Suivez-nous

Actualité

La NCAA vote en faveur d’une simplification de la procédure de transfert

Les coachs ne pourront plus poser leur véto aux demandes de transfert d’étudiants-athlètes de leur programme de football.

Publié

le

Le Division I Council a officiellement approuvé un nouveau règlement simplifiant la procédure des transferts d’étudiants-athlètes qui ne seront désormais plus obligés de demander la permission avant d’être transférés dans un autre programme. Jusqu’à présent, les étudiants-athlètes devaient faire une demande de transfert auquel pouvait s’opposer un coach.

A partir d’octobre 2018, tout étudiant-athlète pourra être transféré dans une autre université sans avoir à demander la permission. Toutefois, il devra encore informer son ancienne université qui aura deux jours pour entamer les démarches administratives requises. Une fois ces démarches entreprises, les coachs des autres programmes seront autorisés à rentrer en contact avec l’étudiant-athlète.

Ce nouveau règlement vise ainsi à remédier à une situation où certains étudiants-athlètes se sont retrouvés limités dans leur choix au moment de choisir un nouveau programme. Par exemple, certaines universités interdisaient à un ancien joueur de la SEC d’être transféré dans un autre programme de la SEC.

Le cas de DT Antwuan Jackson est ainsi significatif. En 2016, cet ancien joueur d’Auburn a été contraint de poursuivre sa carrière au niveau JUCO (Blinn College) car les Tigers ne l’ont pas autorisé d’être transféré dans une autre université de la conférence SEC ni à Ohio State ou Clemson. Il a fini par rejoindre les Buckeyes en 2018 mais au prix d’un passage par l’échelon inférieur.

À partir d’octobre, ces limitations ne seront plus possibles… à moins que les conférences imposent un règlement plus restrictifs que celui voté par la NCAA même s’il est peu probable que les conférences s’aventurent sur ce terrain glissant.

Fan des Tigers de LSU et spécialiste de la conférence SEC, Nolan a rejoint la rédaction en avril 2016 comme rédacteur régulier des news.

Publicité
Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Actualité

Vers une annulation de la saison 2020 de College Football

La Covid-19 pourrait finalement faire dérailler une saison 2020 de college football en sursis depuis les annulations en cascade des spring practices il y a quelques mois.

Publié

le

Crédit photo : Getty Images

Le 5 août dernier, quelques mois après s’être déclaré indépendant quittant du même coup la conférence AAC, UConn est devenu le premier des 130 programmes sportifs de FBS à annuler sa saison 2020.

Le 8 août, la conférence MAC a suivi la même voie, sous l’impulsion de la Présidente de l’Université de Northern Illinois, Lisa Freeman, ancienne scientifique dans la recherche. Si la possibilité de jouer au printemps prochain a été évoquée par la MAC, cette décision a apporté de l’eau au moulin des partisans d’une annulation des sports d’automne, dont le sport universitaire numéro un, le football, aux États-Unis.

Place au pessimisme désormais, alors que les cinq conférences de Power 5 (ACC, Big Ten, Big 12, Pac-12, SEC) ont tenu une réunion en urgence hier, dimanche 9 août, selon ESPN. L’éventuelle annulation de la saison 2020-21 en était le sujet principal mais la décision n’a pas encore été prise. Kevin Warren, le patron de la conférence Big Ten, favorable au report de la saison au printemps 2021, ferait ainsi pression pour que l’ensemble des conférences de la FBS suivent l’exemple de la MAC et prennent une décision commune.

Évidemment, si la saison n’a pas encore été annulée, c’est avant tout parce que les pertes financières seraient extrêmement lourdes pour les universités, avec un déficit de plusieurs milliards de dollars en cas de renoncement à jouer cette année.

Cependant, alors que plusieurs stars du college football comme WR Rashod Bateman (Minnesota), WR Rondale Moore (Purdue) ou LB Micah Parsons (Penn State) ont déjà choisi de ne pas jouer en 2020 par crainte d’une exposition à la Covid-19, le soutien pour le maintien de la saison est venue des joueurs.

Le mouvement #WeWantToPlay a été initié hier, avec en têtes les vedettes QB Trevor Lawrence (Clemson), QB Justin Fields (Ohio State), RB Najee Harris (Alabama), RB Chubba Hubard (Oklahoma State) ou OT Penei Sewell (Oregon). Objectif : établir un cahier des charges permettant aux joueurs de s’entraîner, de se déplacer et de jouer en sécurité grâce à des mesures sanitaires drastiques. Une ébauche des conditions préalables au maintien de la saison a été proposée par les joueurs et elle pourrait servir de base pour permettre à la NCAA de laisser les équipes de football jouer cet automne.

Lawrence, Fields et les stars de Power 5 ont donc suivi le mouvement venu de l’Ouest, #WeAreUnited, lancé par des éléments de Pac-12, il y a quelques semaines, pour garantir des conditions propices aux joueurs.

L’organisation College Athlete Unity, lancée cet été par DB Hunter Reynolds (Michigan), pour rassembler les joueurs de Big Ten a également été incluse. Une association des joueurs de college football pourrait émerger de cette union nationale à l’avenir et donner plus de poids décisionnel aux principaux intéressés, même en cas d’annulation de cette saison 2020.

Lire la suite

Actualité

Preview 2020 : Tennessee Volunteers

Les belles promesses de Tennessee entrevues en fin de saison dernière compenseront-elles les nombreux points d’interrogation sur des secteurs cruciaux afin de faire des Vols de réels prétendants dans la SEC East ?

Publié

le

Crédit photo : Donald Page/Getty Images

50 previews en 50 jours, c’est une série estivale de 50 présentations exclusives préparées par toute l’équipe TBP afin de vous permettre de tout savoir concernant la prochaine saison de College Football. On retrouve aujourd’hui les Volunteers de Tennessee.

Tennessee Volunteers

Conférence SEC

Division East
 

En 2019 : 8-5, 5-3 SEC. Gator Bowl : victoire contre Indiana (23-22).
Head Coach : Jeremy Pruitt, 3ème année (13-12).
Coordinateur offensif : Jim Chaney.
Coordinateur défensif : Derrick Ansley.
Titulaires de retour : 16 (7 en attaque, 7 en défense, kicker, punter).
Joueurs clés partis : WR Jauan Jennings, WR Marquez Callaway, DE Darrell Taylor, LB Daniel Bituli, S Nigel Warrior.
Joueurs à suivre : QB Jarrett Guarantano, RB Eric Gray, WR Josh Palmer, OT Wanya Worris, G Trey Smith, OL Cade Mays, LB Henry To’oto’o, CB Bryce Thompson, S Shawn Shamburger, S Jaylen McCullough.

Du bord du gouffre au fol espoir ! La saison 2019 des Tennessee Volunteers aura été plus que mouvementée et aurait pu accoucher de différents scénarios, au vu du début de saison atroce du programme de Knoxville. Des défaites surprises, d’entrée, contre Georgia State et BYU, en double prolongation, qui avaient laissé entrevoir une nouvelle année de reconstruction sous la coupe de Jeremy Pruitt.

Mi-octobre, les pensionnaires du Neyland Stadium affichaient un terrible bilan de deux victoires pour cinq défaites, sur fond d’énième doute au poste de quarterback, avec la destitution momentanée du très décrié Jarrett Guarantano. Pourtant, les Vols ont fait preuve de ressources dans la dernière ligne droite. Cinq victoires pour terminer la saison, puis le sacre lors d’un Gator Bowl remporté au bout du suspense, contre Indiana.

Mais si cette équipe a du caractère, elle va aussi devoir démontrer plus d’assurance pour se rapprocher des ogres Georgia et Florida dans la division SEC Est. L’effectif est jeune, talentueux et très peu bouleversé. Mais les escouades semblent aussi très inégales à l’orée de cette campagne pour le moins particulière. Que peut concrètement envisager Tennessee, et grâce à qui ?

Forces

QB Jarrett Guarantano – Crédit photo : Randy Sartin-USA TODAY Sports

C’est indéniablement un axe majeur de coach Pruitt depuis sa prise de fonction en tant que head coach : le développement des lignes. Le technicien de Knoxville a accumulé des classes de recrutement séduisantes et se présentent avec des groupes quantitativement monstrueux, des deux côtés du ballon.

En attaque, la vedette de la O-Line est bien sûr le guard G Trey Smith, longtemps freiné par d’importants soucis de santé et qui semble revenir à son meilleur niveau. Mais il ne parait plus aussi seul. Ancien transfert d’Alabama, le senior C Brandon Kennedy est une valeur sûre au poste de centre, et la recrue 5 étoiles OT Wanya Morris s’est fait sa place de titulaire sur le poste de tackle côté aveugle. Jeremy Pruitt a aussi réussi le coup de force de mettre la main sur OL Cade Mays, ancien guard de Georgia, via un transfert, pour consolider l’intérieur de son rempart. On pourrait s’arrêter là, mais la rotation fait peur, avec une autre grosse recrue de la cuvée 2019, OT Darnell Wright ou son principal concurrent l’an passé, OT R’John Calvert, en tackle droit. Le guard G Jerome Carvin ou le true freshman C Cooper Mays (frère de Cade) sont d’autres prospects à surveiller de près.

En défense, moins de gros noms sur le papier, mais que de solutions pour le nouveau coach de position, Jimmy Brumbaugh. Pourtant, le programme a dû se séparer de son massif nose tackle Emmitt Gooden, viré pour des affaires de violence domestique. Le joueur revenait d’une déchirure des ligaments croisés. C’est donc une féroce compétition qui s’amorce pour déterminer les joueurs les plus en vue du front-3. Transfert de Michigan, l’an passé, DE Aubrey Solomon semble être devenu l’un des hommes de base du coordinateur Derrick Ansley. Meilleur plaqueur des siens sur le premier rideau, DT Matthew Butler (45 plaquages) a une légère longueur d’avance de l’autre côté, mais il devra surveiller les autres seniors DL LaTrell Bumphus et Darrel Middleton, sans oublier le junior DL John Mincey. Sensation arrivée de Junior College la saison passée, DL Savion Williams doit encore convaincre mais a les arguments physiques pour le faire. Sur le spot laissé « vacant » par Gooden, Tennessee a là aussi pas mal d’options, avec les deux sophomores NT Greg Emerson et NT Kurrott Garland. Plus productif en 2019, le premier a l’avantage d’apporter un peu de pression sur le quarterback. Si besoin, le redshirt freshman DL Elijah Simmons aura sûrement voix au chapitre.

Qu’on se le dise : cette formation des Vols est armée, quels que soient les circonstances. C’est aussi vrai au sein du backfield offensif où, malgré le départ de Tim Jordan, là encore pour des problèmes judiciaires, le programme peut compter sur un solide duo : le senior RB Ty Chandler (655 yards, 3 TD en 2019) et surtout le sophomore RB Eric Gray (539 yards, 4 TD), héros du dernier Gator Bowl contre Indiana. Blessé et redshirté l’année dernière, RB Carlin Fils-Aime a l’occasion d’obtenir quelques snaps, en plus de contribuer sur équipes spéciales.

OL Trey Smith (#73) – Crédit photo : C.B. Schmelter/Chattanooga Times Free Press

Enfin, le run stop peut être vu comme une possible force de l’équipe. On a parlé de la ligne défensive et de ses nombreux gaillards, mais le meilleur joueur défensif est bien au poste de linebacker. L’ancienne recrue 4 étoiles LB Henry To’oto’o a crevé l’écran en 2019, totalisant 72 plaquages et devenant la tour de contrôle locale. L’escouade de linebackers est d’ailleurs très polyvalente et prête à contrer le jeu au sol, à l’image d’un LB Quavaris Crouch, utilisé jusque-là sur l’extérieur et qui se recentre, après la fin d’éligibilité de Daniel Bituli. Dans une défense souvent amenée à jouer en système nickel, le backfield défensif a aussi son importance pour stopper les running backs. LB/S Shawn Shamburger est l’un des plus redoutables plaqueurs de la conférence SEC et le sophomore S Jaylen McCullough s’est affirmé comme un solide titulaire prêt à prendre la suite de Nigel Warrior.

Côté équipes spéciales, les botteurs sont de retour. Tant mieux, car le senior K Brent Cimaglia est l’un des nouveaux tauliers de la SEC à son poste, avec un 23/27 sur field goal et aucun extra-point oublié en 2019. Avec 42 yards de moyenne, le junior P Paxton Brooks a pris la main sur le poste l’an passé et ne devrait plus la laisser, malgré l’arrivée du transfert de Connecticut, Brett Graham.

Faiblesses

Pour faire simple, si le sol devrait être un domaine de prédilection, les airs ne rassurent pas autant. Paradoxal, quand on s’appelle les Vols. Blague à part, cette campagne sera une nouvelle fois dictée par le niveau de Jarrett Guarantano (2158 yards, 16 TD, 8 INT en 2019). Jamais totalement rassurant, celui qui est désormais senior montre tout de même des progrès constants au fil des années. A l’image de sa formation. Est-ce suffisant pour emmener Tennessee plus haut ? Il le faudra, car malgré un casting fourni, les Volunteers n’ont aucune garantie sur la valeur de leurs chefs d’orchestre. QB Brian Maurer et QB JT Shrout ont été lancés l’an dernier, pour un succès relatif (3 touchdowns, 5 interceptions à eux deux) et le true freshman 4 étoiles QB Harrison Bailey apparait comme une option excitante, sans plus de certitudes que ses homologues.

LB Henry To’oto’o – Crédit photo : Tennessee Athletics

L’urgence au poste de quarterback est sûrement accentuée par la situation de leurs cibles. Car Tennessee a perdu ses deux principaux receveurs, Jauan Jennings et Marquez Callaway, pendant l’intersaison. Auteur de 457 yards et d’un petit touchdown, en 2019, WR Josh Palmer est attendu pour prendre plus d’envergure et pourra compter sur le retour de WR Brandon Johnson, redshirté lors de la dernière campagne. A cela s’ajoute la présence des sophomores WR Ramel Keyton et WR Cedric Tillman, ou encore le transfert arrivé de USC, Velus Jones. Côté tight end, peu de profils de bons receveurs, encore plus après l’opération annoncée d’Austin Pope, pour des douleurs récurrentes au dos.

En défense, l’objectif sera de se montrer plus efficace contre la passe. Certes, le duo de cornerbacks sophomores CB Bryce Thompson et CB Alontae Taylor a de l’allure et a compilé 4 interceptions l’année passée. Mais avec 5 passes défendues à eux deux, le bilan reste assez maigre. Le poste est tout de même profond, avec le sophomore CB Warren Burrell et les seniors CB Kenneth George et CB Baylen Buchanan. Mais aucun d’eux ne pourra vraiment briller sans un pass rush retrouvé et qui fait peine à voir depuis le départ de Derek Barnett vers la NFL en 2017. Pour ne rien arranger, le meilleur joueur dans cet exercice en 2019, Darrell Taylor, a lui aussi rejoint les rangs professionnels. Une pression supplémentaire sur les épaules du senior LB Deandre Johnson et du junior LB Kivon Bennett. A moins que le sophomore LB Roman Harrison, en vue en fin de saison, ne tire les marrons du feu …

Pour les fans locaux, l’un des autres impondérables est devenu l’extra-sportif. Car les affaires Gooden et Jordan ne sont pas les premières sur le campus de Knoxville et sans une certaine discipline personnelle, les Volunteers auront bien du mal à être à la hauteur de leurs ambitions.

Conclusion

Un groupe terriblement talentueux. De la profondeur à tous les étages. Une forme de rédemption entrevue en fin de saison dernière. Dans le sillage de jeunes cadres aux dents longues (Gray, To’oto’o, McCullough), Tennessee entend repointer son nez au premier plan de la division Est et de la SEC en général. Mais il existe beaucoup trop de points d’interrogation sur des secteurs cruciaux du jeu (quarterback, receveurs, pass rush). Qu’importe, les Vols ont largement les épaules pour s’inviter de nouveau dans le top 3 de la division, voire s’offrir le scalp d’un de ses deux principaux rivaux, Georgia ou Florida. Une saison de « transition ++ », avec une qualification en bowl important (ne serait-ce qu’Outback ou Citrus) parait le minimum syndical.

Évaluation
  • Attaque
  • Défense
  • Équipes spéciales
  • Coaching
  • Potentiel
3.9
Lire la suite

Actualité

L’élite du College Football adapte ses calendriers 2020

Plusieurs conférences du Power Five ont annoncé des modifications majeures dans leur calendrier pour faire face à la pandémie de la COVID-19.

Publié

le

Crédit photo : John Bazemore, AP

Le coup d’envoi de la saison 2020 de College Football était initialement prévue le samedi 29 aout avec plusieurs matchs organisés lors de la week 0, suivie une semaine plus tard, de la week 1 inaugurale marquée notamment par le choc entre deux programmes historiques, Alabama vs USC… qui n’aura finalement pas lieu.

La pandémie dûe à la COVID-19 continue de faire des ravages aux États-Unis et le retour de tous les étudiants sur les campus à travers le pays au début du mois de septembre ont forcé les instances de chaque conférence à revoir leur copie afin de garantir que la saison puisse être maintenue tout en essayant de protéger la santé des étudiants-athlètes.

On vous propose un tour d’horizon complet dans chaque conférence du Power Five afin d’y voir un peu plus clair suite aux annonces de la semaine passée.

ACC

Coup d’envoi : la semaine du 7 au 12 septembre 2020.
Principe : 11 matchs par équipe (10 matchs intra-conférence et 1 match hors-conférence). Une seule division. Notre Dame rejoint la conférence et sera éligible pour l’ACC Championship Game.
Finale de conférence : samedi 12 ou 19 décembre 2020.

Après la Big Ten, l’ACC a été la seconde conférence à annoncer une restruction de son calendrier tout en maintenant la possibilité pour chaque programme d’avoir un match hors-conférence dans un modèle « plus one ».

Ainsi, chaque membre de l’ACC jouera dix matchs intra-conférence (cinq à domicile, 5 à l’extérieur) auxquels s’ajoute un match hors-conférence dont les adversaires restent à déterminer. Ce match hors-conférence devra obligatoirement être organisé à domicile. Chaque équipe de l’ACC jouera donc 6 matchs à domicile et 5 à l’extérieur.

Ces 11 matchs se dérouleront sur une période de 13 semaines ce qui donne 2 dates « ouvertes » permettant une certaine flexibilité si certaines rencontres devaient être reportées.

Source : Twitter/ACCFootball

Grande nouveauté : les deux divisions « Atlantic » et « Coastal » disparaissent momentément au profit d’une division unique à 15 équipes (14 membres de l’ACC + Notre Dame) ! Les deux meilleures équipes au terme des 11 matchs de saison régulière s’affronteront lors de l’ACC Championship Game prévu au Bank of America Stadium de Charlotte, le samedi 12 ou 19 décembre 2020.

Autre événement : pour la première fois en 133 ans d’existence, le programme de football des Fighting Irish de Notre Dame jouera donc au sein d’une conférence ! Historique.

Le calendrier complet et définitif sera communiqué dans les prochains jours.

Big Ten

Coup d’envoi : date non-communiquée.
Principe : à définir.
Finale de conférence : à définir.

Le 9 juillet dernier, la conférence Big Ten a été la première à annoncer que son calendrier 2020 sera restreint à des matchs intra-conférence… « si et seulement si la saison peut être organisée ».

Trois semaines plus tard, on n’en sait pas beaucoup plus puisque le calendrier complet n’a pas été encore communiqué.

« En limitant les matchs à des adversaires membres de la Big Ten, notre conférence se donne une grande flexibilité pour ajuster ses opérations en cours de saison si des décisions rapides doivent être prises en fonction de l’évolution de la pandémie » – président de la Big Ten.

Ainsi, plusieurs matchs hors-conférence très attendus sont donc purement et simplement annulés : Michigan-Washington, Ohio State-Oregon, Penn State-Virginia Tech, Michigan State-Miami et Wisconsin-Notre Dame. Le toujours très attendu, ¡El Assico!, entre Iowa-Iowa State est également annulé.

Le calendrier complet et définitif sera communiqué dans les prochains jours.

Big 12

Aucune annonce n’a encore été faite concernant le calendrier 2020 mais tout indique que la conférence Big 12 devrait suivre les autres conférences du Power Five.

La Big 12 possède un avantage sur les autres conférences du P5 puisqu’elle est déjà organisée autour d’un calendrier intra-conférence de 9 matchs lors duquel chaque équipe affronte les autres équipes de la conférence (« round robin »).

Un ou plusieurs matchs hors-conférence seront-ils autorisés ? Rien est sûr.

Toutefois Oklahoma a déjà annoncé unilatéralement que son match contre Missouri State était avancé au samedi 29 aout…

Le Media Day virtuel prévu lundi 3 aout a été annulé.

Le calendrier complet et définitif sera communiqué dans les prochains jours.

Pac-12

Coup d’envoi : samedi 26 septembre 2020.
Principe : 10 matchs par équipe (5 à domicile, 5 à l’extérieur). 1 bye week par équipe. Aucun match en week 12.
Finale de conférence : vendredi 18 ou samedi 19 décembre 2020.

Le 10 juillet dernier, le commissionnaire de la Pac-12 avait annoncé que le calendrier 2020 serait limité à des matchs intra-conférence. Trois semaines plus tard, les universités se sont mises d’accord sur le principe d’un calendrier complet de 12 semaines au cours duquel chaque équipe jouera 10 matchs ce qui donne 2 semaines de flexibilité pour gérer d’éventuels matchs reportés en raison d’une éclosion de cas positifs à la COVID-19.

La finale de conférence (prévue le 18 ou 19 décembre) se jouera sur le terrain du champion de division avec le meilleur bilan au terme de la saison régulière et non à l’Allegiant Stadium de Las Vegas (Nevada) comme initialement prévu. Le nouveau stade des Raiders (NFL) et de UNLV accueillera le Pac-12 Championship Game en 2021 et 2022 afin de respecter le contrat de 2 ans signé l’année dernière.

Chaque équipe jouera 5 matchs à domicile et 5 matchs à l’extérieur. La week 1 sera marquée par deux Rivalry Games habituellement organisés en fin de saison régulière : la Territorial Cup entre Arizona State et Arizona et la « Battle of L.A. » entre USC et UCLA.

Le début de la phase 2 du plan de retour à l’entrainement est reporté au lundi 3 aout 2020 tandis que le coup d’envoi du Fall Camp officiel est désormais fixé au lundi 17 aout.

Calendrier complet

SEC

Coup d’envoi : samedi 26 septembre 2020.
Principe : 10 matchs par équipe (5 à domicile, 5 à l’extérieur). 1 bye week par équipe. Aucun match en week 12.
Finale de conférence : samedi 19 décembre 2020.

Après l’ACC, la Big Ten et la Pac-12, la Southeastern Conference (SEC) a emboité le pas en annonçant, jeudi 30 juillet, que les présidents d’universités de ses 14 membres se sont mis d’accord sur le principe d’un calendrier de 10 matchs intra-conférence dont le coup d’envoi sera donné le samedi 26 septembre 2020. Le SEC Championship Game, maintenu au Mercedes-Benz Stadium d’Atlanta (Géorgie), se déroulera le samedi 19 décembre prochain.

Chaque équipe aura un bye week en cours de saison régulière et la week 12 ne comprend actuellement aucun match afin de préserver une date ouverte pour l’organisation éventuelle de matchs qui auraient dûs être reportés.

« Nous pensons que ces ajustements apportés au calendrier nous donnent les meilleures chances de pouvoir avoir une saison complète tout en nous donnant la possibilité de nous adapter aux incertitudes liées au virus et la flexibilité d’ajuster éventuellement les calendriers de chaque programme » – Greg Sankey, commissionnaire de la SEC.

Les programmes de la SEC jouent habituellement 8 matchs de conférence (dont 6 contre les équipes de leur division et 2 contre des équipes de l’autre division) et 4 matchs hors conférence (dont un ou deux « cupcakes ») ce qui implique donc que ce nouveau calendrier 2020 forcera l’organisation de deux nouveaux matchs intra-conférence contre des équipes de l’autre division (« crossover »),

La composition exacte de ce nouveau calendrier sera annoncée dans les prochains jours après approbation de l’ensemble des directeurs athlétiques de la SEC. Aurons-nous droit à l’ajout d’un Alabama/Georgia ou d’un Alabama/Florida ?

L’annonce de l’annulation de tous les matchs hors-conférence pour les équipes de la SEC entraine ainsi l’annulation de plusieurs Rivalry Games dont les habituels Georgia-Georgia Tech, Florida-Florida State, Clemson-South Carolina et Kentucky-Louisville. Les chocs de la week 1 (Alabama-USC, Georgia-Virginia, Auburn-North Carolina) sont également annulés.

Group of Five

Les programmes des conférences du Group of Five (AAC, C-USA, Mountain West, Sun Belt) sont les grands perdants de ce ramaniement des calendriers des conférences du Power Five puisqu’elles voient ainsi s’envoler des millions de $ qui devaient tomber dans leur poche lors des nombreux matchs G5-P5 initialement prévus pour la saison 2020.

Aucune information concernant le calendrier de conférences du Group of Five n’a été communiquée.

Lire la suite

Actualité

Saison 2020 : est-ce déjà trop tard?

La semaine dernière a été riche en événements dans le petit monde du College Football : entre éclosions de cas de COVID-19, calendriers bouleversés et autres annulations, on fait le point sur la situation.

Publié

le

Crédit photo : Lynne Sladky, AP

Avec plus de 70 000 nouveaux cas positifs au Covid-19 en un jour, les Etats-Unis ont établi un triste record le weekend dernier. Pire encore, on retrouve parmi les foyers de la pandémie des États tels que la Floride, l’Arizona et le Texas, états connus pour l’engouement de leurs fans pour la saison de football.

Selon le Washington Post, les campus universitaires représentent un vrai risque pour l’ensemble de la population du fait de la difficulté des contrôles à réaliser. Le journal pointe notamment du doigt les fraternités, réputées pour leurs soirées et le risque associé de non-respect des règles d’hygiène.

Depuis l’éclosion d’il y a deux semaines, plus de 150 membres de fraternités (sur environ un millier) de l’Université Washington à Seattle (qui abrite les Huskies) ont été contrôlés positifs. De même à l’Université Mississippi à Oxford (chez les Rebels d’Ole Miss), les services de santé ont dénombré plus d’une centaine de nouveaux cas au lendemain d’une soirée organisée par une fraternité.

Les universités se trouvent donc dans une situation d’urgence qui nécessite des mesures bien plus conséquentes que des matches organisés à huis clos ou une bulle dans un parc d’attraction (la FBS est en effet constituée de plus 10 000 joueurs…).

Une timeline impossible ?

La « Week 0 » qui lance la saison 2020 est censé avoir lieu le 29 août prochain, dans 7 semaines exactement. A l’heure actuelle, les équipes sont encore dans leur période de « voluntary workouts » et n’ont même pas encore pu aller à l’entrainement avec des effectifs complets.

Les regards se sont alors tournés vers les instances gouvernementales du football telles que la NCAA, qui a tardivement fini par ouvrir la boite de Pandore : alors qu’on attendait des mesures fédératrices, dans une optique de coordonner à l’échelle du pays les mesures pour contrer la pandémie dans football, la NCAA a annoncé le 10 juillet dernier qu’elle « soutenait ses membres dans les décisions importantes qu’ils prendront relatives aux circonstances spécifiques (i.e. de chaque programme) en vue de protéger la santé et le bien-être des étudiants-athlètes. ».

Comme prévu, cela a mené à ce que chaque conférence joue son propre jeu et crée une dynamique à multiples vitesses.

Les conférences Big Ten et Pac-12 ont annoncé qu’elles suspendaient leurs matches hors conférence.

L’Ivy League a purement et simplement annulé la saison 2020 d’automne de sport (sans possibilité de report).

La NCJAA (qui régit le sport dans les Community College) a décidé de décaler la saison de football au prochain semestre pour la jouer, si tout va bien, entre janvier et avril 2021 en même temps que les sports de printemps (tels que le basketball).

Certaines conférences ont donc pris les devants mais c’est loin d’être le cas partout. Pour le reste, les deux prochaines semaines seront décisives pour la saison à venir.

La Pac-12 a indiqué que le reste des mesures prises en calendrier ne seraient dévoilées avant le 31 juillet. L’ACC va quant à elle communiquer sur la saison 2020 « d’ici fin juillet » soit pile un mois avant la reprise théorique.

En FBS, le Big Ten et la Pac-12 ont donc créé un effet boule de neige : avec les mesures annoncées, des matches inter-conférences comme le très attendu Alabama-USC n’auront pas lieu.

Parce qu’elle tarde à prendre une décision, la SEC (dans laquelle se trouve Alabama), qui de prime abord aurait souhaité un status quo, voit ses plans inévitablement chamboulés. Les conférences étant étroitement liées par le calendrier et par d’autres évènements tels que les bowl games et les playoffs, elles vont donc devoir agir vite : plus elles attendent, plus d’autres dominos vont tomber et moins elles auront de marge de manœuvre.

Des initiatives individuelles de mauvais augure

Certains programmes se veulent rassurant dans leur communication comme le blog Sport Illustrated « DawgsDaily » qui couvre les Georgia Bulldogs, qui affirme qu’en interne le programme se prépare à un début de saison d’ici octobre – novembre au plus tard. Pourtant, d’autres signes vont dans le sens contraire.

En effet Ohio State, Maryland ou encore North Carolina pour ne citer qu’eux, ont annoncé la suspension jusqu’à nouvel ordre de leurs voluntary workouts. Ohio State n’a pas communiqué sur le nombre de cas recensés de peur que « cela ne mène à l’identification d’individus spécifiques et ne compromette le secret médical ». Les Tar Heels, quant à eux, ont pris cette décision après que le département de santé ait identifié le campus comme un foyer d’éclosion, avec 37 cas avérés rien qu’au sein de la cellule athlétique, staff et joueurs inclus.

L’Université Hampton, pensionnaire de la conférence Big South en FCS, a frappé encore plus fort en annonçant en son seul nom le report de tous les sports d’automne pour le semestre suivant.

La Patriot League (où l’on retrouve des programmes comme Holy Cross et Georgetown) ont également annoncé le report d’un semestre des sports d’automne, à l’exception d’Army et Navy, pour qui il a été considéré que « du fait de leurs environnement et mission uniques dans l’enseignement supérieur, elles (i.e. ces académies) pourront continuer à s’engager dans des compétitions sportives en accord avec la vision de leurs directions respectives ».

31 juillet 2020 : la planète football retient son souffle

Alors à quoi s’attendre dans les prochaines semaines ?

Selon le site 247sports.com, l’ACC, dont le communiqué officiel est toujours attendu, se pencherait sur l’idée d’une conférence avec trois poules de 5 équipes (Notre Dame serait incluse dans ce format, bien qu’étant listée comme indépendante). Dans chaque poule, les équipes s’affronteraient toutes deux fois en phase aller-retour. A l’issue de ce round de poule les deux équipes avec le meilleur bilan seraient alors sélectionnées pour jouer la finale de conférence.

Cette idée représente un compromis alléchant pour les conférences du Power Five qui perdraient gros niveau revenu en cas d’annulation totale de la saison.

La décision dépendra cependant de l’évolution de la situation dans le pays. Les Etats-Unis parviendront-ils à endiguer la pandémie d’ici septembre pour permettre à un championnat remanié d’avoir lieu ? De plus, il faudra suivre de près la situation dans les universités. L’administration et les différents services seront-ils en mesure de déployer les moyens humains, financiers et médicaux pour assurer la présence saine sur le campus de plusieurs dizaines de milliers d’étudiants ? L’Université d’Harvard a par exemple déjà indiqué le 6 juillet dernier que la totalité des cours du premier semestre 2020 de leurs underclassmen (1ère et 2e années) auront lieu en ligne…

Lire la suite

Articles les plus lus