Suivez-nous

Preview

Preview 2018 : Texas Christian Horned Frogs

Malgré l’inexpérience de son QB et de sa ligne offensive, Texas Christian reste l’un des prétendants dans la conférence Big 12 en raison d’une défense agressive inspirée par la rigueur de coach Gary Patterson.

Crédit photo : Tony Gutierrez/AP

Publié

le

Texas Christian Horned Frogs

Conférence Big 12

En 2017 : 11-3, 7-2 Big 12. Victoire 39-37 lors de l’Alamo Bowl face à Stanford.
Head Coach : Gary Patterson, 17e saison. Bilan en carrière : 160-57.
Coordinateur offensif : Sonny Cumbie, Curtis Luper.
Coordinateur défensif : Chad Glasgow.
Titulaires de retour : 4 en attaque, 7 en défense, kicker, punter.
Joueurs-clés partis : QB Kenny Hill, RB Kyle Hicks, WR John Diarse, OT Joseph Noteboom, G Aviante Collins, DE Mat Boesen, LB Travin Howard, S Nick Orr, CB Raanthony Texada.
Joueurs à suivre : RB Darius Anderson, WR KaVontae Turpin, WR Jalen Raegor, DE Ben Banogu, DT Ross Blacklock, LB Ty Summers.

Après une année 2016 en demi-teinte, TCU a parfaitement remis les pendules à l’heure l’an passé. Derrière un jeu au sol très bien huilé, les joueurs de Gary Patterson se sont qualifiés pour la première finale de conférence Big 12, en jouant les principaux opposants d’Oklahoma. Mais si les Sooners ont laissé partir des cadres, dont le Heisman Trophy en titre, Texas Christian va aussi devoir compenser la perte de joueurs cadres, à l’instar du quarterback Kenny Hill.

Pour ce nouvel exercice, Patterson comptera sur un groupe expérimenté, entre playmakers, transferts et joueurs revanchards, au lendemain d’une blessure. Les ingrédients devraient rester les mêmes pour le technicien de 58 ans : une attaque très écartée et une défense impitoyable sur le run stop. Mais a-t-il vraiment le personnel pour parvenir à ses fins ?

Embed from Getty Images

Attaque

A l’instar d’autres programmes de Big 12, TCU va devoir tenter l’aventure avec un nouveau quarterback. Mais contrairement à la saison passée, ce dernier manque quelque peu d’expérience. Certes, le sophomore QB Shawn Robinson est une double-menace constante et avait permis à son programme de s’imposer à Texas Tech en fin de saison. Mais ses dispositions dans le domaine aérien semblent encore assez loin des standards de Kenny Hill. Si ses lacunes devenaient trop criantes à la passe, le transfert de Penn QB Daniel Collins pourrait bien tirer les marrons du feu et prendre la place de titulaire.

Pour aider Robinson à s’acclimater dans les airs, Texas Christian peut s’appuyer sur une escouade de receveurs vive et explosive. Présent sur le campus depuis son année freshman, le senior WR KaVontae Turpin (394 yards, TD en 2017) est le « vieux briscard » du groupe et est un speedster précieux, en attaque comme sur équipes spéciales. Le freshman WR Taye Barber a d’ailleurs un profil similaire, et une grande taille qui ne gâche rien. Lancé dans le grand bain la saison passée, le sophomore WR Jalen Raegor (576 yards, 8 TD) devrait devenir le « go-to-guy » de cette équipe, de par son aptitude à être un receveur de possession. Le senior WR Jaelan Austin doit une revanche à son coaching staff, après un exercice 2017 en régression. Sur le poste de tight end, le sophomore TE Artayvious Lynn devrait principalement bloquer.

Si le jeu aérien semble relativement homogène, que dire du jeu au sol ? Malgré le départ du polyvalent Kyle Hicks, en fin d’éligibilité, TCU a une sérieuse relève sur la position. La vedette du backfield offensif devrait s’appeler RB Darius Anderson. Malgré le partage des ballons, le coureur reste sur une saison à 768 yards et 8 touchdowns, soient 6 yards par porté. Le tout sans jouer l’ensemble de la campagne. Le junior pourra compter sur le prometteur RB Sewo Olonilua, qui a parfois déçu en 2017, mais qui restera une excellente rotation, notamment dans la zone rouge. Le départ de Hicks permet au sophomore RB Kennedy Shell de grimper dans la hiérarchie. Son petit gabarit et son explosivité en feront une solution intéressante en sortie de backfield.

Embed from Getty Images

Outre la question du quarterback, la grosse zone d’ombre offensive concerne la ligne. Car sur les sept joueurs qui ont démarré un match en 2017, quatre sont partis vers d’autres cieux, à commencer par la tackle Joseph Noteboom, drafté par les Rams, en NFL. Du coup, Gary Patterson a dû colmater les brèches du mieux possible. C’est dans cette optique qu’est arrivé RT Anthony McKinney en provenance du Junior College. Il devrait intégrer l’aile droite de la ligne pour s’acclimater et pourrait même à terme prendre la place du junior LT Lucas Niang sur le côté aveugle. Ce dernier est l’un des rares revenants sur la O-Line, mais pourra compter sur le solide LG Cordel Iwagwu pour l’épauler côté gauche. Le sophomore C Kellton Hollins et le senior RG Trey Elliott sont amenés à compléter l’escouade, mais les polyvalents C/G Wes Harris, G Quazzel White et l’ancien JUCO G Chris Gaynor ont une carte à jouer.

Défense

Si l’attaque a vu de nombreux prospects quitter Fort Worth pendant l’intersaison, la défense peut encore s’appuyer sur un important contingent d’expérience. Indéniablement, la ligne défensive sera l’arme principale de cette escouade.

Texas Christian a dû laisser filer Matt Boesen, quatrième meilleur sackeur de première division universitaire en 2017 (11,5 sacks), mais le premier rideau n’en demeure pas moins intimidant. Le senior DE Ben Banogu est un premier tour de draft en puissance et a clairement convaincu l’an passé. Il a d’ailleurs été élu Newcomer Of The Year au sein de la conférence, après son transfert en provenance de Louisiana-Monroe. Le numéro 15 espère améliorer ses 8 sacks et demi de 2017 mais il va devoir compter sur un soutien de choix sur le pass rush. Le senior DE L.J. Collier devrait pleinement être utilisé sur l’extérieur de la ligne en 2018 et sera sûrement en concurrence avec l’autre senior, DE Michael Epley.

Plein centre, c’est un véritable monstre qui a renforcé Texas Christian en 2017. Malgré des stats relativement quelconques, le sophomore DT Ross Blacklock a, comme prévu, été un mur sur le run stop. Surtout utilisé en rotation l’année dernière, il devrait désormais être LE taulier du poste. Le senior DT Joseph Broadnax et le sophomore DT Corey Bethley se partageront les snaps à ses côtés.

Embed from Getty Images

Dans la défense 4-2-5 de Gary Patterson, le poste de linebacker est souvent prépondérant. Le head coach s’occupait
d’ailleurs lui-même de ce poste pendant presque une décennie. L’intersaison n’a pas été tendre avec TCU, avec le départ du meilleur plaqueur de 2017, Travin Howard, en fin d’éligibilité. Le senior MLB Ty Summers lui succédera comme tour de contrôle du deuxième rideau. La bataille fait rage pour lui trouver un binôme digne de ce nom. Gary Patterson adore les joueurs hybrides pour arpenter le côté fort de la défense, et les solutions ne manquent pas. Transfert de Northern Illinois, pendant l’intersaison, le senior SLB Jawuan Johnson est très bien considéré, grâce à ses aptitudes aériennes (5 interceptions en 2017) mais les seniors SLB Arico Evans et surtout SLB Montrel Wilson entendent bien faire leurs preuves pendant les camps estivaux.

Solide défensivement, TCU a pourtant provoqué peu de turnovers en 2017 (1,4 par match, dans une conférence pourtant axée sur la prise de risque offensive). Pour ne rien arranger, les Horned Frogs accusent quelques pertes significatives, comme celles du polyvalent safety Nick Orr ou du cornerback vedette Ranthony Texada (14 passes défendues en 2017). Appelé à devenir titulaire, le strong safety Ridwan Issahaku lutte depuis plusieurs mois avec une blessure qui pourrait tout simplement mettre sa saison 2018 entre parenthèses. Gary Patterson doit donc se tourner vers les quelques valeurs sûres qui restent sur le poste. Un statut qu’entend détenir le senior FS Niko Small, malgré le zéro pointé du défenseur en termes d’interceptions l’an passé. Avec la blessure d’Issahaku, c’est le junior SS Innis Gaines qui devrait renforcer la boîte si besoin est. Le poste de weak-safety (sorte de nickelback plus costaud) va lui se jouer entre le senior WS Markell Simmons et le junior WS Vernon Scott, talentueux mais blessé au cours de la saison passée.

Sur les extérieurs, le junior CB Jeff Gladney sera le principal cornerback du groupe, après le départ de Texada. Mais la hiérarchie ne demande qu’à être bouleversé, tant la concurrence semble féroce. Les seniors CB Tony James et CB Julius Lewis veulent enfin connaitre une saison sans pépin physique. Si leurs souhaits n’étaient pas exaucés, le true freshman CB Trevon Moehrig-Woodard parait plus que prêt à leur griller la politesse. De même que le redshirt freshman CB Noah Daniels.

Embed from Getty Images

Équipes spéciales

Le groupe d’équipes spéciales est quasi inchangé par rapport à la saison passée. Avec plus de 39 yards de moyenne en 2017, le junior P Adam Nunez se chargera de nouveau des punts. Quant au senior K Jonathan Song, il devrait enfin devenir le botteur en chef sur field goal, après une campagne à 8/8 l’an passé. Sur les retours, c’est sans surprise la pile électrique KR/PR KaVontae Turpin qui devrait sévir. Pour rappel, il avait inscrit un touchdown sur retour de punt et de kickoff en 2017.

Calendrier

Bien qu’avec un certain nombre de changements au sein du roster, Texas Christian ne devra pas mettre trop de temps à l’allumage. Car avec un choc contre Ohio State, en troisième semaine, ce sont des rêves de playoffs qui pourraient d’ores et déjà s’envoler. Le planning Big 12 s’annonce aussi copieux, avec un déplacement à Texas, dès le 22 septembre. Avantage non négligeable pour TCU : le fait de recevoir Iowa State (29 septembre), Oklahoma (20 octobre) et Oklahoma State (24 novembre), trois des cadors de la conférence en 2017.

Match clé
vs Oklahoma, le 20 octobre
C’était la finale de conférence l’année dernière. Et au vu des forces en présence, un remake n’est pas à exclure. Hormis les années Baker Mayfield, TCU a souvent été un poil-à-gratter pour les Sooners et le déplacement à Fort Worth n’aura rien d’un long fleuve tranquille pour les hommes de Lincoln Riley. En 2016, malgré une mauvaise saison des Texans, Oklahoma avait dû s’employer pour s’imposer 46-52. Des zones d’ombre existent sur l’attaque, mais la défense a les ressources pour contrer les nombreuses forces de frappe offensives made in Norman.

Conclusion

Plein de panache en 2017, TCU avait brillamment décroché une qualification en finale de conférence et semble encore armé pour y parvenir, avec des playmakers comme RB Darius Anderson, WR Jalen Raegor ou DE Ben Banogu. Dans une conférence devenue très (très) homogène, la moindre défaite devrait cependant se payer au prix fort. La clé devrait être la ligne offensive et, par ricochet, le niveau du nouveau quarterback titulaire, bien que Kenny Hill n’ait jamais totalement rassuré dans le domaine aérien l’an passé. Une fiche de huit victoires minimum parait nettement dans les cordes du programme.

Évaluation
  • Attaque
  • Défense
  • Équipes spéciales
  • Coaching
  • Potentiel
3.7

Résumé

Forces :
– Backfield offensif complémentaire.
– Ligne défensive intimidante.
– Explosivité sur retours.

Faiblesses :
– Expérience du quarterback.
– Renouvellement de la O-Line.
– Fragilité au sein du secondary.

Prédiction : 8-4, 6-3 Big 12.

Grand fan de football américain. Spécialiste du football français, de la NFL et du College Football. Rédacteur à The Blue Pennant depuis 2015 et à touchdownactu.com. Animateur sur Radiossa, la radio du football américain.

Publicité
Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Preview

Preview 2020 : Washington Huskies

Fin de l’ère Chris Petersen, nouveau coaching staff, nouveau QB : les Huskies devront encore se reposer sur leur défense pour espérer retrouver une place au Pac-12 Championship Game.

Publié

le

Crédit photo : Washington Athletics

50 previews en 50 jours, c’est une série estivale de 50 présentations exclusives préparées par toute l’équipe TBP afin de vous permettre de tout savoir concernant la prochaine saison de College Football. On retrouve aujourd’hui les Huskies de Washington.

Washington Huskies

Conférence Pac-12

Division North
 

En 2019 : 8-5, 4-5 Pac-12. Las Vegas Bowl : victoire contre Boise State (38-7).
Head coach : Jimmy Lake, 1ère année.
Coordinateur offensif : John Donovan.
Coordinateur défensif : Pete Kwiatkowski & Ikaika Maloe.
Titulaires de retour : 13, 4 en attaque, 8 en défense, kicker.
Joueurs-clés partis : QB Jacob Eason, RB Salvon Ahmed, WR Aaron Fuller, TE Hunter Bryant, OT Trey Adams, C Nick Harris, FS Myles Bryant.
Joueurs à suivre : QB Kevin Thomson, QB Jacob Sirmon, RB Richard Newton, WR Jalen McMillan, OL Jaxson Kirkland, DT Levi Onwuzurike, DE Sav’ell Smalls, LB Edefuan Ulofoshio, CB Kyler Gordon, DB Elijah Molden.

L’ère Chris Petersen est désormais terminée à Washington. L’ancien coach de Boise State, qui a conduit les Huskies en playoffs, à une victoire au Rose Bowl et deux titres de conférence Pac-12, a décidé de suspendre sa carrière d’entraîneur. Il laisse les clés à son ancien coordinateur défensif, Jimmy Lake, qui devra donc remettre en ordre l’un des programmes majeurs de la côte Ouest ces dernières années, en dépit de nombreux départs en attaque.

Il faut le dire, malgré un bilan de 8-5, Washington a été l’une des déceptions de la saison 2019. Les Huskies n’ont pas su répondre aux attentes au sein de la conférence Pac-12, battus par Cal, Stanford, Oregon, Utah et Colorado. Avec les multiples départs en attaque, en particulier celui du quarterback Jacob Eason, le chantier est important mais la défense de Jimmy Lake pourrait bien s’imposer comme l’une des références au niveau national et assurer une transition en douceur. En attendant le retour au sommet, avec une classe de recrutement 2020 dans le top 20 national et au second rang en Pac-12, derrière les rivaux d’Oregon.

Un besoin vital de leadership

Il y avait du talent au sein d’une attaque qui a énormément déçu en 2019, terminant la saison à la huitième place de leur conférence au niveau offensif. Seulement quatre titulaires seront de retour cette année mais l’optimisme est de rigueur alors que Jimmy Lake a embauché John Donovan comme coordinateur offensif. L’ancien assistant de James Franklin à Vanderbilt et Penn State a passé les dernières années en NFL, chez les Jacksonville Jaguars, et il aura à disposition un effectif de qualité.

RB Richard Newton (#28) – Crédit photo : SI

Au sol, il faudra compter sur le puissant RB Richard Newton (498 yards et 10 TD en 2019), auteur de 11 touchdowns en 2019, dont 10 à la course, en seulement dix rencontres comme remplaçant. Il devrait logiquement devenir l’un des piliers d’une attaque qui se cherche de nouveaux leaders. La ligne offensive en reconstruction pourra compter sur les retours de OL Jaxson Kirkland, probable futur left tackle après avoir occupé le poste de right guard l’an dernier, et de OG Luke Wattenberg.

Pour les accompagner, les Huskies ont de la ressource grâce à un recrutement à la pointe et une formation efficace qui fait dernièrement de Washington un pipeline d’offensive linemen vers la NFL. La recrue quatre étoiles C Myles Murao devrait prendre la succession de Nick Harris, avec le jeune et immense OT Nate Kalepo comme potentiel right tackle et future star de la ligne.

Cette attaque aura cependant besoin de playmakers dans le jeu aérien, principalement au poste primordial de quarterback. Jacob Eason et son bras canon partis, QB Jacob Sirmon (19 yards) devait assurer la relève. Neveu de Peter Sirmon, DC à Cal, et cousin de Jackson Sirmon, linebacker à Washington, il faisait office de favori pour le onze de départ… avant l’arrivée au printemps de QB Kevin Thomson, le Big Sky Offensive Player of the Year en 2019, transféré de Sacramento State (FCS) pour jouer sa saison senior avec les Huskies. Il sera peut-être le QB d’expérience qui permettra une transition en douceur avant l’éclosion des deux quarterbacks prometteurs de l’effectif : la recrue quatre étoiles QB Ethan Garbers et le redshirt freshman QB Dylan Morris en remplaçants.

Évidemment, le casting de receveurs sera essentiel à la réussite du nouveau quarterback titulaire et Washington aura besoin de déterminer son go-to receiver rapidement. Les prétendants sont nombreux, entre les sophomores WR Terrell Bynum (368 yards, 2 TD) et WR Ty Jones (491 yards, 6 TD), sans oublier WR Puka Nacua (168 yards, 2 TD), titulaire à trois reprises comme freshman avant sa blessure. La recrue quatre étoiles WR Jalen McMillan pourrait également voir son talent éclore précocement. Enfin, il faudra compter sur TE Cade Otton (344 yards, 2 TD), l’un des meilleurs à son poste au sein de la conférence Pac-12.

DT Levi Onwuzurike – Crédit photo : Getty Images

Si l’attaque progresse aussi rapidement que la défense l’an passé et que les leaders attendus émergent, les Huskies devraient à nouveau marcher sur leurs adversaires et retrouver leur lustre récent.

Jeunesse et expérience

Ainsi, la défense se retrouve cette année comme le point fort du programme de Seattle. Décimée l’an dernier, elle a dû se reconstruire avec dix nouveaux titulaires et a forcément connu des moments compliqués, jusqu’à monter en puissance et s’imposer en atout pour les Huskies. Les performances en fin de saison face à Washington State et Boise State en sont la preuve, pour un groupe qui a terminé troisième meilleure défense de Pac-12 en 2019, en dépit d’une secondary blindée de freshmen et des lacunes en couverture chez les linebackers.

Cette saison, Pete Kwiatkowski pourra ainsi compter sur l’une des meilleures secondaries du pays malgré sa jeunesse, avec la présence de DB Elijah Molden (79 plaqueurs, 5.5 pour perte, 13 passes défendues, 3 fumbles forcés, 4 INT), référence à son poste et attendu de pied ferme en NFL. Aligné comme nickelback, il sera le patron d’une escouade de sophomores, dont le futur taulier CB Kyler Gordon (32 plaqueurs, 4 passes défendues), ainsi que CB Trent McDuffie (45 plaqueurs, 1 INT), FS Cameron Williams (32 plaqueurs, 3 INT) et SS Asa Turner (19 plaqueurs, 1 INT), tous les quatre titulaires en 2019 comme freshmen. Avec le vétéran CB Keith Taylor (59 plaqueurs, 2 pour perte, 5 passes défendues) pour assurer la rotation, il devrait être difficile d’avancer par les airs face aux Huskies.

Surtout que le pass rush devrait passer un cap. Construite autour des deux linemen DT Josiah Bronson (23 plaqueurs, 2 sacks) et la superstar DT Levi Onwuzurike (45 plaqueurs, 2 sacks), la défense de Washington comptera sur DE Ryan Bowman (34 plaqueurs, 9.5 pour perte dont 5.5 sacks, 3 fumbles forcés, 1 INT) et DE Joe Tryon (41 plaqueurs, 12.5 pour perte dont 8 sacks) pour mettre la pression sur les quarterbacks d’en face, avec la recrue vedette DE Sav’ell Smalls en remplaçant. Prospect cinq étoiles, il était considéré comme le troisième meilleur joueur du pays à son poste au sein de la classe de recrutement 2020.

CB Elijah Molden – Crédit photo : Alika Jenner, Getty Images

Derrière la ligne défensive, une importante rotation devrait s’effectuer pour les deux rôles de linebacker, avec le retour du jeune LB Edefuan Ulofoshio (47 plaqueurs, 3 sacks), titulaire à trois reprises l’an dernier et récompensé d’une bourse d’études. Probable futur patron du groupe, il sera flanqué de LB Jackson Sirmon (28 plaqueurs) ou LB MJ Tafisi (13 plaqueurs), sans compter les nombreux freshmen prêts à prendre des responsabilités.

C’est donc une défense blindée de playmakers qui devrait porter Washington cette saison, alors que les special teams devraient également se mettre en valeur. Les Huskies ont recruté le meilleur punter de junior college en 2020, P Triston Brown.

Conclusion

En 2019, Washington a déçu. Malgré une attaque explosive, la défense faisait peau neuve et les Huskies ont connu des ratés qui ne pardonnent pas. C’est le même son de cloche cette saison, de l’autre côté du ballon, avec une attaque qui doit se trouver sept nouveaux titulaires, dont un quarterback. Le départ de Chris Petersen, malgré une transition en douceur avec la promotion interne de Jimmy Lake, devrait en outre légèrement chambouler les systèmes et les esprits.

Le nouveau coach en place pourra toutefois se reposer sur une défense en béton armé pour faire oublier les incertitudes en attaque, avec de nombreux joueurs de très grand talent, en particulier au sein de la secondary. Un bon début pour faire face à la menace grandissante d’Oregon, de retour au top en Pac-12 et dans le recrutement.

Évaluation
  • Attaque
  • Défense
  • Équipes spéciales
  • Coaching
  • Potentiel
4

Résumé

Points forts
– L’une des meilleures défenses du pays.
– Un recrutement d’élite pour un effectif très talentueux.
– Un nouveau coaching staff dans la continuité.

Points faibles
– L’attaque n’a pas encore de leader établi.
– Beaucoup de nouveaux titulaires du côté offensif.
– De nouveaux systèmes de jeu à maîtriser et un nouveau QB.

Lire la suite

Preview

Preview 2020 : California Golden Bears

En progression constante depuis l’arrivée de coach Justin Wilcox en 2017, les Golden Bears de California possèdent l’expérience et un quarterback talentueux pour menacer Oregon dans la division Pac-12 North.

Publié

le

Crédit photo : Cal Athletics

50 previews en 50 jours, c’est une série estivale de 50 présentations exclusives préparées par toute l’équipe TBP afin de vous permettre de tout savoir concernant la prochaine saison de College Football. On retrouve aujourd’hui les Golden Bears de California.

California Golden Bears

Conférence Pac-12

Division North
 

En 2019 : 8-5, 4-5 Pac-12. Redbox Bowl : victoire contre Illinois (35-20).
Head coach : Justin Wilcox, 4e année (20-18) – Résultats en carrière : 20-18.
Coordinateur offensif : Bill Musgrave.
Coordinateur défensif : Tim DeRuyter & Peter Sirmon.
Titulaires de retour : 18, 10 en attaque, 8 en défense.
Joueurs-clés partis : LB Evan Weaver, FS Ashtyn Davis, SS Jaylinn Hawkins.
Joueurs à suivre : QB Chase Garbers, RB Christopher Brown, WR Nikko Remigio, RT Jake Curhan, NT Brett Johnson, LB Kuony Deng, LB Cameron Goode, CB Camryn Bynum, DB Elijah Hicks.

Quatrième rentrée à Cal pour Justin Wilcox et les attentes ont grimpées de manière exponentielle depuis son arrivée sur le campus de Berkeley. L’ancien coordinateur défensif de Boise State, Tennessee, Washington, USC et Wisconsin, qui s’est vu offrir son premier rôle de head coach chez les Golden Bears, n’a eu de cesse de faire progresser un programme en perdition. Après une première campagne à 5-7 en 2017, la saison 2018 s’est soldée sur un bilan de 7-6 prometteur et une fiche de 8-5 l’an dernier.

Les Golden Bears auront néanmoins besoin de faire mieux au sein de leur propre conférence s’ils espèrent continuer sur leur lancée. Malgré quelques obstacles, tous les espoirs sont permis du côté de la baie de San Francisco puisque Cal récupère un nombre confortable de joueurs comparé à 2019 et espère bien voir émerger plusieurs joueurs à des postes clés dans le jeu aérien et en défense.

Du neuf avec du vieux

Bonne nouvelle pour les Golden Bears, il y aura ainsi peu de changements en attaque. Avec la quasi totalité des titulaires 2019 de retour, les plus gros bouleversements se situent ainsi au niveau du coaching staff, où Beau Baldwin, l’ancien coordinateur offensif, a cédé sa place à Bill Musgrave, un habitué de la NFL.

QB Chase Garbers (#7) – Crédit photo : Cal Athletics

Comme l’an dernier, c’est le jeu au sol qui devrait porter l’attaque de Cal, avec RB Christopher Brown (914 yards et 8 TD en 2019) bien installé après des performances remarquées en dépit d’une ligne offensive instable. Il sera épaulé par le transfuge de Wisconsin RB Bradrick Shaw, dans son style plus en puissance, et par son remplaçant habituel RB Marcel Dancy (248 yards, 2 TD).

À côté de ça, l’OL ressemble à une épine dans le pied de Bill Musgrave. Cal a terminé 2019 à la 125e place nationale en nombre de sacks encaissés, avec environ 40% des dropbacks échouant à cause de pression sur le backfield. Pire, les Golden Bears ont recruté Angus McClure cet été comme coach de la ligne offensive suite au départ en retraite de Steve Greatwood. Meilleur recruteur que coach, McClure a passé cinq saisons à UCLA entre 2007 et 2011 pour un bilan affreux avec la ligne offensive.

Avec le modeste talent à disposition, dont seulement un prospect quatre étoiles et un trois étoiles au sein de l’escouade, il faudra compter sur le fait de récupérer presque toute la rotation 2019, ce qui laisse envisager une progression, aussi infime soit-elle. Au moins au poste de left tackle où OT Will Craig retrouvera son poste après deux saisons consécutives raccourcies sur blessure. L’ancien prospect quatre étoiles avait snobé Notre Dame pour la Californie il y a deux ans. Les tauliers C Michael Saffell et OT Jake Curhan devraient heureusement tenir la baraque un minimum.

Il faudra au moins ça pour protéger les miches du golden boy QB Chase Garbers (1 772 yards, 14 TD, 3 INT), qui a connu pas mal de déboires à Cal depuis sa titularisation surprise comme true freshman en 2018. Blessé à plusieurs reprises l’an dernier, il semble enfin prêt à prendre en main une attaque aérienne qui manque cependant de playmakers, hormis le slot receiver WR Nikko Remigio (38 réceptions, 513 yards, 3 TD) et TE Jake Tonges (13 réceptions, 262 yards, 1 TD). Le recrutement efficace dans ce secteur devrait toutefois apporter suffisamment de ressources au nouvel OC des Bears.

RB Christopher Brown (#34) – Crédit photo : Twitter/CalFootball

Le retour des « Takers » ?

Ces deux dernières années, Cal a perdu des joueurs de niveau NFL au sein de sa défense et 2020 pourrait marquer la régression d’un groupe bien fourni mais qui manque de talent brut. Les départs d’Evan Weaver, auteur de 181 plaquages en 2019, et de toute la rotation des safeties devraient poser problème contre la course alors que l’absence du nose tackle Chris Palmer, parti en 2018, s’était déjà faite ressentir l’an dernier.

Le jeune NT Brett Johnson (26 plaquages, 3.5 pour perte dont 1.5 sack) sera attendu au tournant, ainsi que LB Kuony Deng (119 plaquages, 7.5 pour perte dont 3 sacks, 8 passes défendues), l’acolyte de Weaver désormais patron d’une défense qui retrouve beaucoup de visages connus. CB Camryn Bynum (63 plaquages, 9 passes défendues, 1 INT) et DB Elijah Hicks (44 plaquages, 2 sacks, 5 passes défendues) seront les leaders d’une secondary sur laquelle compte beaucoup Justin Wilcox. Le second sera repositionné comme safety pour combler le manque d’expérience au poste. Auto-affublés du surnom “The Takers” en 2018 pour leur grand nombre de turnovers en défense, les defensive backs devraient à nouveau être au centre de l’attention au sein d’une conférence où le jeu aérien est au centre de tout.

Le pass rush sera également d’une importance capitale et, coup de pouce de la NCAA, les seniors DE Luc Bequette (52 plaquages, 4 pour perte dont 3 sacks, 2 fumbles forcés) et DE Zeandae Johnson (29 plaquages, 5 pour perte dont 3.5 sacks, 1 FF) ont obtenu une sixième année d’éligibilité suite aux nombreuses blessures qui ont émaillé leur carrière. Avec cinquante titularisations à eux-deux, ils formeront un duo solide sur la ligne, soutenus par LB Cameron Goode (57 plaquages, 14 pour perte dont 9.5 sacks), l’un des playmakers du groupe, et le vétéran LB Tevin Paul (28 plaquages, 3 sacks).

LB Cameron Goode – Crédit photo : Bearinsider

Toutefois, malgré les départs en défense, dont neuf des quinze meilleurs plaqueurs de 2019, l’ancien DC Justin Wilcox dispose du talent nécessaire et d’un coaching staff capable d’assurer la transition sans encombre. Le coordinateur défensif Tim DeRuyter sera cette année assisté de Peter Sirmon, précédemment coach des linebackers, pour préparer la transition d’après les experts puisque le premier pourrait être promu head coach dès 2021 au sein d’un autre programme.

Conclusion

Le monde du College Football se divise en deux catégories ; ceux qui pensent que Justin Wilcox va continuer de faire progresser les Golden Bears et ceux qui estiment que Cal a déjà atteint son apogée en 2019 avec l’effectif actuel. Difficile de contrarier les seconds tant cette équipe est blindée d’incertitudes. Néanmoins, il ne manque pas grand chose pour briller au sein de la Pac-12, en l’occurrence une ligne offensive efficace et une défense de retour au niveau attendu. En cas de nouvelle saison réussie, Justin Wilcox pourrait bien faire ses adieux à Berkeley pour un programme de plus grande envergure. C’est donc le moment ou jamais pour les Golden Bears, alors que les conditions semblent réunies pour briller.

Évaluation
  • Attaque
  • Défense
  • Équipes spéciales
  • Coaching
  • Potentiel
3.8

Résumé

Points forts
– Une attaque qui ne peut que progresser.
– Des playmakers un peu partout en défense.
– Bill Musgrave, le nouvel OC, vétéran du coaching NFL.

Points faibles
– Le jeu aérien doit faire ses preuves.
– Le départ d’Evan Weaver et de tous les safeties.
– Un recrutement chiche en talent face aux cadors de Pac-12.

Lire la suite

Preview

Preview 2020 : Stanford Cardinal

Handicapé par les blessures l’an passé et diminué par des classes de recrutement minces, le Cardinal de Stanford de coach David Shaw est-il sur le déclin après des années de domination dans la Pac-12 ?

Publié

le

Crédit photo : JOHN TODD, isiphotos.com

50 previews en 50 jours, c’est une série estivale de 50 présentations exclusives préparées par toute l’équipe TBP afin de vous permettre de tout savoir concernant la prochaine saison de College Football. On retrouve aujourd’hui le Cardinal de Stanford.

Stanford Cardinal

Conférence Pac-12

Division North
 

En 2019 : 4-8.
Head coach : David Shaw, 10e année (86-34) – Résultats en carrière : 86-34.
Coordinateur offensif : Tavita Pritchard.
Coordinateur défensif : Lance Anderson.
Titulaires de retour : 15, 6 en attaque, 7 en défense, kicker, punter.
Joueurs-clés partis : QB KJ Costello, RB Cameron Scarlett, TE Colby Parkinson, DT Michael Williams, DE Jovan Swann, LB Casey Toohill, LB Andrew Pryts.
Joueurs à suivre : QB David Mills, WR Simi Fehoko, LT Walker Little, RT Foster Sarell, DE Thomas Booker, LB Gabe Reid, LB Curtis Robinson, CB Paulson Adebo.

Il faut remonter à 2008 pour trouver trace d’une saison sans bowl du côté de Stanford. Entre temps, le Cardinal a connu sa meilleure période historiquement, avec des titres de division, de conférence, des victoires à l’Orange Bowl et au Rose Bowl, et une présence régulière dans le top 10 national. Les saisons 2018 et 2019 ont cependant sérieusement bousculé les nouvelles habitudes du programme de Palo Alto.

Piétinés par Washington et Oregon, douchés par Washington State, USC et même UCLA l’an dernier, les joueurs de David Shaw ont connu l’affront d’un bilan négatif en 2019. Une saison où tout est allé de travers, entre les blessures de joueurs clés, l’effondrement d’un système offensif basé sur la course et le déclin d’une défense réputée jusqu’ici.

Nombreux sont ceux qui estiment que la période dorée du Cardinal est terminée, alors que de nombreux transferts ont frappé le programme cette année et que David Shaw se refuse encore à modifier un coaching staff en difficulté. Pas sûr que 2020 soit plus glorieux dans ces conditions.

QB David Mills (#15) – Crédit photo : David Madison, Getty Images

Nouveau look pour une nouvelle vie

Dépassé par les événements en 2018, Stanford avait été contraint d’abandonner son style tout en course pour un jeu aérien plus moderne, profitant de receveurs aux dimensions démesurées comme JJ Arcega-Whiteside ou Colby Parkinson pour avancer. L’an dernier, même combat, avec moins de réussite dans le jeu de passe pour un naufrage complet en attaque. Auparavant porté par une ligne offensive de haut niveau et un jeu de course efficace, le Cardinal a montré ses limites avec l’absence sur blessure de titulaires importants sur la ligne.

La faute pourrait aussi revenir au coaching staff dépassé, en particulier le coordinateur offensif Tavita Pritchard, qui aborde sa troisième saison avec Stanford. Également coach des quarterbacks, on lui reproche les développements ratés de KJ Costello, désormais parti pour Mississippi State, et de QB David Mills (1960 yards à la passe, 11 TD et 5 int en 2019), recrue cinq étoiles à l’époque et futur titulaire du poste. S’il est peut être le meilleur passeur de l’effectif, ce dernier a montré des lacunes techniques préoccupantes. Il devrait cependant faire mieux en 2020 avec une meilleure protection, de quoi espérer un meilleur débit de points.

Le jeu au sol profitera d’une ligne offensive solide, qui retrouve OT Walker Little à gauche après une saison blanche, OT Foster Sarell à droite et le All-Pac-12 C Drew Dalman au milieu. Tant qu’elle reste en bon état, puisque les blessures avaient gâché le niveau de l’OL du Cardinal en 2019, alors que la profondeur pourrait poser problème tant le groupe est jeune, notamment après les transferts des anciens titulaires Devery Hamilton et Henry Hattis.

Sans une ligne capable, la saison devrait être longue pour un groupe de coureurs loin des standards habituels. Pas de Christian McCaffrey ou de Bryce Love cette année, David Shaw devra compter sur le sophomore RB Austin Jones (227 yards au sol, 1 TD) et la recrue RB EJ Smith, fiston du légendaire Emmitt Smith. Le premier à saisir sa chance devrait être propulsé sur le devant de la scène.

WR Simi Fehoka (#13) – Crédit photo : Ezra Shaw, Getty Images

Néanmoins, à moins d’un énième bouleversement de dernière minute auxquels Stanford nous a habitué ces dernières saisons, l’attaque devrait largement se reposer sur Mills et une escouade de receveurs expérimentée, avec quatre receveurs de retour ayant cumulé 158 réceptions, 2 007 yards et 12 touchdowns l’an dernier : WR Michael Wilson (56 réceptions, 672 yards, 5 TD), WR Connor Wedington (51 réceptions, 506 yards, 1 TD), WR Osiris St. Brown (27 réceptions, 263 yards) et WR Simi Fehoko (24 réceptions, 566 yards, 6 TD).

Une Révolution attendue en défense

Si les espoirs du Cardinal résident énormément sur l’attaque aérienne, la défense est l’autre point fort attendu du côté de Palo Alto. Régulièrement mise à mal ces deux dernières années, avec 430 yards et 30 points encaissés en moyenne par match en 2019, elle ne peut plus profiter d’une attaque qui dicte le tempo du match grâce à un jeu de course à l’ancienne. Plus souvent sur le terrain, la défense doit également faire face à ses propres lacunes.

Au rang des mauvaises nouvelles, il y a tous ces départs de joueurs clés : le patron de la défense Casey Toohill a bouclé sa carrière universitaire après cinq ans sur le campus de Stanford, alors que les titulaires DT Michael Williams (SMU), DE Jovan Swann (Indiana), LB Andrew Pryts et CB Obi Eboh (UCLA) ont quitté le navire via le portail des transferts, comme DT Bo Peek (USF) avant eux.

Alors que reste-t-il ? Une bonne nouvelle avec le retour de CB Paulson Adebo (33 plaquages, 10 passes défendues, 4 INT), pourtant attendu à la dernière draft, en futur patron d’une défense en miettes. SS Kendall Williamson (47 plaquages) et FS Malik Antoine (31 plaquages, 4 passes défendues) seront également de la partie pour encadrer un jeune groupe de defensive backs prometteur, d’où pourrait déjà émerger le jeune CB Kyu Kelly (35 plaquages, 1 sack, 5 passes défendues, 1 INT), déjà lancé dans la rotation comme freshman l’an dernier. Avec l’excellent coach Duane Akina à la baguette, la secondary devrait assurer un minimum.

CB Paulson Adebo (#11) – Crédit photo : Bob Drebin/isiphotos.com

Malheureusement, la ligne défensive est bien loin de fournir les mêmes garanties, avec un groupe décimé puisque Stanford compte seulement deux DL boursiers dans son effectif, en l’occurrence le vétéran NT Dalyn Wade-Perry (12 plaquages, 5 pour perte dont 1 sack) et le true freshman DT Tobin Phillips. Même si le coordinateur défensif devrait abandonner le traditionnel système 3-4 pour passer en 2-4-5, ça reste très juste et DE Thomas Booker et DE Thomas Schaffer devraient être repositionnés à l’intérieur.

Chez les linebackers, le ciment de la défense du Cardinal, LB Gabe Reid (43 plaquages, 9 pour perte dont 2 sacks, 2 passes défendues) fera son retour à l’extérieur, tandis que le départ de Toohill pour la NFL sera probablement compensé par LB Jordan Fox (22 plaquages, 3.5 pour perte). Le pass rush devrait être l’une des forces du programme californien, de quoi compenser la faiblesse et le manque d’expérience des ILB en-dehors de LB Curtis Robinson (64 plaquages, 3 pour perte dont 2 sacks, 2 fumbles forcés), titulaire en 2019. Le coaching staff attend énormément de LB Ricky Miezan (4 plaquages), prometteur avant sa blessure l’an dernier.

Finalement, le véritable point fort de David Shaw pourrait être ses special teams, avec tous ses titulaires de retour, dont le solide K Jet Toner et le sophomore P Ryan Sanborn, l’une des révélations du Cardinal l’année passée. Pas de quoi faire rêver non plus la fanbase de Palo Alto.

Conclusion

Les nombreux départs de seniors et de joueurs transférés pourraient faire mal à Stanford, qui connait forcément plus de difficultés pour recruter étant donné le niveau exigé pour intégrer la prestigieuse fac californienne. En cas de nouvelle cascade de blessures comme en 2019, le Cardinal pourrait à nouveau s’écrouler car son effectif est loin d’être aussi profond qu’habituellement. On imagine tout de même mal l’équipe de David Shaw concurrencer Oregon, Washington ou USC pour le titre de Pac-12. Reste que le coach a sans doute tiré les leçons de deux saisons mornes consécutives, en particulier de l’affront vécu l’an dernier avec un bilan négatif et une absence remarquée pendant les bowls de fin de saison. La progression du quarterback David Mills et le niveau du jeu de course détermineront rapidement la trajectoire du Cardinal en 2020.

Évaluation
  • Attaque
  • Défense
  • Équipes spéciales
  • Coaching
  • Potentiel
3.6

Résumé

Points forts
– La ligne offensive titulaire.
– Un pass rush généralement efficace.
– Un savant dosage d’expérience et de jeunesse chez les DBs.

Points faibles
– Le manque de profondeur affolant sur la ligne défensive.
– Un jeu de course en-dessous des standards.
– Une spirale négative depuis deux ans mais aucun changement dans le staff.

Lire la suite

Preview

Preview 2020 : Penn State Nittany Lions

Une effectif talentueux rempli d’anciens prospects 4 et 5 étoiles et une attaque remodelée par l’arrivée de Kirk Ciarrocca permettront-ils à Penn State de faire tomber Ohio State dans la conférence Big Ten.

Publié

le

50 previews en 50 jours, c’est une série estivale de 50 présentations exclusives préparées par toute l’équipe TBP afin de vous permettre de tout savoir concernant la prochaine saison de College Football. On retrouve aujourd’hui les Nittany Lions de Penn State.

Penn State Nittany Lions

Conférence Big Ten

Division East
 

En 2019 : 11-2, 7-2 Big Ten. Cotton Bowl : victoire contre Memphis (53-39).
Head coach : James Franklin, 7ème année (56-33). Résultats en carrière : 80-30.
Coordinateur offensif :  Kirk Ciarocca (1ème année).
Coordinateur défensif : Brent Pry (5ème année).
Titulaires de retour : 16 (9/11 en attaque, 5/11 en défense, 2/4 en équipes spéciales).
Joueurs clés partis : LB Cam Brown, P Blake Gillikin, OG Steven Gonzalez, DE Yetur Gross-Matos, WR K.J. Hamler, LB Jan Johnson, CB John Reid, RB Ricky Slade, S Garrett Taylor, DT Robert Windsor.
Joueurs à suivre : RB Journey Brown, QB Sean Clifford, OT Will Fries, C Michael Menet, TE Pat Freiermuth, LB Ellis Brooks, CB Tariq Castro-Fields, LB Micah Parsons, DE Shaka Toney, S Lamont Wade.

Après deux premières saisons encourageantes (7-6), marquant le renouveau de Penn State post-Sandusky, James Franklin a mené les Nittany Lions à onze victoires lors de trois des quatre dernières saisons et était à un Benny Snell Jr près (défaite de PSU contre Kentucky lors du Citrus Bowl 2019, 24-27) de quatre saisons consécutives à plus de dix victoires. Depuis le début de la saison 2016, les Nitts ont perdu huit de leurs onze défaites par moins de cinq points, dont deux fois par la plus petite des marges (1 point) contre Ohio State. La lourde défaite à Michigan en 2018 (7-42) est quasiment la seule grosse tâche récente sur le CV des « Blue & White ». Celle, 10-49 à Michigan en 2016, l’avait été avec un groupe de linebackers décimé et n’avait pas empêché PSU de remporter la Big Ten.

Le bilan plus que positif laisse pourtant un goût d’inachevé. Penn State a été deux fois aux portes du College Football Playoff (2016 et 2017) mais n’a toujours pas réussi à franchir la dernière marche. L’an dernier, les Nittany Lions ont craqué à Minnesota (26-31) avant de tomber à Ohio State (17-28). Contre les Gophers, la défense de PSU a accordé 339 yards dans les airs en seulement 18 passes (sur 20 tentées), soit un énorme 19 yards par passe complétée… Plutôt que d’avoir à nouveau à affronter l’attaque explosive de Kirk Ciarocca, James Franklin a chipé le coordinateur offensif de PJ Fleck pour remplacer Ricky Rahne, devenu entraineur en chef à Old Dominion.

Beaucoup d’observateurs estiment que PSU a les armes en 2020 pour détrôner Ohio State, qui a gagné les trois derniers titres de conférence Big Ten. Cela passera avant tout par une amélioration au poste de quarterback tenu par QB Sean Clifford (189/319, 2654 yards, 3 TD, 7 INT / 116 courses, 402 yards, 5 TD). Le dynamique quarterback des Nitts devrait profiter du système mis en place par le nouveau coordinateur offensif pour améliorer sa précision sur longues passes, ce qui ouvrira (littéralement) le champ des possibilités pour l’attaque. PSU pourra également compter sur sa défense, l’une des toutes meilleures du pays en 2019 (8ème de FBS avec 16 points par match).

QB Sean Clifford (#14) – Crédit photo : Getty Images

Forces

RB Journey Brown (890 yards, 12 TD), RB Noah Cain (443 yards, 8 TD) et RB Devyn Ford (294 yards, 3 TD) forment peut-être le meilleur trio de coureurs de FBS. Et le carré aurait pu être plus que magique si RB Ricky Slade (214 yards, 2 TD) n’avait pas décidé de quitter State College pour rejoindre Old Dominion (où il retrouve son ancien coordinateur offensif, Ricky Rahne). L’attaque au sol de Penn State pourrait ronronner aux alentours des 200 yards par match cette saison, si les défenses adverses chargent moins la boite pour davantage couvrir le jeu aérien. Journey Brown reste sur une performance plus qu’honnête contre Memphis au Cotton Bowl (202 yards et 2 TD à 12.6 yards par course) et Noah Cain, dont les huit touchdowns lors de sa première année font mieux que les 7 TD de Saquon Barkley, ne semble pas connaitre le concept des yards perdus derrière la ligne de mêlée.

Le groupe de linebackers perd LB Cam Brown (72 placages) et LB Jan Johnson (62 placages) mais LB Micah Parsons (109 placages dont 14.5 pour perte et 5 sacks) est le meilleur du pays à son poste dans la meilleure défense contre la course de la Big Ten, et 5ème du pays, l’an dernier (95 yards par match). Il occupera le côté fort du terrain et laissera le milieu à LB Ellis Brooks et le côté faible à la future star LB Brandon Smith. Penn State a une longue tradition au poste et devrait, cette année encore, mériter son appellation de « Linebacker U ».

Devant eux, la ligne défensive perd le monstre DE Yetur Gross-Matos (14.5 placages pour perte et 9 sacks) mais DE Shaka Toney (6.5 sacks) et DE Jayson Oweh (5 sacks) forment un duo explosif qui pourra aussi aller chercher le quarterback adverse. En 2019, les Nittany Lions ont produit une moyenne de 3.46 sacks par match, soit la 7ème performance du pays. A l’intérieur de la ligne, DT PJ Mustipher (37 placages dont 4.5 pour perte) facilitera le travail de la deuxième lame affûtée par Micah Parsons.

LB Micah Parsons (#11) – Crédit photo : Abby Drey

Faiblesses

La cible préférée de Sean Clifford en 2019, WR K.J. Hamler (904 yards, 8 TD), est désormais un Denver Bronco et Penn State se retrouve avec les mêmes doutes qui l’ont assailli ces dernières années : y a-t-il un receveur fiable du calibre de WR Allen Robinson (Chicago Bears) ou de WR Chris Godwin (Tampa Bay Buccaneers) ?

WR Justin Shorter, recrue 5 étoiles en 2018, est parti chez les Florida Gators après un exercice 2019 décevant, un an après que WR Juwan Johnson prenne le chemin d’Oregon. Malaise dans le groupe des receveurs des Nittany Lions ou fâcheuse coïncidence ? Quoiqu’il en soit, PSU est à la recherche de mains solides et consistantes pour éviter une nouvelle saison de ballons lâchés. WR Jahan Dotson (488 yards, 5 TD) et WR Daniel George seront les fers de lance de l’attaque aérienne et les Nitts comptent également beaucoup sur le développement de WR KeAndre Lambert-Smith. WR Cam Sullivan-Brown et WR Mac Hippenhammer procurent des secondes options intéressantes mais la soupape de sécurité ultime sera TE Pat Freiermuth (507 yards, 7 TD) qui peut prétendre au titre de meilleur tight-end du pays aussi bien pour son talent de receveur que pour ses qualités de bloqueur.

Dans le secondaire, CB John Reid (8 passes défendues, 2 INT) et S Garrett Taylor (84 placages) sont tous deux diplômés pour une défense qui a accordé plus de 250 yards par match dans les airs (100ème de FBS). CB Tariq Castro-Fields (52 placages, 8 passes défendues, 2 INT) sera le leader d’une unité en reconstruction et devra montrer plus de concentration et de régularité. La star de la dernière ligne de défense pourrait être le joueur de deuxième année S Jaquan Brisker (2 INT) tandis que S Lamont Wade (67 placages, 5 passes défendues) apportera sa maturité et son expérience de vétéran.

TE Pat Freiermuth (#87) – Crédit photo : Getty Images

Incertitudes

Les années se suivent et se ressemblent pour la ligne offensive de Penn State. Théoriquement en progrès constant depuis l’arrivée de James Franklin à State College, elle peine à concrétiser les espoirs placés en elle. C’est peut-être l’année ou jamais malgré la perte de OG Steven Gonzalez et ses 50 matches de titulaire en quatre ans. Les Nittany Lions sont encore bien équipés, notamment avec C Michael Menet et OT Will Fries, mais ils doivent faire mieux que les 2.46 sacks accordés en 2019 (98ème de FBS).

Conclusion

Penn State et ses 42 victoires en quatre ans pourrait, avec un peu plus d’application, en compter 50 et quelques voyages au Playoff.

L’attaque a parfois manqué de tranchant lorsqu’il fallait tuer le match, ne parvenant pas à convertir des tentatives accessibles et laissant les fans se gratter le haut du crâne avec des regards interrogateurs. La défense, pour aussi bonne qu’elle ait été ces dernières années, devra faire encore mieux si l’attaque ne retrouve pas une dimension similaire à celle qu’elle avait sous Joe Moorhead (maintenant OC à Oregon) en 2016. Les Nittany Lions ont remporté 31 de leurs 32 derniers matchs lorsque la défense accorde moins de 27 points mais est 9-10 dans le cas contraire. Il est plus que probable que l’attaque sera régulièrement plus proche des 30 que des points avec l’arrivée de Kirk Ciarocca et un an de plus sous la ceinture pour Sean Clifford.

Tous les voyants sont au vert pour Penn State en 2020 et Ohio State doit venir jouer à Happy Valley. Les derniers épisodes entre Nittany Lions et Buckeyes ont souvent été palpitants et cette année ne devrait pas déroger à la règle.

Évaluation
  • Attaque
  • Défense
  • Équipes spéciales
  • Coaching
  • Potentiel
4.3

Résumé

Points forts
– Le meilleur linebacker du pays
– Peut-être le meilleur tight-end du pays
– L’un des tous meilleurs groupes de running back du pays

Points faibles
– Les mains trop peu sûre des receveurs
– Un secondaire trop souvent exposé
– Un coaching parfois douteux aux moments clés

Lire la suite
Publicité

Preview 2020

Previewil y a 18 heures

Preview 2020 : Washington Huskies

Fin de l'ère Chris Petersen, nouveau coaching staff, nouveau QB : les Huskies devront encore se reposer sur leur défense...

Previewil y a 2 jours

Preview 2020 : California Golden Bears

En progression constante depuis l'arrivée de coach Justin Wilcox en 2017, les Golden Bears de California possèdent l'expérience et un...

Previewil y a 3 jours

Preview 2020 : Stanford Cardinal

Handicapé par les blessures l'an passé et diminué par des classes de recrutement minces, le Cardinal de Stanford de coach...

Previewil y a 4 jours

Preview 2020 : Penn State Nittany Lions

Une effectif talentueux rempli d'anciens prospects 4 et 5 étoiles et une attaque remodelée par l'arrivée de Kirk Ciarrocca permettront-ils...

Previewil y a 5 jours

Preview 2020 : Michigan State Spartans

Incertitude en attaque et en défense, de nouveaux systèmes à apprendre et un QB qui a tout à prouver :...

Previewil y a 6 jours

Preview 2020 : Nebraska Cornhuskers

Un effectif jeune mais bourrée de talent : les Cornhuskers menés par Scott Frost devront encore s'armer de patience avant...

Previewil y a 7 jours

Preview 2020 : Iowa Hawkeyes

Les générations passent à Iowa mais les résultats sont toujours les mêmes et malgré le départ de QB Nate Stanley,...

Previewil y a 1 semaine

Preview 2020 : Minnesota Golden Gophers

Désormais la cible de toute la division Big Ten West, QB Tanner Morgan et les Golden Gophers peuvent-ils faire mieux...

Previewil y a 1 semaine

Preview 2020 : Wisconsin Badgers

Wisconsin a tourné la page "Jonathan Taylor" mais les Badgers sauront-ils préserver leur suprématie sur la division Big Ten West...

Previewil y a 2 semaines

Preview 2020 : Ohio State Buckeyes

Menés par un candidat au trophée Heisman, QB Justin Fields, et une attaque de feu, ces Buckeyes d'Ohio State sont-ils...

Articles les plus lus