Suivez-nous sur

Texas Longhorns

Preview 2016 : Texas Longhorns

Programme majeur de l’élite du College Football, Texas ne cesse de panser ses plaies depuis le départ du coach historique Mack Brown en 2013. Coach Charlie Strong sera sur un siège éjectable tout au long d’une saison 2016 que les Longhorns débuteront avec une équipe jeune et expérimentée mais au potentiel énorme.

Crédit photo : Matthew Emmons-USA TODAY Sports

Preview 2016 : Texas Longhorns

Texas Longhorns
Conférence Big 12
En 2015 : 5-7, 4-5 Big 12.
Head coach : Charlie Strong, 3ème année (11-14). Résultats en carrière : 48-30.
Coordinateur offensif : Sterlin Gilbert.
Coordinateur défensif : Vance Bedford.
Titulaires de retour : 6 en attaque, 7 en défense.
Joueurs-clés partis : RB Johnathan Gray, WR Marcus Johnson, G Sedrick Flowers, DT Hassan Ridgeway, KR Daje Johnson.
Joueurs à suivre : QB Shane Buechele, RB D’Onta Freeman, RB Chris Warren, OT Kent Perkins, DT Paul Boyette Jr., LB Malik Jefferson, CB Davante Davis, CB Holton Hill.

Programme majeur de première division (FBS), Texas ne cesse de panser ses plaies depuis le départ du coach historique Mack Brown en 2013. Embauché pour redresser l’équipe d’Austin, Charlie Strong est déjà sur la sellette après deux petites saisons.

Il faut dire que la progression n’est pas flagrante d’un point de vue comptable, avec deux bilans négatifs pour les Longhorns, et une non-participation à un bowl la saison passée.

Pour rectifier le tir, Strong a sans doute joué l’une de ses dernières cartes, en débauchant un nouveau coordinateur offensif. Sterlin Gilbert arrive donc presque en messie pour redresser une attaque anémique ces dernières saisons, avec une instabilité chronique au poste de quarterback.

Un nouveau système « Veer-and-Shoot » plus axé sur la passe devrait être mis en place par l’ancien coordinateur de Tulsa. Reste à savoir si la mayonnaise prendra assez vite.

Les recrutements de Charlie Strong sont également scrutés de près. Avec des classes performantes, Texas compte sur un contingent aussi jeune que talentueux, notamment en défense. En fin de saison dernière, un-tiers des titulaires étaient des joueurs de première année. De bon augure pour un programme qui peine de plus en plus à sortir des joueurs NFL (6 joueurs draftés sur les 3 dernières années, un seul l’an passé).

Attaque

Mis sur le devant de la scène, avec l’émergence de Teddy Bridgewater à Louisville, Charlie Strong peine encore à trouver son métronome offensif. Case McCoy, David Ash, Tyrone Swoopes, Jerrod Heard … En deux petites saisons, les quarterbacks ont été nombreux, et ont rarement su mettre à mal la concurrence. Une donnée qui pourrait changer en 2016, avec l’arrivée sur le campus du true freshman QB Shane Buechele.

Souvent comparé à Colt McCoy, dernier quart-arrière d’envergure à Austin, l’ancienne star de Lamar a impressionné le printemps dernier, marquant de précieux points dans les airs et confirmant son vrai statut de joueur double-menace. Ses bonnes prestations à la passe pourraient avoir raison de ses principaux rivaux sur le poste, le senior QB Tyrone Swoopes (537 yards à la passe, 4 TD, 1 INT) et le sophomore QB Jerrod Heard (1214 yards à la passe, 5 TD, 5 INT). Encore plus dans le système implanté par le nouveau coordinateur offensif Sterlin Gilbert.

Ce dernier a fait de l’attaque de Tulsa un feu d’artifice constant en 2015, révélant les receveurs locaux Keyarris Garrett et Keevan Lucas. A Texas, Gilbert aura également des armes à disposition, notamment sur le jeu profond. Marcus Johnson et Daje Johnson partis, le junior WR Armanti Foreman (182 yards, 2 TD) et le sophomore WR John Burt (457 yards, 2 TD) devraient mettre à contribution leur pointe de vitesse pour défier les cornerbacks de la Big 12, habituellement très réputés à l’échelon national. La détente du true freshman WR Collin Johnson a aussi fait des dégâts lors du dernier Spring Game et ne sera sûrement pas négligée par Charlie Strong et son staff. Même chose pour le true freshman WR Devin Duvernay, récemment parti de Baylor, suite aux scandales extra-sportifs du programme de Waco. Les juniors WR Dorian Leonard et WR Lorenzo Joe, ainsi le senior WR Jacorey Warrick se partageront les snaps derrière ce petit monde.

Depuis le départ de Jermichael Finley, Texas a rarement développé de receveurs efficaces au poste de tight end. Cette donnée pourrait évoluer cette année, avec le duel à distance entre le senior TE Caleb Bluiett (167 yards, 2 TD) et le junior TE Andrew Beck (72 yards), ancienne recrue 4 étoiles.
Les attentes sont légitimes concernant le jeu aérien des Longhorns. L’ADN du programme restera tout de même la course. Il serait d’ailleurs dommage de délaisser ce secteur, avec le tandem qui commande le backfield offensif.

Options de Johnathan Gray en début d’exercice 2015, le junior RB D’Onta Foreman (672 yards, 5 TD) et le sophomore RB Chris Warren (470 yards, 4 TD) sont tour à tour sortis du bois pour gagner leurs galons de titulaire. Le premier avait par exemple mis à mal les défenses de TCU et d’Oklahoma, mais avait souffert de blessures en de saison. Moment choisi par le second pour faire exploser la (très perméable) défense de Texas Tech. Le sophomore RB Kirk Johnson sera une troisième option, à moins que le true freshman arrivé de Baylor, RB Donovan Duvernay, ne se fasse sa place aussi rapidement que ses prédécesseurs.

La ligne offensive a pu compter sur l’injection de joueurs prometteurs en 2015 et devra poursuivre sur sa lancée pour confirmer les grands espoirs offensifs sur le campus. Les sophomores LT Connor Williams et RG Patrick Vahe ont apporté une aide bienvenue au senior RT Kent Perkins. Les regards seront plus appuyés vers le junior LG Brandon Hodges, successeur de Sedrick Flowers, et le redshirt freshman C Zach Shackelford. Eux aussi transfuges de Baylor, les recrues 4 étoiles OL JP Urdiquez et OL Patrick Hudson n’attendent qu’une chose : bouleverser la hiérarchie.

Défense

La saison 2015 a été celle de tous les paradoxes, défensivement parlant. Si de nombreuses jeunes pousses ont éclos et intégré le onze de départ, la défense de Texas a payé cher l’inexpérience de celles-ci. L’escouade du coordinateur défensif Vance Bedford a ainsi concédé plus de 452 yards par match, un triste record dans l’histoire du programme. Pour ne rien arranger, le defensive tackle Hassan Ridgeway a rejoint la NFL et le linebacker Peter Jinkens a bouclé son cursus universitaire. L’heure est donc au changement de leaders, notamment sur une ligne défensive pleine d’interrogations.

L’an passé, Shiro Davis et Bryce Cottrell étaient présentés comme des futures vedettes sur le pass rush. La donne a considérablement changé en un an. Une aubaine pour le sophomore DE Charles Omenihu (17 plaquages, un fumble forcé) dont la rapidité et la capacité à prendre le coin ont plu aux coaches texans. Le junior DE Naashon Hughes (57 plaquages, dont 9 pour perte, 5,5 sacks) devrait lui se voir confier le rôle de Fox, pass rusher hybride et très écarté sur le front seven (ou six) des Longhorns. Charge au senior DE Bryce Cottrell (4 sacks) d’être plus régulier pour redevenir un titulaire à part entière. Le transfert de Derick Roberson pousse enfin l’ancien linebacker DE Breckyn Hager sur l’extérieur de la ligne, pour apporter de la rotation. Il faudra aussi garder un œil sur les dernières recrues DE Erick Fowler et DE Malcolm Roach.

Au centre de la D-Line, le départ de Malcom Brown avait fait de sérieux dégâts en 2015. Quelles seront les conséquences, alors qu’Hassan Ridgeway a rejoint la NFL (Indianapolis Colts) ? Sur le papier, le senior DT Paul Boyette Jr. (37 plaquages dont 8 pour perte, 3 sacks) et le junior DT Poona Ford (39 plaquages, 2,5 sacks) ont des arguments à faire valoir, mais ont encore tout à prouver, au vu d’un run stop catastrophique en 2015. Comme sur beaucoup de postes cette année, des true freshmen sont à l’affût en backup : DT Jordan Elliott, DT D’Andre Christmas-Giles et DT Chris Daniels.

La star défensive des Longhorns se trouve incontestablement au sein du deuxième rideau. En dépit d’une blessure de fin de saison, le sophomore ILB Malik Jefferson (61 plaquages, 2,5 sacks, 3 passes défendues) a prouvé son gros potentiel en 2015 et devrait rester une arme multiple, oscillant entre les postes de middle et de weak-side linebacker, pour rusher et couvrir si besoin est. Autre joueur de deuxième année, ILB Anthony Wheeler (36 plaquages) aura encore plus de responsabilités en 2016 et devrait conserver un rôle de machine à plaquer. Dans un schéma à trois linebackers, le dernier ticket se jouera vraisemblablement au sein d’un trio, entre le senior LB Timothy Cole, le sophomore LB Edwin Freeman et la dernière recrue 4 étoiles LB Jeffrey McCulloch.

Habituellement surnommé « DBU », Texas devrait retrouver un backfield défensif assez monstrueux, et avec un système nickel qui a vu exploser certains nouveaux venus. Les sophomores CB Holton Hill (49 plaquages, 3 interceptions) et CB Davante Davis (35 plaquages, 7 passes défendues) en ont été les meilleurs exemples sur l’extérieur. Sauf surprise, ils seront préférés au sophomore CB Kris Boyd pour tenter de contrer les forces de frappe aériennes de la Big 12 (Baylor, Oklahoma State, West Virginia, …) Le senior et ancien walk-on SS Dylan Haines (47 plaquages, 5 interceptions, 3 passes défendues) fera office de leader dans cette escouade de defensive backs et sera de nouveau associé au junior FS Jason Hall (51 plaquages, 2 interceptions). A moins que le sophomore S DeShon Elliott ne tire son épingle du jeu. Parlant de sophomores, NB P.J. Locke et NB John Bonney se disputeront la place de nickelback, même si le premier a déjà pris une longueur d’avance.

Equipes spéciales

Le secteur qui a le plus souffert de la dernière intersaison est sans nul doute celui des équipes spéciales. Si le punter sophomore P Michael Dickson a montré de belles choses l’an passé, le reste est un petit chantier à reconstruire. Le poste de kicker a été un vrai casse-tête après la fin d’éligibilité de Nick Rose mais l’arrivée de LSU du senior K Trent Domingue (13/17 FG en 2015) via un transfert est un vrai soulagement pour des Longhorns dont le manque de relève crédible aurait permis, sans cette arrivée de dernière minute, au true freshman K Chris Naggar d’être l’heureux élu, ce dernier ayant refusé des bourses d’autres facs pour entrer comme walk-on à Texas.

Sur les retours de coups de pieds, les départs de Daje Johnson et de Duke Thomas sont à digérer. Fort heureusement, les Longhorns ont de sérieux athlètes en réserve, comme NB/PR/KR Kris Boyd et PR/KR Ryan Newsome.

Conclusion

La dernière classe de recrutement a rendu cette équipe de Texas plus que séduisante sur le papier. Mais dans une Big 12 homogène, les hommes de Charlie Strong doivent gérer un virage périlleux, entre changement de système offensif, excès de jeunesse en défense et grosse reconstruction sur équipes spéciales.
Pour ne rien arranger, le calendrier est loin d’être clément. Des déplacements à California, Oklahoma State, Kansas State et Texas Tech sans oublier la réception de Notre Dame et le Red River Rivalry face à Oklahoma, sur terrain neutre.
Une saison à neuf victoires minimum reste tout de même possible, surtout si QB Shane Buechele se révèle et que le run stop se réveille…

Grand fan de football américain. Spécialiste du football français, de la NFL et du College Football. Rédacteur à The Blue Pennant depuis 2015 et à touchdownactu.com. Animateur sur Radiossa, la radio du football américain.

Cliquer pour commenter

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également - Texas Longhorns