Suivez-nous

Actualité

[roadtrip] Trois Frenchies en Amérique (4/4)

Découvrez le Roadtrip de 3 « frenchies » partis en Amérique pour un voyage 100% football !

Publié

le

Voici donc venu le quatrième (et dernier) épisode de notre feuilleton consacré aux vacances d’Alexis, Matthieu et Benoit aux USA, séjour bâti exclusivement autour du football. Après 10 jours sur place et déjà un paquet de matchs au compteur, les derniers jours étaient tout aussi chargés que le début du programme !

Tuzzz : Salut les amis, nous vous avions laissés la semaine passée sur le campus de Georgetown après une triste défaite de l’équipe locale contre Harvard. Mais nous ne sommes que le samedi après-midi et c’est College Gameday, vous nous avez sûrement réservé encore un petit match pour la fin de journée ?

A : Tout d’abord, je rappelle que le match des Hoyas n’était pas du tout prévu dans notre programme initial. Mais comme une invitation sur la touche ne se refuse pas, on a décidé de le rajouter au programme, tout en gardant le match déjà prévu : Rutgers-Michigan. Trois heures et demie de route séparent les deux campus, mais à ce point du séjour, ce n’est pas vraiment ça qui nous effraye… Le timing était cependant très juste, nous sommes arrivés à 5 minutes du coup d’envoi !

M : Exactement ! Après le bon bout de route, le plus compliqué a été de se garer… Ce n’est pas toujours évident, et ça a bien failli nous faire rater le coup d’envoi !

Le stade de Rutgers

T : Racontez-nous un peu ce deuxièle match universitaire de la journée. De l’ambiance ? Du suspens ? Du College Football comme on l’aime ?

A : On peut le dire ! L’ambiance à Rutgers était fantastique, il faut dire que le scénario du match, avec énormément de suspens, a beaucoup aidé. Les Wolverines ont ratés le field goal de la victoire à une minute de la fin de la rencontre pour finalement s’incliner 26 à 24 ! Du coup, pendant tout le match les étudiants de Rutgers ont mis une énorme ambiance dans le stade pour encourager les Scarlets Knights. Et cerise sur le gâteau, la tradition universitaire a été respectée et on a pu envahir le terrain a la fin du match pour discuter avec joueurs et entraîneurs, vraiment génial ! En prime, on a même eu droit à un passage éclair sur la TV américaine, un super souvenir.

M : L’ambiance était au top ! Le « lieu de naissance du College Football » (ndlr : premier match en… 1869 !) n’a pas dérogé à la règle. Et petit bonus, les fans de Michigan s’étaient déplacés en masse pour l’occasion malgré les 1000 kilomètres qui séparent les deux campus. Après avoir visité le stade des Wolverines et ayant entendu les prouesses de l’équipe, j’avais vraiment envie de les voir jouer, et ce n’était pas si mal. Le match était serré jusqu’à ce que Rutgers relève le niveau et prenne le dessus. Et il faut bien dire que les coups de canon à chaque fois que l’équipe locale marque, ça met le feu au stade et surtout à la tribune étudiante ! Pour finir, on a effectivement envahi le terrain pour rejoindre le staff et les joueurs sur la pelouse : un grand moment du séjour !

Sur la pelouse du High Point Solutions Stadium

T : C’est plutôt un beau moyen de terminer ce séjour concernant le football universitaire ! Et le lendemain, j’imagine que vous aviez prévu un petit quelque chose ?

A : Évidemment, le dimanche c’est NFL avec un match entre les Giants et les Falcons au MetLife Stadium. Match sympa ou New York réalise un beau comeback pour l’emporter 30 à 20 devant son public.

M : New-yoooork ! Les Giants recevaient l’équipe qui nous avait mis en haleine tout l’été en attendant le retour de la NFL, les Falcons. Joli match dans un joli stade.

Mathieu et Alexis au MetLife Stadium

T : Et niveau NFL, New York (8 000 000 d’habitants) après Green Bay (100 000 habitants), ça donne quoi ?

M : Contrairement à Green Bay, l’ambiance n’était pas folichonne en tribune. Mais sur le terrain, les choses se sont bien déroulées pour les Giants et Eli Manning. Et on a même pu crier « Cruuuuuz » avec toute la foule, deux fois.

A : L’avantage de New York, c’est qu’après le match nous avions la soirée pour nous. On part donc visiter Manhattan et pour la première fois du séjour, on fait les vrais touristes français… Une ballade sur Times Square, c’est certain que ce n’est pas possible à Green Bay !

NY Giants vs Atlanta Falcons (NFL)

T : Nous sommes maintenant lundi et vous repartez le lendemain. Mais vous ne pouvez décidemment pas passer une journée sans football…

A : Bien sûr que non ! Le lendemain, retour à Washington où nous prenions l’avion le mardi. On finit le voyage en beauté avec un Monday Night Football et une rencontre entre les Redskins et les champions en titre, les Seahawks de Seattle. Pas de suspens cette fois, le match était à sens unique et totalement dominé par un Russel Wilson au sommet de sa forme. Niveau ambiance, c’était une première pour nous avec des places debout derrière les poteaux, ça change mais c’est sympa aussi !

M : On ne pouvait pas dire au revoir à notre ville d’accueil sans repasser au FedEx Field une dernière fois. Et contre les champions en titre, un must see ! Russel Wilson et Percy Harvin nous ont sorti un match de folie, vraiment impressionnant. Et cette fois je dois dire que l’ambiance NFL était plaisante malgré la défaite des Redskins. Par contre le match debout, même juste derrière les poteaux, c’est long…

T : En tout cas, vous ne portez pas chance aux pauvres Redskins ! Et pour votre tout dernier jour sur le territoire américain, un petit au revoir au ballon ovale ?

A : Pour notre dernière journée avant de se rendre à l’aéroport, on en profite pour retourner à Georgetown dire au revoir, et voir au passage un dernier entraînement des Hoyas avec l’encadrement ! Du bonheur de A à Z sur ce campus…

M : Et oui, Georgetown nous aime et on aime Georgetown. Du coup, voir un dernier entrainement là-bas juste avant le départ, c’était top. Sous le soleil et sur le terrain. Une dernière discussion avec le coach et on est parti visiter le coin avant de filer à l’aéroport. Au passage, Washington est une très belle ville !

T : Si vous le voulez bien, faisons un petit bilan du voyage : moment préféré ? Meilleure ambiance pour un match ? Des regrets au niveau du programme ?

A : Je vais commencer avec le négatif : je dirais l’ambiance du match de NFL chez les Steelers. Et aussi ne pas avoir eu de réponse de Notre Dame malgré un excellent contact ! Ça aurait été vraiment génial d’aller faire un petit tour chez les Irish… Pour le positif, il y en a beaucoup, forcément ! L’ambiance à Rutgers et à Penn State, c’était inoubliable. Le match sur la touche à Bucknell était aussi vraiment très sympa, et l’accueil quasi parfait à chaque endroit que nous avons pu visiter… Il y a tellement de bons souvenirs que c’est difficile de tout citer !

M : Me concernant, le moment préféré aura été la victoire des Packers, bien entendu ! Niveau ambiance, je dirai ex-aequo entre Penn State et Rutgers. Un seul regret, de ne pas avoir pu voir un match de lycée en plus qui était prévu. Mais bon, on ne peut pas s’en plaindre plus que ça avec tout ce qu’on a fait en si peu de temps !

T : Et au niveau des campus/installations universitaires, qu’est ce qui vous a le plus fait rêvé ? Dans quelle université auriez-vous aimé pouvoir être étudiant pour suivre votre équipe ?

A : Je vais un peu botter en touche pour cette question, car j’avais pu visiter les campus des Longhorns et des Horned Frogs de TCU lors d’un précédent séjour au Texas en 2011, et ce sont deux campus vraiment fantastiques !  Mais pour cette année, je dirais Akron et Georgetown, car c’est là que nous avons été le mieux reçu.

M : Moi, j’ai adoré le campus de Penn State. Les vieilles briques rouges, l’ambiance, tout ça. Bon, peut être que le soleil a bien aidé mais c’était vraiment mon préféré (un peu dans le style de Rutgers par ailleurs). Du coup si j’avais à choisir je dirai Penn State !

T : Une question maintenant purement pratique et pragmatique. Quel est le budget pour un séjour pareil ? Êtes-vous des vainqueurs anonymes de l’Euromillion pour vous permettre un programme aussi fourni ?

A : Même pas. Pour le budget d’un tel séjour, il faut prévoir entre 2000 et 2500€ en sachant que plus on est nombreux et moins c’est cher. L’idéal pour ce genre de voyage, c’est de partir à 4 personnes.

M : Par contre, on s’y est pris 4 mois à l’avance pour les billets d’avion et cela nous a fait pas mal d’économies. Le plus cher restant les hôtels et les billets de match (en essayant d’être correctement placé à chaque fois, bien sûr). Pour info le match le plus cher du séjour, c’était les Packers. Mais bon, une victoire au Lambeau Field ça n’a pas de prix. Et un dernier point, sachez qu’on a fait 5476 kilomètres pour à peine 415 dollars, donc c’est possible de s’en sortir à moindre coût quand même, il suffit d’aimer conduire !

Eli "Benoit" Manning

T : Et entre la NFL et la NCAA, la différence de prix est elle vraiment importante?

M : Il n’y a pas de réelle différence dans le merchandising entre NFL et NCAA, ils sont clairement là pour faire du beurre tous les deux ! Les billets sont chers mais sans plus, tout dépend de quelle place on accepte de voir les matchs. Et en fait si l’on planifie bien le tout à l’avance, les billets ne coûtent pas si cher que ça.

T : Et enfin, évidemment, la question que les millions de lecteurs qui ont suivi vos aventures se posent : rebelote l’année prochaine ? Déjà une ébauche de programme ?

A : Pour l’an prochain, on est en train de plancher sur un séjour Californie-Oregon-Seattle, bref tout le côté Nord-Ouest du pays… J’ai un ami dans l’état de Washington qui est coach de lycée, ça nous ouvrira peut être des portes 😉

M : L’Oregon apparemment, d’après notre organisateur en chef ! Mais je dois dire que le Texas me tente bien aussi, moi qui n’y suis jamais allé. Mais en effet, le trip est déjà en gestation !

T : Et enfin petit pronostic de connaisseurs pour cette saison de College Football: une idée pour les demi-finales, la finale et le champion? Et que pensez-vous de ce système de playoffs, bonne idée ou mauvaise choix selon vous?

M : Mississippi State Champion ! En tout cas ils le méritent pour le moment, même si ce n’est pas mon équipe préférée. Au vu du classement actuel, TCU serait aussi une bonne surprise. On verra bien ! Perso, je ne suis pas tellement fan du format des playoffs mais attendons de voir pour juger. C’est toujours ce système de classement qui pêche pour moi…

A : Moi je vois bien Alabama. Ils ont la réussite de ceux qui finissent champion.

T : Les amis, je vous remercie infiniment pour votre disponibilité et votre patience, je pense que vous avez envoyé un peu de rêve à pas mal de fans de football ! Je vous laisse finir par un petit conseil à ceux qui voudraient suivre vos pas outre-Atlantique…

M : Le seul conseil que j’ai à donner, c’est de mettre le paquet sur la préparation. Comme vous l’avez vu, parfois ça s’est joué à 30 minutes pour voir plusieurs matchs dans la même journée ! Un planning très chargé (voir trop) n’est jamais abusé, sachant que si vous avez des plans de secours, tout est possible pour pouvoir apprécier le séjour.

A : Et si vous le souhaitez, n’hésitez pas à me contacter sur mon email coach@gj57.fr pour toute question.

M : Et pour finir, sachez qu’on a tenu un petit blog concernant ce séjour, l’adresse sera communiquée lorsqu’il sera terminé ! Merci aux lecteurs et j’espère utopiquement qu’un jour, des américains viendront voir du football US en France.

Passionné de football depuis une quinzaine d'années, il est propriétaire des Packers de Green Bay (NFL) et a un petit faible pour les Golden Bears de Californie depuis son passage au Memorial Stadium en 2012. Suivant tout particulièrement la Pac 12 et la Big 10, il rejoint l'équipe de rédacteurs de The Blue Pennant à l'automne 2014.

Publicité
2 commentaires

2 Comments

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Actualité

Southern Illinois met fin à la série de 39 victoires d’affilée de North Dakota State

Triple champion national FCS en titre, #1 North Dakota State a sombré face à une surprenante équipe de Southern Illinois qui inflige au Bison sa première défaite depuis le 27 novembre 2017 !

Publié

le

On les pensait invicibles tellement ils dominaient la FCS depuis plus de trois ans : les joueurs du Bison de #1 North Dakota State (1-1) ont pourtant sombré lors de leur second match de cette exceptionnelle saison de printemps 2021.

Lourdement battus par les Fighting Hawks de North Dakota lors du match d’ouverture, les Salukis de Southern Illinois (2-1) étaient sortis du STATS Top 25. Ils attendaient de pied ferme une équipe de #1 North Dakota State qui n’avait impressionné personne lors de sa première sortie face à Youngstown State (victoire 25-7).

Face à des Salukis remontés, les joueurs du Bison ont rapidement été bousculés sans jamais trouver de solution pour ralentir l’escouade offensive adverse (443 yards accordés). Les turnovers ont également fait très mal à l’équipe dirigée par coach Matt Entz. C’est après deux ballons perdus par le Bison que les Salukis ont définitivement creusé l’écart en début de 4ème quart-temps sur 2 TDs au sol réussis par RB Javon Williams (12 courses, 40 yards, 2 TDs) et RB Romeir Elliott (18 courses, 89 yards, 2 TDs) portant le score à 38-7. #1 North Dakota State ne s’en remettra jamais.

Sans rythme offensif et moins dominant dans les tranchées, le Bison a vascillé dès la 1ère mi-temps accordant 2 TDs au sol et 1 FG. Et sans un TD désespéré de WR Jake Lippe (3 réceptions, 53 yards, 1 TD) sur une passe Ave Maria de 37 yards de QB Zeb Noland (13/24, 159 yards, 1 TD, 1 INT), #1 North Dakota State serait rentré aux vestiaires avec 0 point au tableau d’affichage.

Crédit photo : Southern Illinois Athletics

Successeur de QB Trey Lance à la tête de l’attaque du Bison, QB Zeb Noland connait des débuts très difficiles lors de cette saison de printemps 2021 : trop de cibles ouvertes manquées, une efficacité à la passe qui laisse à désirer (52.4% de réussite) et comme il ne représente pas une menace dans le jeu au sol, les linebackers adverses optent régulièrement pour des coverages limitant notamment les possibilités de passe courte.

On retiendra également l’excellente prestation de QB Nic Baker (17/23, 254 yards, 1 TD), qui n’était pourtant que le backup du senior Kare Lyles en début de saison. Ce dernier s’est blessé à #14 North Dakota il y a une semaine. La connexion du quarterback des Salukis avec WR Avante Cox (7 réceptions, 138 yards) et WR Landon Lenoir (4 réceptions, 45 yards, 1 TD) a fait très mal à la défense verte et jaune.

Avec cette victoire surprise (le Bison était favori par 16.5 points), Southern Illinois met fin à une série de 8 défaites consécutives face aux triples champions nationaux FCS en titre. Il s’agit également de la plus lourde défaite de #1 North Dakota State depuis un revers 37-6 face à Cal Poly en 2005.

Comment expliquer cette défaite surprise de NDSU ?

L’une des forces du Bison est traditionnellment de contrôler le chronomètre et de conserver la possession du ballon beaucoup longtemps que l’adversaire. Or, Southern Illinois a privé #1 North Dakota State de ballon tout au long de ce match de conférence Missouri Valley. Le Bison n’a possédé le ballon que 18 minutes et 34 secondes, la plus mauvaise performance du programme de Fargo depuis sa montée en Division 1 en 2004 !

#1 North Dakota State est habituellement dominant en défense. Ce fût loin d’être le cas lors des deux premiers matchs de cette saison de printemps. Le Bison n’a toujours pas provoqué de turnover et n’a réussi que 2 sacks. Bien loin des 23 turnovers forcés en 2019 et des 44 sacks réussis en 16 matchs lors de leur dernier titre de champion national FCS. Le départ de 7 titulaires semblent handicaper l’équipe plus qu’on ne l’aurait imaginé.

Et tant que QB Zeb Noland ne représentera pas un danger pour l’adversaire, le Bison risque d’être totalement unidimensionnel et prévisible offensivement. Pas idéal dans une conférence Missouri Valley relevé et très robuste contre la course.

Résumé vidéo

Lire la suite

Actualité

Podcast Bowl – Episode 137 : Alabama écrase le recrutement 2021

Bilan du National Signing Day qui a confirmé la supériorité d’Alabama lors du cycle de recutement 2021.

Publié

le

Bilan du National Signing Day qui a confirmé la supériorité d’Alabama lors du cycle de recutement 2021.

 

Tous les épisodes de notre podcast sont disponibles sur :
Soundcloud
Spotify
Deezer
Stitcher
Apple Podcasts
Vous préférez iTunes ? Le podcast est également disponible dans l’iTunes Store.
Sur Android et iOS, le podcast est notamment disponible avec l’application Stitcher.

Au programme :

  • Breaking News : EA College Football, la saga Tennessee.
  • Coaching Carousel : Josh Heupel, Charles Huff, Daronte Jones, Bill O’Brien, Doug Marrone, la situation à Central Florida.
  • Transferts : QB Lance Legendre à Louisiana-Lafayette, QB Grant Gunnell à Memphis, QB James Blackman à Arkansas State, RB Zach Charbonnet à UCLA, RB Eric Gray à Oklahoma, TE Arik Gilbert à Florida, etc….
  • National Signing Day : RB Camar Wheaton et S Terrion Arnold à Alabama, le sursaut de Michigan, Jackson State, Seydou Traoré.

Avec Grégory Richard alias « iello » et Morgan Lagrée.

Lire la suite

Actualité

The Blaze of Glory – Chapitre 34 : Big Ten is back !

Blaise Collin revient sur l’actualité de la semaine dans le petit monde du College Football et décerne sa « Blaze of Glory ».

Publié

le

Trente-quatrième édition (2020 – Semaine 3) de cette chronique consacrée à l’actualité du College Football. Comme ce qui compte avant tout c’est que les joueurs de Nebraska ne sont jamais allés à l’hôtel on va surtout se concentrer sur les conférences Power 5. Désolé Jackson State, mais l’arrivée de Deion Sanders au poste de Head Coach n’intéresse personne…

I’ll be back (Partie 1)

Arnold Schwarzenegger n’y est pour rien mais grâce à l’intervention divine de Donal Trump, des joueurs de Nebraska, des médecins universitaires de la conférence, des joueurs, parents de joueurs, enfants de joueurs, coaches, parents de coaches, enfants de coaches, fans, parents de fans et enfants de fans d’Ohio State, du gars qui a inventé les tests covid rapides, du Pape, de la patte de lapin de BoG et d’un marabout qui passait ses vacances à Chicago et s’est retrouvé bloqué par la pandémie à dormir au pied du siège social de la Big Ten… BIG TEN FOOTBALL IS BAAAAACK!!!!!

La Big Ten reprendra le 24 octobre avec huit matchs de conférence et s’achèvera le 19 décembre par le Big Ten Championship Game et des oppositions inter-divisions qui mettront aux prises les équipes ayant terminé au même classement dans leurs divisions respectives. Donc, pour faire simple : 1er contre 1er (Championship Game) et 2ème contre 2ème jusqu’à 7ème contre 7ème (c’est-à-dire Rutgers – Illinois)

Les gros matchs incluent : Minnesota – Michigan (24 octobre), Penn State – Ohio State (31 octobre), Michigan – Wisconsin (14 novembre), Minnesota – Iowa (14 novembre), Penn State – Iowa (21 novembre), Michigan – Penn State (28 novembre), Wisconsin – Minnesota (28 novembre), Ohio State – Michigan (12 décembre), Iowa – Wisconsin (12 décembre).

Jim Harbaugh, Michigan – Crédit photo : Tim Fuller-USA TODAY Sports

Heureux qui comme Harbaugh…

En supposant que les grosses écuries de la Big Ten sont :

East : Ohio State, Penn State, Michigan
West : Wisconsin, Minnesota, Iowa

Chacune des trois équipes de chaque division affrontera les deux autres et, dans les rencontres inter-divisions, on aura droit à :

Ohio State : personne
Penn State : Iowa
Michigan : Wisconsin, Minnesota
Wisconsin : Michigan
Minnesota : Michigan
Iowa : Penn State

En plus des deux favoris de chaque division, les Wolverines devront également croiser le fer avec le « petit frère » Michigan State, ce qui n’est jamais une partie de plaisir. La rumeur « Ryan Day, l’entraineur en chef des Buckeyes, aurait pondu lui-même le calendrier » n’est pas fondée…

Pour être tout à fait complet, la Big Ten est repartie du calendrier initial et a enlevé un adversaire à chaque équipe : Michigan a perdu Purdue tandis qu’Ohio State a perdu Iowa (mais oui, BoG vous assure que Ryan Day n’y est pour rien !).

Liberté, égalité, farfadet

D’après Lou Holtz, l’ancien iconique entraineur de Notre Dame récemment récompensé de la Médaille Présidentielle de la Liberté (une sorte d’équivalent de la Légion d’Honneur) par son ami Donald Trump, le président américain serait intervenu auprès de Kevin Warren, le Commissaire de la conférence Big Ten, pour qu’il revienne sur sa décision d’annuler la saison automnale de football et ce dans l’intérêt des joueurs qui veulent disputer la saison mais n’ont aucun poids dans les décisions prises par les plus hautes instances de la conférence.

Nous vivons donc dans un monde merveilleux peuplés de farfadets et de marmites remplies d’or cachées à l’extrémité d’arcs-en-ciel où le gentil Président des États-Unis se préoccupe à ses (nombreuses) heures perdues du bien-être d’un millier de jeunes athlètes à majorité noirs parce que, au fond, il a bon cœur, le Président.

Et puis on a Ahmaud Arbery, George Floyd, Breonna Taylor… Merci, Coach Holtz, elle n’est vraiment pas volée cette médaille…

Bill Moos, Nebraska – Crédit photo : Kayla Wolf, AP

Pas content

Après avoir fait tout un foin et collé un procès à la conférence Big Ten, Nebraska et ses joueurs ont eu ce qu’ils attendaient : une saison de football à l’automne.

Ils eurent beaucoup d’enfants et vécurent… STOP ! ARRETEZ DE NOUS PERSECUTER !

Le Directeur Athlétique des Huskers, Bill Moos, n’était pas content à la découverte du calendrier de son équipe qui ouvrira sa saison à Ohio State. Les trois adversaires initiaux de la division Est pour les Cornhuskers étaient Ohio State et Rutgers en déplacement et Penn State à la maison. Dans le nouveau calendrier, le match à Rutgers a été supprimé et NU affrontera les deux ogres de la Big Ten lors de leurs première et quatrième rencontres et, pour ne rien arranger, Wisconsin viendra à Lincoln la semaine après le match à Columbus.

Tout ça n’est pas okay du tout avec ce bon Bill. Notant que Nebraska jouera cinq équipes du Top 25 contre deux pour Ohio State, Bill Moos a exprimé son mécontentement. « J’ai une bonne équipe et un grand entraineur qui mérite une pause ici et là pour pouvoir commencer à repartir sur la bonne voie et être compétitif dans la Big Ten West ». Après tout, souligne-t-il, le déplacement à Ohio State sera le « premier match post-covid » et c’est « une tâche gigantesque pour une jeune équipe ». Et ce bon Bill de continuer : « Première fois dans un vol charter, première fois à l’hôtel, première fois à porter des masques sur la touche, première fois avec des sifflets électroniques, tout va être nouveau ».

Donc, pour résumer : l’AD de Nebraska veut le respect et la reconnaissance de la Big Ten mais sans avoir à la gagner sur le terrain. Ah oui, jouer Ohio State et Penn State, c’est vraiment injuste vu que personne d’autre n’affronte les deux équipes à part le tiers de la conférence qui a le privilège de jouer contre elles en division Est. Et puis, pauvres joueurs de Nebraska qui vont devoir voyager en temps de covid dans leur propre avion et aller, ô Mon Dieu, dans un hôtel. C’est tout à fait injuste parce que toutes les autres équipes du pays jouent soit à domicile soit à moins de quatre heures de route, à part, voyons… une bonne trentaine d’équipes FBS chaque week-end. Oui, mais, bon, ces équipes ne sont pas Nebraska. Pourquoi plus personne ne nous respecte-t-il ???

La première rumeur comme quoi le Nebraska aurait perdu tout respect en Big Ten en prenant une fessée à domicile contre Ohio State l’an passé (7-48) n’est pas fondée…

La seconde rumeur comme quoi Kevin Warren, le Commissaire de la conférence Big Ten, aurait volontairement chargé le calendrier de Nebraska en punition au caca nerveux des Huskers lors de l’annulation initial de la saison n’est pas non plus fondée…

Pas pas content

Un qui n’a rien dit lorsque le calendrier de son équipe est sorti est Jim Sterk, le Directeur Athlétique de Missouri.

Avec dix matchs de conférence en SEC cette saison, chaque équipe a reçu deux nouveaux adversaires de la division opposée. Mizzou doit bien évidemment affronter Florida et Georgia dans la SEC East. Ses adversaires de la division West étaient initialement Arkansas et Mississippi State. Les Tigers ont récupéré Alabama à la maison en ouverture de la saison et se rendront à LSU deux semaines plus tard. Pas suffisamment de quoi piquer une crise, apparemment…

Crédit photo : Dennis Dodd / CBS Sports

I’ll be back (Partie 2)

Toujours rien à voir avec ce bon Arnold, pourtant ancien Gouverneur de Californie, mais la Pac-12 est aussi en pleine discussion pour reprendre le football à l’automne. Les dates possibles de reprise sont le 31 octobre ou le 7 novembre ce qui correspondrait à une saison à huit ou sept matchs.

I’ll be back (Partie 3)

Jaylen Mayfield (OL, Michigan), Rashod Bateman (WR, Minnesota), Wyatt Davis (OG, Ohio State) and Shaun Wade (CB, Ohio State) ont annoncé vouloir revenir jouer la saison dans leurs équipes respectives après avoir initialement fait l’impasse pour préparer la Draft NFL. Pour certains, qui ont déjà engagé des agents, il faudra une dispense de la NCAA pour récupérer leur éligibilité.

Micah Parsons (LB, Penn State) et Rondale Moore (WR, Purdue) pourraient suivre.

La SEC à l’heure Big 12 (qui est à l’heure de la NFL)

La Big 12 avait annoncé les conditions à remplir par les équipes de la conférence pour pouvoir disputer leurs matchs, celles là-même que Baylor n’a pas rempli ce week-end. La SEC a fait de même avec des conditions très similaires : un minimum 53 joueurs, dont 7 joueurs de ligne offensive, 4 joueurs de ligne défensive et 1 QB.

Comme en Big 12, les équipes peuvent décider de joueur même sans remplir les quotas.

Ça, c’est fait !

Un qui n’aura pas trop à s’en faire des conditions requises par la SEC est Ed Orgeron. L’entraineur en chef du champion national en titre LSU a candidement annoncé que la majorité de ses joueurs avait attrapé le virus.

Dans son esprit, c’est une bonne chose puisque la SEC n’impose pas de test pendant 90 jours après rétablissement, en raison des anticorps développés, et il suppose donc qu’il disposera de quasiment tout son effectif pour le début de la saison le 26 septembre.

Ce que l’histoire ne dit pas c’est comment cette majorité de joueurs a été initialement infectée…

La rumeur comme quoi les autorités médicales de Louisiane feraient la gueule est vraisemblablement fondée…

Crédit photo : Fox CFB

Séries en cours

En battant The Citadel (49-0), Clemson a remporté son 31ème match consécutif de saison régulière, battant le précédent record de l’ACC établi entre 2013 et 2015 par… Florida State (si, si, BoG vous assure qu’il fût un temps peu éloigné où les Seminoles étaient bons à ce truc de football). QB Trevor Lawrence (8/9, 168 yards, 3 TD / 1 course, 2 yards, 1 TD) a augmenté son nombre de passes complétées sans interception de huit unités pour atteindre 276. C’est la plus longue série en cours en FBS et 3ème dans l’histoire de la conférence ACC dont le record est détenu par Russell Wilson (379 en 2009-10).

Notre Dame est encore loin du record de l’ACC (que le Fighting Irish ne pourra de toute façon jamais battre – mais faut-il ne jamais dire jamais ?) mais les Domers ont signé contre USF (52-0) leur 20ème succès de rang à South Bend, leur plus longue série depuis les années 40. La nouvelle série en cours dépasse les 19 victoires à domicile obtenues entre 1987 et 1990 mais est encore loin du record de l’école et ses 38 matchs gagnés de suite à la maison entre 1919 et 1927.

Boston College a chipé cinq ballons contre Duke lors de son premier match de la saison (26-6). C’est le second match d’ouverture d’affilé au cours duquel les Eagles volent cinq ballons après une performance similaire en 2019 contre Virginia Tech (35-28).

Série plus en cours

QB D’Eriq King (18/30, 325 yards, 3 TD) a été impressionnant lors de la victoire de Miami à Louisville (34-47) mais il n’a pas marqué au sol contre les Cardinals, mettant fin à sa série de seize matchs avec au moins une passe et une course de touchdown. Contre les Cards, les Hurricanes ont marqué leur plus gros nombre de points contre une équipe classée depuis les 56 points passés en 2002 à #18 Virginia Tech (56-45) en clôture de la saison régulière. Cette année-là, les Canes avait affronté, et perdu contre, Ohio State en finale du championnat national (24-31 2OT).

Lors de la pénible victoire d’Oklahoma State contre Tulsa (16-7), RB Chuba Hubbard (27 courses, 93 yards, 1 TD) n’a pas passé la barre des 100 yards, mettant fin à sa série de onze matchs consécutifs au-dessus de la centaine. Le match a également vu QB Spencer Sanders (2/2, 23 yards / 5 courses, 9 yards) sortir sur blessure à la cheville. Cela pourrait expliquer la piteuse performance des Cowboys, même s’ils ne s’étaient pas non plus montrés brillants avec leur quarterback titulaire aux commandes. OK State a accordé six sacks au Golden Hurricane qui n’en avait enregistré que quatorze en 2019. Si Tulsa n’avait pas rendu un zéro pointé (0-12) en troisième tentative et avait concédé un peu moins de 120 yards de pénalité, les visiteurs auraient peut-être pu créer l’exploit. A l’inverse, ils ont continué sur leur lancée de 2019 (130ème et dernier de FBS avec 79.1 yards de pénalité par match) et OSU a accordé son plus petit nombre de points depuis 2017 et un 41-3 à Kansas.

Crédit photo : Derick Hingle, USA Today Sports

Une mi-temps bien négociée

Apparemment, Navy a appris à plaquer dans le vestiaire à la mi-temps de son match à Tulane (27-24). Écrabouillés par BYU (3-55) la semaine passée, les Midshipmen avaient été victimes d’un manque d’entrainement au placage, de l’aveu même du Head Coach Ken Niumatalolo.

Et l’histoire semblait partie pour se répéter puisque le Green Wave menait 24-0 à la mi-temps. En fait d’histoire, c’est le plus gros renversement de score de celle de Navy qui s’est passé en seconde période avec un 27-0 infligé par la marine américaine qui a dompté la vague verte.

Matchs grippés

Comme chaque semaine (?), il y a quelques matchs qui ont été reportés pour raisons liées au COVID-19. Cette semaine, les malades (probablement pas imaginaires) sont :

Baylor – Houston : le match avait été planifié au dernier moment parce que les adversaires des deux équipes prévus ce week-end (Louisiana Tech pour les Bears et Memphis pour les Cougars) ont dû renoncer pour raisons d’épidémie. C’est maintenant Baylor qui ne remplit pas les conditions nécessaires mises en place par la Big 12 et se voit dans l’obligation d’annuler la rencontre.

North Carolina – Charlotte : la première rencontre entre les voisins de Caroline du Nord (Chapel Hill est à deux heures de route de Charlotte) a été annulée en raison du manque de joueurs de ligne offensive du côté des 49ers.

Virginia – Virginia Tech : le match du week-end a été remis au 12 décembre après la découverte de cas positifs dans l’effectif des Hokies. Ces derniers ont dû suspendre leurs entrainements pour quatre jours.

Matchs poubelles

Comme chaque semaine, il y a quelques matchs qui ne méritaient pas l’attention de BoG au quatrième quart temps. Florilège, par ordre alphabétique :

Clemson a écartelé The Citadel (49-0) en une mi-temps. Dabo Swinney a proposé de laisser courir l’horloge en seconde période mais les Bulldogs ont refusé d’écourter la rencontre et ont tenu tête (0-0) aux vice-champions nationaux qui avait, il faut bien l’avouer, envoyer une palanquée de remplaçants sur le terrain (mais tout de même…).

Notre Dame a écrabouillé USF (52-0), son plus gros blanchissage depuis un 58-0 infligé à Pittsburgh en 1944.

UCF a corrigé Georgia Tech (49-21) mais n’aura plus guère d’opportunités d’impressionner le Comité de Sélection du College Football Playoff.

Cuillère de bois

Après s’être inclinée à Pittsburgh (10-21), Syracuse a désormais perdu onze matchs consécutifs à l’extérieur contre une équipe classée. Le dernier succès de l’Orange loin de ses terres remonte à 2010 et une victoire à #19 West Virginia (19-14).

Pas sûr que la série s’arrête cette saison si la ligne offensive de Cuse ne fait pas rapidement des progrès. En 2019, Syracuse avait terminé 128ème de FBS avec 50 sacks accordés, soit un peu plus de deux par matchs. En 2020, l’Orange a accordé sept sacks lors de chacun de ses deux premiers matchs. Résultat des courses : 16 points marqués en deux matchs.

RB Ricky Person Jr, North Carolina State – Crédit photo : ACC Media

Tops

Un flambeau pour… QB Ian Book (12/19, 143 yards / 4 courses, 9 yards, 3 TD) et ses trois touchdowns au sol lors de la victoire de Notre Dame sur USF (52-0).

Un brasier pour… RB Kenneth Walker III (27 courses, 131 yards, 3 TD) et ses trois touchdowns lors de la défaite de Wake Forest à NC State (42-45).

Un feu d’artifice pour… RB Ricky Person Jr. (1/1, 2 yards, 1 TD / 14 courses, 99 yards, 2 TD / 2 courses, 10 yards) pour son touchdown à la passe et ses deux touchdowns à la course lors de la victoire de NC State contre Wake Forest (45-42).

Flops

Un pétard mouillé pour… Mike Norvell qui a contracté le covid à une semaine d’un match crucial des Seminoles à Miami que l’entraineur en chef de Florida State regardera des tribunes.

Un seau d’eau pour… Georgia Tech et ses quatre fumbles dont trois perdus lors de la défaite contre UCF (21-49).

Un naufrage titanesque pour… QB Chase Brice (23/42, 217 yards, 2 INT) et ses deux interceptions et fumble perdu lors de la défaite de Duke contre Boston College (6-26).

Dernier carré

Et le playoff sera…

#1 Ohio State – #4 Oklahoma
#2 Clemson – #3 Alabama

Désolé Florida/Georgia, votre place au Playoff vient d’être donnée à Ohio State. Avec le retour aux affaires de la Big Ten, et en supposant que la conférence ne sera pas forcée de reporter trop de matchs, les Buckeyes sont favoris pour remporter le titre de conférence. Sans réelle possibilité de juger les conférences entre elles, le fameux test visuel sera prépondérant et tOSU est bourrée de talent à tous les postes. Si les Bucks remportent la Big Ten comme prévu, il n’y aura que peu de raisons de les laisser en dehors du Playoff.

Clemson a été tenu en échec 0-0 par The Citadel en seconde mi-temps du match entre Tigers et Bulldogs. Cela pourrait être la preuve, sur le terrain, de quelques faiblesses… Naaaah, on plaisante ! Clemson pourrait joueur toutes ses secondes mi-temps avec ses remplaçants et tout de même remporter la conférence ACC.

Alabama ouvre sa saison à Missouri ce week-end. On verra si la bande à Saban a faim. Si c’est le cas…

La Big 12 est encore pire que la Pac-12 qui ne joue même pas mais Oklahoma reste un adversaire de valeur un casque et une épaulière au-dessus de tout le monde dans sa conférence. A moins de deux défaites, pour l’instant improbables au vu des prestations de leurs petits camarades, les Sooners devraient valider leur ticket après avoir remporté un nouveau titre de conférence.

Ruth Bader Ginsburg – Crédit photo : Rebecca Gibbian, AP

Blaze of Glory

Cette semaine, l’auréole de gloire revient à Ruth Bader Ginsburg qui nous a quitté en fin de semaine dernière. Oui, ça n’a rien à voir du tout avec le football et l’ancienne championne des Droits de la Femme ne portait sans doute aucun intérêt au football universitaire, d’autant qu’elle a fait ses études à Cornell et à Columbia qui ne sont pas exactement Alabama et USC (mais pour faire du Droit, c’était mieux). BoG encourage les lecteurs de TBP qui ne seraient pas familier avec Ruth Bader Ginsburg à rechercher « Notorious RBG » sur leur moteur de recherche préféré et à aller faire une bise à leurs mères, épouses et/ou filles. RIP RBG.

Lire la suite

Actualité

CB Shaun Wade revient à Ohio State

Le cornerback vedette des Buckeyes d’Ohio State revient sur sa décision de ne pas jouer en 2020.

Publié

le

Le football est de retour dans la conférence Big Ten tout comme l’un de ses meilleurs éléments défensifs : CB Shaun Wade.

Quelques jours après avoir annoncé qu’il ne jouerait plus avec les Buckeyes pour se concentrer pour la draft NFL 2021, le cornerback d’Ohio State change d’avis et devient le second joueur NCAA à faire un « opt back » après son coéquipier, le All-American OG Wyatt Davis.

Ces retours de CB Shaun Wade et de OG Wyatt Davis est un développement significatif pour les Buckeyes dans leur course au titre national en 2020. En deux saisons sur le campus de Columbus, CB Shaun Wade a réussi 57 plaquages, 4 INTs et 2 sacks. Il est actuellement considéré comme un potentiel choix du Top 15 lors de la draft NFL en 2021.

Lire la suite
Publicité

TBP SUR TWITTER

Articles les plus lus