Suivez-nous

Playoffs

[Preview] Orange Bowl 2018 : #1 Alabama vs #4 Oklahoma

Présentation de la 2ème demi-finale du College Football Playoff.

Publié

le

#1 Alabama (13-0) vs #4 Oklahoma (13-1)

ORANGE BOWL
Miami Gardens, Floride
Hard Rock Stadium
Samedi 29 décembre 2018
20h00 (heure Est, 02h00 en France)

La seconde demi-finale du College Football Playoff voit s’affronter le Crimson Tide de #1 Alabama, champion national en titre, et les Sooners de #4 Oklahoma dans ce qui est indiscutablement le match le plus attendu de cette saison de bowls.

La troupe de coach Nick Saban participe aux playoffs pour la 5ème fois en 5 ans d’existence du tournoi final. C’est la 3ème participation pour les Sooners dans cet Orange Bowl qui sera surtout marqué par le duel à distance des deux meilleurs joueurs de la saison : QB Tua Tagovailoa (Alabama) vs QB Kyler Murray (Oklahoma).

Comment sont-ils arrivés là ?

#1 Alabama (13-0, 8-0 SEC)

Le Crimson Tide continue d’imposer sa domination sur le College Football. La troupe de Nick Saban a terminé la saison invaincue derrière un QB Tua Tagovailoa explosif. L’émergence du quarterback sophomore a permis à Alabama de transformer complètement son attaque qui est devenue l’une des plus spectaculaire et efficace du pays (527.6 yards, #6 au niveau national). En plus de cette escouade offensive tonitruante, le Crimson Tide reste une valeur sûre en défense (14.8 points en moyenne par match). En saison régulière, #1 Alabama a remporté tous ses matchs… avec un minimum de 22 points d’écart. Une boucherie. Toutefois, il aura fallu une scénario hollywoodien avec l’entrée en jeu de QB Jalen Hurts pour que le Crimson Tide remporte le titre de conférence SEC face à #5 Georgia.

#4 Oklahoma (13-1, 8-1 Big 12)

Malgré les départs de QB Baker Mayfield et de LT Orlando Brown, les Sooners de coach Lincoln Riley n’ont pas perdu le rythme de la saison passée. Bien au contraire. L’éclosion accélérée de QB Kyler Murray a permis à #4 Oklahoma de tourner à une moyenne impressionnante de 49.5 points par match (#1 du pays) et 8.8 yards par jeu. Hallucinant. Toutefois, la défense s’est encore avérée le maillon faible de l’équipe. Le coordinateur défensif Mike Stoops n’a pas survécu après les 48 points accordés à Texas lors de la seule défense des Sooners en 2018. Son successeur, Ruffin McNeill, n’a pas amélioré la situation même si certaines individualités ont réussi plusieurs big plays lors des matchs décisifs de fin de saison contre West Virginia et Texas en finale d’une conférence Big 12 que les Sooners ont finalement remporté pour la 4ème année d’affilée.

Embed from Getty Images

Les entraineurs

A peine besoin de présenter Nick Saban qui terminera probablement sa carrière en étant considéré comme le plus grand entraineur de l’histoire du College Football. Coach Saban, c’est évidemment le « Process » mais aussi un record de 231-62-1 (dont 13-9 en post-saison incluant 5-2 en playoff), 6 titres nationaux (2003 à LSU, 2009, 2011, 2012, 2015 et 2017 à Alabama), 8 titres de la SEC, 1 titre de la MAC (avec Toledo), 2 titres de coach de l’année (décerné par l’Associated Press en 2003 et 2008) et une pléthore d’autres récompenses individuelles dont l’intéressé n’a que faire (dixit Nick Saban en conférence de presse, ce qui compte avant tout c’est le prochain match et la prochaine saison et d’armer ses joueurs pour affronter leur vie d’adulte, il n’a pas le temps de regarder dans le miroir). La dynastie Bama de l’empereur Saban est une anomalie statistique qui prendra bien fin un jour mais que probablement aucun d’entre nous vivant aujourd’hui ne reverra avant la tombe.

De l’autre coté du ring, Lincoln Riley et ses 35 ans (soit près de la moitié des 67 ans de Nick Saban) qui, en deux saisons, a remporté deux titres de conférence Big 12 et participé à deux playoffs, rendant une carte de 24-3.

Analyse

Malgré une attaque plus explosive et plus performante, Oklahoma se repose sur moins de joueurs que son adversaire. En cas de coup dur au poste de quarterback (la cheville de Tua tiendra-t-elle ?), le Tide peut compter sur Jalen Hurts, qui l’a déjà sorti du pétrin contre Georgia en finale de conférence SEC. Pour OU, Austin Kendall est largement sous-testé. Mais bon, on disait de Kyler Murray qu’il aurait du mal à remplir les crampons laissés vides par Baker Mayfield et l’Heisman 2018 n’a rien eu à envier à l’Heisman 2017, bien au contraire…

Les Harris, Damien et Najee, porteront l’essentiel du fardeau contre les Sooners mais Joshua Jacobs devrait aussi voir son nom souvent appelé dans la rotation. De toute façon, à Alabama, on peut toujours compter sur le coureur remplaçant. OU possède aussi deux coureurs solides qui ont pris l’attaque au sol en main (et en hand-off) après la blessure de Rodney Anderson en début de saison.

La différence en attaque pourrait se faire au niveau des receveurs. Alabama possède un corps de receveurs qui n’a rien à envier à aucun autre dans le pays. Son quintette tourne à plus de trente réceptions par tête de pipe cette saison et pourra donc s’autoriser un coup de moins bien de l’un ou l’autre. Coté Oklahoma, le tableau est moins rose. Il y a essentiellement deux superstars et l’une d’entre elles, Marquise « Hollywood » Brown, est en délicatesse avec une jambe depuis la finale de conférence Big 12 et est incertaine pour le match. Ayant joué la majorité de la saison avec des bobos par-ci par-là, il serait bien étonnant que le staff d’Oklahoma n’envoie pas Marquise Brown au charbon contre Alabama tant il est décisif dans cette attaque des Sooners.

Embed from Getty Images

Comparaisons statistiques

#1 Alabama #4 Oklahoma
Points marqués par match 47.9 49.5
Points encaissés par match 14.8 32.4
Yards gagnés par match (passe / course) 527.6 (325.5 / 202.2) 577.9 (324.0 / 253.9)
Yards concédés par match (passe / course) 295.4 (178.4 / 117.0) 448.1 (291.4 / 156.7)
First down gagnés par match (passe / course / pénalité) 24.6 (12.9 / 10.1 / 1.6) 26.4 (13.3 / 11.6 / 1.5)
First down concédés par match (passe / course / pénalité) 15.8 (8.0 / 5.9 / 1.9) 24.2 (12.7 / 9.4 / 2.1)
Pénalités pour nombre / yards 6.5 / 54.5 6.1 / 56.1
Pénalités contre nombre / yards 5.5 / 50.0 6.1 / 61.5
Ballons perdus (fumble / interception) 1.0 (0.5 / 0.5) 1.0 (0.5 / 0.5)
Ballons gagnés (fumble / interception) 1.6 (0.5 / 1.1) 0.8 (0.4 / 0.5)
Conversion 3ème down (%) pour / contre 52.8 / 30.9 51.2 / 45.2
Conversion 4ème down (%) pour / contre 44.4 / 40.0 69.2 / 66.7
Sacks pour / contre 42 / 13 28 / 16
Yards sur punt 35.4 41.1
Field goal (%) 72.2 88.2

Bon, on pourrait mettre des rouleaux de PQ de statistiques et passer des heures à les analyser mais ce qui saute aux yeux c’est que les attaques des deux protagonistes sont assez proches (avec un net avantage au taux de conversion sur 4ème down pour les Sooners) mais que la défense d’Alabama est largement supérieure à celle d’Oklahoma. D’où la question que tous les analystes d’ESPN, Fox, CBS, j’en passe et des meilleurs (et aussi des moins bons) se posent : OU arrivera-t-elle à stopper Bama ou le Tide marquera-t-il sur chacune de ses possessions de balles ?

Selon Lincoln Riley, toujours en conférence de presse la veille du match, les deux équipes ont une identité qui les a amenées à ce stade de la compétition et elles ne devraient pas trop bouleverser ce qui a fonctionné pour elles jusque-là. Donc, si on lit entre les lignes, comprenez qu’Oklahoma va tout miser sur son attaque avec défense en option. Cela sera-t-il suffisant pour inquiéter Alabama si Tua Tagovailoa ne se déglingue pas une cheville ou un genou ? (le marc du café du Starbucks de Fort Lauderdale aurait tendance à dire non).

Leaders statistiques

Quarterbacks

Tua Tagovailoa (Alabama)
Passe : 199/294 (67.7%), 3353 yards (11.4 yards par passe), 37 TD, 4 INT
Course : 48 courses, 190 yards, 5 TD

Jalen Hurts (Alabama)
Passe : 50/67 (74.6%), 755 yards, 8 TD, 2 INT
Course : 34 courses, 167 yards, 2 TD

Kyler Murray (Oklahoma)
Passe : 241/340 (70.9%), 4053 yards, 40 TD, 7 INT
Course : 123 courses, 892 yards, 11 TD

Austin Kendall (Oklahoma)
Passe : 12/17 (70.6%), 122 yards, 1 TD
Course : 7 courses, 21 yards

Running backs

Damien Harris (Alabama)
Course : 126 courses, 771 yards, 7 TD
Réception : 18 réceptions, 176 yards

Najee Harris (Alabama)
Course : 102 courses, 679 yards, 4 TD

Joshua Jacobs (Alabama)
Course : 94 courses, 495 yards, 11 TD
Réception : 15 réceptions, 171 yards, 2 TD

Trey Sermon (Oklahoma)
Course : 155 courses, 928 yards, 12 TD
Réception : 12 réceptions, 181 yards

Kennedy Brooks (Oklahoma)
Course : 113 courses, 1021 yards, 12 TD
Réception : 7 réceptions, 36 yards

Wide receivers

Jerry Jeudy (Alabama)
Réception : 59 réceptions, 1103 yards, 12 TD

Henry Ruggs III (Alabama)
Réception : 42 réceptions, 724 yards, 10 TD

Jaylen Waddle (Alabama)
Réception : 41 réceptions, 803 yards, 7 TD

Irv Smith (Alabama)
Réception : 38 réceptions, 648 yards, 7 TD

Devonta Smith (Alabama)
Réception : 30 réceptions, 524 yards, 5 TD

Marquise Brown (Oklahoma)
Réception : 75 réceptions, 1318 yards, 10 TD

CeeDee Lamb (Oklahoma)
Réception : 57 réceptions, 1049 yards, 10 TD

Grant Calcaterra (Oklahoma)
Réception : 25 réceptions, 378 yards, 6 TD

Lee Morris (Oklahoma)
Réception : 21 réceptions, 457 yards, 6 TD

Facteur X

QB Jalen Hurts, Alabama
QB Tua Tagovailoa semble en bonne voie pour faire son retour à l’occasion de cet Orange Bowl après avoir été opéré de la cheville… mais en cas de souci, coach Saban peut compter sur celui qui a renversé la situation en finale de conférence SEC pour offrir le titre au Crimson Tide. Sa mobilité apporte une autre dimension au jeu offensif des champions nationaux en titre.

Face-à-face

Les deux équipes ne se sont affrontées que cinq fois dans leur histoire… La première rencontre remonte à… l’Orange Bowl 1963, remporté par le Crimson Tide (17-0)… Pas de vainqueur en 1970 lors du défunt Bluebonnet Bowl de 1970 (24-24)… Oklahoma est sorti vainqueur de la double confrontation de 2002-2003 (37-27 à Norman et 20-13 à Tuscaloosa)… OU a empoché le Sugar Bowl 2014 (45-31).

Blessés

#1 Alabama
Absent : CB Trevon Diggs (pied), LB Terrell Lewis (genou), TE Kedrick James (suspension), OL Hunter Brannon (suspension), OL Elliot Baker (suspension), OL Deonte Brown (suspension), DB Daniel Wright (épaule).
Incertain : Aucun.
Probable : QB Tua Tagovailoa (cheville).

#4 Oklahoma
Absent : RB Rodney Anderson (genou), RB Marcelias Sutton (jambe), C Alex Dalton (genou), S Chanse Sylvie (talon d’Achille), DE Jalen Redmond (malade), FB Joe Castiglione Jr (épaule), WR Michael Thompson (genou), WR Sam Iheke (cheville).
Incertain : CB Jordan Parker (raison inconnue), DE Mark Jackson Jr (raison inconnue), CB Justin Broiles (raison inconnue), S Kahlil Haughton (raison inconnue).
Probable : WR Marquise Brown (pied).

Embed from Getty Images

Pronostic

Comme on est payé bénévole pour donner notre opinion dont tout le monde (même nos mères) se fout, voilà en exclusivité comment ce match va se dérouler. On attend tous un match à la Harlem Globe Trotters avec un milliard et demi de points et, ce qui arrive toujours dans ces cas-là, le match se termine sur un pauvre 21-18 qui laisse tout le monde sur sa faim. Bon, il faudrait un cataclysme ouragano-nucléaire sur la Floride (qui possède et des centrales électriques du type précité et un climat parfois agité) pour que le Crimson Tide ne mette que 21 points à la passoire à nouilles (genre raviolis, pas coquillettes) qui sert de défense aux Sooners. Et, même si la défense de Bama est encore au top niveau cette saison, elle n’est pas aussi imperméable que la saison passée. On peut donc compter sur les Oakland Athletics Oklahoma Sooners pour mettre quelques points.

Si on se souvient bien du Georgia-Oklahoma de l’an dernier, les Sooners avaient démarré en trombe puis les Dawgs ont verrouillé le chenil en seconde mi-temps pour revenir petit à petit et finalement s’imposer dans le plus grand Rose Bowl de l’histoire n’ayant pas Vince Young comme acteur principal. Alabama en a vu d’autres et le Tide ne se laissera pas malmener pendant trente minutes. Oklahoma mettra une bonne trentaine de points mais ce sera bien insuffisant pour battre Alabama dont les receveurs vont s’amuser toute la soirée avec le secondaire des Sooners.

Score final : Alabama 56, Oklahoma 38

Blaze of Glory

Oui, ça n’est pas BoG, mais qui met une bonne tape dans le dos pour le bon travail réalisé par les employés bénévoles de TBP ?

Alors, cette semaine, l’auréole de gloire revient à TBP pour son excellente question à Messieurs Saban et Riley lors de la conférence de presse du 28 décembre (oui, c’est mal de s’auto-congratuler, promis, en 2019 on ne le fera plus !).

TBP : avec la longue période entre la fin de la saison régulière et ce match, qu’est-ce qui est le plus favorisé selon vous, la meilleure attaque ou la meilleure défense ?

Crédit photo : Blaise Collin, TBP

LINCOLN RILEY: on espère que ce sera l’attaque d’Oklahoma et la défense d’Oklahoma (rires) [NDLR : on peut toujours rêver !]. Je ne sais pas, c’est une bonne question [NDLR : je dirais même une excellente question !]. Je veux dire, je ne sais pas vraiment. Je crois, en fin de compte, qu’il y a un processus que l’on suit à nouveau pour préparer un match comme on fait chaque semaine. Ce match ressemble probablement plus au premier de la saison ou peut-être à un match après une semaine de repos juste parce qu’on a un peu plus de temps. Ce n’est pas comme si on avait le mois entier avec la période de recrutement avancée placée comme elle l’est maintenant et le fait que cette période est vraiment devenue le vrai jour de signature des recrues. On a vraiment deux semaines qui sont critiques dans le processus de recrutement avec les visites des joueurs et de leurs familles avant cette première date de signature.

Nous avons passé beaucoup de temps ici mais, en gros, on a deux semaines pour se préparer et on espère être capable de remettre certains joueurs sur pied. On espère aussi avoir une bonne idée de ce que fait l’adversaire et, encore une fois, de la meilleure formule pour nous pour gagner et de ce qu’il faut qu’on améliore par rapport, peut-être, au match précédent et continuer à progresser pour être l’équipe que l’on pense pouvoir être.

C’est une question difficile. Comme je l’ai dit, on espère juste utiliser notre temps au mieux et parvenir à avoir les trois phases [NDLR : attaque, défense, équipes spéciales] aussi prêtes que possible.

Crédit photo : Blaise Collin, TBP

NICK SABAN: Je crois que certaines choses qui nous préoccupent toujours quand on a beaucoup de temps entre les matchs c’est… je crois que les joueurs de ballon [NDLR : traduction un peu pauvre de « skill players »] se remettent toujours plus vite que les « gros » [NDLR : « big guy » n’est pas péjoratif en anglais]. ». Ils [NDLR : les QB, RB et WR] perdent moins et reviennent plus vite. Ça prend un peu plus de temps pour les « gros ». Je parle des joueurs de lignes offensive et défensive. Je crois que le plaquage est toujours un point préoccupant quand les joueurs prennent un certain rythme et qu’on joue toutes les semaines et là on ne joue plus pendant longtemps. C’est difficile de simuler certaines de ces choses aux entrainements comme on le voudrait. La cadence est aussi un problème parce qu’on n’est plus habitué au rythme que l’on avait quand on jouait toutes les semaines.

Cela pose des problèmes pour les deux équipes, problèmes pour lesquels on essaie toujours de se préparer pour un match de post-saison pour qu’ils n’impactent pas l’issue du match.

Membre de la Football Writers Association of America (FWAA), Blaise Collin est un passionné de football universitaire et de NFL, passé par l'Idaho et basé en Californie depuis 2018. Après avoir contribué au site elitefoot.com, il a rejoint la rédaction de 4th&Goal en 2013. Il partage désormais sa vision du football sur The Blue Pennant et sur footballamericain.com.

Publicité
Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Playoffs

Alabama et Georgia qualifiés pour le National Championship Game

Le champion de la SEC face à la meilleure équipe de la saison régulière : ce sera donc l’affiche de la 8ème finale du College Football Playoff de l’Histoire.

Publié

le

Alabama a donc une chance de faire le premier back-to-back de la courte Histoire du College Football Playoff. Georgia aura l’opportunité de prendre sa revanche.

Les jeux sont faits. Après deux victoires faciles lors de leur demi-finale respective, le Crimson Tide de #1 Alabama et les Bulldogs de #3 Georgia se retrouveront au Lucas Oil Stadium d’Indianapolis, le lundi 10 janvier prochain, lors du National Championship Game 2022.

Champion national en titre, #1 Alabama disputera donc sa 6ème finale nationale lors des 7 dernières saisons après s’être débarassé des Bearcats de #4 Cincinnati sur le score de 27-6 lors d’un Cotton Bowl parfaitement maitrisé. Il s’agira de la 10ème finale nationale de Nick Saban à la tête du programme de Tuscaloosa (Alabama).

Quatre ans après leur première participation à la finale des playoffs, les Bulldogs de #3 Georgia ont terrassé 34-11 les champions de conférence Big Ten, les Wolverines de #2 Michigan, au terme d’un Orange Bowl totalement dominé par la troupe de Kirby Smart.

Ce sera donc une revanche puisque #1 Alabama s’était imposé 41-24 face à #3 Georgia lors du SEC Championship Game, le 4 décembre dernier.

On a déjà hâte !

On se donne donc rendez-vous le 10 janvier 2022 à Indianapolis (Indiana) pour le National Championship Game !

Lire la suite

Playoffs

Georgia-Michigan (34-11) : des Dawgs affamés écrasent l’Orange Bowl

Menés par un QB Stetson Bennett IV étincelant et une défense retrouvée, les Bulldogs de #3 Georgia s’offrent un billet pour le National Championship Game.

Publié

le

Crédit photo : Marc-Gregor Campredon

On avait laissé les Bulldogs de #3 Georgia (13-1) meurtris après leur lourde défaite au SEC Championship Game. On a retrouvé une équipe revancharde et dominante dans tous les secteurs de jeu face à des Wolverines de #2 Michigan (12-2) incapables de suivre le rythme effréné imposé par la troupe de Kirby Smart.

Pour sa première participation au College Football Playoff, le programme d’Ann Arbor espérait surfer sur le momentum né d’une fin de saison marquée par deux impressionnantes victoires face à #6 Ohio State et #15 Iowa en finale de la Big Ten. L’équipe de Jim Harbaugh a rapidement mesuré l’écart de niveau qu’il reste à combler pour rivaliser avec les ténors de la SEC. #3 Georgia a inscrit des points sur ses 5 premières possessions scella quasiment le sort du match à la mi-temps.

Sous le feu des critiques depuis un mois après sa contre-performance face à #1 Alabama en finale de la SEC, QB Stetson Bennett IV (20/30, 313 yards, 3 TD, 0 INT) a donné le ton tout au long de cet Orange Bowl attaquant régulièrement le backfield défensif adverse. Et avec succès. Nommé MVP offensif de ce match, il a notamment réussi deux passes de TD longue distance à destination de WR Jermaine Burton et RB James Cook (32 yards au sol et 4 réceptions pour 112 yards et 1 TD).

Mais la victoire des Bulldogs a été totale. La ligne offensive a réussi à complètement annihiler le meilleur duo de pass rushers du pays, DE Aidan Hutchinson et DE David Ojabo. Aucun des deux n’a réussi le moindre sack. Le front seven incarné par DL Jordan Davis et LB Nakobe Dean (7 plaquages, 2 pour perte dont 1 sack) a pris le dessus sur un jeu au sol anémique des Wolverines para rapport à ses standard habituels (91 yards). Et le backfield défensif, qui avait pris l’eau face à QB Bryce Young il y a un mois, a forcé la sortie du titulaire QB Cade McNamara (11/19, 106 yards, 2 INT) après qu’il ait été intercepté à deux reprises par CB Derion Kendrick (5 plaquages, 1 pour perte, 2 INTs), le MVP défensif de cet Orange Bowl.

RB James Cook (#4), Georgia – Crédit photo : Marc-Gregor Campredon

Avec ce succès, #3 Georgia se qualifie donc pour le National Championship pour un rematch de la finale de conférence SEC. Comme en 2017, les Bulldogs affronteront le Crimson Tide pour tenter de remporter leur premier titre de champion national depuis 1980. Il s’agira de la 4ème rencontre entre ces deux équipes depuis 5 ans et la 7ème depuis 2008. #1 Alabama a remporté ces 7 matchs.

Le film du match

Les Bulldogs ont débuté ce match le pied au plancher : une course de 9 yards de RB Zamir White (54 yards au sol), une réception de 16 yards de WR Adonai Mitchell (2 réceptions, 34 yards, 1 TD) et une réception spectaculaire de 35 yards du true freshman TE Brock Bowers (5 réceptions, 55 yards, 1 TD). En trois snaps, #3 Georgia était déjà dans la red zone des Wolverines ! Avec cet élan positif, on ne voyait pas ce qui pouvait empêcher les Dawgs d’ouvrir le score, ce qu’ils firent sur un catch-and-run de 9 yards de TE Brock Bowers (7-0).

Et la vague blanche continua de déferler sur la défense maize and blue. Stoppé sur un 4ème down sur la ligne des 41 yards de #3 Georgia, #2 Michigan ne parvint pas à ralentir une attaque des Bulldogs audacieuse. Dès le premier quart-temps, le coordinateur offensif Todd Monken a sorti de son chapeau un trick play parfaitement exécuté par RB Kenny McIntosh qui feinta une course avant de passer le ballon à WR Adonai Mitchell pour un TD de 16 yards ! 14-0.

CB Derion Kendrick (#11), Georgia – Crédit photo : Marc-Grégor Campredon

La débandade continua dans le 2ème quart-temps pour les Wolverines. D’un côté une attaque de #2 Michigan au point mort, de l’autre un QB Stetson Bennett IV qui prenait feu dans le match le plus important de la saison. Le quarterback concluera même ce 2ème entracte par une passe parfaite à destination de WR Jermaine Burton qui prit le dessus sur CB Vincent Gray avant d’aller inscrire un TD de 57 yards ! Après 30 minutes menaient 27-3. Le sort du match ne laissait aucun doute.

Avec un retard de 24 points au tableau d’affichage, #2 Michigan n’avait pas le droit à l’erreur… leur début de 2ème mi-temps va être catastrophique : une passe de QB Cade McNamara intercepté, un fumble de RB Blake Corum et deux turnovers on downs. Ouch !

Les Bulldogs écartèrent définitivement toutes velléités des Wolverines lorsque QB Stetson Bennett IV trouva RB James Cook dans le dos de la défense pour sa 3ème passe de TD de la soirée.

#2 Michigan sauvera finalement l’honneur grâce à un catch-and-run de 35 yards du freshman WR Andrel Anthony à 4:25 de la fin du 4ème quart-temps

Le résumé en vidéo

Lire la suite

Playoffs

Alabama-Cincinnati (27-6) : le Crimson Tide se qualifie pour une 6ème finale en 7 ans

Dominateur du début à la fin de ce Cotton Bowl, #1 Alabama s’impose 27-6 face aux Bearcats de #4 Cincinnati et s’offre la possibilité de faire un back-to-back.

Publié

le

Crédit photo : Richard Rodriguez/Getty Images

La puissance et l’expérience des champions de SEC n’ont laissé aucun doute concernant l’issue de ce Cotton Bowl : le Crimson Tide de #1 Alabama (13-1) a marché sur les Bearcats de #4 Cincinnati (13-1) dominant totalement les débats pendant 60 minutes.

Face à une équipe de #4 Cincinnati invaincue en 2021 et fière représentante d’un Group of Five jusque-là ignoré par le comité de sélection du College Football Playoff, l’attaque de #1 Alabama a rapidement imposé sa robustesse accumulant un total de 482 yards contre seulement 218 yards pour les Bearcats. La tactique du Crimson Tide était claire : minimiser l’impact potentiel du duo de cornerbacks, CB Ahmad Gardner et CB Coby Bryant, en abusant du jeu au sol et des passes courtes ce qui n’a pas empêché QB Bryce Young (17/28, 181 yards, 3 TDs, 1 INT) de terminer ce match avec 3 passes de TD dont une bombe de 44 yards à destination de WR Ja’Corey Brooks.

RB Brian Robinson Jr avait surtout brillé par son inconstance depuis le début de la saison. Totalement remis après un mois de récupération, le running back de 5ème année a offert un récital : 204 yards pour une moyenne de 7.8 yards par course. Son meilleur match en carrière.

C’est donc une fin de carrière au gout amer pour QB Desmond Ridder (17/32, 144 yards). Celui qui avait un impressionnant bilan de 43-5 comme titulaire de l’attaque des Bearcats n’a eu aucun impact sur ce match subissant même un total de 6 sacks.

Avec ce large succès, #1 Alabama se qualifie pour son 6ème National Championship en 8 ans d’existence des playoffs. C’est même une 9ème finale nationale en 13 ans si on considère l’ère BCS. Ahurissant.

RB Brian Robinson (#4), Alabama – Crédit photo : Michael Ainsworth, AP

Le film du match

Contraint à l’isolement pendant 10 jours, Bill O’Brien a probablement rêvé de ce premier drive : une démonstration de puissance à la mode « SEC ». 10 courses consécutives pour débuter le match (!) et une passe de QB Bryce Young à destination de WR Slade Bolden (3 réceptions, 31 yards, 1 TD) pour conclure une possession de 5 minutes. 7-0. Ce match ne pouvait pas mieux débuter pour le Crimson Tide.

Le réponse des Bearcats sera encourageante : un drive équilibré que Cincinnati aurait dû concrétiser par un TD mais la défense de Bama se réveilla une fois son adversaire entré dans la red zone forçant un FG de 33 yards de K Cole Smith (7-3). Le premier quart-temps touchait alors à sa fin avec le Crimson Tide aux portes de la end zone des Bearcats.

Mais une passe en avant illégale de QB Bryce Young stoppa l’élan de #1 Alabama qui dût se contenter d’un FG de 26 yards de K Will Reichard (10-3). Ce stop défensif sembla donner confiance aux champions de conférence American.

Les Bearcats vont d’ailleurs résister défensivement malgré une totale domination du Crimson Tide au cours de la première mi-temps. Un FG manqué de K Will Reichard et un muffed punt de WR Jojo Earle (finalement récupéré par Alabama) auraient pu donner le momentum à la troupe de Luke Fickell. Il n’en fût rien. Pire, la défense de #4 Cincinnati rompa finalement lorsque QB Bryce Young se connecta avec le freshman WR Ja’Corey Brooks (4 réceptions, 66 yards, 1 TD) dans le dos de NB Arquon Bush pour un TD de 44 yards à 1:36 de la fin de la première mi-temps.

LB Christian Harris (#8), Alabama – Crédit photo : Gary Cosby Jr, Tuscaloosa News

Les deux équipes rentrèrent aux vestiaires sur le score de 17-3 en faveur des champions de SEC. Le score paraissait même avantageux pour les champions de l’AAC tant #1 Alabama a joué ces 30 premières minutes avec autorité. Le Crimson Tide avait déjà accumulé 302 yards offensifs contre… 76 seulement pour les Bearcats. On ne donnait alors pas cher de la peau de ces derniers.

Pourtant, le 3ème quart-temps sera à leur avantage : après un FG réussi par K Cole Smith (2/2) qui réduisait alors le score à 17-6, S Bryan Cook intercepta QB Bryce Young au milieu du terrain suite à une très mauvaise prise de décision du quarterback de #1 Alabama. Malheureusement, l’attaque de #3 Cincinnati n’y arrivait décidément pas et les Bearcats durent se débarasser du ballon suite à un sack en duo de LB Will Anderson Jr. (6 plaquages, 2 sacks) et LB Christian Harris.

Vous imaginez la suite… Tel un prédateur chassant sa proie, #1 Alabama ne laissa aucune chance à #4 Cincinnati. Un drive de 70 yards conclu par un TD de 9 yards de TE Cameron Latu sur la 3ème passe de TD de QB Bryce Young scella le sort du match (24-6). Un sack de DB Brian Branch (8 plaquages) et Will Anderson Jr enterra les derniers espoirs des Bearcats.

En obtenant son billet pour le Lucas Oil Stadium d’Indianapolis, #1 Alabama va tenter de devenir le premier programme à réussir un back-to-back dans la courte Histoire du College Football Playoff.

Résumé en vidéo

Lire la suite

Playoffs

Les plus belles photos de la victoire de Georgia lors de l’Orange Bowl

Publié

le

Crédit photo : Marc-Grégor Campredon

Notre photo-reporter Marc-Grégor Campredon était sur place au Hard Rock Stadium de Miami (Floride) pour suivre l’Orange Bowl entre #2 Michigan et #3 Georgia au plus près de l’action. Retrouvez ci-dessous ces plus beaux clichés :

Crédit photo : Marc-Grégor Campredon

Lire la suite

Articles les plus lus