Suivez-nous sur

Preview

The Big Game : Washington @ Utah

Présentation du duel au sommet de la conférence Pac-12 entre les Huskies de #4 Washington et les Utes de #17 Utah.

Crédit photo : Otto Greule Jr/Getty Images

#4 Washington (7-0) @ #17 Utah (7-1)

Salt Lake City, Utah
Rice-Eccles Stadium
Samedi 29 octobre 2016
15h30 (heure Est, 21h30 en France)

Voilà déjà venir la fin du mois d’octobre et chaque semaine qui passe apporte son lot de matchs improbables et de nouvelles surprises un peu partout dans le pays. Des têtes tombent, les rankings sont modifiés et rares sont les équipes qui font l’unanimité chez les observateurs (coucou Alabama). Mais s’il y a bien une conférence du Power Five où tout semble sens dessus dessous depuis le début de la saison, c’est bien la Pac-12.

Il y a encore quelques mois à peine, on en faisait la nouvelle meilleure conférence du football américain universitaire, on l’adoubait comme successeur de la toute-puissante SEC. Force est de constater aujourd’hui que ceux qui clamaient haut et fort cette passation de pouvoir se sont fourrés le doigt dans l’œil jusqu’au nombril. Au nord, les cadors des dernières saisons comme Stanford et Oregon voguent de désillusion en désillusion et tutoient le fond du classement. Au sud, les universités de Californie du sud (USC, UCLA) et de l’Arizona (Wildcats et Sun Devils) qui dominaient traditionnellement les débats se retrouvent propulsées en bas de tableau.

Depuis l’élargissement à 12 équipes en 2011, les finalistes de la conférence étaient à chaque fois issus de ces six équipes. Mais les temps changent, au nord les équipes de l’état de Washington (Huskies et Cougars) ont pris le pouvoir avec une fiche parfaite de 4-0 en matchs de conférence jusqu’à maintenant. Au sud, Utah et Colorado caracolent en tête et espèrent bien s’inviter en finale pour la toute première fois depuis leur accession à la conférence il y a 5 ans.

Et ce week-end, nous allons avoir droit à un vrai choc entre équipes classées, entre le leader de la division nord et le leader de la division sud : affiche que l’on pourrait donc revoir le 2 décembre prochain à Santa Clara pour la finale de conférence !

ENJEUX DU MATCH

D’un côté, une des 9 dernières équipes invaincues de la FBS, la seule dans la conférence Pac-12 et véritable sensation de ce début de saison : les Huskies de #4 Washington de coach Chris Petersen. Qui aurait pu s’imaginer ça il y a 8 ans à peine lorsque le programme de Seattle terminait la saison 2008 avec une fiche de 0-12 ? Malgré une saison dernière plutôt décevante (terminée avec une fiche de 7-6), nombreux sont ceux qui avaient anticipé un excellent cru pour la troisième saison de coach Chris Petersen à la tête de l’équipe et on ne peut que leur donner raison pour le moment.

Il faut dire qu’il peut s’appuyer sur une des révélations de ce début de saison, peut-être même le seul qui puisse soutenir la discussion avec l’ahurissant QB Lamar Jackson de Louisville, en la personne de QB Jake Browning (1709 yds, 26 TDs, 2 INTs, 69 yds au sol et 4 TDs), qui réalise un début de saison absolument fabuleux pour sa deuxième année universitaire. Car en plus du nombre de passes de touchdown qui le place au 3ème rang national et avec seulement 2 interceptions, il possède également l’un des meilleurs taux de réussite (68.6 % de passes complétées) ce qui le place au deuxième rang du pays au niveau de l’évaluation (rating de 199.6 !). Derrière Jackson, il fait pour le moment figure de principal outsider dans la course au trophée Heisman, rien que ça. Mais même s’il polarise toutes les éloges autour des performances offensives impressionnantes des Huskies (4ème attaque du pays avec une moyenne de 48.3 points/match), QB Jake Browning n’est pas le seul playmaker de l’attaque. Il peut compter sur la présence de RB Myles Gaskin (727 yds, 6 TDs) qui s’affirme comme un des meilleurs coureurs de la conférence, peut-être même du pays et reste sur trois matchs à plus de 100 yds au sol dont une énorme performance contre Oregon avec 197 yds ! On surveillera également RB Lavon Coleman (432 yds, 2 TDs) qui a la particularité de posséder la meilleure moyenne du pays (8.5 yds/course !) pour les joueurs avec au moins 50 tentatives. Sur les côtés, les cibles préférées de QB Jake Browning se nomment WR John Ross (486 yds, 9 TDs) et WR Dante Pettis (457 yds, 8 TDs) mais la défense adverse devra également garder un œil sur le rapide WR Chico McClatcher (313 yds, 4 TDs).

De l’autre côté du ballon, on retrouve une escouade défensive redoutable sous la houlette du coordinateur Pete Kwiatkowski, arrivé de Boise State avec coach Chris Petersen en 2014. Moins médiatisée que chez certains « gros » programmes du pays, la défense des Huskies n’en est pas moins l’une des toutes meilleures de la nation avec seulement 14.6 points encaissés/match depuis le début de l’année. Son point fort est vraisemblablement la ligne défensive avec des joueurs de gros gabarits mais également très mobiles tels que NT Elijah Qualls (20 plaquages, 2 sacks), DT Vita Vea (23 plaquages, 3.5 sacks, 1 fumble forcé) et DL Greg Gaines (19 plaquages, 3.5 sacks). Cela laisse plus de liberté au groupe de linebackers emmené par l’excellent rusher LB Joe Mathis (25 plaquages, 5 sacks), blessé et incertain pour ce week-end, qui compte également des joueurs polyvalents comme LB Azeem Victor (48 plaquages, meilleur de l’équipe, 1 FF), LB Keishawn Bierria (40 plaquages, 1 FF), LB Connor O’Brien (11 plaquages, 2 sacks, 1 INT) et LB Psalm Wooching (23 plaquages, 4.5 sacks, 1 FF). Le secondary semble solide mais n’a jusqu’à maintenant pas rencontré de véritable menace aérienne et aura sans doute davantage de travail au moment de rencontrer California ou Washington State en fin de saison. Pour le moment, S Budda Baker (31 plaquages, 0.5 sack, 1 INT, 1 FF) montre sereinement la voie à ses coéquipiers et la paire formée par CB Sidney Jones (19 plaquages, 1 INT) et CB Kevin King (18 plaquages, 1 INT) fait le travail.

Face à ces Huskies aux dents longues qui ne visent maintenant rien d’autre qu’une place au College Football Playoff, on retrouve les Utes de #17 Utah qui depuis deux saisons s’installent doucement mais sûrement parmi les meilleurs programmes de la division Sud. Malgré la perte de titulaires importants à l’intersaison, coach Kyle Whittingham est parvenu à reconstruire une équipe solide et semble en capacité d’atteindre le plateau des 10 victoires pour la seconde année consécutive, avec à la clef une qualification pour la toute première finale de conférence Pac-12 de l’histoire du programme.

Et pour mener l’attaque des Utes dans cette saison de transition, rien d’autre qu’un ancien Huskie en la personne de QB Troy Williams (1725 yds, 7 TDs, 5 INTs, 145 yds au sol, 5 TDs) qui a porté le maillot de Washington en 2014 (5 matchs joués, 1 titulaire) avant de devoir passer par la case junior college en 2015 et de se voir offrir une seconde chance par coach Kyle Whittingham et son staff lors de la dernière intersaison. Chance qu’il a su saisir avec brio car même si les statistiques ne font pas tourner les têtes, QB Troy Williams a montré qu’il était capable de faire gagner son équipe depuis le début de la saison : nul doute que le match de ce week-end aura comme un air de revanche pour lui et qu’il aura a cœur de montrer à son ancienne équipe qu’il peut tout à fait jouer et gagner au plus haut niveau. Derrière lui, l’incroyable coureur RB Joe Williams (586 yds, 5 TDs) qui sort d’un match exceptionnel à UCLA : 332 yds au sol et 4 TDs, il totalise donc la bagatelle de 511 yds sur les deux dernières rencontres ! Absolument énorme, surtout lorsque l’on sait qu’il avait annoncé sa retraite en début de saison avant de revenir sur sa décision à la demande du staff suite aux blessures à la pelle à ce poste : la saison de RB Armand Shyne (373 yds, 4 TDs) est terminée suite à sa blessure au genou contre Arizona et RB Zach Moss (315 yds, 2 TDs) s’est également blessé lors du match contre Cal. De son côté, le groupe de receveurs est emmené par le senior WR Tim Patrick (429 yds, 5 TDs) qui domine largement ses équipiers au niveau statistique alors qu’il vient de rater les trois derniers matchs sur blessure, une véritable hécatombe chez les Utes ! Le staff espère cependant pouvoir l’aligner pour la réception des Huskies, mais rien n’indique qu’il sera à 100% de ses moyens. En son absence, QB Troy Williams peut compter sur WR Raelon Singleton (307 yds, 1 TD), WR Cory Butler-Byrd (263 yds) ou encore TE Evan Moeai (196 yds), mais aucun de ces joueurs ne semble capable d’endosser le costume de go-to guy de WR Tim Patrick, ce qui devrait augurer une attaque fortement orientée vers le jeu de course si l’absence de ce dernier se prolonge.

Du côté de la défense, l’escouade s’était montré particulièrement convaincante depuis le début de l’année avant de prendre l’eau contre UCLA malgré la victoire (52-45), une réaction est donc attendue ce week-end face à l’armada offensive des Huskies. La ligne défensive est particulièrement féroce du côté des Utes malgré la perte pour la saison de DE Kylie Fitts (4 plaquages, 1.5 sack) après seulement deux rencontres. En son absence, on assiste à la montée en puissance de DE Hunter Dimick (36 plaquages, 6 sacks, 1 FF), DE Pita Taumoepenu (22 plaquages, 3 sacks, 2 FF) et DT Filipo Mokofisi (30 plaquages, 4 sacks, 1 FF) qui supportent l’épatant NT Lowell Lotulelei (11 plaquages, 1 sack) souvent vu comme un futur premier tour de draft même si ses statistiques actuelles sont pour le moins modestes. Le groupe de linebackers est peut-être le point faible de cette escouade, mais possède néanmoins quelques éléments intéressants à commencer par LB Sunia Tauteoli (43 plaquages, 1 sack, 1 INT, 1 FF) qui vient néanmoins de manquer le dernier match face à UCLA après être sorti sur blessure la semaine précédente. Avec LB Cody Barton (38 plaquages, 1 sack) et LB Kavika Luafatasaga (20 plaquages), ce sont les trois seuls linebackers à compter plus de 10 plaquages dans l’équipe ! Le secondary, par contre, est aussi une véritable force du côté de Salt Lake City malgré la débâcle du week-end passé (464 yards et 5 TDs encaissés par le remplaçant QB Mike Fafaul de UCLA). Il faudra absolument resserrer les boulons au vu du calibre de l’adversaire à venir, mais nul doute que S Chase Hansen (49 plaquages, 1 sack, 1 INT, 2 FF), CB Reggie Porter (26 plaquages, 2 INTs), CB Brian Allen (22 plaquages, 1 sack, 4 INTs) et CB Justin Thomas (21 plaquages, 1 sack, 1 FF) auront à cœur de se rattraper après la dernière sortie ratée. Le gros coup dur dans ce groupe est la blessure du leader S Marcus Williams (32 plaquages, 3 INTs, 1 FF) aggravée lors du match à Oregon State et qui n’a pas joué depuis. Peu d’informations ont filtrés sur son état de santé mais il se pourrait qu’il soit absent pour une durée de plusieurs semaines, en espérant que sa saison ne soit tout simplement pas terminée.

DUELS CLES

D’un côté, un jeune quarterback qui explose cette saison et qui ne lance que 2 interceptions en sept rencontres tout en réussissant 26 touchdowns sur la même période. De l’autre, un secondary réputé pour son opportunisme et qui se trouve à la première place nationale pour le nombre d’interceptions réalisées (14). Avouez que l’opposition a du style !
Car c’est bien là que résidé la clef de cette rencontre : dans la capacité du secondary des Utes à ralentir au maximum, voir à stopper, la machine QB Jake Browning. Ce dernier reste sur une série de trois matchs (dont Stanford et Oregon) sans lancer la moindre interception. Dans le même temps, il a lancé pour… 12 touchdowns! Aucun quarterback dans les Power Five ne possède un meilleur ratio TD/INT, tout simplement.

Le secondary de Utah sort donc d’une performance aussi rare que misérable contre UCLA, où l’absence de S Marcus Williams s’est fait cruellement sentir : entre plaquages ratés et big plays accordés, le backup QB des Bruins s’est amusé tout l’après-midi et les Utes ne doivent la victoire qu’à la prestation hallucinante de RB Joe Williams… et à quelques big plays défensifs tout de même (4 interceptions réalisées). Pour ne pas rassurer les fans du côté de Salt Lake City, la seule rencontre de l’année où les joueurs de coach Kyle Whittingham ont rencontrés un quarterback de premier plan, en l’occurence QB Davis Webb de California, ils sont tombés pour la seule fois de la saison (défaite 23-28 avec 4 passes de TD encaissées). A ce titre, le rôle du jeune FS Jordan Fogal (12 plaquages 2 INTs, 1 FF) sera déterminant pour éviter de prendre l’eau, lui qui a su malgré tout se faire remarquer contre les Bruins avec 2 interceptions réussies.

Alors, toute l’issue du match repose sans doute là-dessus: même diminuée, la défense de Utah sera-t-telle capable de faire déjouer le prodige QB Jake Browning? Où bien celui-ci sera-t-il tout simplement trop fort, dans la continuité de son début de saison de folie? Réponse samedi soir!

FACTEUR X

Il est certain que le rôle de la défense des Utes sera crucial et même décisif face à l’attaque de feu des Huskies. Mais si le programme de Salt Lake City veut avoir sa chance, il va également falloir que son attaque soit productive et inscrive des points au tableau d’affichage. Au vu des dernières rencontres, un seul homme semble cristalliser tous les espoirs des fans de Utah et apparaît comme capable de porter l’équipe à lui tout seul comme il vient de le faire ces dernières semaines : l’ex-néo-retraité RB Joe Williams.

Après avoir annoncé sa retraite mi-septembre car il se sentait au bout du rouleau, tant physiquement que mentalement, il a accepté de revenir au bout d’un mois à la demande du coaching staff suite aux nombreuses blessures au sein de l’effectif. Et une semaine plus tard, le voilà qui pulvérise le record de l’université (332 yards en 29 portées) et réalise la meilleure performance au sol dans un match FBS depuis le record absolu de RB Samaje Perine avec Oklahoma en 2014 (427 yards) ! Accélération foudroyante, pointe de vitesse impressionnante, RB Joe Williams a offert un véritable récital aux spectateurs du Rose Bowl de Pasadena. Il est certain que la puissante ligne défensive des Huskies ne sera certainement pas aussi facile à traverser que celle des Bruins, mais depuis son retour le coureur semble en état de grâce. Et s’il continue sur cette folle lancée, qui sait comment le choc au sommet de la conférence Pac-12 pourrait bien se terminer ?

STUFF

• Interrogé sur l’état d’esprit des défenseurs de UCLA après la victoire des Utes à Los Angeles la semaine dernière, RB Joe Williams a répondu :

« Je suis a peu près certain qu’ils étaient fatigués de regarder l’arrière de mon maillot traverser le terrain ».

Pan, dans les dents.

• Avec son match monstrueux (332 yards, 4 TDs), RB Joe Williams est le premier coureur de la conférence Pac-12 à passer la barre des 300 yards depuis la saison 2012 où deux coureurs avaient réussi cette performance (RB Ka’Deem Carrey de Arizona avec 366 yards contre Colorado, record de la conférence Pac-12 et RB Kenjon Barner de Oregon avec 321 yards contre USC). Il poste donc également la meilleure performance au niveau FBS depuis presque 2 ans et le record de RB Samaje Perine et explose au passage l’ancien record du programme de Utah établi en 1999 par RB Mike Anderson lors du Las Vegas Bowl (254 yards lors d’une victoire 17 à 16 contre Fresno State). Historique.

• Coïncidence amusante, les deux joueurs ayant connu une après-midi monumentale à Pasadena (RB Joe Williams et QB Mike Fafaul de UCLA) ont joué ensemble à l’académie militaire de Fork Union, en Virginie.

• C’est peu de dire que l’infirmerie de l’université de l’Utah est pleine à craquer: DE Kyle Fitts, LB Marcus Sanders-Williams, C Hiva Lutui, OL JJ Dielman, TE Siale Fakailoatonga, RB Armand Shyne sont blessés pour le reste de la saison. A divers degrés, S Marcus Williams, CB Dominique Hatfield, CB Reggie Porter, LB Sunia Tauteoli, NT Lowell Lotulelei, C Lo Falemaka, RB Zach Moss, RB Troy McCormick, RB Jordan Howard, WR Tim Patrick et WR Cory Butler-Byrd ont manqué où vont encore manquer du temps de jeu. Coach Kyle Whittingam, a la tête des Utes pour la 12ème année, est absolument consterné :

« Je n’ai pas le souvenir d’une année avec autant de blessures ».

• D’après ESPN Stats & Info, Washington est le programme qui a réussi le plus de sacks au niveau national lorsqu’ils envoient 4 pass rushers ou moins, depuis la prise de fonction de Chris Petersen en 2014 (96 réussis). C’est 5 de plus que le second, Alabama (91).

• Toujours d’après ESPN Stats and Info, QB Jake Browning et ses Huskies ont marqué un TD sur 15% des jeux joués en shotgun, le meilleur taux de tout le pays. RB Myles Gaskin est le leader de la conférence Pac-12 pour les yards au sol, tandis que son remplaçant RB Lavon Coleman possède la meilleure moyenne au niveau national avec minimum 50 portées de balles (8.5 yds/course). 10 joueurs différents ont réceptionné au moins 1 TD (meilleur du pays) et le rating de QB Jake Browning est de 30 points plus élevé que celui du deuxième meilleur quarterback de la conférence (QB Sam Darnold, USC). Feu d’artifice offensif!

• Les adversaires des Utes font en moyenne face à une 3ème tentative et 8.3 yards à parcourir. Seules les défenses de Michigan, Miami et Alabama arrivent à mettre leurs adversaires dans une position plus difficile.

• A égalité avec Clemson, Utah est l’équipe qui a remporté le plus de victoires décidées sur une possession (4) cette saison. Ce total grimpe à 8 depuis le début de la saison 2015, et 13 sur les trois dernières saison, trois de plus que la seconde équipe au niveau FBS. Gagner petit, mais gagner quand même.

• Classé #4 de l’AP Top 25 cette semaine, Washington connait son meilleur classement depuis plus de 15 ans (2000, saison terminée en tant que #3 national).

• La saison dernière, Utah avait remporté le duel face au Huskies pour la toute première fois dans l’histoire des deux programmes en 9 confrontations (victoire 34-23 des Utes à Seattle). Washington mène donc toujours largement la série 8 victoires à 1.

PRONOSTIC

Washington 41, Utah 17. Deuxième chance pour les Utes dans cinq semaines ?

Passionné de football depuis une quinzaine d'années, il est propriétaire des Packers de Green Bay (NFL) et a un petit faible pour les Golden Bears de Californie depuis son passage au Memorial Stadium en 2012. Suivant tout particulièrement la Pac 12 et la Big 10, il rejoint l'équipe de rédacteurs de The Blue Pennant à l'automne 2014.

Cliquer pour commenter

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Preview 2017

Advertisement

Podcast

A la Une

A lire également - Preview