Suivez-nous

Saison Régulière

Le journal des Rivalry Games – Semaine 8

Retrouvez une présentation complète des Rivalry Games de la semaine : un véritable saut dans l’univers infernal de ces matchs entre programmes qui aiment s’haïr mutuellement

Publié

le

Chaque vendredi, Nicolas Meichel vous proposera une présentation complète des Rivalry Games de la semaine : un véritable saut dans l’univers infernal de ces matchs entre programmes qui aiment s’haïr mutuellement.

Trophée en jeu, bilan des confrontations, historique, etc… Vous saurez tout sur ces rencontres explosives qui mettent le feu sur les campus !

USC (4-2) @ Notre Dame (4-2)
Notre Dame Stadium, South Bend, Indiana
Samedi 19 octobre 2013
19h30 (heure côte est, 01h30 en France)
 en rediffusion sur TBP TV

Trophée en jeu : Jeweled Shillelhag
Bilan des confrontations : Notre Dame mène 44-35-5
Date du 1er match : 1926
Résultat du dernier match : Notre Dame 22, USC 13
Historique : Les universités de Notre Dame et de South California (dite USC) forment l’une des plus prestigieuses et importantes rivalités du football universitaire. Celle-ci débuta en 1926 lorsque les 2 équipes se rencontrent pour la première fois. Notre Dame et USC sont considérés à juste titre comme des programmes « élite » de la NCAAF. En effet, les 2 universités combinent les chiffres record de 22 titres nationaux (11 pour chaque université) et 14 vainqueurs du trophée Heisman. Leurs confrontations ont donc souvent été d’une grande importance, vu qu’elles impliquaient directement des chances de titre. En effet, à plusieurs occasions, le vainqueur du match se retrouvait à la fin de la saison en finale nationale. Ce ne sera pas le cas cette année, mais la rivalité reste intacte.

 

#5 Florida State (5-0) @ #3 Clemson (6-0)
Memorial Stadium, Clemson, Caroline du Sud
Samedi 19 octobre 2013
20h00 (heure côte est, 02h00 en France)
 en rediffusion sur TBP TV

Trophée en jeu : Aucun.
Bilan des confrontations : Florida State mène 18-8
Date du 1er match : 1970
Résultat du dernier match : Florida State 49, Clemson 37
Historique des confrontations : La rivalité entre les universités de Florida State (FSU) et de Clemson, qui font toutes les 2 partie de l’Atlantic Coast Conférence (ACC), est plutôt récente. Le premier match entre les 2 universités n’a eu lieu qu’en 1970, mais la rivalité n’a véritablement débuté qu’en 1988, lorsque Clemson (#3)  s’inclina contre FSU (#10) sur le score de 24 à 21 (ce qui brisa les rêves de titre national pour les Clemson Tigers). Les confrontations entre les Seminoles et les Tigers sont également connues pour le Bowden Bowl. De 1998 à 2008, Bobby Bowden, coach de FSU, affronta son fils, Tommy Bowden, coach de FSU. Le père remporta 5 des 9 confrontations entre les 2, mais le fils prendra le dessus en 2003, alors que FSU était classé #3, offrant ainsi un joli cadeau d’anniversaire à son père en ruinant les chances de titre national pour les Seminoles.
Samedi soir, la rivalité prendra une nouvelle dimension, avec l’opposition entre deux équipes à la fois invaincues, mais aussi très bien classées dans l’AP Top 25. A ne rater sous aucun prétexte.

 

#6 LSU (6-1) @ Ole Miss (3-3)
Vaught-Hemingway Stadium, Oxford, Mississippi
Samedi 19 octobre 2013
19h00 (heure locale, 01h00 en France)
 en rediffusion sur TBP TV

Trophée en jeu : Magnolia Bowl
Bilan des confrontations : LSU mène 58-39-4
Date du 1er match : 1894
Résultat du dernier match : LSU 41, Ole Miss 35
Historique des confrontations : Les universités de Lousiana State (LSU) et du Mississippi (Ole Miss) se sont rencontrées pour la première fois en 1894. Depuis 1945, une rencontre annuelle est prévue entre ces 2 membres de la Southeastern Conference (SEC). C’est surtout durant les années 1950 et 1960 que la rivalité bat son plein, lorsque les 2 équipes étaient très compétitives, visant chacune le titre national. En 2008, la confrontation entre LSU et Ole Miss est baptisée le Magnolia Bowl (le trophée est crée également cette année là), du au fait que cette fleur est la fleur symbole des 2 Etats.
La rivalité est dominée depuis une décennie par les Tigers, qui ont remporté 8 des 10 dernières confrontations contre Ole Miss.

 

Nevada (3-3) @ Boise State (4-2)
Bronco Stadium, Boise, Idaho
Samedi 19 octobre 2013
20h00 (heure locale, 02h00 en France)
 en rediffusion sur TBP TV

Trophée en jeu : Aucun
Bilan des confrontations : Boise State mène 25-13
Date du 1er match : 1971
Résultat du dernier match : Boise State 27, Nevada 21
Historique des confrontations : A l’instar de FSU et Clemson, la première confrontation entre Nevada et Boise State date du début des années 1970. 38 confrontations ont été jouées depuis 1971, et Boise State domine Nevada 25 victoires à 13. Les Broncos (Boise State) et les Wolf Pack (Nevada) font partie de la même conférence, la Mountain West Conference, depuis 2012. Auparavant, les 2 universités ont également fait partie ensemble de la Big Sky Conference, de la Big West Conference, et de la Western Athletic Conference. Ce qui fait la caractéristique de cette rivalité, c’est que les 2 équipes se sont tout d’abord affrontées dans le cadre de la NCAA Division II, avant de progresser pour s’affronter aujourd’hui dans le cadre de la NCAA Division I FBS.

 

Colorado State (2-4) @ Wyoming (4-2)
War Memorial Stadium, Laramie, Wyoming
Samedi 19 octobre 2013
14h00 (heure locale, 20h00 en France)
 en rediffusion sur TBP TV

Trophée en jeu : Bronze Boot
Bilan des confrontations : Colorado State State mène 55-44-5
Date du 1er match : 1899
Résultat du dernier match : Wyoming 45, Colorado State 31
Historique des confrontations : La rivalité entre Colorado State et Wyoming est l’une des plus ancienne et les plus disputées du College Football. Le premier affrontement remonte à 1899 ! C’est la plus ancienne rivalité inter-Etat pour deux facultés à l’ouest du fleuve Missouri. Depuis 1968, le « Bronze boot » (botte en bronze) est remis au vainqueur. Ce match de 2013 est la 105ème édition d’une rivalité que domine Wyoming depuis 4 ans.

Focus : « Jeweled Shillelhag »

Historique

USC-Notre Dame, Notre Dame-USC : un mot suffit pour qualifier cette rivalité. On parle ici d’un « classique ». Le terme classique est souvent utilisé dans le milieu de l’art, et correspond à une œuvre qui est devenue une référence. Ici, nous sommes dans le milieu du sport, mais un dénominateur commun est bien présent. Ce dénominateur commun est le mot « référence ». Lorsqu’on parle des Trojans de USC et des Fighting Irish de Notre Dame, on parle de programmes références, de confrontations références, et donc de rivalité référence. Oui, USC-Notre Dame, c’est le haut du panier, c’est la crème de la crème du football universitaire. 22 titres nationaux combinés pour les 2 programmes (11 chacun), 14 trophées Heisman, une multitude d’All-Americans et une flopée de Hall of Famers NCAA et NFL (dans le futur).

Les 2 universités se rencontrent depuis 1926, et se disputent le Jeweled Shillelhag Trophy (trique de bois paré de bijoux) depuis 1952. Sur ce trophée se trouve les médaillons qui symbolisent chaque victoire de l’une des deux équipes. Lorsque les Trojans l’emportent, une tête de Trojan (chevalier troyen) est gravée dessus. Si c’est Notre Dame qui gagne, on gravera alors un trèfle à 3 feuilles. En cas de match nul, un mix des deux est réalisé. On retrouve aujourd’hui 44 trèfles, 35 têtes de Trojan, et 5 médaillons mixtes sur le trophée.

Tout commence donc en 1926. L’origine de la rivalité entre USC et Notre Dame est assez floue vu que plusieurs versions existent. La version que l’on pourrait qualifier d’officielle et qui est souvent retenue est celle qui nous raconte que l’origine de la rivalité puise sa source dans une « conversation entre épouses ». A l’époque, l’université d’USC était à la recherche d’un rival national. Le directeur athlétique de l’équipe, Gywnn Wilson, fut envoyé par les Trojans à Lincoln, dans le Nebraska, afin d’assister à la rencontre entre Nebraska et Notre Dame. Accompagné de son épouse, Wilson assista donc à cette rencontre qui se déroula le jour de Thanksgiving. Wilson proposa au coach des Fighting Irish, Knute Rockne, l’idée de créer une rencontre annuelle avec alternance de l’équipe qui reçoit (une fois le match se joue à South Bend, puis l’année suivante à Los Angeles et ainsi de suite). Contre cette idée, Coach Rockne expliqua que le voyage (en train à l’époque) était bien trop fatiguant pour son équipe. Cependant, l’épouse de Wilson réussira à convaincre l’épouse de Rockne qu’un voyage tous les 2 ans sous le soleil californien était bien plus agréable qu’un voyage dans l’environnement rugueux et neigeux du Nebraska. Mme Rockne en parla à son mari, qui accepta finalement cette proposition. C’est ainsi que depuis le 4 décembre 1926, USC et Notre Dame se rencontrent chaque année.

Le match inaugural de 1926 est déjà un aperçu de ce que la rivalité va offrir au football universitaire dans le futur. Dans un match ultra serré, Notre Dame prendra finalement le dessus pour s’imposer 13 à 12. Pour Rockne, c’est le plus grand match qu’il ait jamais vu de sa vie. L’année suivante, rebelote, avec une nouvelle victoire d’un point des Fighting Irish, sur le score de 7 à 6. Ce match s’est déroulé au Soldier Field de Chicago, devant pas moins de 120 000 personnes. L’affluence du public en ce jour de 1927 est considérée comme l’une des plus élevées de l’histoire de la NCAA.

A la fin des années 1920, l’opposition enter Notre Dame et USC est menacée, du à des soucis de logistique. En effet, les voyages en train entre South Bend à Los Angeles sont désespérément longs. Confronté au Conseil de la faculté de Notre Dame, Coach Ruckne argumenta en faveur de la rivalité, en disant que le jour où la majorité des équipes de football voyageront en avion arrivera très vite. L’opposition entre Notre Dame et USC est finalement maintenue.

Au début des années 1930, les Fighting Irish sont au sommet de la hiérarchie du football universitaire. Double champion en titre en 1929 et 1930, Notre Dame reste sur 26 victoires d’affilée au moment de recevoir USC en 1931. Le match débute parfaitement pour Notre Dame qui mène 14-0. Mais USC ne désespère pas, et sous l’impulsion de Gus Shaver et Orv Mohler, les Trojans parviennent à recoller au score avant de passer devant dans la dernière minute grâce à un field goal de 33 yards de Johnny Baker. Vainqueur 16 à 14, Les Trojans remportent le premier match de leur histoire à South Bend. Suite à cette confrontation, le coach d’USC, Howard Jones, emmena l’ensemble de son équipe sur la tombe de Knute Rockne, mort dans un accident d’avion quelques mois auparavant, afin de respecter une minute de silence. A leur retour en Californie, plus de 300 000 fans attendaient les Trojans pour les féliciter.

Durant les années 1940, Notre Dame domine encore le monde du football universitaire, et par la même occasion la rivalité avec USC. Champions nationaux en 1943, 1946, 1947, 1949, les Fighting Irish ont remporté toutes leurs confrontations contre USC entre 1940 et 1949 (mise à part en 1948, où les 2 équipes se séparent par un nul).

De 1950 à 1961, Notre Dame continue à dominer USC, en remportant 9 des 12 matchs opposant les 2 universités.

En 1964, Notre Dame, classé #1, se déplace à Los Angeles dans le but de garder leur invincibilité (9-0 à ce moment là de la saison). USC n’étant pas classé, les Fighting Irish sont logiquement favoris, ce qu’ils prouveront en première mi-temps avec un avantage de 17 à 0. Cepedant, USC se réveille et remonte son retard. Les Trojans prennent l’avantage à 1 :35 de la fin du match grâce à un touchdown de Graig Fertig pour son receveur Rod Sherman, le tout sur un 4è down. Notre Dame tenta tant bien que mal de revenir sur un dernier drive, mais USC finit par l’emporter 20 à 17, brisant ainsi les rêves de titre des Fighting Irish.

Les matchs de 1968 et de 1970 resteront également dans les annales. En 1968, USC (guidés par O.J. Simpson, vainqueur du trophée Heisman) et Notre Dame finiront sur un score de parité 21 à 21, dans un des matchs les plus vus dans l’histoire du football universitaire. En 1970, USC prendra le dessus sur l’université de Notre Dame (invaincue à ce moment là) 38 à 28, et ce malgré l’une des plus grandes performances de l’histoire de la part de Joe Theismann (526 yards à la passe).

Le match du 30 novembre 1974 restera à jamais comme l’un des plus incroyables de la rivalité entre ces 2 géants du football universitaire. Champion en titre, Notre Dame se déplace à Los Angeles pour affronter USC. Rapidement devant sur le score de 24-0, les Fighting Irish semblent se diriger tranquillement vers une victoire confortable contre leur rival. Mais un touchdown d’Anthony Davis juste avant la mi-temps va donner de l’élan aux californiens. Au retour des vestiaires, le même Davis s’en va retourner un touchdown sur kickoff. Innarêtables, les Trojans vont scorer 35 points (!!) dans le seul et unique 3è quart-temps ! USC remportera ce match 55 à 24, avec 55 points d’affilée, inscrits en un temps record de 17 minutes. Cette victoire a depuis été baptisé « The Comeback », et est considéré à juste titre comme l’une des plus grandes victoires de l’histoire des Trojans.

4 ans plus tard, en 1978, une nouvelle page de la légende du Jeweled Shillelhag va s’écrire, et celle de Joe Montana par la même occasion. Mené 24 à 6 par USC dans le dernier quart-temps, Notre Dame réussit l’impensable en remontant au score sous l’impulsion de Montana, pour passer devant 25 à 24 à 45 secondes de la fin. La conversion à 2pts est cependant ratée, ce qui va couter très cher aux Fighting Irish. Sur le dernier drive des Trojans, le quarterback Paul McDonald perd la balle suite à un choc. Le fumble semble évident, sauf que les arbitres décident que c’est une passe incomplète, ce qui va permettre à USC d’avoir une nouvelle opportunité qu’ils ne gâcheront pas. A 4 secondes de la fin, Frank Jordan réussit le field goal victorieux, donnant un avantage définitif aux siens 27 à 25.

De 1978 à 1982, USC remportera 5 confrontations de suite contre Notre Dame.

A partir de 1983, la domination des Fighting Irish sera nette et sans bavure. Pendant une décennie, Notre Dame dominera USC en remportant 12 des 13 confrontations jusqu’en 1995 (pour un nul en 1994). Le match de 1988 fut un match au sommet, avec Notre Dame classé #1, et USC classé #2. Notre Dame, guidé par Tony Rice, remporta le match 27 à 10, avant de remporter le titre national cette année là.

Après 11 défaites d’affilées, USC va finalement briser cette série noire en 1996 lors du premier match avec prolongations de l’histoire de la rivalité. Les Trojans l’emporteront chez eux sur le score de 27 à 20. Ce sera le dernier match en tant qu’entraineur de Notre Dame de Lou Holtz, qui était invaincu contre USC avant ce match là.

Le match de 1999 est lui aussi l’un des grands moments lorsqu’on pense aux confrontations entre les 2 universités. 25 ans après l’incroyable comeback d’USC, c’est au tour de Notre Dame de faire une remontée spectaculaire. Menés 24 à 3 dans le troisième quart-temps, les Fighting Irish réussiront l’exploit (avec l’aide du vent, qui favorisa les kickers) de remonter pour s’imposer sur le score de 25 à 24.

A partir de 2002, les Trojans prendront très largement le dessus sur Notre Dame. De 2002 à 2011, USC remporta 9 des 10 confrontations contre les Fighting Irish, et le plus souvent dans des matchs à sens unique.

Sauf en 2005, où l’on assiste peut-être au plus grand match de l’histoire de cette incroyable rivalité.
USC, double champion en titre et sur une série de 27 victoires d’affilée, se déplace à South Bend avec sa « dream team », composée, entre autres, de Matt Leinart, Reggie Bush, Lendale White ou encore Dwayne Jarrett. Notre Dame, classé #9, espère faire chuter le grand favori de la saison devant un public en furie. Le match tiendra toutes ses promesses, et c’est le moins que l’on puisse dire. USC prendra l’avantage sur un premier touchdown de Reggie Bush, le futur meilleur joueur de la saison (même si son trophée Heisman lui sera retiré plus tard pour violations de règles NCAA*). Mais Notre Dame réagit vite, et se retrouve même en tête à la mi-temps, sur le score de 21 à 14. La seconde période est ultra serrée, mais les Trojans reprennent les commandes 28 à 24, grâce notamment à leur duo offensif Leinart-Bush. Mais Brady Quinn, le quarterback de Notre Dame, va aider son équipe à remonter le terrain avec un drive de 87 yards, qui se conclut sur un touchdown de Quinn à la course, donnant ainsi l’avantage 31 à 28 aux Fighting Irish, à 2 minutes de la fin. Le match a déjà atteint des sommets, mais va monter encore plus haut. Sur l’ultime drive du match, les Trojans se retrouve face à un 4th & 9 sur leur ligne des 26 yards. C’est l’action qui décidera de la saison d’USC. Leinart fait signe à son receveur Jarrett qu’il sera en couverture individuelle, avant de lui lancer la balle que ce dernier attrapera pour avancer jusqu’à la ligne des 13 yards de Notre Dame. Les Trojans arrivent finalement sur la ligne des 2 yards. Sur l’action qui suit, Leinart tente de courir lui-même vers la end zone mais il est plaqué par le linebacker Corey Mays, provoquant ainsi un fumble qui, heureusement pour les Trojans, n’aura pas de conséquence puisque la balle sort du terrain, ce qui arrête la montre laissant 7 secondes de jeu (USC n’avait plus de time out à ce moment là). Cependant, le chronomètre du stade ne s’arrête pas, faisant ainsi croire à une victoire des locaux. Le terrain est envahi par les étudiants de Notre Dame, avant d’être évacué pour laisser les 7 dernières secondes se jouer. Dans la confusion totale, une dernière action a finalement lieu. USC tente un QB-sneak, et Leinart semble être stoppé par la défense de Notre Dame, avant que Reggie Bush ne pousse finalement son quarterback dans la terre promise. Cette dernière action est appelée depuis « The Bush Push ». USC s’imposera donc finalement 34-31 dans ce match que l’on baptisera logiquement le « Bush Push  Game ». Les Trojans finiront leur saison en perdant la finale nationale contre les Texas Longhorns de Vince Young.

Depuis ce match mémorable, la rivalité entre USC et Notre Dame n’a pas connu de très grandes confrontations, ce qui est du notamment au fait que les 2 programmes ne sont plus performants en même temps. Mais peu importe, les confrontations entre USC et Notre Dame resteront à jamais spéciales pour tout ce qu’elles représentent, à savoir le football universitaire à son apogée et à son meilleur.

L’anecdote : The « Bush Push »

Le « Bush Push » est aujourd’hui considéré comme l’une des plus grandes actions de toute l’histoire du football universitaire. Cependant, elle est aussi controversée et contestée, notamment par des fans de Notre Dame.

Selon la section 3, article 2b du livre des règles NCAA, « le coureur n’a pas le droit de pousser ou de porter un coéquipier pour l’aider à progresser dans le terrain ».

Une pénalité aurait donc pu (du ?) être signalée, même si ce n’est que très rarement le cas. Si les arbitres avaient jeté leur petit foulard jaune, USC aurait du reculer de 5 yards…

Les enjeux du match de samedi

– La suprématie de la rivalité est en jeu
– c’est le second match du nouveau coach d’USC (même s’il ne devrait qu’assurer l’intérim), Ed Orgeron, qui va essayer de confirmer le renouveau d’USC après la belle victoire des Trojans contre Arizona la semaine dernière.
– Après sa belle victoire sur Arizona State (#22), les Fighting Irish doivent montrer qu’ils méritent de figurer dans l’AP Top 25, et ça passe par une performance dominante contre USC.

* : la NCAA a décidé le 10 juin 2010 de punir l’université d’USC pour avoir accordé des avantages en nature à Reggie Bush, de décembre 2004 à 2005. Le trophée Heisman remporté par Bush en 2005 lui a été retiré, et l’ensemble des victoires dans lesquelles Bush a participé durant cette période ont été annulées (14 victoires en tout). Il n’y a donc officiellement pas de vainqueur du trophée Heisman en 2005, ni de vainqueur du « Bush Push Game » de 2005, ce qui n’empêchera cependant pas ce dernier de rester graver dans les mémoires.

Publicité
3 commentaires

3 Comments

  1. Ben

    18 octobre 2013 at 14h29

    Le Bush Push, je me souviens très bien de ce match (que j’ai toujours en dvd d’ailleurs), quel suspense! Mais c’est vrai que depuis ce match, les confrontations entre USC et Notre Dame manquent un peu de piquant.

    En tant que fan de LSU, le Magnolia Bowl contre Ole Miss est toujours un match compliqué. LSU a souvent bcp de mal contre les Rebels et c’est souvent des matchs très spectaculaires. Hâte de suivre celui de samedi…

  2. Fred31

    18 octobre 2013 at 20h54

    Vous avez oublié une rivalité : le Bronze Boot (Border War) – Colorado State vs Wyoming

  3. Carl Potvin

    19 octobre 2013 at 13h51

    Bonjour,
    Je tiens à vous féliciter pour votre excellent site! Je lis avec grand intérêt chacun de vos articles.
    Je suis déjà allé voir Boston College et Rutgers et j’ai adoré les deux endroits, les tailgates et l’ambiance des stades. J’aimerais savoir si vous êtes déjà voir du football collégial américain et quel est l’endroit que vous avez préféré (tailgate, stade et ambiance).

    Merci de bien vouloir me répondre et bonne journée de football!

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Saison Régulière

Le résumé de la Week 8 : Ohio State et Michigan se rassurent, comeback de folie à Indiana

Publié

le

Crédit photo : Raj Mehta-USA TODAY Sports

C’était le grand retour à la compétition dans la conférence Big Ten et si les cadors #5 Ohio State, #14 Wisconsin et #18 Michigan n’ont pas manqué leur entrée en scène, on ne peut pas en dire autant de Michigan State et surtout de #8 Penn State battus respectivement par Rutgers et Indiana.

Dans la conférence SEC, #2 Alabama ont torpillé les Volunteers de Tennessee pour remporter le classique « Third Saturday of October » mais la victoire aura surement un gout amer en raison de la grave blessure de la cheville de WR Jaylen Waddle dont la saison est terminée.

#6 Oklahoma State remporte le Game of the Week en prenant le dessus sur les Cyclones de #17 Iowa State. Les Cowboys restent invaincus et conservent ainsi leur première place dans une conférence Big 12 qui a vu les victoires de #20 Kansas State, Oklahoma et Texas.

Très critiqué depuis le début de la saison en raison de performances offensives mitigées, #3 Notre Dame a enfin joué au niveau de son statut de #3 du pays. Tant offensivement que défensivement, les Fighting Irish ont outrageusement dominé les Panthers de Pittsburgh s’imposant finalement 45-3 à Heinz Field.

LB Amen Ogbongbemiga (#7), Oklahoma State – Crédit photo : Oklahoma State Athletic

Retrouvez un résumé complet de tous les matchs joués par les équipes du Top 25 et les meilleurs moments de cette week 8 :

L’affiche de la semaine

#6 Oklahoma State 24, #17 Iowa State 21

Une nouvelle performance dominante de leur défense et un RB Chuba Hubbard de gala permettent aux Cowboys de #6 Oklahoma State de conserver leur invincibilité en 2020 en s’imposant à domicile face aux Cyclone de #17 Iowa State.

Le retour de QB Spencer Sanders était très attendu du côté de Stillwater (Oklahoma) et le quarterback sophomore des Cowboys aura eu l’effet escompté au sein d’une attaque des Cowboys inconstante depuis le début de la saison.

Avec 235 yards à la passe et 71 yards au sol pour 1 TD, QB Spencer Sanders a joué un rôle essentiel lors d’une précieuse victoire de #6 Oklahoma State (4-0) face à #17 Iowa State (3-2) dans l’affiche de la semaine dans la conférence Big 12.

Blessé à une cheville lors du match d’ouverture face à Tulsa, le quarterback des Cowboys a manqué les trois derniers matchs. Son retour au jeu n’a pas été parfait (deux interceptions) mais il a su réussir les big plays nécessaires au moment opportun comme sur cette passe de TD de 34 yards à destination de WR Jelani Woods pour égaliser dans le 1er quart-temps alors que les Cyclones étaient parfaitement entrés dans le match.

L’autre star offensive des Cowboys, RB Chuba Hubbard, a lui aussi été déterminant. En plus de ses 139 yards au sol en 25 courses, il a donné l’avantage à son équipe 14-7 sur une superbe course de 32 yards. Mais il a surtout accumulé les 1st downs précieux tout au long de la rencontre.

> Compte-rendu complet de ce match Oklahoma State-Iowa State

RB Najee Harris (#22), Alabama – Crédit photo : Caitie McMekin, Knoxville News Sentinel/USA TODAY Sports

Résultats des équipes du Top 25

#1 Clemson 47, Syracuse 21

27ème victoire d’affilée en match de conférence ACC pour #1 Clemson (6-0) qui possède un bilan de 6-0 pour la 6ème année d’affilée. Pourtant, les Tigers se sont faits une petite frayeur dans le 3ème quart-temps lorsque les Orangemen sont revenus à 27-21. Finalement, QB Trevor Lawrence (27/43, 289 yards, 2 TD, 1 INT) et RB Travis Etienne (86 yards, 3 TD) ainsi qu’une défense retrouvée (4 turnovers provoqués) ont pris le dessus pour permettre à #1 Clemson de préserver son invincibilité en 2020.

Tennessee 17, #2 Alabama 48

#2 Alabama (5-0) enchaine une 14ème victoire consécutive face à son rival Tennessee (2-3) grâce à une nouvelle démonstration de puissance. Pas de TD dans les airs pour QB Mac Jones (25/31, 387 yards, 1 TD au sol) mais son coéquipier RB Najee Harris (96 yards, 3 TD) en a profité pour marquer ses 12ème, 13ème et 14ème TD au sol de la saison. Mais cette victoire aura été couteuse pour le Crimson Tide puisque l’équipe de coach Nick Saban a perdu son receveur star WR Jaylen Waddle (fracture de la cheville) dès le premier jeu du match sur le retour de kickoff.

Pittsburgh 3, #3 Notre Dame 45

#3 Notre Dame (5-0) devait élever son niveau de jeu pour relancer sa saison après des débuts hésitants. Mission accomplie. Dominants en défense et explosifs en attaque, les Fighting Irish infligent une 4ème défaite d’affilée à des Panthers qui étaient encore privés de QB Kenny Pickett. L’attaque de Pittsburgh a dû se contenter de 162 yards et les 3 passes du freshman QB Joey Yellen auront fait très mal. 312 yards à la passe et 3 TD pour QB Ian Book dont la connection avec le senior WR Ben Skowronek a fait mal à la défense de Pittsburgh (3-4).

QB Justin Fields, Ohio State – Crédit photo : Getty Images

#5 Ohio State 52, Nebraska 17

Première sortie quasi-parfaite pour QB Justin Fields (20/21, 276 yards, 2 TD, 1 INT et 54 yards au sol, 1 TD) et les Buckeyes de #5 Ohio State (1-0) qui ont pris l’avantage, à l’usure, face à une équipe de Nebraska (0-1) accrocheuse en 1ère mi-temps. QB Adrian Martinez (12/15, 105 yards et 85 yards au sol, 1 TD) a posé beaucoup de soucis à la défense des Buckeyes dans les 20 premières minutes avant de disparaître complètement au retour des vestiaires. On retiendra également l’excellent match du duo WR Garrett Wilson (7 réceptions, 129 yards, 1 TD) / WR Chris Olave (6 réceptions, 104 yards).

Indiana 36, #8 Penn State 35

Quelle fin de match à Bloomington ! Mené par un QB Michael Penix Jr sensationnel en fin de 4ème quart-temps, Indiana fait tomber une équipe du Top 10 pour la première fois depuis 1987 ! #8 Penn State pensait avoir pris un avantage définitif lorsque WR Parker Washington donna une avance 35-28 aux Nittany Lions sur une réception de 9 yards en overtime. Les Hoosiers ne l’entendirent pas ainsi. QB Michael Penix Jr se connecta avec WR Whop Philyor pour ramener son équipe à 34-35 avant que le quarterback d’Indiana n’offre la victoire aux siens au prix d’un effort surhumain en plongeant sur le pylone à l’entrée de la zone des buts. Après de longues minutes d’attente nécessaires aux arbitres pour valider cette conversion à 2 points, les Hoosiers pouvaient célébrer la victoire, leur première contre une équipe du Top 10 depuis 33 ans !

> Compte-rendu complet de ce match Indiana-Penn State

#16 SMU 13, #9 Cincinnati 42

Quelle performance de QB Desmond Ritter (13/21, 126 yards, 1 TD et 179 yards au sol, 3 TD) et de #9 Cincinnati (4-0) qui infligent aux Mustangs de #16 SMU (5-1) leur première défaite de la saison. Le quarterback des Bearcats a inscrit 4 TD pour une équipe qui n’avait pas joué depuis 3 semaines. La défense de fer de #9 Cincinnati a pris l’avantage sur un QB Shane Buechele (23/44, 216 yards, 1 TD, 1 INT) qui a été intercepté pour la première fois depuis le match d’ouverture des Mustangs.

QB Desmond Ritter, Cincinnati – Crédit photo : Tim Flores, USA Today Sports

#11 Miami 19, Virginia 14

Au terme d’un match dominé par les défenses, les Hurricanes de #11 Miami (5-1) remportent une 5ème victoire cette saison grâce notamement au duo QB D’Eriq King (21/30, 322 yards, 1 TD) / WR Mike Harley (10 réceptions, 170 yards, 1 TD). De leur côté, les Cavaliers de Virginia (1-4) s’inclinent pour la 4ème fois d’affilée.

#12 Brigham Young 52, Texas State 14

Encore une formidable performance pour QB Zach Wilson (19/25, 287 yards, 4 TD) et l’attaque des Cougars (579 yards) qui permettent à #12 Brigham Young (6-0) d’enchainer une 6ème victoire en 6 matchs. Il s’agit du meilleur début de saison du programme de Provo (Utah) depuis 2008.

#14 Wisconsin 45, Illinois 7

Recrue vedette des Badgers en 2018, le redshirt freshman QB Graham Mertz faisait ses débuts à la tête de l’attaque de #4 Wisconsin (1-0) en raison du forfait pour le reste de la saison du senior QB Jack Coan… Et quelle entrée en matière ! 5 TDs à la passe qui égale un record de l’université Wisconsin. Il a également enchainé 17 passes réussies consécutives, également un record. Un rating de 308.3. Magistral !

#14 North Carolina 48, #23 NC State 21

Les Tar Heels de #14 North Carolina (4-1) ont sur-utilisé leur jeu au sol dominant pour écarter un Wolfpack de #23 North Carolina State (4-2) handicapé par l’absence de leur leader offensif, QB Devin Leary. RB Javonte Williams (160 yards, 3 TD) et RB Michael Carter (106 yards, 1 TD) ont tous les deux dépassé la barre des 100 yards au sol tandis que QB Sam Howell (18/29, 252 yards, 1 TD et 1 TD au sol) a assuré l’essentiel. #14 North Carolina mène désormais la série 68-36-6 face à son rival régional.

RB Javonte Williams (#25), North Carolina – Crédit photo : AP

Wake Forest 23, #19 Virginia Tech 16

Les Demon Deacons de Wake Forest (3-2) enchainent une 2ème victoire d’affilée en faisant tomber une équipe du Top 20 national grâce à 3 passes interceptées par le walk-on DB Nick Andersen et aux 129 yards au sol de RB Christian Beal-Smith ! C’est un coup d’arrêt pour les Hokies de #19 Virginia Tech dont l’attaque au sol n’a pas fait aussi bien que les semaines passées.

#20 Kansas State 55, Kansas 14

12ème victoire consécutive des Wildcats de #20 Kansas State (4-1) lors du Sunflower Showdown face à son rival régional, Kansas (0-5). Deux TDs de WR Phillip Brooks sur retour de punt, un Pick Six et une défense de fer ont assuré la 4ème victoire d’affilée des Wildcats. #20 Kansas State possède un bilan de 4-0 en match intra-conférence Big 12 pour la première fois depuis 2014.

#21 Minnesota 49, #18 Michigan 24

#18 Michigan réussit son entrée en piste dans la saison 2020 en remportant une victoire précieuse à #21 Minnesota dans un match entre équipes classées. Dans l’ombre de Shea Patterson lors des deux dernières saisons, le junior QB Joe Milton (15/22, 225 yards, 1 TD et 52 yards au sol, 1 TD) était très attendu pour ce premier match de la saison de #18 Michigan (1-0). Examen de passage réussi pour le quarterback des Wolverines. À la tête d’une attaque de #18 Michigan inarrêtable dans ce match (478 yards, 8.6 yards par jeu), QB Joe Milton a su donner le ton avec ses 2 passes de TD pour permettre à l’équipe de coach Jim Harbaugh de rentrer parfaitement dans cette saison 2020.

> Compte-rendu complet de ce match Minnesota-Michigan

QB Joe Milton (#5), Michigan – Crédit photo : Getty Images

#22 Marshall 20, Florida Atlantic 9

Face à une équipe combative de FAU (1-1), le freshman QB Grant Wells (18/31, 251 yards, 2 TD, 2 INT) a assuré l’essentiel pour le Thundering Herd : une victoire 20-9 qui permet à Marshall (5-0) de rester invaincu dans la conférence USA.

#25 Coastal Carolina 28, Georgia Southern 14

Malgré l’absence de leur leader offensif QB Grayson McCall, les Chanticleers de #25 Coastal Carolina (5-0) continuent leur marche en avant en remportant leur premier match en tant qu’équipe classée de leur Histoire. Avec ses 3 passes de TD, le backup QB Fred Payton (15/28, 252 yards, 3 TD, 2 INT) a assuré la victoire malgré ses 2 passes interceptées.

Autres résultats importants

Conférence ACC

Louisville 48, Florida State 16
Boston College 48, Georgia Tech 27

Conférence AAC

South Florida 13, Tulsa 42
Memphis 41, Temple 29
Central Florida 51, Tulane 34
Navy 21, Houston 37

Conférence Big Ten

Michigan State 27, Rutgers 38
Purdue 24, Iowa 20
Northwestern 43, Maryland 3

Conférence Big 12

TCU 14, Oklahoma 33
Texas 27, Baylor 16
Texas Tech 34, West Virginia 27

Conférence Mountain West

San Jose State 17, Air Force 16
San Diego State 34, UNLV 6
Hawaii 34, Fresno State 19
Nevada 37, Wyoming 34 OT
Boise State 42, Utah State 13

Conférence SEC

Ole 28, Auburn 35
Missouri 20, Kentucky 10
LSU 52, South Carolina 24

Autres résultats

Appalachian State 45, Arkansas State 17
Florida International 10, Jacksonville State 19
UAB 20, Louisiana 24
Charlotte 38, UTEP 28
Army 49, Mercer (FCS) 3
Liberty 56, Southern Miss 35
Western Kentucky 13, Chattanooga (FCS) 10
Troy 34, Georgia State 36
Rice 34, Middle Tennessee 40 OT
UTSA 27, Louisiana Tech 26
South Alabama 38, Louisiana-Monroe 14

Matchs reportés

Colorado State vs New Mexico

L’image de la semaine

C’est l’image de la semaine. Peut-être même de l’année. Au prix d’un effort surhumain, le quarterback d’Indiana, Michael Penix Jr, réussit la conversion à 2 points qui offre une victoire historique aux Hoosiers face à #8 Penn State en prolongation.

QB Michael penix Jr, Indiana – Crédit photo : Mark Lebryk, USA Today Sports

Highlights

Le TD de la semaine

WR Seth Williams joue encore les sauveurs d’Auburn en réussissant le TD de la victoire des Tigers à Ole Miss.

La réception de la semaine

Les Buckeyes de #5 Ohio State n’ont pas manqué leur entrée en scène dans cette saison 2020 et le true freshman 5-étoiles WR Jaxon Smith-Njigba en a profité pour se mettre en valeur en réussissant un « tap toe » spectaculaire.

La course de la semaine

S’il n’a pas remporté son duel à distance avec RB Breece Hall sur le plan staististique, le Canadian Cowboy Chuba Hubbard se contentera de la victoire des siens à laquelle il a largement contribué inscrivant notamment un TD sur cette superbe course de 32 yards.

L’interception de la semaine

Symbole d’une défense des Cowboys en nette progression depuis un an, DB Kolby Harvey-Peel réussit une fabuleuse interception lors de la victoire de #6 Oklahoma State face à #17 Iowa State.

Le FG (raté) de la semaine

Rice aurait pu l’emporter sur un FG de la victoire dans les toutes dernières secondes du 4ème quart-temps… Le ballon frappe 4 fois les poteaux. Irréel ! Middle Tennessee l’emportera finalement 40-34 en overtime. Terrible.

Le punt de l’année

Acculé au bord de sa propre end zone, Texas Tech était sous pression… P Austin McNamara réussit un fantastique punt de 87 yards pour un touchback !

La stat’ de la semaine

Le match quasi-parfait pour le redshirt freshman QB Graham Mertz lors de sa première titularisation en carrière avec les Badgers de Wisconsin.

La blessure de la semaine

Terrible nouvelle pour #2 Alabama : le receveur star WR Jaylen Waddle se blesse à la cheville sur le retour de kickoff face à Tennessee. Résultat : fracture et saison terminée.

Le #WTF de la semaine

RB Javian Hawkins capte une passe de QB Malik Cunningham mais enchaine avec un fumble. Il s’auto-punit en faisant des pompes. Magique. ¯\_(ツ)_/¯

Performances individuelles

Lors de cette 8ème semaine de la saison 2020, on retiendra les performances individuelles suivantes :

– QB Dillon Gabriel (UCF), 26/40, 422 yards, 5 TD, 0 INT.
– QB Carson Strong (Nevada), 39/52, 420 yards, 4 TD, 0 INT.
– QB Malik Willis (Liberty), 24/31, 345 yards, 6 TD, 0 INT.
– RB Breece Hall (Iowa State), 20 courses, 185 yards, 1 TD.
– QB Desmond Ridder (Cincinnati), 8 courses, 179 yards, 3 TD.
– RB Javian Hawkins (West Virginia), 16 courses, 174 yards, 3 TD.
– RB Javonte Williams (North Carolina), 19 courses, 160 yards, 3 TD.
– WR Calvin Austin III (Memphis), 6 réceptions, 184 yards, 1 TD.
– WR Marlon Williams (UCF), 9 réceptions, 174 yards, 3 TD.
– WR Kawaan Baker (South Alabama), 6 réceptions, 154 yards, 3 TD.
– WR Jayden Reed (Michigan State), 11 réceptions, 128 yards, 2 TD.
– WR Randle Jones (Temple), 12 réceptions, 118 yards, 0 TD.
– WR Jadan Blue (Temple), 13 réceptions, 115 yards, 3 TD.

Lire la suite

Saison Régulière

Minnesota – Michigan (24-49) : des débuts réussis pour QB Joe Milton

#18 Michigan réussit son entrée en piste dans la saison 2020 en remportant une victoire précieuse à #21 Minnesota dans un match entre équipes classées.

Publié

le

Crédit photo : Mark Vancleave, AP

Dans l’ombre de Shea Patterson lors des deux dernières saisons, le junior QB Joe Milton (15/22, 225 yards, 1 TD et 52 yards au sol, 1 TD) était très attendu pour ce premier match de la saison de #18 Michigan (1-0). Examen de passage réussi pour le quarterback des Wolverines.

À la tête d’une attaque de #18 Michigan inarrêtable dans ce match (478 yards, 8.6 yards par jeu), QB Joe Milton a su donner le ton avec ses 2 passes de TD pour permettre à l’équipe de coach Jim Harbaugh de rentrer parfaitement dans cette saison 2020.

Le jeu au sol des Wolverines a également été efficace avec un total de 253 yards pour 5 TD, RB Zach Charbonnet (4 courses, 70 yards) réussissant notamment un TD de 70 yards dans le 1er quart-temps avant que RB Hassan Haskins (82 yards au sol) ne réussisse deux TDs.

Et la défense des Wolverines s’est mise au diapason de l’attaque limitant l’escouade offensive des Golden Gophers de #21 Minnesota (0-1) à seulement 6/14 sur 3ème tentative. C’est aussi sur un big play défensif que #18 Michigan a marqué de son empreinte cette rencontre lorsque DB Michael Barrett réussit un strip sack sur QB Tanner Morgan (18/31, 197 yards, 1 TD, 1 INT) à la suite duquel DL Donovan Jeter inscrit un TD défensif qui donna une avance 14-7 aux Wolverines.

Sous la pression d’un front seven de #18 Michigan mené par l’excellent DE Kwity Paye, les Golden Gophers ne réussiront jamais à revenir dans ce match malgré les deux TDs au sol de RB Mohamed Ibrahim (26 courses, 140 yards, 2 TD) et les prouesses de WR Rashod Bateman (9 réceptions, 101 yards).

Seule inquiétude pour les Wolverines : les équipes spéciales. FG Jake Moody a manqué ses 3 FGs et #21 Minnesota a réussi à bloquer un punt sur le premier drive de #18 Michigan.

Résumé en vidéo

Lire la suite

Saison Régulière

Oklahoma State – Iowa State (24-21) : les Cowboys remportent le choc de la Big 12

Une nouvelle performance dominante de leur défense et un RB Chuba Hubbard de gala permettent aux Cowboys de #6 Oklahoma State de conserver leur invincibilité en 2020 en s’imposant à domicile face aux Cyclone de #17 Iowa State.

Publié

le

Crédit photo : Brian Bahr/Getty Images

Le retour de QB Spencer Sanders était très attendu du côté de Stillwater (Oklahoma) et le quarterback sophomore des Cowboys aura eu l’effet escompté au sein d’une attaque des Cowboys inconstante depuis le début de la saison.

Avec 235 yards à la passe et 71 yards au sol pour 1 TD, QB Spencer Sanders a joué un rôle essentiel lors d’une précieuse victoire de #6 Oklahoma State (4-0) face à #17 Iowa State (3-2) dans l’affiche de la semaine dans la conférence Big 12.

Blessé à une cheville lors du match d’ouverture face à Tulsa, le quarterback des Cowboys a manqué les trois derniers matchs. Son retour au jeu n’a pas été parfait (deux interceptions) mais il a su réussir les big plays nécessaires au moment opportun comme sur cette passe de TD de 34 yards à destination de WR Jelani Woods pour égaliser dans le 1er quart-temps alors que les Cyclones étaient parfaitement entrés dans le match.

L’autre star offensive des Cowboys, RB Chuba Hubbard, a lui aussi été déterminant. En plus de ses 139 yards au sol en 25 courses, il a donné l’avantage à son équipe 14-7 sur une superbe course de 32 yards. Mais il a surtout accumulé les 1st downs précieux tout au long de la rencontre.

Trois semaines après avoir battu Oklahoma, #17 Iowa State espérait poursuivre sur sa lancée et réussir le premier début de saison à 4-0 en match intra-conférence de son Histoire. Malgré la solide performance de RB Breece Hall (185 yards, 1 TD) et de QB Brock Purdy (19/34, 162 yards, 1 TD, 1 INT), les Cyclones ont manqué trop d’opportunités pour prétendre à la victoire. Leurs deux FGs manqués ont notamment été préjudiciables. Ils sont aussi tombés sur une défense des Cowboys qui ne cesse de convaincre depuis le début de la saison.

Avec ce succès à domicile, #6 Oklahoma State préserve sa place au sommet du classement de la Big 12 demeurant ainsi la seule équipe invaincue en match intra-conférence avec les Wildcats de Kansas State.

Résumé en vidéo

Lire la suite

Saison Régulière

Indiana – Penn State (36-35) : des Hoosiers audacieux renversent Penn State en OT

Mené par un QB Michael Penix Jr sensationnel en fin de match, Indiana fait tomber une équipe du Top 10 pour la première fois depuis 1987 !

Publié

le

Crédit photo : USA Today Sports

Quelle fin de match à Bloomington !

#8 Penn State (0-1) semblait pourtant en excellente situation pour réussir un comeback et remporter une victoire laborieuse lorsque QB Sean Clifford (24/35, 238 ) se connecta avec WR Jahan Dotson pour un TD de 60 yards à 2:30 de la fin pour donner une avance 21-20. D’autant plus que les Nittany Lions récupérèrent la possession du ballon après un big stop de leur défense sur un 4th down. Ils n’avaient plus qu’à aller chercher un 1st down et laisser défiler le chronomètre pour sceller le sort du match…

Il n’en fût rien. Trop content d’inscrire son premier TD de la saison, RB Devyn Fox donna une avance 28-20 à #8 Penn State mais redonna surtout la possession du ballon aux Hoosiers à 1:42 de la fin.

C’est alors que ce match déjà très intense bascula dans la folie. Au bout du suspense QB Michael Penix Jr (19/36, 170 yards, 1 TD, 1 INT) inscrit d’abord un TD au sol d’un yard avant d’envoyer le match en prolongation en réussissant la conversion à deux points sur une nouvelle course tout en force. 28-28 ! Totalement inespéré !

Et encore une fois, #8 Penn State pensait avoir pris un avantage définitif lorsque WR Parker Washington donna une avance 35-28 aux Nittany Lions sur une réception de 9 yards.

Les Hoosiers ne l’entendirent pas ainsi. QB Michael Penix Jr se connecta avec WR Whop Philyor (5 réceptions, 36 yards, 1 TD) pour ramener son équipe à 34-35 avant que le quarterback d’Indiana n’offre la victoire aux siens au prix d’un effort surhumain en plongeant sur le pylone à l’entrée de la zone des buts. Après de longues minutes d’attente nécessaires aux arbitres pour valider cette conversion à 2 points, les Hoosiers pouvaient célébrer la victoire, leur première contre une équipe du Top 10 depuis 33 ans !

Indiana avait perdu ses 42 derniers matchs contre une équipe du Top 10. La dernière victoire remonta à octobre 1987, face à Ohio State.

Si la victoire est belle pour Indiana, la désillusion est terrible pour une équipe de #8 Penn State qui a accumulé les erreurs dans ce match. Les Nittany Lions se sont présentés trois fois dans la red zone adverse avec 0 point au bout. L’équipe de coch James Franklin a également manqué 3 FGs et commis 2 interceptions en plus de d’un fumble, d’un muffed punt et d’un fumble sur retour de kickoff.

Résumé en vidéo

Lire la suite

Articles les plus lus