Suivez-nous sur

Actualité

La NCAA engage Oliver Luck pour assurer l’avenir

La NCAA vient d’engager le désormais ex-athletic director de West Virginia, Oliver Luck, en tant que vice-président exécutif afin d’exploiter son expertise dans le domaine de la gestion des dossiers brûlants, particulièrement la remise en cause du statut amateur des étudiants-athlètes.

La NCAA vient d’engager le désormais ex-athletic director de West Virginia, Oliver Luck, en tant que vice-président exécutif afin d’exploiter son expertise dans le domaine de la gestion des dossiers brûlants, particulièrement la remise en cause du statut amateur des étudiants-athlètes.

« Il nous apporte sa vaste et pratique expérience des domaines du sport, de l’éducation et des affaires. Surtout, son engagement pour le succès et le bien-être de nos étudiants-athlètes est incontestable. » C’est par ces mots que Mark Emmert, président de la NCAA, a accueilli Oliver Luck au sein de la direction de l’organisation du sport universitaire. Dans les faits, ce dernier devrait occuper le rôle de numéro deux dans la hiérarchie.

Oliver Luck (ex-Houston Oilers, NFL) et Andrew Luck (ex-Stanford)

Fort d’un curriculum vitae reluisant, Oliver Luck a ainsi intégré les hautes sphères de la NCAA afin d’apporter son expertise dans différentes disciplines. Ancienne vedette du college football, quarterback en NFL, Luck a également travaillé pour la Ligue en tant que Président de NFL Europe. Il a aussi géré la franchise de soccer du Houston Dynamo en MLS, et occupait dernièrement la fonction de directeur du département des sports à West Virginia depuis 2010, ainsi qu’un siège au comité de sélection du College Football Playoff.

Qui plus est, sa fille Mary Ellen évolue dans la NCAA au sein de l’équipe féminine de volleyball de Stanford, tandis que son plus jeune fils Addison devrait poursuivre une carrière universitaire comme joueur de soccer. Enfin, Oliver Luck est le père du quarterback Andrew Luck, ancien quarterback vedette du Stanford Cardinal, diplômé en Architecture, et premier choix de draft NFL, qui disputera dimanche le titre de finale de conférence AFC à la tête des Indianapolis Colts.

C’est pour ses nombreuses expériences passées et sa connaissance de différents milieux sportifs, amateurs et professionnels, que la NCAA a recruté Oliver Luck en tant que cadre. Ces dernières années, le statut de l’association qui régit les sports universitaires est de plus en plus controversé, par les nombreuses plaintes de fans qui critiquent son omnipotence, mais surtout de par les nombreuses affaires judiciaires qui l’impliquent. Le procès Ed O’Bannon, la question du comportement des joueurs, avec Jameis Winston accusé de viol en ligne de mire, la jurisprudence Penn State ou encore le regroupement des cinq conférences majeures du college football sont autant d’épines dans le pied de la NCAA.

Certains estiment d’ailleurs que le règne de la NCAA touche à sa fin. C’est pourquoi Oliver Luck devra aider son nouvel employeur à gérer les nombreux dossiers épineux. A commencer par la question de savoir si les étudiants-athlètes doivent être rémunérés pour leurs droits à l’image. Luck s’y était montré favorable lorsqu’il était encore athletic director à West Virginia.

QB Cardale Jones, Ohio State

Le débat est de plus en plus porté sur le fait que les étudiants-athlètes doivent être considérés comme des sportifs professionnels, et rémunérés comme tel. Récemment, un rapport expliquait que les frais scolaires des universités pourraient augmenter afin de répercuter une hypothétique rémunération des étudiants-athlètes, alors même que le système universitaire américain est déjà suffisamment critiqué pour ses coûts prohibitifs. Cardale Jones, révélation de la fin de saison et champion en titre avec Ohio State, sous le coup de sa récente médiatisation, a vu ressortir un message qu’il avait publié sur Twitter il y a deux ans, à propos duquel il contestait le caractère académique de la carrière universitaire des joueurs de football : « Pourquoi devrions-nous être contraints d’aller en classe si nous venons ici pour jouer au football, nous ne venons pas pour jouer à l’école les cours sont inutiles. »

Quoiqu’il en soit, la NCAA semble destinée à muter pour assurer son avenir, comme l’attestent ses récentes concessions, particulièrement sa décision de revenir sur les sanctions de Penn State, ou l’indépendance reconnue l’an passé des cinq conférences majeures (Big 10, Big 12, ACC, Pac-12 et SEC). Le « Big Five », comme on l’appelle, a d’ailleurs voté ce samedi une augmentation de la valeur totale des bourses d’étude offertes aux étudiants-athlètes, creusant toujours plus l’écart avec les conférences mineures. Oliver Luck hérite donc de la lourde tâche de conseiller Mark Emmert et les autres dirigeants de la NCAA afin que cette dernière conserve son statut identitaire et souverain.

Le Wall Street Journal rapporte également une anecdote selon laquelle Oliver Luck aurait autorisé la vente de bière lors des matches à domicile de West Virginia, afin de profiter des recettes substantielles liées à cette mesure pour la bonne santé des comptes du département des sports, alors même que le commerce d’alcool durant les rencontres universitaires est prohibé dans une très large majorité des écoles. Un sens des affaires exacerbé qui ne devrait pas faire tâche parmi les requins du comité directeur de la NCAA.

Taulier du blog USC Trojans FR pendant quelques années, Loïc Baruteu aka Bartholomeo a rejoint définitivement l'équipe de The Blue Pennant en septembre 2013 après plusieurs collaborations fructueuses.

Cliquer pour commenter

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également - Actualité