Suivez-nous

Preview

College Gameday : le guide de la semaine 8

Crédit photo : Marvin Gentry-USA TODAY Sports

Publié

le

Gros programme lors de cette 8ème semaine de la saison avec trois affrontements entre programmes classés à l’AP Top 25 et en point culminant le choc de conférence SEC entre les Aggies de #6 Texas A&M et le #1 Crimson Tide de #1 Alabama.

Tous les matchs à suivre en live-tweets sur @thebluepennant dès leur coup d’envoi.

Big Game of the Week

#6 Texas A&M (6-0) @ #1 Alabama (7-0)
Samedi 22 octobre 2016, 15h30 (21h30, heure française)
Choc de titans entre deux équipes invaincues dans la conférence SEC. Les Aggies de #6 Texas A&M et le Crimson Tide de #1 Alabama sont les deux meilleurs programmes de la conférence depuis le début de l’année et il semble bien que le vainqueur de ce match sera en position royale pour une place en College Football Playoff.

Les Texans ont eu deux semaines pour se préparer pour cette rencontre au sommet. Le quarterback des Aggies, QB Trevor Knight, avait découpé la défense de #1 Alabama lors du Sugar Bowl 2014 alors qu’il dirigeait l’attaque des Sooners d’Oklahoma. Il devra s’inspirer de cette performance pour faire tomber l’ogre Crimson Tide dans son Bryant-Denny Stadium de Tuscaloosa (Alabama). Il possède les armes nécessaires pour y arriver avec la présence de WR Christian Kirk et de WR Josh Reynolds dans le jeu aérien et de la révélation de l’année, RB Trayveon Williams, dans le jeu au sol. Cette attaque des Aggies fera face à la meilleure défense du pays contre le jeu de course (64.6 yards au sol). Bloquer DL Tim Williams et DE Jonathan Allen sera l’énorme challenge d’une ligne offensive de Texas A&M qui a impressionné depuis le début de l’année.

Protégée par une robuste ligne offensive, l’attaque au sol de #1 Alabama est encore une fois dominante en 2016 (265.7 yards par match, #10 du pays). RB Damien Harris, RB Bo Scarbrough et surtout le freshman QB Jalen Hurts ont tout renversé sur leur passage depuis septembre dernier. Le quarterback freshman du Crimson Tide s’affirme même de plus en plus comme un prétendant au trophée Heisman. Si l’explosif front four des Aggies (DE Daeshon Hall, DL Zaycoven Henderson, DL Hardreck Walker, DE Myles Garrett) ne parvient pas à stopper cette attaque au sol des champions nationaux en titre, l’après-midi s’annonce très long pour les joueurs de coach Kevin Sumlin.

Une victoire de #1 Alabama et les joueurs de coach Nick Saban seraient en route vers une saison régulière invaincue. Dans le cas contraire, les cartes seraient redistribuées dans la division SEC West ce qui promettrait une fin de saison passionnante.

Présentation complète de ce match entre #6 Texas A&M et #1 Alabama

Jeudi

Miami (4-2) @ Virginia Tech (4-2)
Jeudi 20 octobre, 19h00 (01h00, heure française)
Malheur au vaincu dans ce match intra-division entre deux programmes de l’ACC Coastal. Alors que les Hurricanes de Miami et les Hokies de Virginia Tech pouvaient se rencontrer avec pour enjeu le siège de favori pour jouer la finale de conférence ACC, ils sont désormais dans le sillage de North Carolina. Miami a été battu à domicile par North Carolina et Virginia Tech a subi la Loi de Syracuse. Les Hokies ont accordé 561 yards au Orange il y a une semaine. Ils ne pourront l’emporter dans cette rencontre sans une très nette amélioration. Plus inquiétant pour les joueurs de coach Justin Fuente, l’attaque de Virginia Tech a souffert face à l’une des plus mauvaises défenses du pays lors de la week 7 alors qu’elle devra faire face à l’une des plus agressives du pays dans ce match contre les Hurricanes. La clé du match sera probablement la performance du junior QB Brad Kaaya. S’il parvient à assumer son statut de quarterback NFL-Ready, Miami sera en excellente situation pour l’emporter.
Pronostic : Miami 24, Virginia Tech 21.

Brigham Young (4-3) @ #14 Boise State (6-0)
Jeudi 20 octobre, 22h15 (04h15, heure française)
Les Broncos de #14 Boise State, toujours invaincus en 2016, accueillent une de Cougars de Brigham Young qui bien de remporter ses trois derniers matchs (Toledo, Michigan State, Mississippi State) après avoir débuté la saison avec un bilan de 1-3. Les Broncos pourront encore compter sur l’un des running backs les plus sous-estimés du pays : RB Jeremy McNichols (775 yards au sol, #9 du pays), auteur du meilleur match de sa carrière il y a une semaine contre Colorado State. Il forme avec QB Brett Rypien l’un des duos de playmakers les plus redoutés à l’Ouest du Mississippi. Les Cougars compteront encore sur la magie du senior QB Taysom Hill mais nous aurons surtout droit à un duel à distance entre deux running backs puisque BYU compte dans ses rangs le 2ème meilleur coureur du pays, RB Jamaal Williams (942 yards au sol, #2 du pays). #14 Boise State mène la série 4-2 mais ce sont les Cougars qui ont remporté le dernier affrontement à Provo (35-24) en 2015.
Pronostic : Boise State 31, Brigham Young 30.

Autre match : Troy @ South Alabama.

Vendredi

Oregon (2-4) @ California (3-3)
Vendredi 21 octobre, 22h30 (04h30, heure française)
Après avoir perdu leur quatre derniers matchs, les Ducks d’Oregon ont-ils profité de leur bye week pour recharger les accus pour ce déplacement chez les Bears de California, eux aussi au repos la semaine dernière. La participation des deux stars offensives des californiens, QB Davis Webb et WR Chad Hansen, est encore incertaine. Sans ses deux leaders, les Bears n’auront aucune chance face à une équipe revancharde. Dans le cas contraire, le douteux front seven des Ducks saura-t-il stopper l’armada offensive de California ? Shoutout en vue entre ces deux équipes au tempo élevé. La clé du match est peut-être dans les mains de RB Royce Freeman, le running back vedette des Ducks. California mène la série 40-37-2 mais les Ducks n’ont plus perdu contre les Bears depuis 2008.
Pronostic : California 42, Oregon 38.

Autre match : South Florida @ Temple, San Jose State @ San Diego State.

Samedi – A partir de 12h (18h en France)

North Carolina State (4-2) @ #7 Louisville (5-1)
Samedi 22 octobre, 12h00 (18h00, heure française)
Une semaine après une difficile – inquiétante ? – victoire à domicile face à Duke, QB Lamar Jackson et les Cardinals de #7 Louisville accueillent un Wolfpack de North Carolina State qui était à un FG près de créer l’une des plus grosses surprises de la saison sur le terrain de #3 Clemson. La défense de North Carolina State a réussi à contrôler QB Deshaun Watson lors de la week 7, elle devra rééditer un exploit pour stopper l’actuel favori pour le trophée Heisman, QB Lamar Jackson. Leur seule chance de s’en sortir dans ce match passera par là. Ainsi, DE Bradley Chubb, DE Kentavius Street et DE Darian Roseboro auront un rôle prépondérant. Malmenée par Duke, la défense des Cardinals devra, elle, trouver des solutions pour ralentir le polyvalent et productif RB Matthew Dayes qui monte en puissance après un début de saison difficile. L’efficacité de QB Ryan Finley est également un point fort de l’attaque du Wolfpack mais les difficultés de K Kyle Bambard sur les FGs pourraient être fatales à North Carolina State.
Pronostic : Louisville 38, North Carolina State 17.

#10 Wisconsin (4-2) @ Iowa (5-2)
Samedi 22 octobre, 12h00 (18h00, heure française)
Malgré deux défaites lors de ses deux derniers matchs, les Badgers de #10 Wisconsin ont conservé leur position dans le Top 10 au niveau national et les joueurs de coach Paul Chryst tenteront de rebondir lors de la 89ème édition de la bataille pour le Heartland Trophy face aux Hawkeyes d’Iowa. Battus d’une courte tête par #2 Ohio State et #4 Michigan, #10 Wisconsin se retrouve désormais deux matchs derrière #8 Nebraska (6-0). Victoire donc indispensable face au champion de division Big Ten West en titre qui vient de réussir sa meilleure performance offensive de la saison lors d’un succès 49-35 à Purdue. Encore une fois, un éventuel succès des Badgers devrait passer par la défense, l’une des meilleures du pays grâce à la présence de LB Jack Cichy et DE T.J. Watt. Sans un solide match du duo, RB Akrum Wadley / RB LeShun Daniels, les Hawkeyes auront beaucoup de difficulté à survivre dans ce match. Incapable de stopper l’attaque aérienne des Boilermakers il y a une semaine, la défense d’Iowa devra cette fois-ci contrôler le puissant jeu au sol de #10 Wisconsin mené par la star RB Corey Clement. Ne jamais sous-estimer le coeur d’un champion. Iowa pourrait créer l’une des surprises de la semaine dans son Kinnick Stadium.
Pronostic : Iowa 20, Wisconsin 17

Autres matchs : UMass @ South Carolina, Central Florida @ Connecticut, Miami (Ohio) @ Bowling Green, Indiana @ Northwestern, Oklahoma State @ Kansas, Texas @ Kansas State, Rutgers @ Minnesota, Hawai’i @ Air Force.

Samedi – A partir de 15h00 (21h00 en France)

Texas Christian (4-2) @ #12 West Virginia (6-0)
Samedi 22 octobre, 15h30 (21h30, heure française)
Sans faire de bruit, les Mountaineers de #12 West Virginia s’affirment comme de sérieux candidats pour le titre de champion de conférence Big 12. Après leur large victoire à Texas Tech, ils ont grimpé jusqu’à la 12ème place du classement AP Top 25 et ils ont une occasion en or de confirmer leur statut naissant à l’occasion de la réception des Horned Frogs de Texas Christian, l’une des déceptions de cette saison 2016. Une semaine après avoir frôlé la catastrophe à Kansas, ces derniers ont l’opportunité de racheter leur début de saison manquée. Les Horned Frogs auront fort à faire face à un QB Skyler Howard étincelant depuis quelques semaines et à un jeu au sol des Mountaineers explosif, notamment face à Texas Tech lors de la week 7 (332 yards, 5 TD). Le quarterback de Texas Christian, QB Kenny Hill, devrait réduire son nombre d’erreurs face à une défense dirigée par Tony Gibson qui a contraint le gunslinger QB Patrick Mahomes à connaitre son plus mauvais match de l’année la semaine dernière. Finalement, tout pourrait se jouer dans les tranchées entre une ligne offensive de West Virginia en net progrès et une ligne défensive de Texas Christian qui peut toujours compter sur les playmakers, DE Josh Carraway et DT James McFarland.
Pronostic : West Virginia 38, Texas Christian 34.

#19 Utah (6-1) @ UCLA (3-4)
Samedi 22 octobre, 15h30 (21h30, heure française)
Énorme déception de cette saison 2016, les Bruins de UCLA se doivent de rebondir à domicile face aux leaders de la division Pac-12 South, les Utes de Utah. La participation du sophomore QB Josh Rosen à ce match est encore incertaine. Sans son leader offensif, les Bruins ont été battus à Arizona State et à Washington State. Même si son backup, QB Mike Fafaul, a plutôt bien fait, l’absence de l’ancienne recrue 5 étoiles serait un coup dur pour une équipe des Bruins en mal de playmakers particulièrement dans le jeu au sol. Après un début de campagne 2016 en fanfare (4-0), #19 Utah a sombré à California avant de rebondir lors des deux dernières semaines à Arizona et contre Oregon State grâce à l’excellent travail de QB Troy Williams et son lieutenant RB Joe Williams. La clé du match sera d’ailleurs la capcité du front seven des Bruins de contrôler le jeu au sol des Utes. UCLA mène la série 11-3.
Pronostic : UCLA 34, Utah 21.

#17 Arkansas (5-2) @ #21 Auburn (4-2)
Samedi 22 octobre, 18h00 (00h00, heure française)
Après un début de saison décevant, les Tigers de #21 Auburn viennent d’enchainer trois succès consécutifs et depuis que coach Gus Malzahn a repris le play-calling offensif à sa charge, l’attaque commence à mieux tourner particulièrement au sol (262.8 yards par match, #12 du pays). RB Kerryon Johnson devrait être de retour après une légère blessure de l’épaule subie face à Mississippi State en week 7. Imposer ce jeu de course sera déterminant pour éventuelle victoire des Tigers face à une agressive défense des Razorbacks qui voudrait surement forcer l’irrégulier QB Sean White à passer par les airs. Comme souvent dans un match de SEC, la bataille des tranchées sera primordiale. Ainsi, le choc entre la solide ligne offensive de #17 Arkansas et le talentueux front four de #21 Auburn sera décisif. Les Tigers pourraient bénéficier de leur semaine de repos en week 7 pour prendre l’avantage au niveau ahlétique. On suivra encore la performance du duo offensif, QB Austin Allen / RB Rawleigh Williams , deux des joueurs les plus explosifs de la conférence SEC.
Pronostic : Auburn 34, Arkansas 31.

Autres matchs : Illinois @ #3 Michigan, Oregon State @ #5 Washington, Purdue @ #8 Nebraska, Eastern Michigan @ #20 Western Michigan, #22 North Carolina @ Virginia, Memphis @ #24 Navy, Colorado @ Stanford, Tulane @ Tulsa.

Samedi – A partir de 19h00 (1h00 en France)

#2 Ohio State (6-0) @ Penn State (4-2)
Samedi 22 octobre, 20h00 (02h00, heure française)
Vainqueurs à #10 Wisconsin la semaine passée, les Buckeyes de #2 Ohio State enchainent avec un 2ème déplacement consécutif, cette fois-ci du côté de Penn State avec pour objectif une 21ème victoire d’affilée à l’extérieur. Les Nittany Lions ont eu deux semaines pour préparer ce choc de division Big Ten East et trouver une stratégie pour stopper le jeu au sol des Buckeyes qui tourne à 300.4 yards par match (#4 du pays) sous les coups de boutoir de RB Mike Weber et RB Curtis Samuel. Coach James Franklin le sait : un succès surprise passera forcément par un contrôle efficace de la vedette des Buckeyes, QB J.T. Barrett. Forcer ce dernier à passer par les airs pourrait donner une chance à une équipe Penn State qui elle aussi voudra passer par le sol grâce à la présence du meilleur running back de la conférence Big Ten, RB Saquon Barkley. Une défaite des Buckeyes pourrait sérieusement handicaper leurs chances de participer au College Football Playoff.
Pronostic : Ohio State 37, Penn State 20

#23 Ole Miss (3-3) @ #25 LSU (4-2)
Samedi 22 octobre, 21h00 (03h00, heure française)
Complètement tranformés depuis la nomination du coach par intérim Ed Orgeron, et ce sans leur leader RB Leonard Fournette, les Tigers de #25 LSU tenteront d’enchainer un 4ème succès consécutif face à un concurrent direct de la division SEC West, les Rebels de #23 Ole Miss. Les Tigers pourraient compter sur le retour au jeu de RB Leonard Fournette pour ce match ce qui représenterait un playmaker supplémentaire pour une attaque au sol de #25 LSU qui peut déjà compter sur le phénoménal RB Derrius Guice. Menée par l’efficace QB Danny Etling, cette attaque semble – enfin – évoluer au niveau qu’on attendait en début de saison. Comme souvent avec les Tigers, leurs espoirs de victoire dépendent d’une solide performance de leur défense. Ainsi, LB Kendall Beckwith aura un rôle crucial pour ralentir le senior QB Chad Kelly, le moteur de l’attaque des Rebels, et qui est toujours capable d’aller chercher des 1st downs grâce à son jeu au sol. Attirer le linebacker des Tigers pour mieux trouver le talentueux TE Evan Engram dans le second rideau pourrait être une stratégie payante pour #23 Ole Miss. Bien qu’ils soient toujours classés, les Rebels ont perdu leurs trois gros matchs de la saison (Florida State, Alabama, Arkansas). Une victoire à Bâton-Rouge devient presque une obligation pour un programme qui avait l’ambition de playoffs en début d’année.
Pronostic : LSU 30, Ole Miss 28.

Autres matchs : #11 Houston @ SMU, #16 Oklahoma @ Texas Tech, East Carolina @ Cincinnati, Michigan State @ Maryland, Mississippi State @ Kentucky.

Samedi – A partir de 22h30 (4h30 en France)

Washington State (4-2) @ Arizona State (5-2)
Samedi 22 octobre, 22h00 (04h00, heure française)
Chaude ambiance à prévoir entre les Cougars de Washington State et les Sun Devils d’Arizona State. Le coach des Cougars, Mike Leach, a accusé son homologue des Sun Devils, Todd Graham, de voler les signaux de ses adversaires (ce qui n’est pas interdit dans la Pac-12) en début de semaine… on imagine que les Sun Devils voudront faire payer cette accusation à des Cougars qui ont complètement renversé une situation mal embarquée au début du mois de septembre. Washington State vient de remporter ses 4 derniers matchs notamment face à Oregon, Stanford et UCLA. A l’inverse, Arizona State semble rentrer dans le rang depuis que les Sun Devils affrontent des « vrais » adversaires après un début de calendrier favorable (UTSA, Northern Arizona, Texas Tech). Face à la douteuse défense des Sun Devils (506 yards en moyenne, #123 du pays), QB Luke Falk pourrait connaitre un match prolifique d’autant que son entente avec WR Gabe Marks fait des étincelles depuis un mois. La bonne nouvelle pour les Sun Devils a été le retour de QB Manny Wilkins face aux Buffaloes de Colorado. La mauvaise nouvelle est qu’il a connu un match épouvantable. Aidé par des running backs revanchards, RB Demario Richard et RB Kalen Ballage, il a l’occasion de retrouver sa forme du début de saison. Son duel à distance sera surement la clé d’un shootout attendu. Arizona State mène la série 27-14-2.
Pronostic : Washington State 48, Arizona State 38.

Autres matchs : Fresno State @ Utah State, Wyoming @ Nevada.

Calendrier complet de cette semaine 8

L'équipe TBP est composée de passionnés qui vous informent quotidiennement sur l'actualité du College Football et qui vous proposent des analyses et des points de vue originaux sur le 2ème sport le plus médiatisé aux Etats-Unis.

Publicité
4 commentaires

4 Comments

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Preview

Preview 2021 : Clemson Tigers

Malgré le départ de figures emblématiques des trois dernières saisons, les Tigers de Clemson possèdent en QB DJ Uiagalelei le leader offensif qui en font des favoris pour le titre national.

Publié

le

Crédit photo : Ken Ruinard, USA Today Sports

50 previews en 50 jours, c’est une série estivale de 50 présentations exclusives préparées par toute l’équipe TBP afin de vous permettre de tout savoir concernant la prochaine saison de College Football. On retrouve aujourd’hui les Tigers de Clemson.

Clemson Tigers

ACC

Division Atlantic
 

En 2020 : 10-2, 8-1 ACC.
Head Coach : Dabo Swinney, 14e année (140-33). Résultat en carrière : 140-33.
Coordinateur offensif : Tony Elliott.
Coordinateur défensif : Brent Venables.
Titulaires de retour : 15, 4 en attaque, 9 en défense, kicker, punter.
Joueurs-clés partis : QB Trevor Lawrence, RB Travis Etienne, WR Amari Rodgers, WR Cornell Powell.
Joueurs à suivre : QB D.J. Uiagalelei, RB Lyn-J Dixon, WR Justyn Ross, WR Joseph Ngata, DE Bryan Bresee, DE Myles Murphy, LB James Skalski, DB Andrew Booth Jr.

Un programme qui vient de perdre le quarterback le plus prolifique de son Histoire, le meilleur running back de l’Histoire de sa conférence et les deux meilleurs receveurs de sa saison précédente serait normalement et irrémédiablement forcer de se mettre en mode « Reconstruction ». Pas Clemson.

En ayant su s’entourer d’un coaching staff exceptionnel et en accumulant d’excellentes promotions de recrues année après année, coach Dabo Swinney a fait des Tigers une puissance nationale. Un programme qui n’a pas seulement pour objectif de remporter sa conférence ou de participer aux playoffs mais de remporter le Saint Graal, le titre de champion national.

Les défis ne vont pas manquer pour Clemson à l’approche du début de cette saison 2021 : QB Trevor Lawrence, RB Travis Etienne, WR Amari Rodgers et WR Cornell Powell ont filé vers la NFL, et malgré le retour de neuf titulaires encadrés par le meilleur coordinateur défensif du pays, la défense des Tigers reste sur deux performances catastrophiques lors des deux derniers matchs de playoffs joués par le programme de Caroline du Sud (LSU, Ohio State).

Dabo Swinney et Brent Venables, Clemson – Crédit photo : IDN

Toutefois, coach Dabo Swinney a construit le programme de Clemson pour absorber ce genre de changement en douceur. Les clés de l’attaque vont être données au sophomore QB D.J. « Big 5inco » Uiagalelei, le prospect #1 du recrutement 2020 au poste de quarterbacké. Ce dernier a déjà démontré l’étendue de son talent la saison dernière et les Tigers possèdent l’un des front four les plus prometteurs du pays. Le coach des Tigers semble confiant à l’aube de cette campagne 2021.

« Le groupe de joueurs est plus avancé dans son développement que celui de la saison dernière. Aucun doute à ce sujet. […] L’équipe 2018 pouvait compter sur tellement de vétérans… j’ai le sentiment que nous avons l’équipe la plus expérimentée depuis notre dernier titre national » – Dabo Swinney, coach des Tigers de Clemson.

Les ressemblances avec l’équipe de l’épopée 2018 sont effectivement nombreuses : un jeune quarterback freshman (Trevor Lawrence à l’époque) et un front four qui se rapproche des « Fantastic Four » (Clelin Ferrell, Dexter Lawrence, Christian Wilkins et Austin Bryant) dont trois d’entre-eux ont été sélectionnés au 1er tour de la draft NFL.

Clemson débutera sa saison avec un fabuleux choc face à Georgia. Le perdant de ce match ne sera pas de facto exclu de la course au College Football Playoff mais sera obligé de gagner tous ses matchs suivants. Dans une ACC qui ne semble pas avoir trouvé la solution pour ralentir les Tigers, Clemson partira largement favori pour remporter un 7ème titre consécutif de champion de conférence. Trois ans après son dernier titre de champion national, ces Tigers sont-ils suffisamment armés pour les batailles du mois de janvier ? Tour d’horizon.

QB D.J. Uiagalelei déjà dans la course au Heisman ?

L’attaque de Clemson a tourné à plus de 43 points en moyenne par match la saison dernière (#3 du pays) et tout indique qu’il n’y aura pas de ralentissement dans ce domaine en 2021. Les raisons de cet optimisme ? L’éclosion annoncée de l’ancien prospect 5-étoiles californien QB D.J. Uiagalelei (914 yards à la passe, 5 TDs, 0 INT). Bras canon, une taille qui fait rêver les scouts NFL et une éthique de travail irréprochable : il a déjà convaincu tout le monde autour de lui. Ses premiers pas au niveau NCAA (en remplacement d’un Trevor Lawrence infecté par la covid-19) ont impressionné tous les observateurs : 342 yards à la passe face à Boston College, suivis de 439 yards à la passe au Notre Dame Stadium de South Bend. Les Fighting Irish n’avaient jamais accordé autant de yards dans les airs dans toute leur Histoire ! Phénoménal.

Seule ombre au tableau : la blessure du talon d’Achille de QB Taisun Phommachanh qui laisse la QB room sans véritable backup. Le prospect 3-étoiles QB Bubba Chandler a filé vers les $ de la MLB et le walk-on QB Hunter Helms n’a pas vraiment convaincu au cours du printemps. C’est pourquoi une blessure de QB D.J. Uiagalelei serait absolument catastrophique pour l’attaque des Tigers.

QB DJ Uiagalelei, Clemson – Crédit photo : Ken Ruinard, Greenville News

Malgré de nombreux départs aux skills positions, le talent ne manquera pas autour du quarterback des Tigers. Le groupe de receveurs est l’un des plus alléchants de ces dernières années et l’escouade de running backs, désormais dirigée par CJ Spiller, ne manque pas de solutions pour assurer la succession de Travis Etienne.

Le retour en forme de WR Justyn Ross (112 réceptions, 1865 yards, 17 TDs en 2 saisons) pourrait tout changer pour l’attaque aérienne des Tigers. Écarté des terrains tout au long de la saison dernière en raison d’une rare fusion congénitale de son cou et de sa colonne vertébrale, il devrait faire son retour au poste de slot receiver laissant les extérieurs au junior WR Joseph Ngata et au sophomore WR E.J. Williams (24 réceptions, 306 yards, 2 TDs), deux joueurs au potentiel énorme. Le junior WR Frank Ladson Jr (18 réceptions, 281 yards, 3 TDs) doit franchir un cap tandis que le sophomore WR Ajou Ajou a montré lors du printemps qu’il est prêt à prendre sa part de responsabilité dans le système offensif des Tigers. La bonne surprise pourrait venir du freshman WR Beaux Collins qui a joué avec QB D.J. Uiagalelei au lycée.

On n’oubliera pas les deux tight ends, TE Braden Galloway (27 réceptions, 369 yards, 2 TDs) et TE Davis Allen (16 réceptions, 247 yards, 4 TDs), qui ont accumulé 616 yards et 6 TDs à eux-deux la saison passée.

Le départ de Travis Etienne (et ses 4952 yards au sol pour 70 TDs en carrière !) a laissé un trou béant dans le backfield offensif des Tigers. Toutefois, le senior RB Lyn-J Dixon (190 yards au sol, 2 TDs) connait la maison et a réussi des coups d’éclat depuis son arrivée à Clemson il y a 4 ans. Le sophomore RB Kobe Pace et les true freshmen RB Will Shipley (#2 RB, #31 National en 2021) et RB Phil Mafah (#11 RB, #184 National en 2021) ne sont peut-être pas encore totalement prêts ce qui devrait laisser du temps de jeu au senior RB Darian Rencher.

Une ligne offensive en mode Rédemption

C’est probablement le secteur de jeu offensif des Tigers le plus inquiétant : la ligne offensive. Le manque de puissance athlétique et de cohésion en 2020 s’est matérialisé par une impressionnante chute de production dans le jeu au sol (6.4 yards en 2019, puis 4.5 yards en 2020). Dabo Swinney attend une nette progression dans ce domaine de la part d’un groupe plus expérimenté et fourni que la saison dernière.

LT Jackson Carman est parti pour la NFL et C Cade Stewart n’a pas choisi de revenir sur le campus pour une saison super senior mais le junior LT Jordan McFadden, le senior LG Matt Bockhorst et le junior RG Will Putman sont de retour avec un an d’expérience en plus. Il aura également pour mission de développer une meilleure alchimie avec les sophomores C Hunter Rayburn et RT Walter Parks. La bonne nouvelle pour Clemson : la nouvelle génération de joueurs de ligne offensive est prometteuse. Les sophomores LT Mitchell Mayes et LG Paul Tchio sont d’anciens prospects 4-étoiles et le true freshman OT Marcus Tate a déjà fait tourner les têtes au cours du printemps. 

Un front four effrayant

Le coordinateur défensif Brent Vanables n’en dort plus la nuit : les 49 points et 639 yards accordés à Ohio State lors du dernier Sugar Bowl ont laissé des traces. Plus jamais, les Tigers ne veulent se faire bouger ainsi. Et la première priorité sera de retrouver une intensité physique qui a tant manqué à la défense de Clemson la saison passée.

DT Bryan Bresee (#11), Clemson – Crédit photo : 247sports

Bien que Clemson ait terminé au 5ème rang national pour le nombre de sacks et #3 du pays pour le nombre de plaquages pour perte, seulement 53.3% de ces sacks ont été réussis par la ligne défensive. Aucun joueur de ligne n’a réussi plus de 4 sacks. L’an passé, la pression est essentiellement venu de l’extérieur du second rideau et des defensive backs. Cela devrait changer en 2021.

Car le front four des Tigers n’a pas été aussi effrayant depuis les « Fantastic Four » de 2018. L’ancien prospect #1 du recrutement national 2020, DT Bryan Bresee (23 plaquages, 4 sacks), est peut-être déjà le meilleur défenseur du pays après avoir été nommé Freshman Defensive Player of the Year dans l’ACC la saison dernière. Il formera un phénoménal duo à l’intérieur de cette ligne avec le robuste junior DT Tyler Davis (14 plaquages, 2 sacks). Et cette puissance à l’intérieur pourrait largement profiter à une escouade de defensive ends fournie et bourrée de talent. Les anciens prospects 5-étoiles DE K.J. Henry (3.5 sacks), DE Myles Murphy (37 plaquages, 4 sacks) et DE Xavier Thomas ont tout pour terroriser l’ACC tout au long de la saison. Et en bonus : DE Justin Foster a annoncé son retour après avoir pris une retraite anticipée il y a quelques mois.

La défense peut-elle limiter le nombre de big plays ?

Le coordinateur défensif Brent Venables aura une autre mission au cours de cette saison 2021 : réduire le nombre de big plays accordés à ses adversaires. De manière inhabituelle, la défense de Clemson s’est régulièrement fait déborder en 2020 face à des attaques agressives au tempo élevé (7 passes de plus 30 yards « between the hashes »). Cette défaillance a connu son apothéose face aux Buckeyes lors du Sugar Bowl (2 TDs longue distance).

On attend un sursaut collectif particulièrement au poste de linebacker qui a souffert depuis le départ de Isaiah Simmons. Depuis la défaite face à Ohio State, le coaching staff a mis l’emphase sur la préparation physique afin de redonner aux Tigers le caractère dominant des années précédentes.

Le senior LB James Skalski (34 plaquages) est de retour avec la ferme intention de faire oublier son expulsion face aux Buckeyes. Le senior LB Baylon Spector (64 plaquages, 4.5 sacks) est lui aussi fidèle au poste. Le sophomore LB Trenton Simpson pourait faire la différence en 2021 après des débuts réussis l’an dernier.

CB Andrew Booth, Clemson – Crédit photo : Mike Gillespie

Clemson a perdu DB Derrion Kendrick (transféré à Georgia) mais les Tigers ne manqueront pas d’options sur le secondary. Le senior CB Mario Goodrich (2 INTs) et le spectaculaire junior CB Andrew Booth (2 INTs) forment peut-être le meilleur duo de cornerbacks de la conférence Atlantic. Le junior CB Sheridan Jones apporte un surplux d’expérience. Au poste de safety, on retrouvera le tandem FS Nolan Turner (53 plaquages, 3 INTs) / SS Lannden Zanders. On surveillera également le freshman S Andrew Mukuba que les Tigers ont « volé » aux Lonhgorns de Texas lors du recrutement 2021.

Le senior K B.T. Potter est de retour après avoir réussi la meilleure saison de sa carrière en 2020 (78% de réussite sur FG). Le senior P Will Spiers (41.4 yards par punt en carrière) est lui aussi de retour.

Calendrier

Le seul vrai test des Tigers en 2021 sera le kickoff game face aux Bulldogs de Georgia. Clemson sera ensuite largement favori de ses matchs prévus au calendrier. Même le déplacement à NC State ne devrait pas effrayer la bande à Dabo.

Conclusion 

Malgré le départ de figures emblématiques du programme de ces trois dernières saisons, les Tigers de Clemson possèdent trop de talent pour ne pas faire partie des favoris pour le titre national. Le sophomore QB D.J. Uiagalelei a l’étoffe d’un futur vainqueur du trophée Heisman et le retour de WR Justyn Ross pour mener une escouade de playmakers toujours aussi impressionnants devrait assurer à la troupe de coach Dabo Swinney un 7ème titre de champion de conférence ACC. Seule une nette amélioration en défense pourrait faire de Clemson un réel candidat au titre national.

Évaluation
  • Attaque
  • Défense
  • Équipes spéciales
  • Coaching
  • Potentiel
4.6

Résumé

Points forts :
– Un candidat au Heisman au poste de quarterback.
– L’un des meilleurs groupes de receveurs du pays.
– Un front four effrayant.

Points faibles :
– Une ligne offensive inconstante.
– Manque de playmakers au poste de running back.
– Manque de profondeur sur le second rideau.

Lire la suite

Preview

Preview 2021 : Florida State Seminoles

Année II de la reconstruction des Seminoles entreprise par Mike Norvell : la fan base devra être patiente mais l’arrivée de QB McKenzie Milton redonne de l’espoir à un programme de FSU à l’agonie depuis 2018.

Publié

le

Crédit photo :

50 previews en 50 jours, c’est une série estivale de 50 présentations exclusives préparées par toute l’équipe TBP afin de vous permettre de tout savoir concernant la prochaine saison de College Football. On retrouve aujourd’hui les Seminoles de Florida State.

Florida State Seminoles

ACC

Division Atlantic
 

En 2020 : 3-6, 2-6 ACC.
Head Coach : Mike Norvell, 2e année (3-6). Résultat en carrière : 41-22.
Coordinateur offensif : Kenny Dillingham.
Coordinateur défensif : Adam Fuller.
Titulaires de retour : 14, 7 en attaque, 5 en défense, kicker, punter.
Joueurs-clés partis : WR Tamorrion Terry, DT Marvin Wilson, DE Joshua Kaindoh, CB Asante Samuel Jr, S Hamsah Nasirildeen.
Joueurs à suivre : QB McKenzie Milton, RB Jashaun Corbin, WR Malik McClain, RT Robert Scott, DE Jermaine Johnson, LB Amari Gainer, CB Jarvis Brownlee Jr, CB Brandon Moore, CB Jammie Robinson.

Mike Norvell n’a pas vraiment le choix : il doit oublier une saison 2020 catastrophique… qui ne pouvait finalement pas se dérouler autrement tant le programme de Tallahassee (Floride) a fait face à une immense adversité. À peine arrivé de Memphis, le nouvel head coach des Seminoles et son coaching staff ont été privés de spring practices, puis les camps d’été ont été réduits à leur simple expression avant que les blessures ravagent l’effectif.

Si la préparation physique des joueurs a été affectée (comme un peu partout à travers le pays), c’est surtout sur le plan tactique que l’effectif floridien a le plus souffert : quasiment aucune répétition offensive alors qu’un nouveau système up-tempo était mis en place. Que dire de la défense ? Le coordinateur Adam Fuller n’a rencontré ses joueurs que tardivement le forçant à opérer des ajustements en cours de match tout au long de la saison. Pas une situation idéale pour un coaching staff qui prenait en main un groupe de joueurs rendus dysfonctionnel par l’incapacité de la Direction athlétique de gérer l’ère post-Jimbo Fisher. Le résultat fût implacable : un bilan de 3-6 (2-6) ponctuée de trois lourdes défaites face à Miami (-42), Louisville (-32) et Pittsburgh (-24).

On efface tout et on recommence donc pour Mike Norvell. L’objectif est clair : remettre un programme dominant pendant plus de 35 ans (1979-2016) sur le chemin de la reconquête en tenter de construire sur une large victoire (56-35) acquise face à Duke en toute fin de saison dernière.

QB McKenzie Milton, Florida State – Crédit photo : Melina Myers / USA Today

L’effectif des Seminoles a bien changé depuis 12 mois : de nombreux vétérans ont filé vers la NFL et plusieurs cadres encore éligibles au niveau NCAA ont décidé de s’envoler vers d’autres cieux. Du coup, c’est une équipe jeune mais renforcée par plusieurs vétérans revanchards qui va débuter cette saison 2021. Toutefois, il faut rester les pieds sur terre du côté de Tallahassee : avec Clemson, Notre Dame, Florida, North Carolina et Miami au programme, un bilan de 6-6 serait considéré comme une campagne réussie.

McKenzie Milton en sauveur du jeu aérien de FSU ?

Est-ce bien raisonnable de penser que le senior QB McKenzie Milton retrouvera un poste de titulaire dès le coup d’envoi de la saison face à Notre Dame ? Victime d’une terrible blessure de la jambe droite en novembre 2018, l’ancien quarterback titulaire de Central Florida est passé tout proche de l’amputation et tous les spécialistes s’accordent pour dire que son retour au haut niveau serait un véritable miracle. Auteur de 8686 yards et 72 TDs en carrière, QB McKenzie Milton est le quarterback le plus expérimenté de la QB room. Il représente surement la meilleure option dans le but de relancer un jeu aérien qui a tourné à moins de 200 yards par match en 2020.

Toutefois, c’est très probablement le sophomore QB Jordan Travis (1056 yards à la passe, 55% d’efficacité 6 TDs, 6 INTs et 569 yards, 7 TDs en 2020) qui commencera la saison. Titularisé à 6 reprises la saison dernière, il est celui qui maitrise le mieux le système du coordinateur offensif Kenny Dillingham. Les défenses adversaires devront se méfier de sa capacité à gagner des yards au sol ce que ne peut pas apporter QB McKenzie Milton. Dans la QB room, on retrouve également deux espoirs : QB Tate Rodemaker, qui a été titularisé une fois l’an dernier, et surtout l’ancien prospect 4-étoiles QB Chubba Purdy, qui sera de retour en 2021 après une blessure de l’épaule qui a écourté sa saison passée.

En panne dans le secteur aérien, Florida State s’en est sorti en 2020 par le jeu au sol (199.9 yards par match, #5 de l’ACC) et ça pourrait bien continuer cette année, particulièrement si QB Travis Jordan reste le titulaire. Malgré une ligne offensive désastreuse, l’ancien joueur de Texas A&M, le sophomore QB Jashaun Corbin (401 yards, 5 TDs), a conclu la précédente campagne avec une moyenne de 5.0 yards par course. Toutefois, il n’est pas assuré de son poste de RB#1 en raison des progrès du freshman RB Lawrence Toafili (356 yards au sol, 9.6 yards par course et 10 réceptions pour 120 yards) et de l’arrivée de l’ancien Tiger d’Auburn, RB D.J. Williams (599 yards en 2 saisons).

WR Malik McClain, Florida State – Crédit photo : Ross Obley

Mais le jeu au sol ne pourra être une force des Seminoles qu’à condition que la ligne offensive fasse un bien meilleur boulot que la saison dernière. Depuis plusieurs années, Florida State n’est plus attractif pour les meilleurs offensive linemen sortis des lycées américains. Le résultat est catastrophique. Depuis 2017, les Noles sont régulièrement dominés sur la ligne de scrimmage mais le retour du coach de ligne Alex Atkins apporte enfin un peu de stabilité dans ce secteur. Le super senior LT Devontay Love-Taylor (ex-FIU) est de retour après une première saison encourageante. De l’autre côté de la ligne, le sophomore RT Robert Scott Jr est l’un des plus grands espoirs du programme. L’intérieur de cette ligne offensive sera encore jeune avec le retour du junior LG Dontae Jones et du sophomore C Maurice Smith. Le super senior RB Baveon Johnson et le sophomore RG Thomas Shrader (ex-NC State) seront en concurrence pour le 5ème poste de titulaire.

La sensation Malik McClain

Si le jeu aérien des Seminoles s’est désintégré la saison passée, c’est également en raison de contre-performances à répétition d’un groupe de receveurs très décevants. Bonne nouvelle pour FSU : Tamorrion Terry a filé vers la NFL, et D.J. Matthews, Isaiah Bolden et Warren Thompson ont quitté le programme via le portail des transferts. Du coup, le junior WR Ontario « Pokey » Wilson (31 réceptions, 391 yards, 2 TDs) apparait comme la meilleure option pour le rôle de WR#1 à moins que le super senior WR Andrew Parchment redevienne celui qu’il était à Kansas (65 réceptions, 831 yards et 7 TDs) soit l’un des playmakers les plus excitants de la Big 12.

Le speedster WR Keyshon Helton (14 réceptions, 119 yards, 2 TDs) apporte sa vitesse mais la sensation pourrait venir du prospect 4-étoiles WR Malik McClain. Originaire de Bradenton (Floride), il a été étincelant au cours du printemps démontrant qu’il semble déjà prêt pour avoir un impact immédiat sur le jeu offensif des Seminoles. Malgré son inexpérience, il sera difficile de se passer de sa taille (1,94m) et de ses mains sûres. Il pourrait même former un formidable duo de receveurs freshmen avec WR Joshua Burrell si ce dernier confirme après des spring practices prometteurs.

TE Camren McDonald (23 réceptions, 263 yards, 2 TDs) et le senior WR Jordan Wilson (ex-UCLA) sont de retour au poste de tight end.

Une défense renforcée via le portail des transferts

On ne peut pas penser que la 2ème saison du coordinateur défensif Adam Fuller ne sera pas meilleure que la précédente après que la défense ait accordé une moyenne de 36 points par match : son système 4-2-5 n’est plus une nouveauté pour une partie des défenseurs de l’effectif. Toutefois, il a dû se rendre à l’évidence : le manque de talent est criant sur le pass rush. Les Seminoles n’ont réussi que… 9 sacks (!) en 9 matchs la saison dernière.

DE Jermaine Johnson, Florida State – Crédit photo : 247Sports

Mike Norvell a pris les choses en main en allant chercher du renfort via le portail du transferts. Et la chasse a été bonne puisque les Seminoles verront deux anciens joueurs de la SEC débuter la saison 2021 au poste de defensive end. Le senior DE Jermaine Johnson (que l’on a découvert dans la série « Last Chance U ») est arrivé de Georgia après avoir réussi 5 sacks en 7 matchs l’an dernier. De l’autre côté, le senior DE Keir Thomas a été titularisé à 32 reprises au sein de la défense des Gamecocks de South Carolina. Ces deux-là devraient apporter une nette amélioration sur le pass rush.

Le senior NG Robert Cooper et les sophomores DT Fabien Lovett et DT Dennis Briggs Jr seront de retour à l’intérieur de ce front four avec pour objectif d’être beaucoup plus efficace sur le run stop (199.2 yards accordés au sol en 2020, #97 du pays).

Du côté du second rideau défensif, c’est le manque de profondeur qui inquiète. Les polyvalents LB Amari Gainer et LB Emmett Rice sont de retour mais aucun des deux ne semblent avoir le star power entrevu ces dernières années à Tallahassee à ce poste.

Un backfield défensif fourni

Les Seminoles ont également été actifs sur le portail des transferts pour apporter du renfort sur un backfield défensif lui aussi défaillant l’an dernier (257.1 yards accordés à la passe en 2020, #98 du pays).

Ainsi, le sophomore NB Jammie Robinson (74 plaquages à South Carolina en 2020) est assuré d’une place de titulaire aux côtés de CB Jarrian Jones et CB Jarvis Brownlee. L’ancien Knight de UCF, le senior CB Brandon Moore, apporte son expérience.

Au poste de safety, le redshirt freshman SS Travis Jay et le sophomore FS Renardo Green devront faire beaucoup mieux que la saison dernière. Le sophomore SS Brandon Gant et le redshirt freshman FS Sidney Williams complètent un groupe de defensive backs beaucoup plus fourni que l’an dernier.

Les Seminoles ont succombé à la mode des kickers australiens… avec succès ! Le sophomore P Alex Mastromanno a brillé par sa régularité (43.5 yards par punt en 2020) et il est de retour en 2021 tout comme K Parker Grothaus et K Ryan Fitzgerald qui seront encore en concurrence tout au long de la saison après une campagne 2020 décevante.

Calendrier

Le kickoff game face à Notre Dame refroidira-t-il les ardeurs des Noles ou au contraire lancera-t-il l’opération Rédemption pour Florida State ? On en saura surement beaucoup plus à l’issue de ce choc entre programmes historiques. La suite du calendrier ne sera pas de tout repos, FSU se déplaçant notamment à Wake Forest, North Carolina, Clemson et Florida. Du coup, il faudra réussir un sans faute à domicile (Jacksonville State, Louisville, Syracuse, UMass, NC State, Miami).

Conclusion 

La pandémie de covid-19 a frappé très fort Mike Norvell qui n’a pratiquemment pas vu ses joueurs lors de l’intersaison 2020… pour sa première saison à la tête des Seminoles. Ouch ! On ne lui tiendra donc pas trop rigueur du bilan catastrophique de l’an dernier (3-6), la 3ème saison consécutive de Florida State avec une fiche négative. Avec l’arrivée de renforts via le portail des transferts dont le prodige QB McKenzie Milton, les Seminoles seront assurément meilleurs en 2021 mais probablement pas suffisant pour compétitionner dans une division ACC Atlantic pourtant ouverte. La patience est de rigueur à Tallahassee.

Évaluation
  • Attaque
  • Défense
  • Équipes spéciales
  • Coaching
  • Potentiel
3.3

Résumé

Points forts :
– Une QB room fournie.
– Des receveurs prometteurs.
– Un effectif débarassé de certaines individualités toxiques.

Points faibles :
– Manque de leaders offensifs.
– Un pass rush anémique.
– Manque de profondeur sur le second rideau défensif.

Lire la suite

Preview

Preview 2021 : NC State Wolfpack

Le retour de QB Devin Leary, les nombreux playmakers autour de lui et la présence de LB Payton Wilson en défense donnent de sérieux arguments à un Wolfpack qui semble proche de franchir un cap.

Publié

le

Crédit photo : Charles LeClaire-USA TODAY Sports

50 previews en 50 jours, c’est une série estivale de 50 présentations exclusives préparées par toute l’équipe TBP afin de vous permettre de tout savoir concernant la prochaine saison de College Football. On retrouve aujourd’hui le Wolfpack de North Carolina State.

North Carolina State Wolfpack

ACC

Division Atlantic
 

En 2020 : 8-4, 7-3 ACC. Défaite 23-21 face à Kentucky lors du Gator Bowl.
Head Coach : Dave Doeren, 8e année (55-46). Résultat en carrière : 78-50.
Coordinateur offensif : Tim Beck.
Coordinateur défensif : Tony Gibson.
Titulaires de retour : 19, 6 en attaque, 9 en défense, kicker, punter.
Joueurs-clés partis : QB Bailey Hockman, TE Cary Angeline, NT Alim McNeill.
Joueurs à suivre : QB Devin Leary, RB Zonovan Knight, WR Emeka Emezie, WR Thayer Thomas, LB Payton Wilson, LB Isaiah Moore, S Tanner Ingle, S Tyler Baker-Williams.

Dans l’ombre du géant Clemson dans la division ACC Atlantic, le Wolfpack de coach Dave Doeren est régulièrement le grand méprisé d’une conférence qui court derrière les Tigers depuis 2015. Pourtant, NC State vient de remporter au moins 8 victoires à 3 reprises lors des 4 dernières saisons et seuls Miami et Clemson ont remporté plus de matchs au cours de cette période dans l’ACC.

Arrivé sur le campus de Raleigh (Caroline du Nord) en 2013 en provenance de Northern Illinois, Dave Doeren a réussi à transformer le programme de football local à son image en appliquant ses principes : défense robuste et athlétique et attaque tout aussi agressive. Il a également su s’entourer d’excellents stratèges dans leur domaine en engageant le coordinateur défensif Tony Gibson (ex-West Virginia) en 2018 et le coordinateur offensif Tim Beck (ex-Texas) qui a pris la succession d’Eliah Drinkwitz en 2020.

Cette stabilité au poste de head coach semble avoir convaincu bon nombre de prospects, NC State accumulant le talent lors des cycles de recrutement 2018 et 2019 comme rarement auparavant. Cette génération a grandi ensemble et arrive désormais à maturité.

QB Devin Leary (#13), NC State – Crédit photo : Justin Berl/Getty Images

Avec 18 titulaires de retour, un quarterback ultra-prometteur (Devin Leary) et du talent dans tous les secteurs, le Wolfpack débutera la campagne 2021 avec l’un des effectifs les plus expérimentés et fournis du pays… et une ambition à peine cachée : atteindre le plateau des 10 victoires pour la 2ème fois seulement de l’Histoire du programme.

Devin Leary, la nouvelle étoile au poste de QB

En un temps record et avec un manque de préparation forcée par la pandémie de covid-19, le coordinateur offensif Tim Back a effectué un boulot remarquable pour redynamiser une attaque alors en dormance. En 2020, le Wolfpack a vu toutes ses statistiques offensives grimper en flèche notamment sur le passing game (262.8 yards par match, #36 du pays).

Si l’attaque aérienne a véritablement décolé l’an dernier, c’est également en raison de l’éclosion du redshirt junior QB Devin Leary (890 yards à la passe, 8 TDs, 2 INTs en 2020). L’ancien prospect 4-étoiles originaire du New Jersey n’a pourtant joué que quatre matchs en raison d’une fracture du tibia subie au milieu du mois d’octobre mais il a rapidement réénergisé la fan base du Pack qui voit en lui le nouveau Phillip Rivers. QB Devin Leary a surtout redonné confiance à l’ensemble de l’attaque qui s’est inspirée de sa combativité notamment affichée lors d’un fabuleux comeback réussi face à Pittsburgh. Même lorsqu’il a dû quitter ses coéquipiers sur blessure, son successeur, QB Bailey Hockman (transféré à Middle Tennessee lors de l’intersaison) a su prendre le relais pour mener NC State à 4 victoires d’affilée en fin de saison.

En cas de défaillance de QB Devin Leary, le Wolfpack se tournera vers un tandem de quarterbacks prometteurs : le sophomore QB Ben Finley (le frère de Ryan) et le très attendu prospect 4-étoiles true freshman QB Aaron McLaughlin.

Une attaque expérimentée

Quarterback à l’étonnante efficacité, QB Devin Leary a su développer une superbe connection avec un groupe de receveurs sous-estimés mais qui sera redouté en 2021… et désormais dirigé par Joker Phillips, l’ancien head coach de Kentucky. Ainsi, le senior WR Emeka Emezie est de retour pour sa saison « super senior » après avoir réussi 47 réceptions pour 738 yards et 5 TDs l’an dernier. S’il sera encore probablement le « go-to guy » du quarterback de NC State, il sera superbement secondé par l’excellent duo WR Thayer Thomas (42 réceptions, 529 yards, 6 TDs) / WR Devin Carter (29 réceptions, 477 yards, 2 TDs). Tous les deux ont réussi des coups d’éclat l’an passé et si ces trois-là jouent à plein potentiel, l’attaque aérienne du Wolfpack pourrait devenir difficile à stopper malgré le départ de TE Cary Angeline (11 TDs lors des deux dernières saisons).

WR Emeka Emezie, NC State – Crédit photo : Joe Robbins/Getty Images

Tim Beck ne s’en cache pas : c’est avant tout par les airs que son escouade va gagner des yards au risque de rendre unidimensionnelle cette attaque. Pourtant, NC State ne manque pas d’arguments sur le jeu au sol. Comme au niveau des receveurs, le groupe de running backs affiche une certaine stabilité avec le retour du duo RB Ricky Person Jr (643 yards, 4 TDs) / RB Zonovan « Bam » Knight (788 yards, 10 TDs) pour une 3ème saison consécutive.

Avec le retour de quatre titulaires expérimentés, il y a aussi des raisons de penser que la ligne offensive du Pack peut dominer la ligne de scrimmage en 2021. Le super senior RT Tyrone Riley va jouer sa 7ème saison universitaire (!!!) suite à une blessure qui a écourté sa saison 2020. Il sera l’un des leaders d’un solide groupe composé de LT Ikem Ekwonu (l’un des meilleurs run blockers de l’ACC), LG Dylan McMahon, C Grant Gibson et RB Bryson Speas.

Payton Wilson leader d’une défense athlétique… mais inconstante

Malgré l’arrivée du rigoureux Tony Gibson au poste de coordinateur défensif, la défense de NC State a surtout brillé par son inconstance en 2020. Capable de solides performances marquées par des big plays à profusion (Virginia, Duke, Florida State, Liberty), elle est également passée régulièrement à côté de son sujet (Virginia Tech, North Carolina, Miami) en raison de son incapacité à stopper le jeu au sol mais aussi à cause de couvertures hasardeuses sur le secondary.

Une seule chose est sûre : lorsque le redshirt junior LB Payton Wilson (108 plaquages, 11.5 pour perte et 2 INTs en 2020) est sur le terrain, le Wolfpack semble beaucoup plus efficace défensivement. Problème : l’ancien prospect 4-étoiles (#4 OLB, #79 National en 2018) a été régulièrement ralenti par les blessures. Il a d’ailleurs manqué les spring practices en raison d’une opération des deux épaules. Il sera encore le général d’une défense 3-3-5 athlétique et expérimentée : 9 titulaires de la saison passée sont de retour.

Certes, le départ de NT Alim McNeil vers la NFL laisse un trou béant à l’interieur de la ligne défensive mais le Pack peut compter sur l’ancien prospect 4-étoiles NT C.J. Clark qui aura comme backup l’ancien Seminole de Florida State, NT Cory Durden (5 sacks en 2019), transféré à NC State au cours de l’intersaison.

Le « super senior » DE Daniel Joseph est de retour après une première saison encourageante suite à son transfert de Penn State. Il sera l’un des leaders d’un groupe de defensive ends très robuste à l’image de DE Terrell Dawkins, DE Savion Jackson et DE Ibrahim Kante (13 titularisations, 8.5 plaquages pour perte en carrière).

LB Payton Wilson (#11), NC State – Crédit photo : WDN

Comme l’an passé, le second rideau défensif sera la grande force de l’équipe. Autour de l’un des meilleurs linebackers du pays, Payton Wilson, on retrouvera SLB Drake Thomas (58 plaquages, 9.5 pour perte dont 3 sacks) et MLB Isaiah Moore (216 plaquages, 22.5 pour perte, 7.5 sacks en carrière), l’ancien Freshman of the Year dans l’ACC qui n’a cessé de progressé depuis qu’il a obtenu cette récompense en 2018.

Du renfort sur le backfield défensif

Tous les titulaires de la saison passée sont de retour sur le secondary. Beaucoup d’expérience donc mais les contre-performances dans ce secteur ont inquiété Dave Doeren qui a pris les choses en main en ajoutant deux joueurs via le portail des transferts. Le junior CB Derrik Pitts (qui a commencé sa carrière sous les ordres de Tony Gibson à West Virginia) arrive de Marshall tandis qu’un autre ancien joueur de Florid State, S Cyrus Fagan, a également fait son arrivée avec un poste de titulaire dans le viseur.

Ces deux nouveaux visages auront-ils un impact immédiat ? Il le faudra. Malgré leur expérience et leur talent indéniable, NB Tyler Baker-Williams, FS Tanner Ingle, CB Shyheim Battle et CB Cecil Powell ont surtout pêché par leur inconstance.

Tout l’inverse du kicking game dont la régularité en a fait l’un des meilleurs de l’ACC depuis 2-3 ans. Le junior K Christopher Dunn a été sélectionné dans l’équipe All-ACC en 2019 et 2020 et a déjà établi un nouveau record de la fac du nombre de FGs réussis en carrière (56). Le redshirt junior P Trenton Gill est de la même trempe, lui qui possède la meilleure moyenne de yards par punt en carrière dans l’Histoire du Wolfpack (46.3).

Calendrier

NC State a évité les deux meilleures équipes de l’ACC en 2020 (Clemson, Notre Dame). Le calendrier 2021 est beaucoup moins clément avec le Wolfpack, qui accueillera notamment Clemson, le 25 septembre prochain. Le Pack devra également affronter les deux meilleurs programmes de la division ACC Coastal, Miami et North Carolina. Les déplacements à Boston College et Florida State ne seront pas de tout repos tout comme celui du 11 septembre au Davis Wade Stadium face à Mississippi State.

Conclusion 

La défaite face à Kentucky lors du Gator Bowl n’a pas refroidi les ardeurs d’une équipe de NC State qui pourrait bien être la seule vraie menace des Tigers de Clemson dans la division ACC Atlantic. Le retour de blessure de QB Devin Leary, les nombreux playmakers offensifs autour de lui et la présence du potentiel All-American Payton Wilson en défense donnent de sérieux arguments à un Wolfpack qui n’a jamais semblé aussi proche de franchir un cap. La 2ème saison de l’Histoire du programme à 10 victoires parait accessible… à moins que NC State ne craque dans les moments cruciaux comme ce fût si souvent le cas ces dernières années.

Évaluation
  • Attaque
  • Défense
  • Équipes spéciales
  • Coaching
  • Potentiel
3.7

Résumé

Points forts :
– Un quarterback efficace et combatif.
– De nombreux playmakers expérimentés en attaque.
– Un front seven très athlétique.

Points faibles :
– Une équipe inconstante.
– Un backfield défensif perméable.
– Un complexe d’infériorité face à Clemson.

Lire la suite

Preview

Preview 2021 : North Carolina Tar Heels

Avec le retour de QB Sam Howell et un alignement bourré de talent, les Tar Heels ont-ils tous les éléments nécessaires pour faire tomber Clemson dans l’ACC ?

Publié

le

Crédit photo :

50 previews en 50 jours, c’est une série estivale de 50 présentations exclusives préparées par toute l’équipe TBP afin de vous permettre de tout savoir concernant la prochaine saison de College Football. On retrouve aujourd’hui les Tar Heels de North Carolina.

North Carolina Tar Heels

ACC

Division Coastal
 

En 2020 : 8-4, 7-3 ACC. Défaite 41-27 face Texas A&M lors de l’Orange Bowl.
Head Coach : Mack Brown, 12e année (84-56-1). Résultat en carrière : 253-127-1.
Coordinateur offensif : Phil Longo.
Coordinateur défensif : Jay Bateman, Tommy Thigpen.
Titulaires de retour : 17, 8 en attaque, 7 en défense, kicker, punter.
Joueurs-clés partis : RB Michael Carter, RB Javonte Williams, WR Dazz Newsome, WR Dyami Brown, LB Chazz Surratt.
Joueurs à suivre : QB Sam Howell, RB Ty Chandler, WR Beau Corrales, WR Josh Downs, WR Emery Simmons, TE Garrett Walston, DE Tomari Fox, LB Tomon Fox, LB Jeremiah Gemmel, CB Tony Grimes.

Depuis son retour sur le campus Chapel Hill en 2019, 20 ans après son premier passage, Mack Brown n’a cessé de convaincre les sceptiques qui ne le croyaient pas capable de relancer un programme traumatisé par la fin catastrophique de l’ère Larry Fedora (bilan de 5-18).

Le vieux sorcier sait qu’il y a encore du chemin à parcourir avant que son équipe ne franchisse un palier. Il est déjà passé par là du côté des Longhorns de Texas avec lesquels il a remporté le titre de champion national en 2005. Les Tar Heels se rapprochent des meilleurs : sur leurs dix défaites subies depuis 2019, huit l’ont été par un écart de moins de 8 points mais ont-ils déjà tout ce qu’il faut pour mettre en cause la suprématie incontestée des Tigers de Clemson sur l’ACC ?

Mené par le junior QB Sam Howell, que Mack Brown a subtilisé à Florida State lors du recrutement 2019, North Carolina a remporté 15 victoires lors des deux dernières saisons et participé à son premier bowl majeur depuis… 2015, en obtenant son ticket pour l’Orange Bowl (perdu 41-27 face à Texas A&M). Les Tar Heels ont pris le goût à la victoire et regardent désormais vers le haut.

QB Sam Howell, North Carolina – Crédit image : SI

Pourtant, les départs de leaders offensifs ont été importants au cours de l’intersaison et il faudra peut-être un peu plus de temps qu’espéré aux excellentes promotions de recrues arrivées depuis deux ans pour compenser cette perte de production immédiate. Toutefois, avec la présence d’un potentiel candidat au trophée Heisman et une défense qui a pris de l’expérience, les Tar Heels peuvent légitimement viser une nouvelle participation à un bowl du Nouvel An et une place dans le Top 25 final pour une 2ème année consécutive pour la première fois depuis 1996-97… lors de la la première période Mack Brown à Chapel Hill.

La course au Heisman : une distraction pour Sam Howell ?

Tout le monde l’aura remarqué et ce n’est un secret pour personne : la hype autour de QB Sam Howell (3586 yards, 68.1% d’efficacité, 30 TDs, 7 INTs) ne cesse de gonfler depuis ses premiers pas sous le maillot des Tar Heels. Il faut dire qu’il y a de bonnes raisons expliquant l’intérêt grandissant porté au quarterback junior de UNC : 68 TDs en 25 titularisations consécutives (nouveau record de l’ACC pour un QB sophomore). Mieux qu’un certain Trevor Lawrence… Du coup, il est complètement légitime de le voir apparaître parmi les candidats au prochain trophée Heisman. Joueur mature au tempéremment affirmé, il semble avoir la tête sur les épaules pour assumer ce nouveau statut mais un début de saison réussi lui enlèverait une certaine pression.

Sous la direction de QB Sam Howell, l’attaque Air Raid de North Carolina version 2020 a établi de nombreux records de la fac (537.2 yards offensifs et 41.7 points en moyenne par match !). Toutefois, le visage de cette escouade sera bien différente cette saison en raison des départs vers la NFL de RB Michael Carter, RB Javonte Williams, WR Dyami Brown et Dazz Newsome. Quatre énormes contributeurs qui ont inscrits un total de 42 TDs la saison dernière !

Ainsi, autour de QB Sam Howell, on retrouvera désormais le senior WR Beau Corrales, le junior WR Emery Simmons et surtout les deux sophomores, WR Josh Downs (auteur d’un TD de 75 yards lors du dernier Orange Bowl) et WR Khafre Brown (le frère de Dyami). Sans oublier l’expérimenté TE Garrett Walston (19 réceptions, 255 yards). Malgré la perte des deux leaders de l’an passé au poste de receveur, c’est un groupe qui ne manque pas de talent et qui a déjà prouvé qu’il pouvait prendre le relais. À confirmer dès le premier match face au backfield défensif des Hokies.

Ty Chandler sous pression

Prendre la succession du meilleur tandem de running backs du pays en 2020 ne sera pas un petit défi pour l’ancien joueur de Tennessee, RB Ty Chandler, arrivé à Chapel Hill via le portail des transferts. Mais le coaching staff a confiance dans sa capacité à maintenir une production dans le jeu au sol nécessaire afin de garder cette attaque des Tar Heels équilibrée.

RB Ty Chandler (#19), North Carolina – Crédit photo : Raleigh News & Observer

Son expérience acquise sous le maillot des Volunteers sera évidemment un avantage (2046 yards et 13 TDs en carrière). D’autant qu’il va débuter la saison 2021 protégé par une ligne offensive expérimentée (112 titularisations) dont les 5 titulaires de l’an dernier sont de retour à commencer par LG Joshua Ezeudu, RG Marcus McKethan et RT Jordan Tucker. Cependant, cette escouade devra faire beaucoup mieux pour assurer la protection de QB Sam Howell après avoir accordé 2.8 sacks par match en 2020.

Une défense en quête de turnovers

11. C’est le tout petit nombre de turnovers provoqués par la défense des Tar Heels l’an dernier. De loin la moins bonne performance parmi les programmes de l’ACC. Tout le problème est résumé dans cette statistique. L’escouade défensive n’a pas été à la hauteur de l’attaque en 2020 (248.7 yards accordés à la passe en 2020, #87 du pays) et sans de nets progrès dans ce secteur, les Tar Heels n’auront aucune chance dans leur lutte avec les Tigers de Clemson, voire même face aux Hurricanes de Miami et aux Hokies de Virginia Tech.

Les co-coordinateurs défensifs Jay Bateman et Tommy Thigpen compteront sur le leadership de LB Tomon Fox (36 plaquages, 7 sacks en 2020) et LB Jeremiah Gemmel (78 plaquages, 2.5 sacks, 2 INTs) sur le second rideau pour donner l’exemple à un front seven prometteur en raison de solides recrutements successifs mais qui doit confirmer tout son potentiel. Ainsi, on attend l’éclosion de DE Tomari Fox (46 plaquages, 4 sacks, le frère de Tomon), DT Raymond Vohacek (29 plaquages, 3.5 sacks), DT Jahlil Taylor et DT Myles Murphy sur la ligne défensive tandis que de grands espoirs sont portés sur le sophomore LB Eugene Asante (24 plaquages), auteur de 10 plaquages lors de l’Orange Bowl. Le senior OLB Tyrone Hopper (27 plaquages, 2 sacks) complète ce second rideau défensif à 4.

Un backfield défensif à l’énorme potentiel

Sur le papier, le secondary des Tar Heels n’a quasiment rien à envier aux meilleures équipes du pays. UNC possède un trio de cornerbacks au potentiel énorme. L’ancien prospect 5-étoiles CB Tony Grimes s’est rapidement adapté au niveau de jeu NCAA et un autre sophomore, CB Storm Duck fera lui son retour en 2021 après avoir manqué les 10 derniers matchs de la saison dernière sur blessure. En 2019, il avait été l’un des meilleurs défenseurs de l’équipe lors de son année freshman. Le junior CB Kyle McMichael (26 plaquages, 6 passes défendues) a parfaitement succédé à CB Storm Duck l’an dernier et sera assurément dans la course pour un poste de titulaire régulier tout comme CB Ladaeson DeAndre Hollins dont la progression a surpris tout le monde au cours du printemps.

CB Tony Grimes, North Carolina – Crédit photo : 247 sports

Au poste de safety, le senior FS Trey Morrison (39 plaquages, 1 sack, 1 INT) apporte toute son expérience. Il devrait démarrer la saison en duo avec l’ancien cornerback, le sophomore SS Ja’Qurious Conley (34 plaquages, 1 sack). La polyvalence du junior SS Don Chapman (46 plaquages, 2 sacks, 1 INT) offre une certaine flexibilité dans l’alignement défensif des Tar Heels. On gardera également un oeil sur le junior FS Giovanni Biggers, l’une des vraies satisfactions de North Carolina en défense.

La saison dernière, UNC a encore connu une année décevante sur les équipes spéciales tant sur les retours de coup de pied que sur la couverture de retour. Aucun TD sur retour de kickoff ou de punt pour la 2ème saison consécutive et un net punting toujours aussi médiocre pour un programme qui espère jouer les premiers rôles dans sa conférence. Une situation d’autant plus frustrante que les kickers ont fait un travail plutôt satisfaisant. Bonne nouvelle pour les Tar Heels : le junior P Ben Kiernan (43.7 yards par punt en 2020) et l’ancien FCS All-American K Grayson Atkins (12/18 FG) sont fidèles au poste en 2021.

Calendrier

Le sort de la division Coastal pourrait-il se jouer dès la première semaine du côté de Blacksburg ? Pas impossible. Les deux derniers affrontements entre North Carolina et Virginia Tech se sont terminés par un shootout. Ce pourrait être le cas encore une fois cette saison. Le mois d’octobre sera particulièrement périlleux pour UNC. Après le choc face au rival Duke, les Tar Heels enchaineront par deux matchs à domicile face à Florida State et Miami avant de conclure ce mois par un voyage à South Bend pour y affronter Notre Dame, l’adversaire le plus coriace de leur calendrier.

Conclusion 

Les Tar Heels semblent avoir tous les éléments en place pour assumer leur statut de prétendant à une place au ACC Championship Game. La concurrence sera rude dans la division Coastal (Miami, Virginia Tech) mais le retour du junior QB Sam Howell (pour une dernière saison avant d’être un Top 5 lors de la draft NFL 2022) assure à North Carolina l’une des meilleures attaques de la conférence et du pays. Si la nouvelle génération de playmakers offensifs et défensifs parvient à se développer à hauteur de son potentiel, l’équipe dirigée par Mack Brown pourrait être une menace non-négligeable pour les Tigers de Clemson dans l’ACC. Une saison à 10 victoires et une nouvelle participation à un bowl du Nouvel An est un objectif tout à fait réalisable pour UNC en 2021.

Évaluation
  • Attaque
  • Défense
  • Équipes spéciales
  • Coaching
  • Potentiel
4

Résumé

Points forts :
– Un QB candidat au trophée Heisman.
– De nombreux playmakers offensifs.
– Une défense au fort potentiel.

Points faibles :
– Manque d’exprience aux « skills positions ».
– Carence mentale dans les moments cruciaux d’un match ?
– Manque de robustesse sur le front three.

Lire la suite
Publicité

Preview 2020

Previewil y a 9 mois

Preview 2020 : Ohio State Buckeyes

Menés par un candidat au trophée Heisman, QB Justin Fields, et une attaque de feu, ces Buckeyes d'Ohio State sont-ils...

Previewil y a 9 mois

Preview 2020 : Michigan Wolverines

Un effectif rajeuni, de nouveaux leaders en défense et un nouveau quarterback titulaire : les Wolverines sont-ils suffisamment armés pour...

Previewil y a 9 mois

Preview 2020 : Wisconsin Badgers

Wisconsin a tourné la page "Jonathan Taylor" mais les Badgers sauront-ils préserver leur suprématie sur la division Big Ten West...

Previewil y a 10 mois

Preview 2020 : Alabama à la reconquête de la SEC

Diminués par le départ de la quasi-totalité de ses titulaires, les Tigers de LSU remettent en jeu un titre de...

Previewil y a 11 mois

Preview 2020 : la fin de l’hégémonie d’Oklahoma sur la Big 12 ?

Avec la montée en puissance de Texas, d'Iowa State et d'Oklahoma State, la série de 5 titres de champion de...

Previewil y a 11 mois

Preview 2020 : Clemson accentue sa domination sur la conférence ACC

Champion de conférence en titre, Clemson a imposé sa suprématie sur l'ACC depuis 5 ans. Est-ce que finalement Notre Dame...

Previewil y a 11 mois

Preview 2020 : Commander-in-Chief’s Trophy

Air Force et Navy ont bouclé la saison 2019 dans le Top 25 mais les Falcons et les Midshipmen ont...

Previewil y a 11 mois

Preview 2020 : Texas A&M Aggies

Pour sa 4ème saison à la tête des Aggies, QB Kellen Mond possède tous les playmakers autour de lui pour...

Previewil y a 11 mois

Preview 2020 : LSU Tigers

LSU a tourné la page de la fabuleuse saison dernière mais ces Tigers version 2020 désormais menés par QB Myles...

Previewil y a 11 mois

Preview 2020 : Alabama Crimson Tide

Écarté des playoffs en 2019 et pillé par la NFL au printemps, le Crimson Tide d'Alabama reste la référence dans...

Articles les plus lus