Suivez-nous

Saison Régulière

Le journal des Rivalry Games – Semaine 8

Retrouvez une présentation complète des Rivalry Games de la semaine : un véritable saut dans l’univers infernal de ces matchs entre programmes qui aiment s’haïr mutuellement

Publié

le

Chaque vendredi, Nicolas Meichel vous proposera une présentation complète des Rivalry Games de la semaine : un véritable saut dans l’univers infernal de ces matchs entre programmes qui aiment s’haïr mutuellement.

Trophée en jeu, bilan des confrontations, historique, etc… Vous saurez tout sur ces rencontres explosives qui mettent le feu sur les campus !

USC (4-2) @ Notre Dame (4-2)
Notre Dame Stadium, South Bend, Indiana
Samedi 19 octobre 2013
19h30 (heure côte est, 01h30 en France)
 en rediffusion sur TBP TV

Trophée en jeu : Jeweled Shillelhag
Bilan des confrontations : Notre Dame mène 44-35-5
Date du 1er match : 1926
Résultat du dernier match : Notre Dame 22, USC 13
Historique : Les universités de Notre Dame et de South California (dite USC) forment l’une des plus prestigieuses et importantes rivalités du football universitaire. Celle-ci débuta en 1926 lorsque les 2 équipes se rencontrent pour la première fois. Notre Dame et USC sont considérés à juste titre comme des programmes « élite » de la NCAAF. En effet, les 2 universités combinent les chiffres record de 22 titres nationaux (11 pour chaque université) et 14 vainqueurs du trophée Heisman. Leurs confrontations ont donc souvent été d’une grande importance, vu qu’elles impliquaient directement des chances de titre. En effet, à plusieurs occasions, le vainqueur du match se retrouvait à la fin de la saison en finale nationale. Ce ne sera pas le cas cette année, mais la rivalité reste intacte.

 

#5 Florida State (5-0) @ #3 Clemson (6-0)
Memorial Stadium, Clemson, Caroline du Sud
Samedi 19 octobre 2013
20h00 (heure côte est, 02h00 en France)
 en rediffusion sur TBP TV

Trophée en jeu : Aucun.
Bilan des confrontations : Florida State mène 18-8
Date du 1er match : 1970
Résultat du dernier match : Florida State 49, Clemson 37
Historique des confrontations : La rivalité entre les universités de Florida State (FSU) et de Clemson, qui font toutes les 2 partie de l’Atlantic Coast Conférence (ACC), est plutôt récente. Le premier match entre les 2 universités n’a eu lieu qu’en 1970, mais la rivalité n’a véritablement débuté qu’en 1988, lorsque Clemson (#3)  s’inclina contre FSU (#10) sur le score de 24 à 21 (ce qui brisa les rêves de titre national pour les Clemson Tigers). Les confrontations entre les Seminoles et les Tigers sont également connues pour le Bowden Bowl. De 1998 à 2008, Bobby Bowden, coach de FSU, affronta son fils, Tommy Bowden, coach de FSU. Le père remporta 5 des 9 confrontations entre les 2, mais le fils prendra le dessus en 2003, alors que FSU était classé #3, offrant ainsi un joli cadeau d’anniversaire à son père en ruinant les chances de titre national pour les Seminoles.
Samedi soir, la rivalité prendra une nouvelle dimension, avec l’opposition entre deux équipes à la fois invaincues, mais aussi très bien classées dans l’AP Top 25. A ne rater sous aucun prétexte.

 

#6 LSU (6-1) @ Ole Miss (3-3)
Vaught-Hemingway Stadium, Oxford, Mississippi
Samedi 19 octobre 2013
19h00 (heure locale, 01h00 en France)
 en rediffusion sur TBP TV

Trophée en jeu : Magnolia Bowl
Bilan des confrontations : LSU mène 58-39-4
Date du 1er match : 1894
Résultat du dernier match : LSU 41, Ole Miss 35
Historique des confrontations : Les universités de Lousiana State (LSU) et du Mississippi (Ole Miss) se sont rencontrées pour la première fois en 1894. Depuis 1945, une rencontre annuelle est prévue entre ces 2 membres de la Southeastern Conference (SEC). C’est surtout durant les années 1950 et 1960 que la rivalité bat son plein, lorsque les 2 équipes étaient très compétitives, visant chacune le titre national. En 2008, la confrontation entre LSU et Ole Miss est baptisée le Magnolia Bowl (le trophée est crée également cette année là), du au fait que cette fleur est la fleur symbole des 2 Etats.
La rivalité est dominée depuis une décennie par les Tigers, qui ont remporté 8 des 10 dernières confrontations contre Ole Miss.

 

Nevada (3-3) @ Boise State (4-2)
Bronco Stadium, Boise, Idaho
Samedi 19 octobre 2013
20h00 (heure locale, 02h00 en France)
 en rediffusion sur TBP TV

Trophée en jeu : Aucun
Bilan des confrontations : Boise State mène 25-13
Date du 1er match : 1971
Résultat du dernier match : Boise State 27, Nevada 21
Historique des confrontations : A l’instar de FSU et Clemson, la première confrontation entre Nevada et Boise State date du début des années 1970. 38 confrontations ont été jouées depuis 1971, et Boise State domine Nevada 25 victoires à 13. Les Broncos (Boise State) et les Wolf Pack (Nevada) font partie de la même conférence, la Mountain West Conference, depuis 2012. Auparavant, les 2 universités ont également fait partie ensemble de la Big Sky Conference, de la Big West Conference, et de la Western Athletic Conference. Ce qui fait la caractéristique de cette rivalité, c’est que les 2 équipes se sont tout d’abord affrontées dans le cadre de la NCAA Division II, avant de progresser pour s’affronter aujourd’hui dans le cadre de la NCAA Division I FBS.

 

Colorado State (2-4) @ Wyoming (4-2)
War Memorial Stadium, Laramie, Wyoming
Samedi 19 octobre 2013
14h00 (heure locale, 20h00 en France)
 en rediffusion sur TBP TV

Trophée en jeu : Bronze Boot
Bilan des confrontations : Colorado State State mène 55-44-5
Date du 1er match : 1899
Résultat du dernier match : Wyoming 45, Colorado State 31
Historique des confrontations : La rivalité entre Colorado State et Wyoming est l’une des plus ancienne et les plus disputées du College Football. Le premier affrontement remonte à 1899 ! C’est la plus ancienne rivalité inter-Etat pour deux facultés à l’ouest du fleuve Missouri. Depuis 1968, le « Bronze boot » (botte en bronze) est remis au vainqueur. Ce match de 2013 est la 105ème édition d’une rivalité que domine Wyoming depuis 4 ans.

Focus : « Jeweled Shillelhag »

Historique

USC-Notre Dame, Notre Dame-USC : un mot suffit pour qualifier cette rivalité. On parle ici d’un « classique ». Le terme classique est souvent utilisé dans le milieu de l’art, et correspond à une œuvre qui est devenue une référence. Ici, nous sommes dans le milieu du sport, mais un dénominateur commun est bien présent. Ce dénominateur commun est le mot « référence ». Lorsqu’on parle des Trojans de USC et des Fighting Irish de Notre Dame, on parle de programmes références, de confrontations références, et donc de rivalité référence. Oui, USC-Notre Dame, c’est le haut du panier, c’est la crème de la crème du football universitaire. 22 titres nationaux combinés pour les 2 programmes (11 chacun), 14 trophées Heisman, une multitude d’All-Americans et une flopée de Hall of Famers NCAA et NFL (dans le futur).

Les 2 universités se rencontrent depuis 1926, et se disputent le Jeweled Shillelhag Trophy (trique de bois paré de bijoux) depuis 1952. Sur ce trophée se trouve les médaillons qui symbolisent chaque victoire de l’une des deux équipes. Lorsque les Trojans l’emportent, une tête de Trojan (chevalier troyen) est gravée dessus. Si c’est Notre Dame qui gagne, on gravera alors un trèfle à 3 feuilles. En cas de match nul, un mix des deux est réalisé. On retrouve aujourd’hui 44 trèfles, 35 têtes de Trojan, et 5 médaillons mixtes sur le trophée.

Tout commence donc en 1926. L’origine de la rivalité entre USC et Notre Dame est assez floue vu que plusieurs versions existent. La version que l’on pourrait qualifier d’officielle et qui est souvent retenue est celle qui nous raconte que l’origine de la rivalité puise sa source dans une « conversation entre épouses ». A l’époque, l’université d’USC était à la recherche d’un rival national. Le directeur athlétique de l’équipe, Gywnn Wilson, fut envoyé par les Trojans à Lincoln, dans le Nebraska, afin d’assister à la rencontre entre Nebraska et Notre Dame. Accompagné de son épouse, Wilson assista donc à cette rencontre qui se déroula le jour de Thanksgiving. Wilson proposa au coach des Fighting Irish, Knute Rockne, l’idée de créer une rencontre annuelle avec alternance de l’équipe qui reçoit (une fois le match se joue à South Bend, puis l’année suivante à Los Angeles et ainsi de suite). Contre cette idée, Coach Rockne expliqua que le voyage (en train à l’époque) était bien trop fatiguant pour son équipe. Cependant, l’épouse de Wilson réussira à convaincre l’épouse de Rockne qu’un voyage tous les 2 ans sous le soleil californien était bien plus agréable qu’un voyage dans l’environnement rugueux et neigeux du Nebraska. Mme Rockne en parla à son mari, qui accepta finalement cette proposition. C’est ainsi que depuis le 4 décembre 1926, USC et Notre Dame se rencontrent chaque année.

Le match inaugural de 1926 est déjà un aperçu de ce que la rivalité va offrir au football universitaire dans le futur. Dans un match ultra serré, Notre Dame prendra finalement le dessus pour s’imposer 13 à 12. Pour Rockne, c’est le plus grand match qu’il ait jamais vu de sa vie. L’année suivante, rebelote, avec une nouvelle victoire d’un point des Fighting Irish, sur le score de 7 à 6. Ce match s’est déroulé au Soldier Field de Chicago, devant pas moins de 120 000 personnes. L’affluence du public en ce jour de 1927 est considérée comme l’une des plus élevées de l’histoire de la NCAA.

A la fin des années 1920, l’opposition enter Notre Dame et USC est menacée, du à des soucis de logistique. En effet, les voyages en train entre South Bend à Los Angeles sont désespérément longs. Confronté au Conseil de la faculté de Notre Dame, Coach Ruckne argumenta en faveur de la rivalité, en disant que le jour où la majorité des équipes de football voyageront en avion arrivera très vite. L’opposition entre Notre Dame et USC est finalement maintenue.

Au début des années 1930, les Fighting Irish sont au sommet de la hiérarchie du football universitaire. Double champion en titre en 1929 et 1930, Notre Dame reste sur 26 victoires d’affilée au moment de recevoir USC en 1931. Le match débute parfaitement pour Notre Dame qui mène 14-0. Mais USC ne désespère pas, et sous l’impulsion de Gus Shaver et Orv Mohler, les Trojans parviennent à recoller au score avant de passer devant dans la dernière minute grâce à un field goal de 33 yards de Johnny Baker. Vainqueur 16 à 14, Les Trojans remportent le premier match de leur histoire à South Bend. Suite à cette confrontation, le coach d’USC, Howard Jones, emmena l’ensemble de son équipe sur la tombe de Knute Rockne, mort dans un accident d’avion quelques mois auparavant, afin de respecter une minute de silence. A leur retour en Californie, plus de 300 000 fans attendaient les Trojans pour les féliciter.

Durant les années 1940, Notre Dame domine encore le monde du football universitaire, et par la même occasion la rivalité avec USC. Champions nationaux en 1943, 1946, 1947, 1949, les Fighting Irish ont remporté toutes leurs confrontations contre USC entre 1940 et 1949 (mise à part en 1948, où les 2 équipes se séparent par un nul).

De 1950 à 1961, Notre Dame continue à dominer USC, en remportant 9 des 12 matchs opposant les 2 universités.

En 1964, Notre Dame, classé #1, se déplace à Los Angeles dans le but de garder leur invincibilité (9-0 à ce moment là de la saison). USC n’étant pas classé, les Fighting Irish sont logiquement favoris, ce qu’ils prouveront en première mi-temps avec un avantage de 17 à 0. Cepedant, USC se réveille et remonte son retard. Les Trojans prennent l’avantage à 1 :35 de la fin du match grâce à un touchdown de Graig Fertig pour son receveur Rod Sherman, le tout sur un 4è down. Notre Dame tenta tant bien que mal de revenir sur un dernier drive, mais USC finit par l’emporter 20 à 17, brisant ainsi les rêves de titre des Fighting Irish.

Les matchs de 1968 et de 1970 resteront également dans les annales. En 1968, USC (guidés par O.J. Simpson, vainqueur du trophée Heisman) et Notre Dame finiront sur un score de parité 21 à 21, dans un des matchs les plus vus dans l’histoire du football universitaire. En 1970, USC prendra le dessus sur l’université de Notre Dame (invaincue à ce moment là) 38 à 28, et ce malgré l’une des plus grandes performances de l’histoire de la part de Joe Theismann (526 yards à la passe).

Le match du 30 novembre 1974 restera à jamais comme l’un des plus incroyables de la rivalité entre ces 2 géants du football universitaire. Champion en titre, Notre Dame se déplace à Los Angeles pour affronter USC. Rapidement devant sur le score de 24-0, les Fighting Irish semblent se diriger tranquillement vers une victoire confortable contre leur rival. Mais un touchdown d’Anthony Davis juste avant la mi-temps va donner de l’élan aux californiens. Au retour des vestiaires, le même Davis s’en va retourner un touchdown sur kickoff. Innarêtables, les Trojans vont scorer 35 points (!!) dans le seul et unique 3è quart-temps ! USC remportera ce match 55 à 24, avec 55 points d’affilée, inscrits en un temps record de 17 minutes. Cette victoire a depuis été baptisé « The Comeback », et est considéré à juste titre comme l’une des plus grandes victoires de l’histoire des Trojans.

4 ans plus tard, en 1978, une nouvelle page de la légende du Jeweled Shillelhag va s’écrire, et celle de Joe Montana par la même occasion. Mené 24 à 6 par USC dans le dernier quart-temps, Notre Dame réussit l’impensable en remontant au score sous l’impulsion de Montana, pour passer devant 25 à 24 à 45 secondes de la fin. La conversion à 2pts est cependant ratée, ce qui va couter très cher aux Fighting Irish. Sur le dernier drive des Trojans, le quarterback Paul McDonald perd la balle suite à un choc. Le fumble semble évident, sauf que les arbitres décident que c’est une passe incomplète, ce qui va permettre à USC d’avoir une nouvelle opportunité qu’ils ne gâcheront pas. A 4 secondes de la fin, Frank Jordan réussit le field goal victorieux, donnant un avantage définitif aux siens 27 à 25.

De 1978 à 1982, USC remportera 5 confrontations de suite contre Notre Dame.

A partir de 1983, la domination des Fighting Irish sera nette et sans bavure. Pendant une décennie, Notre Dame dominera USC en remportant 12 des 13 confrontations jusqu’en 1995 (pour un nul en 1994). Le match de 1988 fut un match au sommet, avec Notre Dame classé #1, et USC classé #2. Notre Dame, guidé par Tony Rice, remporta le match 27 à 10, avant de remporter le titre national cette année là.

Après 11 défaites d’affilées, USC va finalement briser cette série noire en 1996 lors du premier match avec prolongations de l’histoire de la rivalité. Les Trojans l’emporteront chez eux sur le score de 27 à 20. Ce sera le dernier match en tant qu’entraineur de Notre Dame de Lou Holtz, qui était invaincu contre USC avant ce match là.

Le match de 1999 est lui aussi l’un des grands moments lorsqu’on pense aux confrontations entre les 2 universités. 25 ans après l’incroyable comeback d’USC, c’est au tour de Notre Dame de faire une remontée spectaculaire. Menés 24 à 3 dans le troisième quart-temps, les Fighting Irish réussiront l’exploit (avec l’aide du vent, qui favorisa les kickers) de remonter pour s’imposer sur le score de 25 à 24.

A partir de 2002, les Trojans prendront très largement le dessus sur Notre Dame. De 2002 à 2011, USC remporta 9 des 10 confrontations contre les Fighting Irish, et le plus souvent dans des matchs à sens unique.

Sauf en 2005, où l’on assiste peut-être au plus grand match de l’histoire de cette incroyable rivalité.
USC, double champion en titre et sur une série de 27 victoires d’affilée, se déplace à South Bend avec sa « dream team », composée, entre autres, de Matt Leinart, Reggie Bush, Lendale White ou encore Dwayne Jarrett. Notre Dame, classé #9, espère faire chuter le grand favori de la saison devant un public en furie. Le match tiendra toutes ses promesses, et c’est le moins que l’on puisse dire. USC prendra l’avantage sur un premier touchdown de Reggie Bush, le futur meilleur joueur de la saison (même si son trophée Heisman lui sera retiré plus tard pour violations de règles NCAA*). Mais Notre Dame réagit vite, et se retrouve même en tête à la mi-temps, sur le score de 21 à 14. La seconde période est ultra serrée, mais les Trojans reprennent les commandes 28 à 24, grâce notamment à leur duo offensif Leinart-Bush. Mais Brady Quinn, le quarterback de Notre Dame, va aider son équipe à remonter le terrain avec un drive de 87 yards, qui se conclut sur un touchdown de Quinn à la course, donnant ainsi l’avantage 31 à 28 aux Fighting Irish, à 2 minutes de la fin. Le match a déjà atteint des sommets, mais va monter encore plus haut. Sur l’ultime drive du match, les Trojans se retrouve face à un 4th & 9 sur leur ligne des 26 yards. C’est l’action qui décidera de la saison d’USC. Leinart fait signe à son receveur Jarrett qu’il sera en couverture individuelle, avant de lui lancer la balle que ce dernier attrapera pour avancer jusqu’à la ligne des 13 yards de Notre Dame. Les Trojans arrivent finalement sur la ligne des 2 yards. Sur l’action qui suit, Leinart tente de courir lui-même vers la end zone mais il est plaqué par le linebacker Corey Mays, provoquant ainsi un fumble qui, heureusement pour les Trojans, n’aura pas de conséquence puisque la balle sort du terrain, ce qui arrête la montre laissant 7 secondes de jeu (USC n’avait plus de time out à ce moment là). Cependant, le chronomètre du stade ne s’arrête pas, faisant ainsi croire à une victoire des locaux. Le terrain est envahi par les étudiants de Notre Dame, avant d’être évacué pour laisser les 7 dernières secondes se jouer. Dans la confusion totale, une dernière action a finalement lieu. USC tente un QB-sneak, et Leinart semble être stoppé par la défense de Notre Dame, avant que Reggie Bush ne pousse finalement son quarterback dans la terre promise. Cette dernière action est appelée depuis « The Bush Push ». USC s’imposera donc finalement 34-31 dans ce match que l’on baptisera logiquement le « Bush Push  Game ». Les Trojans finiront leur saison en perdant la finale nationale contre les Texas Longhorns de Vince Young.

Depuis ce match mémorable, la rivalité entre USC et Notre Dame n’a pas connu de très grandes confrontations, ce qui est du notamment au fait que les 2 programmes ne sont plus performants en même temps. Mais peu importe, les confrontations entre USC et Notre Dame resteront à jamais spéciales pour tout ce qu’elles représentent, à savoir le football universitaire à son apogée et à son meilleur.

L’anecdote : The « Bush Push »

Le « Bush Push » est aujourd’hui considéré comme l’une des plus grandes actions de toute l’histoire du football universitaire. Cependant, elle est aussi controversée et contestée, notamment par des fans de Notre Dame.

Selon la section 3, article 2b du livre des règles NCAA, « le coureur n’a pas le droit de pousser ou de porter un coéquipier pour l’aider à progresser dans le terrain ».

Une pénalité aurait donc pu (du ?) être signalée, même si ce n’est que très rarement le cas. Si les arbitres avaient jeté leur petit foulard jaune, USC aurait du reculer de 5 yards…

Les enjeux du match de samedi

– La suprématie de la rivalité est en jeu
– c’est le second match du nouveau coach d’USC (même s’il ne devrait qu’assurer l’intérim), Ed Orgeron, qui va essayer de confirmer le renouveau d’USC après la belle victoire des Trojans contre Arizona la semaine dernière.
– Après sa belle victoire sur Arizona State (#22), les Fighting Irish doivent montrer qu’ils méritent de figurer dans l’AP Top 25, et ça passe par une performance dominante contre USC.

* : la NCAA a décidé le 10 juin 2010 de punir l’université d’USC pour avoir accordé des avantages en nature à Reggie Bush, de décembre 2004 à 2005. Le trophée Heisman remporté par Bush en 2005 lui a été retiré, et l’ensemble des victoires dans lesquelles Bush a participé durant cette période ont été annulées (14 victoires en tout). Il n’y a donc officiellement pas de vainqueur du trophée Heisman en 2005, ni de vainqueur du « Bush Push Game » de 2005, ce qui n’empêchera cependant pas ce dernier de rester graver dans les mémoires.

Publicité
3 commentaires

3 Comments

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Saison Régulière

Le résumé de la week 5 : la frayeur de Georgia, Clemson de retour au top, la crise à Texas A&M

Publié

le

Crédit photo : Ken Ruinard, USA Today Sports

Retrouvez un résumé complet de tous les événements à retenir cette semaine avec un focus sur les équipes du Top 25 et les meilleurs moments de cette week 5.

Clemson et Alabama de retour au top

Vous en reprendrez bien un petit peu ? Plusieurs observateurs doutaient de la capacité de #5 Clemson de retrouver son statut de numéro 1 incontestable dans l’ACC après une saison 2021 décevante. Les doutes concernaient surtout QB DJ Uiagalelei. Le quarterback des Tigers a rassuré tout le monde depuis deux semaines. Il a été sensationnel lors de la victoire 30-20 face à #10 NC State offrant une 5ème victoire en 5 matchs à une équipe de #5 Clemson qui voit sa route vers le titre de champion de conférence s’éclaircir de semaine en semaine.

Lors de la week 2, le Crimson Tide de #2 Alabama s’en était sorti de justesse à Texas et on annonçait l’enfer à l’équipe de Nick Saban lors de son déplacement chez les Razorbacks de #20 Arkansas… d’autant plus que le Tide a rapidement perdu les services de son leader, QB Bryce Young (blessé à l’épaule). Mais RB Jahmyr Gibbs nous a rappelé que Bama sera toujours Bama. Le Crimson Tide l’emporte largement 49-26 et récupère la place de #1 de l’AP Poll.

Parmi les autres équipes du Top 10, #3 Ohio State s’est débarassé de Rutgers grâce à un RB Miyan Williams étincelant (5 TDs au sol). #4 Michigan reste également invaincu en s’imposant 27-14 à Iowa dans un remake de la dernière finale de conférence Big Ten. Et #6 USC s’est aussi imposé, 42-25 face à Arizona State.

La débâcle Jimbo Fisher, Paul Chryst prend la porte à Wisconsin

37-16. C’est le bilan de Jimbo Fisher au lendemain d’une cuisante défaite 42-24 à Mississippi State. Le même bilan que Kevin Sumlin après 53 matchs à #17 Texas A&M ! Mais plus que la fiche peu reluisante du coach des Aggies, c’est la manière qui inquiète sérieusement. L’attaque est au point mort, la défense craque de tous les côtés et les équipes spéciales sont pathétiques. Avec un bilan de 3-2, #17 Texas A&M est déjà écarté de la course aux playoffs. Pire, les Aggies ne sont plus dans le Top 25 et ils devront probablement batailler pour participer à un bowl. Jimbo Fisher est là pour rester (il a un contrat garanti à hauteur de 86 millions de $) mais la grogne monte du côté de College Station.

À Wisconsin, la Direction athlétique a décidé d’agir. La défaite 34-10 à domicile face à Illinois (désormais dirigé par l’ancien Badger Bret Bielema) a été celle de trop après la claque reçue à #3 Ohio State il y a une semaine. HC Paul Chryst a été remercié après huit ans passées à Madison et trois titres de champion de Big Ten West (2016, 2017, 2019).

Crédit photo : Mississippi State Athletics

Trois invaincus dans la Big 12 : Oklahoma State, TCU et… Kansas !

QB Spencer Sanders et les Cowboys de #9 Oklahoma se sont présentés revanchards au moment de faire le voyage vers Waco. L’équipe de HC Mike Gundy a frappé un grand coup en l’emportant 36-25 face à des Bears de #16 Baylor qui les avaient battu lors du dernier Big 12 Championship Game.

Les Horned Frogs de Texas Christian ont également marqué les esprits. Pas uniquement en raison de leurs superbes équipements violets. Mais aussi parce qu’ils ont corrigé #18 Oklahoma sur le score de 55-24. Les Sooners n’avaient pas subi une telle déculottée en match intra-conférence depuis 1999. La lune de miel de HC Brent Venables est bien terminée.

La 3ème équipe invaincue de la Big 12 ? Kansas ! Les Jayhawks n’ont pas tremblé face à Iowa State. Malgré les difficultés de QB Jalon Daniels dans ce match, Kansas a pu compter sur sa défense pour s’imposer 14-11. Les Jayhawks n’avaient plus débuter une saison avec un bilan de 5-0 depuis 2009. 13 ans ! Et l’émission College Gameday sera à Lawrence dans une semaine pour le match contre Texas Christian… entre invaincus donc.

Chaos dans la Big Ten West

Chaque semaine, toutes les certitudes sont remises en question dans la Big Ten West. Après sa large victoire à Michigan State, #21 Minnesota semblait être la cador de la division… jusqu’à ce que les Golden Gophers chutent 20-10 à domicile face à une équipe de Purdue qui a pris l’habitude de maltraiter les équipes classées ces quelques années. Et comme Iowa a sombré à domicile face à Michigan et que Nebraska s’est réveillé face à Indiana (victoire 35-21), on retrouve ainsi 6 équipes à égalité en tête du classement de division… avec un bilan de 1-1.

Crédit photo : Clemson Athletic

L’affiche de la semaine

#5 Clemson 30, #10 NC State 20

Propulsés par une défense totalement retrouvée, les Tigers de #5 Clemson prennent leur revanche sur le Wolfpack de #10 North Carolina State et écartent un autre concurrent dans la division ACC Atlantic.

Les Tigers de #5 Clemson (5-0, 3-0 ACC) n’avaient pas oublié la défaite subie en prolongation à #10 North Carolina State (4-1, 0-1 ACC) la saison dernière. Ils n’avaient pas oublié non plus que ce jour-là, QB Devin Leary (28/47, 245 yards, 1 TD, 1 INT et 1 TD au sol) s’était révélé aux yeux du monde en primetime.

C’est donc une douce revanche pour la bande de HC Dabo Swinney qui a réussi son match de la plus accompli de la saison, au meilleur moment. À l’image de son leader offensif, QB DJ Uiagalelei (21/30, 209 yards, 1 TD et 73 yards au sol, 1 TD) auteur de trois TDs dans ce match dont deux au sol.

Résumé complet du match Clemson-NC State

Résultats des équipes du Top 25

Crédit photo : USA Today Sports

Missouri 22, #1 Georgia 26

Les Bulldogs de #1 Georgia (5-0, 2-0 SEC) ne paraissent plus invincibles ! Une semaine après un succès difficile face à Kent State, l’équipe de HC Kirby Smart est passée tout proche de la correctionnelle. Menés pendant la majorité de la rencontre par Missouri (2-3, 0-2 SEC) et son kicker Harrison Mevis (5/5 FG), les Dawgs s’en sont sortis grâce à un TD au sol de RB Daijun Edwards à 4:03 de la fin. La vraie surprise : #1 Georgia a été dominé sur la ligne de scrimmage pendant la quasi-totalité de la rencontre.

#20 Arkansas 26, #2 Alabama 49

Malgré la perte sur blessure de QB Bryce Young et une petite frayeur dans le 3ème quart-temps, le Crimson Tide de #2 Alabama s’impose à Fayetteville face aux Razorbacks de #20 Arkansas. Nick Saban n’a jamais perdu face aux Razorbacks de #20 Arkansas (3-2, 1-2 SEC). Et pendant 20 minutes, tout indiquait que le Crimson Tide allait prolonger sa série de 15 victoires consécutives face à son rival de la division SEC West.

Résumé complet du match Arkansas-Alabama

#3 Ohio State 49, Rutgers 10

RB Treveyon Henderson absent ? Pas de problèmes pour les Buckeyes de #3 Ohio State. Le junior RB Miyan Williams (189 yards au sol, 5 TDs) a pris le relais égalant un record de l’université avec 5 TDs au sol. Brillant depuis le début de la saison, QB CJ Stroud (13/22, 154 yards) s’est contenté de deux passes de TD contre une interception. #3 Ohio State a inscrit au moins 49 points face à Rutgers pour la 9ème fois consécutive.

RB Miyan Williams (#3), Ohio State – Crédit photo : Joseph Scheller-The Columbus Dispatch

Iowa 14, #4 Michigan 27

Les Wolverines de #4 Michigan (5-0, 2-0 Big Ten) ne sont pas tombés dans le piège du Kinnick Stadium ! Les Hawkeyes d’Iowa (3-2, 1-1 Big Ten) y avaient battu cinq des six dernières équipes classés dans le Top 5 à s’y rendre. Grâce à son jeu au sol dominant (172 yards) à l’image d’un RB Blake Corum (133 yards au sol, 1 TD) égal à lui-même, #4 Michigan a inscrit des points sur 4 de ses 5 premiers drives. La défense des Wolverines a terminé le travail en 2ème mi-temps. Il s’agit de la première victoire de coach Jim Harbaugh au Kinnick Stadium.

#6 USC 42, Arizona State 25

Après une première mi-temps décevante, les Trojans de #6 USC (5-0, 3-0 Pac-12) ont imposé leur supériorité aux Sun Devils d’Arizona State (1-4, 0-2 Pac-12) qui disputaient leur second match depuis le renvoi de l’ancien head coach, Herm Edwards. Sous l’impulsion du toujours excellent QB Caleb Williams (27/37, 348 yards, 3 TDs, 1 INT et 44 yards au sol, 1 TD), les Trojans préservent donc leur invincibilité en 2022. On notera les progrès des Sun Devils portés par leurs deux leaders, QB Emory Jones (23/32, 243 yards, 1 TD, 1 INT) et RB Xazavian Holliday (64 yards au sol, 1 TD). #6 USC débute une saison complète avec un bilan de 5-0 pour la première fois depuis 2006.

#14 Ole Miss 22, #7 Kentucky 19

Que de regrets peuvent avoir les Wildcats de #7 Kentucky (4-1, 1-1 SEC) ! Probablement la meilleure équipe sur le terrain du Vaught-Hemingway Stadium d’Oxford, la troupe de Mark Stoops a accumulé les erreurs dans le 4ème quart-temps pour donner une victoire devenue presque inespérée aux Rebels de #17 Ole Miss (5-0, 1-0 SEC). Et QB Will Levis (18/24, 220 yards, 2 TDs) n’est pas étranger à cette fin de match décevante du programme de Lexington (Kentucky). Le quarterback des Wildcats a commis deux fumbles très couteux sur deux possessions consécutives dans les dernières minutes et dans la red zone des Rebels !

Résumé complet du match Ole Miss-Kentucky

#16 Baylor 25, #9 Oklahoma State 36

Dominants des deux côtés du ballon et décisifs sur équipes spéciales, les Cowboys de #9 Oklahoma préservent leur invincibilité en 2022 en l’emportant chez les Bears de #16 Baylor. Une douce revanche mais qui n’efface pas tout à fait le souvenir de la cruelle défaite lors du dernier Big 12 Championship Game.

Résumé complet du match Baylor-Oklahoma State

Crédit photo : Oklahoma State Athletics

#11 Penn State 17, Northwestern 7

Match à oublier pour les Nittany Lions de #11 Penn State (5-0, 2-0 Big Ten) qui ont assuré l’essentiel malgré leurs 4 pertes de ballon provoquées par des conditions météorologiques défavorables (pluie). DT PJ Mustipher a stoppé QB Ryan Hillinski (15/37, 210 yards, 1 TD, 1 INT) à l’entrée de la end zone dans le 4ème quart-temps tandis que les Nittany Lions ont inscrit deux TDs suite à deux des trois turnovers des Wildcats. On retiendra le nouveau solide match de RB Nick Singleton (87 yards au sol, 1 TD). Northwestern (1-4, 1-1 Big Ten) a été limité à 31 yards au sol.

#12 Utah 42, Oregon State 16

Totale domination des Utes de #12 Utah (4-1, 2-0 Pac-12) qui enchainent un 4ème succès d’affilée depuis leur défaite à Florida en week 1. QB Cameron Rising (19/25, 199 yards, 3 TDs et 73 yards au sol, 1 TD) a porté son équipe avec un total de 4 TDs. La défense s’est également mis au diapason de son leader offensif en réussissant quatre interceptions dont trois par le seul CB Clarke Phillips III. À noter que le QB titulaire des Beavers d’Oregon State (3-2, 0-2 Pac-12), QB Chance Nolan, a quitté ses coéquipiers en raison d’une blessure à la nuque.

#13 Oregon 45, Stanford 27

Les Ducks de #13 Oregon (4-1, 2-0 Pac-12) remportent une 22ème victoire consécutive au Autzen Stadium en s’imposant facilement face au Cardinal de Stanford (1-3, 0-3 Pac-12) grâce à un jeu au sol performant (351 yards). QB Bo Nix (16/29, 161 yards, 2 TDs et 141 yards au sol, ) a offert du grand spectacle réussissant notamment un TD au sol de 80 yards.

UCLA 40, #15 Washington 32

Quelle démonstration de QB Dorian Thompson-Robinson (24/33, 315 yards, 3 TDs et 53 yards au sol, 1 TD) et des Bruins de UCLA (5-0, 2-0 Pac-12) qui font tomber les Huskies de #15 Washington (4-1, 1-1 Pac-12) au Rose Bowl de Pasadena ! Les Californiens ont pris une avance 33-10 avant de se faire une petite frayeur en fin de rencontre alors que UDub tentait un comeback désespéré. RB Zach Charbonnet (124 yards au sol, 1 TD) et WR Jake Bobo (6 réceptions, 142 yards, 2 TDs) ont également brillé tout comme une défense des Bruins qui a limité l’impact de QB Michael Penix Jr (33/48, 345 yards, 4 TDs, 2 INTs) et réussi son premier safety en près de 4 ans. UCLA reste donc sur 8 victoires consécutives.

QB Dorian Thompson-Robinson (#1), UCLA – Crédit photo : Marcio Jose Sanchez, AP

Mississippi State 42, #17 Texas A&M 24

Rien ne va plus pour HC Jimbo Fisher et les Aggies de #17 Texas A&M (3-2, 1-1 SEC) qui subissent une 2ème défaite en 5 matchs. Une véritable déroute face à l’agressive défense des Bulldogs de Mississippi State (quatre turnovers provoqués dont trois dans la red zone). L’équipe de HC Mike Leach a également réussi un TD en retournant un FG bloqué. Et comme QB Will Rogers (31/45, 329 yards, 3 TDs) a largement pris le dessus sur son homologue QB Max Johnson (19/26, 203 yards, 1 TD), l’après-midi a été cauchemardesque pour des Aggies qui se rendront à… #2 Alabama lors de la week 6.

Texas Christian 55, #18 Oklahoma 24

Après-midi épouvantable pour les Sooners de #18 Oklahoma (3-2, 0-2 Big 12) qui s’écroulent complètement à Texas Christian (4-0, 1-0 Big 12) et qui perdent les services de leur leader offensif, QB Dillon Gabriel, victime d’un targeting vicieux de LB Jamoi Hodge. QB Max Duggan (23/33, 302 yards, 3 TDs et 116 yards au sol, 2 TDs) s’est amusé toute la rencontre infligeant ainsi à HC Brent Venables sa seconde défaite en deux matchs de conférence Big 12. La défense des Sooners a été particulièrement exposée : les Horned Frogs marquant 4 TDs de plus de 62 yards ! Ouch !

#19 Brigham Young 38, Utah State 26

Les Cougars de #19 Brigham Young (4-1) survivent à un nouveau début de match au ralenti qui aurait pu être catastrophique pour la suite de la saison. Menés 17-14 en 1ère mi-temps, les Cougars ont répondu au retour des vestiaires grâce aux exploits d’un QB Jaren Hall (17/27, 274 yards, 3 TDs) inspiré. #19 Brigham Young remporte finalement la Battle for the Old Wagon Wheel face à son rival Utah State (1-4) pour la 3ème fois consécutive.

#21 Minnesota 10, Purdue 20

Le retour des Spoilermakers ! Les Boilermakers de Purdue (3-2, 1-1 Big Ten) mettent un coup d’arrêt brutal au beau début de saison des Golden Gophers de #21 Minnesota (4-1, 1-1 Big Ten) qui étaient certes privés des services de leur leader offensif, RB Mo Ibrahim. Si QB Aidan O’Connell (27/40, 199 yards, 2 TDs) a bien réagi après un début de match difficile (2 INTs), c’est surtout le défense de Purdue qui a joué un rôle décisif dans cette victoire surprise. QB Tanner Morgan (18/33, 257 yards, 3 TDs) a notamment été intercepté à trois reprises dont une fois dans la end zone. On retiendra la belle histoire du walk-on RB Devin Mockobee (112 yards au sol, 1 TD) auteur notamment d’une course de 68 yards et du TD de la victoire.

Crédit photo : Purdue Athletics

#23 Florida State 21, #22 Wake Forest 31

Belle réaction des Demon Deacons de #22 Wake Forest (4-1, ACC) qui rebondissent parfaitement en l’emportant sur le terrain des Seminoles de #23 Florida State (4-1, 2-1 ACC), une semaine après leur défaite à domicile face à #5 Clemson. QB Sam Hartman (22/34, 234 yards, 2 TDs) a dirigé trois drives conclus par des TDs après un punt initial pour prendre une avance 28-7. Malgré cette défaite des Seminoles, on retiendra la solide performance de QB Jordan Travis (23/35, 281 yards, 3 TDs).

#24 Pittsburgh 21, Georgia Tech 26

Cinq jours après le renvoi de HC Geoff Collins, les Yellow Jackets de Georgia Tech (2-3, 1-1 ACC) crééent l’une des grosses surprises de la semaine en s’imposant chez les Panthers de #24 Pittsburgh (3-2, 0-1 ACC). La recette de ce succès ? Une défense agressive (3 turnovers provoqués) et un jeu au sol percutant (232 yards). RB Hassan Hall a notamment réussi 157 yards au sol et 1 TD tandis que QB Jeff Sims (11/26, 102 yards, 1 INT et 81 yards au sol, 1 TD) a su éviter les erreurs malgré un match difficile dans les airs. Kudos à HC Brent Key (ex-coach de la ligne offensive) pour son premier match à la tête des Yellow Jackets.

#25 Kansas State 37, Texas Tech 28

#25 Kansas State (4-1, 2-0) poursuit sur sa lancée en enchainant un 2ème succès en match de conférence Big 12. Comme d’habitude, QB Adrian Martinez (12/19, 116 yards, 1 TD et 171 yards au sol, 3 TDs) a sonné la charge d’un jeu au sol des Wildcats toujours aussi dominant (343 yards). Ces derniers remportent une 7ème victoire consécutive contre les red Raiders de Texas Tech.

L’image de la semaine

Le saut fabuleux de QB Dorian Thompson-Robinson.

QB Dorian Thompson-Robinson, UCLA – Crédit photo : BruinReport

Highlights

Le TD de la semaine

Les Chanticleers de Coastal Carolina conservent leur invincibilité cette saison sur un TD décisif réussi à :39 de la fin du match grâce à un superbe saut de RB CJ Beasley.

La passe de la semaine

Les Bears de #16 Baylor se sont inclinés à domicile face à #9 Oklahoma mais QB Blake Shapen a réussi la passe la plus précise de cette week 5 en se connectant avec WR Monaray Baldwin pour un TD de 49 yards.

La réception de la semaine

Les Eagles de Boston College ont créé la surprise en s’imposant 34-33 à Louisville. Et comme d’habitude le duo QB Phil Jurkovec / WR Zay Flowers a été décisif.

La course de la semaine

En raison de la blessure de QB Bryce Young, le Crimson Tide de #2 Alabama s’est tourné vers son jeu au sol. RB Jahmyr Gibbs en a profité pour réussir un TD de 72 yards qui a définitivement enterré les derniers espoirs des Razorbacks de #20 Arkansas.

Le TD défensif de la semaine

Les Aggies de #17 Texas A&M ont sombré à Starkville face à une défense des Bulldogs enragée. CB Emmanuel Forbes intercepte QB Haynes King et scelle le sort du match .

Le retour de coup de pied de la semaine

UConn a remporté sa première victoire contre une équipe FBS depuis 2019 mais WR Nikko Remigio a réussi LE big play du match en faveur de Fresno State.

La stat’ de la semaine

Tout est dit dans le tweet.

L’interception de la semaine

Utah n’a laissé aucune chance à Oregon State grâce à une superbe performance défensive, CB Clark Phillips III en profitant pour réussir non pas une, deux mais trois interceptions !

Le Trick Play de la semaine

Face à une équipe de West Virginia dépassée, les Longhorns de Texas ont ouvert leur playbook pour y sortir une double pass parfaitement exécutée.

Le Fail de la semaine

On se demande encore comment Auburn a pu perdre face à LSU… mais ce jeu de WR Koy Moore, face à son ancienne équipe, nous laisse dubitatif.

Le #WTF de la semaine

La mascotte des Cougars de Brigham Young est une légende.

Le carton rouge de la semaine

Les autres résultats

Conférence ACC

Louisville 33, Boston College 34
North Carolina 41, Virginia Tech 10
Syracuse 59, Wagner (FCS) 0
Virginia 17, Duke 38

Conférence Big Ten

Wisconsin 10, Illinois 34
Maryland 27, Michigan State 13
Nebraska 35, Indiana 21

Conférence Big 12

Kansas 14, Iowa State 11
Texas 38, West Virginia 20

Conférence Pac-12

Washington State 28, California 9
Arizona 43, Colorado 20

Conférence SEC

South Carolina 50, South Carolina State (FCS) 10
Auburn 17, LSU 21

Conférence American

Houston 24, Tulane 27 (OT)
Air Force 13, Navy 10
Memphis 24, Temple 3
South Florida 28, East Carolina 48
Tulsa 21, Cincinnati 31

Conférence MAC

Eastern Michigan 20, UMass 13
Ball State 44, Northern Illinois 38 2OT
Toledo 38, Central Michigan 17
Akron 28, Bowling Green 31
Buffalo 24, Miami (Ohio) 20
Kent State 31, Ohio 24 OT
Western Michigan 44, New Hampshire (FCS) 7

Conférence Mountain West

Boise State 35, San Diego State 13
UNLV 31, New Mexico 20
Air Force 13, Navy 10
UConn 19, Fresno State 14
Wyoming 33, San Jose State 16

Conférence Sun Belt

Army 14, Georgia State 31
James Madison 40, Texas State 13
Appalachian State 49, The Citadel (FCS) 0
Marshall 28, Gardner-Webb (FCS) 7
Louisiana 17, South Alabama 20
Old Dominion 24, Liberty 38
Coastal Carolina 34, Georgia Southern 30
Arkansas State 45, Louisiana-Monroe 28
Western Kentucky 27, Troy 34

Conférence USA

Middle Tennessee 30, UTSA 45
North Texas 45, Florida Atlantic 28
Charlotte 35, UTEP 41
Western Kentucky 27, Troy 34
Rice 28, UAB 24
New Mexico State 7, Florida International 21

Indépendants

Army 14, Georgia State 31
New Mexico State 7, Florida International 21

Performances individuelles

Lors de cette 5ème semaine de la saison 2022, on retiendra les performances individuelles suivantes :

– QB Jayden De Laura (Arizona), 33/46, 484 yards, 6 TDs, 0 INT.
– QB Holton Ahlers (East Carolina), 31/41, 465 yards, 6 TDs, 0 INT.
– QB Austin Reed (Western Kentucky), 39/56, 406 yards, 3 TDs, 1 INT.
– QB Chris Reynolds (Charlotte), 21/37, 349 yards, 4 TDs, 1 INT.
– RB Marquez Cooper (Kent State), 13 courses, 246 yards, 1 TD.
– RB Sean Tucker (Syracuse), 23 courses, 232 yards, 3 TDs.
– RB Harrison Waylee (Northern Illinois), 30 courses, 230 yards, 3 TDs.
– RB Jahmyr Gibbs (Alabama), 18 courses, 206 yards, 2 TDs.
– RB Miyan Williams (Ohio State), 21 courses, 189 yards, 5 TDs.
– QB Adrian Martinez (Kansas State), 12 courses, 171 yards, 3 TDs.
– WR Dante Cephas (Kent State), 13 réceptions, 246 yards, 3 TDs.
– WR CJ Johnson (East Carolina), 7 réceptions, 197 yards, 4 TDs.
– WR Jacob Cowing (Arizona), 12 réceptions, 180 yards, 1 TD.

Lire la suite

Saison Régulière

Clemson-NC State (30-20) : les Tigers retrouvent leur défense

Propulsés par une défense totalement retrouvée, les Tigers de #5 Clemson prennent leur revanche sur le Wolfpack de #10 North Carolina State et écartent un autre concurrent dans la division ACC Atlantic.

Publié

le

Crédit photo : USA Today Sports

Les Tigers de #5 Clemson (5-0, 3-0 ACC) n’avaient pas oublié la défaite subie en prolongation à #10 North Carolina State (4-1, 0-1 ACC) la saison dernière. Ils n’avaient pas oublié non plus que ce jour-là, QB Devin Leary (28/47, 245 yards, 1 TD, 1 INT et 1 TD au sol) s’était révélé aux yeux du monde en primetime.

C’est donc une douce revanche pour la bande de HC Dabo Swinney qui a réussi son match de la plus accompli de la saison, au meilleur moment. À l’image de son leader offensif, QB DJ Uiagalelei (21/30, 209 yards, 1 TD et 73 yards au sol, 1 TD) auteur de trois TDs dans ce match dont deux au sol.

Mais on retiendra surtout que la défense des Tigers, régulièrement critiquée depuis le début de la saison pour des performances en-dessous des attentes initiales, a retrouvé toute sa superbe. DL Myles Murphy (1.5 sacks), DL Tyler Davis (0.5 sacks), DE KJ Henry et LB Barrett Carter ont posé d’énormes problèmes à une attaque du Wolfpack totalement annihilée au retour des vestiaires.

Le Wolfpack a pourtant pris les devants 10-6 en fin de première mi-temps lorsque QB Devin Leary se connecta avec WR Cedd Seabrough mais en moins de deux minutes, QB DJ Uiagalelei remonta les 75 yards qui le séparait de l’en-but adverse et conclut lui-même ce long drive par un plongeon synonyme de TD.

Le quarterback de #10 NC State subit alors les foudres de l’une des meilleures défenses du pays : 2 sacks ravageurs qui redonnèrent rapidement la possession du ballon aux Tigers. QB DJ Uiagalelei ne manqua pas une telle opportunité se connectant avec TE Jake Briningstool (4 réceptions, 54 yards, 1 TD) pour porter le score à 20-10 avant d’inscrire son 2ème TD au sol de la soirée.

La défense de #5 Clemson terminera la travail n’accordant qu’un FG au Wolfpack en 29 minutes. Le TD au sol de QB Devin Leary ne sera qu’anecdotique.

Avec cette victoire, #5 Clemson remporte une 37ème victoire consécutive à domicile en match intra-conférence. Les Tigers ont également battu le Wolfpack pour la 9ème fois lors des 10 derniers matchs entre les deux équipes.

Une semaine après sa victoire sur #23 Wake Forest, #5 Clemson possède maintenant un tie break favorable face à deux de ses principaux concurrents dans la division ACC Atlantic. Les Tigers sont donc en excellente position pour retrouver leur titre de champion de division abandonné la saison dernière.

Résumé en vidéo

Lire la suite

Saison Régulière

Arkansas-Alabama (26-49) : QB Bryce Young se blesse, le Crimson Tide reste dominant

Malgré la perte sur blessure de QB Bryce Young et une petite frayeur dans le 3ème quart-temps, le Crimson Tide de #2 Alabama s’impose à Fayetteville face aux Razorbacks de #20 Arkansas.

Publié

le

Crédit photo : NELSON CHENAULT-USA TODAY SPORTS

Nick Saban n’a jamais perdu face aux Razorbacks de #20 Arkansas (3-2, 1-2 SEC). Et pendant 20 minutes, tout indiquait que le Crimson Tide allait prolonger sa série de 15 victoires consécutives face à son rival de la division SEC West.

Les champions de conférence SEC en titre menaient alors 14-0 suite à des TDs de WR Kobe Prentice et QB Bryce Young (7/13, 173 yards, 1 TD, 1 INT). Ce dernier sembla alors se blesser à l’épaule gauche sur une course côté droit à l’entrée de la end zone des Razorbacks laissant alors sa place à QB Jalen Milroe (4/9, 65 yards, 1 TD et 91 yards au sol, 1 TD). L’absence du leader offensif du Crimson Tide n’eut aucun impact sur le rendement de l’équipe, #2 Alabama (5-0, 2-0 SEC) ajoutant deux autres TDs sur une course du quarterback redshirt freshman et sur un catch-and-run de WR JoJo Earle.

L’inquiétude fût alors plus palpalbe du côté de l’équipe de Nick Saban lorsque QB Bryce Young rentra définitivement aux vestiaires…

Bien qu’en avance 28-7 après 30 minutes de jeu, le Crimson Tide connut alors un passage à vide de 15 minutes comme on ne lui en a rarement connu. « Une baisse d’intensité coupable » selon HC Nick Saban.

Nettement plus dynamique, QB KJ Jefferson (13/24, 155 yards, 1 TD) retrouva son rythme et ce fût sans surprise que RB AJ Green réduit le score à 28-14 sur une course de 13 yards. Puis, les Razorbacks récupérèrent la possession du ballon sur un onside kick audacieux avant de revenir à six petits points du Crimson Tide suite à un FG de 22 yards de K Cam Little et à un TD au sol de RB Raheim « Rocket » Sanders (22 courses, 101 yards, 1 TD). #20 Arkansas manqua la conversion à 2 points mais avec un score de 28-23, tout redevenait possible pour la bande de HC Sam Pittman.

Pas pour bien longtemps. La machine à home run du Crimson Tide se remit en marche. Sans son QB titulaire, l’attaque de #1 Alabama s’est tournée vers son jeu au sol. Et ce fût violent.

Une course de 77 yards de QB Jalen Milroe, un TD au sol de 3 yards de RB Jase McClellan, un TD au sol de 72 yards de RB Jahmyr Gibbs (206 yards au sol, 2 TDs) et un TD au sol de 76 yards de ce même RB Jahmyr Gibbs. En moins de 8 minutes, #2 Alabama a remis les points sur les « i » et repris sa marche en avant. 49-26. Game over.

#20 Arkansas avait réussi à entrer dans le Top 10 mais en deux semaines, les Razorbacks se sont successivement inclinés contre #17 Texas A&M et #2 Alabama. Leur inefficacité dans le jeu aérien rend cette équipe unidimensionnelle. Trop pour inquiéter Nick Saban et le Crimson Tide.

Résumé en vidéo

Lire la suite

Saison Régulière

Baylor-Oklahoma State (25-36) : la revanche QB Spencer Sanders et des Cowboys

Dominants des deux côtés du ballon et décisifs sur équipes spéciales, les Cowboys de #9 Oklahoma préservent leur invincibilité en 2022 en l’emportant chez les Bears de #16 Baylor.

Publié

le

Crédit photo : JEROME MIRON/USA TODAY SPORTS

Le souvenir de la cruelle défaite lors du dernier Big 12 Championship Game était encore bien présent du côté des Cowboys de #9 Oklahoma State (4-0, 1-0 Big 12) au coup d’envoi de ce match au sommet entre deux équipes classées.

L’équipe de HC Mike Gundy s’était vu priver d’un premier titre de champion de conférence depuis 2011 face à ces mêmes Bears de #16 Baylor (3-2, 1-1 Big 12) pour quelques centimètres seulement, la défense des texans parvenant à stopper l’attaque des Cowboys sur un goal line stand déjà légendaire.

L’an dernier, QB Spencer Sanders (20/29, 189 yards, 1 TD, 1 INT et 75 yards au sol, 1 TD) avait commis 7 interceptions face aux Bears. Il s’est montré nettement plus efficace cette fois-ci sonnant la charge de son équipe dans une 1ère mi-temps dominée par les Cowboys. WR Bryson Green sur une magnifique réception de 8 yards a inscrit le premier TD de la rencontre, suivi par un safety de la défense de #9 Oklahoma State puis le QB des Cowboys portera le score à 16-3 après 30 minutes de jeu.

Le tournant du match s’est probablement produit au retour des vestiaires sur un TD de 98 yards de RB Jaden Nixon sur le retour de kickoff. Les Cowboys prenaient alors 20 points d’avance (23-3). Les Bears ne s’en remettront pas malgré un 3ème quart-temps prolifique en points pour les deux équipes.

En grande difficulté en 1ère mi-temps, QB Blake Shapen (28/40, 345 yards, 2 TDs, 2 INTs) va alors retrouver sa magie répliquant à ce TD de RB Jaden Nixon par une passe de TD de 49 yards à destination de WR Monaray Baldwin (7 réceptions, 174 yards, 2 TDs). Ce dernier réussira un 2ème TD en fin de 3ème quart-temps sur un superbe catch-and-run de 70 yards après que son coéquipier, le true freshman RB Richard Reese (17 courses, 85 yards, 1 TD), ait inscrit le second TD des Bears.

Le score était alors de 33-25 et tout était encore possible pour #16 Baylor. Les espoirs des texans partiront finalement en fumée lorsque DB Thomas Harper intercepta QB Blake Shapen.

Avec ce succès chez un concurrent direct qui met fin à la série de 9 victoires à domicile de #16 Baylor, #9 Oklahoma State confirme son statut de prétendant au titre de champion de conférence. Les Cowboys accueilleront Texas Tech lors de la week 6.

Résumé en vidéo

Lire la suite

Articles les plus lus