Suivez-nous sur

Dossier

O’Bannon vs NCAA : victoire des plaignants… pour le moment

Bienvenue dans le monde du football universitaire nouvelle formule. Maintenant, les joueurs seront payés. Payés pour leur droit à l’image, en plus des bourses universitaires classiques.

Bienvenue.

Bienvenue dans le monde du football universitaire nouvelle formule. Maintenant, les joueurs seront payés. Payés pour leur droit à l’image, en plus des bourses universitaires classiques. En plus des compléments de bourse destinés à couvrir le coût total de présence des étudiants-athlètes dans leurs universités, tels que veulent les mettre en place les universités des cinq ‘grandes’ conférences appelées le « Power Five » (Pac12, SEC, ACC, Big Ten, Big XII).

La Juge Claudia Wilken a décidé finalement que la NCAA ne pouvait priver les joueurs de leur droit à l’image, et de la monétisation de celui-ci. Sa décision permet aux joueurs de bénéficier d’un fonds dans lequel seront placés ces droits à l’image. Les étudiants-athlètes bénéficieront de leur droit à l’image au moment de quitter l’université (le délai a été fixé au début de la période de recrutement suivant la fin de leur éligibilité).

Le jugement émis depuis Oakland, Californie, autorise toutefois la NCAA à limiter le montant payé aux étudiants athlètes, tant que cette limite est supérieure à 5000 dollars par saison. Ce qui fait un paiement potentiel de 20 000 dollars pour un étudiant qui va au bout de sa période d’éligibilité de 4 ans (on ne comptera donc pas une éventuelle année de redshirt).

Ed O’Bannon, ex-UCLA

La limite de 5000 dollars a été fixéé par la juge comme une forme de reconnaissance des craintes de la NCAA de devoir verser des sommes disproportionnées. Certains témoins cités au procès par la NCAA avaient affirmé qu’une rétribution était possible si elle ne dépassait pas un certain montant.

Certaines facs pourront verser moins que la limite tant qu’elles fixent ce montant de manière individuelle, sans qu’on puisse invoquer une éventuelle ‘conspiration’ entre facs pour fixer une limite plus basse.

Le jugement prendra effet après les saisons de football et de basketball qui sont sur le point de débuter.

Les anciens joueurs comme O’Bannon ne seront pas payés car ils ont abandonné leur droit aux dommages et intérêts en acceptant que le cas soit examiné uniquement par un juge et ne soit pas plaidé devant un jury.

La NCAA n’a pas encore réagi officiellement au jugement, mais l’association avait indiqué au cours du procès qu’elle envisagerait de faire appel en cas de décision contraire à sa position, et qu’elle irait jusqu’à la Cour Suprême si nécessaire.

La juge Wilken a rejeté la définition de l’amateurisme de la NCAA et les arguments de l’association pour ne pas payer les joueurs pour leur droit à l’image, mais elle n’a pas interdit à la NCAA de continuer à appliquer ses autres règlements, et indiqué que certaines limitations dans la rémunération des joueurs pouvaient être envisagées si elles s’avèrent nécessaires pour maintenir la popularité des sports universitaires majeurs que sont le football et le basket masculin.

Il est assez amusant de noter que la récente ‘autonomie’ accordée aux 65 facs du Power Five est liée à ce jugement qui devait tomber ces jours-ci… Les facs en question prévoyaient notamment de verser aux étudiants-athlètes des bourses plus importantes et de prendre en charge une protection sociale des joueurs en cas de blessure ou maladie.

Est-ce la fin du système tel que nous le connaissons ? Le système était déjà terminé depuis que la NCAA a autorisé l’autonomie du Power Five.

Si vous êtes fan d’Ohio State, de USC, de Texas ou de ‘Bama, il n’y a pas grand chose qui changera pour vous…

Si vous êtes fan de Boise, de Marshall ou de Old Dominion (wow, really ???), vous saviez déjà que votre équipe favorite était privée à court terme de la possibilité de s’adresser à des recrues potentielles qui préféreront sans doute ne quasiment pas jouer dans une fac qui les rémunérera sous forme d’une bourse universitaire plus importante que celle que votre équipe pourrait offrir.

Pas grand chose qui change, finalement…

The Cartel lives…

Après trois années à commenter le football sous toutes ses formes, Verchain a rejoint la rédaction de The Blue Pennant en 2013 pour vous proposer son College Football Report et quelques autres fantaisies, en exclusivité.

Cliquer pour commenter

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également - Dossier