Suivez-nous

Conférence SEC

Preview 2015 : conférence SEC

The Blue Pennant vous propose une présentation complète de la conférence SEC en prévision de la saison NCAA 2015.

Publié

le

Avec 7 titres nationaux consécutifs entre 2006 et 2013, les dix dernières années ont été dominées par la conférence SEC avant que cette suprématie sportive et médiatique soit contestée par l’émergence de programmes dirigés par de fortes personnalités (Ohio State, Florida State) et par une conférence Pac-12 en progression.

Ce statut de « meilleure » conférence du College Football pourrait être mis à mal en 2015, la tendance des deux dernières saisons ne semblant pas favorables à la SEC. En effet, l’ACC et la Pac-12 ont eu plus de choix de 1er tour au cours de la dernière draft NFL et l’éclatante victoire d’Ohio State face à Alabama lors du dernier Sugar Bowl pourrait sonner la fin de la domination d’une conférence menacée même de se voir écarter des prochains playoffs.

Pourtant, qu’on ne s’y trompe pas, la conférence du Sud des Etats-Unis ne manquera pas de candidats pour ce College Football Playoff dont Alabama qui a recruté comme jamais ces cinq dernières années. C’est un refrain connu pour les habituels prétendants que sont Georgia, Ole Miss, LSU et une prometteuse équipe d’Auburn dont l’attaque ne devrait pas ralentir avec l’athlétique QB Jeremy Johnson comme successeur de Nick Marshall.

Si la conférence SEC est considérée comme la plus difficile, c’est surtout par l’incroyable compétitivité de la division West. Le talent est partout. Cinq voire six programmes (Alabama, Arkansas, Auburn, LSU, Mississippi State, Ole Miss) peuvent prétendre remporter le titre de division et tous visent une place en playoffs ce qui fait dire à certains qu’elle est une division cannibale : le champion pourrait finir avec une fiche de 10-2 ou 9-3 ce qui l’exclurait probablement des playoffs. Aucun coach de la division West ne gagnera moins que 4 millions de $ en 2015. Complètement fou.

Dans l’East, Georgia est favori mais la montée en puissance de Tennessee depuis l’arrivée de coach Butch Jones et la capacité de Missouri de rester au top chaque saison pourraient nous apporter une lutte passionnante.

SOMMAIRE
Champion en 2014 : Alabama.
Dates à retenir
5 septembre : Alabama vs Wisconsin.
5 septembre : Texas A&M vs Arizona State.
12 septembre : Oklahoma @ Tennessee.
19 septembre : Ole Miss @ Alabama.
19 septembre : Auburn  @ LSU.
26 septembre : Texas A&M vs Arkansas.
3 octobre : Alabama @ Georgia.
31 octobre : Florida vs Georgia.
7 novembre : LSU @ Alabama.
14 novembre : Georgia @ Auburn.
28 novembre : Alabama @ Auburn.
28 novembre : Florida State @ Florida.
28 novembre : Georgia @ Georgia Tech.
28 novembre : South Carolina @ Clemson.
Prédictions
Champion 2015 : Auburn.
MVP : QB Dak Prescott, Mississippi State.
Meilleur joueur offensif : RB Leonard Fournette, LSU.
Meilleur joueur défensif : LB Leonard Floyd, Georgia.
Freshman de l’année : DT Trent Thompson, Georgia.

Le duel Alabama vs Auburn

Encore une fois, le traditionnel Iron Bowl de la fin du mois de novembre ne manquera pas d’intensité. C’est probablement le titre de division West qui se jouera alors à Auburn. Battus 55-44 l’an passé, les Tigers veulent prendre leur revanche. Malgré les départs de C Reese Dismukes et du leader offensif QB Nick Marshall, l’attaque d’Auburn restera explosive en 2015. L’arrivée du coordinateur défensif Will Muschamp (ex-head coach de Florida) pourrait tout changer pour un programme régulièrement en difficulté défensivement ces dernières saisons. Avec le retour de seulement 2 titulaires en attaque et l’incertitude au poste de quarterback, le Crimson Tide sera-t-il en danger lors de cet Iron Bowl 2015 ? Pas sûr. Coach Nick Saban peut compter sur un effectif bourré de talent dont les noms ne vous disent peut-être pas encore grand chose. Ce ne sera surement plus le cas après 11 matchs.

Une nouvelle génération de quarterbacks

L’incertitude généralisée au poste de quarterback fera assurément de la saison 2015 de la SEC l’une des plus intrigantes de ces dernières années. Le senior QB Dak Prescott (Mississippi State), élu meilleur quarterback de la conférence l’an dernier, est le seul QB vedette de retour en 2015. Auburn possède en QB Jeremy Johnson un joueur capable de prendre le relais de QB Nick Marshall au sein de l’attaque spread des Tigers, et les jeunes QB Joshua Dobbs (Tennessee) et QB Kyle Allen (Texas A&M) sont deux stars montantes mais ils ont tout à prouver. QB Maty Mauk (Missouri) et QB Brandon Allen (Arkansas) doivent monter leur niveau d’un cran pour faire partie de l’élite national. Mais à Georgia, à Florida, à South Carolina, à LSU et à Ole Miss, c’est la grande inconnue. Tous ces programmes débuteront avec un quarterback totalement inexpérimenté. Ils devront trouver rapidement la perle rare s’ils veulent atteindre leurs objectifs ! Bonne nouvelle : QB Cam Newton en 2010 et QB Johnny Manziel en 2012, tous deux vainqueurs du trophée Heisman lors de leur 1ère saison, n’étaient même pas assurés du poste de titulaire au mois d’aout…

QB Dak Prescott, Mississippi State

La valse des coordinateurs

Seulement deux programmes (Alabama et Ole Miss) n’ont pas connu de changement de coordinateur durant l’inter-saison. Quel sera l’impact de ces mouvements dans les staffs de coachs sur les performances de certains prétendants ? John Chavis (Texas A&M, ex-LSU), Will Muschamp (Auburn, ex-Florida) et Jon Hoke (South Carolina, ex-NFL) réussiront-ils à fixer les problèmes défensifs des Aggies, des Tigers et des Gamecocks ? Brian Schottenheimer gardera-t-il les Bulldogs de Georgia parmi les meilleures attaques du pays ? Doug Nussmeier (Florida, ex-Michigan) redonnera-t-il vie à l’attaque des Gators ? A suivre.

Des coachs légendaires sur le déclin ?

Véritable icône du sport universitaire des 20 dernières années, coach Steve Spurrier (70 ans) et coach Nick Saban (64 ans) ont peut-être leurs plus belles années derrière eux. Après des débuts formidables à South Carolina, coach Steve Spurrier semble chercher un second souffle. Pour beaucoup, coach Nick Saban était devenu « The Devil » avec ses 3 titres de champion national en 4 ans (2009, 2010, 2012). Les récentes déceptions du Crimson Tide d’Alabama rendraient presque attachant celui que tout le monde haïssait il n’y a pas si longtemps. Et la magie ne semble plus prendre à LSU. Coach Mes Miles aura 62 ans en novembre prochain. Certains posent la question : est-ce le début de la fin de ces coachs légendaires ?

Voici les prédictions des divisions East et West :

Prédictions

Division East

1. Georgia Bulldogs (10-3, 6-2 SEC en 2014)
Allons droit au but : Georgia est le programme le plus talentueux de la division East. Avec la présence du sophomore RB Nick Chubb et des backups RB Sony Michel et RB Keith Marshall, le jeu au sol s’annonce époustouflant. Comme d’habitude. Certes, les Dawgs aligneront un 3ème quarterback différent en 3 saisons mais QB Brice Ramsey sera aidé par l’arrivée du coordinateur offensif Brian Schottenheimer (ex-St.Louis Rams, NFL). LB Jordan Jenkins et LB Leonard Floyd ont le potentiel de devenir le meilleur duo de pass-rushers du pays et le jeune secondary est robuste comme jamais. La ligne défensive devra faire beaucoup mieux contre la course que l’an passé. Seul un calendrier brutal (Alabama, @Tennessee, @Auburn, @Georgia Tech) pourrait empêcher les Dawgs de récupérer le titre de champion de la division East laissé à Missouri en 2013 et 2014.

RB Leonard Fournette, LSU

2. Tennessee Volunteers (7-6, 3-5)
Depuis son arrivée à Tennessee, coach Butch Davis enchaîne les excellents recrutements et accumulent du talent des deux côtés du ballon. On a vu les prémices d’une résurrection des Vols l’an dernier. Elle devrait se confirmer en 2015. Seule une ligne offensive vulnérable (43 sacks accordés en 2014) pourrait faire dérailler une attaque qui s’annonce explosive avec le retour de QB Josh Dobbs, de RB Jalen Hurd et d’un formidable trio de receveurs (WR Marquez North, WR Von Pearson, WR Pig Howard). Défensivement, les Vols peuvent désormais rivaliser avec les autres puissances de la SEC grâce à la présence de DL Derek Barnett, DL Curt Maggitt et DB Cameron Sutton. Un peu comme Ole Miss l’an dernier, il pourrait manquer un peu d’essence à Tennessee en fin d’année mais la campagne 2016 s’annonce exceptionnelle.

3. Missouri Tigers (11-3, 7-1)
Absolument personne n’avait imaginé que les Tigers remporteraient la division East deux années d’affilée lorsqu’ils se sont joints à la conférence SEC en 2012. Avec QB Maty Mauk à la tête de l’attaque, Missouri possède l’un des quarterbacks les plus sous-estimés de la conférence. Ce dernier sera protégé par une ligne offensive expérimentée dont profitera également l’explosif et talentueux RB Russell Hansbrough. Le manque de receveurs d’expérience est plus inquiétant. L’agressive défense pourra-t-elle rester #1 pour le nombre de sacks alors qu’elle a été décimée avec le départ surprise du coordinateur Dave Steckel et les pertes de DE Shane Ray, DE Markus Golden et S Braylon Webb? Peu probable. Pas de three-peat pour les Tigers en 2015.

4. Florida Gators (7-5, 4-4)
Après l’échec Will Muschamp, les Gators ont fait le choix de la Raison plus que du Glamour en embauchant coach Jim McElwain (ex-Colorado State). Malgré la perte de DE Dante Fowler, la défense des Gators, menée par un fabuleux secondary, sera encore au top en 2015 et pourrait permettre à Florida de créer quelques surprises. Le stratège offensif Jim McElwain ne fera pas de magie avec une attaque jeune et inexpérimentée mais l’ancien coordinateur offensif d’Alabama a prouvé qu’il pouvait faire des miracles avec peu lors de son passage éclair avec les Rams. Le plateau des 8 victoires serait considéré comme une saison réussie.

5. Kentucky Wildcats (5-7, 2-6)
Les Wildcats ont manqué de peu de participer à un bowl en 2014 et la troupe de coach Mark Stoops est de retour avec 15 titulaires pour tenter d’atteindre les 6 victoires en 2015. Un vent d’optimisme souffle sur le programme de football du campus de Lexington. L’université n’a-t-elle pas décidé d’investir 120 millions de $ pour rénover le Commonwealth Stadium ? Sur le terrain, le prometteur junior QB Patrick Towles est entouré d’un excellent running back, RB Boom Williams, et d’un groupe de receveurs fourni. Les pertes des pass-rushers DE Bud Dupree et DE Za’Darius Smith font mal mais les solides recrutements des trois dernières années ont apporté un talent rarement vu à Kentucky. LB Denzil Ware est une future superstar.

LB Leonard Floyd, Georgia

6. South Carolina Gamecocks (7-6, 3-5)
Coach Steve Spurrier a amené le programme de Columbus (Caroline du Sud) a des niveaux jamais atteint dans son Histoire mais la campagne 2014 (6 défaites) pourrait indiquer le début de la fin pour le « Ol’ Ball Coach ». Le talent régresse à South Carolina. Depuis quelques saisons, les stars s’en vont (QB Connor Shaw, RB Marcus Lattimore, WR Alshon Jeffery, DE Jadeveon Clowney, DT Melvin Ingram) mais ne sont pas remplacées. Le manque d’expérience au poste de quarterback et l’absence de playmakers en défense seront fatals pour des Gamecocks dont le calendrier sur la route est infernal (Georgia, Missouri, Texas A&M, Tennessee). L’ancien assistant-coach NFL et nouveau coordinateur défensif, Jon Hoke (ex-Chicago Bears), tentera de réanimer une défense qui a conclu la saison passée au 92ème rang du pays (432.7 yards accordés par match).

7. Vanderbilt Commodores (3-9, 0-8)
Après avoir été un adversaire empoisonnant lors de l’ère James Franklin, le programme de Nashville (Tennessee) est redevenu le « punching ball » préféré de la conférence SEC. Conséquence : coach Derek Mason (ex-coordinateur défensif de Stanford) a fait le ménage dans son staff en renvoyant ses deux coordinateurs et en prenant les rênes du secteur défensif. Les Commodores possédaient l’équipe la plus jeune du pays l’an dernier. Le retour de 19 titulaires dont la quasi-totalité de la défense est une bonne nouvelle. Offensivement… la saison sera longue.

Division West

1. Auburn Tigers (8-5, 4-4 SEC en 2014)
En 2014, les Tigers n’ont pas conservé la magie née d’une formidable campagne 2013 qui les avait vu échouer à un jeu du titre de champion national. La fiche de 8-5 de l’an dernier fût décevante même si les joueurs de coach Gus Malzahn ne furent pas si loin du plateau des 10 victoires avec 2 défaites de 3 points. La défense d’Auburn sera l’un des centres d’intérêt de la conférence SEC en 2015. L’arrivée de l’ancien coach de Florida, Will Muschamp (ex-Florida) a généré un élan d’optimisme. DL Montravius Adams, DE Carl Lawson et CB Jonathan Jones sont des superstars en devenir. Le départ du dynamique QB Nick Marshall devrait être compensé par la présence de l’athlétique QB Jeremy Johnson et le retour de blessure du dominateur WR Duke Williams. Auburn accueille au Jordan-Hare Stadium ses deux principaux concurrents dans la division West (Alabama et Ole Miss) et cela pourrait faire une énorme différence en fin de saison.

RB Derrick Henry, Alabama

2. Ole Miss Rebels (9-4, 5-3)
La fantastique promotion de recrues de 2013 arrive à maturité sur le campus d’Oxford (Mississippi). 16 titulaires de la saison passée seront de retour en 2015. L’impressionnante défense « Landshark » a un an d’expérience supplémentaire et les frères Robert et Denzel Nkemdiche, DE C.J. Johnson et S Tony Conner sont prêts pour semer la terreur dans la division West. Avec le retour de l’un des meilleurs left tackles du pays, LT Laremy Tunsil, et des playmakers WR Laquon Treadwell, TE Evan Engram et RB Jaylen Walton, l’attaque des Rebels pourraient faire mieux que la saison dernière d’autant que l’inconstant QB Bo Wallace est parti et que QB Chad Kelly (ex-Clemson) ou QB Ryan Buchanan ne pourront pas faire moins bien. Les deux déplacements à Auburn et Alabama pourraient empêcher Ole Miss de remporter son premier titre de division West depuis 2003.

3. Alabama Crimson Tide (12-2, 7-1)
Comme depuis plusieurs années maintenant, le manque de talent n’est pas un problème à Tuscaloosa (Alabama). Année après année, coach Nick Saban parvient à recharger les batteries avec des recrues 5 étoiles. Encore une fois, le front seven sera dominant et comme la saison dernière, le secondary semble être le point faible d’une défense qui devrait malgré tout rester dans le Top 10 national. Toutefois, le Crimson Tide est à la recherche de son QB#1 et les départs de RB T.J. Yeldon et WR Amari Cooper pour la NFL donnent peu de visibilité concernant le secteur offensif avant le début de cette saison 2015. Le coordinateur offensif Lane Kiffin devra rapidement faire des miracles avec des joueurs inexpérimentés car Alabama affrontera Wisconsin, Ole Miss et Georgia lors des 5 premières semaines. Année de transition à Tuscaloosa ?

4. LSU Tigers (8-5, 4-4)
Bien sûr, les Tigers de LSU sont toujours un fournisseur privilégié de prospects pour la NFL mais le programme de Bâton-Rouge (Louisiane) n’a plus été dans la course au titre national depuis son revers en finale en 2011. Le manque de stabilité au poste de quarterback (QB Anthony Jefferson ou QB Brandon Harris) ne favorise pas l’éclosion d’une attaque dominante. Le retour de la superstar RB Leonard Fournette et la présence de joueurs athlétiques en défense devraient permettre à LSU de remporter 8 ou 9 matchs. Le nouveau coordinateur défensif Kevin Steele, successeur du populaire John Chavis (parti à Texas A&M) parviendra-t-il à garder la défense dans le Top 10 ? Après avoir totalisé un bilan de 9-7 en match intra-conférence lors des deux dernières saisons, on attend pourtant que les Tigers rebondissent en 2015 sans quoi on pourrait commencer à pointer du doigt coach Les Miles sur les bords du Mississippi…

QB Jeremy Johnson, Auburn

5. Arkansas Razorbacks (7-6, 2-6)
Le travail de reconstruction entamé par coach Bret Bielema semble prendre forme. Les performances de 2014 laissent même penser que les Razorbacks sont en avance sur le plan prévu. Même si le coordinateur offensif Jim Chaney est parti pour Pittsburgh, la stratégie offensive restera identique : run, run et run encore plus fort. L’absence de RB Jonathan Williams pour toute la saison 2015 est un coup dur mais le junior RB Alex Collins possède les qualités pour devenir le meilleur running back de la conférence SEC. Le manque de puissance en défense et de playmakers dans le jeu aérien seront de lourds handicaps pour un programme qui devra attendre l’éclosion de QB Brandon Allen pour s’affirmer comme un prétendant au titre de division West.

6. Mississippi State Bulldogs (10-3, 6-2)
Le senior QB Dak Prescott et les combatifs Bulldogs ont manqué d’énergie en fin de saison dernière après deux premiers mois explosifs. Ils sont de retour en 2015 avec autant de talent des deux côtés du ballon. Si l’attaque a été décimée avec les départs de RB Josh Robinson et de trois titulaires sur la ligne offensive, elle devrait rester compétitive avec la présence de Prescott et l’émergence de l’ancien joueur de Junior College, WR De’Runnya Wilson. Défensivement, le coordinateur Manny Diaz devra faire sans DL Benardrick McKinney et DL Preston Smith mais le talentueux secondary possède plusieurs futurs joueurs NFL. Encore une fois le Egg Bowl contre Ole Miss aura une énorme importance. Le manque d’expérience (seulement 8 titulaires de retour) pourrait être couteux pour des Bulldogs pas vraiment privilégiés par le calendrier infernal de la division West.

7. Texas A&M Aggies (8-5, 3-5)
Depuis l’arrivée de Texas A&M dans la conférence SEC, l’attaque a été la force du programme de College Station (Texas), la défense son talon d’Achille. Coach Kevin Sumlin a pris les choses en main en débauchant le coordinateur défensif John Chavis qui a passé les 6 dernières années à LSU. Ce dernier pourra compter sur le phénoménal sophomore DE Myles Garrett afin d’améliorer une défense qui a accordé 6.9 yards par jeu en match intra-conférence en 2014. Excellent lors du dernier Liberty Bowl, le prometteur QB Kyle Allen est encore jeune et il faudra peut-être un an supplémentaire avant que les Aggies retrouvent le haut du classement de la division. Finir dernier avec 7 voire 8 victoires, c’est possible dans la division West.

Fondateur et rédacteur en chef de The Blue Pennant, Morgan Lagrée couvre le College Football depuis 15 ans. En 2016, Morgan fût le premier reporter à couvrir le CFP National Championship Game pour un média francophone. Il co-anime le Podcast Bowl. Expert NFL et MLB. Grand amateur de la NHL. Fan ultime des Red Sox de Boston (MLB). Ancien étudiant de l'université McGill. #Redmen4Life

Publicité
Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

LSU Tigers

QB Myles Brennan quitte LSU et abandonne le football

L’ancien prospect 4-étoiles du recrutement 2017 et grand espoir du programme de Bâton-Rouge a décidé de mettre un terme à sa carrière en raison de plusieurs blessures qui ont ralenti son développement.

Publié

le

Crédit photo : Jay Biggerstaff, USA Today Sports

En compétition pour le poste de QB#1 avec le redshirt freshman QB Garrett Nussmeier et le senior QB Jayden Daniels depuis le début du camp d’entrainement, QB Myles Brennan a été informé par Brian Kelly qu’il ne serait pas titularisé à la tête de l’attaque des Tigers lors du match d’ouverture, face à Florida State.

Dès l’annonce de cette décision du head coach de LSU, l’ancien prospect 4-étoiles du recrutement 2017 et ancien grand espoir du programme de Bâton-Rouge a finalement décidé de raccrocher les crampons et d’abandonner sa carrière de joueur de football.

En 2020, QB Myles Brennan avait gagné le poste de titulaire succédant ainsi à QB Joe Burrow avant de voir sa saison se terminer précipitemment en raison d’une blessure abdominale.

Le senior de 6ème année a manqué la quasi-totalité de la saison passée suite à une blessure du bras. Décidé à revenir au niveau NCAA pour une dernière année, il s’était inscrit sur le portail des transferts avant que le nouvel head coach des Tigers, Brian Kelly, le convainc de rester à Bâton-Rouge.

En quatre saisons chez les Tigers, QB Myles Brennan a accumulé 1712 yards à la passe, 13 TDs contre 6 interceptions.

Lire la suite

Texas A&M Aggies

Haynes King remporte la bataille des quarterbacks à Texas A&M

Jimbo Fisher a fait son choix : le redshirt freshman QB Haynes King débutera la saison des Aggies de Texas A&M comme quarterback titulaire.

Publié

le

Crédit photo : Maria Lysaker-USA TODAY Sports

C’était l’une des compétitions pour le poste de QB#1 les plus féroces de cette intersaison 2022 : le sophomore QB Haynes King, qui avait déjà remporté la bataille des quarterbacks des Aggies à l’été 2021 avant de se blesser dès la week 2 de la saison, sera donc titularisé au sein de l’attaque de Jimbo Fisher pour la 2ème année consécutive.

Il était en concurrence avec QB Max Johnson, une bonne connaissance de la Aggie Nation. Ce dernier avait brisé le coeur des fans des Aggies en réussissant le TD de la victoire de LSU face à Texas A&M lors du dernier match de la saison dernière. Incertain de pouvoir conserver son rôle de QB#1 chez les Tigers suite à l’arrivée de Brian Kelly (ex-Notre Dame) au poste de head coach, il a été transféré chez les Aggies au cours du printemps.

Le 3ème prétendant était le prometteur true freshman 5-étoiles, QB Conner Weigman. L’avenir du programme qui devra prendre son mal en patience.

Texas A&M débutera sa saison 2022 à domicile, face à Sam Houston State (FCS), le samedi 3 septembre.

Les raisons de la titularisation de QB Haynes King ?

Bien qu’il n’ait que deux titularisations à son actif, QB Haynes King a connu des débuts satisfaisants la saison dernière. Jimbo Fisher l’avait choisi pour succéder à QB Kellen Mond. Aucune raison de penser que le coach des Aggies regrettait son choix. On peut même légitimement d’interroger sur le destin de Texas A&M l’an dernier sans la blessure de QB Haynes King. Son backup, QB Zach Calzada, a été héroïque lors de la victoire face à Alabama mais il a surtout brillé par son inconstance tout au long de la saison passée.

La vitesse de QB Haynes King apporte également une dimension supplémentaire à l’attaque des Aggies. À l’instar de son prédécesseur QB Kellen Mond, il peut transformer des situations compromises en big plays offensifs grâce à sa capacité de s’extraire de la poche. Sa vitesse lui permettra assurément d’aller chercher quelques premiers downs sur des 3ème tentatives.

Et évidemment, QB Haynes King maîtrise les systèmes du playbook du coordinateur offensif Darryl Dickey qu’il connait depuis maintenant trois camps d’entrainement.

L’inquiétante inefficacité de QB Max Johnson

Malgré des stats reluisantes l’an dernier (2814 yards, 27 TDs, 6 INTs), QB Max Johnson a la réputation de s’effondrer dans les moments cruciaux comme le démontre ses 47% de réussite à la passe dans le 4ème quart-temps. Ses 39 sur 79 en situation de 3ème tentative ont également de quoi inquiéter. Derrière des statistiques brutes aguichantes se cache un joueur qui doit encore progresser face à la pression.

Techniquement, il a aussi le défaut de porter le ballon trop longtemps et son jeu au sol pour compenser n’est pas une option.

QB Conner Weigman a besoin de temps

L’idée pouvait paraître séduisante : lancer le prospect 5-étoiles qui représente l’avenir du programme dès septembre. La réalité est qu’il n’est pas encore prêt. Le talent est indéniable mais il bénéficiera énormément d’une année d’observation et d’apprentissage, un peu comme l’avait fait Johnny Manziel en 2011.

Lire la suite

Georgia Bulldogs

Georgia accorde un contrat de 10 ans et 112 millions de $ à Kirby Smart

Quelques mois après avoir offert le premier titre de champion national en 41 ans aux Bulldogs de Georgia, coach Kirby Smart a été récompensé par une augmentation salariale qui fera de lui le head coach d’une université publique le mieux payé du pays.

Publié

le

Crédit photo : John Bazemore, AP

À 46 ans, Kirby Smart touchera une rémunération annuelle entre 10.25 millions de $ et 12.25 millions de $ sur les dix prochaines années. À titre de comparaison, son salaire en 2021 était de 7.13 millions de $. Seul Nick Saban (10.5 millions) touchera un salaire plus élevé en 2022.

Ce nouveau contrat prend effet immédiatement et se terminera donc au terme de la saison 2031.

De retour à Georgia en 2016 (il a été diplômé de l’université) après 9 années passées dans le coaching staff d’Alabama, Kirby Smart a rapidement ramené les Bulldogs parmi l’élite de la SEC et au niveau national. Son bilan en sept saisons sur le campus d’Athens (Georgia) : 66-15, quatre titres de champion de division SEC East, un titre de champion de SEC et un titre de champion national.

L’an passé, il a réussi à battre son ancien maître, Nick Saban, lors du CFP Championship Game en route vers une saison quasi-parfaite (14-1).

Lire la suite

LSU Tigers

TE Arik Gilbert de retour à LSU ?

Quelques semaines après son départ du campus de Bâton-Rouge (Louisiane) et un passage éclair chez les Gators de Florida, l’ancien prospect 5-étoiles TE Arik Gilbert pourrait finalement faire son retour à LSU.

Publié

le

Crédit photo : Getty Images

Après une saison freshman en 2020 plein de promesses, TE Arik Gilbert avait pris tout le monde par surprise en annonçant son départ de LSU, puis son transfert chez les Gators de Florida.

L’un des joueurs les plus doués de sa génération (#1 TE, #5 National du recrutement 2020) se retrouvait alors sur le portail des transferts à l’écoute de toutes les propositions qui pourraient lui être faites.

Pourtant, ce pourrait bien être un retour à la case départ pour le joueur originaire de Marietta (Géorgie). En effet, il était récemment de retour sur le campus de Baton-Rouge pour une visite officielle au cours de laquelle il a rencontré son ex-coach Ed Orgeron.

« Il est venu nous voir. Un excellent meeting. Il n’a pris aucune décision mais tout le monde était très content de le voir. Nous nous sommes assurés d’être en conformiter avec les règlements. Nous avions le droit de le rencontrer. Ce fût une rencontre très positive mais rien n’est fait. » – Ed Orgeron, head coach de LSU.

TE Arik Gilbert a quitté LSU en décembre dernier avant même que la saison des Tigers soit terminée. Il avait alors annoncé son transfert chez les rivaux, les Gators de Florida. Toutefois, il n’a jamais mis les pieds à Gainesville (Floride) et a finalement renoncé à partir en Floride.

L’an passé, il a réussi 35 réceptions pour un total de 368 yards.

Lire la suite

Articles les plus lus