Suivez-nous

Conférence Big Ten

La Big Ten annonce son réalignement pour 2014

Publié

le

La conférence Big Ten a approuvé la création des divisions East et West pour la saison 2014 et un calendrier à 9 matchs de conférence à partir de la saison 2016.

La réalignement des divisions était nécessaire suite à l’annonce de l’arrivée des Scarlet Knights de Rutgers et des Terrapins de Maryland dans la conférence Big Ten en 2014.

C’en est donc terminé des controversées divisions Leaders et Legends qui avaient été crées en 2011 suite à l’arrivée des Cornhuskers de Nebraska.

La conférence Big Ten a choisi de renoncer à une organisation de ses divisions sur des bases d’équilibre supposée des forces en présence pour une organisation simplifiée respectant le principe géographique.

Ainsi les 14 équipes seront réparties en fonction de leur fuseau horaire à l’exception de l’université Purdue qui sera dans la division West alors qu’elle se trouve dans le fuseau horaire Eastern Time zone.

Ci-dessous les deux divisions :

Big Ten East :
– Indiana,
– Maryland,
– Michigan,
– Michigan State,
– Ohio State,
– Penn State
– Rutgers.

Big Ten West
:
– Illinois,
– Iowa,
– Minnesota,
– Nebraska,
– Northwestern,
– Purdue,
– Wisconsin

De plus à partir de 2016, le calendrier de conférence comportera 9 matchs.

Les programmes de la division East joueront 5 matchs à domicile les années paires, ceux de la division West les années impaires. Chaque programme devra affronter un gros calibre FBS tous les ans.

Enfin, pour rappel, les matchs contre des programmes FCS ne seront plus autorisés à partir de 2016.

Fondateur et rédacteur en chef de The Blue Pennant, Morgan Lagrée couvre le College Football depuis 15 ans. En 2016, Morgan fût le premier reporter à couvrir le CFP National Championship Game pour un média francophone. Il co-anime le Podcast Bowl. Expert NFL et MLB. Grand amateur de la NHL. Fan ultime des Red Sox de Boston (MLB). Ancien étudiant de l'université McGill. #Redmen4Life

Publicité
Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ohio State Buckeyes

Dwayne Haskins décède dans un accident de la route à l’âge de 24 ans

Publié

le

Ancien QB vedette des Buckeyes d’Ohio State drafté par les Redskins de Washington en 2019, Dwayne Haskins est décédé après avoir été heurté par un camion-benne alors qu’il marchait sur une autoroute du sud de la Floride.

Il avait 24 ans.

L’accident mortel a été signalé samedi à 6h37 du matin sur l’autoroute I-595 Westbound entre la I-95 North et South dans le comté de Broward, en Floride. Dwayne Haskins a été déclaré mort sur les lieux, a déclaré la Florida Highway Patrol, ajoutant qu’une enquête pour comprendre les circonstances de l’accident est ouverte.

Dwayne Haskins a été drafté par les Redskins de Washington, en 2019. Il a disputé neuf matchs en 2019 et sept en 2020, lançant 2804 yards pour un total de 12 TDs. Haskins a signé avec les Steelers de Pittsburgh en janvier 2021 pour joueur le rôle de QB#3 derrière Ben Roethlisberger et Mason Rudolph sans jouer la moindre seconde. Il avait signé un contrat en tant qu’agent libre d’un an en mars dernier afin de rester à Pittsburgh.

En deux ans à Ohio State, il a lancé pour 5 396 yards et 54 TD en 22 matchs joués sous le maillot des Buckeyes. Il a été nommé MVP du Big Ten Championship Game 2018 et du Rose Bowl 2019. Il a changé la perception du poste de QB à Ohio State. En une saison en tant que starter des Buckeyes, il a établi 28 records de l’université et sept records de la Big Ten tout en terminant troisième lors du vote pour le trophée Heisman. Ses performances ont ouvert la voie à une Révolution de l’attaque des Buckeyes qui est devenue l’une des plus explosives du pays grâce à un système offensif axé sur le jeu de passes.

Avant Dwayne Haskins, seulement deux quarterbacks d’Ohio State avait été draftés au 1er tour. Depuis QB Justin Fields a été choisi au premier tour en 2021, puis son successeur, QB C.J. Stroud sera probablement un choix de premier tour, en 2023. C’est la nouvelle norme pour le programme, celle que Haskins a aidé à inaugurer avec sa saison 2018.

Lire la suite

Dossier

[rivalry] Michigan et Michigan State à la conquête du Paul Bunyan Trophy

Deux universités, deux campus, deux programmes, pour un trophée, pour un Etat. Michigan versus Michigan State, Wolverines versus Spartans, Ann Arbor versus East Landing. Chaque année, cette confrontation tient en haleine le monde du football universitaire

Publié

le

Deux universités, deux campus, deux programmes, pour un trophée, pour un Etat. Michigan versus Michigan State, Wolverines versus Spartans, Ann Arbor versus East Lansing. Chaque année, cette confrontation tient en haleine le monde du football universitaire.

La rivalité entre Michigan et Michigan State possède une histoire riche. La première confrontation entre les 2 universités remonte à plus d’un siècle, 1898 plus exactement. Depuis cette date, 105 confrontations ont été jouées, et Michigan tient largement les commandes avec un bilan de 68-32-5 en sa faveur.

Ce n’est qu’à partir de 1953 et l’arrivée de Michigan State dans la Big Ten Conference que les 2 universités se disputent le Paul Bunyan Trophy. Ce trophée, représentant le bucheron géant Paul Bunyan, symbolise l’histoire du Michigan, autrefois un Etat majeur dans la production du bois.

L’histoire commune entre Wolverines et Spartans débute donc en 1898. Dès le début, Michigan semble être plusieurs crans au dessus de Michigan State. De 1898 à 1933, Michigan remporte 23 rencontres, pour seulement 2 défaites et 3 nuls. En 1902, les Wolverines l’emporteront d’ailleurs sur un score record de 119 à 0. Michigan sera élu champion national cette année là, comme en 1901, 1903 et 1904.

Entre 1934 et 1937, les Spartans enchainent 4 victoires d’affilée contre Michigan, avant de sombrer 10 fois de suite jusqu’en 1949.

Les années 1950 et 1960 représentent la période de domination de Michigan State. Dans les années 1950, les Spartans sont l’une des meilleures équipes du football universitaire au niveau national. Guidés par coach Clarence Munn et par des joueurs comme Lynn Chandnois, Dorne Dibble, Bob Carey ou encore Don Coleman, MSU termine les saisons 1951 et 1952 invaincu, avec le titre national en poche (partagé avec Tennessee en 1951). Les Spartans remporteront également le Rose Bowl de 1954 et 1956, sous les ordres de coach Duffy Daugherty. Michigan State est à nouveau élu champion national en 1965 (malgré une défaite contre UCLA au Rose Bowl) et en 1966 (co-champion avec Notre Dame, suite au match nul 10 à 10 dans le « Game of the Century »). De 1950 à 1969, les Spartans domineront logiquement les Wolverines avec 14 victoires pour seulement 4 défaites et 3 nuls.

1970 marque un tournant. L’arrivée de Bo Schembechler à la tête des Wolverines va radicalement changer la donne. Michigan devient à nouveau une place forte du football universitaire durant cette décennie. Classé dans le top 10 (au classement AP Top 25) des équipes universitaires de 1970 à 1979, Michigan prendra le dessus sur Michigan State 8 fois sur 9 (défaite en 1978, année où les 2 universités se partageront le titre de la Big Ten Conference). Les années se suivent et se ressemblent, puisque Michigan remportera 8 des 10 matchs joués durant les années 1980.

Le match de 1990 marque un moment important dans l’histoire de la rivalité. Classé #1, UM reçoit MSU à Ann Arbor. Favoris, les Wolverines sont menés 28 à 21 dans la dernière minute. Un touchdown d’Elvis Grbac pour Derrick Alexander permet à Michigan de revenir à un point. Gary Moeller, le coach des Wolverines, joue la gagne avec une tentative de conversion à 2 points. Dans une action très confuse, les arbitres oublieront une pass interference d’Eddie Brown sur Desmond Howard. Le score ne changera plus malgré une dernière Hail Mary de Grbac qui sera d’ailleurs interceptée. Après le match, les arbitres appelleront Moeller afin de s’excuser pour la mauvaise décision arbitrale ayant couté le match à Michigan.

Les années 1990 restent tout de même à l’avantage des Wolverines. Classé dans le top 10 de l’AP Top 25 jusqu’en 1997, Michigan dominera son rival avec un bilan de 7-4 entre 1990 et 2000. Les Wolverines, guidés par le quarterback Brian Griese et le vainqueur du trophée Heisman Charles Woodson, seront même champions nationaux en 1997.

L’arrivée des années 2000 marque par la même occasion l’arrivée d’un certain nombre de belles confrontations, à la fois serrées et intenses, entre les 2 rivaux.

Le match de 2001 par exemple, aussi appelée le « Clockgate », restera à jamais dans les mémoires des deux camps. Menés 24 à 20 à 3 minutes de la fin, les Spartans recupèrent le ballon au milieu de terrain. Après une penalité contre Michigan pour un facemask et une autre pour avoir mis 12 joueurs sur le terrain, MSU a une occasion rêvée de passer devant à 17 secondes de la fin. Jeff Smoker, le quarterback des Spartans, tente une course mais est stoppé sur la ligne des 1 yards, avec l’horloge qui tourne. Michigan State se dépêche pour « spiker » la balle afin d’arrêter la montre. Le chronomètre indique qu’il reste 1 seconde à jouer, avec donc une dernière tentative pour les Spartans. Sur la dernière action du match, Smoker trouve T.J. Duckett pour le touchdown, permettant à Michigan State de l’emporter 26 à 24.

Le commentateur radio de Michigan, Frank Beckmann, qualifiera le match de « criminel » et critiqua fortement les arbitres. Malgré les réclamations de Beckmann, il a été prouvé que la décision arbitrale était bonne et qu’il restait bien du temps au moment du « spike ». Beckmann insista tellement que Bob Stehlin, le Clock Operator (responsable de l’horloge), était à deux doigts de poursuivre Beckmann en justice pour diffamation et calomnie. Finalement, aucune plainte n’a été portée et tout est rentré dans l’ordre.

Trois ans plus tard, Michigan et Michigan State s’opposent à Ann Arbor, dans un match qui se décidera en 3 prolongations (ce qui n’est jamais arrivé auparavant au Michigan Stadium). Les Wolverines l’emporteront 45 à 37, portés par leur receveur star Braylon Edwards (11 réceptions pour 189 yards et 3 touchdowns) et leur running back Mike Hart (224 yards en 33 courses).

L’année suivante, la rencontre se décidera à nouveau en prolongations. Ce match est spécial car c’est la première fois depuis 1968 que Michigan State est classé (#11) dans l’AP Top 25 alors que Michigan ne l’est pas (au moment de l’opposition). Cela n’empêchera cependant pas les Wolverines de dominer le début de match, en menant au score 14 à 0 puis 21 à 7. Les Spartans réagissent et parviennent à revenir à la hauteur de leur adversaire. Le temps réglementaire se finit sur un score de parité 31 à 31. En prolongations, MSU aura l’occasion de passer devant sur un field goal, mais le kicker John Goss est maladroit. Cela va couter très cher aux Spartans vu que le kicker de Michigan, Garrett Rivas, permettra à son équipe de l’emporter sur un field goal de 35 yards.
La suprématie de Michigan sur son rival se prolongera jusqu’en 2007, avec deux nouvelles victoires 31 à 13 et 28 à 24, portant ainsi la série victorieuse des Wolverines à 6 victoires d’affilée.

A partir de 2008, la tendance s’inverse. Michigan State va dominer son rival pendant 4 longues années, avec notamment des victoires inattendues en 2009 et 2011. Michigan parviendra à stopper l’hémorragie en 2012 en l’emportant 12 à 10 face aux Spartans, le tout sans scorer le moindre touchdown durant le match avant d’être ridiculisé 29-6 par Michigan State en 2013 qui a sacké le quarterback des Wolverines à 7 reprises forçant ainsi le programme d’Ann Arbor à terminer avec une abominable fiche de… -48 yards au sol !

Samedi, un nouveau chapitre du Paul Bunyan Trophy s’ouvrira à East Lansing. Ce sera la 114ème confrontation entre les 2 universités, pour notre plus grand bonheur.

L’anecdote : Les Spartans sont la « football factory »

Au début des années 1950, les Michigan State Spartans sont considérés comme l’une des meilleures équipes du pays. Ils gagnent même le surnom de « football factory », que l’on pourrait traduire comme « l’usine à football ».

Ce surnom n’est cependant pas pris au hasard. En effet, les années 1950 sont marquées par le développement de l’industrie automobile à Detroit, la principale ville de l’Etat du Michigan. C’est donc en référence à la ville leader de fabrication automobile que les Spartans étaient appelés la « football factory ».

Lire la suite

Nebraska Cornhuskers

Trev Alberts revient à Nebraska comme directeur athlétique

Le vainqueur du trophée Dick Butkus 1993 revient sur le campus de Lincoln pour aider notamment Scott Frost à redresser un programme de football aux abois depuis trois saisons.

Publié

le

Crédit photo : Nebraska Athletics

Quelques semaines après l’annonce du départ à la retraite de Bill Moos (effective le 30 juin dernier), l’université Nebraska a trouvé son successeur en annonçant la nomination de l’ancien joueur des Cornhuskers, Trev Alberts, au poste de directeur athlétique.

Trev Alberts connait bien la maison Nebraska puisqu’il a été un linebacker chez les Cornuskers de 1990 à 1993, une période au cours de laquelle il a remporté le Dick Butkus Award 1993 (meilleur linebacker du pays) et été sélectionné dans l’équipe All-Americans.

En 1994, Trev Alberts a été drafté par les Colts d’Indianapolis au 5ème pick du 1er tour.

Il dirigeait le département des sports de l’université Nebraska-Omaha depuis 2009.

Trev Alberts succède donc à Bill Moos, qui avait pris les rênes de la Direction athlétique de Nebraska en 2017 et dont la nomination de Scott Frost au poste de head coach de l’équipe de football n’a pas encore eu l’effet attendu.

Le programme de football sera d’ailleurs la priorité #1 du nouveau directeur athlétique. Le bilan de Scott Frost est de 12-20 en trois saisons. Avec le talent recruté, les attentes des fans et la construction d’un complexe sportif à hauteur de 155 millions de $, tous les éléments semblent en place pour que le duo Alberts-Frost permette (enfin) de construire un véritable prétendant dans la Big Ten.

Lire la suite

Conférence Big Ten

La Big Ten dévoile son calendrier 2021

Après une saison 2020 perturbée par la pandémie de covid-19, la conférence Big Ten va retrouver un calendrier plus traditionnel au cours de la campagne 2021.

Publié

le

Crédit photo : AP

Neuf matchs intra-conférence auxquels vont s’ajouter trois matchs hors-conférence : la conférence Big Ten reprend ses bonnes habitudes après une année 2020 parfois chaotique.

La prochaine saison débutera le 28 aout 2021 avec le match entre Nebraska et Illinois, prévu à Dublin (Irlande). Cependant, en raison de la pandémie de coronavirus, ce match d’ouverture pourrait être organisé sur campus.

Le champion de conférence en titre, Ohio State, débutera sa saison lors d’un déplacement à Minnesota, le samedi 4 septembre, avant d’affronter Oregon, Tulsa et Akron en match hors-conférence.

Parmi les matchs les plus attendus de la saison, on retiendra notamment le choc entre Wisconsin et Notre Dame, le 25 septembre au Soldier Field de Chicago, et le retour du traditionnel Rivalry Game entre Michigan et Ohio State, le 27 novembre.

Le Big Ten Championship Game se déroulera le 4 décembre au Lucas Oil Stadium d’Indianapolis (Indiana).

Lire la suite

Articles les plus lus