Suivez-nous

NFL Draft

Les Espoirs de la Draft NFL 2018 – #1

Chaque semaine, Loïc Baruteu vous présente un tour d’horizon de l’actualité de la draft NFL 2018 : First pick, Who’s hot, who’s not, Top 32 et bien d’autres choses. Vous saurez tout sur les futures stars de la NFL.

Publié

le

L’attente a été quasi insupportable mais le College Football est de retour, et avec lui la panoplie de prévisions fantasmatiques qui accompagnent son cycle perpétuel. On a ressorti la boule de cristal du placard pour essayer de deviner quels étudiants-athlètes sont des millionaires en devenir à l’heure de se faire mousser sous le regard des légions de scouts NFL qui s’arrêtent de dormir pendant quatre mois, comme nous en fait.

On repart donc pour une saison à analyser, hiérarchiser et se projeter dans l’avenir. Sans transition, place aux stars de demain, qui feront la pluie et le beau temps des 32 franchises de la Ligue professionnelle.

With the first pick…

The New York Jets select… Josh Rosen, QB, UCLA.

Aucun doute possible, les Jets vont jouer pour le first pick cette saison. Après avoir navigué entre plusieurs quarterbacks sans trouver chaussure à son pied depuis de trop nombreuses années, la franchise de New York a choisi de nommer le journeyman Josh McCown comme titulaire pour cette rentrée 2017.

Âgé de 38 ans, l’ancien joueur de Sam Houston State, une fac obscure de FCS, en est à sa dixième équipe en carrière. S’il a plutôt le profil d’un remplaçant, voire carrément d’un troisième quarterback tant il paraît insensé de le placer à la tête de son attaque, son rôle sera probablement de faire défiler le chrono pour occuper les fans des Jets qui n’ont rien d’autre à foutre le dimanche que d’assister au massacre de leur équipe en direct, pendant que le front office a les yeux rivés sur le college football.

Car il ne fait aucun doute que les Jets choisiront un QB à la draft. Louée depuis l’an dernier, cette classe de quarterbacks a du potentiel. Le problème, c’est qu’avec tout ce choix, il faudra justement en faire un, de choix. Et la franchise new-yorkaise est plutôt à chier (pour rester dans la mesure) pour ça depuis quelques années. Il y a notamment Sam Darnold dont tout le monde pense beaucoup de bien, qui vient d’ailleurs de USC comme Mark Sanchez, le dernier quarterback à avoir mené les Jets en playoffs.

Mais il y a aussi Josh Rosen. Cassé en deux l’an dernier au milieu de la saison, on l’avait un peu oublié après une superbe campagne freshman mais il a brutalement rappelé à tout le monde qu’il a de l’ambition, aux dépens des malheureux Aggies. UCLA compte sur lui pour effacer le souvenir de la piteuse saison 2016, Jim Mora compte sur lui pour conserver son job et les Jets pourraient compter sur lui pour sortir la franchise du fond du trou où elle creuse depuis un paquet d’années. Broadway Josh.

 

Who’s hot?

TE Mark Andrews, Oklahoma
7 réceptions pour 134 yards et 1 touchdown, ce sont les stats de Mark Andrews après la démolition de UTEP par les Sooners. Surtout, son style a plu aux observateurs ; explosif pour se démarquer et puissant pour repousser les assauts des défenseurs après la réception, on le compare déjà à Rob Gronkowski. Avec un favori au Heisman pour lui lancer le ballon, on entendra certainement pas mal parler d’Andrews cette saison et dans les discussions autour de la draft.

RB Ronald Jones, USC
C’est peu dire que Ronald Jones a démarré la saison en trombe ; 159 yards en 18 courses et 3 touchdowns, avec plus de 80 yards gagnés après contact, ce sont les stats du running back après le match face à Western Michigan où le jeu au sol a sauvé les Trojans de l’upset. Pendant que tout le monde bronzait sur les plages cet été, Jones a gagné presque 7 kilos de muscle sans avoir perdu sa vitesse et son explosivité. Le Texan est même déjà considéré comme le meilleur running back à USC depuis Marcus Allen, qui a remporté le Heisman en 1981. Reggie Bush ? LenDale White ? Joe McKnight ? Des joueurs de Pop Warner à côté.

WR Michael Gallup, Colorado State
All-Mountain West en 2016, Michael Gallup était déjà scruté dès la rentrée par les scouts NFL. Il ne s’est pas démonté avec 134 yards en 11 réceptions dans la surprenante victoire des Rams contre Oregon State, avant de finir avec 67 yards en 5 réceptions face à Colorado. Malgré la défaite, Gallup s’est mis en évidence. S’il n’a toujours pas inscrit de touchdown en deux rencontres, il n’y aura sans doute pas à attendre trop longtemps avant de le voir entrer dans la end zone le ballon à la main. L’an dernier, Gallup n’avait pas inscrit de TD avant la troisième rencontre et il a terminé avec 14 unités au compteur, dont 6 lors des deux derniers matches.

Who’s not?

QB Josh Allen, Wyoming
L’an dernier, Josh Allen a conclu sa campagne sophomore à plus de 3 000 yards, 28 touchdowns et 15 interceptions. De quoi attirer l’œil des scouts au moment d’entamer cette saison. Sauf que le QB des Cowboys s’est fait aplatir par Iowa, 24-3. Avec ses 174 yards, aucun touchdown et 2 interceptions, Allen n’a jamais inquiété les Hawkeyes. Pire, il possède un bilan affreux de 7 interceptions pour 1 touchdown en deux rencontres face aux équipes de Power 5, après la déroute contre Nebraska l’an dernier. Oui, ça pique.

OT Connor Williams, Texas
Il va falloir trouver des coupables alors que Texas s’est encore vautré sans respecter les attentes autour de son équipe, censée revenir au top depuis plusieurs années déjà. Connor Williams a beaucoup trop laissé son quarterback sous pression et il a provoqué deux pénalités douloureuses en fin de match. Le joueur a gagné du poids cet été pour correspondre de plus en plus aux critères pros mais il a encore du boulot sur sa technique. Pour lui et les Longhorns, même combat : relever la tête et oublier cette sale défaite pour montrer que le talent peut être converti sur le terrain.

 WR Antonio Calloway, Florida
Antonio Calloway n’est encore qu’à la fac et il sait déjà accumuler les conneries comme un joueur pro. Si son potentiel n’est absolument pas remis en question tant les scouts sont admiratifs du potentiel du joueur, les franchises réfléchiront sans doute à deux fois avant de sélectionner au premier tour un gamin qui adore les narcotiques. La politique de la Ligue est formelle, les substances récréatives sont interdites. Y a pas de raison puisque les employés de fast-foods y ont droit aussi. Calloway devra sans doute attendre quelques tours. À moins que les Bengals soient déjà amoureux de son côté rebelle.

Top 32

1. QB Sam Darnold, USC
Est-il nécessaire de présenter celui qui doit rétablir l’équilibre de la Force à USC ? Capable de lancer aussi bien entre trois defensive backs dans les dernières minutes d’un bowl majeur que depuis un bateau en marche, Sam Darnold fait peur à tous ceux qui doivent jouer contre lui, et aussi aux journalistes parce qu’il ne sait pas sourire. Pour l’émission Sports Science, qui lui a posé des capteurs sur presque toutes les extrémités, ses réflexes de jedi en font une vraie bête de foire. Les Jets et les Browns rêvent de lui la nuit.

2. QB Josh Rosen, UCLA
On a déjà assez parlé du successeur de Joe Namath aux Jets au début de cet article. Josh Rosen est l’espoir de tout un peuple à UCLA. Avec le jeu de course foireux des Bruins, il y a de bonnes chances pour que ce dernier débarque en NFL avec des stats monstrueuses et l’épaule d’un trentenaire. S’il n’atterrit pas à Cleveland, on lui prédit une belle carrière professionnelle.

3. DE Arden Key, LSU
Il va falloir attendre un peu avant de revoir Arden Key sur le terrain mais les nouvelles sont bonnes. Même si LSU a besoin de lui pour éviter une nouvelle saison comme sparring-partner dans la SEC, se remettre d’une épaule démontée prend du temps. Le joueur a déjà repris l’entraînement mais sans contact. On devrait le revoir assez rapidement, surtout avec les matches de conférence qui approchent.

4. RB Saquon Barkley, Penn State
Même si les gens l’ont confondu avec Barry Sanders au Rose Bowl, Saquon Barkley est bien un joueur de Penn State. Capable d’empiler les touchdowns et d’esquiver les défenseurs comme Johnny Manziel esquive les voitures de police, le coureur de poche des Nitanny Lions possède une combinaison de vitesse et de puissance à faire pâlir d’envie les Seahawks, qui vont se taper la version Super Size Me d’Eddie Lacy cette année.

5. SS Derwin James, Florida State
L’an passé, Derwin James a passé son temps au bord du terrain suite à une blessure synonyme de fin de saison. Outre les bons conseils qu’il a pu prodiguer à Deondre Francois qui vit actuellement le même enfer, il devrait apporter un renfort de poids à la secondary des Seminoles. Même s’il n’a pas beaucoup pesé dans la défaite face à Alabama, ses 6 tackles et sa moitié de sack prouvent que sa longue absence ne lui a rien enlevé de ses formidables capacités de défenseur.

6. OT Trey Adams, Washington
7. WR Equanimeous St. Brown, Notre Dame
8. WR Calvin Ridley, Alabama
9. S Minkah Fitzpatrick, Alabama
10. WR Christian Kirk, Texas A&M
11. DT Da’Ron Payne, Alabama
12. OT Mike McGlinchey, Notre Dame
13. DT Trenton Thompson, Georgia
14. QB Lamar Jackson, Louisville
15. DT Christian Wilkins, Clemson
16. DE Dorance Armstrong, Kansas
17. CB Iman Marshall, USC
18. DT Andrew Brown, Virginia
19. CB Kevin Toliver, LSU
20. OG Quenton Nelson, Notre Dame
21. OT Connor Williams, Texas
22. DE Harold Landry, Boston College
23. DE Bradley Chubb, NC State
24. LB Cameron Smith, USC
25. DT Vita Vae, Washington
26. CB Tarvarus McFadden, Florida State
27. DE Sam Hubbard, Ohio State
28. RB Derrius Guice, LSU
29. LB Matthew Thomas, Florida State
30. WR James Washington, Oklahoma State
31. WR Parris Campbell, Ohio State
32. LB Malik Jefferson, Texas

Le duel à suivre

USC vs. Stanford

Il paraît que c’est déjà la finale de Pac-12. Après la victoire démonstrative de Stanford face à la redoutable armada de Rice, tout le monde a déjà oublié Washington qui était pourtant censé casser la conférence pacifique en deux pour les années à venir. Il y a encore du chemin avant les playoffs mais USC et Stanford font déjà office de prétendants sérieux parce que l’un a du potentiel et que l’autre sait comment martyriser un adversaire l’air de rien.

On retrouvera donc au générique de ce match QB Sam Darnold, la prochaine livraison de quarterback en provenance de USC pour la Ligue, mais aussi WR Deontay Burnett, LB Cameron Smith, DE Porter Gustin ou encore CB Iman Marshall, l’un des cornerbacks les plus physiques depuis Cortland Finnegan. Chez Stanford, outre l’habituelle fournée d’offensive linemen, il faudra regarder du côté de RB Bryce Love, chargé de faire oublier McCaffrey, DT Harrison Phillips, LB Joey Alfieri et CB Elijah Holder, de retour après une saison 2016 tronquée. Du beau linge pour la petite finale.

Les rookies NFL

Ça y est, c’est la rentrée pour les petits nouveaux. Fini de jouer au ballon, maintenant il va falloir se rentrer dedans avec J.J. Watt ou Rob Gronkowski. Alors, quels sont les rookies qui ont fait bonne impression durant les rencontres de pré-saison et qui gagneront le droit d’accumuler les gros chèques, les commotions cérébrales, et les bagues s’ils ont de la chance, pendant encore quelques années ?

Puisque la NFL a décidé de nous mâcher le travail, voici un résumé en vidéo des rookies les plus hype avec des angles de vue hollywoodiens. Mais comme la Ligue n’aime pas qu’on lui pique allègrement son matos, il faudra cliquer sur ce bon vieux lien hypertexte direction Youtube : on dit « merci la NFL« .

Pour ceux qui sont encore en 56k et qui n’ont pas le temps d’attendre trois heures le chargement ou qui n’ont pas envie de se torturer en 144p, on va revenir rapidement sur les rookies qui devraient encore plus faire parler d’eux cette saison.

Il y a notamment QB Mitch Trubisky (Chicago Bears), qui donne de l’espoir aux fans de Chicago après sept douloureuses années de Jay Cutler. STATS. Il y a aussi QB DeShone Kizer (Cleveland Browns), perdu à Notre Dame mais qui a conduit les Browns à quatre victoires en pré-saison. Cleveland est donc invaincu pour l’instant et ça fait bizarre.

QB Patrick Mahomes (Kansas City Chiefs) a confirmé le potentiel que certains voyaient en lui pour ses débuts en NFL, en espérant que ça continue. Quant à RB Christian McCaffrey (Carolina Panthers), il a déjà commencé à faire du McCaffrey le peu qu’on l’a vu sur le terrain. Il affrontera d’ailleurs son ancien partenaire DE Solomon Thomas (San Francisco 49ers) et les fans ont déjà hâte de voir ça.

D’un autre côté, Dieu, qui en a sous doute marre d’une humanité qui s’acharne à filer une équipe à Lane Kiffin, a décidé de recommencer avec les sept plaies d’Égypte mais en Floride donc. Outre l’ouragan Irma, Il a commencé par bousiller Ryan Tannehill, puis le rookie LB Raekwon McMillan (Miami Dolphins) qu’on avait hâte de voir à l’œuvre et qui manquera donc toute la saison 2017. Il a aussi envoyé RB Leonard Fournette (Jacksonville Jaguars) courir derrière une ligne faiblarde, lui qui trouve pourtant que « la NFL est trop facile » et qui se fera probablement vite piétiner par des vétérans qui ne partagent pas son avis.

RB Kareem Hunt (Kansas City Chiefs) devrait être propulsé titulaire après la blessure pour la saison de Spencer Ware. On suivra aussi WR Zay Jones (Buffalo Bills), devenu soudainement la première cible des Bills après le trade de Sammy Watkins et la retraite d’Anquan Boldin. Pour les joueurs de Fantasy, RB Dalvin Cook (Minnesota Vikings) s’est déjà imposé comme le meilleur running back des Vikings et il devrait rapporter pas mal de points à son équipe réelle et son proprio virtuel.

Le futur grand

DT Dexter Lawrence, Clemson

ACC Defensive Rookie of the Year, Freshman All-American, champion national avec Clemson, Dexter Lawrence a retourné le college football pour sa première année. Rien d’étonnant à ce qu’un génie des maths multiplie les sacks. Le DT possède d’ailleurs le nouveau record de sacks sur une saison pour un freshman à Clemson, avec 5 unités. Son duo avec le vétéran Christian Wilkins fait déjà trembler d’effroi les lignes offensives qui auront à affronter les Tigers en 2017. En attendant de le voir en NFL, avec le premier choix s’il continue sur sa folle lancée, il reste encore deux saisons pour profiter du phénomène sous l’uniforme orange de la fac de Caroline du Sud.

Le moment LOL

Nouvelle rubrique putaclic sponsorisée par la Compagnie créole, le moment LOL à la draft. Bon, tout n’est pas tout blanc ou tout noir non plus, il n’y a pas que des prospects en costard le nombril à l’air à la draft, il y a aussi des happy endings dont raffolent les Américains et qui nous paraissent assez hallucinants de notre côté guindé de l’Atlantique.

En 2017, c’est Garett Bolles qui a combiné les deux en se pointant sur scène avec son môme nouveau venu sur cette planète folle, Kingston. Roger Goodell était assez gêné, lui qui a plutôt l’habitude de dévorer des enfants tout crus au petit-déjeuner. C’était mignon, c’était loufoque, c’était 100% guimauve, c’est l’Amérique.

Il faut savoir que Bolles s’en sort plutôt pas mal. Après une jeunesse débridée à base de came, d’alcool et de violence entre gangs, le jeune voyou s’est fait virer de chez ses parents avant d’atterrir dans une famille adoptive qui lui a révélé les voies du Seigneur. Bâti comme un char d’assaut soviétique, Bolles s’est affirmé comme DT au high school avant de passer deux ans en mission dans le Colorado pour le compte de son église. Après deux autres années au Snow College et un transfert à Utah où il a été nommé All-Pac-12 comme OL, le joueur de 25 ans a finalement débarqué à la draft avec sa petite famille.

Soufflant à Jerry Jones la possibilité de sélectionner un autre ancien membre de gang pour sa collection, John Elway et les Denver Broncos ont utilisé le 20e choix du premier tour pour Bolles, qui en a donc profité pour présenter son fils, déjà mieux sapé que Malik McDowell à seulement un an, à bout de bras comme Rafiki ou Michael Jackson avant lui. Bienvenue en NFL, Garett !

Membre de l'équipe de The Blue Pennant depuis septembre 2013, Loïc s'est trimballé à travers les États-Unis en 2017 pour mieux comprendre le pas-si-petit monde du college football. Seulement deux contraventions pour excès de vitesse sur 20 000 km. Intime de Mark Sanchez, Sam Darnold et des cheerleaders de Wisconsin, promo '76. Label qualité TBP et Sécurité routière.

Publicité
2 commentaires

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NFL Draft

NFL Draft 2024 : tous les underclassmen qui se sont déclarés éligibles

Retrouvez une liste régulièrement mise à jour des joueurs Underclassemen s’étant déclarés pour la draft NFL 2024.

Publié

le

Crédit photo : John McGillen, Photography LLC

Alors que la saison 2023 de College Football touche à sa fin, arrive le temps où de nombreux joueurs d’impact ont une décision importante à prendre : se rendre éligible pour la prochaine draft NFL ou faire leur retour au niveau universitaire en 2024.

Tous les étudiants-athlètes Underclassmen* ont jusqu’au 15 janvier 2024 pour remplir leur déclaration officielle afin de bénéficier d’une « éligibilité spéciale » pour la prochaine draft NFL

La draft NFL 2024 se déroulera du 25 au 27 avril à Détroit (Michigan).

Retrouvez ci-dessous une liste régulièrement mise à jour des joueurs Underclassemen s’étant déclarés pour la draft NFL 2024 :

JoueurPositionUniversité
Ajou AjouWRGarden City CC (Juco)
Braelon AllenRBWisconsin
Joe AltOTNotre Dame
Evan AndersonDTFlorida Atlantic
Terrion ArnoldCBAlabama
Emani BaileyRBTexas Christian
Jaheim BellTEFlorida State
Trey BensonRBFlorida State
Cole BishopRBUtah
Austin BookerDEKansas
Brock BowersTEGeorgia
Jonathon BrooksRBTexas
Arland Bruce IVWROklahoma State
Javon BullardSGeorgia
Calen BullockSUSC
Caelen CarsonCBWake Forest
Keon ColemanWRFlorida State
Junior ColsonLBMichigan
Edgerrin CooperLBTexas A&M
Cooper DeJeanCBIowa
Kinglsey EguakunC/GFlorida
Audric EstiméRBNotre Dame
Olu FashanuOTPenn State
Blake FisherOTNotre Dame
Troy FranklinWROregon
Frank Gore Jr.RBSouthern Miss
Tyler GuytonOTOklahoma
Michael HallDTOhio State
Marvin Harrison JrWROhio State
Jaden HicksSWashington State
Bucky IrvingRBOregon
Dillon JohnsonRBWashington
Theo JohnsonTEPenn State
Jahwar JordanRBLouisville
Kamren KinchensSMiami
Kalen KingCBPenn State
Kamari LassiterCBGeorgia
JC LathamOTAlabama
Cam LittleKArkansas
MarShawn LloydRBUSC
Kayron Lynch-AdamsRBUMass
Drake MayeQBNorth Carolina
JJ McCarthyWRMichigan
Ladd McConkeyWRGeorgia
Kool-Aid McKinstryCBAlabama
Max MeltonCBRutgers
Amarius MimsOTGeorgia
Adonai MitchellWRTexas
Quinyon MitchellCBToledo
Byron Murphy IIDTTexas
Malik NabersWRLSU
Jer’Zhan NewtonDTIllinois
Rome OdunzeWRWashington
Patrick PaulOTHouston
Ja’Lynn PolkWRWashington
Jackson Powers-JohnsonOLOregon
Michael PrattQBTulane
Ennis Rakestraw JrCBMissouri
Keith Randolph JrDTIllinois
Tip ReimanTEIllinois
Chop RobinsonDEPenn State
Roger RosengartenOTWashington
Ja’Tavion SandersTETexas
Will ShipleyRBClemson
Jaden ShirdenRBMonmouth (RB)
Ben SinnottTEKansas State
Maason SmithDTLSU
Javon SolomonDETroy
Carson SteeleRBUCLA
Kinglsey SuamataiaOTBrigham Young
Leonard Taylor IIIDTMiami
Brian ThomasWRLSU
Jamari ThrashWRLouisville
Bralen TriceEdgeWashington
Jeremiah Trotter Jr.LBClemson
Dallas TurnerLBAlabama
Sione VakiSUtah
Sedrick Van PranOLGeorgia
Devaughn VeleWRUtah
Jared VerseDLFlorida State
Kimani VidalRBTroy
Devontez WalkerWRNorth Carolina
Trevin WallaceLBKentucky
Nate WigginsCBClemson
Caleb WilliamsQBUSC
Isaiah WilliamsWRIllinois
James WilliamsSMiami
Johnny WilsonWRFlorida State
Mekhi WingoDTLSU
James WorthyWRTexas
Jaylen WrightRBTennessee

*joueurs non-seniors ayant été éligibles au moins trois années au niveau NCAA.

Lire la suite

NFL Draft

QB Caleb Williams se présente à la draft NFL 2024

Vainqueur du trophée Heisman en 2022, le quarterback junior des Trojans de USC, Caleb Williams, renonce à sa dernière année d’éligibilité NCAA pour se présenter à la prochaine draft NFL.

Publié

le

Crédit photo : Gary Vazquez, USA Today Sports

C’était devenu un secret de polichinelle depuis que HC Lincoln Riley avait annoncé que son QB#1 ne jouerait pas l’Holiday Bowl face à Louisville au mois de décembre dernier mais c’est maintenant officiel : le junior QB Caleb Williams, potentiel premier choix lors de la draft NFL 2024, ne sera pas de retour à USC en 2024.

Il en a fait l’annonce officielle via son compte Instagram, le lundi 15 janvier à la date limite des inscriptions.

Pour plusieurs observateurs, QB Caleb Williams est considéré comme un quarterback générationnel qui pourrait être le premier joueur choisi en avril prochain. Son bras puissant, son efficacité à la passe et sa capacité de réussir des big plays, match après match, ont émerveillé le monde du College Football depuis ses premiers matchs avec les Sooners, en 2021.

Il a terminé sa saison 2023 avec un total de 3633 yards à la passe, 30 TDs contre 5 interceptions. Il a également inscrit 11 TDs au sol.

En trois saisons NCAA dont deux avec USC et une avec Oklahoma, QB Caleb Williams a accumulé 10 082 yards à la passe, 93 TDs et 14 INTs en carrière.

Qui pour succéder à Caleb Williams à USC ?

Tout le monde avait anticipé ce moment où QB Caleb Williams quitterait le programme de Los Angeles (Californie). Le junior QB Miller Moss (681 yards à la passe, 7 TDs, 1 INT), brillant lors du dernier Holiday Bowl, semble être la favori pour lui succéder après deux années comme quarterback backup.

Toutefois, HC Lincoln Riley n’a pas caché sa volonté de renforcer sa QB Room via le portail des transferts en plus de l’ajout récent de QB Jayden Maiava (3085 yards à la passe, 17 TDs, 10 INTs en 2023 à UNLV), qui s’est engagé envers USC la semaine dernière.

Lire la suite

NFL Draft

WR Josh Downs se présente à la draft NFL 2023

Après trois saisons passées sur le campus de Chapel Hill, le junior WR Josh Downs a choisi de faire le saut chez professionnels en s’incrivant à la draft NFL 2023 dont il sera l’un des receveurs les plus convoités.

Publié

le

Considéré comme un futur choix de 1er tour par de nombreux observateurs, le junior WR Josh Downs a donc décidé de renoncer à ses deux dernières années d’éligibilité au niveau NCAA pour faire le saut chez les professionnels de la NFL.

Il quitte le campus de Chapel Hill après trois saisons passées sous le maillot des Tar Heels dont deux récompensées par une sélection dans la 1ère équipe All-ACC.

WR Josh Downs est actuellement classé 3ème meilleur receveur de l’Histoire du programme de North Carolina avec un total de 202 réceptions. Il a également réussi 2483 yards sur réception en carrière (4ème dans l’Histoire de North Carolina) et 22 TDs (2ème dans l’Histoire de North Carolina).

Il vient de réussir deux saisons consécutives à plus de 1000 yards sur réception. Sa connection avec QB Drake Maye a notamment semé la terreur à travers l’ACC formant ainsi l’un des duos QB-WR les plus redoutés du pays.

WR Josh Downs est également un solide kick/punt returner ce qui en fera un joueur d’autant plus attrayant pour une franchise NFL.

Lire la suite

NFL Draft

NFL Star Academy ’22 – Episode 3

Loïc Baruteu fait le tour de l’actualité de la draft NFL 2022 : les news, conseil de classe, speed dating, etc… on se croirait à la Star Ac’ !
Vous saurez tout sur les futures stars du dimanche.

Publié

le

Les bowls sont terminés, les joueurs ont reçu plein de cadeaux, surtout les joueurs de Notre Dame et Oklahoma State qui ont été gâtés au Fiesta Bowl, sponsorisé par PlayStation, puisqu’ils ont tous obtenu une PS5 et ça se revend pas mal cher sur eBay. Néanmoins, la polémique a encore enflé cette année autour des prospects qui font l’impasse sur leur bowl pour se préparer à la draft et éviter une blessure, comme c’était arrivé à Jaylon Smith au Fiesta Bowl 2016 ou comme c’est arrivé à Matt Corral cette année.

Les médias hypocrites tombent de leur chaise, il n’y a plus de passion dans ce football. C’est bien joli de faire la morale en costume à carreaux affreux, Kirk Herbstreit, mais il y a des millions en jeu pour des jeunes qui se sont défoncés à la fac, sur le terrain en tout cas, pour viser au plus haut. L’argument du diplôme gratuit ne vaut plus à l’heure où les joueurs peuvent déjà faire beaucoup d’argent à la fac avec le NIL. Ces derniers ont plus de pouvoir aujourd’hui, et leurs intérêts ne sont pas toujours les mêmes que ceux des présentateurs TV. Ils devront quand même se taper des visites médicales et des entretiens tout azimut avec la Ligue, où ils pourront donc jouer avec passion pour d’énormes chèques.

« Une autre chaîne sportive vous offre l’opportunité de gagner un montant « X » capable de vous aider vous et votre famille comme jamais auparavant mais il existe un risque que vous n’ayez pas le job si vous enregistrez un autre College Gameday. Que feriez-vous ? » Kyle Hamilton (Notre Dame) en réponse à Kirk Herbstreit

Fil d’actu

10 minutes chrono

On le voit chaque année dans les war rooms, c’est le feu en coulisses et les franchises s’agitent et prennent des décisions décisives dans une urgence absolue. Mais combien de temps ont-elles vraiment pour se décider ? D’après l’excellent site officiel bien nommé NFL Football Operations, 10 minutes pour chaque choix au premier tour, 7 minutes pour le deuxième tour, 5 minutes pour les tours 3 à 6 et finalement 4 minutes lors du septième et dernier tour. Pas le temps de niaiser.

KO Corral

Considéré comme un potentiel choix de top 5, QB Matt Corral pourrait avoir perdu des millions de dollars en ayant pris la décision de jouer le Sugar Bowl avec son équipe plutôt que de rester en tribunes pour se protéger d’une blessure. Car c’est exactement ce qui lui est arrivé dans le premier quarter, et pour l’heure on ne connait pas encore la gravité de sa blessure à la jambe. En cas de gros pépins ou de complications, sa cote devrait fondre à la draft et il ne fait nul doute que le prospect numéro un au poste de quarterback d’après plusieurs scouts va être observé à la loupe par les médecins des franchises NFL.

Tom Brady et ses jeunes fans

Le match entre les Jets et les Buccaneers le week-end dernier mériterait un bouquin. Chapitre 1, Antonio Brown démissionne torse-nu en plein match. Chapitre 2, Tom Brady remonte 93 yards en deux minutes sans temps mort pour le touchdown de la victoire. Chapitre 3, le GOAT dédicace un ballon à l’un de ses jeunes fans, en l’occurence son adversaire du jour le rookie CB Brandin Echols, qui avait 2 ans à l’époque de la sélection de Brady à la draft et qui a intercepté le futur Hall of Famer au cours de la rencontre.

Numero Uno

Sauf retournement de situation vertigineux, les Jacksonville Jaguars devraient donc choisir en premier à la draft pour la seconde année consécutive, avec leur bilan de 2-14 après la Week 17. Les Detroit Lions sont également assurés du deuxième choix, à 2-13-1. Les deux franchises pourraient échanger leur place si jamais les Jags s’imposent à domicile contre des Indianapolis Colts à la lutte pour les playoffs et si les Lions s’inclinent contre Green Bay. On imagine que Jacksonville va bien perdre comme il faut ce week-end, au hasard.

Big Mac

En dépit de son patronyme de capitaine des forces spéciales dans une grosse production hollywoodienne, QB Mac Jones n’est pas encore Le mâle alpha, même si quarterback NFL et champion national en titre avec Alabama, c’est quand même pas si mal.

Grâce à son coéquipier Matt Judon, on sait désormais qu’il s’habille comme un pied. Le linebacker des Patriots s’est amusé en conférence de presse, qualifiant son collègue de « cause perdue » pour le milieu de la mode. Le rookie est visiblement plus intéressé par l’avenir des crypto-monnaies ; pour Noël, Mac a offert à chacun de ses offensive linemen un certain montant, inconnu, en Bitcoin, ainsi qu’un abonnement à Bitcoin Magazine et une entrée pour la Bitcoin 2022 Conference de Miami, en avril prochain.

Brock the Bank

Il est encore un peu jeune pour penser à la NFL alors qu’il boucle sa saison true freshman avec la récompense de SEC Freshman of the Year et le record du nombre de touchdowns à la réception à Georgia mais TE Brock Bowers fait déjà beaucoup parler de lui. Avec son douzième touchdown de la saison face à Michigan en playoffs, Brock a donc battu le record de la légende des Bulldogs Terrence Edwards, avec 11 touchdowns en 2002. Tout ça comme true freshman, donc. Adoubé par le roi Greg Olsen.

Retour à la fac

Joli coup pour Oregon qui accueille Tosh Lupoi comme nouveau coordinateur défensif. Coach de la ligne défensive des Jacksonville Jaguars cette saison, il est réputé dans le milieu du college football comme un recruteur d’exception, après cinq ans à Alabama auprès de Nick Saban, dont le poste de defensive coordinator en 2018, avant un passage en NFL à Cleveland, Atlanta et donc Jacksonville. Lupoi rejoint ainsi le nouveau coach Dan Lanning, ancien DC lui-même à Georgia durant les trois dernières saisons, et Oregon devrait présenter un visage agressif en défense dès 2022.

Wokisme en NFL

Comme dans un jeu d’alcool, la NFL balance des nouvelles règles à quelques mois de la draft, pour le bien des prospects ou celui de l’image de la Ligue.

En gros, Roger aimerait éviter une nouvelle affaire comme en 2010, quand le GM des Dolphins Jeff Ireland avait demandé au receveur d’Oklahoma State Dez Bryant si sa mère était une prostituée et si elle prenait des stupéfiants. Le prospect avait tout balancé et Ireland avait dû présenter des excuses presque crédibles.

En 2016 et 2018, les prospects Eli Apple et Derrius Guice auraient également été interrogés sur leur préférence sexuel. On savait que les franchises mènent des interviews inspirées des interrogatoires de la CIA mais la NFL a décidé de sévir et les équipes qui seront prises la main dans le sac se verront retirer un choix de draft entre le premier et le quatrième tour, avec en bonus une amende de 150 000 dollars minimum. Un cadre de la Ligue, Troy Vincent, a même déclaré : « nous voulons de la dignité, du respect et du professionnalisme. » Yes, we can.

The Times They Are A-Changin’

La NFL a également décidé de modifier un peu le Scouting Combine. Déjà, adieu le Wonderlic. Ce fameux test, noté sur 50, censé évaluer les aptitudes intellectuelles des prospects, nous montrait surtout que le système éducatif américain est peut être déficient et n’était plus vraiment considéré par les scouts. Avec la draft annulée l’an passé, le Wonderlic avait été zappé et il ne reviendra donc pas.

En outre, tous les exercices pour chaque position seront revus; par exemple, les receveurs devront courir des crossing routes à la place des wheel routes traditionnelles au combine. Sauf cas de force majeure, le NFL Scouting Combine 2022 se tiendra comme d’habitude début mars à Indianapolis, peut être pour la dernière année puisque la Ligue souhaiterait en faire un événement plus bankable dans un cadre plus sexy, comme Los Angeles.

Rattler le Gamecock

Le futur quarterback pro QB Spencer Rattler a donc choisi sa nouvelle équipe et il rejoint donc la SEC avant Oklahoma puisqu’il portera la tunique de South Carolina.

Titulaire pendant une saison et demie avec les Sooners, Spencer a perdu son poste en cours d’exercice et son transfert faisait peu de doute. L’objectif désormais : marquer des points avant la draft 2023 où il devrait se présenter. Le QB dispose d’une belle cote et les médias américains estiment qu’il a fait le bon choix avec les Gamecocks de Shane Beamer.

Oklahoma Football: Spencer Rattler graded as top transfer quarterback
Photo : Sooners Wire

World class champions

Plus que quelques heures avant la finale nationale, starring Alabama et Georgia. C’est à peine une surprise pour deux programmes blindés de prospects NFL, dont plusieurs gros poissons pour la prochaine draft. Du côté d’Alabama, on suivra donc de près OT Evan Neal, WR Jameson Williams, S Jordan Battle, LB Christian Harris, et du côté de Georgia DT Jordan Davis, DE Travon Walker, LB Nakobe Dean, WR George Pickens, CB Derion Kendrick ou encore S Lewis Cine. Tous ces joueurs pourraient avoir trouvé preneur avant le troisième tour, c’est dire le niveau de talent chez les deux prétendants au titre national.

C’est la saison des mocks draft

La saison de College Football est presque bouclée, l’ordre de la draft est déjà à moitié connu, c’est l’heure des mocks draft ! C’est évidemment encore un peu tôt, tant que la free agency n’est pas passée et que les besoins des franchises ne sont pas encore précis, mais pour les amateurs, on vous conseille les meilleurs simulateurs du marché.

Pro Football Network‘s Mock Draft Simulator
Clairement le meilleur. Le board est régulièrement actualisé et l’outil permet de simuler les sept tours, de proposer des trades (réalistes) et donne accès aux scouting reports de PFN pour la majorité des prospects. 5/5

PFF‘s NFL Mock Draft Simulator
Pour l’instant limité aux deux premiers tours, le simulateur de PFF devrait donner accès aux sept tours d’ici quelques semaines. On peut également proposer et recevoir des trades, pas franchement réalistes dans les premiers tours sauf si on s’appelle Kevin Costner dans Draft Day, et avoir accès à quelques statistiques sur les prospects. Particularité, on peut définir des paramètres pour orienter l’attitude des franchises (care for positional value, randomness, draft for needs) et changer l’ordre des franchises à la draft. 4/5

FanSpeak‘s On The Clock 2022
Assez limité dans sa version gratuite, le simulateur de FanSpeak ne permet pas les trades mais il propose les sept tours et laisse le choix parmi différents boards pour les prospects et les besoins des franchises. 2,5/5

NFL Livestock Exchange

Les mois qui précèdent la draft ressemblent à une séance à Wall Street un jour de semaine; ça cote, ça décote, les valeurs s’envolent, chutent, les mauvaises rumeurs abîment les cotations, les traders/scouts sont sous amphétamines, etc. À la fermeture de la séance, quels sont donc les prospects à la hausse et à la baisse sur le marché ?

Grâce à une ingénieuse méthode de valorisation en fonction des contrats signés par les rookies en 2021 sur quatre ans (trois pour les undrafted free agents), The Blue Pennant vous file des tuyaux sur les valeurs actuelles.

$20,000,000 – $35,000,000 : Top 10
$10,000,000 – $20,000,000 : 1st Round
$5,000,000 – $10,000,000 : 2nd Round
$4,000,000 – $5,000,000 : 3rd Round
$3,000,000 – $4,000,000 : 4th, 5th, 6th, 7th Rounds
$500,000 : Undrafted

CB Derek Stingley, LSU ➘➘ $22,000,000
2021 : 8 tackles, 6 solo, 3,5 TFL, 1 FF
Texas Bowl : vs Kansas State, L 20-42 ; DNP

Annoncé comme un futur choix du top 5 dès sa saison true freshman exceptionnelle, CB Derek Stingley a un peu dévissé dans les boards après ça. Pas mal blessé ces deux dernières années, il arrive en NFL auréolé d’une réputation de « one-year wonder ». Certains experts estiment même qu’il a toutes les caractéristiques d’un bust s’il devait être sélectionné dans le top 10. Néanmoins, ses qualités athlétiques et ses prouesses en couverture individuelle lors de la campagne 2019 en font tout de même un prospect extrêmement séduisant, qui pourrait quand même glisser au milieu du premier tour.

Derek Stingley Jr. has foot surgery, out indefinitely
Photo : USA Today

OT Tyler Smith, Tulsa ➚➚ $7,500,000
Myrtle Beach Bowl : vs Old Dominion, W 30-17

Les prospects issus de programmes modestes se révèlent généralement dans les mois qui précèdent la draft, avec les bowls dédiés aux seniors et le combine. OT Tyler Smith en fait partie et il sera suivi de très, très près alors que pas mal de scouts le considèrent comme un choix de deuxième, voire de premier tour grâce à son gabarit imposant couplé à des qualités athlétiques rares pour un tel physique. Affaire à suivre.

WR Calvin Austin, Memphis$4,500,000
2021 : 74 rec, 1 149 yds, 8 TD
Hawaii Bowl : vs Hawaii, annulé

Après la mode des receveurs géants, on assiste depuis quelques années à une tendance inverse vers des receveurs plus petits et rapides, capables de se démarquer en une fraction de seconde pour les passes courtes. Du coup, WR Calvin Austin a toutes les chances de son côté cette année. Avec son gabarit de poche et son explosivité, il devrait plaire aux franchises intéressées par ce nouveau profil en vogue, probablement dès le deuxième tour. Calvin a bouclé les deux dernières saisons avec plus de 1 000 yards à la réception, malgré un exercice 2020 raccourci.

C Tyler Linderbaum, Iowa$17,000,000
Citrus Bowl : vs Kentucky, L 17-20

C Tyler Linderbaum joue center et on en parle comme d’un indiscutable choix de premier tour, peut être même dès le top 5 si les Giants le sélectionnent comme de nombreux fans de Big Blue l’espèrent. C’est dire le talent d’un prospect considéré comme le meilleur à son poste depuis des années. Pour les experts, Tyler sera titulaire dès le coup d’envoi de la saison 2022 et il pourrait même finir Pro Bowler à l’issue de sa campagne rookie. Son match phénoménal face à une bonne défense de Kentucky qui a mis en danger le reste de la ligne offensive des Hawkeyes a bien conforté sa cote comme il faut pour son dernier match au niveau universitaire.

S Isaiah Pola-Mao, USC$4,000,000
2021 : 57 tackles, 41 solo, 1 TFL, 1 BrUp
Non qualifié pour un bowl

L’affreuse saison des Trojans n’aura clairement pas aidé le neveu de Troy Polamalu à se faire remarquer. S’il possède la même agressivité sur le terrain que son oncle, S Isaiah Pola-Mao risque d’être sélectionné bien plus tard à la draft. Considéré comme un top prospect à l’aube de la saison, il n’a pas pu hisser son niveau de jeu au point de se faire remarquer sur la scène nationale, surtout avec son équipe complètement à la ramasse. Malgré tout, son gabarit, son style agressif et sa vitesse en font un prospect intéressant en milieu de draft.

USC trying to rebuild safety Isaiah Pola-Mao's confidence – Orange County  Register
Photo : Orange County Register

CB Akayleb Evans, Missouri ➚➚ $6,500,000
2021 : 30 tackles, 27 solo, 1 TFL, 6 BrUp, 1 int, 2 FF
Armed Forces Bowl : vs Army, L 22-24 ; DNP

Joli coup de poker de CB Akayleb Evans cette année, après son passage de Tulsa vers Missouri pour évoluer au niveau le plus compétitif en SEC et se faire remarquer par les scouts. Déjà béni par son gabarit pro ready et ses qualités athlétiques qui lui permettent d’assurer en couverture aérienne, il a enregistré de solides statistiques et s’est fait un nom tout seul, ce qui devrait lui permettre de grimper aussi haut que le troisième tour, voire le second si une franchise est conquise par ses prouesses.

RB Jerrion Ealy, Mississippi ➘➘ $3,500,000
2021 : 133 rush, 768 yds, 5 TD, 32 rec, 218 yds, 2 TD
Sugar Bowl : vs Baylor, L 7-21 ; 12 rush, 65 yds, 2 rec, 4 yds

RB Jerrion Ealy n’est un prospect comme les autres cette année. Le running back d’Ole Miss a déjà été sélectionné à la draft, en 2019, pour la ligue de baseball. Si Jerrion a préféré les Rebels à l’époque, c’est parce qu’un grand destin en NFL lui était promis. Explosif, déterminé, il s’extirpe parfois du backfield alors qu’on le voyait déjà au sol mais ces qualités ne suffiront sans doute pas pour contre-balancer une saison 2021 bien en-dessous des attentes et un gabarit jugé parfois trop frêle pour la Ligue.

C Dohnovan West, Arizona State ➘➘➘ $3,000,000
Las Vegas Bowl : vs Wisconsin, L 13-20

Titulaire depuis sa saison freshman avec les Sun Devils, C Dohnovan West s’est fait marcher dessus toute la saison au poste de center, comme le reste de la ligne offensive d’Arizona State d’ailleurs. Considéré comme trop court et léger pour évoluer comme guard en NFL, il n’a clairement pas marqué des points comme center. Il devrait cependant être sélectionné dans les derniers tours grâce à ses capacités athlétiques mais les scouts semblent convaincus qu’il ne sera jamais plus qu’un bon joueur de rotation chez les pros.

WR Wan’Dale Robinson, Kentucky$9,000,000
2021 : 104 rec, 1 348 yds, 7 TD, 7 rush, 111 yds
Citrus Bowl : vs Iowa, W 20-17 ; 10 rec, 170 yds

Voilà un jeune homme qui sait ce qu’il veut. Engagé à Nebraska en 2019, WR Wan’Dale Robinson est alors un joueur brut qui a évolué au high school comme quarterback, running back, receveur, linebacker, safety et returner. Déployé comme coureur ou comme receveur avec les Cornhuskers, Wan’Dale s’impose dès sa saison true freshman comme une menace offensive sérieuse et s’invite dans la Freshman All-American Team. Transféré à Kentucky en 2021, il explose littéralement avec 1 164 yards en 94 réceptions et 7 touchdowns, sans parler de ses highlights de folie et du titre de MVP au Citrus Bowl face à Iowa. Très rapide, le playmaker des Wildcats pourrait bien s’inviter au premier tour alors que cette classe de receveurs est encore une fois très fournie en quantité et en qualité.

QB Desmond Ridder, Cincinnati ➘➘ $3,700,000
2021 : 251/387 (64,9%), 3 334 yds, 30 TD, 110 rush yds, 6 rush TD
Cotton Bowl (CFP) : vs Alabama, L 6-27 ; 17/32 (53,1%), 144 yds

Les scouts attendaient impatiemment de pouvoir évaluer QB Desmond Ridder face à la défense quasi NFL ready d’Alabama en playoffs et ce qu’ils ont vu n’est pas forcément flatteur ; en difficulté la plupart du temps, il a encaissé plusieurs sacks car il conserve le ballon trop longtemps et ses passes étaient téléphonées la plupart du temps. Desmond a ainsi terminé la rencontre avec une défaite et un médiocre bilan de 17/32 pour 144 yards, sans touchdown ni interception. S’il possède le profil du QB pro en termes de taille, de capacités athlétiques et de puissance de passe, son irrégularité et son inconfort dans la pocket n’ont absolument pas rassuré les scouts, qui le considèrent aujourd’hui comme un futur remplaçant, le type de profil sélectionné au milieu de la draft habituellement. Reste à voir si la faiblesse de cette classe au poste lui permet de grimper plus haut que le troisième tour.

LB Malcolm Rodriguez, Oklahoma State$3,000,000
2021 : 131 tackles, 77 solo, 15 TFL, 3 sacks, 5 BrUp, 1 int, 4 FF
Fiesta Bowl : vs Notre Dame, W 37-35 ; 11 tackles, 8 solo, 2 BrUp, 1 int

Le capitaine des Cowboys termine une saison exceptionnelle sur une note exceptionnelle, la victoire en bowl et une nomination dans la AP All-Bowl Team. De quoi faire décoller sa cote alors qu’il n’est pas forcément considéré comme méritant un choix de draft, même au septième tour. Extrêmement productif à Oklahoma State, LB Malcolm Rodriguez ne ressemble pas au MLB moderne capable de courir le 100m en dix secondes et c’est pourquoi il devrait modérément exciter les franchises NFL mais ses plaquages sûrs et ses instincts en font un spécialiste face au jeu de course, ce qui pourrait lui valoir d’être choisi avant la clôture de la draft.

QB Sam Howell, North Carolina$17,000,000
2021 : 205/327 (62,7%), 2 851 yds, 23 TD, 9 int, 170 rush yds, 11 rush TD
Mayo Bowl : vs South Carolina, L 21-38 ; 12/20 (60%), 205 yds, 1 TD

Après trois saisons fructueuses à North Carolina, QB Sam Howell a donc décidé de se présenter à la draft où il a toutes les chances d’être sélectionné au premier tour, peut être même dans le top 10. Pour l’heure, il jouit d’une belle cote avec ses 10 283 yards pour 92 touchdowns et 23 interceptions, avec 17 TD au sol, au sein d’une classe de quarterbacks pas franchement exceptionnelle. Sous le radar cette saison, il faut dire qu’il a été bien moins entouré que les années précédentes mais ses performances sont restées correctes. Pas simple pour l’instant d’imaginer son point de chute, il faudra attendre d’en savoir plus avec les rumeurs qui transpirent à l’approche de la draft et selon le lobbying de son agent, mais il devrait être examiné de près par les franchises en mal de quarterback avant la free agency, comme Washington, Carolina, Minnesota, Denver ou encore New Orleans.

LB Devin Lloyd, Utah ➚➚ $18,000,000
2021 : 107 tackles, 36 solo, 22 TFL, 7 sacks, 6 BrUp, 4 int, 1 FF, 2 TD
Rose Bowl : vs Ohio State, L 45-48 ; 4 tackles, 3 solo

Champion de Pac-12, double vainqueur d’Oregon cette saison et quasi champion du Rose Bowl face à une équipe d’Ohio State décimée, LB Devin Lloyd avait besoin d’une grosse saison pour faire décoller sa cote et c’est exactement ce qui est arrivé. Doué d’un sens du jeu hors norme, le linebacker des Utes modifie très régulièrement l’alignement de ses joueurs en défense avant le snap avec souvent pas mal de réussite. Avec son intelligence de jeu démoniaque et des qualités athlétiques certaines qui le rendront capable de suivre la vitesse de la Ligue, Devin est désormais considéré comme un choix de premier tour.

Giants select Devin Lloyd, Tyler Linderbaum in latest Draft Wire mock
Photo : USA Today

S Lewis Cine, Georgia ➚➚ $9,000,000
2021 : 66 tackles, 37 solo, 1 TFL, 8 BrUp, 1 int
Orange Bowl (CFP) : vs Michigan, W 34-11 ; 5 tackles, 4 solo

S Lewis Cine remplit les critères du safety NFL avec son gabarit, la longueur de ses bras, sa prise de masse depuis la saison 2020 et la violence de ses interventions. C’est peu de dire que le futur finaliste des playoffs met de l’engagement dans ses plaquages. L’excellente saison des Bulldogs et le niveau de jeu affiché par la secondary de Georgia lui a indubitablement profité et sa cote se porte comme un charme.

S Kyle Hamilton, Notre Dame$25,000,000
2021 : 34 tackles, 19 solo, 2 TFL, 4 BrUp, 3 int
Fiesta Bowl : vs Oklahoma State, L 35-37 ; DNP

C’est un safety ? C’est un linebacker ? Non, c’est S Kyle Hamilton. Personne ne sait vraiment quel est le rôle qui sied le mieux au Fighting Irish et sa cote pourrait en prendre un coup. Certains experts estiment qu’il est trop grand pour évoluer comme safety et qu’il devrait être aligné comme SAM LB avec les devoirs de couverture aérienne inhérents au poste. Les scouts sont un peu perdus et on devrait en savoir plus au combine selon l’évolution physique de Kyle qui nous en apprendra plus sur son avenir en NFL.

Speed Dating

P Matt Araiza, San Diego State
Classe : redshirt junior
Taille : 6-2 ft (1m88976)
Poids : 200 lbs (90,7185 kg)
Signe astro : Roberto Carlos

S’il y avait eu un dieu du punt sur le Mont Olympe, ce serait Matt. « Punt God », comme on le surnomme en VO, a martyrisé les returners adverses pendant trois ans avec les Aztecs, balançant des punts de plus de 80 yards avec sa jambe gauche en or massif et terminant parfois l’action tout seul comme un grand avec un gros plaquage des familles. On le connait déjà, Blaise nous en avait parlé cette saison et à raison. Peut-on vraiment passer six minutes à s’extasier devant les highlights d’un punter ? Oui.

En plus de sa puissance démentielle, pour une moyenne de plus de 50 yards par punt, Matt sait placer le ballon et faire preuve de précision, en tout cas dans son exercice favori car il est beaucoup moins fiable sur field goals. Il devrait cependant se contenter de punter en NFL, voire d’engager sur kickoffs. On en parle comme d’un prospect de milieu de draft, un exploit pour un joueur au poste aussi disgracieux dans le football moderne. Matt est cependant un véritable phénomène qui a marqué le college football, même si ce sera compliqué d’être sélectionné plus haut que Roberto Aguayo, 59e choix en 2016, mais surtout Sebastian Janikowski, choisi en 17e position en 2000 par les Raiders d’Al Davis.

Graines de millionnaires

Sélectionné au quatrième tour de la dernière draft, WR Amon-Ra St. Brown (USC, Detroit) explose depuis quelques rencontres. Il s’est permis d’inscrire tous les points de son équipe jusqu’au quatrième quarter, le garbage time alors que Seattle s’est imposé 51-29, avec un touchdown à la course, un à la réception et une conversion à deux points.

Amon-Ra est tranquillement en train de défoncer les records pour un receveur rookie à Detroit établis par Calvin « Megatron » Johnson en 2007, avec déjà le records de réceptions (82), et bientôt de yards à la réception pour lequel il lui manque encore 14 yards. L’ancien joueur de Mater Dei HS a attrapé au moins huit passes lors des cinq dernières rencontres, un record pour un rookie dans l’histoire de la NFL, et s’impose déjà comme l’un des piliers d’une attaque encore en reconstruction.

Les Lions semblent donc avoir particulièrement bien géré leur draft 2021, avec OT Penei Sewell (Oregon, Detroit) désormais considéré comme l’un des tout meilleurs right tackle de la Ligue, malgré des débuts compliqués, ou encore RB D’Andre Swiftt (Georgia, Detroit) qui compile 10 touchdowns, le meilleur total pour un joueur offensif à Detroit.

Ça va bien chez les Bengals aussi. Critiqués en début de saison pour la sélection de WR Ja’Marr Chase à la draft alors que Cincinnati avait des besoins plus pressants et que le rookie apparaissait déboussolé en pré-saison, ils peuvent aujourd’hui contempler le résultat avec satisfaction après avoir remporté le titre de division AFC North et une place en playoffs après une splendide victoire face à Kansas City, au cours de laquelle Ja’Marr s’est promené. Le receveur a plié le record NFL du nombre de yards à la réception pour un rookie sur un match, avec 266 yards, en 11 réceptions assorties de 3 touchdowns. L’ancien Tiger est bien parti pour le titre de NFL Offensive Rookie of the Year après une première campagne pro spectaculaire.

C’est moins brillant pour deux linebackers sélectionnés assez haut en avril dernier, LB Jamin Davis (Kentucky, Washington) et LB Zaven Collins (Tulsa, Arizona). Le premier, sélectionné en 19e position, n’a clairement pas donné satisfaction comme ILB et Ron Rivera songerait donc à le re-positionner comme OLB pour tirer le meilleur de son choix de premier tour 2021. Quand à Zaven, il est arrivé aux Cardinals avec le rôle de titulaire offert sur un plateau, dans l’idée de former un duo redoutable à l’intérieur de la défense avec Isaiah Simmons. Le plan ne s’est pas vraiment déroulé comme prévu puisque le linebacker a été confiné en special teams la plupart de la saison. Cependant, les absences liées au Covid l’ont propulsé titulaire à l’aile comme SAM LB face à Dallas pour une performance encourageante mais clairement pas encore au niveau d’un 16e choix de draft.

À l’inverse, Kansas City a réalisé l’opération de l’année avec la sélection de C Creed Humphrey (Oklahoma, Kansas City) avec l’avant-dernier choix du second tour 2021. En ballotage avec OL Landon Dickerson (Alabama, Philadelphia), qui joue finalement left guard pour les Eagles, pour le titre honorifique de meilleur prospect au poste de center à la dernière draft, l’ancien Sooner a démontré toutes ses qualités cette saison devant Patrick Mahomes ; Creed réalise la meilleure saison pour un center rookie depuis 2006 d’après les notes de PFF. Bonne pioche pour des Chiefs qui ont également choisi LB Nick Bolton (Missouri, Kansas City) au second tour, un peu plus tôt que le center, un joueur dont la présence se fait de plus en plus sentir au sein de la défense des finalistes malheureux du dernier Super Bowl.

Lire la suite

Articles les plus lus