Suivez-nous sur

Baylor Bears

Preview 2016 : Baylor Bears

Terrassés par un scandale d’agressions sexuelles qui a provoqué la démission de l’ensemble de l’État-major de l’université et celle de coach Art Briles, les Bears de Baylor devront montrer un grande force de caractère pour rester dans la course au titre de conférence Big 12.

Preview 2016 : Baylor Bears

Baylor Bears
Conférence 12
En 2015 : 10-3, 6-3 Big 12. Russell Athletic Bowl : victoire contre North Carolina 49-38.
Head coach : Jim Grobe, 1ère année (0-0) – Résultats en carrière: 110-115-1.
Coordinateur offensif : Kendal Briles.
Coordinateur défensif : Phil Bennett.
Titulaires de retour : 5 en attaque, 4 en défense.
Joueurs-clés partis : QB Jarrett Stidham, WR Corey Coleman, WR Jay Lee, OL Spencer Drango, DE Shawn Oakman, DE Jamal Palmer, DT Andrew Billings, LB Grant Campbell, CB Xavien Howard.
Joueurs à suivre : QB Seth Russell, RB Shock Linwood, WR K.D. Cannon, OL Kyle Fuller, LB Taylor Young, DB Travon Blanchard, S Orion Stewart.

Architecte des Baylor Bears depuis 2008, Art Briles pourrait aussi devenir le bourreau de l’équipe texane dans les années à venir. Le programme de Waco s’est en effet retrouvé mêlé à une affaire de scandale sexuel et incriminant de nombreux anciens joueurs, dont le defensive end star Shawn Oakman.

Au courant de l’agression, Briles avait choisi de garder le silence pour préserver sa formation. De quoi lui coûter sa place à la tête de Baylor. De quoi aussi pousser la direction athlétique à nommer un successeur dans la précipitation. Nommé dans un premier temps, le coordinateur défensif Phil Bennett devrait finalement garder son rôle initial. C’est l’ancien head coach de Wake Forest, Jim Grobe, qui a finalement été choisi, mais en tant qu’intérim.

Cette affaire n’a pas seulement impacté le coaching staff du programme. Car une douzaine de recrues vient de quitter Waco, de par ces changements dans l’organigramme local. Le voisin et rival de conférence, Texas, s’en frotte d’ailleurs les mains, avec quatre anciens Bears en son sein.

Comme si cela ne suffisait pas, dans une année qui s’annonce en transition, le groupe va être sensiblement renouvelé. Les deux receveurs principaux (Corey Coleman, Jay Lee) ont filé vers la NFL, et quatre des cinq linemen offensifs ont fini leur cursus universitaire.

En défense, l’intégralité de la ligne défensive est partie et pour couronner le tout, le poste de quarterback pose de nombreuses questions, vu la santé du titulaire et le transfert de son remplaçant.

Attaque

2 104 yards à la passe, pour 29 touchdowns et 6 interceptions. Les statistiques ont de quoi donner le tournis pour un joueur qui n’a joué que six matches en 2016. Le senior QB Seth Russell est un des meilleurs quarterbacks du pays et sera assurément le meneur d’hommes d’une attaque explosive ces dernières années. Encore faudra-t-il qu’il reste en forme, après une blessure au cou contractée face à Iowa State.
Le natif de Dallas (Texas) sera à mettre dans du papier bulle, car la relève est quelque peu incertaine. QB Jarrett Stidham a demandé son transfert au début de l’été tout comme QB Chris Johnson a filé vers Houston en juin dernier. Deux joueurs de première année font figure de solution de secours si besoin est, dont le true freshman QB Zach Smith, fraîchement débarqué sur le campus de Waco.

Le changement de head coach ne devrait pas bouleverser le système offensif des Bears, d’autant que Kendal Briles reste aux commandes de l’attaque, malgré les déboires extra-sportives de son père.

Les receveurs devraient donc encore se régaler avec un playbook tourné vers les airs et les gros gains. Le junior WR K.D. Cannon (868 yards, 6 TD) était attendu pour prendre le relais de Corey Coleman, machine à touchdowns l’an passé. Sauf que là encore, l’aspect médical est à prendre en compte, le receveur venant de subir une opération du genou droit. Que les fans texans se rassurent, les solutions ne manquent pas au sein de l’escouade. Le senior WR Lynx Hawthorne (95 yards, TD) ainsi que les sophomores WR Chris Platt (155 yards, TD) et WR Ishmael Zamora (132 yards, 2 TD) se sont partagés des miettes l’an passé, mais ont de quoi perpétuer la tradition des receveurs explosifs de la fac.

Si Baylor restera craint à la passe, le jeu au sol aura clairement son mot à dire. Le junior RB Johnny Jefferson (1 009 yards, 8 TD) reste sur une prestation stratosphérique contre North Carolina lors du Russell Athletic Bowl (299 yards à la course, 3 TD), et sera une option de luxe derrière le senior RB Shock Linwood (1 362 yards, 10 TD).

Le backfield offensif sera tout de même dépendant des automatismes de la ligne offensive. Une O-Line très sérieusement renouvelée cette année, avec seulement un titulaire de 2015. Le senior C Kyle Fuller est cependant l’un des meilleurs à son poste à l’échelon national, et aura pour rôle d’encadrer les nouveaux titulaires, dont les deux sophomores LG Blake Blackmar et RT Patrick Lawrence, grands espoirs du campus pour les prochaines années. LT Dominic DeSouza arrive du Junior College pour protéger le côté aveugle de Seth Russell. Le junior RG Rammi Hammad devrait occuper le dernier spot de l’escouade.

Défense

En plus d’être à l’origine d’un scandale d’agression sexuelle qui a coûté cher à son programme, Shawn Oakman s’apprête à laisser un trou béant au sein de la ligne défensive. Les départs de l’autre defensive end Jamal Palmer et de la superstar Andrew Billings (NFL, Cincinnati Bengals) poussent d’ailleurs le coordinateur Phil Bennett à s’adapter, avec une ligne défensive à totalement recomposer.

La carte du Junior College a de nouveau été jouée, avec l’arrivée du DT Jeremy Faulk, sur l’intérieur de la ligne. Il assistera l’expérimenté senior DT Byron Bonds (7 plaquages), à moins que Jim Grobe ne privilégie un schéma défensif en 3-4. Le pass rush sera alimenté par les deux juniors DE Brian Nance (2 fumbles forcés) et DE K.J. Smith (23 plaquages), malgré les deux petits sacks cumulés par le duo en 2015.

Sur le poste de linebacker, le meilleur plaqueur de l’équipe, Grant Campbell, a terminé son cursus universitaire. Mais la relève est plus aguerrie que sur le premier rideau défensif. Le junior WLB Taylor Young (80 plaquages, 4 sacks) est un électron libre avec un incroyable volume de jeu. Sur un front comptant généralement six éléments, il sera épaulé par le senior MLB Alavion Edwards (61 plaquages, 2 sacks), à moins que le junior MLB Raaquan Davis ne se montre plus régulier.

Souvent décrié, de par l’incalculable nombre de yards abandonnés sur certains matches, le backfield défensif peut cependant compter sur des individualités de valeur. C’est le cas par exemple du senior SS Orion Stewart (64 plaquages), capitaine et âme défensive des Bears. Le junior NB Travon Blanchard (84 plaquages, 2 sacks, 2 interceptions, 4 fumbles forcés) est lui un homme à tout faire dans le slot. Sur l’intérieur du secondary, le junior FS Chance Waz a pris une option sur le senior FS/SS Taion Sells, mais la concurrence s’annonce excitante sur la position. Le secteur extérieur mettra à l’honneur le senior CB Ryan Reid (8 passes défendues) et l’intrigant redshirt freshman CB Jameson Houston, après le départ du shutdown corner du programme, Xavien Howard, vers la NFL (Miami Dolphins).

Equipes spéciales

C’est sans doute dur à croire, vu le chantier en préparation à Waco, mais les équipes spéciales devraient rester identiques à la saison passée. Le junior K Chris Callahan n’a pas toujours rassuré sur field goal, mais sera maintenu comme titulaire. Le sophomore P Drew Galitz restera également maître des punts.
Sur les retours de coups de pieds, les Bears n’ont que l’embarras du choix. Les deux receveurs KR/PR Lynx Hawthorne et KR/PR Ishmael Zamora seront sans doute les plus sollicités.

Conclusion

Dur de se faire une réelle idée du niveau de ces Bears, pour l’An I après Art Briles. Malgré une classe de recrutement réduite de moitié, Baylor a de quoi être performant sur le court voire le moyen terme, notamment offensivement. En défense, l’important renouvellement et le possible changement de système représentent de grosses zones d’ombre dont les rivaux de conférence pourraient profiter.
Question calendrier, les Texans auront l’avantage de recevoir Oklahoma State et surtout TCU dans leur antre du McLane Stadium, mais les déplacements à Oklahoma et Texas devraient être de sérieux tests. Il faudra aussi rester méfiant lors de la dernière semaine de saison régulière, chez une équipe de West Virginia qui réussit peu aux Bears à Morgantown ces dernières années.
Sauf nouveau marasme interne, ces Bears ont le potentiel pour accrocher sept ou huit victoires minimum.

Grand fan de football américain. Spécialiste du football français, de la NFL et du College Football. Rédacteur à The Blue Pennant depuis 2015 et à touchdownactu.com. Animateur sur Radiossa, la radio du football américain.

3 Commentaires

3 Comments

  1. Julien

    18 juillet 2016 à 08h23

    Bonjour Oakman est toujours UDFA ? Je ne le trouve dans aucune équipe…Merci

    • iello

      18 juillet 2016 à 10h18

      Sauf erreur de ma part, Oakman n’a toujours pas été jugé dans la dernière affaire en question, ce qui refroidit forcément les franchises NFL. Avec la politique prônée par la ligue vis-à-vis des violences faites aux femmes, signer un rookie toujours empêtré dans ce type d’affaire (et qui – parenthèse cynique – n’a sans doute pas le niveau d’un greg hardy ou d’un ray mcdonald), ça ferait peut-être un peu tâche …

      • Julien

        19 juillet 2016 à 08h14

        Ok merci…

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également - Baylor Bears