Suivez-nous

Conférence Pac-12

Preview 2015 : conférence Pac-12

The Blue Pennant vous propose une présentation complète de la conférence Pac-12 en prévision de la saison NCAA 2015.

Publié

le

Depuis quelques années, il ne fait aucun doute que la conférence Pac-12 a considérablement réduit l’écart qui la séparait de la conférence SEC, la meilleure conférence du College Football. Toutefois, il lui manque un titre de champion national qui lui échappe depuis 2004 (USC Trojans).

Avec le départ pour la NFL du vainqueur du trophée Heisman 2014, QB Marcus Mariota, et la montée en puissance de USC, UCLA, Arizona State et Arizona, c’est le rapport de force entre la division North et la division South qui pourrait se trouver bouleversé.

Depuis que la conférence Pac-12 est passée à 12 membres en 2011, c’est toujours un programme du Nord qui s’est imposé (Oregon et Stanford, deux fois). Ça pourrait changer en 2015. Avec son candidat au trophée Heisman, QB Cody Kessler, USC n’a pas paru aussi solide depuis les années Pete Carroll. UCLA possède une phénoménale génération de joueurs des deux côtés du ballon malgré la perte de QB Brett Hundley. A Arizona State, QB Mike Bercovici sera entouré d’une multitude de playmakers. Quant à Arizona, le champion de division en titre, l’attaque de feu et le meilleur linebacker du pays, LB Scooby Wright, sont de retour. Même Utah et Colorado sont en progrès.

A l’inverse, l’incertitude règne au Nord. Si Oregon possède suffisamment de talent pour rester compétitif malgré le trou béant laissé par le départ de QB Marcus Mariota, ce ne sera peut-être pas le cas de Stanford qui aura surement besoin de temps avant de voir éclore une nouvelle génération. Le gunslinger QB Jared Goff manque de soutien à California et Washington, Washington State et Oregon State sont en reconstruction.

SOMMAIRE
Champion en 2014 : Oregon.
Dates à retenir
5 septembre : Arizona State vs Texas A&M.
12 septembre : Oregon @ Michigan State.
19 septembre : Stanford @ USC.
26 septembre : USC @ Arizona State.
3 octobre : Arizona State @ UCLA.
17 octobre : USC @ Notre Dame.
29 octobre : Oregon @ Arizona State.
14 novembre : Oregon @ Stanford.
21 novembre : Arizona @ Arizona State.
21 novembre : USC @ Oregon.
28 novembre : UCLA @ USC.
28 novembre : Notre Dame @ Stanford.
Prédictions
Champion 2015 : Oregon.
MVP : QB Cody Kessler, USC.
Meilleur joueur offensif : RB Paul Perkins, UCLA.
Meilleur joueur défensif : LB Scooby Wright, Arizona.
Freshman de l’année : DT Canton Kaumatule, Oregon.

Paradoxalement, les progrès incontestables de la conférence Pac-12 depuis quelques années pourrait avoir comme conséquence d’écarter son champion des playoffs. En cause : la parité. Tout le monde peut battre tout le monde. Un champion avec une fiche de 10-3 aurait-il les bonnes grâces du comité de sélection du College Football Playoff ? Pas sûr.

L’après Marcus Mariota à Oregon

Trouver un successeur au vainqueur du trophée Heisman 2014, QB Marcus Mariota, sera le plus gros défi de coach Mark Helfrich depuis qu’il a pris la succession de Chip Kelly à la tête du programme d’Oregon. L’éventuelle arrivée du dynamique QB Vernon Adams en provenance d’Eastern Washington (FCS) pourrait permettre aux Ducks de rester très performant. Le junior QB Jeff Lockie, backup de Mariota pendant deux saisons, connait également très bien la Blur Offense. La transition pourrait ainsi être moins douloureuse que prévue d’autant plus que le futur titulaire pourra compter sur le prometteur RB Royce Freeman, sur un groupe de receveurs exceptionnels et sur une ligne offensive qui verra le retour de OL Tyler Johnstone. Seul souci pour les Ducks : un déplacement à Michigan State dès la semaine 2 de la saison face à des Spartans revanchards après leur défaite à Eugene en 2014. Toutefois, avec Stanford et Washington en reconstruction, California en mal de défense, et Washington State et Oregon State en manque de talent, Oregon reste le favori #1 de la division Pac-12 North.

USC de retour parmi l’élite ?

Toujours convalescents après la suppression de plusieurs scholarships dans le cadre des sévères sanctions de la NCAA suite à l’affaire Reggie Bush, les Trojans de USC semblent avoir retrouver toutes les pièces du puzzle pour prétendre au titre de champion de conférence Pac-12 et à une place en playoffs. Derrière le senior QB Cody Kessler et une armada de playmakers, l’attaque va semer la terreur partout sur la côte Ouest. Mais pour gagner son billet pour le College Football Playoff, USC doit faire mieux défensivement qu’en 2014. Le retour de LB Su’a Cravens et CB Adoree’ Jackson va stabiliser le back seven. C’est plutôt le front four qui pourrait poser problème suite au départ de la superstar Leonard Williams. Coach Sarkisian a connu des hauts et des bas pour sa première saison avec les Trojans; il doit maintenant prouver qu’il est capable de ramener le programme de l’université Southern California parmi l’élite du College Football.

QB Cody Kessler, USC

La division South meilleure que la division North ?

Si l’éventuel retour des Trojans de USC dans l’élite du College Football serait un boost pour la division South, la bonne santé de cette dernière n’est pas uniquement du ressort du programme de Los Angeles. Arizona State et UCLA, en constante progression depuis 2-3 ans, seront de sérieux concurrents des Trojans et ils ne cachent pas leur objectif d’une participation aux playoffs. Arizona, le champion surprise de la division en 2014, n’est pas loin derrière. Ces trois programmes, légitimes prétendants au Top 25 en fin d’année, pourront compter sur la présence de trois quarterbacks prometteurs : QB Mike Bercovici à Ariona State, QB Josh Rosen à UCLA et QB Anu Solomon à Arizona. Avec la reconstruction à Stanford et la gestion de l’après-Mariota à Oregon, le centre de gravité de la conférence Pac-12 pourrait glisser vers le Sud en 2015.

Année II de l’ère Chris Petersen à Washington

Lors de son arrivée à Washington, coach Chris Petersen (ex-Boise State) n’a pas caché ses ambitions. Sa fiche de 8-5 (4-5 Pac-12) de 2014 n’a impressionné personne. Pourtant, le programme de Seattle doit s’attendre à des mois difficiles. Les Huskies ne pourront compter que sur le retour de 9 titulaires de la saison dernière et l’incertitude au poste de quarterback depuis l’annonce de la retraite de QB Cyler Miles ne va pas aider. Avec des matchs hors-conférence contre Boise State et Utah State, obtenir une fiche positive ne sera pas une partie de plaisir pour Washington. Patience chers fans des Huskies. Patience.

Stanford en mode reconstruction

Au terme d’une saison 2014 décevante (8-5), coach David Shaw n’a pas atteint le plateau des 11 victoires pour la première fois depuis qu’il a succédé à Jim Harbaugh. Il faut dire qu’il avait mis la barre très haute lors de ses 3 premières saisons sur le campus de Palo Alto (Californie). Afin de rester dans la course au titre de division North, Stanford doit recharger les batteries en attaque… et en défense (seulement 4 titulaires de retour). Toutefois, ce n’est pas le talent qui manque et la nouvelle génération qui arrive est composée essentiellement de recrues 4 et 5 étoiles. Offensivement, le Cardinal possède un solide leader en QB Kevin Hogan qui sera protégé par une ligne offensive expérimentée. Il suffirait que l’électrisant et polyvalent sophomore RB Christian McCaffrey explose complètement en 2015 pour que Stanford redevienne un concurrent pour les Ducks d’Oregon dans la division North.

Voici les prédictions des divisions North et South:

RB Royce Freeman, Oregon

Prédictions

Division North

1. Oregon Ducks (13-2, 8-1 Pac-12 en 2014)
Coach Mark Helfrich doit trouver un successeur à Marcus Mariota pour diriger l’attaque Blur. Le transfuge d’Eastern Washington, QB Vernon Adams, a le profil à moins que le junior QB Jeff Lockie ne lui soit préféré. Malgré la perte sur blessure de RB Thomas Tyner, ce ne sont pas les playmakers qui manquent en attaque (RB Royce Freeman, WR Byron Marshall, WR Devon Allen). Avec une attaque toujours aussi explosive et une défense jeune mais prometteuse, Oregon a le potentiel pour réitérer sa performance de l’an passé et se rendre en playoffs. Malgré tout, les Ducks ne sont pas à l’abri d’une ou plusieurs blessures dans l’escouade défensive, ce qui pourrait avoir un impact catastrophique sur leur saison. Le périlleux déplacement à Stanford et la réception de USC fin novembre seront décisifs.

2. Stanford Cardinal (8-5, 5-4)
La série de 4 années consécutives avec une participation à un bowl majeur a pris fin en 2014. Toutefois, la présence de QB Kevin Hogan et d’une nouvelle génération de défenseurs prometteurs devraient permettre au Cardinal de rebondir en 2015 grâce à un calendrier plutôt favorable. L’inexpérience du front seven pourrait faire mal face à USC et Oregon.

3. California Golden Bears (5-7, 3-5)
L’arrivée de coach Sonny Dykes (ex-Louisiana State) a tout changé sur le campus de Berkeley : après une première saison difficile (1-11), les Bears ont remporté 5 matchs en 2014. Prochaine étape : une qualification pour un bowl. California possède une future star de la NFL en QB Jared Goff. Avec une défense inexistante (511.8 yards accordés en moyenne par match en 2014, #121 au pays), il faudra marquer beaucoup de points. Vraiment beaucoup.

4. Washington Huskies (8-6, 4-5)
Les fans des Huskies s’attendaient à mieux pour la première saison de coach Chris Petersen, lui qui avait quitté Boise State avec une fiche de 92-12. Mais reconstruire prend du temps. La défense a été décimée avec les départs de trois joueurs (NT Danny Shelton, DE Hau’oli Kikaha, LB Shaq Thompson) sélectionnés au 1er tour de la draft NFL en mai dernier. Les jeunes Huskies menés par le puissant RB Dwayne Washington tenteront de créer quelques surprises en 2015 afin de préparer une prometteuse saison 2016.

RB Paul Perkins, UCLA

5. Washington State Cougars (3-9, 2-7)
Les Cougars semblaient sur le bonne voie en 2013 mais la blessure de QB Connor Halliday et des soucis défensifs ont plombé l’ambiance sur le campus de Pullman en 2014. Le sophomore QB Luke Falk possède toutes les qualités pour exploser au sein de l’attaque Air Raid de coach Mike Leach. Dans une conférence Pac-12 compétitive, la marge d’erreur sera mince. Une qualification pour un bowl serait un exploit.

6. Oregon State Beavers (5-7, 2-7)
Pour la première fois depuis 2002, les Beavers auront un autre coach que le populaire Mike Riley, parti à Nebraska. Pour le remplacer, coach Gary Anderson qui débarque à Corvallis après avoir réussi une fiche de 19-7 avec les Badgers de Wisconsin. Oregon State a perdu son quarterback vedette, QB Sean Mannion, et la défense a été saignée à blanc (9 titulaires partis). L’arrivée du coordinateur défensif Kalani Sitake (ex-Utah) pourrait aider à reconstruire rapidement.

Division South

1. USC Trojans (9-4, 6-3 Pac-12 en 2014)
Tout semble en place pour une saison de tous les succès : un quarterback senior vedette, une ligne offensive expérimentée, des playmakers en défense et une profondeur à tous les postes. QB Cody Kessler est de retour après avoir réussi 39 TDs à la passe en 2014. Malgré un calendrier compliqué (@Notre Dame, @Arizona State, @Oregon), seul un abus de confiance pourrait empêcher les Trojans de remporter leur premier titre de division South.

2. UCLA Bruins (10-3, 6-3)
Les Bruins ont perdu l’un des quarterbacks les plus prolifiques de l’Histoire du programme de UCLA (QB Brett Hundley). Pourtant, avec le retour d’une ligne offensive expérimentée, d’un groupe de receveurs explosifs et de l’un des running backs les plus sous-estimés du pays (RB Paul Perkins), son successeur prendra le relais dans d’excellentes conditions, que ce soit le phénoménal true freshman QB Josh Rosen ou le combatif QB Jerry Neuheisel. L’arrivée du coordinateur défensif Tom Bradley (ex-coach de Penn State) pourrait amener une défense ultra-athlétique à un niveau supérieur. DE Eddie Vanderdoes, LB Myles Jack et CB Ishmael Adams sont de formidables playmakers. Le titre de division pourrait se jouer le soir de la dernière semaine, face à USC, le 28 novembre.

LB Scooby Wright, Arizona

3. Arizona Wildcats (10-4, 7-2)
Les champions de division South seront encore dans le coup en 2015. QB Anu Solomon, RB Nick Wilson et un solide groupe de receveurs sont de retour cette saison avec l’objectif de faire mieux que les 33.4 points inscrits en moyenne par match de conférence l’an dernier. Jouer vite, travailler dur et toujours y croire. Voilà ce qui a permis aux joueurs de coach Rich Rodriguez de remporter 6 matchs par une possession d’écart en 2014. Qu’on ne s’y trompe pas, le programme de Tucson est en phase ascendante. Mais malgré la présence de LB Scooby Wright, l’un des meilleurs défenseurs du pays, la défense n’a pas le talent de USC ou de UCLA.

4. Arizona State Sun Devils (10-4, 7-2)
Les Sun Devils ont remporté 20 victoires lors des deux dernières saisons réussissant ainsi leur meilleure performance depuis 1996-97. Le productif QB Taylor Kelly donnera le relais au prometteur QB Mike Bercovici qui sera entouré de nombreux playmakers (RB Demario Richard, RB/LB Kalen Ballage, WR D.J. Foster). Avec des matchs à domicile face à Oregon, Arizona et USC, les Sun Devils ont un calendrier favorable. Mais le manque de talent en défense pourrait coûter très cher dans une division South disputée.

5. Utah Utes (9-4, 5-4)
L’optimisme régnait sur le campus de Salt Lake City après la première fiche positive des Utes depuis leur entrée dans la conférence Pac-12 mais les tensions entre coach Kyle Whittingham et le directeur athlétique Chris Hill suite aux départs de trois assistants coachs dont le populaire coordinateur défensif Kalani Sitake ont semé le doute à Utah. Pourtant, RB Devontae Booker (1512 yards et 12 TDs en 2014) est de retour tout comme le senior QB Travis Wilson. Les pertes de DE Nate Orchard et S Brian Blechen feront mal à une défense qui avait réussi 55 sacks l’an dernier. Avec 7 matchs à domicile en 2015, Utah devrait pouvoir se qualifier pour un bowl. Faire aussi bien que la saison dernière (victoires contre Michigan, Stanford, USC et UCLA !) parait peu probable.

6. Colorado Buffaloes (2-10, 0-9)
Avec une fiche de 2-10 en 2014 au terme de la première saison de coach Mike McIntyre, c’est peut-être difficile à croire mais le programme de Colorado est sur la bonne voie. L’an dernier, les Buffaloes ont perdu 4 matchs avec moins de 5 points d’écart. Le développement de QB Sefo Liufau et le retour du phénoménal WR Nelson Spruce sont de bonnes nouvelles. Le gros problème : la défense (7.1 yards accordés par jeu et 43 points accordés par match en moyenne en 2014 !). Probablement pas encore cette année que Colorado participera à son premier bowl depuis 2007.

Fondateur et rédacteur en chef de The Blue Pennant, Morgan Lagrée couvre le College Football depuis plus de 10 ans. En 2016, Morgan fût le premier reporter à couvrir le CFP National Championship Game pour un média francophone. Il co-anime le Podcast Bowl. Expert NFL et NBA. Grand amateur de la NHL. Fan ultime des Red Sox de Boston (MLB). Ancien étudiant de l'université McGill. #Redmen4Life

Publicité
Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Actualité

La conférence Pac-12 annule sa saison de football

Quelques heures après l’annonce de l’annulation de la saison de College Football dans la Big Ten, la Pac-12 reporte au printemps 2021 toutes ses compétitions des sports d’automne dont le football.

Publié

le

Crédit photo : Kirby Lee-USA TODAY Sports

Au terme d’un meeting organisé entre les présidents d’universités et le commissionnaire de la conférence, la Pac-12 a décidé d’annuler sa saison 2020 de College Football en raison de la pandémie de COVID-19 suivant ainsi la décision de la Big Ten annoncée quelques heures plus tôt.

Les deux conférences espèrent pouvoir reprendre leurs activités au printemps 2021, si les conditions sanitaires le permettent.

Toutes les compétitions sportives de la conférence Pac-12 sont reportées au moins jusqu’au 1er janvier 2021. Ce sont donc les saisons de soccer et de volleyball qui sont également touchées tout comme celle de basketball qui débute habituellement au mois de novembre.

« Au contraire des sports professionnels, les sports universitaires ne peuvent pas opérer dans une bulle. Nos programmes athlétiques font partie de campus ouvert au sein de communautés au sein desquelles la prévalence de la COVID-19 est parfois significative. Nous allons continuer de suivre la situation et lorsque les conditions auront changer, on sera prêt pour explorer toutes les options possibles afin de jouer l’année prochaine. » – Larry Scott, commissionnaire de la conférence Pac-12.

Trois raisons principales ont conduit la Pac-12 à prendre cette décision radicale :

  • La prévalence de la COVID-19 dans la communauté reste très élevée dans une grande partie du territoire de la Pac-12 et voyager dans de nombreux endroits reste encore dangereux, en particulier à bord des avions commerciaux.
  • Une préoccupation accrue suite à des complications sur la santé liées au virus. Parmi celles-ci, il existe des informations nouvelles et évolutives concernant des effets secondaires cardiaques graves potentiels chez les sportifs. Il y a un manque d’informations pour comprendre les résultats à court et à long terme de ces problèmes de santé.
  • La capacité de tester les sportifs doit augmenter pour permettre des tests plus fréquents, effectués plus près de l’heure du match et avec un délai d’exécution plus rapide pour empêcher la propagation de l’infection et améliorer la sécurité de tous les étudiants-athlètes, entraîneurs et membres du personnel impliqués, en particulier dans les situations où la distance physique et le port du masque ne peuvent pas être maintenus. Cela nécessiterait l’accès à une capacité importante de dépistage très limitée actuellement et un délai d’exécution rapide.

La conférence Pac-12 a déjà annoncé que toutes les scholarships seront préservées garantissant aux sportifs universitaires de pouvoir rester sur le campus malgré l’annulation des compétitions sportives. La Pac-12 a également demandé à la NCAA d’accorder une année d’éligibilité supplémentaire en raison des circonstances exceptionnelles.

L’effet domino suite à l’annonce de la Big Ten

Dimanche soir, le sentiment général à travers le monde du College Football était que la Big Ten et la Pac-12 annuleraient leur saison de football en début de semaine. Toutefois, l’action commune et parallèle du mouvement #WeWantToPlay et de certains coachs a semblé forcer les cinq conférences du Power Five à faire une pause sur le chemin inévitable de l’annulation pure et simple de la saison.

Si ceux de la Big Ten ont pris la parole pour défendre l’idée de jouer cet automne, les coachs de la Pac-12 sont restés très silencieux depuis quelques jours. Selon plusieurs sources, ces derniers auraient pris conscience des dangers réels de la COVID-19 lors d’une rencontre récente avec certains conseillers médicaux des départements athlétiques et de la Pac-12. L’éclosion du nombre de myocardite (une inflammation rare du coeur pouvant avoir des conséquences graves sur la santé à long terme) liée au coronavirus aurait définitivement convaincu les instances dirigeantes de la Pac-12, comme celles de la Big Ten. Une quinzaine de joueurs de la Big Ten souffriraient actuellement d’une myocardite après avoir été infectés par la COVID-19.

Avec l’annonce de l’annulation de la saison en Big Ten, il devenait inévitable que la Pac-12 allait suivre pour la simple raison qu’il devenait injustifiable de débuter la saison alors qu’une autre conférence du Power Five estimait que les risques sanitaires étaient trop elevés.

Les trois autres conférences (ACC, Big 12, SEC) suivront-elles le mouvement dans les prochains jours ? L’ACC et la SEC semblent vouloir attendre un peu et suivre la situation. Il y aurait des avis très partagés au sein de la Big 12.

Après l’annulation des saisons en Division II et Division III et dans plusieurs conférences FCS, il devenait inévitable que le mouvement allait toucher l’élite du College Football. Ainsi, les conférences MAC et Mountain West ont jeté l’éponge tout comme les deux programmes indépendants, UConn et UMass.

Par ailleurs, plus de 30 joueurs du Power Five ont déjà annoncé qu’il renonçait à jouer en 2020 en raison des risques sanitaires liés à la COVID-19.

Lire la suite

UCLA Bruins

Under Armour veut mettre un terme au contrat de 280 millions de $ signé avec UCLA

Quatre ans après avoir signé un accord record avec les Bruins, l’équipmentier Under Armour reproche à UCLA de ne pas avoir respecté certains aspects du contrat.

Publié

le

Crédit photo : Under Armour

Dans sa tentative de conquérir le marché de la NCAA, l’équipementier Under Armour avait signé en 2016 un contrat monstre de 280 millions de $ sur 15 ans…

Quatre après cette entente, le mariage semble avoir touché le fond, Under Armour ayant aujourd’hui signifié à l’université californienne qu’il souhaitait mettre un terme à cette entente record.

Les raisons de cette décision surprise ? Les difficultés financières dont font face toutes les grandes compagnies de commerce de détail mais aussi en raison de l’incapacité de l’University California at Los Angeles de promouvoir la marque Under Armour depuis le début de cette entente ce qui représente un non-respect de l’une des clauses de ce contrat jugé faramineux à l’époque.

Cette décision surprise est un véritable camouflet pour le directeur athlétique, Dan Guerrero, qui est en poste depuis 18 ans et qui quittera ses fonctions… dans une semaine ! Beau cadeau passé à son successeur.

Toute perte de revenus substantiels pourrait être dévastatrice pour UCLA dont les finances ne sont pas au beau fixe. Sur l’année fiscal 2019, l’université a dû éponger un déficit budgétaire de la direction athlétique à hauteur de 18.9 millions de $ et l’année 2020 s’annonçait déjà pire avec l’annulation de plusieurs compétitions en raison de la pandémie dûe au covid-19.

Nike et Adidas, qui avaient été dans la course pour signer un contrat avec UCLA en 2016, seront-ils intéressés quatre ans plus tard ? Rien de garantie.

Dans la conférence Pac-12, Under Armour possède également un accord avec California et Utah… mais les produits des Bears n’apparaissent plus depuis quelques jours sur le site web de l’équipementier. Présage d’une refonte globale à venir ?

À noter que Under Armour est entre autres l’équipementier de Notre Dame, Auburn, Maryland, South Carolina, Wisconsin, Northwestern, Texas Tech et Boston College.

Lire la suite

Oregon Ducks

Oregon et Oregon State mettent fin à la « Civil War »

Les deux universités ont annoncé qu’elles avaient décidé d’un commun accord d’abandonner toute référence au terme « Civil War » en raison du lien de ce terme avec la période de la ségrégation raciale aux États-Unis.

Publié

le

Crédit photo : Scott Olmos-USA TODAY Sports

Chaque année depuis 126 ans, les Ducks d’Oregon et les Beavers d’Oregon State s’affrontent pour la suprématie de l’État lors d’un match acharné que l’on connaissait sous le nom de « Civil War » en raison de haine mutuelle entretenue par les deux universités, et ce, depuis des décennies.

L’édition 2020 marquera donc le début d’une nouvelle ère puisque les deux universités ont fait une annonce conjointe pour indiquer qu’elle renonçait au terme « Civil War » pour nommer leur rivalité annuelle.

La « Civil War » (que l’on appelle aussi Guerre de Sécession) fût une guerre civile qui a opposé, de 1861 à 1865, les États de l’Union menés par Abraham Lincoln à 11 États du Sud pro-esclavagistes qui voulaient faire sécession avec les États-Unis (les États confédérés). L’Union a finalement remporté cette guerre mettant ainsi fin à l’escalavage aux Etats-Unis d’Amérique.

Plusieurs directions athlétiques ont effectué divers changements depuis quelques semaines en raison du mouvement Black Lives Matter. L’université Florida a ainsi mis fin à l’usage du slogan « Gator Bait » et l’université Texas ne fera plus référence aux « Eyes of Texas ». L’État du Mississippi pourrait aussi retirer de son drapeau fédéral toute référence aux États confédérés.

Lire la suite

Utah Utes

Utah suspend le coordinateur défensif Morgan Scalley pour un texto raciste datant de 2013

Le coordinateur défensif de l’Utah, Morgan Scalley, a été suspendu du programme de football pour avoir utilisé une insulte raciale dans un message texte envoyé il y a 7 ans.

Publié

le

Crédit photo : Getty Images

Quelques heures après la révélation sur Twitter d’un message texte envoyé par Morgan Scalley, le directeur athlétique Mark Harlan a immédiatement pris la décision d’écarter le coordinateur défensif des Utes en attendant les conclusions d’une enquête indépendante qui tentera de déterminer s’il s’agit d’un événement isolé ou si ce message est l’illustraiton d’une culture plus profonde d’intimidation à caractère raciste.

Morgan Scalley a admis ce qu’il a qualifié de « terrible erreur ».

« En 2013, j’ai fait une terrible erreur. J’ai utilisé une insulte raciale dans un message texte. Ce tyoe de langage est offensant et blessant non seulement pour la communauté afro-américaine, mais pour tous. Immédiatement après l’avoir envoyé, je me suis excusé auprès du destinataire et de sa famille.» – Morgan Scalley, coordinateur défensif d’Utah.

« Je suis également navré par l’abus de confiance potentiel avec mes collègues entraîneurs et avec les jeunes hommes de notre programme, passés et présents. » – Morgan Scalley, coordinateur défensif d’Utah.

« Je suis vraiment désolé et je reconnais les effets néfastes de mon choix », a poursuivi Scalley. «À travers mes actions et mes paroles à l’avenir, je démontrerai que mon utilisation de cette liaison en 2013 ne reflète ni ne définit qui je suis ni ce que je représente. Mon action est indéfendable et j’utiliserai ma voix et ma position pour apporter des changements significatifs et bien nécessaires. J’accepte la suspension de l’Université, et je vais l’utiliser comme un moment pour réfléchir à mon commentaire de 2013 et comment j’ai l’intention d’écouter et de grandir à partir de cette situation. Je suis complètement contre le racisme, et cela ne se reproduira plus jamais. » – Morgan Scalley, coordinateur défensif d’Utah.

Lire la suite
Publicité

Preview 2020

Previewil y a 1 semaine

Preview 2020 : Ohio State Buckeyes

Menés par un candidat au trophée Heisman, QB Justin Fields, et une attaque de feu, ces Buckeyes d'Ohio State sont-ils...

Previewil y a 1 semaine

Preview 2020 : Michigan Wolverines

Un effectif rajeuni, de nouveaux leaders en défense et un nouveau quarterback titulaire : les Wolverines sont-ils suffisamment armés pour...

Previewil y a 1 semaine

Preview 2020 : Wisconsin Badgers

Wisconsin a tourné la page "Jonathan Taylor" mais les Badgers sauront-ils préserver leur suprématie sur la division Big Ten West...

Previewil y a 1 mois

Preview 2020 : Alabama à la reconquête de la SEC

Diminués par le départ de la quasi-totalité de ses titulaires, les Tigers de LSU remettent en jeu un titre de...

Previewil y a 2 mois

Preview 2020 : la fin de l’hégémonie d’Oklahoma sur la Big 12 ?

Avec la montée en puissance de Texas, d'Iowa State et d'Oklahoma State, la série de 5 titres de champion de...

Previewil y a 2 mois

Preview 2020 : Clemson accentue sa domination sur la conférence ACC

Champion de conférence en titre, Clemson a imposé sa suprématie sur l'ACC depuis 5 ans. Est-ce que finalement Notre Dame...

Previewil y a 2 mois

Preview 2020 : Commander-in-Chief’s Trophy

Air Force et Navy ont bouclé la saison 2019 dans le Top 25 mais les Falcons et les Midshipmen ont...

Previewil y a 2 mois

Preview 2020 : Texas A&M Aggies

Pour sa 4ème saison à la tête des Aggies, QB Kellen Mond possède tous les playmakers autour de lui pour...

Previewil y a 2 mois

Preview 2020 : LSU Tigers

LSU a tourné la page de la fabuleuse saison dernière mais ces Tigers version 2020 désormais menés par QB Myles...

Previewil y a 2 mois

Preview 2020 : Alabama Crimson Tide

Écarté des playoffs en 2019 et pillé par la NFL au printemps, le Crimson Tide d'Alabama reste la référence dans...

Articles les plus lus