Suivez-nous

Conférence Pac-12

Preview 2015 : conférence Pac-12

The Blue Pennant vous propose une présentation complète de la conférence Pac-12 en prévision de la saison NCAA 2015.

Publié

le

Depuis quelques années, il ne fait aucun doute que la conférence Pac-12 a considérablement réduit l’écart qui la séparait de la conférence SEC, la meilleure conférence du College Football. Toutefois, il lui manque un titre de champion national qui lui échappe depuis 2004 (USC Trojans).

Avec le départ pour la NFL du vainqueur du trophée Heisman 2014, QB Marcus Mariota, et la montée en puissance de USC, UCLA, Arizona State et Arizona, c’est le rapport de force entre la division North et la division South qui pourrait se trouver bouleversé.

Depuis que la conférence Pac-12 est passée à 12 membres en 2011, c’est toujours un programme du Nord qui s’est imposé (Oregon et Stanford, deux fois). Ça pourrait changer en 2015. Avec son candidat au trophée Heisman, QB Cody Kessler, USC n’a pas paru aussi solide depuis les années Pete Carroll. UCLA possède une phénoménale génération de joueurs des deux côtés du ballon malgré la perte de QB Brett Hundley. A Arizona State, QB Mike Bercovici sera entouré d’une multitude de playmakers. Quant à Arizona, le champion de division en titre, l’attaque de feu et le meilleur linebacker du pays, LB Scooby Wright, sont de retour. Même Utah et Colorado sont en progrès.

A l’inverse, l’incertitude règne au Nord. Si Oregon possède suffisamment de talent pour rester compétitif malgré le trou béant laissé par le départ de QB Marcus Mariota, ce ne sera peut-être pas le cas de Stanford qui aura surement besoin de temps avant de voir éclore une nouvelle génération. Le gunslinger QB Jared Goff manque de soutien à California et Washington, Washington State et Oregon State sont en reconstruction.

SOMMAIRE
Champion en 2014 : Oregon.
Dates à retenir
5 septembre : Arizona State vs Texas A&M.
12 septembre : Oregon @ Michigan State.
19 septembre : Stanford @ USC.
26 septembre : USC @ Arizona State.
3 octobre : Arizona State @ UCLA.
17 octobre : USC @ Notre Dame.
29 octobre : Oregon @ Arizona State.
14 novembre : Oregon @ Stanford.
21 novembre : Arizona @ Arizona State.
21 novembre : USC @ Oregon.
28 novembre : UCLA @ USC.
28 novembre : Notre Dame @ Stanford.
Prédictions
Champion 2015 : Oregon.
MVP : QB Cody Kessler, USC.
Meilleur joueur offensif : RB Paul Perkins, UCLA.
Meilleur joueur défensif : LB Scooby Wright, Arizona.
Freshman de l’année : DT Canton Kaumatule, Oregon.

Paradoxalement, les progrès incontestables de la conférence Pac-12 depuis quelques années pourrait avoir comme conséquence d’écarter son champion des playoffs. En cause : la parité. Tout le monde peut battre tout le monde. Un champion avec une fiche de 10-3 aurait-il les bonnes grâces du comité de sélection du College Football Playoff ? Pas sûr.

L’après Marcus Mariota à Oregon

Trouver un successeur au vainqueur du trophée Heisman 2014, QB Marcus Mariota, sera le plus gros défi de coach Mark Helfrich depuis qu’il a pris la succession de Chip Kelly à la tête du programme d’Oregon. L’éventuelle arrivée du dynamique QB Vernon Adams en provenance d’Eastern Washington (FCS) pourrait permettre aux Ducks de rester très performant. Le junior QB Jeff Lockie, backup de Mariota pendant deux saisons, connait également très bien la Blur Offense. La transition pourrait ainsi être moins douloureuse que prévue d’autant plus que le futur titulaire pourra compter sur le prometteur RB Royce Freeman, sur un groupe de receveurs exceptionnels et sur une ligne offensive qui verra le retour de OL Tyler Johnstone. Seul souci pour les Ducks : un déplacement à Michigan State dès la semaine 2 de la saison face à des Spartans revanchards après leur défaite à Eugene en 2014. Toutefois, avec Stanford et Washington en reconstruction, California en mal de défense, et Washington State et Oregon State en manque de talent, Oregon reste le favori #1 de la division Pac-12 North.

USC de retour parmi l’élite ?

Toujours convalescents après la suppression de plusieurs scholarships dans le cadre des sévères sanctions de la NCAA suite à l’affaire Reggie Bush, les Trojans de USC semblent avoir retrouver toutes les pièces du puzzle pour prétendre au titre de champion de conférence Pac-12 et à une place en playoffs. Derrière le senior QB Cody Kessler et une armada de playmakers, l’attaque va semer la terreur partout sur la côte Ouest. Mais pour gagner son billet pour le College Football Playoff, USC doit faire mieux défensivement qu’en 2014. Le retour de LB Su’a Cravens et CB Adoree’ Jackson va stabiliser le back seven. C’est plutôt le front four qui pourrait poser problème suite au départ de la superstar Leonard Williams. Coach Sarkisian a connu des hauts et des bas pour sa première saison avec les Trojans; il doit maintenant prouver qu’il est capable de ramener le programme de l’université Southern California parmi l’élite du College Football.

QB Cody Kessler, USC

La division South meilleure que la division North ?

Si l’éventuel retour des Trojans de USC dans l’élite du College Football serait un boost pour la division South, la bonne santé de cette dernière n’est pas uniquement du ressort du programme de Los Angeles. Arizona State et UCLA, en constante progression depuis 2-3 ans, seront de sérieux concurrents des Trojans et ils ne cachent pas leur objectif d’une participation aux playoffs. Arizona, le champion surprise de la division en 2014, n’est pas loin derrière. Ces trois programmes, légitimes prétendants au Top 25 en fin d’année, pourront compter sur la présence de trois quarterbacks prometteurs : QB Mike Bercovici à Ariona State, QB Josh Rosen à UCLA et QB Anu Solomon à Arizona. Avec la reconstruction à Stanford et la gestion de l’après-Mariota à Oregon, le centre de gravité de la conférence Pac-12 pourrait glisser vers le Sud en 2015.

Année II de l’ère Chris Petersen à Washington

Lors de son arrivée à Washington, coach Chris Petersen (ex-Boise State) n’a pas caché ses ambitions. Sa fiche de 8-5 (4-5 Pac-12) de 2014 n’a impressionné personne. Pourtant, le programme de Seattle doit s’attendre à des mois difficiles. Les Huskies ne pourront compter que sur le retour de 9 titulaires de la saison dernière et l’incertitude au poste de quarterback depuis l’annonce de la retraite de QB Cyler Miles ne va pas aider. Avec des matchs hors-conférence contre Boise State et Utah State, obtenir une fiche positive ne sera pas une partie de plaisir pour Washington. Patience chers fans des Huskies. Patience.

Stanford en mode reconstruction

Au terme d’une saison 2014 décevante (8-5), coach David Shaw n’a pas atteint le plateau des 11 victoires pour la première fois depuis qu’il a succédé à Jim Harbaugh. Il faut dire qu’il avait mis la barre très haute lors de ses 3 premières saisons sur le campus de Palo Alto (Californie). Afin de rester dans la course au titre de division North, Stanford doit recharger les batteries en attaque… et en défense (seulement 4 titulaires de retour). Toutefois, ce n’est pas le talent qui manque et la nouvelle génération qui arrive est composée essentiellement de recrues 4 et 5 étoiles. Offensivement, le Cardinal possède un solide leader en QB Kevin Hogan qui sera protégé par une ligne offensive expérimentée. Il suffirait que l’électrisant et polyvalent sophomore RB Christian McCaffrey explose complètement en 2015 pour que Stanford redevienne un concurrent pour les Ducks d’Oregon dans la division North.

Voici les prédictions des divisions North et South:

RB Royce Freeman, Oregon

Prédictions

Division North

1. Oregon Ducks (13-2, 8-1 Pac-12 en 2014)
Coach Mark Helfrich doit trouver un successeur à Marcus Mariota pour diriger l’attaque Blur. Le transfuge d’Eastern Washington, QB Vernon Adams, a le profil à moins que le junior QB Jeff Lockie ne lui soit préféré. Malgré la perte sur blessure de RB Thomas Tyner, ce ne sont pas les playmakers qui manquent en attaque (RB Royce Freeman, WR Byron Marshall, WR Devon Allen). Avec une attaque toujours aussi explosive et une défense jeune mais prometteuse, Oregon a le potentiel pour réitérer sa performance de l’an passé et se rendre en playoffs. Malgré tout, les Ducks ne sont pas à l’abri d’une ou plusieurs blessures dans l’escouade défensive, ce qui pourrait avoir un impact catastrophique sur leur saison. Le périlleux déplacement à Stanford et la réception de USC fin novembre seront décisifs.

2. Stanford Cardinal (8-5, 5-4)
La série de 4 années consécutives avec une participation à un bowl majeur a pris fin en 2014. Toutefois, la présence de QB Kevin Hogan et d’une nouvelle génération de défenseurs prometteurs devraient permettre au Cardinal de rebondir en 2015 grâce à un calendrier plutôt favorable. L’inexpérience du front seven pourrait faire mal face à USC et Oregon.

3. California Golden Bears (5-7, 3-5)
L’arrivée de coach Sonny Dykes (ex-Louisiana State) a tout changé sur le campus de Berkeley : après une première saison difficile (1-11), les Bears ont remporté 5 matchs en 2014. Prochaine étape : une qualification pour un bowl. California possède une future star de la NFL en QB Jared Goff. Avec une défense inexistante (511.8 yards accordés en moyenne par match en 2014, #121 au pays), il faudra marquer beaucoup de points. Vraiment beaucoup.

4. Washington Huskies (8-6, 4-5)
Les fans des Huskies s’attendaient à mieux pour la première saison de coach Chris Petersen, lui qui avait quitté Boise State avec une fiche de 92-12. Mais reconstruire prend du temps. La défense a été décimée avec les départs de trois joueurs (NT Danny Shelton, DE Hau’oli Kikaha, LB Shaq Thompson) sélectionnés au 1er tour de la draft NFL en mai dernier. Les jeunes Huskies menés par le puissant RB Dwayne Washington tenteront de créer quelques surprises en 2015 afin de préparer une prometteuse saison 2016.

RB Paul Perkins, UCLA

5. Washington State Cougars (3-9, 2-7)
Les Cougars semblaient sur le bonne voie en 2013 mais la blessure de QB Connor Halliday et des soucis défensifs ont plombé l’ambiance sur le campus de Pullman en 2014. Le sophomore QB Luke Falk possède toutes les qualités pour exploser au sein de l’attaque Air Raid de coach Mike Leach. Dans une conférence Pac-12 compétitive, la marge d’erreur sera mince. Une qualification pour un bowl serait un exploit.

6. Oregon State Beavers (5-7, 2-7)
Pour la première fois depuis 2002, les Beavers auront un autre coach que le populaire Mike Riley, parti à Nebraska. Pour le remplacer, coach Gary Anderson qui débarque à Corvallis après avoir réussi une fiche de 19-7 avec les Badgers de Wisconsin. Oregon State a perdu son quarterback vedette, QB Sean Mannion, et la défense a été saignée à blanc (9 titulaires partis). L’arrivée du coordinateur défensif Kalani Sitake (ex-Utah) pourrait aider à reconstruire rapidement.

Division South

1. USC Trojans (9-4, 6-3 Pac-12 en 2014)
Tout semble en place pour une saison de tous les succès : un quarterback senior vedette, une ligne offensive expérimentée, des playmakers en défense et une profondeur à tous les postes. QB Cody Kessler est de retour après avoir réussi 39 TDs à la passe en 2014. Malgré un calendrier compliqué (@Notre Dame, @Arizona State, @Oregon), seul un abus de confiance pourrait empêcher les Trojans de remporter leur premier titre de division South.

2. UCLA Bruins (10-3, 6-3)
Les Bruins ont perdu l’un des quarterbacks les plus prolifiques de l’Histoire du programme de UCLA (QB Brett Hundley). Pourtant, avec le retour d’une ligne offensive expérimentée, d’un groupe de receveurs explosifs et de l’un des running backs les plus sous-estimés du pays (RB Paul Perkins), son successeur prendra le relais dans d’excellentes conditions, que ce soit le phénoménal true freshman QB Josh Rosen ou le combatif QB Jerry Neuheisel. L’arrivée du coordinateur défensif Tom Bradley (ex-coach de Penn State) pourrait amener une défense ultra-athlétique à un niveau supérieur. DE Eddie Vanderdoes, LB Myles Jack et CB Ishmael Adams sont de formidables playmakers. Le titre de division pourrait se jouer le soir de la dernière semaine, face à USC, le 28 novembre.

LB Scooby Wright, Arizona

3. Arizona Wildcats (10-4, 7-2)
Les champions de division South seront encore dans le coup en 2015. QB Anu Solomon, RB Nick Wilson et un solide groupe de receveurs sont de retour cette saison avec l’objectif de faire mieux que les 33.4 points inscrits en moyenne par match de conférence l’an dernier. Jouer vite, travailler dur et toujours y croire. Voilà ce qui a permis aux joueurs de coach Rich Rodriguez de remporter 6 matchs par une possession d’écart en 2014. Qu’on ne s’y trompe pas, le programme de Tucson est en phase ascendante. Mais malgré la présence de LB Scooby Wright, l’un des meilleurs défenseurs du pays, la défense n’a pas le talent de USC ou de UCLA.

4. Arizona State Sun Devils (10-4, 7-2)
Les Sun Devils ont remporté 20 victoires lors des deux dernières saisons réussissant ainsi leur meilleure performance depuis 1996-97. Le productif QB Taylor Kelly donnera le relais au prometteur QB Mike Bercovici qui sera entouré de nombreux playmakers (RB Demario Richard, RB/LB Kalen Ballage, WR D.J. Foster). Avec des matchs à domicile face à Oregon, Arizona et USC, les Sun Devils ont un calendrier favorable. Mais le manque de talent en défense pourrait coûter très cher dans une division South disputée.

5. Utah Utes (9-4, 5-4)
L’optimisme régnait sur le campus de Salt Lake City après la première fiche positive des Utes depuis leur entrée dans la conférence Pac-12 mais les tensions entre coach Kyle Whittingham et le directeur athlétique Chris Hill suite aux départs de trois assistants coachs dont le populaire coordinateur défensif Kalani Sitake ont semé le doute à Utah. Pourtant, RB Devontae Booker (1512 yards et 12 TDs en 2014) est de retour tout comme le senior QB Travis Wilson. Les pertes de DE Nate Orchard et S Brian Blechen feront mal à une défense qui avait réussi 55 sacks l’an dernier. Avec 7 matchs à domicile en 2015, Utah devrait pouvoir se qualifier pour un bowl. Faire aussi bien que la saison dernière (victoires contre Michigan, Stanford, USC et UCLA !) parait peu probable.

6. Colorado Buffaloes (2-10, 0-9)
Avec une fiche de 2-10 en 2014 au terme de la première saison de coach Mike McIntyre, c’est peut-être difficile à croire mais le programme de Colorado est sur la bonne voie. L’an dernier, les Buffaloes ont perdu 4 matchs avec moins de 5 points d’écart. Le développement de QB Sefo Liufau et le retour du phénoménal WR Nelson Spruce sont de bonnes nouvelles. Le gros problème : la défense (7.1 yards accordés par jeu et 43 points accordés par match en moyenne en 2014 !). Probablement pas encore cette année que Colorado participera à son premier bowl depuis 2007.

Fondateur et rédacteur en chef de The Blue Pennant, Morgan Lagrée couvre le College Football depuis 15 ans. En 2016, Morgan fût le premier reporter à couvrir le CFP National Championship Game pour un média francophone. Il co-anime le Podcast Bowl. Expert NFL et MLB. Grand amateur de la NHL. Fan ultime des Red Sox de Boston (MLB). Ancien étudiant de l'université McGill. #Redmen4Life

Publicité
Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Colorado Buffaloes

Deion Sanders nommé head coach à Colorado

Après trois saisons passées à Jackson State (FCS), Deion « Coach Prime » Sanders a accepté de devenir le prochain head coach d’un programme de Colorado à la recherche de son passé glorieux.

Publié

le

Crédit photo : Barbara Gauntt, Clarion Ledger

Un personnalisté polarisante, un charisme plus grand que nature et un sourire ravageur : Deion « Coach Prime » Sanders a donc fait le choix de rejoindre l’élite du College Football en acceptant un contrat avec les Buffaloes de Colorado.

L’annonce a été faite au cours de la nuit de samedi à dimanche 4 décembre par le directeur athlétique du programme de Boulder, Rick George.

HC Deion Sanders quitte donc Jackson State (FCS) après trois ans passés avec les Tigers, deux titres de champion de conférence SWAC en poche dont un remporté samedi soir face Southern, et deux trophées de coach de l’année dans la SWAC. Son bilan : 27-5. Il dirigera une dernière fois les Tigers, contre North Carolina Central, lors du Celebration Bowl, le 17 décembre prochain.

Connu sous le nom de « Prime Time » lors de son illustre carrière de 14 années passées dans la NFL, HC Deion Sanders prend les rênes d’un programme de Colorado moribond. Les Buffaloes n’ont remporté qu’un seul match en 2022 (bilan de 1-11) et se sont séparés de leur head coach, Karl Dorrell, en cours de saison.

Hormis l’aberration de la saison 2016 (bilan de 10-4 et une finale de Pac-12) et la saison covid (bilan de 4-2), les Buffaloes n’ont pas terminé avec un bilan positif depuis 2005.

L’arrivée de « Coach Prime » apporte un souffle nouveau sur un programme dont le dernier titre national remonte à 1990. Une éternité. Avec son aura incroyable, Deion Sanders devrait attirer de multiples recrues lors du prochain cycle de recrutement et via le portail des transferts. Colorado fera assurément le buzz dans les prochaines semaines.

Il ne serait d’ailleurs par surprenant de voir son fils, QB Shedeur Sanders, faire son arrivée sur le campus de Boulder dans les prochains jours. On suivra également avec attention l’avenir de l’ancien prospect 5-étoiles et #1 du recrutement 2022, CB Travis Hunter, tout comme celui du prospect 4-étoiles, WR Keon Coleman.

Cette arrivée de Deion Sanders à Colorado ne pouvait pas se produire à un meilleur moment pour une Pac-12 en déclin et qui doit gérer les futurs départs de UCLA et USC vers la Big Ten en 2024.

Lire la suite

Oregon Ducks

TE Spencer Webb décède à l’âge de 22 ans

Terrible nouvelle sur le campus d’Eugene (Oregon) : les Ducks ont annoncé, jeudi 14 juillet, le décès du tight end junior TE Spencer Webb, victime d’un accident lors d’une activité de sauts à partir de falaise.

Publié

le

Crédit photo : AP

Terrible nouvelle sur le campus d’Eugene (Oregon) : les Ducks ont annoncé, jeudi 14 juillet, le décès du tight end junior TE Spencer Webb, victime d’un accident lors d’une activité de sauts à partir de falaise.

Il avait 22 ans.

« Nous sommes profondément attristés d’apprendre le décès de Spencer Webb. Nos pensées vont à sa famille, ses coéquipiers et ses amis en ces moments difficiles. Spencer va beaucoup nous manquer » – Dan Lanning, head coach des Ducks d’Oregon.

Le sheriff du comté de Lane a indiqué qu’il avait répondu à un appel, mercredi après-midi, près du lac Triangle, un endroit réputé pour le saut de falaise et les glissades d’eau naturelles. À leur arrivée, les policiers ont appris que Webb était tombé et s’était cogné la tête. Les passants et les ambulanciers n’ont pas pu le ranimer, a indiqué le shériff.

Âgé de 22 ans, TE Spencer Webb a disputé 14 matchs avec les Ducks la saison dernière, sa troisième avec le programme. Il a été titularisé à trois reprises et capté 13 passes pour 87 yards et un TD. Il a accumulé 296 yards en 31 réceptions pour quatre TDs au cours de sa carrière universitaire.

Si plein de vie à chaque instant de la journée. Ton sourire et ton énergie vont nous manquer Spencer. Je t’aime ! », a tweeté Dan Lanning.

Lire la suite

USC Trojans

WR Jordan Addison transféré de Pitt à USC

Après plusieurs semaines de rumeurs insistantes, le récent vainqueur du trophée Biletnikoff, WR Jordan Addison, a confirmé qu’il va quitter les Panthers de Pittsburgh pour rejoindre les Trojans de USC.

Publié

le

Crédit photo : Adrian Kraus, AP

L’annonce de son inscription sur le portail des transferts avait fait l’effet d’une bombe. Jamais un vainqueur du trophée Biletnikoff n’avait été transféré dans un autre programme.

Alors que les rumeurs se faisaient de plus en plus insistantes, WR Jordan Addison a confirmé ce dont tout le monde se doutait : il quitte Pittsburgh pour rejoindre les Trojans de USC de Lincoln Riley.

« Les dernières semaines ont été très difficiles », a écrit Addison. « J’ai eu du mal à faire le choix d’exercer mon droit d’entrer dans le portail des transferts. Les étudiants athlètes n’ont pas toujours eu cette opportunité, et j’ai fait ce choix. » – Jordan Addison, receveur des Trojans de USC.

WR Jordan Addison est entré sur le portail de transfert avant la date limite du 1er mai non sans controverse puisque de nombreuses rumeurs indiquaient qu’un fructueux contrat NIL l’attendait du côté de la Californie du Sud…

Bien qu’il ait visité les campus de Texas et USC et qu’il ait fortement considéré Alabama, il a finalement confirmé la rumeur en choisissant les Trojans. L’ancien receveur de Pitt aurait une relation étroite avec le nouveau QB de USC, Caleb Williams, un autre natif de la région de Washington D.C. qui a été transféré d’Oklahoma plus tôt dans l’intersaison.

Cible préférée de QB Kenny Pickett en 2021, il a réussi 100 réceptions pour un total de 1593 yards et 17 TDs la saison dernière, sa 2ème avec les Panthers. Il est donc le dernier ajout majeur des Trojans depuis l’arrivée de l’entraîneur Lincoln Riley, qui a complètement transformé leur alignement en ajoutant 18 joueurs via le portail de transfert. L’ancien receveur des Sooners WR Mario Williams, le running back d’Oregon RB Travis Dye, le linebacker d’Arizona State LB Eric Gentry, le linebacker d’Alabama LB Shane Lee et le receveur de Colorado WR Brenden Rice ont rejoint USC au cours des cinq derniers mois.

Lincoln Riley est surtout connu en tant qu’expert en développement de QB. À Oklahoma, il a notamment encadré les vainqueurs du trophée Heisman, QB Baker Mayfield et QB Kyler Murray ainsi que QB Jalen Hurts. Plusieurs receveurs ont également connu d’excellentes saisons sous les ordres du nouvel head coach des Trojans : CeeDee Lamb, le vainqueur du trophée Biletnikoff Dede Westbrook et Marquise Brown.

Lire la suite

USC Trojans

Clay Helton renvoyé par USC

Le coach décrié des Trojans a été licencié au terme de la seconde rencontre de la saison, quelques jours après une humiliante défaite de USC à domicile face aux rivaux de Stanford.

Publié

le

Crédit photo : Sean M. Haffey / Getty Images

Trois ans que les fans et les boosters attendaient le départ de Clay Helton, après une saison 2018 bouclée sur un inadmissible bilan de 5-7 pour l’un des programmes les plus titrés du college football. La bronca provoquée le week-end dernier par la lourde défaite des Trojans au Coliseum 42-28 face au Cardinal, largement considéré comme underdog, a donc eu raison d’un coach en sursis permanent depuis trois saisons et miraculé jusque là. L’ancienne légende de USC Keyshawn Johnson s’était exprimé après le match, demandant un changement de leadership à la tête du programme, avant un édito cinglant du Los Angeles Times militant pour le même traitement.

Le directeur des sports à USC, Mike Bohn, a donc pris la décision de se séparer de Clay Helton hier, comme attendu depuis le début de semaine. Le désormais ex-coach des Trojans sera remplacé par Donte Williams, associate head coach, jusqu’à la fin de la saison.

« Cet après-midi, j’ai informé Clay Helton de ma décision de changer la direction de notre programme de football. Clay est l’une des personnes les plus formidables que j’ai rencontrées dans ce milieu et il a été un modèle fantastique et un mentor pour nos jeunes joueurs. Nous le remercions pour ses nombreuses années au sein de notre université et lui souhaitons le meilleur. En accord avec nos valeurs en tant qu’institution, il mérite le plus grand respect de la part de la famille Trojan durant cette transition. » – Mike Bohn, directeur athlétique de USC.

« Comme je m’y suis engagé lorsque je suis arrivé à USC, au cours des deux dernières saisons nous avons fourni les ressources nécessaires à notre programme de football afin de remporter des titres. Les attentes ont donc évolué et il est évident que les résultats escomptés ne seront pas atteints sans un changement de direction. » – Mike Bohn, directeur athlétique de USC.

« Cette saison ne fait que commencer et nous avons l’opportunité de monter un projet spécial avec cette équipe et ce programme. Je suis confiant dans le fait que notre coach par intérim Donte Williams nous assure une meilleure probabilité de succès pour le reste de la saison. Donte est un coach expérimenté et respecté, réputé pour sa capacité à développer d’excellentes relations avec les étudiants-athlètes, et je le remercie d’avoir accepté le défi. Avec dix matches encore à venir, nous avons le contrôle sur notre destinée au sein de la conférence Pac-12, grâce à un groupe de joueurs extrêmement talentueux, une foi totale dans nos coaches assistants et l’équipe du John McKay Center. » – Mike Bohn, directeur athlétique de USC.

Malgré les nombreuses sorties de route des dernières années et sa place habituelle dans les classements des coaches en danger, les fameux « hot seats », Helton a longtemps survécu au renvoi.

Engagé en 2010 comme coach des quarterbacks de Lane Kiffin, conservé à l’arrivée de Steve Sarkisian en 2013 et même promu au poste de coordinateur offensif, celui que l’on loue pour ses qualités humaines a profité d’un timing impeccable. En 2015, débarqué en plein milieu de la saison pour ses résultats médiocres et ses déboires personnels, Sarkisian est remplacé par l’intérimaire Clay Helton. Convaincant en quelques rencontres, ce dernier est conservé par le directeur des sports de l’époque, Pat Haden. Une victoire mémorable au Rose Bowl à l’issue de la saison 2016 et un titre de conférence Pac-12 en 2017 ont ensuite convaincu le nouveau directeur des sports Lynn Swann de lui offrir un contrat mirifique, assorti d’un parachute doré qui a freiné Mike Bohn dans ses velléités de changer de direction à la tête du programme avant cette saison.

Si Donte Williams assurera ainsi l’intérim jusqu’à la fin de la saison, la recherche du prochain coach devrait s’orienter vers un nom ronflant après les trois échecs consécutifs d’embaucher d’anciens coaches assistants, en l’occurrence Lane Kiffin, Steve Sarkisian et Clay Helton.

Pour la succession de ce dernier, de nombreux candidats réputés ont déjà été avancés, comme Luke Fickell, coach de Cincinnati, l’ancien coach de Boise State et Washington Chris Petersen, P.J. Fleck de Minnesota ou Matt Campbell d’Iowa State, mais aussi Urban Meyer, aujourd’hui coach des Jacksonville Jaguars en NFL, ou l’ancienne légende d’Oklahoma Bob Stoops.

Mike Bohn devrait en tout cas prendre la décision qui s’impose pour ramener un programme de football légendaire au niveau qui doit être le sien.

« Je souhaite être très clair : notre université et sa direction sont motivés à remporter des titres nationaux et ramener sa gloire au programme de football. Cette décision représente le prochain pas vers cet objectif. » – Mike Bohn, directeur athlétique de USC.

Lire la suite

Articles les plus lus