Suivez-nous sur

NFL Draft

Les Espoirs de la Draft NFL 2018 – #1

Chaque semaine, Loïc Baruteu vous présente un tour d’horizon de l’actualité de la draft NFL 2018 : First pick, Who’s hot, who’s not, Top 32 et bien d’autres choses. Vous saurez tout sur les futures stars de la NFL.

Les Espoirs de la Draft NFL 2018 – #1

L’attente a été quasi insupportable mais le College Football est de retour, et avec lui la panoplie de prévisions fantasmatiques qui accompagnent son cycle perpétuel. On a ressorti la boule de cristal du placard pour essayer de deviner quels étudiants-athlètes sont des millionaires en devenir à l’heure de se faire mousser sous le regard des légions de scouts NFL qui s’arrêtent de dormir pendant quatre mois, comme nous en fait.

On repart donc pour une saison à analyser, hiérarchiser et se projeter dans l’avenir. Sans transition, place aux stars de demain, qui feront la pluie et le beau temps des 32 franchises de la Ligue professionnelle.

With the first pick…

The New York Jets select… Josh Rosen, QB, UCLA.

Aucun doute possible, les Jets vont jouer pour le first pick cette saison. Après avoir navigué entre plusieurs quarterbacks sans trouver chaussure à son pied depuis de trop nombreuses années, la franchise de New York a choisi de nommer le journeyman Josh McCown comme titulaire pour cette rentrée 2017.

Âgé de 38 ans, l’ancien joueur de Sam Houston State, une fac obscure de FCS, en est à sa dixième équipe en carrière. S’il a plutôt le profil d’un remplaçant, voire carrément d’un troisième quarterback tant il paraît insensé de le placer à la tête de son attaque, son rôle sera probablement de faire défiler le chrono pour occuper les fans des Jets qui n’ont rien d’autre à foutre le dimanche que d’assister au massacre de leur équipe en direct, pendant que le front office a les yeux rivés sur le college football.

Car il ne fait aucun doute que les Jets choisiront un QB à la draft. Louée depuis l’an dernier, cette classe de quarterbacks a du potentiel. Le problème, c’est qu’avec tout ce choix, il faudra justement en faire un, de choix. Et la franchise new-yorkaise est plutôt à chier (pour rester dans la mesure) pour ça depuis quelques années. Il y a notamment Sam Darnold dont tout le monde pense beaucoup de bien, qui vient d’ailleurs de USC comme Mark Sanchez, le dernier quarterback à avoir mené les Jets en playoffs.

Mais il y a aussi Josh Rosen. Cassé en deux l’an dernier au milieu de la saison, on l’avait un peu oublié après une superbe campagne freshman mais il a brutalement rappelé à tout le monde qu’il a de l’ambition, aux dépens des malheureux Aggies. UCLA compte sur lui pour effacer le souvenir de la piteuse saison 2016, Jim Mora compte sur lui pour conserver son job et les Jets pourraient compter sur lui pour sortir la franchise du fond du trou où elle creuse depuis un paquet d’années. Broadway Josh.

 

Who’s hot?

TE Mark Andrews, Oklahoma
7 réceptions pour 134 yards et 1 touchdown, ce sont les stats de Mark Andrews après la démolition de UTEP par les Sooners. Surtout, son style a plu aux observateurs ; explosif pour se démarquer et puissant pour repousser les assauts des défenseurs après la réception, on le compare déjà à Rob Gronkowski. Avec un favori au Heisman pour lui lancer le ballon, on entendra certainement pas mal parler d’Andrews cette saison et dans les discussions autour de la draft.

RB Ronald Jones, USC
C’est peu dire que Ronald Jones a démarré la saison en trombe ; 159 yards en 18 courses et 3 touchdowns, avec plus de 80 yards gagnés après contact, ce sont les stats du running back après le match face à Western Michigan où le jeu au sol a sauvé les Trojans de l’upset. Pendant que tout le monde bronzait sur les plages cet été, Jones a gagné presque 7 kilos de muscle sans avoir perdu sa vitesse et son explosivité. Le Texan est même déjà considéré comme le meilleur running back à USC depuis Marcus Allen, qui a remporté le Heisman en 1981. Reggie Bush ? LenDale White ? Joe McKnight ? Des joueurs de Pop Warner à côté.

WR Michael Gallup, Colorado State
All-Mountain West en 2016, Michael Gallup était déjà scruté dès la rentrée par les scouts NFL. Il ne s’est pas démonté avec 134 yards en 11 réceptions dans la surprenante victoire des Rams contre Oregon State, avant de finir avec 67 yards en 5 réceptions face à Colorado. Malgré la défaite, Gallup s’est mis en évidence. S’il n’a toujours pas inscrit de touchdown en deux rencontres, il n’y aura sans doute pas à attendre trop longtemps avant de le voir entrer dans la end zone le ballon à la main. L’an dernier, Gallup n’avait pas inscrit de TD avant la troisième rencontre et il a terminé avec 14 unités au compteur, dont 6 lors des deux derniers matches.

Who’s not?

QB Josh Allen, Wyoming
L’an dernier, Josh Allen a conclu sa campagne sophomore à plus de 3 000 yards, 28 touchdowns et 15 interceptions. De quoi attirer l’œil des scouts au moment d’entamer cette saison. Sauf que le QB des Cowboys s’est fait aplatir par Iowa, 24-3. Avec ses 174 yards, aucun touchdown et 2 interceptions, Allen n’a jamais inquiété les Hawkeyes. Pire, il possède un bilan affreux de 7 interceptions pour 1 touchdown en deux rencontres face aux équipes de Power 5, après la déroute contre Nebraska l’an dernier. Oui, ça pique.

OT Connor Williams, Texas
Il va falloir trouver des coupables alors que Texas s’est encore vautré sans respecter les attentes autour de son équipe, censée revenir au top depuis plusieurs années déjà. Connor Williams a beaucoup trop laissé son quarterback sous pression et il a provoqué deux pénalités douloureuses en fin de match. Le joueur a gagné du poids cet été pour correspondre de plus en plus aux critères pros mais il a encore du boulot sur sa technique. Pour lui et les Longhorns, même combat : relever la tête et oublier cette sale défaite pour montrer que le talent peut être converti sur le terrain.

 WR Antonio Calloway, Florida
Antonio Calloway n’est encore qu’à la fac et il sait déjà accumuler les conneries comme un joueur pro. Si son potentiel n’est absolument pas remis en question tant les scouts sont admiratifs du potentiel du joueur, les franchises réfléchiront sans doute à deux fois avant de sélectionner au premier tour un gamin qui adore les narcotiques. La politique de la Ligue est formelle, les substances récréatives sont interdites. Y a pas de raison puisque les employés de fast-foods y ont droit aussi. Calloway devra sans doute attendre quelques tours. À moins que les Bengals soient déjà amoureux de son côté rebelle.

Top 32

1. QB Sam Darnold, USC
Est-il nécessaire de présenter celui qui doit rétablir l’équilibre de la Force à USC ? Capable de lancer aussi bien entre trois defensive backs dans les dernières minutes d’un bowl majeur que depuis un bateau en marche, Sam Darnold fait peur à tous ceux qui doivent jouer contre lui, et aussi aux journalistes parce qu’il ne sait pas sourire. Pour l’émission Sports Science, qui lui a posé des capteurs sur presque toutes les extrémités, ses réflexes de jedi en font une vraie bête de foire. Les Jets et les Browns rêvent de lui la nuit.

2. QB Josh Rosen, UCLA
On a déjà assez parlé du successeur de Joe Namath aux Jets au début de cet article. Josh Rosen est l’espoir de tout un peuple à UCLA. Avec le jeu de course foireux des Bruins, il y a de bonnes chances pour que ce dernier débarque en NFL avec des stats monstrueuses et l’épaule d’un trentenaire. S’il n’atterrit pas à Cleveland, on lui prédit une belle carrière professionnelle.

3. DE Arden Key, LSU
Il va falloir attendre un peu avant de revoir Arden Key sur le terrain mais les nouvelles sont bonnes. Même si LSU a besoin de lui pour éviter une nouvelle saison comme sparring-partner dans la SEC, se remettre d’une épaule démontée prend du temps. Le joueur a déjà repris l’entraînement mais sans contact. On devrait le revoir assez rapidement, surtout avec les matches de conférence qui approchent.

4. RB Saquon Barkley, Penn State
Même si les gens l’ont confondu avec Barry Sanders au Rose Bowl, Saquon Barkley est bien un joueur de Penn State. Capable d’empiler les touchdowns et d’esquiver les défenseurs comme Johnny Manziel esquive les voitures de police, le coureur de poche des Nitanny Lions possède une combinaison de vitesse et de puissance à faire pâlir d’envie les Seahawks, qui vont se taper la version Super Size Me d’Eddie Lacy cette année.

5. SS Derwin James, Florida State
L’an passé, Derwin James a passé son temps au bord du terrain suite à une blessure synonyme de fin de saison. Outre les bons conseils qu’il a pu prodiguer à Deondre Francois qui vit actuellement le même enfer, il devrait apporter un renfort de poids à la secondary des Seminoles. Même s’il n’a pas beaucoup pesé dans la défaite face à Alabama, ses 6 tackles et sa moitié de sack prouvent que sa longue absence ne lui a rien enlevé de ses formidables capacités de défenseur.

6. OT Trey Adams, Washington
7. WR Equanimeous St. Brown, Notre Dame
8. WR Calvin Ridley, Alabama
9. S Minkah Fitzpatrick, Alabama
10. WR Christian Kirk, Texas A&M
11. DT Da’Ron Payne, Alabama
12. OT Mike McGlinchey, Notre Dame
13. DT Trenton Thompson, Georgia
14. QB Lamar Jackson, Louisville
15. DT Christian Wilkins, Clemson
16. DE Dorance Armstrong, Kansas
17. CB Iman Marshall, USC
18. DT Andrew Brown, Virginia
19. CB Kevin Toliver, LSU
20. OG Quenton Nelson, Notre Dame
21. OT Connor Williams, Texas
22. DE Harold Landry, Boston College
23. DE Bradley Chubb, NC State
24. LB Cameron Smith, USC
25. DT Vita Vae, Washington
26. CB Tarvarus McFadden, Florida State
27. DE Sam Hubbard, Ohio State
28. RB Derrius Guice, LSU
29. LB Matthew Thomas, Florida State
30. WR James Washington, Oklahoma State
31. WR Parris Campbell, Ohio State
32. LB Malik Jefferson, Texas

Le duel à suivre

USC vs. Stanford

Il paraît que c’est déjà la finale de Pac-12. Après la victoire démonstrative de Stanford face à la redoutable armada de Rice, tout le monde a déjà oublié Washington qui était pourtant censé casser la conférence pacifique en deux pour les années à venir. Il y a encore du chemin avant les playoffs mais USC et Stanford font déjà office de prétendants sérieux parce que l’un a du potentiel et que l’autre sait comment martyriser un adversaire l’air de rien.

On retrouvera donc au générique de ce match QB Sam Darnold, la prochaine livraison de quarterback en provenance de USC pour la Ligue, mais aussi WR Deontay Burnett, LB Cameron Smith, DE Porter Gustin ou encore CB Iman Marshall, l’un des cornerbacks les plus physiques depuis Cortland Finnegan. Chez Stanford, outre l’habituelle fournée d’offensive linemen, il faudra regarder du côté de RB Bryce Love, chargé de faire oublier McCaffrey, DT Harrison Phillips, LB Joey Alfieri et CB Elijah Holder, de retour après une saison 2016 tronquée. Du beau linge pour la petite finale.

Les rookies NFL

Ça y est, c’est la rentrée pour les petits nouveaux. Fini de jouer au ballon, maintenant il va falloir se rentrer dedans avec J.J. Watt ou Rob Gronkowski. Alors, quels sont les rookies qui ont fait bonne impression durant les rencontres de pré-saison et qui gagneront le droit d’accumuler les gros chèques, les commotions cérébrales, et les bagues s’ils ont de la chance, pendant encore quelques années ?

Puisque la NFL a décidé de nous mâcher le travail, voici un résumé en vidéo des rookies les plus hype avec des angles de vue hollywoodiens. Mais comme la Ligue n’aime pas qu’on lui pique allègrement son matos, il faudra cliquer sur ce bon vieux lien hypertexte direction Youtube : on dit « merci la NFL« .

Pour ceux qui sont encore en 56k et qui n’ont pas le temps d’attendre trois heures le chargement ou qui n’ont pas envie de se torturer en 144p, on va revenir rapidement sur les rookies qui devraient encore plus faire parler d’eux cette saison.

Il y a notamment QB Mitch Trubisky (Chicago Bears), qui donne de l’espoir aux fans de Chicago après sept douloureuses années de Jay Cutler. STATS. Il y a aussi QB DeShone Kizer (Cleveland Browns), perdu à Notre Dame mais qui a conduit les Browns à quatre victoires en pré-saison. Cleveland est donc invaincu pour l’instant et ça fait bizarre.

QB Patrick Mahomes (Kansas City Chiefs) a confirmé le potentiel que certains voyaient en lui pour ses débuts en NFL, en espérant que ça continue. Quant à RB Christian McCaffrey (Carolina Panthers), il a déjà commencé à faire du McCaffrey le peu qu’on l’a vu sur le terrain. Il affrontera d’ailleurs son ancien partenaire DE Solomon Thomas (San Francisco 49ers) et les fans ont déjà hâte de voir ça.

D’un autre côté, Dieu, qui en a sous doute marre d’une humanité qui s’acharne à filer une équipe à Lane Kiffin, a décidé de recommencer avec les sept plaies d’Égypte mais en Floride donc. Outre l’ouragan Irma, Il a commencé par bousiller Ryan Tannehill, puis le rookie LB Raekwon McMillan (Miami Dolphins) qu’on avait hâte de voir à l’œuvre et qui manquera donc toute la saison 2017. Il a aussi envoyé RB Leonard Fournette (Jacksonville Jaguars) courir derrière une ligne faiblarde, lui qui trouve pourtant que « la NFL est trop facile » et qui se fera probablement vite piétiner par des vétérans qui ne partagent pas son avis.

RB Kareem Hunt (Kansas City Chiefs) devrait être propulsé titulaire après la blessure pour la saison de Spencer Ware. On suivra aussi WR Zay Jones (Buffalo Bills), devenu soudainement la première cible des Bills après le trade de Sammy Watkins et la retraite d’Anquan Boldin. Pour les joueurs de Fantasy, RB Dalvin Cook (Minnesota Vikings) s’est déjà imposé comme le meilleur running back des Vikings et il devrait rapporter pas mal de points à son équipe réelle et son proprio virtuel.

Le futur grand

DT Dexter Lawrence, Clemson

ACC Defensive Rookie of the Year, Freshman All-American, champion national avec Clemson, Dexter Lawrence a retourné le college football pour sa première année. Rien d’étonnant à ce qu’un génie des maths multiplie les sacks. Le DT possède d’ailleurs le nouveau record de sacks sur une saison pour un freshman à Clemson, avec 5 unités. Son duo avec le vétéran Christian Wilkins fait déjà trembler d’effroi les lignes offensives qui auront à affronter les Tigers en 2017. En attendant de le voir en NFL, avec le premier choix s’il continue sur sa folle lancée, il reste encore deux saisons pour profiter du phénomène sous l’uniforme orange de la fac de Caroline du Sud.

Le moment LOL

Nouvelle rubrique putaclic sponsorisée par la Compagnie créole, le moment LOL à la draft. Bon, tout n’est pas tout blanc ou tout noir non plus, il n’y a pas que des prospects en costard le nombril à l’air à la draft, il y a aussi des happy endings dont raffolent les Américains et qui nous paraissent assez hallucinants de notre côté guindé de l’Atlantique.

En 2017, c’est Garett Bolles qui a combiné les deux en se pointant sur scène avec son môme nouveau venu sur cette planète folle, Kingston. Roger Goodell était assez gêné, lui qui a plutôt l’habitude de dévorer des enfants tout crus au petit-déjeuner. C’était mignon, c’était loufoque, c’était 100% guimauve, c’est l’Amérique.

Il faut savoir que Bolles s’en sort plutôt pas mal. Après une jeunesse débridée à base de came, d’alcool et de violence entre gangs, le jeune voyou s’est fait virer de chez ses parents avant d’atterrir dans une famille adoptive qui lui a révélé les voies du Seigneur. Bâti comme un char d’assaut soviétique, Bolles s’est affirmé comme DT au high school avant de passer deux ans en mission dans le Colorado pour le compte de son église. Après deux autres années au Snow College et un transfert à Utah où il a été nommé All-Pac-12 comme OL, le joueur de 25 ans a finalement débarqué à la draft avec sa petite famille.

Soufflant à Jerry Jones la possibilité de sélectionner un autre ancien membre de gang pour sa collection, John Elway et les Denver Broncos ont utilisé le 20e choix du premier tour pour Bolles, qui en a donc profité pour présenter son fils, déjà mieux sapé que Malik McDowell à seulement un an, à bout de bras comme Rafiki ou Michael Jackson avant lui. Bienvenue en NFL, Garett !

Taulier du blog USC Trojans FR pendant quelques années, Loïc Baruteu aka Bartholomeo a rejoint définitivement l'équipe de The Blue Pennant en septembre 2013 après plusieurs collaborations fructueuses.

2 Commentaires

2 Comments

  1. fred

    9 septembre 2017 à 13h37

    etonnant de ne pas trouver trace de Tyquan Lewis dans votre classement…

  2. Tamoul-à-moustache

    11 septembre 2017 à 14h59

    Très sympa le ton de cet article

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également - NFL Draft