Suivez-nous

National Championship

#2 Clemson fait chuter #1 Alabama, 35-31, et devient champion national !

Crédit photo : Jamie Squire/Getty Images

Publié

le

En s’imposant sur le score de 35-31 face au Crimson Tide de #1 Alabama au terme d’un match exceptionnel et qui restera dans l’Histoire, les Tigers de #2 Clemson remportent le CFP National Championship Game 2017 et deviennent champions nationaux pour la 2ème fois de leur Histoire et pour la première fois depuis 35 ans.

Le seul et unique titre de champion national de #2 Clemson (14-1) remontait à 1981. En faisant tomber les #1 du pays, les Tigers mettent également fin à la série de 26 victoires consécutives de #1 Alabama (14-1) qui n’avait plus perdu depuis le 19 septembre 2015 à Ole Miss. Le Crimson Tide n’avait plus été battu par les Tigers depuis… 1905 !

Coach Nick Saban ne remportera donc pas ce qui aurait été un incroyable 5ème titre de champion national en 8 ans. #1 Alabama n’atteindra pas non plus le plateau des 15 victoires que seul Penn avait atteint en… 1897.

Grand artisan de ce succès, QB Deshaun Watson (36/56, 406 yards, 3 TD, 0 INT et 43 yards au sol) remporte une 33ème victoire à la tête des Tigers établissant, en trois saisons seulement, un nouveau record de l’université Clemson détenu jusque-là par Rodney Williams (1985-88) et par son prédécesseur, Tajh Boyd (2010-13).

Il a annoncé dès la fin de la rencontre qu’il renonçait à sa dernière d’éligibilité au niveau NCAA pour faire le saut chez les professionnels de la NFL.

Le film du match

Après un premier drive conclu par un 3-and-out, le Crimson Tide de #1 Alabama a su profiter d’une tentative de 4th down manqué par les Tigers de #2 Clemson au milieu du terrain, RB Wayne Gallman (18 courses, 46 yards, 1 TD) se faisant bloquer par le puissant front four des champions nationaux. Le Crimson Tide a immédiatement fait payer cette erreur de coach Dabo Swinney : une course de 25 yards de QB Jalen Hurts (13/31, 131 yards, 1 TD et 63 yards au sol), une pénalité de 15 yards pour roughing the passer de DE Clelin Ferrell et boom ! Une course de 25 yards de RB Bo Scarbrough (16 courses, 93 yards, 1 TD). Les champions en titre ne pouvaient pas mieux débuter la rencontre. 7-0 !

Comme on s’y attendait avec deux secteurs défensifs aussi costauds, les défenses ont alors pris le pas sur les attaques. En grande forme dans ce début de match, LB Reuben Foster (12 plaquages, 1 sack) était partout sur le terrain tandis que le front four des Tigers parvenaient désormais à contrôler le jeu au sol du Crimson Tide malgré quelques incursions de QB Jalen Hurts, auteur de 3 courses pour 27 yards dans ce 1er quart-temps.

Intervint alors ce qui aurait pu être le premier tournant du match : un fumble de QB Deshaun Watson sur un mauvais snap et récupéré par LB Ryan Anderson (7 plaquages, 1 sack, 2 fumble récupéré) ! Le Crimson Tide vous fait généralement payer cash ce type d’erreur mais la défense de #2 Clemson parvint superbement à forcer un punt. Pas de casse pour les Tigers… sauf que le punt redonna le ballon aux Tigers sur leur ligne de 1 yard !

Ainsi se termina un premier quart-temps intense marqué par un turnover de #2 Clemson, qui se trouvait mené après 15 minutes pour la première fois de la saison.

Le secondary du Crimson Tide a clairement pris le dessus sur les receveurs des Tigers dans ce début de match. Le secteur aérien de #2 Clemson termine ces 15 premières minutes avec 23 petits yards. Le doute semblait alors s’installer chez les blancs et oranges. D’autant que le jeu au sol du Crimson Tide se mit alors en route.

Une course de 15 yards de WR ArDarius Stewart (2 réceptions, 12 yards), puis le second coup de tonnerre de cette première mi-temps : une course de 37 yards de l’énorme RB Bo Scarbrough qui inscrit son second TD donnant une avance de 14 points à des champions nationaux en titre (14-0) qui n’avaient pourtant pas encore réussi la moindre passe au-delà de la ligne de scrimmage jusqu’à présent. Le pire cauchemar de #2 Clemson prenait forme.

Les Tigers avaient absolument besoin d’un big play. Et il arriva sur un catch-and-run de 43 yards de WR Deon Cain (5 réceptions, 94 yards) suivi d’une réception de 26 yards de TE Jordan Leggett (7 réceptions, 95 yards), puis d’une course de 8 yards de QB Deshaun Watson, le premier TD accordé par #1 Alabama à un QB cette saison. En trois jeux, #2 Clemson revenait dans le match (14-7).

Finalement, un superbe punt de 57 yards (!) de P JK Scott mit un terme à une 1ère mi-temps intense et dominée par les deux défenses avec un LB Reuben Foster (7 plaquages, 1 sack) et un DL Carlos Watkins (4 plaquages, 1 pour perte) en feu. Deux éclairs de génie de RB Bo Scarbrough et un drive explosif des Tigers auront été les seuls moments forts au niveau offensif.

#2 Clemson débutait la seconde mi-temps avec le ballon et la ferme intention d’égaliser. Mais la défense du Crimson Tide frappa immédiatement provoquant un fumble de RB Wayne Gallman récupéré pour la seconde fois de la soirée par LB Ryan Anderson ! #1 Alabama pouvait tuer le match mais le Crimson Tide dût se contenter d’un FG de 27 yards de K Adam Griffith. Finalement, les deux turnovers provoqués par les hommes de coach Nick Saban n’auront rapporté que 3 points aux champions nationaux.

Après avoir lui-même exécuté un punt, le junior QB Deshaun Watson profita d’un inhabituel court punt de P JK Scott pour ramener les Tigers à 3 points seulement de #1 Alabama (17-14). Une passe de 14 yards pour WR Deon Cain, puis une seconde de 24 yards pour l’inévitable WR Hunter Renfrow (10 réceptions, 92 yards, 2 TD) qui inscrit alors son 3ème TD en finale, après ses deux de l’an passé, sur une splendide réception de 24 yards ! #2 Clemson était plus que jamais dans le match.

Toutefois, le momentum sembla bascula clairement du côté du Crimson Tide lorsque TE OJ Howard (4 réceptions, 106 yards, 1 TD) réussit la réplique d’un TD qu’il avait inscrit au même stade de la compétition l’an dernier : une réception de 68 yards pour un TD qui redonnait 10 points d’avance au Crimson Tide (24-14). Incroyable ! Inspiré par son prédécesseur Lane Kiffin, le coordinateur offensif Steve Sarkisian venait de marquer son territoire !

Pourtant, sans trembler, l’expérimenté QB Deshaun Watson conduit encore un fantastique drive avec notamment deux passes pour WR Deon Cain et TE Jordan Leggett. Puis, WR Mike Williams ramenait le score à 24-21 sur une réception de 4 yards. Le même score que l’an dernier au même moment du match ! Fou !

La conclusion sera différente cette fois-ci. Cinq punts consécutifs des deux équipes lanceront une fin de match sensationnel.

Menant de mains de maître un drive de 88 yards, QB Deshaun Watson trouva successivement TE Jordan Leggett sur 17 yards, puis WR Mike Williams pour une énorme réception de 26 yards qui mettait #2 Clemson sur la ligne de 31 yards. Une course de 15 yards du quarterback des Tigers et une course de 1 yard de RB Wayne Gallman pour un TD, #2 Clemson prenait les devants 28-24 à 4:38 de la fin.

Les champions nationaux allaient-ils tomber ce soir ? TE O.J. Howard ne le voulait pas. Sa réception de 24 yards donna un élan au Crimson Tide et QB Jalen Hurts assommait les Tigers avec une course de 30 yards. #1 Alabama repassa en tête, 31-28. Le scénario de la saison passée allait-il se répéter ?

QB Deshaun Watson dit non. Reprenant la possession du ballon sur la ligne de 32 yards, il remonta tout le terrain trouvant successivement WR Mike Williams, TE Hunter Renfrow et TE Jordan Leggett. Les Tigers étaient alors dans la redzone du Crimson Tide à 14 secondes de la fin. Irrespirable ! Une interférence de passe de CB Anthony Averett sur WR Mike Williams mettait même les joueurs de coach Dabo Swinney sur la ligne de 2 yards avec 6 secondes à jouer. Complètement fou ! Et c’est alors que le héros de l’ombre, ancien walk-on, WR Hunter Renfrow entra un scène : une réception de 2 yards sur une route latérale qui donna le titre de champion national aux Tigers ! L’idole de la Caroline du Sud !

Un onside kick récupéré par #2 Clemson scella le sort de cette fin de match de légende.

Les Tigers venaient de faire tomber les champions nationaux, #1 Alabama !

MVP

Sans surprise au vue de sa performance, QB Deshaun Watson (Clemson) fût élu MVP offensif de ce CFP National Championship Game. De l’autre côté du ballon, LB Ben Boulware (Clemson) a reçu le titre de MVP défensif.

Embed from Getty Images

Fondateur et rédacteur en chef de The Blue Pennant, Morgan Lagrée couvre le College Football depuis 15 ans. En 2016, Morgan fût le premier reporter à couvrir le CFP National Championship Game pour un média francophone. Il co-anime le Podcast Bowl. Expert NFL et MLB. Grand amateur de la NHL. Fan ultime des Red Sox de Boston (MLB). Ancien étudiant de l'université McGill. #Redmen4Life

Publicité
11 commentaires

11 Comments

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

National Championship

Les plus belles photos du National Championship entre Georgia et TCU

Retrouvez les plus belles photos du National Championship 2023 prises par notre photo-reporter Marc-Grégor Campredon.

Publié

le

Crédit photo : Marc-Grégor Campredon

Notre photo-reporter Marc-Grégor Campredon était sur place au SoFi Stadium de Los Angeles pour suivre le National Championship entre #1 Georgia et #3 Texas Christian au plus près de l’action.

Retrouvez ci-dessous ses plus beaux clichés :

Crédit photo : Marc-Grégor Campredon

Lire la suite

National Championship

Georgia sacré champion national !

Ultra-dominateurs dans tous les secteurs de jeu, les Bulldogs de #1 Georgia conservent leur titre de champion national en s’imposant largement 65-7 face aux Horned Frogs de #3 Texas Christian.

Publié

le

Crédit photo : Marc-Grégor Campredon, TBP

À Hollywood, le film à suspense était un court-métrage. Dans la neuvième finale de l’ère playoffs, les Georgia Bulldogs, favoris, ont mis fin de manière impitoyable à la belle histoire des TCU Horned Frogs, signant un succès cinglant (65-7).

Il n’a pas fallu beaucoup de temps aux hommes de HC Kirby Smart pour se mettre en route, dans l’optique d’un deuxième titre national consécutif. Dès la première série offensive, le ton est donné avec un gain de 57 yards et une course de QB Stetson Bennett dans l’en-but.

Et si les Bulldogs se contentent ensuite d’un field goal, suite à un fumble de WR Derius Davis recouvert par DB Javon Bullard, l’intensité et la domination made in SEC sont rapidement palpables (10-0).

Très souvent, trop souvent exposée sur les tracés adverses, la défense de Texas Christian abdique peu à peu sous les coups de boutoir de Stetson Bennett (18/25, 304 yards, 4 TD) et de son habituel duo de cibles insaisissables, TE Brock Bowers (7 réceptions, 152 yards, 1 TD) et WR Ladd McConkey (5 réceptions, 82 yards, 1 TD). 241 yards et 3 touchdowns, c’est le bilan global d’un binôme qui n’aura eu de cesse de profiter de boulevards dans le backfield défensif.

QB Stetson Bennett, Georgia – Crédit photo : Marc-Grégor Campredon, TBP

Résultat : la déferlante continue en première période. Sur les six drives du premier acte, cinq se terminent en touchdowns et un en field goal pour donner un avantage déjà rédhibitoire aux Bulldogs, 38 à 7.

Côté TCU, QB Max Duggan tente de surnager, aux côtés de WR Derius Davis, mais la pression est telle que le quarterback finit par déjouer. Deux interceptions, toutes aux mains de DB Javon Bullard, sont concédées en fin de deuxième quart-temps, contribuant à alourdir un peu plus la note et à plonger les Horned Frogs dans une morne torpeur.

Au retour des vestiaires, malgré le discours de HC Sonny Dykes, rien n’y fait. Les pensionnaires de la Big 12 sont dépassés de la tête et des épaules, et bien que provoquant le premier punt de P Brett Thorson, laissent encore les Géorgiens pénétrer deux fois dans leur end-zone.

Auteur de deux touchdowns au sol (une première pour un quarterback vainqueur depuis Vince Young en 2006), QB Stetson Benett réussit un vrai récital aérien en trouvant WR Ladd McConkey à deux reprises en terre promise, ainsi que WR Adonai Mitchell. En étant responsable de 36 points de son équipe à lui tout seul, le super senior égale la prestation d’un certain QB Joe Burrow, MVP lors du triomphe de LSU à la Nouvelle-Orléans en 2019.

RB Branson Robinson, Georgia – Crédit photo : Marc-Grégor Campredon, TBP

Dans cette finale à sens unique, HC Kirby Smart se paye le luxe de faire tourner son effectif en début de dernier quart. Pour le même résultat. QB Carson Beck remplace QB Stetson Bennett au poste de quarterback, et le running back remplaçant, RB Branson Robinson y va de ses deux touchdowns personnels pour permettre à Georgia de devenir l’équipe la plus prolifique offensivement lors d’une finale nationale, devant Alabama (52 points en 2020). Un programme du Crimson Tide que l’équipe d’Athens rejoint d’ailleurs dans l’histoire en devenant double champion de titre, comme la formation de Nick Saban en 2011 et 2012.

Au vu de son effectif, et en dépit des probables départs des stars défensives DL Jalen Carter, CB Kelee Ringo et S Chris Smith, sortis par HC Kirby Smart sous les ovations, #1 Georgia sera à coup sûr un candidat assumé à un « Three-Peat », un troisième sacre consécutif, prestation qui n’a plus été réalisée depuis … Minnesota, entre 1934 et 1936.

Résumé en vidéo

Lire la suite

National Championship

Georgia-TCU : la preview du National Championship 2023

Pour tout savoir à quelques heures du coup d’envoi de la finale nationale de College Football entre #1 Georgia et #3 Texas Christian.

Publié

le

#1 Georgia (14-0) vs #3 Texas Christian (13-1)

National Championship
Los Angeles, Californie
SoFi Stadium
Lundi 9 janvier 2023
19h30 (heure Est, 01h30 en France)

Le College Football Playoff 2022-23 connaîtra son dénouement, lundi 9 janvier 2023 à 19h30 (01h30 en France), lors du National Championship entre #1 Georgia (14-0) et #3 Texas Christian (13-1).

Deux équipes, un objectif commun, deux enjeux différents. Les Horned Frogs de #3 Texas Christian (Big 12), qui participent cette saison à leurs premiers playoffs, tenteront de remporter leur premier titre de champion national depuis 1938. De leur côté, les Bulldogs de #1 Georgia (SEC) sont en terrain connu : ils participent à leur 3ème finale en 6 ans et viseront un 2ème titre de champion national consécutif.

La Big 12 n’a plus été sacrée depuis 2005 (Texas) alors que la SEC règne sans partage sur le College Football depuis plus de 15 ans. La conférence Southeastern a remporté les trois derniers National Championships et 12 des 16 derniers.

La Preview

 

Les coaches

Kirby Smart, Georgia

En sept saisons à Georgia, Kirby Smart a des Bulldogs le Alabama des années 2020 : trois participations en College Football Playoff, 80 victoires comme head coach des Dawgs, 5 titres de SEC East et deux titres de champion de SEC. Mais aucune victoire n’a été plus importante que celle remportée face au Crimson Tide, il y a tout juste un an, lors du National Championship 2022. Après neuf saisons comme coordinateur défensif aux côtés de Nick Saban, Kirby Smart a emmené avec lui à Athens la culture de la gagne d’Alabama. Lundi soir, il peut rejoindre son maître, le dernier head coach à avoir réussi un back-to-back au niveau national.

Sonny Dykes, TCU

Head coach connu pour son caractère terre à terre et sa personnalité modeste, Sonny Dykes a transporté les Horned Frogs sous les projectures beaucoup plus vite qu’il l’aurait imaginé dans le meilleur des scénarios. #3 Texas Christian n’était même pas classé à l’AP Top 25 de présaison. Cinq mois plus tard, l’équipe du campus de Fort Worth (Texas) fait partie des deux survivants d’une saison riche en rebondissements. Sonny Dykes est devenu le premier head coach de la Big 12 à conclure une saison avec un bilan de 12-0 lors de sa première saison en poste. Ce n’est pas son premier passage chez les Frogs puisqu’il faisait partie du coaching staff de l’équipe lors de la belle campagne 2017 (11-3 et finale de conférence). Fils de l’ancien coach légendaire de Texas Tech, Spike Dykes, il a fait son retour à #3 Texas Christian en 2022 après quatre saisons réussies à SMU (trois bilans positifs consécutifs pour la première depuis les années 80 et deux victoires d’affilée contre l’ennemi juré TCU depuis 1992-93).

Comment sont-ils arrivés là ?

Georgia Bulldogs (14-0)

Défendre un titre national n’est jamais chose simple… surtout quand on perd 15 joueurs lors de la draft NFL ! Pourtant, les Bulldogs ont rappelé à tout le monde qui étaient les champions nationaux en titre. Une victoire 49-3 contre Oregon lors de la kickoff week, puis les succès se sont enchainés. #1 Georgia n’a gagné qu’un seul match par moins de 17 points avant de s’imposer face à Tennessee dans un big clash du 5 novembre.

Les Dawgs ont alors conclu la saison par trois larges victoires contre Mississippi State, Kentucky et Georgia Tech avant de terrasser LSU, 50-30, en finale de la SEC. Longtemps menée au score par #4 Ohio State lors du Peach Bowl, l’équipe de HC Kirby Smart a réussi un comeback mémorable inscrivant 18 points dans le 4ème quart-temps en route vers une victoire 42-41.

Il ne manque qu’une seule victoire à #1 Georgia pour faire aussi bien que LSU en 2019 (champion national et bilan de 15-0) et rejoindre Alabama, la dernière équipe à avoir réussi un back-to-back (2011-12).

Texas Christian Horned Frogs (13-1)

En aout dernier, peu d’observateurs avaient imaginé que HC Sonny Dykes réussirait à faire des Horned Frogs des prétendants au College Football Playoff dès sa première saison sur le campus de Fort Worth (Texas). D’autant que #3 Texas Christian venait de terminer sa saison 2021 avec un bilan de 5-7 forçant alors le départ du mythique head coach, Gary Patterson, en cours de saison.

Mais les Horned Frogs ont construit leur propre momentum remportant des victoires-clés contre SMU, Oklahoma et Kansas avant de réussir un fabuleux comeback lors d’un succès 38-28 à Kansas State, le 22 octobre. L’équipe de HC Sonny Dykes a alors enchainé les victoires, souvent au prix de fantastiques remontées en 2ème mi-temps. Texas (17-10), Baylor (29-28) et Iowa State (62-14) vont tous s’incliner face à des Horned Frogs qui termineront invaincus la saison régulière. #3 Texas Christian s’inclinera finalement 31-28 en finale de la Big 12 face à des Wildcats de Kansas State revanchards.

Malgré des victoires parfois serrées, ces Horned Frogs ont démontré qu’ils savaient toujours trouver le moyen de gagner. Cette défaite contre Kansas State n’a rien changé : le comité de sélection du CFP était convaincu qu’ils méritaient leur place dans le dernier carré. Et la victoire sans contestation (51-45) face à #2 Michigan lors du Fiesta Bowl a donné raison au comité. Dominant dans tous les secteurs de jeu, #3 Texas Christian s’est débarassé des champions de conférence Big Ten pour s’offrir la première participation de son Histoire au National Championship de l’ère College Football Playoff.

Les joueurs à suivre

QB Stetson Bennett, Georgia

Ancien joueur non-boursier passé par le Junior College, QB Stetson Bennett s’est transformé en l’un des meilleurs offensifs du pays obtenant même une invitation à New York pour la remise du trophée Heisman en tant que finaliste. Héros du 4ème quart-temps lors de la demi-finale face à Ohio State (23 sur 34, 398 yards, 3 TDs, 1 INT), il a prouvé dans les deux dernières saisons qu’il était l’un des joueurs les plus sûrs au niveau national. Son bilan comme titulaire avec les Bulldogs ? 27-1.

TE Brock Bowers, Georgia

Vainqueur du trophée Mackey et prototype du tight end moderne, capable de réceptions décisives dans le trafic ou de courir dans les espaces tel un running back, il sera surveillé comme le lait sur le feu par la défense des Horned Frogs. 9 TDs en 2022 et une liste interminable de big plays offensifs à son actif. Il peut faire basculer ce National Championship en faveur des Bulldogs, à lui tout seul.

DL Jalen Carter, Georgia

Il est tout simplement intenable depuis son retour de blessure à la fin du mois d’octobre. Certes, il n’a réussi que 3 sacks cette saison mais son impact sur le rendement défensif des Dawgs dépasse largement cette statistique. Joueur de ligne ultra-puissant, il provoque des double-couvertures sur chaque snap ouvrant ainsi la voie à ses coéquipiers sur les extérieurs. La ligne offensive des Horned Frogs devra le neutraliser pour que #3 Texas Christian ait la moindre chance dans ce match.

QB Max Duggan, Texas Christian

Finaliste du trophée Heisman 2022, il est le joueur le plus important des Horned Frogs. Son efficacité (ratio QB-INT de 30-4), sa capacité de prolonger les jeux grâce à son jeu au sol (plus de 400 yards au sol, 6 TDs) et ses passes laser ont porté #3 Texas Christian jusqu’en playoffs. Une victoire des Horned Frogs passera forcément par une grande performance de QB Max Duggan.

WR Quentin Johnston, Texas Christian

Sa taille et sa capacité à gagner ses duels sur des situations de 50-50 en font l’arme fatale des Horned Frogs dans les airs. Son duel direct avec CB DJ Turner s’annonce épique. Si Texas Christian devait rapidement se trouver mené au score, parions qu’il sera désigné comme le sauveur de l’équipe : 17 de ses 53 réceptions ont été de plus de 20 yards en 2022 !

CB Tre’Vius Hodges-Tomlinson, Texas Christian

Récent vainqueur du Jim Thorpe Award, CB Tre’Vius Hodges-Tomlinson est le patron d’une défense contre la passe de #3 Texas Christian qui a terminé 2ème dans la Big 12 en terme d’efficacité. Pourtant, elle a accordé 10 réceptions de plus de 40 yards. Face à WR Adonai Mitchell et TE Brock Bowers, cette escouade défensive des Horned Frogs ne peut se permettre d’accorder des big plays.

Facteur X

WR Derius Davis, Texas Christian

Sélectionné dans l’équipe All-American par la FWAA, il est toujours capable de coups d’éclat dans le jeu aérien (430 yards sur réception, 5 TDs) mais c’est surtout sur retour de coup de pied qu’il pourrait s’avérer une menace pour les champions nationaux en titre. Il a réussi deux TDs sur retour de punt (Colorado et Texas Tech) et dans une finale nationale qui pourrait se jouer sur un détail, son rôle pourrait être déterminant pour des Horned Frogs qui ne sont pas favoris selon les bookmakers de Las Vegas.

La statistique

Depuis l’instauration du College Football Playoff à quatre équipes en 2014, le bilan d’un champion national en titre qualifié pour le National Championship la saison suivante : 0-4.

Historique

Ce sera le 5ème affrontement entre ces deux programmes. Georgia mène la série 4-0. Le dernier match entre Georgia et Texas Christian remonte au Liberty Bowl 2016 remporté par les Dawgs, 31-23, lors de la première saison de HC Kirby Smart sur le campus d’Athens.

Blessés

Georgia Bulldogs

Absent : LB Nolan Smith (muscle pectoral), LB CJ Washington (nuque), OL Drew Bobo (épaule), CB Dan Jackson (pied), RB Andrew Paul (genou), TE Arik Gilbert (portail des transferts).
Incertain : TE Darnell Washington (cheville), OL Earnest Greene III (jambe).
Probable : WR Ladd McConkey (genou), WR Adonai Mitchell (Georgia).

Texas Christian Horned Frogs

Absent : WR Quincy Brown (raisons personnelles).
Incertain : RB Kendre Miller (genou).
Probable : WR Quinton Johnston (cheville).

Pronostic

Georgia 34, Texas Christian 31.

Lire la suite

National Championship

Georgia vs TCU : le face-à-face à chaque poste

A quelques heures du choc entre #1 Georgia et #3 Texas Christian à l’occasion du CFP National Championship Game 2023, tour d’horizon des forces en présence à chaque poste.

Publié

le

Ce lundi, Los Angeles sera le théâtre de la neuvième finale des playoffs de College Football. Avec une affiche pour le moins inattendue, entre le champion en titre Georgia et un invité plus trop surprise, Texas Christian. 

Capable de damer le pion à Michigan en demi-finales, les Horned Frogs ont plus de ressources qu’il n’y parait. Assez pour faire pencher la balance en leur faveur ? Éléments de réponse avec le classique face-à-face d’avant-finale. 

Quarterbacks 

Georgia : Sans cesse contesté en 2021, face à la concurrence du plus établi J.T. Daniels, QB Stetson Bennett a su faire le dos rond pour être un acteur décisif du titre des Bulldogs l’an passé. Mais n’allez pas penser qu’il s’agissait du dernier chapitre fou de son histoire. A maintenant 25 ans, le héros local a trouvé le moyen de franchir un palier en devenant la principale source d’alimentation du secteur offensif, en flirtant avec les 4000 yards à la passe, le tout avec un meilleur pourcentage que la saison dernière. Son sang-froid sur le dernier drive face à Ohio State, en demi-finales, confirme qu’il est désormais à prendre très au sérieux, au point de potentiellement devenir le premier quarterback sacré deux fois de suite avec son programme depuis A.J. McCarron avec Alabama en 2011 et 2012.  

TCU : Si l’histoire autour de Stetson Bennett a de quoi émouvoir, que dire de celle de QB Max Duggan ? Une saga aux allures de montagne de russe pour celui qui est pourtant titulaire chez les Horned Frogs depuis 2019. Oui mais voilà. Un important problème médical en 2020, une baisse des performances en 2021, la nomination de Chandler Morris comme titulaire, dans le sillage de l’arrivée d’un nouvel head coach en 2022 … Tout laissait à penser que le natif de l’Iowa allait finir dans l’ombre son histoire avec Texas Christian. Que nenni … Revenu aux commandes, après la blessure de son partenaire, Duggan a su adapter son style de jeu aux prérogatives de Sonny Dykes, pour passer la barre des 3 500 yards et 30 touchdowns à la passe, tout en conservant sa capacité à faire mouche au sol. Son importance n’a eu de cesse de croitre tout au long de cette campagne, le voyant notamment sonner la révolte trop tardive face à Kansas State, en finale de conférence Big 12.  

Avantage : TCU. Difficile de déterminer un penchant dans ce duel de « chouchou longtemps décrié » mais au vu de la transformation, des chiffres étourdissants et de la menace qu’il représente à la course, Max Duggan mérite une mention plus prononcée. 

Running backs 

Georgia : Si Georgia a clairement change son identité offensive, le jeu au sol des Bulldogs possède toujours une certaine profondeur et une capacité d’accélération. Avec plus de 2 000 yards et 24 touchdowns en cumulé au sol, RB Kendall MiltonRB Daijun Edwards et RB Kenny McIntosh ont renforcé le fameux comité aperçu l’an passé par la paire Zamir White – James Cook. Plus souvent sollicité, McIntosh a même souvent été une clé de voûte pour ouvrir des espaces aériens, de par sa mobilité intéressante en sortie de backfield (506 yards, 2 touchdowns). Milton a été un élément important en demi-finales des playoffs, en sonnant la charge avec un touchdown, et le true freshman RB Branson Robinson peut toujours être amené à sortir du chapeau si Kirby Smart en a besoin. Profondeur, vous avez dit ? 

TCU : Sur le papier, les options sont plus limitées mais ont été terriblement redoutables tout au long de cette saison. Plus en vue en 2021, dans le sillage de Zach Evans, RB Kendre Miller a totalement explosé lors de cette campagne avec le départ de son fantasque coéquipier vers Ole Miss. Presque 1 400 yards et 17 touchdowns, des chiffres qui en disent long sur l’impact du bonhomme (le classant dans le top 10 concernant les réalisations de la saison au sol à l’échelon national), car le coureur texan a souvent sorti sa formation de mauvais pas, comme face à Oklahoma State ou à Baylor. La principale problématique le concernant ? Une blessure au genou face à Michigan, qui conditionne grandement sa présence ou son nombre de snaps lors de cette finale. En deuxième période, face aux Wolverines, son backup RB Emari Demercado (622 yards, 6 touchdowns) avait été décisif, avec notamment un drive abouti et un touchdown. L’ancien de Louisiana, RB Emani Bailey (241 yards, 2 TD), peut être aussi utilisé si l’absence de Miller était plus fâcheuse.  

Avantage : TCU. Là encore, choix peu évident et forcément conditionné par la situation médicale de Miller. Mais si le coureur des Horned Frogs est paré, il semble l’option la plus létale. 

Receveurs / Tight ends 

Georgia  : Etincelant dès son arrivée sur le campus d’Athens, TE Brock Bowers (790 yards, 6 TD) n’est plus vraiment à présenter. Auteur d’un jeu ô combien décisif, sur une 4e et courte face à Ohio State, le désormais sophomore a moins été trouvé dans l’en-but, mais n’a eu de cesse de faire avancer les chaînes, tout en apportant une certaine variété sur le jeu au sol. Si sa production a légèrement baissé par rapport à l’an dernier, c’est aussi en raison de l’implication plus prononcée de son binôme plein centre, TE Darnell Washington (426 yards, 2 TD). L’ancienne recrue 5 étoiles semblait avoir mis ses soucis extra-sportifs de côté pour se remettre dans le bon sens, avec un gabarit de déménageur donnant des sueurs froides aux défenseurs adverses. Mais comme Kendre Miller, il est le joueur offensif qui reste incertain pour cette finale, avec une gêne à la cheville, que son head coach a préféré minimiser, malgré une sortie prématurée au Peach Bowl. Le rôle des tight ends sera fondamental pour les Bulldogs, car sur les extérieurs, le manque de star est assez criant. Certes, le côté feu-follet de WR Ladd McConkey (674 yards, 5 TD) est extrêmement précieux, surtout dans le registre vertical. Et le retour de blessure de WR Adonai Mitchell (auteur de la réception décisive contre les Buckeyes) n’est pas pour déplaire aux fans géorgiens. Mais d’autres profils prometteurs, comme WR Kearis Jackson (300 yards), WR Marcus Rosemy-Jacksaint (337 yards, 2 TD), WR Dominick Blaylock (227 yards, TD) ou WR Arian Smith (195 yards, TD) n’ont pas vraiment démontré une régularité à toute épreuve. 

TCU : C’était un secteur que beaucoup espéraient sur la pente ascendante, avec l’arrivée de Sonny Dykes. Et force est de constater que la collaboration a été fructueuse. Eternel espoir depuis son arrivée du lycée, WR Quentin Johnston a enfin prouvé qu’il n’était pas qu’un physique hors norme, mettant un point d’honneur à casser pas mal de plaquages et à faire jouer son sens du timing sur les duels aériens pour aligner une folle saison à 1 066 yards et 6 touchdowns, presque le double de son rendement de 2021. Pour l’aider à se faire oublier, TCU a pu compter sur des profils plus petits et rapides, avec WR Taye Barber et WR Derius Davis, au bilan complémentaire de 1 035 yards et 10 touchdowns en cumulé. D’autres menaces existent si le besoin s’en fait sentir, comme WR Savion Williams ou WR Jordan Hudson. Dans cette attaque assez écartée, l’ancien tight end de texas TE Jared Wiley est un peu moins ciblé, mais a trouvé le moyen d’inscrire 4 touchdowns cette saison. Méfiance donc. 

Avantage : Égalité. Un danger central côté Bulldogs, une profondeur notable sur les extérieurs côté Horned Frogs. Difficile de donner un véritable ascendant dans cette catégorie … 

Ligne offensive 

Georgia : Ce secteur a longtemps été une chasse gardée de Kirby Smart dans le processus de recrutement, avec une course aux prospects 5 étoiles, et cela s’en ressent clairement aujourd’hui. Avec 9 petits sacks autorisés cette saison, dans l’impitoyable conférence SEC, Georgia est la 4e meilleure équipe du pays dans ce domaine, dans un groupe pourtant symbolisé par sa jeunesse. Au-delà des juniors LG Xavier Truss et RT Warren McClendon, ce sont trois sophomores qui se sont invités sur la ligne très compétitive de Géorgie, avec RG Tate RutledgeC Sedrick Van Pran et surtout LT Broderick Jones, auteur d’une montée en puissance constante. Comme si cela ne suffisait pas, le coaching staff peut compter sur d’autres sophomores aux dents longues, si le besoin s’en fait sentir, avec l’ancien 5 étoiles OT Amarius Mims sur l’exrérieur ou IOL Devin Willock.  

TCU : Des petits riens qui font un tout. Même dans le système plus affirmé de Sonny Dykes, la refonte n’a pas été drastique sur la ligne offensive, mais pas mal d’éléments ont permis à ce groupe de franchir un cap. Quatre des cinq titulaires de la saison passée étaient de retour, le cinquième étant le centre C Alan Ali, homme de confiance arrivé dans les bagages du head coach en provenance de SMU. Son intégration a amené à décaler le senior LG Steve Avila en guard et le junior LT Brandon Coleman un peu plus sur l’extérieur. A droite, aux côtés de l’habituel point d’ancrage RT Andrew Coker, le senior RG Wes Harris a enfin pu faire une saison complète, épargné par les blessures. Et c’est tout le rendement de cette nouvelle ligne offensive qui s’est retrouvé transformé. Capable de laisser du temps à Max Duggan pour lancer le ballon. Capable ouvrir de libérer des boulevards pour les coureurs. L’œuvre établie face à Michigan est un exemple d’une escouade sans réelle vedette nationale, mais à la cohésion fatale à son adversaire.  

Avantage : Georgia. Deux écoles différentes, mais une profondeur et un potentiel de feu pour Georgia, malgré les difficultés entrevues face à Ohio State. 

Ligne défensive 

Georgia : Dans la même logique que sur la ligne offensive, Kirby Smart a pris soin de trouver une relève performante et efficace, après les départs de pas mal de cadres (Devonte Wyatt, Travon Walker, Jordan Davis) vers la NFL. Et le joueur le plus attendu a parfaitement répondu aux attentes. Gêné par des blessures en début de saison, DT Jalen Carter (30 plaquages, 3 sacks) a su rebondir dès sa totale récupération et a été un poison constant et un aimant à double-teams pour les équipes adverses. De quoi libérer pas mal d’espaces aux autres espoirs de l’escouade, comme les juniors NT Zion Logue et NT Nazir Stackhouse (47 plaquages) sur le poste de nose ou les freshmen DL Tyrion Ingram-Dawkins ou DL Mykel Williams

TCU : Nul ne sait si les Bulldogs ont fait des émules, mais avec l’arrivée du coordinateur défensif Jon Gillespie, en provenance de Tulsa, TCU est également passé à un front-3 dissuasif. DE Dylan Horton est le leader incontesté de ce premier rideau. Même en ayant dû prendre 15 kilos à l’intersaison pour occuper un rôle plus intérieur, l’ancien de New Mexico a franchi la barre des 10 sacks cette saison, dont 4 rien que contre Michigan, nommé meilleure ligne offensive du pays ces deux dernières saisons. Sa collaboration avec le senior DL Terrell Cooper et surtout le nose freshman NT Damonic Williams (27 plaquages, un sack et demi), révélation défensive des Horned Frogs, a permis aux pensionnaires de la Big 12 de régulièrement marquer leur territoire dans les tranchées. 

Avantage : Georgia. Toujours plus de munitions, et le joueur le plus dominant du lot. Sur le papier. 

Linebackers 

Georgia : Si Georgia a dû composer avec le départ de néo-professionnels sur la ligne défensive en printemps dernier, que dire de la gestion du poste de linebacker ? Les deux titulaires (Nakobe Dean et Quay Walker) partis, tout comme leur principal backup Channing Tindall, il a fallu transmettre le flambeau plus tôt que prévu aux sophomores MLB Smael Mondon (71 plaquages) et WLB Jamon Dumas-Johnson (66 plaquages, 3 passes défendues). Pour des résultats parfois mitigés, notamment sur la couverture. Le groupe reste tout de même capable de contrer le jeu au sol et de générer de la pression, avec « JDJ » meilleur sackeur des siens (4 unités) et les pass rushers extérieurs OLB Robert Beal Jr. et OLB Chazz Chambliss (4 sacks à eux deux). Ce dernier, plus impliqué, depuis la fin de saison anticipé du prospect star Nolan Smith, reste tout de même incertain après sa récente blessure au genou. 

TCU : Dire que l’escouade de linebacker n’a pas démérité lors du dernier Fiesta Bowl relèverait de la litote. MVP de l’événement grâce à une prestation XXL contre Michigan, dont un Pick-5, SLB Dee Winters (72 plaquages, 7 sacks et demi) a laissé éclater son plein potentiel cette saison, celui qui avait poussé Gary Patterson à lui faire quitter son poste de receveur pour le replacer en défense. Avec WLB Jamoi Hodge (75 plaquages), il constitue un duo sous-estimé mais tellement déroutant, apte à brouiller les grilles de lecture du quarterback, en décrochant ou en blitzant à outrance. Plus besogneux, le transfuge de Navy, MLB Johnny Hodges s’est acclimaté à son nouvel environnement en devenant le meilleur plaqueur du groupe (81 plaquages). 

Avantage : TCU. Cela peut sembler très sévère pour Georgia, mais vu l’importance que pourrait avoir le jeu aérien sur cette finale, ascendant est donné au groupe le plus polyvalent. 

Defensive backs 

Georgia : Avec le meilleur prospect annoncé au poste de cornerback en vue de la draft 2023, CB Kelee Ringo (7 passes défendues), Georgia avait de sérieux arguments à faire valoir en début de saison. Et malgré leur joueur vedette sur courant alternatif, les Bulldogs ont pu compter d’autres forces de dissuasion. Pendant efficace de Lewis Cine l’an passé, SS Christopher Smith (5 passes défendues, 3 interceptions) a pris une dimension supplémentaire cette année, au point de devenir le leader vocal du dernier rideau et l’homme capable de turnovers à n’importe quel moment. Son efficacité a grandement facilité les débuts du true freshman FS Malaki Starks (7 passes défendues) et celle du sophomore CB Kamari Lassiter. Le rôle de STAR, nickelback local, est aussi devenu fondamental, avec l’émergence de NB Javon Bullard (3 sacks et demi) et le reotur en forme de l’ancien Mountaineer de West Virginia, NB Tykee Smith

TCU : Habitués à jouer avec un backfield renforcé sous la coupe de Gary Patterson, les Horned Frogs ont trouvé le moyen de rafraichir leur secondary. Déjà auteur d’une solide saison en 2020, CB Tre’Vius Hodges-Tomlinson (14 passes défendues, 3 interceptions) a retrouvé son niveau d’antan pour devenir le premier verrou aérien du programme texan. Malgré les blessures à répétition de l’éternel espoir, CB Noah Daniels a finalement cédé la vedette à l’ancien de Louisiana-Monroe, CB Josh Newton (12 passes défendues, 3 interceptions), offrant un duo performant aux Crapauds. Plein centre, l’escouade de safeties reste fournie, et même profond. Transfuge de Colorado, SS Mark Perry (78 plaquages) est venu apporter son impact sur le jeu au sol pour épauler FS Abe Camara et NB Nook Bradford (101 plaquages pour les deux hommes). Si besoin, S Bud Clark, auteur d’un Pick-6 lors du Fiesta Bowl et S Namdi Obiazor sont d’autres solutions viables pour Joe Gillespîe et sa bande. 

Avantage : Égalité. TCU a agréablement surpris dans ce domaine, et Georgia plutôt inquiété sur les dernières semaines de compétition, mais l’écart est très clairement resserré, quand on vient à comparer les deux groupes. 

Équipes spéciales 

Georgia : Le loupé de son homologue de Colombus, Noah Ruggles, lui a sans doute permis de souffler un grand coup. Car le senior K Jack Podlesny (25/30 sur FG) traverse actuellement une légère crise de confiance, au vu de son bilan de 2 sur 5 en cumulé contre LSU et Ohio State. Moins d’inquiétude pour le freshman australien, P Brett Thorson (44,9 yards), auteur d’un des meilleurs bilans comptables de la SEC cette année. Malgré le nombre conséquent d’athlètes sur le campus, Georgia semble avoir du mal à trouver un retourneur de tout premier plan, KR Kearis Jackson ayant été le joueur le plus utilisé dans ce registre. 

TCU : Capable de coups de pied clutches cette saison, dont le plus mémorable, à. Baylor, à la toute dernière seconde, K Griffin Kell (17/19 sur FG) demeure un joueur assez régulier, malgré un loupé récent face à Kansas State, en finale de conférence. Son partenaire australien, P Jordy Sandy (40,1 yards), n’a pas non plus à rougir de ses prestations, et apporte aussi un côté filou qui lui a déjà permis d’obtenir quelques mouchoirs de pénalité sur des tentatives de punts contrés. Sur retour, TCU a déjà trouvé la terre promise, avec deux touchdowns sur phases de punt pour le receveur KR/PR Derius Davis. Menace principale également sur kickoff, son importance parait considérable pour apporter un facteur X de poids aux Texans. 

Avantage : TCU. 

Lire la suite

Articles les plus lus