Suivez-nous

Preview

The Big Game : Ohio State vs Michigan

Publié

le

Enfin ! On ne parle que de lui dans la Big Ten, et presque dans tout le pays, depuis le coup d’envoi de cette saison au début du mois de septembre. LE match qui pour cette fois empruntera le nom de la légendaire rivalité entre Stanford et California, on ne peut plus équivoque : « The Game ».

Élue en l’an 2000 « plus grande rivalité sportive d’Amérique du Nord » par ESPN, l’affrontement entre les Wolverines de #3 Michigan et les Buckeyes de #2 Ohio State prendra cette saison une dimension rarement atteinte étant donné le classement des deux programmes et l’enjeu sportif considérable, rien de moins qu’une qualification quasi-assurée pour le College Football Playoff pour le vainqueur. La saison passée, pour le premier duel à distance entre Urban Meyer et Jim Harbaugh, les Buckeyes avaient humilié les Wolverines à Ann Arbor (42-13), inutile de dire que l’envie de revanche sera bien présente du côté de Michigan pour le deuxième épisode de ce qui pourrait devenir l’une de plus grandes rivalités entre deux coachs de l’histoire du football universitaire.

Pour cette dernière semaine de saison régulière (Big 12 exceptée), la traditionnelle « Rivalry week », le programme est particulièrement dense avec des rencontres comme #5 Washington @ # 23 Washington State (l’« Apple Cup »), #13 Auburn @ #1 Alabama (l’« Iron Bowl ») ou encore #15 Florida @ #14 Florida State. Néanmoins, aucun autre match ne pourra faire de l’ombre à l’énorme affrontement entre Michigan et Ohio State, et tous les fans et observateurs de football américain universitaire auront évidemment les yeux tournés vers le Horseshoe de Columbus !

ENJEUX DU MATCH

A première vue, l’enjeu est simple : le vainqueur de cette rencontre fera un immense pas vers les playoffs, au vu des derniers classements du comité. Dans la course au titre de division Est de la Big Ten, les choses sont un peu plus compliquées : les Wolverines remporteront la division et iront en finale de conférence s’ils battent les Buckeyes. Si Ohio State l’emporte face aux boys de Jim Harbaugh, ils remporteront la division à condition que Penn State trébuche face à Michigan State dans le même temps. Car si Ohio State ET Penn State gagnent tous les deux, le titre de division sera pour les Nittany Lions, vainqueur lors de leur affrontement direct (24-21) le 22 octobre dernier. Ces derniers iraient donc jouer la finale de conférence contre Wisconsin ou Nebraska. Et le champion de la conférence sera bien entendu, sauf énorme surprise, choisi par le comité pour participer au College Football Playoff. Bref, nous y verrons déjà un peu plus clair après cette « Rivalry week » !

Depuis l’arrivée de coach Jim Harbaugh sur le banc des Wolverines il y a bientôt deux ans, tous les fans de Michigan n’attendent que ça : rejouer les premiers rôles, et si possible en battant les ultra-rivaux de Ohio State ! Pour ce faire, coach Harbaugh et son staff ont mis en place, en un temps record, une véritable machine à écraser les adversaires, plus efficace que spectaculaire à l’image du Big Ten Football : jeu au sol, puissance physique, défense de fer, puissance physique, discipline, puissance physique. Rouleau-compresseur inarrêtable pendant plus de deux mois, la machine semble s’être un peu enrayée depuis deux semaines et la défaite surprise à Iowa (13-14) sur un FG à la dernière seconde, puis la victoire dans la douleur face aux modestes Hoosiers d’Indiana (20-10). Malgré cela, sur le papier les Wolverines possèdent toujours la 10ème meilleure attaque du pays avec 42.1 points inscrits en moyenne et 235.3 yds au sol/match (19ème rang national).

Le gros coup dur, qui pourrait peser très lourd dans la balance, est la blessure de QB Wilton Speight (2156 yds, 15 TD, 4 INT) subie lors de la défaite à Iowa, certains évoquant même une fracture de la clavicule jamais confirmée par le staff médical de Michigan. En uniforme sur le bord du terrain la semaine passée, on l’a même vu lancer quelques ballons à l’échauffement avant de regarder la victoire de ses coéquipiers de la touche; coach Jim Harbaugh a affirmé cette semaine qu’il allait de mieux en mieux et que la décision de le faire jouer ou non à Columbus serait une décision de dernière minute. Révélation de la saison où il a su montrer qu’il était plus qu’un simple game manager, QB Wilton Speight a limité les pertes de balle et ajouté une dimension verticale à une attaque qui en manquait cruellement ces dernières années. Son remplaçant, QB John O’Korn (173 yds, 2 TD), n’a pas franchement rassuré la semaine passée face à Indiana mais a su sortir quelques big plays dans les moments importants pour garder son équipe dans le match et mener le programme d’Ann Arbor à la victoire. Avec 59 minuscules yards à la passe sur la rencontre, sa prestation a marqué la pire performance aérienne de l’attaque des Wolverines depuis 15 ans, même si sa tâche ne fut pas facilitée par des conditions difficiles avec un temps particulièrement froid et venteux. Il est donc probable que les fans de Michigan seront nombreux à prier cette semaine pour un prompt rétablissement de QB Wilton Speight !

Heureusement, la principale force de frappe de cette escouade offensive est de loin le jeu au sol, avec plusieurs coureurs capables de perforer les défenses adverses. Principale menace : RB De’Veon Smith (750 yds, 10 TD) qui sort juste de son meilleur match en carrière (158 yds, 2 TD) contre Indiana. Derrière lui, trois solides gaillards avec le freshman RB Chris Evans (547 yds, 3 TD, 7.4 yds/course), le senior RB Ty Isaac (417 yds, 5 TD) et le sophomore RB Karan Higdon (417 yds, 6 TD) dont la rotation bien huilée permet d’épuiser puis d’écraser les adversaires. On notera bien évidemment les quelques piges en attaque de l’époustouflant LB/DB/RB/KR/etc Jabrill Peppers (163 yds, 3 TD) qui semble pouvoir jouer tous les postes sur le terrain ! Sur les côtés de l’attaque, trois joueurs portent principalement la menace aérienne : WR Amara Darboh (758 yds, 6 TD) est la cible favorite du quarterback, le capitaine TE Jake Butt (460 yds, 4 TD) est sans doute l’un des tous meilleurs tight-ends du pays et WR Jehu Chesson (458 yds, 2 TD) peut également se montrer dangereux. Face au redoutable secondary des Buckeyes, leur tâche ne sera pas facile mais leur réussite dépendra surtout de l’identité du quarterback titulaire.

De l’autre côté du ballon, un chiffre donne tout de suite le ton : avec seulement 10.9 points encaissés/match, les Wolverines possèdent tout simplement la meilleure défense du pays ! La pire performance de l’escouade ? Lors du succès relativement aisé contre Colorado en 3ème semaine (45-28). Avec la victoire contre les rivaux de Michigan State (32-23), ce sont tout simplement les deux seuls matchs où la défense des Wolverines a encaissé plus de 20 points. Sur les 11 matchs joués cette saison, on en compte 7 (!) où les adversaires ont inscrits 10 points ou moins, ce qui montre un peu le niveau de talent de l’escouade du coordinateur Don Brown. Les pass-rushers DE Chris Wormley (34 plaquages, 5 sacks), DE Chase Winovich (33 plaquages, 5 sacks, 1 fumble forcé) et DE Taco Charlton (29 plaquages, 6 sacks) harcèlent les quarterbacks adverse, tandis qu’au milieu de la ligne défensive NT Ryan Glasgow (37 plaquages, 3 sacks, 1 FF), DT Maurice Hurst (30 plaquages, 3 sacks) et le true freshman DT Rashan Gary (26 plaquages, 1 sack) stoppent tout ce qui passe à leur portée. Le second rideau est emmené par la superstar LB Jabrill Peppers (65 plaquages dont 16 pour perte, 4 sacks, 1 FF) qui réalise une saison exceptionnelle. A l’aise partout sur le terrain, ses capacités athlétiques hors du commun font de lui un joueur unique et spectaculaire que coach Jim Harbaugh n’a pas hésité à comparer au légendaire athlète Jim Thorpe, joueur professionnel de football, baseball et basketball au début du siècle dernier mais également médaillé d’or olympique aux épreuves de pentathlon et décathlon lors des jeux d’été 1912 à Stockholm ! A ses côtés, LB Ben Gedeon (94 plaquages, 3.5 sacks) est le meilleur plaqueur de l’équipe et LB Mike McCray (63 plaquages, 3.5 sacks, 1 INT, 1 FF) complète un groupe redoutable et redouté, peut-être le meilleur front seven de tout le pays qui ne comptabilise pas moins de 36 sacks (8ème rang national). Le secondary excelle également même si la Big Ten n’est pas réputée pour son jeu aérien flamboyant : S Dymonte Thomas (59 plaquages, 1 INT) et S Delano Hill (40 plaquages, 3 INT, 1 FF) forment une paire de safety expérimentée et efficace, tandis que CB Jourdan Lewis (19 plaquages, 2 INT) et CB Channing Stribling (23 plaquages, 4 INT) complètent la meilleure défense aérienne du pays : seulement 137 yds accordés/match cette saison !

Face à cette redoutable équipe de #3 Michigan, leurs plus grands rivaux : les non moins redoutables Buckeyes de #2 Ohio State. Après un début de saison parfait qui les a vu terrasser #9 Oklahoma à Norman (45-24) puis prendre la mesure des Badgers de #6 Wisconsin à Madison (30-23), tout le monde voyait les hommes de coach Urban Meyer filer invaincus jusqu’à l’énorme clash de ce week-end contre le rival de toujours, à domicile cette fois. Mais voilà, un peu à la manière des Wolverines contre Iowa, les Buckeyes se sont pris les pieds dans le tapis du Beaver Stadium de #7 Penn State (21-24) et les Nittany Lions ont signé ce soir-là un des plus beaux upsets de la saison grâce à un field goal bloqué puis remonté jusqu’au TD à moins de 5 minutes de la fin du match ! Depuis cette désillusion, les joueurs de Columbus alternent le très bon (victoire écrasante 62-3 contre Nebraska début novembre) et le très moyen (victoires de justesse contre Northwestern 24-20 ou Michigan State 17-16 la semaine dernière), autre point commun avec les Wolverines de ces dernières semaines. Une chose est certaine concernant le match de samedi : pour espérer l’emporter, il faudra absolument évoluer à son meilleur niveau !

A la baguette de l’attaque on retrouvera évidemment QB JT Barrett (2304 yds, 24 TD, 4 INT, 722 yds au sol et 8 TD) qui malgré son inconstance reste l’un des quarterbacks dual-threat les plus dangereux du pays. Épargné par les blessures jusque-là, il affiche toutefois des statistiques moins impressionnantes que lors de sa fabuleuse saison freshman 2014 terminée par une cheville cassée lors du dernier match de saison régulière face à… Michigan à Columbus, ce qui n’empêcha pas les Buckeyes de remporter le premier titre de champion national de l’ère CFP avec QB Cardale Jones à la tête de l’attaque. A l’image de son équipe, QB JT Barrett alterne donc l’excellent (290 yds à 68.4 % et 4 TD contre Nebraska) et le médiocre (86 yds à 45.5 % et 1 TD contre Michigan State), il s’agira donc pour lui de retrouver son meilleur niveau pour faire face à la terrible défense des Wolverines. Heureusement pour son équipe, il n’est pas seul au niveau de l’attaque et peut s’appuyer sur l’une des révélations de cette saison, le freshman RB Mike Weber (1046 yds, 8 TD) qui réalise une première saison universitaire épatante. On gardera également un œil sur HB Curtis Samuel (650 yds, 7 TD au sol) qui peut toujours s’avérer précieux dans les moments difficiles mais qui se distingue surtout comme étant (et de loin) le meilleur receveur de l’équipe (790 yds, 7 TD en réception) ! Derrière lui, la menace aérienne est portée par le duo composé de WR Noah Brown (345 yds, 7 TD) et WR Dontre Wilson (343 yds, 5 TD) qui vient de rater le dernier match sur blessure mais qui devrait pouvoir tenir sa place samedi. Tous ces playmakers bénéficient du travail d’une des meilleures lignes offensives du pays, emmenée par l’excellent OL Pat Elflein. Grâce à tout ce joli monde, l’attaque des Buckeyes pointe au 5ème rang national avec 43.8 points inscrits/match et une moyenne de 263.1 yds au sol/rencontre (8ème du pays).

Du côté de la défense le niveau est également très élevé avec une moyenne de seulement 13 points encaissés/match, ce qui classe le programme de Columbus au 3ème rang national. La ligne défensive des Buckeyes peut compter sur DE Tyquan Lewis (27 plaquages, 7.7 sacks, 3 fumbles forcés), DE Nick Bosa (23 plaquages, 4 sacks) et DE Sam Hubbard (35 plaquages, 3 sacks) pour mettre de la pression sur le lanceur adverse. Derrière eux, le génial LB Raekwon McMillan (71 plaquages, 1 sack, 2 fumbles forcés) forme la pierre angulaire du second rideau qui est complété par LB Jerome Baker (64 plaquages, 2.5 sacks, 1 INT) et LB Chris Worley (49 plaquages, 1 INT, 1 FF). Enfin, le secondary est un des tous meilleurs de la nation avec S Malik Hooker (60 plaquages, 0.5 sack, 5 INT), S Damon Webb (48 plaquages, 1 INT), CB Marshon Lattimore (33 plaquages, 4 INT) et CB Gareon Conley (19 plaquages, 3 INT) qui se chargent d’annihiler le jeu aérien adverse, les Buckeyes pointant au 5ème rang national avec un total de 17 interceptions réussies cette saison !

DUELS CLES

Une fois n’est pas coutume, le plus gros duel de cette rencontre ne sera pas un face à face direct entre deux joueurs sur le terrain, ni même entre un groupe offensif et un groupe défensif. Forcément, le duel au cœur de cette rencontre sera l’opposition grandiose entre deux génies du football, coach Urban Meyer et coach Jim Harbaugh, dont l’histoire commune ne fait peut-être que commencer. Leur destin parallèle semblait écrit à l’avance car, à une époque où les changements de coachs sont légions, peu d’entraîneurs sont capables d’incarner l’âme d’un programme comme le font à merveille ces deux-là, sur des campus où le football est quasiment élevé au rang de religion. Sur le terrain du Horseshoe ce samedi, il ne s’agira donc pas seulement de se battre pour remporter la division Est de la conférence Big Ten ou de prétendre à une place au College Football Playoff, mais bel et bien de jouer pour la fierté de son camp et de triompher d’un rival historique, ce sentiment de rivalité entre les deux programmes étant tellement fort qu’il peut être difficile à appréhender car n’ayant que peu d’équivalent dans le sport moderne, en Amérique, en Europe ou ailleurs dans le monde.

Coach Urban Meyer était prédestiné à mener les Buckeyes au sommet, lui le garçon né à Toledo (Ohio), à peine 200 km au nord de Columbus, sur la frontière avec l’état voisin du… Michigan. D’abord joueur à l’université de Cincinnati, il évolue comme defensive back pendant une saison avant de commencer le coaching en High School puis d’intégrer le staff… d’Ohio State où il commence à faire ses armes en 1986, avant d’enchaîner les postes d’entraîneur adjoint pendant 13 ans (Illinois State, Colorado State puis Notre Dame). En 2001, il devient enfin Head coach à Bowling Green où il redresse le programme de manière spectaculaire, puis prend les commandes de Utah en 2003 où il continue d’exceller. Il accède ensuite au premier « grand » poste de sa carrière en étant nommé Head coach des Gators de Florida en 2005, avec qui il remportera le titre national à deux reprises en 2006 et 2008.

Après une pré-retraite d’un an en 2011 suite à des ennuis de santé, il accepte le poste de Head coach des Buckeyes et emmène Ohio State jusqu’à une fiche parfaite de 12-0 pour sa première saison en 2012, avant de remporter un nouveau titre national en 2014 pour le tout premier College Football Playoff de l’histoire. Il possède le meilleur pourcentage de victoire pour les entraîneurs en activité depuis plus de 10 ans (85,4 % avec une fiche de 164-28) et fait partie du club très fermé des entraîneurs ayant remporté un championnat national universitaire avec deux programmes différents (avec Pop Warner, Lou Holtz et Nick Saban, excusez du peu!).

Sur l’autre banc de touche se trouve donc coach Jim Harbaugh, né à… Toledo, dans le même hôpital et moins de sept mois avant un certain Urban Meyer (Old Mercy Hospital sur Madison Avenue, pour être précis), quand on vous dit que le destin lie ces deux-là depuis le début ! Après avoir déménagé au gré des postes d’un père coach de football, il revient étudier à l’université de Michigan où il devient quarterback pour les Wolverines sous les ordres du légendaire coach Bo Schembechler de 1983 à 1986, et où il termina sa carrière de joueur universitaire par une défaite au Rose Bowl 1987 après avoir terminé 3ème dans la course au trophée Heisman cette même année. Joueur en NFL de 1987 à 2001, il entame par la suite une carrière d’entraîneur et occupe son premier poste de Head coach à l’université de San Diego (FCS) de 2004 à 2006. En 2007, il est nommé à la tête du Cardinal de Stanford où il obtient d’excellents résultats qui le propulsent ensuite directement à la tête des 49ers de San Francisco (NFL), où il échouera lors du Super Bowl 2013 face aux Ravens de Baltimore alors entraînés par son grand frère John. A la fin de l’année 2014, il est nommé en grande pompe à la tête du programme de football de Michigan.

Il a alors la lourde tâche de redonner vie à une équipe en perte de vitesse depuis plusieurs années. Le redressement intervient rapidement : il termine sa première saison sur une fiche de 10-3 et une victoire de prestige contre Florida lors du Citrus Bowl (41-7). Sa deuxième saison, la présente, marque définitivement le retour des Wolverines sur le devant de la scène nationale ; les fans du programme d’Ann Arbor n’attendant maintenant plus rien d’autre qu’un nouveau titre de champion national, le dernier en date remontant à 1997. Au sein de la Big Ten, coach Jim Harbaugh possède le deuxième meilleur pourcentage de victoire en carrière (71,6%, fiche de 78-31) derrière… coach Urban Meyer, évidemment.

Si le coach des Buckeyes a donc remporté largement la toute première opposition entre les deux hommes la saison dernière (42-13), la deuxième prévue ce week-end devrait être autrement plus disputée. Et gageons qu’il y en aura encore beaucoup d’autres à venir dans les futures saisons, les deux hommes incarnant tellement bien leur poste qu’il paraît maintenant difficile de les imaginer coacher ailleurs. Certains observateurs n’hésitent d’ailleurs pas à parler du début d’une nouvelle « Ten Year War », du nom de la rivalité entre les deux programmes entre 1969 et 1978 lorsque Woody Hayes était l’entraineur des Buckeyes et Bo Schembechler celui des Wolverines, époque où les deux équipes trustaient également les premières places des classements nationaux. Vu le niveau de recrutement des deux programmes depuis le retour de coach Jim Habraugh à Michigan, il y a effectivement toutes les chances pour que cette rivalité s’inscrive au plus haut niveau dans la durée, pour le plus grand bonheur des fans de college football que nous sommes !

FACTEUR X

Nombreux seront les playmakers présents sur le terrain de Columbus ce samedi, et parmi eux certains seront plus attendus que d’autres pour faire pencher la balance du côté de leur équipe. QB JT Barrett aura évidemment un rôle prépondérant pour l’attaque des Buckeyes, mais tout le monde aura davantage les yeux rivés sur l’étoile montante du football, la superstar des Wolverines LB Jabrill Peppers.

Le jeune joueur, véritable monstre athlétique pouvant être aligné aussi bien linebacker que receveur, coureur que safety et même returner ou quarterback, va jouer ce week-end le match le plus important de sa jeune carrière, devant plus de 100 000 personnes et avec un enjeu considérable : le genre de match qui peut porter aux nues ou bien enterrer pour un temps un étudiant athlète de sa dimension. Mais une chose est sûre, LB Jabrill Peppers n’est pas un joueur comme un autre. Même coach Jim Harbaugh est en totale admiration devant lui, affirmant qu’il « n’a jamais entraîné un joueur plus polyvalent. Il n’y a rien qu’il ne puisse faire ». Cette saison, il a été aligné à 13 postes différents sur le terrain et en plus d’être finaliste pour les trophées Maxwell du meilleur joueur et Bednarik du meilleur défenseur, il fait bien sûr partie de la liste de prétendants pour le trophée Heisman. Sa capacité à briller en défense mais aussi en attaque et sur équipes spéciales fait remonter chez les fans des Wolverines le souvenir d’un certain Charles Woodson, utilisé de la même manière sur le terrain lors de la fabuleuse saison 1997 où il remporta le trophée Heisman et emmena son équipe jusqu’au titre de champion national. Heureux présage ?

A propos de l’affrontement à venir face aux Buckeyes, le jeune athlète a déclaré, confiant : « ils ont une bonne équipe mais je ne pense pas qu’il fassent des choses auxquelles on ne puisse pas faire face », et n’a pas manqué de souligner l’importance de ces matchs de rivalité : « Si vous voulez laisser une trace sur ce campus, vous devez réussir contre Ohio State ». Il a aussi pointé du doigt le fait que leurs rivaux de toujours ont rencontré des difficultés cette saison contre des équipes au jeu rugueux comme Northwestern, Wisconsin et Penn State. D’où sa stratégie clairement affichée pour samedi : jouer physique et frapper très fort. Avec deux attaques au sol surpuissantes et deux défenses imperméables, attendez-vous donc à un énorme combat sur la pelouse du Ohio stadium, avec un certain Jabrill Peppers en première ligne.

STUFF

• Avec 112 affrontements, la rivalité entre Michigan et Ohio State est sans doute la plus fameuse du football universitaire. La toute première rencontre remonte à 1897, et les deux équipes se rencontrent chaque année depuis 1918. Michigan mène la série 58-47-6, mais reste sur 11 défaites lors des 12 derniers matchs. La saison passée, Ohio State avait ridiculisé Michigan à Ann Arbor pour le premier derby de coach Jim Harbaugh sur le banc de touche (42-13). Les Buckeyes ont d’ailleurs inscrits 42 points lors des trois dernières saisons (42-13 en 2015, 42-28 en 2014 et 42-41 en 2013). Il y a dix ans, l’affrontement entre #2 Michigan et #1 Ohio State donna lieu au « Game of the Century », rencontre épique remportée 42-39 par les Buckeyes, qui tombèrent cette année-là en finale nationale face aux Gators de Florida (14-41) entrainés par un certain Urban Meyer.

• Le match de ce week-end marquera la 11ème fois que les deux équipes se rencontrent en étant classées toutes les deux dans le Top 5 de l’Associated Press, le plus grand total de toutes les rivalités du football universitaire (le classement AP ayant débuté en 1936). Le vainqueur de 3 de ces 10 derniers matchs a terminé la saison avec un titre national : Ohio State en 1942 et 1968, Michigan en 1997.

• Tous les moyens sont bons pour motiver les jeunes Buckeyes à l’entrainement avant d’affronter les rivaux historiques !

• Sur le campus et les réseaux sociaux, les fans d’Ohio State ne sont pas en reste : toutes les lettres « M » ont été recouvertes !

• La dernière visite de coach Jim Harbaugh à Ohio Stadium ? C’était il y a 30 ans exactement, et cette année-là il était le quarterback des Wolverines qui mena son équipe à la victoire (26-24), qualifiant le programme d’Ann Arbor pour le Rose Bowl. Il a admis ne pas avoir beaucoup de souvenirs de ce match, juste d’avoir prédit à un journaliste la semaine précédente qu’il « garantissait que son équipe allait battre Ohio State et serait à Pasadena le jour de l’an ». Prédiction qui s’est donc avérée exacte.

• Mardi dernier, le jour de son 22ème anniversaire, QB John O’Korn s’est préparé pour le choc du week-end d’une manière très personnelle. Accompagné de l’ex-QB Jake Rudock, il est allé se recueillir sur la tombe de coach Bo Schembechler, visite traditionnelle de la part des fans des Wolverines la semaine précédant le match contre Ohio State. Pour pousser le rituel païen jusqu’au bout, il a écrasé un marron (« buckeye ») avec un marteau jaune et bleu devant la pierre tombale !

• LB Jabrill Peppers n’est pas le seul joueur de Michigan finaliste pour des trophées nationaux. CB Jourdan Lewis figure parmi les trois finalistes du trophée Jim Thorpe du meilleur defensive back et TE Jake Butt fait partie de la liste pour le trophée John Mackey du meilleur tight-end.

• Du côté des Buckeyes, deux finalistes « seulement » avec OG Pat Elflein pour le trophée Outland du meilleur joueur de ligne intérieure et P Cameron Johnston pour le trophée Ray Guy du meilleur punter du pays.

• S’il est encore derrière coach Urban Meyer pour le pourcentage de victoires, coach Jim Harbaugh devance néanmoins son rival au moins sur un point: la fiche de paie. Avec 9 millions de dollars par an, il est même l’entraîneur le mieux rémunéré de tout le college football. Son rival se place lui au troisième rang, avec 6.75 millions de dollars par saison. $$$!

• On peut dire que coach Woody Hayes avait le sens de la formule…

• Et enfin, histoire de se mettre un peu plus dans l’ambiance ! Ladies and gentlemen, enjoy the show !

PRONOSTIC

Michigan 21, Ohio State 17. That Team Up North vers le CFP !

Passionné de football depuis une quinzaine d'années, il est propriétaire des Packers de Green Bay (NFL) et a un petit faible pour les Golden Bears de Californie depuis son passage au Memorial Stadium en 2012. Suivant tout particulièrement la Pac 12 et la Big 10, il rejoint l'équipe de rédacteurs de The Blue Pennant à l'automne 2014.

Publicité
3 commentaires

3 Comments

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Preview

Jour de match : le programme de la week 4 dans la FCS

Présentation de la week 4 de la saison FCS de printemps qui verra notamment s’affronter #4 North Dakota et #20 South Dakota dans le Game of the Week.

Publié

le

À peine remis d’une week 3 chaotique, nous replongeons dans cette saison FCS de printemps avec au programme trois affrontements entre équipes classées dont un superbe Rivalry Game dans la conférence Missouri Valley entre #4 North Dakota et #20 South Dakota.

Les triples champions nationaux FCS, le Bison de #6 North Dakota State, tentera de rebondir à Missouri State après sa défaite surprise de la semaine dernière à #11 Southern Illinois.

#1 James Madison, qui vient de prendre la tête du STATS Top 25, sera en déplacement à Elon tandis que son poursuivant, #2 Weber State, sera au repos forcé. #3 Northern Iowa reçoit #15 Illinois State dans le 2ème duel entre équipes classées de la conférence Missouri Valley.

Cette 4ème semaine verra également le coup d’envoi de la saison régulière dans les conférences Colonial et NEC avec deux Big Games entre #13 Albany et #14 New Hampshire et entre Duquesne et Sacred Heart respectivement.

QB Tommy Schuster et RB Otis Weah, North Dakota – Crédit photo : ND Photo, Russell Hons

Pour tout savoir de la week 4 dans la FCS, suivez-le guide :

L’affiche de la semaine

#20 South Dakota (1-0) @ #4 North Dakota (2-0)

Où ? Alerus Center, Grand Forks, Dakota du Nord
Quand ? Jeudi 4 mars à 18h00 (00h00 en France)
Comment regarder ? ESPN+
Cette 4ème semaine de la saison FCS de printemps débute par un Rivalry Game de la conférence Missouri Valley entre deux équipes du Top 25 toujours invaincues. Si vous aimez les duels de défense, ce match est pour vous : les Fighting Hawks de #4 North Dakota ont provoqué 8 turnovers lors de leurs deux premiers matchs alors que les Coyotes de #20 South Dakota viennent de forcer 7 turnovers à #15 Illinois State lors de la week 3. On gardera un oeil sur le freshman QB Tommy Schuster qui vient de remporter ses deux premiers matchs NCAA comme titulaire face à des équipes classées (Southern Illinois, South Dakota State). Il sera aidé par l’explosif RB Otis Weah. L’Alerus Center de Grand Forks sera-t-il le théâtre de la 3ème victoire d’affilée des Fighting Hawks ?
À noter qu’il s’agit de la 96ème édition de la Battle for the Sitting Bull Trophy. #4 North Dakota mène la série 61–29–5.
Pronostic : North Dakota 23, South Dakota 20.

QB Jeff Undercuffler, Albany – Crédit photo : Hans Pennink/Times Union

Vendredi 5 mars 2021

À partir de 19h00

#13 Albany (0-0) @ #14 New Hampshire (0-0)

Où ? Wildcat Stadium, Durham, New Hamsphire
Quand ? Vendredi 5 mars à 19h00 (01h00 en France).
Comment regarder ? FloFootball.
La météo ne devrait pas être propice à un jeu très offensif (on attend -2 degrés) mais on suivra avec beaucoup d’attention les débuts du sophomore QB Jeff Undercuffler qui avait tout renversé sur son passage en 2019 (41 TD à la passe, record FCS pour un freshman). Ce dernier pourra toujours compter sur le meilleur running back de la conférence Colonial, RB Karl Mofor (100.3 yards au sol en moyenne par match). Du côté de New Hampshire, ce sera le grand retour de coach Sean McDonnell pour sa 21ème saison à la tête des Wildcats après avoir pris une année sabbatique pour raisons médicales en 2019. Le duel entre le meilleur défensive back de la CAA, S Evan Horn (4 INTs en 2019), et QB Jeff Undercuffler s’annonce épique.
Pronostic : Albany 27, New Hampshire 23

Grambling State Tigers – Crédit photo : Grambling State University

Samedi 6 mars 2021

À partir de 18h00

Jackson State (1-0) @ Grambling State (0-0)

Où ? Eddie Robinson Stadium, Grambling, Louisiane
Quand ? Samedi 6 mars à 12h00 (18h00 en France).
Comment regarder ? ESPN3.
Test majeur pour coach Prime et les Tigers de Jackson State qui se déplacement au Eddie Robinson Stadium dans lequel les Tigers de Grambling State ont remporté leurs 16 derniers matchs (la 2ème plus longue série de la FCS derrière les 30 victoires consécutives de North Dakota State au Fargodome). En 2019, Grambling State avait donne une leçon à JSU (44-21) marquant au passage des TDs en attaque, en défense et sur équipes spéciales permettant à coach Broderick Fobbs d’avoir un bilan parfait de 5-0 face à son rival de la SWAC. Jackson State a débuté sa saison de printemps avec une victoire facile (53-0) face à adversaire nettement plus faible. Un succès de JSU passera obligatoirement par une solide prestation de l’ancien quarterback de Florida, QB Jalon Jones.
Pronostic : Grambling State 31, Jackson State 20.

Autres matchs à partir de 18h00

– #5 Villanova @ Stony Brook à 12h00 (18h00 en France) sur FloFootball
– #11 Southern Illinois @ Youngstown State à 12h00 (18h00 en France) sur ESPN+
– Maine @ #25 Delaware à 12h00 (18h00 en France) sur FloFootball
– Samford @ #17 Furman à 13h00 (19h00 en France) sur ESPN+
– #18 Tennessee-Chattanooga @ The Citadel à 13h00 (19h00 en France) sur ESPN+
– Presbytarian @ Gardner-Webb à 13h00 (19h00 en France) sur ESPN+
– VMI @ Western Carolina à 13h00 (19h00 en France) ESPN+
– William & Mary @ Richmond à 13h00 (19h00 en France) sur FloFootball
– #2 James Madison @ Elon à 13h30 (19h30 en France) sur FloFootball
– Alabama A&M @ South Carolina State à 13h30 (19h30 en France)
– Idaho State @ Southern Utah à 14h00 (20h00 en France) sur Pluto TV
– Arkansas Pine Bluff @ Southern à 14h30 (20h30 en France) sur ESPN3

À partir de 21h00

#6 North Dakota State (1-1) @ Missouri State (1-0)

Où ? Plaster Stadium, Springfield, Missouri
Quand ? Samedi 6 mars à 15h00 (21h00 en France)
Comment regarder ? ESPN+.
On n’aurait jamais cru que cet affrontement entre le Bison et les Bears aurait une intérêt particulier lors de cette week 4. Mais voilà, les triple champions nationaux FCS en titre ont été lourdement battus la semaine dernière (38-14 face à Southern Illinois). Quelle sera la réponse de NDSU ? Motivé comme jamais pour redorer son blason, le Bison marchera-t-il sur l’équipe dirigée par coach Bobby Petrino ? Ou seront-ils toujours dans le doute et parviendront-ils à sauvegarder seulement l’essentiel au terme d’une prestation peu inspirée (comme face à Youngstown State) ? Ou est-ce que les problèmes au poste de quarterback, sur la ligne offensive et en défense sont-ils si profonds que les Bears enverront les joueurs de coach Matt Entz en enfer ? Match passionnant.
Pronostic : North Dakota State 34, Missouri State 13

#15 Illinois State (0-1) @ #3 Northern Iowa (1-1)

Où ? UNI-Dome, Cedar Falls, Iowa
Quand ? Samedi 6 mars à 17h00 (23h00 en France)
Comment regarder ? ESPN+.
Les deux équipes ont participé aux 1/4 de finale des FCS Playoffs en 2019 mais toutes les deux déjà perdu un match en 2021. Malheur au vaincu qui devra remporter tous ses matchs d’ici la fin de la saison pour espérer jouer la postseason. Les Redbirds de #15 Illinois State ont prouvé qu’il y avait une vie après le All-American RB James Robinson en accumulant 167 yards au sol face à #20 South Dakota. Mais ce ne sera peut-être pas aussi facile face à la meilleure défense du pays, celle des Panthers de UNI.
Pronostic : Northern Iowa 17, Illinois State 14.

Autres matchs à partir de 21h00

– Western Illinois @ #8 South Dakota State à 15h00 (21h00 en France) sur ESPN+
– UC Davis @ #19 Idaho à 15h00 (21h00 en France) sur PlutoTV
– Mississippi College (D2) @ Tarleton State à 15h00 (21h00 en France) sur ESPN+
– Northern Arizona @ #22 Eastern Washington à 16h00 (22h00 en France) sur PlutoTV
– Incarnate Word @ Lamar à 16h00 (22h00 en France) sur ESPN+

Matchs à partir de 01h00

– McNeese State @ Southeastern Louisiana à 19h00 (01h00 en France) sur ESPN+
– Nicholls @ Northwestern State à 19h00 (01h00 en France) sur ESPN+
– Texas Southern @ Prairie View A&M à 20h00 (02h00 en France) sur ESPN+

RB Julius Chestnut, Sacred Heart – Crédit photo : SHU Athletics

Dimanche 7 mars 2021

À partir de 18h00

Sacred Heart (0-0) @ Duquesne (0-0)

Où ? Rooney Field, Pittsburgh, Pennsylvanie.
Quand ? Dimanche 7 mars à 12h00 (18h00 en France).
Comment regarder ? NEC Front Row.
La Northeast Conference donne le coup d’envoi de sa saison avec une opposition entre les deux meilleures équipes de la conférence, deux équipes qui devraient se retrouver en avril lors du premier NEC Championship Game de l’Histoire étant donné que les trois autres équipes éligibles dans cette conférence ont eu un bilan de 5-29 en 2019. Duquesne a remporté les 5 derniers matchs face à Sacred Heart dominant à la fois le chronomètre et le jeu au sol (230 yards sur course en moyenne par match). Toutefois, les Pioneers de Sacred Heart pourront compter sur le meilleur running back de la NEC de retour en 2021, RB Julius Chestnut, auteur de plus de 100 yards au sol lors de 12 de ses 16 derniers matchs.
Pronostic : Duquesne 27, Sacred Heart 20.

Autres matchs à partir de 18h00

– Bryant @ Long Island à 13h00 (19h00 en France) sur NEC Front Row
– Eastern Illinois @ Tennessee-Martin à 14h00 (20h00 en France) sur ESPN+

À partir de 21h00

#10 Jacksonville State (4-1) @ Tennessee State (0-1)

Où ? Hale Stadium, Nashville, Tennessee.
Quand ? Dimanche 7 mars à 21h00 (18h00 en France).
Comment regarder ? ESPN +.
Grâce à une solide performance leur ligne offensive et du puissant duo de running backs, RB Josh Samuels et RB Uriah West, les Gamecocks de #10 Jacksonville State sont parfaitement entrés dans cette saison FCS de printemps. Sauront-ils éviter le piège tendu par les Tigers de Tennessee State qui ont bien résisté à Austin Peay avant de s’incliner de justesse ?
Pronostic : Jacksonville State 31, Tennessee State 17.

Autres matchs à partir de 21h00

– Murray State @ #16 Southeast Missouri State à 15h00 (21h00 en France) sur ESPN+
– Dixie State @ New Mexico State à 17h00 (23h00 en France) sur FloFootball

Bonne semaine à tous !

Lire la suite

Preview

Jour de match : le programme de la week 3 dans la FCS

Présentation de la week 3 de la saison FCS de printemps qui verra notamment s’affronter #3 South Dakota State et #14 North Dakota dans le Game of the Week.

Publié

le

Crédit photo : North Dakota Athletics

La week 2 nous a offert un duel passionnant à l’UNI-Dome duquel est sorti vainqueur #3 South Dakota State grâce à une passe de TD réussie à moins de 20 secondes de la fin du match. Les Jackrabbits, désormais classés dans le Top 3, seront encore à l’affiche du Game of the Week de cette 3ème semaine de la saison FCS de printemps lors d’un déplacement périlleux à l’Alerus Center pour y affronter des Fighting Hawks de #14 North Dakota dynamisés par leur large succès remporté à domicile face Southern Illinois.

Mais cette week 3 sera également l’occasion du coup d’envoi de la saison pour l’une des meilleures conférences du pays : la Big Sky, certes privée de Montana, Montana State, Sacramento State, Northern Arizona et Portland State qui ont renoncé de jouer ce printemps. Toutefois, #4 Weber State et #12 Eastern Washington, deux prétendants à une place en FCS Playoffs, feront leur début ce week-end.

On surveillera toujours le duel à distance entre #10 Furman et #11 Wofford dans la SoCon tandis que les champions en titre, #1 North Dakota State, fera son premier déplacement de la saison, du côté de Southern Illinois. Dimanche après-midi, les Gamecocks de #16 Jacksonsville State attireront notre attention, quelques mois après leur victoire surprise contre une équipe FBS (Florida International).

Pour tout savoir de la week 3 dans la FCS, suivez-le guide :

Crédit photo : AP

L’affiche de la semaine

#3 South Dakota State (1-0) @ #14 North Dakota (1-0)

Où ? Alerus Center, Grand Forks, Dakota du Nord
Quand ? Samedi 27 février à 13h00 (19h00 en France)
Comment regarder ? ESPN+
La semaine passée, les Fighting Hawks de #14 North Dakota (1-0) ont dominé Southern Illinois (alors classé #16) des deux côtés du ballon créant l’une des surprises de la week 2. Ils passeront un plus sérieux test encore face à des Jackrabbits de #3 South Dakota State (1-0) et leur défense de fer qui ont fait l’excellente opération de la semaine dernière en allant s’imposer à l’UNI-Dome face à #5 Northern Iowa. Ce match au sommet dans la conférence Missouri Valley verra s’affronter à distance deux quarterbacks freshmen : QB Tommy Schuster (North Dakota) vs QB Mark Gronowski (South Dakota State). Celui de ces deux-là qui commettra le moins d’erreur devrait être du côté des vainqueurs. À noter que #14 North Dakota n’a plus perdu à l’Alerus Center depuis le 27 octobre 2018 (face à #4 Weber State). Upset Alert ?
Pronostic : North Dakota 24, South Dakota State 20.

Crédit photo : Tim Sanger, NDSU Athletics

Samedi 27 février 2021

À partir de 18h00

#11 Wofford (1-0) @ Chattanooga (0-1)

Où ? Finley Stadium, Chattanooga, Tennessee
Quand ? Samedi 27 février à 12h00 (18h00 en France).
Comment regarder ? ESPN+.
Triple champion de la SoCon (Southern Conference), les Terriers de #11 Wofford (1-0) ont parfaitement entâmé leur saison printanière en se débarassant de Mercer sur le score de 31-14 grâce à une performance impeccable de QB Jimmy Weirick dans la red zone (5/5, 4 TD, 1 FG). De leur côté, les Mocs de Tennessee-Chattanooga débutent leur saison de printemps ce week-end après avoir offert une solide résistance à Western Kentucky (FBS) l’automne dernier. Ils pourront compter sur l’une des révélations de la saison 2019 dans la FCS, RB Ailym Ford (108.1 yards au sol par match). En 2019, #11 Wofford s’était imposé 35-34 face à Chattanooga en défendant notamment une tentative de conversion à 2 points en overtime.
Pronostic : Wofford 23, Chattanooga 20.

#1 North Dakota State (1-0) @ Southern Illinois (0-1)

Où ? Saluki Stadium, Carbondale, Illinois
Quand ? Samedi 27 février à 13h00 (19h00 en France)
Comment regarder ? ESPN+.
Les champions nationaux n’ont pas eu besoin de forcer leur talent lors de la week 2. Le jeu au sol dévastateur du Bison a assuré l’essentiel face à Youngstown State tandis que la défense a forcé 8 punts sur les 9 drives des Penguins. Le successeur de QB Trey Lance, l’ancien quarterback d’Iowa State, QB Zeb Noland, n’a pas eu à faire autre chose que d’être un game manager. Face à des Salukis de Southern Illinois largement battus 44-21 à North Dakota il y a une semaine, le quarterback du Bison devrait encore passer un après-midi assez tranquille.
Pronostic : North Dakota State 38, Southern Illinois 13.

Autres matchs à partir de 18h00

– Robert Morris @ #2 James Madison à 12h00 (18h00 en France)
– #5 Northern Iowa @ Youngstown State à 12h00 (18h00 en France) sur ESPN+
– Howard @ Dealware State à 12h00 (18h00 en France) sur ESPN 3
– Shorter (D2) @ #8 Kennesaw State à 13h00 (19h00 en France) sur ESPN+
– Western Carolina @ Samford à 13h00 (19h00 en France) sur ESPN+
– Missouri State @ Western Illinois à 13h00 (19h00 en France) sur ESPN+
– Incarnate Word @ McNeese State à 13h00 (19h00 en France) sur ESPN+
– Virginia Military Institute @ Furman à 13h30 (19h30 en France) sur ESPN+

Crédit photo : Tarleton State Athletics

À partir de 21h00

Dixie State (0-0) @ #22 Tarleton State (1-1)

Où ? Memorial Stadium, Stephenville, Texas
Quand ? Samedi 27 février à 15h00 (21h00 en France)
Comment regarder ? ESPN+.
Face à face entre deux équipes qui viennent de rejoindre la FCS en provenance de la Division 2. Si Dixie State (0-0) n’a pas encore joué cette année, #22 Tarleton State (1-1) a déjà fait forte impression en s’inclinant contre McNeese State en double prolongation mais surtout en humiliant 43-17 une équipe FBS (New Mexico State) la semaine dernière. Dominants sur la ligne de scrimmage, les Texans ont atteint les 500 yards offensifs grâce à une prestation inspirée de QB Cameron Burston, l’une des révélations de la week 2. La mission s’annonce très délicate pour les Trailblazers.
Pronostic : Tarleton State 38, Dixie State 20.

Autres matchs à partir de 21h00

– The Citadel @ Mercer à 15h30 (21h30 en France) sur ESPN+
– Lamar @ #9 Nicholls à 16h00 (22h00 en France) sur ESPN+
– #24 Elon @ Gardner-Webb à 16h00 (22h00 en France) sur ESPN+

QB Eric Barriere, Eastern Washington – Crédit photo : EWU Athletics

À partir de 00h00

#12 Eastern Washington (0-0) @ Idaho (0-0)

Où ? Kibbie Dome, Moscow, Idaho
Quand ? Samedi 27 février à 18h00 (00h00 en France).
Comment regarder ? Pluto TV
Les Eagles de #12 Eastern Washington (0-0) donnent le coup d’envoi de leur saison face à l’adversaire le plus coriace de leur calendrier intra-Big Sky. Les Vandals d’Idaho (0-0), qui ont connu des débuts difficiles depuis leur arrivée dans la Big Sky en 2018 (bilan de 6-10), avaient battu les Eagles, 35-27, en 2019. Ce match sera l’occasion de surveiller QB Eric Barrière (390.5 yards en moyenne et 8 TD en 2 matchs face à Idaho), l’un des favoris pour l’obtention du Walter Payton Award récompensant le meilleur offensif de la saison en FCS.
Pronostic : Eastern Washington 34, Idaho 24.

#18 Southeastern Louisiana (0-0) @ #17 Sam Houston State (0-0)

Où ? Elliott T. Bowers, Huntsville, Texas
Quand ? Samedi 27 février à 19h00 (01h00 en France).
Comment regarder ? ESPN+.
2ème meilleure équipe des années 2010 (99 victoires au total entre 2010 et 2019), les Bearkats de Sam Houston State (0-0) ont encore un souvenir amer de leur saison 2019 : ils avaient alors manqué les playoffs après avoir mené au score dans le 4ème quart-temps lors de trois de leurs cinq défaites. Ils tenteront de rebondir immédiatement après cette décepion en écartant un concurrent direct qui avait terminé la dernière saison avec la meilleure attaque de la conférence Southland (484.8 yards offensifs et 36.6 yards par match).
Pronostic : Sam Houston State 31, Southeastern Louisiana 24.

Autres matchs à partir de 00h00

– #4 Weber State @ Idaho State à 18h00 (00h00 en France) sur Pluto TV

Crédit photo : Crystal LoGiudice / USA TODAY Sports

Dimanche 28 février 2021

À partir de 21h00

#23 Tennessee Tech (1-0) @ #16 Jacksonville State (3-1)

Où ? JSU Stadium, Jacksonville, Floride.
Quand ? Dimanche 28 février à 16h00 (22h00 en France).
Comment regarder ? ESPN+.
Quasiment imbattable à domicile (41-4 depuis 2012), les Gamecocks de #16 Jacksonville State (3-1) débutent cette saison printanière avec le plein de confiance après avoir battu une équipe FBS (Florida International) au cours de l’automne dernier. Toutefois, ils seront sous la menace de Golden Eagles de #23 Tennessee Tech (1-0) qui ont parfaitement entâmé la 99ème saison de leur Histoire en créant la surprise à Austin Peay, la semaine dernière. Leur quarterback, QB Bailey Fisher, avait accumulé 121 yards au sol face aux Gamecocks en 2019. On surveillera son duel avec l’un des meilleurs pass rushers de la conférence Ohio Valley, DE DJ Coleman.
Pronostic : Jacksonville State 31, Tennessee Tech 27.

Autres matchs à partir de 21h00

– Southeast Missouri @ Eastern Illinois à 15h00 (21h00 en France) sur ESPN+
– Tennessee State @ Austin Peay à 15h00 (21h00 en France) sur ESPN+
– Tennessee-Martin @ Murray State à 15h00 (21h00 en France) sur ESPN+

Matchs reportés

– Rhode Island @ Bryant
– Mississippi Valley State @ Jackson State
– Texas Southern @ Arkansas Pine-Bluff
– Cal Poly @ UC-Davis

Bonne semaine à tous !

Lire la suite

Preview

Preview de la saison FCS 2021 : qui fera chuter North Dakota State ?

Sacré champion national FCS à 8 reprises lors des 9 dernières saisons, le Bison sera la cible d’une multitude de prétendants lors d’une saison printanière remplie d’incertitudes.

Publié

le

Il y a un mois, Nick Saban et le Crimson Tide remportaient brillamment le titre de champion national FBS en s’imposant 52-24 face à Ohio State, puis quelques jours plus tard, la victoire de QB Tom Brady et des Buccaneers au Super Bowl mettaient un terme à une saison de football que les plus pessimistes d’entre-nous pensaient inconcevables qu’elle se joue jusqu’au bout en raison de la pandémie de coronavirus…

Non ! Les 6 prochains mois ne seront pas sans football de haut niveau : en décalant sa saison automnale 2020 au printemps 2021 (coup d’envoi le week-end du 19-21 février), la FCS nous offre une opportunité en or de découvrir ensemble un championnnat trop souvent dénigré mais qui compte pourtant une longue et riche Histoire.

Après le Kickoff Game entre McNeese State et Tarleton State qui a vu la victoire des Cowboys face aux Texans 40-37 après deux prolongations, ce week-end proposera un programme plus important et plusieurs prétendants entreront en lice.

Podcast

 

C’est quoi la FCS ?

Football Championship Subdivision. C’est ce qui se cache derrière l’acronyme FCS. Pendant longtemps, on avait l’habitude de l’appeler la Division I-AA.

Les compétitions de football de la NCAA sont divisées en trois divisions. La division 1 est elle-même scindée en deux sous-divisions :

  • la FBS (« Football Bowl Subdivision »). Il s’agit de l’élite universitaire au sein de laquelle on retrouve les 130 meilleures équipes du pays d’Alabama à UMass en passant par Clemson, Ohio State, Notre Dame, etc…
  • la FCS, le niveau inférieur de la division 1 mais dont les meilleures équipes rivalisent régulièrement avec l’échelon supérieur.

> La liste de toutes les équipes FCS

QB Trey Lance, ex-North Dakota State – Crédit photo : Elko Daily Press

Quelles sont les différences entre FCS et FBS ?

Sur le plan des règlements, la seule différence notoire est le nombre de full scholarships (bourses universitaires complètes). Les équipes de la FBS peuvent en compter jusqu’à 85 alors que les équipes de la FCS sont limitées à 63. Ainsi, le nombre de joueurs « walk-on » (non-boursiers) est mécaniquement plus important au niveau FCS. Pour être éligible à jouer au niveau FBS, une université doit également être capable de maintenir une moyenne de 15 000 spectateurs par match à domicile.

Sur le terrain, le niveau athlétique est évidemment meilleur dans la FBS particulièrement dans les tranchées. Les joueurs de ligne à plus de 135 kilos (300 livres) sont beaucoup moins nombreux dans la FCS comparativement à la FBS. Mais pour le reste, la différence est très mince entre les meilleures équipes de la FCS et les moins bonnes équipes de la FBS.

Ainsi, chaque année, les cadors de la conférence Missouri Valley (la meilleure conférence de la FCS) seraient très probablement parmi les favoris pour remporter la conférence MAC. Par exemple, North Dakota State a remporté 6 matchs consécutifs face à des équipes de la FBS de 2010 à 2016 avec notamment un succès de prestige, 23-21, contre Iowa alors classé #11 de l’AP Top 25.

Comment ça marche la FCS ?

Saison régulière

Chacune des équipes FCS appartient à l’une des 13 conférences composant la Football Championship Subdivision. Comme pour les équipes FBS, la saison régulière comprend des matchs hors-conférence et des matchs intra-conférence.

Les matchs FBS-FCS sont également autorisés. Ce sont les fameux « cupcakes », ces matchs que les équipes FBS organisent chaque année en payant leur adversaire FCS plusieurs centaines de milliers de $. C’est une victoire quasi-assurée pour l’équipe FBS (il y a des surprises chaque année !) et l’équipe FCS remplit les caisses de sa Direction athlétique avec un beau chèque.

En raison de la pandémie de covid-19, la NCAA a annulé l’organisation des FCS Playoffs du mois de décembre proposant de les reportant au mois d’avril 2021 forçant ainsi les conférences à décaler leur saison automnale au printemps avec des calendriers revisés en limitant leurs matchs à des affrontements intra-conférences (voir plus bas).

> Calendrier complet de la saison printanière FCS 2021

Playoffs

Les champions de conférence sont automatiquement qualifiés pour les playoffs.

L’Ivy League fait exception puisque ses équipes ne jouent jamais les playoffs. De plus, les champions respectifs des conférences MEAC et SWAC s’affrontent chaque année lors du Celebration Bowl.

À ces 10 champions de conférence (Big Sky, Big South, Colonial, Missouri Valley, NEC, OVC, Patriot League, Pioneer League, SoCon et Southland), un comité de sélection y ajoute habituellement 14 équipes pour former un bracket à 24 équipes.

Exceptionnellement, les FCS Playoffs du printemps 2021 ne comprendront que 16 équipes : les 10 champions de conférence auxquels s’ajouteront 6 équipes choisies par le comité de sélection en fonction de différents critères (minimum de 4 matchs joués, difficulté du calendrier, qualité des victoires, etc…).

Ça commence quand ?

La saison FCS printanière 2021 a officiellement débuté samedi 13 février lors du Kickoff Game entre McNeese State et Tarleton State.

Les conférences Missouri Valley Football, Ohio Valley, Southern et Southland donnent leur coup d’envoi lors de la week 2 (19-21 février). Certains des favoris comme North Dakota State, Northern Iowa ou South Dakota State feront notamment leur entrée en lice.

Les conférences SWAC et Big Sky débuteront leur calendrier lors de la week 3 (26-28 février). La Colonial Athletic Association (CAA) et la conférence Northeast lanceront leur saison printanière lors de la week 4 (7 mars). Enfin, la conférence Big South, la Patriot League et la Pioneer League seront les dernières à reprendre le chemin des terrains (14 mars).

QB Daniel Smith, Villanova – Crédit photo : Villanova Athletics

Combien de matchs seront joués ?

Malgré le report de la saison FCS 2020, 16 équipes provenant de 5 conférences différentes ont quand même joué au moins un match hors-conférence au cours de l’automne dernier (pour la majorité les fameux « cupcakes » contre des équipes FBS). La plupart de ces équipes participeront également aux matchs de cette saison printanière 2021. Les matchs qu’elles ont déjà disputés seront pris en compte au classement.

Ci-dessous, le détail des calendriers par conférence :

Big Sky : Calendrier de six matchs intra-conférence commençant le 27 février 2021.
Montana, Montana State, Northern Colorado, Portland State et Sacramento State ont décidé de ne pas jouer lors cette saison printanière 2021.

Big South :  Calendrier de 4 matchs intra-conférence débutant le 13 mars et se terminant le 10 avril auxquels peuvent s’ajouter un maximum de 4 matchs hors-conférence.
Robert Morris fera ses débuts dans la Big South tandis que Campbell, Hampton et North Alabama ont renoncé de jouer lors cette saison printanière 2021.

Colonial Athletic Association : Calendrier de 6 matchs intra-conférence* débutant le 6 mars et se terminant le 17 avril auxquels peuvent s’ajouter un maximum de 2 matchs hors-conférence.
Towson a renoncé de jouer lors cette saison printanière 2021.

*Les équipes de la North Division (Albany, Delaware, Maine, New Hampshire, Rhode Island, Stony Brook et Villanova) se rencontreront une fois. Les équipes de la South Division (Elon, James Madison, Richmond et William & Mary) se rencontreront une fois en match aller-retour. L’équipe avec le meilleur bilan est qualifiée pour les playoffs.

Ivy League : pas de compétition ce printemps. Tous les étudiants-athlètes ont droit à une année d’éligibilité supplémentaire.

Mid-Eastern Athletic Conférence : pas de compétition ce printemps.

Missouri Valley Football : Calendrier de 8 matchs intra-conférence débutant le 19 février et se terminant le 17 avril.
Indiana State a renoncé de jouer lors cette saison printanière 2021.

Northeast : Calendrier de 4 matchs intra-conférence joués les dimanches débutant le 7 mars et se terminant le 28 mars auxquels peuvent s’ajouter des matchs hors-conférence devant se jouer avant le 7 mars.
Central Connecticut State et Saint Francis ont renoncé de jouer lors cette saison printanière 2021.

Ohio Valley : Calendrier de 7 matchs intra-conférence débutant le 21 février et se terminant le 11 avril.
Eastern Kentucky a renoncé de jouer lors cette saison printanière 2021.

Patriot : Calendrier de 4 matchs intra-conférence débutant le 13 mars (2 matchs intra-division et 2 matchs cross-over). North Division : Colgate, Fordham et Holy Cross. South Division : Bucknell, Lafayette et Lehigh.

Pioneer : Calendrier de 6 matchs intra-conférence débutant le 13 mars et se terminant le 11 avril. Les matchs hors-conférence additionnels sont autorisés.
Dayton et Marist ont renoncé de jouer lors cette saison printanière 2021.

SoCon : Calendrier de 8 matchs intra-conférence débutant le 20 février et se terminant le 17 avril. Les 4 matchs joués l’automne dernier The Citadel sont pris en compte.

Southland : Calendrier de 6 matchs intra-conférence débutant le 20 février et se terminant le 10 avril auxquels peuvent s’ajouter deux matchs de conférence.
Abilene Christian, Central Arkansas, Houston Baptist et Stephen F. Austin ont renoncé de jouer lors cette saison printanière 2021.

SWAC : Calendrier de 6 matchs intra-conférence débutant le 26 février et se terminant le 24 avril. La SWAC n’aura pas de représentant lors des playoffs. Finale de conférence : le 1er mai.
Alcorn State a renoncé de jouer lors cette saison printanière 2021.

Comment regarder les matchs ?

Chaque semaine, de très nombreux matchs seront diffusés sur certaines chaines du réseau ESPN (ESPN3, ESPN+) disponibles en France via l’ESPN Player.

Lors de la Kickoff Week, le choc Northern Iowa vs South Dakota State (vendredi 19 février, 20h, 02h00 FR) sera disponible sur ESPN+. Le lendemain, North Dakota vs Southern Illinois et Furman vs Western Carolina seront également disponibles sur ESPN+ et sur l’ESPN Player.

Enfin dimanche 21 février, Jackson State (dirigé par Deion Sanders) débutera sa saison devant les caméras d’ESPN3 tandis que North Dakota State débutera la défense de son titre national face à Youngstown State sur ESPN+ et NBC North Dakota.

DT Jared Brinkman, Northern Iowa – Crédit photo : Joseph Cress

Les 5 Favoris

North Dakota State Bison (Missouri Valley)

Malgré le départ de joueurs majeurs comme QB Trey Lance et OT Dillon Radunz (deux prospects NFL potentiellement draftés dans les 2 premiers tours), le Bison a peut-être davantage de certitudes au coup d’envoi de cette saison printanière qu’il n’en avait avant la campagne 2019… que NDSU a pourtant conclu par un bilan de 16-0 et un 8ème titre national FCS en 9 ans !

QB Zeb Noland, ancien prospect 3-étoiles d’Iowa State et backup de QB Trey Lance en 2019, est prêt à prendre relais (en attendant que l’ancien prospect 4-étoiles de Virginia Tech, QB Quincy Patterson, obtienne son éligibilité NCAA en septembre prochain). Il pourra compter sur le meilleur receveur du pays (WR Christian Watson) et sur un solide groupe de tight ends et running backs. Tout ce petit monde étant protégé par ce qui est traditionnellement la meilleure ligne offensive du pays.

Défensivement, North Dakota State pourrait ne pas être aussi dominant que les dernières saisons mais le Bison restera largement au-dessus de la moyenne au niveau FCS. Le manque de leaders sur le pass rush et certaines incertitudes au poste de cornerback pourraient être les deux seuls secteurs faibles de cette escouade défensive.

Le mois d’avril sera déterminant pour le Bison avec la réception de South Dakota State et un déplacement périlleux à Northern Iowa.

Weber State Wildcats (Big Sky)

De nombreux programmes FCS ont perdu des forces au cours de l’été 2020 lorsque certains joueurs ont fait le choix de jouer au niveau FBS (comme LB Jabril Cox de North Dakota State transféré à LSU). Weber State a échappé à cette tendance en préservant la totalité de ses leaders à l’exception du quarterback Jake Constantine (parti à Rice) qui n’a pas démontré être capable de renverser une défense comme celles de James Madison ou North Dakota State.

Pour compenser ce départ, les Wildcats ont accueilli l’immense QB Randall Johnson (ex-Middle Tennessee), ex-Golden Coast Conference Offensive Player of the Year (JUCO) en 2018. Est-il la pièce manquante d’une équipe qui vient d’enchainer deux 1/4 de finales et une demi-finale des playoffs en 2019 ?

Weber State peut compter sur le retour de la majorité de sa production offensive de la dernière saison et de 4 titulaires sur la ligne offensive, et sur 78.4% de sa production de plaquages de 2019. Si QB Randall Johnson parvient à apporter une certaine dynamique au poste de QB, l’objectif d’atteindre la finale nationale est atteignable.

James Madison Dukes (Colonial Athletic)

James Madison a perdu un groupe de seniors talentueux incluant son quarterback, ses trois meilleurs receveurs et plusieurs All-American en défense. De plus, DL Adeeb Atariwa et DB D’Angelo Amos ont été transférés à Virginia.

Qui remplacera QB Ben DiNucci ? Et les deux defensive ends All-American, les deux defensive backs All-American et les deux linebackers titulaires ? Les Dukes possèdent un roster talentueux (JMU a terminé avec ses cycles de recrutement 2017 et 2018 dans le Top 5). Ce petit monde saura-t-il monter en puissance en même temps ?

South Dakota State Jackrabbits (Missouri Valley)

WR Cade Johnson était considéré comme le meilleur receveur de cette saison printanière 2021 avant qu’il y renonce pour se présenter à la draft NFL. Son absence sera évidemment préjudiciable d’autant que l’attaque des Jackrabbits sera dirigée par un jeune quarterback, le freshman QB Mark Gronowski.

Cependant, South Dakota State possède en RB Pierre Strong Jr, le meilleur running back du pays. Mais c’est surtout par la défense que les Jacks ont construit leurs succès des dernières années et 9 titulaires de l’an passé seront de retour. Chaque année, SDSU semble se rapprocher de North Dakota State. Est-ce l’année où les Jacks feront tomber le Bison ?

Northern Iowa Panthers (Missouri Valley)

UNI est l’un des programmes qui a été le plus touché par les départs de joueurs vers la FBS au cours de l’été 2020. TE Briley Moore est parti à Kansas State, LB Chris Kolarevic jouera à Nebraska à partir de septembre 2021. DB Xavior Williams fera de même à Iowa. OT Spencer Brown et DE Elerson G. Smith ont renoncé de jouer ce printemps pour se présenter à la la draft NFL.

Toutefois, certaines pièces essentielles de la belle saison 2019 des Panthers seront de retour : QB Will McElvain, WR Isaiah Weston et trois titulaires sur la ligne offensive. La défense restera solide avec le retour de LB Bryce Flater et DL Jared Brinkman.

QB Eric Barrière, Eastern Washington – Crédit photo : Jeffrey McWhorter

Les 5 Joueurs à suivre

QB Eric Barrière, Eastern Washington

Depuis qu’il a pris les rênes de l’attaque des Eagles, l’électrique QB Eric Barrière n’a cessé de progresser jusqu’à emmener Eastern Washington en finale nationale FCS (2018) et devenir le meilleur quarterback du pays. L’an passé, il a terminé 5ème dans la course au Walter Payton Award (meilleur joueur). 6300 yards à la passe en carrière, 56 TDs and 14 INTs. 1219 yards au sol, 17 TD.

QB Jeff Undercluffer, Albany

L’an passé, il a réussi l’une des plus incroyables saisons d’un quarterback freshmen de l’Histoire au niveau FCS (3543 yards pour 41 TD en 2019) ce qui lui a permis de terminer 2ème du vote pour le Jerry Rice Award. Sa marge de progression est encore très grande et il bénéficie d’une belle exposition médiatique dans la Colonial Athletic Association (CAA).

QB Daniel Smith, Villanova

Après avoir accumulé plus de 5000 yards à la passe en carrière du côté de Campbell (FCS), il a parfaitement réussi sa transition à Villanova (3274 yards à la passe, 457 yards au sol pour un total de 47 TD). Quarterback dual-threat explosif, il sera encore le fer de lance de l’attaque des Wildcats.

RB Josh Samuels, Jacksonville State

Ancien prospect 3-étoiles du recrutement 2017 (Top 100 au poste de RB), il a rejoint Jacksonville State au cours de l’été 2020. Il a déjà pris ses marques en frappant un grand coup (163 yards au sol, 1 TD) lors de la victoire surprise des Gamecocks face à Florida International. Il a également réussi 1 TD contre Florida State.

WR Christian Watson, North Dakota State

32 réceptions pour plus de 700 yards et 6 TD en 2019. Ces statistiques moyennes ne représentent pas correctement le niveau réel de celui qui sera le go-to guy de QB Zeb Noland en 2021. Sa vitesse folle est sa signature ce qui en fait une arme fatale sur des schémas WR stretch et Jet Sweep.

K Axel Lepvreau, Furman – Crédit photo : Manatee High School

Axel Lepvreau, un Français à Furman

Expatrié aux États-Unis à l’âge de 12 ans, K Axel Lepvreau a réussi sa transition du soccer au football américain devenant le kicker titulaire du Manatee High School de Bradenton (Floride). Répéré par Miami, il a même signé sa lettre d’intention chez les Hurricanes avant de renoncer à son rêve de jouer dans l’ACC, The U ne lui ayant pas proposé de bourse complète.

Le kicker freshman a finalement trouvé un point de chute à Greenville, en Caroline du Sud, pour pouvoir mener des études en radiologie sur un campus prestigieux tout en vivant sa passion.

Les Paladins de Furman débuteront cette saison printanière avec le statut de favori pour succéder à Wofford dans la course au titre de conférence Southern.

Lire la suite

Playoffs

Sugar Bowl 2021 : Clemson-Ohio State, la preview

Un an après un Fiesta Bowl épique, QB Justin Fields et QB Trevor Lawrence se retrouvent à La Nouvelle-Orléans avec le même objectif que l’année dernière : obtenir un billet pour le National Championship.

Publié

le

Crédit photo : David Petkiewicz, cleveland.com

#2 Clemson (10-1) vs #3 Ohio State (6-0)

Sugar Bowl
La Nouvelle-Orléans, Louisiane
Mercedes-Benz Superdome
Vendredi 1er janvier 2021
20h00 (heure Est, 02h00 en France)

La seconde demi-finale du College Football Playoff voit s’affronter les Tigers de #2 Clemson, champions de l’ACC et finalistes malheureux l’an dernier, et les Buckeyes de #3 Ohio State, champions de conférence Big Ten, dans ce qui sera une revanche d’un épique Fiesta Bowl 2019 remporté par les Tigers.

Il s’agit de la 6ème participation aux playoffs en 7 ans pour le programme de #2 Clemson tandis que les Buckeyes participent au tournoi final à quatre pour la 4ème fois de leur Histoire.

Face à face, QB Trevor Lawrence (Clemson) et QB Justin Fields (Ohio State), deux des meilleurs quarterbacks du pays qui seront peut-être sélectionnés #1 et #2 de la prochaine draft NFL en avril prochain.

 

Comment sont-ils arrivés là ?

#2 Clemson (10-1)

Classés #1 du pays lors de la présaison, les Tigers vont rester en pole position de l’AP Top 25 jusqu’au début du mois de novembre en écrasant tout sur leur passage grâce à un QB Trevor Lawrence étincelant. La solide défense de Miami n’a rien pu faire pour ralentir le rouleau-compresseur orange (victoire 42-17 de Clemson) et Georgia Tech a encaissé 52 points… en 1ère mi-temps (!).

L’avenir de #2 Clemson aurait pu s’assombrir lorsque son leader offensif charismatique a été contrôlé positif à la COVID-19 avant le match face à Boston College. Menés de 17 points en 1ère mi-temps par les Eagles, QB DJ Uiagalelei et les Tigers s’imposeront finalement 34-28 mais ils verront leur série de 36 victoires consécutives en match de saison régulière prendra fin à South Bend lors d’une défaite 47-40 en prolongation face à #3 Notre Dame dans ce qui restera l’un des grands moments de cette saison.

Piquée au vif, la troupe de coach Dabo Swinney relèvera rapidement la tête en se débrassant facilement de Pittsburgh et Virginia Tech avant de prendre une revanche éclatante 34-10 face aux Fighting Irish lors de l’ACC Championship Game.

#3 Ohio State (6-0)

Les Buckeyes ont débuté leur saison 2020 six semaines après celle des Tigers en raison de la décision de la Big Ten d’annuler sa saison en aout dernier. La conférence a finalement changé d’avis et improvisé un calendrier de 8 matchs débutant le 24 octobre.

Dominateur lors de ses premiers matchs (52-17 contre Nebraska, 38-25 contre Penn State, 49-27 contre Rutgers), #3 Ohio State a vu trois de ses cinq derniers matchs annulés à cause de multiples cas de COVID-19 à Maryland, Illinois et Michigan. Si les Buckeyes n’ont eu aucune difficulté à écarter les Spartans de Michigan State (52-17), ils ont été mis en difficulté par la suprenante équipe de #11 Indiana ne s’imposant finalement que 42-35.

Alors que le règlement de la Big Ten imposait d’avoir joué 6 matchs pour participer à la finale de conférence, #3 Ohio State a bénéficié d’un changement des règles ultra-controversé afin de participer au Big Ten Championship Game que le programme de Columbus (Ohio) remportera 22-10 face à #14 Northwestern grâce à une performance historique de RB Trey Sermon (331 yards au sol).

Embed from Getty Images

Les clés du match

Comment stopper QB Trevor Lawrence ?

Ce n’est un secret pour personne : pour avoir une chance de s’imposer, les Buckeyes devront réussir à faire déjouer le prochain #1 de la draft NFL 2021. Protégé par une ligne offensive pourtant rajeunie, QB Trevor Lawrence a semblé en totale possession de ses moyens depuis son retour de quarantaine. Or, le backfield défensif des Buckeyes n’a pas montré toutes les garanties cette saison. Loin de là. Il a notamment été chahuté par l’attaque aérienne des Hoosiers de #11 Indiana (près de 500 yards accordés).

Pour éviter que le match tourne très rapidement en faveur des Tigers, #3 Ohio State devra être capable de couper les lignes de transmission entre le quarterback des Tigers et ses receveurs, WR Amari Rodgers et WR Cornell Powell. Pour y parvenir, le front seven des Buckeyes devra remporter son duel face à la ligne offensive adverse en mettant beaucoup de pression dans le backfield offensif et devra également créer suffisamment de confusion chez QB Trevor Lawrence avec des schémas pré-snap surprises.

Le jeu au sol des Buckeyes face à la défense des Tigers

Depuis quelques semaines, les Buckeyes semblent avoir retrouvé leur identité offensive : le jeu au sol. #3 Ohio State vient de réussir trois matchs consécutifs avec un total de plus de 300 yards au sol et RB Trey Sermon a établi un nouveau record de l’université Ohio State en accumulant 331 yards à la course lors du récent Big Ten Championship Game.

Mais les Buckeyes n’ont pas affronté une défense contre la course aussi solide que celle des Tigers (#9 au niveau national). Cette dernière a notamment limité la puissante attaque de Notre Dame à 44 petits yards au sol et à un décevant 3 sur 12 sur 3ème down lors de l’ACC Championship Game.

Le pass rush de Clemson face à la ligne offensive d’Ohio State

La ligne défensive des Tigers n’est pas aussi expérimentée que celles qui lui ont précédé ces dernières années mais les deux true freshmen 5-étoiles DE Bryan Bresee et DE Myles Murphy sont montés en puissance tout au long de la saison et le pass rush est redevenu l’une des forces de cette défense de Clemson.

Si la ligne offensive des Buckeyes s’est montrée ultra-efficace sur la run protection, on ne peut pas en dire autant de la pass protection. La capacité de protéger QB Justin Fields sera pourtant essentielle pour les champions de conférence Big Ten. Sous pression, le quarterback des Buckeyes est encore très vulnérable dans la poche et dans un match qui se gagnera probablement par l’attaque, une contre-performance dans le jeu aérien pourrait s’avérer catastrophique pour #3 Ohio State.

Embed from Getty Images

Joueurs à suivre

QB Trevor Lawrence, Clemson

Pour sa dernière saison au niveau NCAA, il a assumé son rôle de superstar en portant son équipe tout au long de la saison (69.2% de réussite à la passe, 22 TD, 4 INT). Son absence face à Boston College et Notre Dame (pour cause de test COVID-19 positif) aurait pu couter cher à son équipe. Elle lui coutera peut-être un trophée Heisman qui lui tendait les bras en début de saison… Son bilan en carrière de 34-1 est tout simplement exceptionnel (sa seule défaite remonte à la finale nationale 2020, face à LSU). L’an dernier face aux Buckeyes, il avait lancé 2 passes de TD et réussit un TD au sol décisif.

RB Travis Etienne, Clemson

Il est revenu à Clemson pour sa saison senior afin d’avoir l’opportunité de remporter un 2ème titre de champion national. Si sa contribution dans le jeu au sol des Tigers a été moins importante tout au long de la saison (882 yards au sol, 13 TD), il reste l’un des 3 meilleurs running backs du pays. Il a profité de la saison 2020 pour ajouter une nouvelle corde à son arc : son implication dans le jeu aérien (44 réceptions, 524 yards, 3 TD).

WR Amari Rodgers, Clemson

En l’absence de WR Justyn Ross et des jeunes pousses WR Joseph Ngata et WR Frank Ladson, il est devenu la soupape de sécurité du jeu aérien des Tigers. Sa connection avec QB Trevor Lawrence fait régulièrement mouche. Il a réussi 69 réceptions, 966 yards et 7 TD en 2020.

LB James Skalski, Clemson

Linebacker au coeur énorme, il est le leader vocal de cette défense des Tigers. Son absence avait été très préjudiciable à #2 Clemson lors de la défaite subie à South Bend. Il sera un élément essentiel pour contrer le jeu au sol des Buckeyes lors de ce Sugar Bowl.

S Nolan Turner, Clemson

L’an dernier, il avait réussi l’interception de la victoire face aux Buckeyes lors d’un Fiesta Bowl épique. Defensive back très instinctif, il a cultivé cette capacité de réussir des big plays à des moments cruciaux. Bonne nouvelle pour QB Justin Fields et #3 Ohio State : il sera absent en 1ère mi-temps de ce Sugar Bowl après avoir été expulsé pour un targeting face à #4 Notre Dame.

QB Justin Fields, Ohio State

Sa 2ème saison comme QB#1 de l’attaque des Buckeyes a démarré en fanfare (72/83, 86% d’efficacité, 11 TD, 0 INT lors de ses 3 premiers matchs) avant que la défense des Hoosiers ne dérègle le leader offensif des Buckeyes (3 INT). Sa dernière sortie n’est pas pour rassurer les fans de #3 Ohio State : face à Northwestern, il a connu son plus mauvais match à la passe en carrière (114 yards, 2 INT). Toutefois, il reste un danger constant grâce à des aptitudes athlétiques exceptionnelles et un sens de l’improvisation dévastateur.

RB Trey Sermon, Ohio State

Arrivé d’Oklahoma au cours de l’intersaison, il a tardé à s’affirmer comme le RB#1 des Buckeyes avant de prendre son envol face à Michigan State (11.2 yards pas course) et face à Northwestern (331 yards au sol) lors du Big Ten Championship Game.

WR Chris Olave, Ohio State

Révélation de la 2ème partie de la saison dernière, il a confirmé son statut de future star de l’attaque des Buckeyes. 36 réceptions, 528 yards et 5 TD en 5 matchs joués en 2020.

CB Shaun Wade, Ohio State

Considéré comme le successeur de Jeff Okudah au poste de cornerback, il n’a pas toujours brillé par sa constance au sein d’un backfield défensif des Buckeyes qui est peut-être le point faible de l’équipe. Toutefois, il reste un playmaker hors-pair qui peut faire basculer un match à lui tout seul sur un big play défensif.

Embed from Getty Images

Facteur X

La COVID-19. Lors du Big Ten Championship Game face à #14 Northwestern, les Buckeyes ont été privés de 22 joueurs pour cause de test positif ou pour une quarantaine préventive. WR Chris Olave, LB Baron Browning et P Drue Chrisman ont notamment manqué à l’appel. La Big Ten exige une quarantaine de 17 jours. Les Buckeyes seront-ils au complet à temps pour ce Sugar Bowl ? Quel sera l’impact de ces jours passés en quarantaine (donc sans entrainements) ? Il est difficile d’imaginer que cette situation ne représente pas un lourd handicap pour les champions de Big Ten.

Historique

Ce Sugar Bowl sera le cadre de la 5ème opposition entre #2 Clemson et #3 Ohio State. Les Tigers mènent largement la série 4-0.

Les deux équipes se sont déjà rencontrées à 2 reprises lors des playoffs : en 2016 (victoire 31-0 de Clemson) et en 2019 (victoire 29-23 de Clemson).

Source : Winsipedia

Blessés

#2 Clemson

Absent : QB Taisun Phommachanh (raisons inconnues), WR Justyn Ross (moëlle épinière), WR Joseph Ngata (raisons inconnues), DE Justin Foster (raisons inconnues), .
Incertain : DE Xavier Thomas (raisons inconnues), LB Jake Venables (bras), WR Ty Herbstreit (raisons inconnues).
Probable : Aucun.

#3 Ohio State

Absent : CB Cameron Brown (talon d’Achille), DB Kourt Williams (genou).
Incertain : WR Chris Olave (quarantaine), LB Baron Browning (quarantaine), P Drue Chrisman (quarantaine), S Marcus Hooker (quarantaine), WR Jaxon Smith-Njigba (raisons inconnues), WR Jaylen Harris (quarantaine), OL Patrick Johnson Jr (quarantaine), CB Lloyd McFarquhar (quarantaine).
Probable : QB Justin Fields (pouce).

Pronostic

Clemson 38, Ohio State 20

Lire la suite
Publicité

Preview 2020

Previewil y a 5 mois

Preview 2020 : Ohio State Buckeyes

Menés par un candidat au trophée Heisman, QB Justin Fields, et une attaque de feu, ces Buckeyes d'Ohio State sont-ils...

Previewil y a 5 mois

Preview 2020 : Michigan Wolverines

Un effectif rajeuni, de nouveaux leaders en défense et un nouveau quarterback titulaire : les Wolverines sont-ils suffisamment armés pour...

Previewil y a 5 mois

Preview 2020 : Wisconsin Badgers

Wisconsin a tourné la page "Jonathan Taylor" mais les Badgers sauront-ils préserver leur suprématie sur la division Big Ten West...

Previewil y a 5 mois

Preview 2020 : Alabama à la reconquête de la SEC

Diminués par le départ de la quasi-totalité de ses titulaires, les Tigers de LSU remettent en jeu un titre de...

Previewil y a 6 mois

Preview 2020 : la fin de l’hégémonie d’Oklahoma sur la Big 12 ?

Avec la montée en puissance de Texas, d'Iowa State et d'Oklahoma State, la série de 5 titres de champion de...

Previewil y a 6 mois

Preview 2020 : Clemson accentue sa domination sur la conférence ACC

Champion de conférence en titre, Clemson a imposé sa suprématie sur l'ACC depuis 5 ans. Est-ce que finalement Notre Dame...

Previewil y a 6 mois

Preview 2020 : Commander-in-Chief’s Trophy

Air Force et Navy ont bouclé la saison 2019 dans le Top 25 mais les Falcons et les Midshipmen ont...

Previewil y a 6 mois

Preview 2020 : Texas A&M Aggies

Pour sa 4ème saison à la tête des Aggies, QB Kellen Mond possède tous les playmakers autour de lui pour...

Previewil y a 6 mois

Preview 2020 : LSU Tigers

LSU a tourné la page de la fabuleuse saison dernière mais ces Tigers version 2020 désormais menés par QB Myles...

Previewil y a 7 mois

Preview 2020 : Alabama Crimson Tide

Écarté des playoffs en 2019 et pillé par la NFL au printemps, le Crimson Tide d'Alabama reste la référence dans...

Articles les plus lus