012, Kansas State a participé à 6 bowls consécutifs. Pour prolonger cette série, les Wildcats devront nettement s’améliorer des deux côtés du ballon (333.7 yards offensifs en 2015, #112 du pays et 452.2 yards accordés en moyenne par match en 2015, #105 du pays). La tache ne sera pas facile avec une ligne offensive en reconstruction et un manque de playmakers autour du junior QB Jesse Ertz. Défensivement, les Wildcats compteront sur le retour de blessure du senior S Dante Barnett. Comme souvent, Kansas State voudra faire mentir les pronostics pessimistes à leur égard mais une qualification pour un bowl est un objectif raisonnable pour un programme qui débutera sa saison face à l’une des meilleures équipes des 5 dernières années, Stanford.

9. Iowa State Cyclones (3-9, 2-7 Big 12)
Après trois dernières saisons décevantes, l’apprécié coach Paul Rhodes a été remplacé par l’un des plus prometteurs coachs au niveau national, Matt Campbell (ex-Toldeo). Ce dernier apporte une vague de jeunesse au sein d’un programme d’Iowa State qui avait clairement besoin d’être réénergisé. Adepte de la spread offense, il peut compter sur la présence de deux des joueurs offensifs les plus talentueux de la conférence Big 12, RB Mike Warren et WR Allen Lazard. Toutefois, le remplacement de quatre titulaire sur la ligne offensive sera un vrai défi. Le retour de 8 titulaires au sein d’une défense qui a accordé 453.4 yards en moyenne par match en 2015 (#107 du pays) est une bonne nouvelle… ou pas. Faire mieux que les 3 victoires remportées en 2015 serait déjà un bon début pour ce nouveau coaching staff.

10. Kansas Jayhawks (0-12, 0-9 Big 12)
Les Jayhawks ont touché le fond en concluant la saison 2015 sans la moindre victoire, pour la 2ème fois seulement de leur Histoire. Kansas a perdu ses 15 derniers matchs et n’a pas gagné un seul match de conférence Big 12 à l’extérieur depuis… 2008 ! Le processus de reconstruction entamé par coach David Beaty l’an dernier va se poursuivre en 2016. Le sophomore QB Ryan Willis a impressionné lors de sa saison freshman. Il sera le maitre d’orchestre d’une attaque Air Raid commandée directement par coach David Beatty. Défensivement, les Jayhawks peuvent-ils réellement faire pire que les 560.8 yards accordés en moyenne par match en 2015 ? Les Jayhawks doivent profiter de l’un de leurs deux premiers matchs (face à Rhode Island et Ohio) pour retrouver le chemin de la victoire. Deux défaites dans ces deux rencontres et la saison de Kansas pourrait être longue, très longue.

Fondateur et rédacteur en chef de The Blue Pennant, Morgan Lagrée couvre le College Football depuis plus de 10 ans. En 2016, Morgan fût le premier reporter à couvrir le CFP National Championship Game pour un média francophone. Il co-anime le Podcast Bowl. Expert NFL et NBA. Grand amateur de la NHL. Fan ultime des Red Sox de Boston (MLB). Ancien étudiant de l'université McGill. #Redmen4Life

Publicité
Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Oklahoma Sooners

QB Spencer Rattler officiellement nommé quarterback titulaire à Oklahoma

Le quarterback redshirt freshman Spencer Rattler débutera la saison à la tête de l’attaque des Sooners après avoir remporté la bataille des QBs sur le campus de Norman.

Publié

le

Crédit photo : Jason Getz-USA TODAY Sports

Succéder à Baker Mayfield, Kyler Murray et Jalen Hurts sera le défi de taille que devra surmonter le redshirt freshman QB Spencer Rattler.

Après plusieurs semaines d’incertitude (pas vraiment pour être honnête), le coach des Sooners, Lincoln Riley, a levé tout doute concernant le nom du quarterback qui débutera la saison face à Missouri State.

Sous les ordres de coach Lincoln Riley, QB Baker Mayfield a remporté le trophée Heisman après avoir accumulé 4627 yards à la passe pour 43 TD. Premier joueur sélectionné lors de la draft NFL 2018, il a alors laissé sa place à QB Kyler Murray.

Ce dernier a suivi les pas de son prédécesseur en remportant lui aussi le trophée Heisman devant QB Tua Tagovailoa au terme d’une fin de saison exceptionnelle conclue avec un ratio TD-INT de 42-7 et un total de 1001 yards au sol pour 12 TD. Il a également été sélectionné #1 lors de la draft NFL 2019.

Enfin, QB Jalen Hurts a été tout aussi impressionnant en 2019 après son transfert d’Alabama. Ses stats en disent long : 3851 yards dans les airs, 32 TD et 8 INT et 1323 yards au sol pour 21 TD. 53 TD au total. Sans les 60 TD de Joe Burrow, il aurait probablement remporté le trophée Heisman.

Prospect vedette du recrutement 2019 (#1 QB, #9 National), QB Spencer Rattler a pris quelques snaps l’an dernier pour un total de 11 passes tentées et 81 yards.

Quarterback dual-threat, il semble posséder toutes les caractéristiques pour réussir au sein de l’attaque de Lincoln Riley bien que l’absence de spring practices et un Fall camp perturbé ne lui sera pas favorable.

Oklahoma débute sa saison 2020 face à Missouri State (FCS), le samedi 12 septembre.

Lire la suite

Oklahoma State Cowboys

Oklahoma State sanctionne Mike Gundy en modifiant son contrat

Au terme d’une enquête interne ouverte suite à l’affaire Chuba Hubbard/Mike Gundy, l’université Oklahoma State a décidé de raccourcir d’un an l’actuel contrat du coach des Cowboys qui verra également son salaire réduit d’un million de $.

Publié

le

Crédit photo : Brett Rojo-USA TODAY Sports

Selon les déclarations du directeur athlétique de l’université Oklahoma State, Mike Holder, l’idée de la réduction de durée de contrat et du salaire a été proposée par le coach des Cowboys.

Mike Holder a également réaffirmé sa conviction que Mike Gundy a toujours correctement traité les joueurs afro-américains et qu’aucun signe ne laisse penser à un racisme systémique au sein du programme de football.

Pour rappel, il y a deux semaines, le running back vedette des Cowboys, Chuba Hubbard s’en était ouvertement pris à son coach Mike Gundy, via son compte Twitter, en le critiquant pour avoir porté le t-shirt d’une chaine de TV controversée proche de l’extrême-droite américaine, One Amercia Network, qui a récemment qualifié le mouvement Black Lives Matter de « farce ».

En mai dernier, le coach des Cowboys avaient aussi qualifé le nouveau coronavirus de « virus chinois » ce qui lui avait déjà valu des critiques et des accusations de racisme.

Mike Gundy a également milité pour le retour des étudiants-athlètes sur les campus dès le mois de mai pour la reprise de l’entrainement même si cela devait mettre leur santé en danger.

« Je pense que Mike a pris conscience qu’il n’était pas assez proche de ses joueurs. Il va changer ça. » – Mike Holder, directeur athlétique de l’université Oklahoma State.

Le contrat de Mike Gundy a donc été raccourci de 5 à 4 ans et le salaire annuel garanti a été réduit de 75% à 50%. La close libératoire a elle-aussi été réduite passant de 5 millions à 4 millions de $. Cependant, aucune information n’a été communiquée concernant la réduction d’un million de $ du salaire de Mike Gundy : s’agit-il d’une réduction annuelle ou est-ce limité à l’année 2020 ?

« Ces changements ont été de l’initiative de Mike Gundy. Cela démontre son engagement à vouloir devenir un meilleur coach. Il souhaitait faire quelque chose de fort pour montrer à ces joueurs que ce n’était pas uniquement des mots. » – Mike Holder, directeur athlétique de l’université Oklahoma State.

Quelques jours après l’épisode du t-shirt, Mike Gundy a demandé des excuses dans une video enregistrée avec Chuba Hubbard.

À noter que lors de l’enquête interne menée par l’université, Mike Holder a indiqué avoir rencontré une vingtaine de joueurs des Cowboys dont la majorité étaient afro-américains.

Le contenu de ces recontres a amené le directeur athlétique d’Oklahoma State à conclure que Mike Gundy « n’a jamais montré le moindre signe de racisme envers ses joueurs » qui le respectent tous mais qui lui reprochent seulement « de ne pas être connecté avec leur réalité ».

Lire la suite

Texas Longhorns

13 joueurs de Texas testés positifs au covid-19

L’université du campus d’Austin (Texas) a annoncé que 13 joueurs des Longhorns ont été testés positifs ou sont considérés comme positifs au nouveau coronavirus.

Publié

le

Crédit photo : RICARDO B. BRAZZIELL/AMERICAN-STATESMAN

En plus de ces 13 joueurs positifs, l’université texane a indiqué que 10 autres joueurs se sont mis en quarantaine par prévention en raison de contacts prolongés avec ces étudiants-athlètes testés positifs.

Quatre étudiants ont également été positifs aux anticorps indiquant aisni qu’ils ont été infectés il y a quelques semaines.

Les entrainements volontaires des Longhorns de Texas ont débuté lundi dernier. Seulement deux joueurs ont été testés positifs à leur arrivée sur le campus d’Austin (Texas).

Texas débutera sa saison 2020 à domicile, le samedi 5 septembre, face aux Bulls de South Florida.

Lire la suite

Baylor Bears

Fin de cycle à Baylor

Le départ du coach Matt Ruhle provoquera-t-il un coup d’arrêt à la reconstruction du programme de Baylor ? Quelques éléments de réponses avec un tour d’horizon de la situation sur le campus de Waco (Texas).

Publié

le

Crédit photo : Jerome Miron-USA TODAY Sports

La saison 2019 aura été marquée par un retour de Baylor University au premier plan. En 3 ans, le head coach Matt Rhule est parvenu à faire passer les Bears d’un bilan de 1-11 à 11-3, allant même jusqu’à pousser Oklahoma en overtime lors du match de Big 12 Championship Game. Quelques semaines plus tard, Rhule annonce son départ du programme puis signe un méga-contrat de 7 ans et 62 millions de dollars avec les Carolina Panthers, réalisant ainsi son rêve de devenir coach en NFL. 

Le départ de Rhule marque la fin d’une ère pour Baylor qui perd non seulement son entraineur à succès, mais également plusieurs joueurs cadres passés pros tels que WR Denzel Mims, meilleur receveur de l’équipe l’an passé avec 12 touchdowns et plus de 1000 yards la saison passée, DE James Lynch et DT Bravvion Roy, piliers de la défense en 3-4 de Baylor qui s’est classée 12e à l’échelle de la FBS en nombre de tackles for loss. De plus, le turnover du coaching staff ne s’arrête pas au poste de head coach puisqu’en 2020, neufs nouvelles têtes vont faire leur apparition, y compris aux postes de coordinateurs offensif et défensif.

Le programme arrive donc en fin de cycle et se présente pour cette nouvelle saison avec des airs de rebuild. Les Bears parviendront-ils à bonifier le travail des années précédentes ou repartiront-ils de zéro ?

Voici quelques points d’attention à garder en tête avant que le football reprenne sur le campus de Waco (Texas).

Une défense entre de bonnes mains ?

Dave Aranda, coordinateur défensif de LSU la saison passée, a pris le poste de head coach. Bien que les statistiques défensives de LSU ne soient pas flamboyantes, Aranda est néanmoins parvenu à bâtir une escouade de champions nationaux grâce à bonne flexibilité (les Tigers ont par exemple switché d’un schéma 3-4 à 4-3 à la suite du match contre Ole Miss afin de mettre plus de pression sur le QB et les backs, le pari s’avèrera gagnant notamment contre Georgia). Il emmène dans ses bagages Ron Roberts, avec qui il avait travaillé du côté de Delta State (Division II). Roberts, nouveau DC des Bears, sort de deux saisons au même poste à Louisiana-Lafayette. Principal fait d’armes, il a fait passer la défense des Ragin’ Cajuns de 35 à 19 points accordés par match en moyenne (18e au rang national) entre 2018 et 2019.

Dave Aranda, coach des Bears de Baylor – Crédit photo : AP

En termes tactiques, les principes d’Aranda semblent compatibles avec les acquis de Baylor hérités de la saison passée : 3-4 avec une tendance à faire drop les linebackers afin de dissuader le QB adverse de tenter des passes longues, un pur man coverage 1-contre-1 sur les côtés, le tout en comptant sur des pass rushers puissants pour pallier l’infériorité numérique dans la boîte et quand même mettre la pression. Le seul point d’inquiétude concerne le pool de talents à disposition : Baylor se fait régulièrement devancer dans la course au recrutement et n’est pas parvenu à recruter des jeunes joueurs de ligne à fort potentiel récemment. Dans la classe 2020, on peut citer les cas des prospects 4-étoiles DE Alfred Collins (#2 SDE national chipé par Texas) et DE Princely Umanmielen (#9 WDE National signé par Florida) à qui les recruteurs de Baylor avaient pourtant rendu visite. 

Changement de style en attaque ?

Côté offense, les Bears ont décidé de faire confiance à Larry Fedora, ancien head coach de North Carolina pendant l’époque Trubisky. D’abord axé spread offense, Fedora a progressivement basculé vers un style bâti autour du jeu au sol, avec des outside rushes et des QB-run options qui pourraient plaire à Charlie Brewer, auteur de 11 touchdowns au sol la saison passée. Il y aura donc des choix à faire. L’attaque sous Rhule était en effet assez verticale, avec les tight-ends utilisés quasi-exclusivement comme des bloqueurs (seulement 7 passes réceptionnées par des TE sur toute la saison dernière !) et se caractérisait également par des running backs impliqués dans le passing game (WR Trestan Hebner et WR JaMycal Hasty ont combiné pour 500 yards dans les airs). 

QB Charlie Brewer, Baylor Bears – Crédit photo : Ron Jenkins/Getty Images

Quoi qu’il en soit Fedora pourra compter sur un core de joueurs expérimentés et fiables autour de Brewer : mélange intéressant de puissance et de vivacité, RB John Lovett sera certainement le running back numéro 1 et la paire de receveurs WR Tyquan Thornton – WR RJ Sneed devrait constituer les deux cibles principales dans le jeu en profondeur. Notons également la situation du côté des quarterbacks. Si QB Charlie Brewer devrait être titulaire pour sa saison senior, on verra se dessiner derrière lui la tendance pour 2021. Qui des sophomores QB Jacob Zeno ou QB Gerry Bohanon prendra le plus de répétitions ? Il faudra aussi suivre le retour de blessure de Brewer, qui avait dû quitter ses coéquipiers coup sur coup lors des deux derniers matches de la saison.

À long terme, quel impact sur le recrutement ?

Aranda jouit d’une bonne cote de popularité auprès des prospects qui sortent de high school. A LSU, il a été crédité du recrutement de plusieurs joueurs classés 5-étoiles par 247sports comme le cornerback Kristian Fulton, qui est devenu un second tour de draft depuis. Cependant, Baylor continuera de faire face à l’hyper-concurrence du football texan : les Bears ont depuis plusieurs années du mal à se détacher de cette image de 4e meilleure option du Big 12 derrière Oklahoma, Texas et Texas Christian. Avec seulement 17 commits pour 2020 à compter de la mi-mai, l’équipe d’Aranda compte provisoirement le nombre de recrues le plus bas de toute la conférence et devra s’activer plus que les autres pour compléter son effectif d’ici l’été.

Crédit photo : Jerome Miron-USA TODAY Sports

La situation du programme de football des Baylor Bears suscite donc beaucoup de curiosité et d’incertitude. Bien qu’il bénéficie encore d’une bonne réputation du fait de son succès récent, le programme se trouve dans une année charnière et devra rapidement prouver qu’il peut rebondir et s’affranchir de son ancien coach Matt Rhule. Il serait probablement irréaliste d’espérer que l’équipe atteigne à nouveau voire améliore son bilan de l’an dernier : une saison à l’équilibre comptable montrant des promesses d’un jeu efficace et favorable au développement des joueurs devrait permettre au nouveau staff de placer le programme sur de bons rails et envoyer de signaux positifs aux futurs prospects et à sa fanbase.

Lire la suite
Publicité

Preview 2020

Previewil y a 2 semaines

Preview 2020 : la fin de l’hégémonie d’Oklahoma sur la Big 12 ?

Avec la montée en puissance de Texas, d'Iowa State et d'Oklahoma State, la série de 5 titres de champion de...

Previewil y a 2 semaines

Preview 2020 : Clemson accentue sa domination sur la conférence ACC

Champion de conférence en titre, Clemson a imposé sa suprématie sur l'ACC depuis 5 ans. Est-ce que finalement Notre Dame...

Previewil y a 3 semaines

Preview 2020 : Commander-in-Chief’s Trophy

Air Force et Navy ont bouclé la saison 2019 dans le Top 25 mais les Falcons et les Midshipmen ont...

Previewil y a 3 semaines

Preview 2020 : Texas A&M Aggies

Pour sa 4ème saison à la tête des Aggies, QB Kellen Mond possède tous les playmakers autour de lui pour...

Previewil y a 3 semaines

Preview 2020 : LSU Tigers

LSU a tourné la page de la fabuleuse saison dernière mais ces Tigers version 2020 désormais menés par QB Myles...

Previewil y a 1 mois

Preview 2020 : Alabama Crimson Tide

Écarté des playoffs en 2019 et pillé par la NFL au printemps, le Crimson Tide d'Alabama reste la référence dans...

Previewil y a 1 mois

Preview 2020 : Auburn Tigers

Un effectif taillé sur mesure pour les rigueurs de la SEC et l'un des quarterbacks les plus prometteurs du pays...

Previewil y a 1 mois

Preview 2020 : Georgia Bulldogs

Vice-champions de conférence SEC l'an dernier, les Bulldogs sont de retour avec une attaque new look et une défense toujours...

Previewil y a 1 mois

Preview 2020 : Florida Gators

Après deux saisons consécutives terminées dans le Top 10 national, les Gators espèrent avoir trouvé en QB Kyle Trask le...

Actualitéil y a 1 mois

Preview 2020 : Tennessee Volunteers

Les belles promesses de Tennessee entrevues en fin de saison dernière compenseront-elles les nombreux points d'interrogation sur des secteurs cruciaux...

Articles les plus lus