Suivez-nous

Actualité

La NCAA engage Oliver Luck pour assurer l’avenir

La NCAA vient d’engager le désormais ex-athletic director de West Virginia, Oliver Luck, en tant que vice-président exécutif afin d’exploiter son expertise dans le domaine de la gestion des dossiers brûlants, particulièrement la remise en cause du statut amateur des étudiants-athlètes.

Publié

le

La NCAA vient d’engager le désormais ex-athletic director de West Virginia, Oliver Luck, en tant que vice-président exécutif afin d’exploiter son expertise dans le domaine de la gestion des dossiers brûlants, particulièrement la remise en cause du statut amateur des étudiants-athlètes.

« Il nous apporte sa vaste et pratique expérience des domaines du sport, de l’éducation et des affaires. Surtout, son engagement pour le succès et le bien-être de nos étudiants-athlètes est incontestable. » C’est par ces mots que Mark Emmert, président de la NCAA, a accueilli Oliver Luck au sein de la direction de l’organisation du sport universitaire. Dans les faits, ce dernier devrait occuper le rôle de numéro deux dans la hiérarchie.

Oliver Luck (ex-Houston Oilers, NFL) et Andrew Luck (ex-Stanford)

Fort d’un curriculum vitae reluisant, Oliver Luck a ainsi intégré les hautes sphères de la NCAA afin d’apporter son expertise dans différentes disciplines. Ancienne vedette du college football, quarterback en NFL, Luck a également travaillé pour la Ligue en tant que Président de NFL Europe. Il a aussi géré la franchise de soccer du Houston Dynamo en MLS, et occupait dernièrement la fonction de directeur du département des sports à West Virginia depuis 2010, ainsi qu’un siège au comité de sélection du College Football Playoff.

Qui plus est, sa fille Mary Ellen évolue dans la NCAA au sein de l’équipe féminine de volleyball de Stanford, tandis que son plus jeune fils Addison devrait poursuivre une carrière universitaire comme joueur de soccer. Enfin, Oliver Luck est le père du quarterback Andrew Luck, ancien quarterback vedette du Stanford Cardinal, diplômé en Architecture, et premier choix de draft NFL, qui disputera dimanche le titre de finale de conférence AFC à la tête des Indianapolis Colts.

C’est pour ses nombreuses expériences passées et sa connaissance de différents milieux sportifs, amateurs et professionnels, que la NCAA a recruté Oliver Luck en tant que cadre. Ces dernières années, le statut de l’association qui régit les sports universitaires est de plus en plus controversé, par les nombreuses plaintes de fans qui critiquent son omnipotence, mais surtout de par les nombreuses affaires judiciaires qui l’impliquent. Le procès Ed O’Bannon, la question du comportement des joueurs, avec Jameis Winston accusé de viol en ligne de mire, la jurisprudence Penn State ou encore le regroupement des cinq conférences majeures du college football sont autant d’épines dans le pied de la NCAA.

Certains estiment d’ailleurs que le règne de la NCAA touche à sa fin. C’est pourquoi Oliver Luck devra aider son nouvel employeur à gérer les nombreux dossiers épineux. A commencer par la question de savoir si les étudiants-athlètes doivent être rémunérés pour leurs droits à l’image. Luck s’y était montré favorable lorsqu’il était encore athletic director à West Virginia.

QB Cardale Jones, Ohio State

Le débat est de plus en plus porté sur le fait que les étudiants-athlètes doivent être considérés comme des sportifs professionnels, et rémunérés comme tel. Récemment, un rapport expliquait que les frais scolaires des universités pourraient augmenter afin de répercuter une hypothétique rémunération des étudiants-athlètes, alors même que le système universitaire américain est déjà suffisamment critiqué pour ses coûts prohibitifs. Cardale Jones, révélation de la fin de saison et champion en titre avec Ohio State, sous le coup de sa récente médiatisation, a vu ressortir un message qu’il avait publié sur Twitter il y a deux ans, à propos duquel il contestait le caractère académique de la carrière universitaire des joueurs de football : « Pourquoi devrions-nous être contraints d’aller en classe si nous venons ici pour jouer au football, nous ne venons pas pour jouer à l’école les cours sont inutiles. »

Quoiqu’il en soit, la NCAA semble destinée à muter pour assurer son avenir, comme l’attestent ses récentes concessions, particulièrement sa décision de revenir sur les sanctions de Penn State, ou l’indépendance reconnue l’an passé des cinq conférences majeures (Big 10, Big 12, ACC, Pac-12 et SEC). Le « Big Five », comme on l’appelle, a d’ailleurs voté ce samedi une augmentation de la valeur totale des bourses d’étude offertes aux étudiants-athlètes, creusant toujours plus l’écart avec les conférences mineures. Oliver Luck hérite donc de la lourde tâche de conseiller Mark Emmert et les autres dirigeants de la NCAA afin que cette dernière conserve son statut identitaire et souverain.

Le Wall Street Journal rapporte également une anecdote selon laquelle Oliver Luck aurait autorisé la vente de bière lors des matches à domicile de West Virginia, afin de profiter des recettes substantielles liées à cette mesure pour la bonne santé des comptes du département des sports, alors même que le commerce d’alcool durant les rencontres universitaires est prohibé dans une très large majorité des écoles. Un sens des affaires exacerbé qui ne devrait pas faire tâche parmi les requins du comité directeur de la NCAA.

Taulier du blog USC Trojans FR pendant quelques années, Loïc Baruteu aka Bartholomeo a rejoint définitivement l'équipe de The Blue Pennant en septembre 2013 après plusieurs collaborations fructueuses.

Actualité

La NCAA approuve le fair catch dans les 25 yards sur les kickoffs

Le NCAA Football Rules Committee a officiellement décidé de permettre à une équipe qui réussit un fair catch dans ses propres 25 yards de bénéficier d’un touchback.

Publié

le

Changement important de règlement sur les kickoffs à partir de la saison prochaine : les kick returners seront désormais autorisés à exécuter un fair catch en agitant un brad dans les airs dans leurs propres 25 yards afin de bénéficier de la possession du ballon sur la ligne des 25 yards.

Finalement, ce nouveau règlement adopté par le NCAA Football Rules Oversight Panel, vendredi 13 avril, revient à élargir la zone de touchback de 25 yards.

Si le ballon se rend jusque l’en-but adverse lors du kickoff, l’attaque débutera toujours sur la ligne de 25 yards. Toutefois, si le kick returner décide de retourner le ballon, la possession du ballon commencera sur la ligne où le kick returner a été arrêté dans sa progression.

Ce changement de règlement vise à renforcer la sécurité des joueurs lors d’une phase de jeu qui est statistiquement l’une des plus dangereuses en raison de la violence des chocs entre joueurs.

A noter que d’autres changements ont été adoptés par le NCAA Football Rules Oversight Panel :

  • Suite au kickoff après un TD, l’horloge débutera avec 40 secondes au compteur afin d’accélérer le jeu.
  • Si un replay video vient inverser une décision arbitrale dans la dernière minute des deux mi-temps, un runoff de 10 secondes sera imposé dans le cas où la bonne décision n’aurait pas stopper l’horloge.
  • Les joueurs offensifs ne seront plus autorisés à effectuer des blocs sous la taille au delà de 5 yards par rapport à la ligne de scrimmage. Tous les blocs sous la taille doivent être effectués de manière frontale à l’exception des joueurs de ligne intérieure.
  • Il est interdit de prendre appui sur un coéquipier pour tenter de contrer un field goal ou un extra point.
  • Si une pénalité pour conduite anti-sportive est appelée contre la défense sur un FG, l’attaque a désormais l’option de bénéficier des yards associés à la pénalité sur le kickoff suivant.
Lire la suite

Actualité

Mark Emmert : « Payer les étudiants-athlètes en football et en basketball tuerait les autres sports »

Le président de la NCAA a une nouvelle fois fait un réquisitoire en faveur du status quo.

Publié

le

Crédit photo : Matt York/AP

Alors que le Final Four débutera dans quelques heures, le président de la NCAA était l’invité de l’ancien reporter d’ESPN pour une interview au cours de laquelle la question de l’amateurisme a été abordée.

Évidemment, c’est plutôt la question de la possibilité d’accorder des revenues à certains étudiants-athlètes qui fût au coeur des discussions.

« Si vous commencez à payer les étudiants-athlètes masculins, vous devez faire la même chose pour les femmes […] si vous payez seulement les athlètes en football et en basketball, les départements athlétiques devront éliminer les autres sports » – Mark Emmert, président de la NCAA.

Les commentaires de Mark Emmert sont plus que contestables.

Tout d’abord, il tente délibérément de mettre un terme au débat en suggérant que la seule façon de rémunérer les athlètes universitaires reviendrait à ce que les universités leur paient directement un salaire. Or, le modèle olympique est l’alternative la plus populaire. Elle rendrait possible de contourner à la fois les questions financières, le droit du travail et les questions de la Loi Title IX ce qui permettrait ainsi aux quarterbacks vedette ou aux rameurs féminines de bénéficier de différentes sources de revenus, notamment publicitaires. Mark Emmert le sait mais il a préféré d’écarter cette option prétendant ainsi qu’il n’y a pas d’autre alternative que le status quo.

Deuxièmement, Mark Emmert considère que le modèle NCAA a un impératif moral imposant ainsi que les joueurs de football et de basketball masculins s’affrontent gratuitement pour que le tennis et la natation puissent exister. Encore une fois, le président de la NCAA choisit d’ignorer le fait que le football et le basketball rapporte des millions de $ aux universités… qui le dépensent, certes, pour construire des installations sportives de haut niveau mais aussi pour offrir des salaires faramineux aux coaching staffs tout en préservant une bureaucratie parfois surabondante…

Le débat

Lire la suite

Actualité

Un fair catch dans les 25 yards bientôt considéré comme un touchback ?

Une proposition NCAA Football Rules Committee pourrait permettre à une équipe qui réussit un fair catch dans ses propres 25 yards de bénéficier d’un touchback.

Publié

le

Crédit photo : Reinhold Matay-USA TODAY Sports

Steve Shaw, l’éditeur en chef des règlements NCAA, a indiqué que cette proposition vise à contrecarrer une tendance émergente de certaines équipes qui exécutent des kickoffs hauts et courts afin de forcer les équipes adverses à repartir avec le ballon profondément dans leur territoire. Or, ces situations de jeu génèrent un haut niveau de collisions qui augmentent le risque de blessure grave notamment à la tête.

« Les coachs y ont prêtés une attention particulière et ils veulent rendre ces situations de jeu plus sûres tout en conservant la pérennité des kickoffs » – Steve Shaw, éditeur en chef des règlements NCAA.

Pour rappel, la position du ballon a été déplacée de la ligne de 30 yards à celle de 35 yards avant le début de la saison 2012. La position du ballon après un touchback a également été déplacée de la ligne de 20 yards à celle de 25 yards.

« Le comité a discuté des kickoffs pendant une longue période et nous allons continuer de travailler pour trouver les meilleures solutions avec d’améliorer cet aspect du jeu. Nous pensons qu’apporter cette modification nous permettra d’étudier ses effets sur la santé des joueurs. » – Larry Fedora, coach de North Carolina et président du NCAA Football Rules Committee.

Cette proposition sera envoyée à toutes les conférences et elle sera au coeur des discussions de la prochaine rencontre du the Playing Rules Oversight Panel, le 13 avril prochain. En cas d’approbation à cette occasion, cette règle entrerait en vigueur dès la saison 2018.

Lire la suite

Actualité

Chris Weinke nommé coach des running backs à Tennessee

L’ancien vainqueur du trophée Heisman se joint ainsi au coaching staff du nouvel head coach des Volunteers, Jeremy Pruitt.

Publié

le

Analyste offensif dans le coaching staff de Nick Saban à Alabama avec lequel il a remporté le titre de champion naitonal 2017, Chris Weinke a donc suivi son ancien collègue pour occuper un rôle plutôt inattendu.

En effet, Chris Weinke était quarterback lorsqu’il a remporté le prestigieux trophée Heisman 2000, un an après avoir mis la main sur le titre national en 1999 avec les Seminoles de Florida State.

Son contrat avec les Volunteers est d’une durée de deux ans pour un salaire annuel de 355 000 $.

« Il a un oeil formidable pour repérer les talents et il connait tous les aspects du jeu offensif comme personne. Il est un apport formidable pour le programme de Tennessee » – Jeremy Pruitt, head coach de Tennessee.

Chris Weinke a joué dans la NFL de 2001 à 2007 (Carolina Panthers, San Francisco 49ers). Il a également occupé le poste de coach des quarterbacks des Rams de Los Angeles en 2015-16. Il a également été le directeur du programme de football de la prestigieuse IMG Academy.

Il prend la succession surprise de Robert Gillespie qui occupait ce poste lors des 5 dernières saisons sous les ordres de l’ancien head coach, Butch Jones. Tout indiquait que Robert Gillespie resterait à Tennessee avant que le directeur athlétique Phillip Fulmer annonce finalement son départ.

Lire la suite
Publicité

TBP SUR TWITTER

Articles les plus lus