Suivez-nous

Recrutement

Bilan du National Signing Day 2014

Comme chaque année le National Signing Day a été l’occasion de nombreuses surprises, de moments de joie pour les coaches et les fans mais aussi de déceptions. The Blue Pennant vous résume ce qu’il faut en retenir.

Publié

le

Comme chaque année le National Signing Day a été l’occasion de nombreuses surprises, de moments de joie pour les coaches et les fans mais aussi de déceptions. The Blue Pennant vous résume ce qu’il faut en retenir.

Au Top

ATH Adoree Jackson, USC Trojans

Alabama est désigné champion du recrutement pour la quatrième année consécutive. Avec six recrues cinq étoiles le Tide a encore réussi une classe exceptionnelle. Nick Saban a adressé tous les besoins de son équipe, notamment avec la signature surprise de LB Rashaan Evans qui était considéré comme entièrement dévoué à Auburn.

Pour la dernière de ses trois classes de recrutement réduites à quinze joueurs (au lieu de vingt-cinq) par les sanctions, USC a frappé un très, très grand coup hier. Avec un nouveau coach en poste, Steve Sarkisian, les Trojans ont réussi à signer les onze joueurs qui avaient déjà donné leur accord verbal mais ils ont surtout réalisé le coup du chapeau avec trois des quatre meilleurs prospects californiens : ATH Adoree’ Jackson, ATH John « Juju » Smith et OG Damien Mama. Un triomphe inattendu pour USC qui s’est donc invité in extremis dans le top 10 des meilleures classes de recrutement.

Florida State a également profité de son récent succès pour assembler une classe de recrutement prestigieuse. Les Seminoles ont obtenu plusieurs engagements de grande valeur lors de ce National Signing Day avec WR Ermon Lane (cinq étoiles), WR Javon Harrison, OT Roderick Johnson et DT Derrick Nnadi.

La SEC a une fois de plus montré sa domination sur le college football ; on compte sept programmes de la conférence qui terminent dans le top 10. Outre Alabama (#1), LSU (#2), Tennessee (#5), Texas A&M (#6), Florida (#7), Georgia (#8) et Auburn (#9) ont tous réussi leur classe de recrutement.

Mention spéciale à LSU qui a signé deux des meilleurs prospects offensifs du pays : RB Leonard Fournette et WR Malachi Dupre. Ils devraient tous les deux être utilisés dès la prochaine saison en attaque.

Un autre programme de la SEC a réussi son coup hier : South Carolina. Les Gamecocks ont obtenu quatre signatures importantes avec CB Wesley Green, ATH Chris Lammons, DE Blake McClain et DT Dexter Wideman. Avec dix recrues quatre étoiles, South Carolina termine dans le top 20.

Les surprises

DE Solomon Thomas, Stanford Cardinal

Outre le choix de LB Rashaan Evans de mépriser Auburn, dont il est originaire de la région, au profit d’Alabama, ce NSD a forcément réservé d’autres surprises.

Originaire du Texas, DE Solomon Thomas était envoyé à Vanderbilt par la majorité des experts mais il a finalement choisi Stanford, lunettes de nerd sur le nez pour confirmer son choix. C’est une excellente pioche pour le Cardinal qui doit remplacer une grosse partie de son front seven cette saison.

S’il fallait choisir le programme qui a le plus surpris, il s’agit incontestablement de Kentucky. Avec dix recrues quatre étoiles, dont QB Drew Barker (Pos #5) et RB Stanley Williams (Pos #4), les Wildcats finissent dans le top 20. Avec un groupe de bons receveurs et de defensive backs, leur classe de recrutement 2014 est une réussite.

OG Braden Smith semblait une prise facile pour TCU, le prospect ayant visité plusieurs fois le campus et sa sœur faisant partie de l’équipe d’athlétisme de la fac texane, mais rien ne s’est déroulé comme prévu et le joueur a finalement choisi Auburn en direct à la télévision nationale. Un gros coup dur pour les Horned Frogs qui comptaient sur lui pour donner un peu de piquant à une classe moribonde.

Engagé verbalement avec Florida State depuis plusieurs mois, QB Treon Harris (Pos #3) a finalement renié les champions nationaux lors du NSD pour filer à Florida, à la surprise générale. Les Seminoles ont tout de même conclu une classe de recrutement de prestige, dans le top 5.

Les déceptions

Chaque année on compte un ou plusieurs prospects qui n’est pas autorisé à honorer son engagement par ses parents qui souhaitent voir leur fils choisir une autre destination. Cette année c’est tombé sur DE Malik McDowell, qui a choisi Michigan State en direct à la télévision nationale.

DE Malik McDowell, Michigan State

Malheureusement pour lui sa mère exigerait qu’il aille à Michigan et elle n’a donc pas voulu signer la lettre d’intention de son fils. Les Spartans sont toujours en attente de cette signature et les discussions familiales continuent.

Avec les multiples changements de coaches dans le staff de Texas, les Longhorns n’ont pas pu faire mieux qu’une classe de recrutement au bout du top 20 avec seulement six joueurs quatre étoiles. Une classe ratée pour un programme habitué à attirer les meilleurs prospects du sud du pays.

Hormis la signature de LB Kenny Young, UCLA n’a pas rencontré le succès d’autres grands programmes ; les Bruins n’ont pas réussi à attirer leurs cibles de dernière minute comme ATH Michiah Quick (Oklahoma), RB Joe Mixon (Oklahoma), LB Rashaan Evans (Alabama) mais encore ATH Adoree’ Jackson et ATH John Smith, tous deux ayant préféré USC. La fac de Westwood n’arrive pas à attirer les meilleurs prospects californiens et Jim Mora se l’est expliqué par le fait que la plupart de ces joueurs ont grandi comme fans de Reggie Bush et des Trojans.

Un autre gros programme de Pac-12 a déçu et il s’agit d’Oregon. Les Ducks nous avaient habitué à mieux, profitant de leurs installations ultra-modernes et de leur partenariat privilégié avec Nike pour attirer les recrues vedettes. La fac de Phil Knight termine hors du top 25 national et à la cinquième place de sa conférence. Pas de quoi pavoiser.

Membre de l'équipe de The Blue Pennant depuis septembre 2013, Loïc s'est trimballé à travers les États-Unis en 2017 pour mieux comprendre le pas-si-petit monde du college football. Seulement deux contraventions pour excès de vitesse sur 20 000 km. Intime de Mark Sanchez, Sam Darnold et des cheerleaders de Wisconsin, promo '76. Label qualité TBP et Sécurité routière.

Publicité
Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recrutement

L’Actu Recrutement : Florida State renforce sa ligne offensive

Avec l’engagement du prospect 4-étoiles OL Rod Orr, les Seminoles renforcent un secteur de jeu fragilisé depuis plusieurs saisons : la ligne offensive.

Publié

le

Chaque semaine, Antoine Schauli fait pour vous un tour complet de l’actualité recrutement du college football. Quels sont les prospects high school à suivre dans la classe 2021 ? Quels programmes universitaires NCAA tirent leur épingle du jeu ? Quelles tendances observe-t-on à horizon deux-trois ans ? Vous saurez tout des stars de demain du football américain !

Ça bouge chez les gros

La situation continue de se décanter du côté des joueurs de ligne offensive. Cette semaine, ce sont deux nouveaux tackles qui ont annoncé leur commitment, tous les deux en faveur de programmes de l’ACC.

North Carolina enregistre l’arrivée de Diego Pounds quelques mois après avoir sécurisé les services d’Eli Sutton (4-étoiles, #20 OT) et densifie ainsi un peu plus son OL pour les prochaines années.

Plus au sud de la carte, ce sont les Seminoles qui réalisent un bon coup avec l’engagement de Rod Orr, qui était jusqu’à cette semaine le 4e meilleur OT encore indécis de la classe 2021, derrière Amarius Mims (5-étoiles, #2 OT), Tristan Leigh (4-étoiles, #4 OT) et Savion Byrd (4-étoiles, #6 OT).

Diego Pounds (3-étoiles, #38 OT)

Autre offre : Alabama, Auburn, LSU, Penn State, Tennessee…
Profil : 1m98 pour 138kg
Ville natale : Raleigh, North Carolina

Issu de la zone de chalandise des Tar Heels, Pounds est un joueur rapide pour son gabarit. Il projette facilement ses mains vers l’avant et se fait rarement battre par son vis-à-vis. Son agilité en fait un bon tackle (notamment sur le blindside) mais la puissance dont il dispose aussi lui permettrait éventuellement aussi de jouer à l’intérieur de la ligne.

Rod Orr (4-étoiles, #22 OT)

Autre offre : Minnesota, Ole Miss, Oregon, TCU…
Profil : 2m00 pour 134kg
Ville natale : Gadsden, Alabama

Orr est un joueur très athlétique qui capitalise sur son background de joueur de basketball. Ses appuis sont légers pour son gabarit et il est très à l’aise dans les déplacements latéraux. Le lineman s’est également fait remarquer grâce à son bon placement et sa capacité à lire les linebackers. Il est attendu comme un futur titulaire à Tallahassee.

Oklahoma Sooners

#14 au niveau national sur la classe 2021 (#12 en 2020)
#1 au niveau de la PAC-12 (#2 en 2020)
14 commits (dont un 5-étoiles et huit 4-étoiles)

La passe de trois pour Oklahoma

C’est encore tout frais : ce dimanche, les Sooners ont acté l’engagement du talentueux WR Jalil Farooq. Il est le troisième receveur du Top 25 au poste à rejoindre le programme, ce qui fait provisoirement d’Oklahoma le champion national dans la catégorie (seuls Alabama et Oregon ont signé autant de receveurs aussi bien notés). Farooq rejoint ainsi WR Mario Williams (4-étoiles, #4 WR) et WR Cody Jackson (4-étoiles, #16 WR) dans un receiving core très prometteur.

Jalil Farooq (4-étoiles, #23 WR)

Autre offre : Alabama, Clemson, Miami, Maryland
Profil : 1m85 pour 91kg
Ville natale : Upper Marlboro, Maryland

Farooq est un joueur très agile malgré un physique déjà bien costaud. Il est à l’aise dans le trafic, va au contact pour chercher des yards supplémentaires et dispose d’un bon release au moment du snap. En 2019, Farooq a participé activement à la saison invaincue de son équipe en tant que junior (15-0 pour Dr. Henry Wise HS) et semble avoir un plafond qui peut faire de lui un titulaire de Power 5, voire même un joueur sélectionné en fin de 1er tour de draft NFL.

Maryland Terrapins

#21 au niveau national sur la classe 2021 (#31 en 2020)
#4 au niveau de la PAC-12 (#6 en 2020)
20 commits (dont aucun 5-étoiles et trois 4-étoiles)

Maryland dans le Top 25, en embuscade

L’impact du retour de coach Mike Locksley chez les Terrapins s’est rapidement fait sentir. Au-delà des quelques coups médiatiques (voler WR Rakim Jarrett à Alabama, faire venir QB Taulia Tagovailoa d’Alabama via un transfert) qui font bonne presse au programme, l’ancien coordinateur offensif du Crimson Tide semble également réarranger les fondations du recrutement à Maryland : l’équipe s’attache à développer une zone d’influence à proximité du campus en recrutant dans le Maryland, à DC, dans le Delaware… Mais le cachet de Locksley lui permet aussi d’attirer plus de prospects blue-chip. Le nombre de freshmen classés 4-étoiles et 5-étoiles est donc en hausse depuis 2019. Mieux, Maryland se retrouve régulièrement dans les shortlists finales de prospects aux côtés de programmes plus prestigieux tels que LSU, Ohio State… Pour illustrer cette tendance, on peut par exemple citer les indécis Titus Mokiao-Atimalala et Tysheem Johnson.

Titus Mokiao-Atimalala (4-étoiles, #18 ATH, WR/DB)

Profil : 1m85 pour 77kg
Ville natale : Ewa Beach, Hawaï
Autres équipes sur le coup : Arizona State, California, Michigan, Notre Dame…

Mokiao-Atimalala est un two-way athlete encore assez léger à ce stade. Il a expérimenté le poste de WR auquel il s’est fait remarquer par sa bonne capacité à attraper les ballons et la fluidité avec laquelle il court ses routes. Bien qu’il doive encore progresser physiquement, il est possible de le voir évoluer en tant que safety à l’avenir grâce à un bon instinct et l’agressivité qu’il montre dans le run support.

Tysheem Johnson (4-étoiles, #18 ATH, S)

Profil : 1m78 pour 86kg
Ville natale : Philadelphia, Pennsylvania
Autres équipes sur le coup : Alabama, Arizona State, LSU, Ole Miss…

Johnson est légèrement undersized pour un potentiel safety. Pour autant, il a une bonne pointe de vitesse et une agilité reconnue. Afin de franchir un cap, il doit encore progresser sur le backpedal et sur son jeu de pied relatif aux changements de direction. Si Johnson remédie à ces lacunes, il sera attendu comme un pick de 3e jour de draft NFL au mieux.

Notre Dame Fighting Irish

#13 au niveau national sur la classe 2021 (#18 en 2020)
17 commits (dont aucun 5-étoiles et huit 4-étoiles)

Notre Dame perd Riley

Malgré une classe de recrues 2021 de defensive backs plutôt confortable qui compte Ryan Barnes (3-étoiles, #41 CB), Chance Tucker (3-étoiles, #42 CB) et Justin Walters (3-étoiles, #38 S), Notre Dame a perdu il y a quelques jours son principal atout.

ATH Philip Riley, qui s’était engagé avec les Fighting Irish en mai, a en effet notifié le programme qu’il souhaitait réévaluer ses options. Il a également indiqué, à la suite de son decommitment, qu’il n’était pas loin de prendre une nouvelle décision. Riley, qui souhaite passer son diplôme en décembre pour effectuer un early enrollment en janvier, semble se diriger vers USC, n’en déplaise aux fans de Notre Dame…

Philip Riley (4-étoiles, #18 ATH, S)

Profil : 1m83 pour 86kg
Ville natale : Valrico, Florida
Autres équipes sur le coup : Clemson, Michigan, Michigan State, USC…

Riley est un cornerback physique avec de l’instinct, à l’aise tant dans le man que dans le zone coverage. Il identifie facilement les routes des WR et prend des décisions rapidement. Bien qu’il manque légèrement de vitesse, il se laisse rarement distancer par son adversaire direct. Il est susceptible de devenir un starter récurrent sur plusieurs saisons au niveau universitaire voire même espérer passer pro.

Lire la suite

Recrutement

L’Actu’ Recrutement : Oregon engrange, inquiétude à Georgia

Avec un total de 21 recrues, les Ducks d’Oregon possèdent actuellement la 3ème meilleure promotion du recrutement 2021 à laquelle s’est ajouté, cette semaine, le prospect 4-étoiles OT Kingsley Suamataia.

Publié

le

Crédit photo : Oregon Athletics

Chaque semaine, Antoine Schauli fait pour vous un tour complet de l’actualité recrutement du college football. Quels sont les prospects high school à suivre dans la classe 2021 ? Quels programmes universitaires NCAA tirent leur épingle du jeu ? Quelles tendances observe-t-on à horizon deux-trois ans ? Vous saurez tout des stars de demain du football américain !

Oregon Ducks

#3 au niveau national sur la classe 2021 (#11 en 2020)
#1 au niveau de la PAC-12 (#1 en 2020)
21 commits (dont un 5-star et douze 4-stars)

Les Ducks engrangent

Le troisième meilleur programme recruteur en 2021 continue sa marche en avant. Avec trois nouveaux commits, les Ducks sécurisent un peu plus leur place sur le podium et le statut naissant de powerhouse auprès des prospects venus des quatre coins du pays. Oregon en profite par la même occasion pour atteindre le nombre de quatorze prospects 4-étoiles, soit le meilleur total de tout le pays (ex-aequo avec LSU, devant Alabama et Ohio State).

Jabrill McNeill (3-étoiles, #33 OLB)

Egalement offert par : Auburn, Oklahoma, Washington, North Carolina…
Profil : 1m88 pour 102kg
Hometown : Raleigh, North Carolina

McNeill est un grand linebacker qui dispose de longs bras. Son physique lui permet de réaliser de bons plaquages, d’être bon au contact et de marquer des tight ends en 1v1. En fonction de son évolution physique, il est susceptible de passer au poste d’edge. Son potentiel peut lui permettre d’être un titulaire au niveau universitaire voire même un pick de draft.

Kingsley Suamataia (4-étoiles, #10 OT)

Egalement offert par : Penn State, Texas A&M, Georgia, Clemson, Alabama.
Profil : 1m96 pour 127kg
Hometown : Orem, Utah

Kinglsey Suamataia possède déjà un gabarit très costaud, sans pour autant être handicapé par un « bad weight » excessif. Il sait faire preuve d’agilité et est capable de prendre les linemen défensifs de vitesse. Son potentiel fait de lui un possible All-Conference Player à terme et un early-round draft pick.

Daymon David (4-étoiles, #12 S)

Egalement offert par : Michigan, Oklahoma, Miami, Louisville…
Profil : 1m85 pour 81kg
Hometown : Reistertown, Maryland

David est un defensive back rapide, qui se distingue par ses changements de direction efficaces. Il a bien progressé physiquement depuis le début de son année junior en prenant quelques centimètres et quelques bons kilos. Oregon a actuellement à disposition dans son roster 3 safeties anciens 4-étoiles dont deux post-graduates, ce qui pourrait ouvrir la voie à David pour une place de titulaire à horizon 2 ans.



Boise State Broncos

#76 au niveau national sur la classe 2021 (#65 en 2020)
#5 au niveau de la Mountain West (#1 en 2020)
12 commits (dont aucun 5-star et aucun 4-stars)

À la traine, Boise State bouche les trous

A l’approche du dernier trimestre 2020, la situation ne se présente pas très bien pour les Broncos : seulement douze recrues pour l’instant, dont aucune à des postes clefs tels que defensive back ou running back. Boise State a pour autant mis un coup d’accélérateur depuis quelques semaines et a profité des derniers jours pour officialiser l’arrivée de deux linemen offensifs :

Mason Randolph (3-étoiles, #44 OG)

Egalement offert par : Arizona, Arizona State et UNLV
Profil : 1m93 pour 127kg
Hometown : Yorba Linda, Californie

Randolph est décrit comme un joueur dur et hargneux. Plutôt habitué à jouer à l’intérieur de la ligne, il s’est également fait remarquer par son agressivité et sa très bonne technique. Il constitue un des joueurs les plus prometteurs de la conférence à son poste et espère avoir une opportunité en NFL à l’avenir.

Joseph Amos (3-étoiles, #110 OT)

Egalement offert par : Kansas, SMU, Louisiana, Hawaii…
Profil : 1m96 pour 147kg
Hometown : Lancaster, Texas

Amos est la quatrième recrue des Broncos originaire de lone-star state. Il arrive également de la même high school que deux de ses nouveaux coéquipiers à Boise State : WR Latrell Caples (freshman) et WR CT Thomas (senior). Amos possède déjà un gabarit conquérant pour un lineman au niveau universitaire et représente le troisième offensive lineman recruté par les champions en titre de la Mountain West.

Arizona State Sun Devils

#18 au niveau national sur la classe 2021 (#23 en 2020)
#3 au niveau de la PAC-12 (#4 en 2020)
21 commits (dont aucun 5-star et cinq 4-stars)

Jusqu’où s’arrêtera Arizona State ?

ASU est probablement une des équipes qui progresse le plus dans les classements de recrutement ces dernières années sans faire beaucoup de bruit. 6e de PAC-12 en 2017, les Sun Devils se sont classés 4e en 2020 en passant respectivement de quatre à huit prospects 4-étoiles. En 2021, le programme de Tempe est provisoirement sur le podium de la conférence en troisième place grâce à de très bons coups tels qu’Isaiah Johnson (#7 CB), Ezra Dotson (#6 C) ou encore Tommi Hill (#17 ATH). Sur la même période 2017-2020, Arizona State a aussi progressé au classement national, passant de la 32e à la 23e, intégrant même provisoirement le top 20 (#18) pour la classe 2021. Cette semaine, l’équipe a ajouté une nouvelle corde à son arc.

Dominic Lovett (4-étoiles, #52 WR)

Egalement offert par : Alabama, Auburn, LSU, Penn State…
Profil : 1m78 pour 79kg
Hometown : Belleville, Illinois

Lovett ne se démarque pas particulièrement par son gabarit. Sous la moyenne au niveau de la taille et du poids, il dispose cependant d’une très bonne explosivité lui permettant de créer instantanément une séparation avec son défenseur au moment du snap. Habitué à jouer en tant que slot et à l’extérieur, il semble bien convenir aux schémas modernes de spread offense utilisés en college football mais également en NFL.

Georgia Bulldogs

Que se passe-t-il à Athens ?

Decommitments en cascade

Les Bulldogs semblent éprouver des difficultés à recruter dans la classe 2021 : seulement un commit 5-star (contre cinq en 2020 et quatre en 2019), une dégringolade programmée à l’échelle de la SEC (1er en 2020, actuellement 5e en 2021) et une tendance à se faire régulièrement griller la politesse sur des dossiers chauds…

Pire, sur les derniers mois, l’équipe de Kirby Smart fait malgré elle l’actualité du fait de ses decommitments : après Bralyn Oliver (3-étoiles ; #35 S) en novembre qui s’est désengagé au profit de Louisville, puis le feuilleton Marlin Dean (3-étoiles ; #30 DT) qui s’est engagé, désengagé et finalement réengagé avec les Bulldogs, c’est Elijah Jeudy (4-étoiles : #10 WDE) qui s’en va à son tour. Jeudy, qui semble prendre la direction de Texas A&M, représentait le meilleur lineman défensif de la (maigre) classe 2021 de Georgia.

Les « Dawgs » vont donc devoir s’activer sur un marché des DL de plus en plus rigide et quadrillé…

La valse des running backs

En cette nouvelle rentrée scolaire, la course aux running backs commence à se durcir. On ne dénombre à ce jour plus que cinq RB vraiment indécis dans le top 30 des meilleurs joueurs au poste. Cette semaine, deux nouveaux dominos sont même tombés avec les commitments d’Auric Estime (4-étoiles, #21) à Michigan State et Tavierre Dunlap (4-étoiles, #22) en faveur de leurs voisins Wolverines.   

Audric Estime (3-étoiles, #21 RB)

Egalement offert par : Arizona State, Texas A&M, Minnesota, Oklahoma State…
Profil : 1m87 pour 98kg
Hometown : Montvale, New Jersey

Avec son physique puissant, Estime a un profil de power runner difficile à faire tomber même après contact. Il dispose d’une bonne vision et est à l’aise entre les tackles. Cependant, il doit encore progresser niveau elusiveness et flexibilité afin de rendre son profil complet et de ne pas devenir un joueur trop stéréotypé et prévisible. Il est attendu comme un pick de 3e jour de draft s’il continue à progresser.

Tavierre Dunlap (3-étoiles, #22 RB)

Egalement offert par : Notre Dame, TCU, USC, Nebraska…
Profil : 1m83 pour 89kg
Hometown : Del Valle, Texas

Dunlap est un running back rapide qui bénéficie de son expérience en athlétisme : a couru le 40 yards en 4.63 secondes lors de son année sophomore. Grâce à sa vitesse, il représente un réel danger pour la défense qui est obligé de le stopper tôt, tant il devient imbattable une fois arrivé au second rideau.

Lire la suite

Recrutement

QB Caleb Williams annonce son commit à Oklahoma

Le meilleur quarterback de la promotion 2021 a donc choisi de marcher dans les pas de Baker Mayfield, Kyler Murray et Jalen Hurts en rejoignant Lincoln Riley et les Sooners. On le comprend.

Publié

le

Crédit photo : SI

Le meilleur quarterback de la promotion 2021 avait retenu le jour de l’Indépendance américaine pour annoncer, en grande pompe sur le réseau CBS, le programme universitaire de son choix. QB Caleb Williams a finalement décidé de jouer sous les ordres de coach Lincoln Riley, à Oklahoma. Sans surprise.

LSU et Maryland (la fac de son État d’origine) étaient également en course pour recruter celui qui est actuellement considéré comme le 4ème meilleur prospect du recrutement 2021.

Comme il l’a indiqué sur le réseau CBS, QB Caleb Williams a choisi Oklahoma en raison de la capacité du programme de Norman (Oklahoma) de former des quarterbacks pour faire le saut chez les professionnels. Récemment, Baker Mayfield et Kyler Murray ont été choisis #1 de la draft NFL (en 2018 et 2019 respectivement) et Jalen Hurts a également été sélectionné au 2ème tour en 2020.

Maryland pouvait nourrir quelques espoirs de convaincre un jeune prospect local de rester dans son État natal mais la tentation de jouer pour les Sooners d’OKlahoma était trop forte.

Dure réalité pour un programme de Maryland en reconstruction après avoir tourné la page des années sombres de l’ère DJ Durkin. L’actuel coach des Terrapins, Mike Locksley, a certes convaincu QB Taulia Tagovailoa (ex-Alabama) de rejoindre le programme de la banlieue de Washington via un transfert mais la marche pour faire venir l’une des stars du recrutement 2021 était trop haute.

Oklahoma possède désormais la 14ème meilleure promotion de recrues en 2021.

À noter que le prospect 4-étoiles, CB Latrell McCutchin (#11 CB, #124 National) a également annoncé son engagement envers Oklahoma lors de cet Independence Day.

Lire la suite

Recrutement

National Signing Day 2020 : Georgia #1, Clemson et la SEC toujours plus riches

En signant OT Broderick Jones, les Bulldogs de Georgia termine à la 1ère place du recrutement national grâce à une promotion de recrues exceptionnelles dominée par le cornerback 5-étoiles, Kelee Ringo.

Publié

le

Crédit photo : Georgia Athletics

McKinnley Jackson, defensive tackle ultra-convoité originaire du Mississippi, était l’un des derniers prospects 5-étoiles de ce recrutement 2020 à ne pas avoir encore annoncé sa destination. Lors d’une rapide conférence de presse organisée dans son lycée George County High School de Lucedale, il a simplement indiqué de manière laconique : « pour les trois ou quatre prochaines années, je serai un membre de Texas A&M ».

McKinnley Jackson, defensive tackle ultra-convoité originaire du Mississippi, était l’un des derniers prospects 5-étoiles de ce recrutement 2020 à ne pas avoir encore annoncé sa destination. Lors d’une rapide conférence de presse organisée dans son lycée George County High School de Lucedale, il a simplement indiqué, de manière laconique : « pour les trois ou quatre prochaines années, je serai un membre de Texas A&M ».

Alabama et LSU étaient également sur le coup. Jimbo Fisher a réussi un superbe coup pour permettre au programme de College Station (Texas) de rentrer dans le cercle fermé des universités capables de signer un prospect 5-étoiles. Car, plus que jamais, le National Signing Day démontre, une fois de plus, qu’en College Football les riches deviennent de plus en plus riches.

Pour la 2ème fois en 3 ans, Georgia a constitué la meilleure classe de recrutement au niveau national devançant Alabama et Clemson d’une courte tête.

Selon le classement composite de 247Sports, 6 universités ont signé 22 des 31 prospects 5-étoiles de cette promotion 2020.

Top 10 du recrutement 2020 selon le Composite Rankings de 247Sports.

Clemson mêne le bal avec cinq recrues 5-étoiles pour permettre à Dabo Swinney de composer la meilleure promotion de recrues depuis qu’il a accepté le poste de head coach des Tigers. Alabama et Georgia ont mis la main sur quatre prospects 5-étoiles. LSU, récent champion national, Ohio State et Oregon en ont signé trois.

Encore plus symptômatique de la domination d’une poignée de programme sur le recrutement national : cinq universités ont signé 47 des 100 meilleurs joueurs du pays : Georgia (11), Alabama (10), Clemson (10), LSU (9) et Ohio State (7). Et en recrutant DT McKinnley Jackson, Texas A&M est devenu le 6ème programme à recruter au moins 4 prospects du Top 100 national lors de ce recruiting 2020. Ainsi, 53% des 100 meilleurs prospects de cette année ont signé leur lettre d’intention pour seulement 6 programmes différents.

Georgia détrône Alabama… pour la 2ème fois en 3 ans

Dès sa première année à la tête des Bulldogs de Georgia, coach Kirby Smart avait réussi l’exploit de mettre un terme à la domination d’Alabama depuis 7 ans sur le recrutement national en constituant la meilleure promotion en 2018. Coach Nick Saban a repris sa place sur le trône l’an passé mais le programme d’Athens est de nouveau classé #1 du pays après ce National Signing Day.

Georgia avait déjà signé 9 joueurs du Top 100 dont le meilleur cornerback du pays, Kelee Ringo (#1 CB, #4 National). Suite au départ de LT Andrew Thomas, RT Isaiah Wilson et OG Solomon Kindley vers la NFL, et au transfert du polyvalent OL Cade Mays à Tennessee, les Bulldogs devaient reconstituer leur profondeur sur la ligne offensive. C’est fait : ce National Signing Day leur a permis d’obtenir la confirmation de l’engagement initial de OT Broderick Jones (#2 OT, #11 National) et de C Sedrick Van Pran (#1 OC, #59 National), deux joueurs pourtant recrutés par l’ancien coach de ligne et nouvel head coach d’Arkansas, Sam Pittman.

Avec ces incroyables promotions successives, la pression est désormais sur les épaules de coach Kirby Smart. Rien d’autre qu’un titre de conférence SEC en 2020 ne sera considéré comme un succès.

La SEC plus dominante que jamais

Plus que jamais, la conférence Southeastern affirme sa suprématie sur le monde du College Football. Avant ce mercredi de National Signing Day, six des huit meilleures promotions de recrues en 2020 faisaient partie de la SEC : #1 Georgia, #2 Alabama, #4 LSU, $6 Texas A&M, #7 Auburn et #8 Florida. Seuls, #3 Clemson et #5 Ohio State se sont immiscés dans ce Top 8.

Texas A&M a renforcé sa position de #6 en ajoutant DT McKinnley Jackson (#9 DT, #61 National) volé à Alabama. Et en signant WR Damarcus Beckwith (#18 ATH, #394 National) et WR Malachi Wideman (#22 WR, #116 National), Tennessee a fait un bond dans le Top 10 ce qui permet ainsi à la SEC de placer 7 programmes dans les 10 meilleures promotions en 2020 !

Oregon prend le pouvoir sur la côte Ouest…

Les Ducks avaient déjà assuré leur excellente classe de recrutement 2020 lors de la Early Signing Period, en décembre dernier, mais Oregon a réussi un tour de force en convaincant DT Jayson Jones (#32 DT, #320 National) de s’engager envers le programme de Eugene (Oregon), au nez et à la barbe de Nick Saban, le coach d’Alabama. Le prospect 4-étoiles, orginaire de Calera (Alabama), était promis au Crimson Tide mais coach Mario Cristobal a réussi l’exploit de le faire venir jouer sur la côte Ouest. Impensable.

Du coup, un mois après avoir remporté le Rose Bowl face à Wisconsin, Oregon se retrouve avec une promotion de recrues aux portes du Top 10 suite à la signature de trois prospects 5-étoiles (LB Noah Sewell, LB Justin Flowe et CB Dontae Manning) et de sept prospects 4-étoiles.

…USC au bord du chaos

Il n’y a pas si longtemps, Southern California était la place forte sur la côte Ouest s’emparant régulièrement des meilleurs prospects à l’ouest des Rocheuses. L’ère Pete Carroll semble si loin.

L’effondrement a été plus que spectaculaire. Les Trojans terminent ce recruiting 2020 avec la 54ème classe de recrues au niveau national et la 10ème de la conférence Pac-12. USC n’a signé que 13 joueurs dont seulement deux prospects 4-étoiles, WR Gary Bryant Jr (#7 WR, #45 National) et OG Jonah Monheim (#16 OG, #354 National). Aucun quarterback n’a été signé dans cette mince promotion de 13 recrues. Inimaginable il y a quelques années.

Stanford et Utah terminent en force

Sans faire de bruit, coach David Shaw avait constitué une solide promotion de recrues lors de la Early Signing Period de décembre avant de confirmer cet excellent travail en signant quatre nouveaux joueurs lors du National Signing Day.

Le Cardinal a obtenu la signature de OT James Pogorelc (#30 OT, #383 National), DE Lance Keneley (#35 DE, #799 National), S Scotty Edwards et DT Zephron Lester couronnant la 21ème meilleure classe de recrues au niveau national et la 3ème meilleure de la conférence Pac-12. Stanford a notamment mis la main sur six prospects 4-étoiles dont l’un des meilleurs lycéens de Géorgie, OT Myles Hinton (#6 OT, #72 National).

De son côté, Utah n’avait jamais terminé dans le Top 30 national en terme de recrutement. Ce n’est plus le cas. Avec la signature de quatre prospects 4-étoiles dont le cornerback californien Clark Phillips III (#5 CB, #50 National), coach Kyle Whittingham a formé la 29ème meilleure classe de recrues du pays faisant une razzia localement. Six des sept meilleurs prospects de l’État d’Utah ont signé chez les Utes.

Vers la fin des flips ?

Cela fait maintenant trois ans que la NCAA a instauré le Early Signing Period (période anticipée des signatures au mois de décembre), et il est clair maintenant que la tradionnelle folie du premier mercredi de février est de l’Histoire ancienne.

Les surprises et les volte-faces de dernière minute sont devenues aussi rares qu’une victoire de Michigan contre Ohio State. La plupart des programmes majeurs ont terminé leur recrutement avant Noël. Les Buckeyes, justement, n’ont signé qu’un seul joueur lors du National Signing Day. Impensable il y a quelques années.

Les deux seules surprises de cette mouture 2020 auront impliqué des programmes floridiens. Le prospect 4-étoiles S Avantae Williams (#2 S, #44 National) a fait volte-face aux Gators de Florida pour s’engager envers Miami.

De son côté, WR Malachi Wideman (#22 WR, #116 National) a tourné le dos à Florida State, malgré un engagement verbal de longue date, pour signer sa lettre d’intention à Tennessee.

Le cas Zachary Evans

Il est considéré comme le 2ème meilleur runing back de cette promotion 2020… pourtant, il n’a toujours pas signé sa lettre d’intention et tout indique qu’il ne le fera pas avant le mois de mars.

En décembre dernier, RB Zachary Evans (#2 RB, #16 National) avait annoncé son engagement envers Georgia et avait même signé sa lettre… avant que l’université géorgienne fasse marche-arrière en libérant le talentueux running back pour des raisons encore obscures.

Tout le monde sait que RB Zachary Evans a connu quelques soucis disciplinaires lors de sa dernière année au lycée de North Shore (Texas) et son processus de recrutement aura été un jeu de poker menteur mais personne n’aurait imaginé qu’il serait encore disponible au terme du National Signing Day.

LSU, Alabama, Michigan et Notre Dame ont jeté l’éponge laissant Tennessee, Florida et Texas A&M comme favoris pour recruter le turbulent coureur texan.

Un air de famille

Le nouveau coach des Owls de Florida Atlantic, Willie Taggart, avait dit un jour à propos de la possibilité de recruter son fils, QB Willie Taggart Jr : « seulement si j’ai besoin de lui ». Il semble que c’était le cas. Le quarterback 3-étoiles a effectivement signé pour le programme de Boca-Raton (Floride).

Memphis ajoute un nouveau Gainwell dans la famille. RB Kory Gainwell a signé chez les Tigers pour joué avec son frère, RB Kenneth Gainwell, l’une des révélations de la saison 2019 au poste de running back.

Par contre, QB Jackson Muschamp a choisi une autre voie que celle de son père, Will Muschamp. L’actuel coach des Gamecocks de South Carolina l’a toujours mentionné : il n’avait pas l’intention de recruter son fils, qui s’était engagé verbalement à Colorado State. Mais voir son rejeton filer finalement chez les Bulldogs de Georgia (un rival de South Carolina dans la division SEC East) le met dans une situation inhabituelle et peut-être inconfortable.

Lire la suite

Articles les plus lus