Suivez-nous

Actualité

The Big Game : Oklahoma @ West Virginia

Publié

le

#9 Oklahoma (8-2) @ #14 West Virginia (8-1)

Morgantown, Virginia occidentale
Milan Puskar Stadium
Samedi 19 novembre 2016
20h00 (heure Est, 02h00 en France)

Après une onzième semaine totalement folle et chaotique à souhait, plus question de parler de semaine « calme » à ce stade de la saison ! Plus facile à dire qu’à faire (sauf peut-être pour Alabama qui semble évoluer dans une autre dimension), mais chaque programme classé voudra surtout éviter la défaite pour ne pas dégringoler dans le classement du comité CFP, ce que n’ont pas réussi à faire 3 équipes du Top 4 le week-end dernier.

Alors qu’il ne reste plus que deux matchs à jouer pour la plupart des programmes, le suspense reste entier dans la majorité des conférences. En Pac-12, on regardera d’un œil la rencontre entre les deux leaders de division les plus improbables de l’histoire de la conférence à ce stade de la saison : #22 Washington State @ #10 Colorado. Dans la SEC, le match entre #23 Florida et #16 LSU va enfin avoir lieu et pourrait offrir un joli spectacle.

Et surtout, on regardera d’un œil avisé le plus gros match du week-end, un duel de conférence Big 12 entre #9 Oklahoma et #14 West Virginia alors que ces deux programmes peuvent encore espérer remporter la conférence et pourquoi pas rêver d’une éventuelle qualification pour le College Football Playoff. Pour cela, il faudra sans doute compter sur un gros coup de pouce du destin et quelques upsets chez les programmes de tête, mais au vu des évènements du week-end dernier nous savons désormais que tout est possible !

ENJEUX DU MATCH

Dans la conférence Big 12, trois équipes peuvent encore espérer l’emporter : Oklahoma, West Virginia et Oklahoma State. Pour chacune des équipes, l’équation est on ne peut plus simple : pour s’assurer le titre, il faut remporter tous les matchs restants !
Au vu de la forme du moment, les Sooners font clairement figure de favoris pour conserver leur couronne. Après un départ totalement raté et deux défaites lors des trois premières semaines, la plupart des observateurs voyaient déjà la saison des hommes de coach Bob Stoops terminée avant même la fin du mois de septembre.

C’était sans compter sur la montée en puissance de ses joueurs et surtout de son escouade offensive qui figure parmi les plus impressionnantes du pays avec 44.2 points marqués/ match (9ème rang national) ! A la baguette de cette attaque de feu, le génial QB Baker Mayfield (3212 yds, 33 TD, 7 INT, 131 yds et 4 TD au sol) qui réussit une saison aussi fantastique que celle de l’an passé où il avait justement qualifié Oklahoma pour le College Football Playoff (défaite en demi-finale 17-37 face à Clemson). Derrière lui, un redoutable duo de coureurs emmené par RB Joe Mixon (937 yds, 6 TD) qui est le meilleur joueur du Power Five pour le plus grand nombre de yards totaux (1745 all-purpose yards) juste devant un certain RB Christian McCaffrey de Stanford. Sa moyenne de yards gagnés/match est tout simplement la meilleure du pays : 193.89 ! Avec lui dans le backfield, RB Samaje Perine (575 yds, 8 TD) reste une énigme, capable du meilleur comme du pire en fonction de son état de santé. Blessé pendant presque un mois complet fin octobre/début novembre, il semble revenir en forme comme l’a montré son match solide contre Baylor la semaine dernière (100 yds, 2 TD). Mais le meilleur joueur des Sonners cette saison n’est peut-être ni QB Baker Mayfield, ni RB Joe Mixon : depuis le début de la saison, WR Dede Westbrook (1254 yds, 14 TD) semble sur une autre planète et s’affirme comme le meilleur receveur du Power Five avec des statistiques affolantes. Après un début de saison plus que discret (154 yds lors des trois premiers matchs, sans TD), il est monté en puissance comme tout le reste de l’équipe et semble maintenant totalement inarrêtable ! Il faut dire qu’il est de loin la cible favorite de son quarterback, le deuxième meilleur receveur de l’équipe n’étant autre que… RB Joe Mixon (420 yds, 4 TD en réception). On peut toutefois citer WR Mark Andrews (412 yds, 6 TD) qui est aussi capable de venir semer la pagaille dans les défenses adverses, tout cela vous donne la 10ème meilleure attaque aérienne du pays (338.1 yds/match) qui semble pouvoir sortir un big play sur chaque action et être capable de transpercer n’importe quelle défense.

La défense des Sooners, dirigée par le coordinateur Mike Stoops, petit frère de coach Bob Stoops, n’est pas aussi dominante que l’escouade offensive mais compte tout de même un certain nombre de joueurs talentueux. La ligne défensive vit une saison de transition où la principale révélation se nomme DL Neville Gallimore (32 plaquages, 1 sack, 1 fumble forcé), épatant pour sa saison freshman. Il est la principale force de cette ligne où se distinguent également DT Jordan Wade (24 plaquages, 1.5 sack) et DE Austin Roberts (26 plaquages, 1.5 sack). A noter la fin de carrière de DE Matt Dimon (2 plaquages), titulaire en début de saison mais qui n’avait plus joué depuis la troisième semaine, blessé au tendon d’Achille. Le second rideau est emmené par l’excellent LB Jordan Evans (76 plaquages, 2.5 sacks, 3 INT), véritable leader de cette défense et qui réalise une saison pleine. A ses côtés, LB Emmanuel Beal (63 plaquages, 2 sacks, 2 FF) est la bonne surprise de l’année et LB Ogbonnia Okoronkwo (51 plaquages, 7 sacks, 1 FF) terrorise les quarterbacks adverse. Le secondary est très physique, à commencer par la paire de safety composée de SS Steven Parker (45 plaquages, 2 INT) et FS Ahmad Thomas (49 plaquages, 1 sack), gros frappeurs tous les deux. DB Will Johnson (44 plaquages, 1 FF), CB Jordan Thomas (39 plaquages, 1 INT) et CB Jordan Parker (27 plaquages, 1 FF) ont la charge de couvrir les receveurs adverses et complètent un groupe expérimenté mais inconsistant, capable par exemple d’accorder 734 yds et 5 TD à QB Patrick Mahomes II lors de la victoire étriquée face à Texas Tech (66 à 59) !

Face aux Sooners de coach Bob Stoops se présentent donc des Mountaineers de West Virginia toujours en course pour le titre de conférence et encore invaincus à domicile cette saison. La seule défaite de l’année pour les joueurs de coach Dana Holgorsen a eu lieu chez les rivaux d’Oklahoma State au mois d’octobre (20-37), sans quoi les Mountaineers seraient encore invaincus à ce stade de la saison. En remportant leurs trois derniers matchs (Oklahoma, Iowa State, Baylor), ils s’assureraient leur premier titre de conférence depuis 2011, titre acquis à l’époque dans feu la conférence Big East.

A la tête de l’attaque, le senior QB Skyler Howard (2562 yds, 17 TD, 9 INT) réalise une saison intéressante mais peut parfois se montrer inconsistant. Pas toujours très précis, il peut avoir tendance à forcer ses passes et provoquer des turnovers par ses mauvais choix, comme lors du match de la semaine passée contre Texas (3 INT lors de la victoire 24-20). Dans le backfield, pas vraiment de coureur incontournable du côté de Morgantown mais plutôt une rotation entre trois joueurs en fonction de l’état de santé des troupes : RB Rushel Shell (505 yds, 5 TD) est l’habituel titulaire devant RB Justin Crawford (599 yds, 4 TD), avec RB Kennedy McKoy (459 yds, 2 TD) comme troisième homme et cela sans compter QB Skyler Howard qui sait également se servir de ses jambes quand il le faut (274 yds, 6 TD). Du côté des receveurs la situation est assez semblable avec un trio qui se détache du reste du groupe, composé de WR Daikiel Shorts (753 yds, 4 TD), WR Shelton Gibson (701 yds, 6 TD) et WR Ka’Raun White (488 yds, 3 TD), mais pas vraiment de superstar comme on peut le voir du côté des Sooners avec WR Dede Westbrook. Bref, si cette attaque est d’un niveau plus que correct, on reste bien loin du feu d’artifice offensif d’Oklahoma : avec 32.2 points marqués en moyenne, elle ne pointe qu’au 48ème rang national.

Contrairement à leurs adversaires de ce week-end, c’est donc plutôt du côté de la défense que se trouve le point fort des Mountaineers avec seulement 20.6 points encaissés/match, ce qui les place au 19ème rang du pays. L’escouade du coordinateur Tony Gibson se distingue également par son schéma en 3-3-5, système quasi-unique à ce niveau ! En ligne défensive, DL Darrien Howard (39 plaquages, 2 sacks, 1 FF), DL Noble Nwachukwu (27 plaquages, 3 sacks), blessé la semaine passée mais qui devrait pouvoir jouer ce week-end, et DL Christian Brown (24 plaquages, 1 sack) forment un groupe solide capable de mettre en difficulté la ligne offensive adverse. Le redshirt freshman DL Adam Schuller II (23 plaquages, 1 FF) pourrait bien faire parler de lui dans les années à venir. Le deuxième rideau est emmené par LB Justin Arndt (58 plaquages, 3 sacks), meilleur plaqueur de l’équipe, bien épaulé par LB Al-Rasheed Benton (46 plaquages, 1 INT) et LB David Long (34 plaquages, 2 sacks). Le secondary est peut-être la force de cette défense avec l’excellent CB Rasul Douglas (50 plaquages, 1 sack, 6 INT) qui est partout sur le terrain. S Jarrod Harper (49 plaquages), DB Kyzir White (43 plaquages, 3 sacks, 1 FF), S Jeremy Tyler (38 plaquages, 1 INT, 1 FF) et CB Maurice Fleming (35 plaquages, 1 INT, 1 FF) forment le reste de ce dernier rideau particulièrement dense, qui aura néanmoins fort à faire face à QB Baker Mayfield et WR Dede Westbrook !

DUELS CLES

Car si l’attaque est le point fort des Sooners et la défense celui des Mountaineers, cela nous promet donc une belle opposition de style sur la pelouse du Mountaineer Field de Morgantown ! A propos de l’attaque d’Oklahoma, coach Dana Holgorsen ne tarit d’ailleurs pas d’éloges et a plaisanté en conférence de presse que « la bonne nouvelle est qu’il n’y a qu’un ballon sur le terrain, et donc qu’il ne peut y avoir qu’un joueur adverse qui peut l’avoir. Ils ont tout simplement la meilleure attaque de la conférence, qui est connue pour être une conférence tournée vers le jeu offensif ». Au sein de cette opposition, un duel vaudra particulièrement le coup d’être suivi de très près : celui entre un des tous meilleurs receveurs du pays, WR Dede Westbrook, et un des tous meilleurs cornerbacks, CB Rasul Douglas.

WR Dede Westbrook possède une vitesse exceptionnelle mais peut également encaisser les coups sur le terrain, sans compter des mains formidables capables d’attraper n’importe quel ballon lancé dans sa direction. Pour coach Holgorsen : « Je ne lui vois aucun point faible, il possède toutes les qualités que l’on recherche chez un receveur ». Ses performances stratosphériques des dernières semaines lui valent désormais d’être inclus dans la liste des prétendants au trophée Heisman, rien que ça ! Il se place au deuxième rang national en yards gagnés/match (125.4) et en nombre de touchdowns (14), avec une impressionnante moyenne de 18.4 yards/réception ! Face à lui, le secondary des Mountaineers n’accorde cette saison que 6.5 yards par jeu de passe à ses adversaires, la moyenne la plus faible de toute la conférence Big 12.

Et au sein de ce secondary émerge donc CB Rasul Douglas qui vient de réaliser une saison senior exceptionnelle. Ses 6 interceptions le placent au deuxième rang national, lui qui a dû passer par un Junior College avant de rejoindre West Virginia en début de saison dernière ! En plus d’être un véritable playmaker, il est également un excellent plaqueur et se place d’ailleurs en seconde place au sein de la défense des Mountaineers pour le nombre de plaquages. A noter également son touchdown sur retour d’interception lors de la troisième semaine et la victoire contre BYU (35-32). Son physique impressionnant pour sa position (1,88m pour 92 kg) et ses longs bras pourraient bien taper dans l’oeil des recruteurs NFL et nul doute qu’une prestation de haute volée face à un receveur du calibre de WR Dede Westbrook lui ouvrirait grand la porte de la prochaine draft.

FACTEUR X

Dans un match où le tableau d’affichage devrait chauffer, un joueur pourrait bien être capable de changer la donne à lui seul sur un coup d’éclat, ou même plusieurs. RB Joe Mixon peut tout faire : courir avec le ballon (6 TD), le rattraper (4 TD), retourner les coups de pied (1 TD) ou bien être suspendu pour mauvaise conduite. Regardez plutôt sa fiche de stats lors de la victoire face à Texas Tech : 263 yards au sol et 2 TD plus 114 yards en réception et 3 TD (premier coureur de l’histoire des Sooners à réceptionner 3 TD dans le même match, et à dépasser 200 yards à la course et 100 en réception dans le même match) ! A peine croyable !

Encore plus incroyable, son absence deux semaines plus tard contre Iowa State… suspendu pour avoir déchiré et jeté une contravention au visage d’un gardien de parking sur le campus. Le même Joe Mixon qui avait été suspendu pour l’ensemble de la saison 2014 pour avoir frappé et blessé sérieusement une étudiante de l’université.

Capable du meilleur sur le terrain comme du pire en dehors, le jeune joueur figure néanmoins parmi les tous meilleurs joueurs actuels de la conférence Big 12 (deuxième coureur avec ses 937 yards au sol derrière D’Onta Foreman de Texas) et le coaching staff des Sooners ferait bien de réussir à canaliser son énergie en direction du terrain en vue du sprint final qui s’annonce pour le titre de conférence !

STUFF

• La série entre les deux programmes est dominée par les Sooners, 6 victoires à 2. Seules deux rencontres ont déjà eu lieu à Morgantown, remportées toutes les deux par Oklahoma. Les Mountaineers n’ont encore jamais battu les Sooners depuis qu’ils ont rejoint la conférence Big 12, en 2012, leur dernière victoire remontant au 8 janvier 2008 lors du Fiesta Bowl (48-28) contre des Sooners alors classés #3 national. Le dernier affrontement entre les deux universités, la saison dernière, avait largement tourné à l’avantage d’Oklahoma (victoire 44-24 à Norman).

• DL Charles Walker (7 plaquages), le défenseur d’Oklahoma, vient d’annoncer cette semaine qu’il quittait le programme afin de se préparer à la draft NFL de son côté. Il n’avait plus joué depuis le 1er octobre dernier et le match contre TCU lors duquel il avait été victime d’une commotion cérébrale. Décision qui n’a visiblement pas tellement plus à coach Mike Stoops.

• Les nominations pour les récompenses de fin de saison continuent : WR Dede Westbrook vient d’être annoncé finaliste du trophée Paul Hornung, décerné au joueur le plus polyvalent du pays. Bien évidemment, il figure aussi dans la liste des demi-finalistes pour le trophée Biletnikoff du meilleur receveur du football universitaire, et figurait déjà dans la listes des nominés pour le trophée Maxwell du meilleur joueur du pays et dans la liste du trophée Walter Camp, récompensant également le meilleur joueur au niveau national.

• QB Baker Mayfield, de son côté, vient d’être nommé parmi les trois finalistes pour le trophée Burlsworth qui récompense le meilleur joueur universitaire ayant commencé sa carrière comme walk-on, distinction qu’il avait déjà remporté l’année dernière. Il est également finaliste pour le trophée Johnny Unitas Golden Arm du meilleur quarterback, et demi-finaliste pour les trophées Maxwell et Walter Camp aux côtés de WR Dede Westbrook.

• Vous avez manqué les 6 interceptions de CB Rasul Douglas cette saison ? Séance de rattrapage ici :

• Lors du match contre Texas, les Mountaineers ont recouvert un fumble sur un retour de punt des Longhorns. Les arbitres ont ensuite annulé le turnover, arguant que les joueurs de West Virginia étaient trop près du retourneur texan qui avait demandé un fair catch. Décision qui a bien entendu rendu coach Dana Holgorsen furieux : « Nous avons une pénalité parce que nos joueurs ont des cou***** et pas les leurs ? ». En plus d’une coupe de cheveux fantastique, coach Holgorsen est donc également poète.

• Triste nouvelle cette semaine avec l’annonce de la mort de l’ex-punter des Sooners Michael Winchester, assassiné à l’aéroport Will Rogers d’Oklahoma City par arme à feu. Winchester était le punter de l’équipe entre 1984 et 1986 et était le père de James Winchester, également passé chez les Sooners et désormais long snapper en NFL chez les Chiefs de Kansas City.

PRONOSTIC

Oklahoma 45, West Virginia 21. Le chariot a roulé sur le trappeur.

Passionné de football depuis une quinzaine d'années, il est propriétaire des Packers de Green Bay (NFL) et a un petit faible pour les Golden Bears de Californie depuis son passage au Memorial Stadium en 2012. Suivant tout particulièrement la Pac 12 et la Big 10, il rejoint l'équipe de rédacteurs de The Blue Pennant à l'automne 2014.

Publicité
Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Actualité

Le résumé de l’intersaison 2022

Tout ce qu’il faut retenir de l’actualité de l’intersaison 2022 de College Football.

Publié

le

Crédit photo : Sam Craft, AP

Il y a un peu plus de 7 mois, les Bulldogs de Georgia remportaient leur premier titre de champion national en 41 ans en s’imposant 33-18, à Indianapolis, face à son grand rival de la conférence SEC, le Crimson Tide d’Alabama.

Depuis cette victoire des Dawgs de coach Kirby Smart, le petit monde du College Football ne s’est pas arrêté de tourner et si vous n’avez pas suivi l’actualité du football américain universitaire pendant ces longs mois, nous vous proposons un résumé complet de tout ce qu’il faut retenir de cette intersaison 2022. C’est parti !

USC et UCLA rejoindront la Big Ten à partir de 2024

On savait que l’annonce du départ de la Big 12 de Texas et Oklahoma en direction de la SEC à partir du 1er juillet 2025 n’était probablement que le coup d’envoi d’une refonte majeure de la composition des différentes conférences FBS. C’est donc sans véritable surprise que, le 30 juin dernier, USC et UCLA ont conjointement notifié la conférence Pac-12 qu’elles ne renouvelleront pas leur adhésion, le 1er juillet 2024 (au terme de l’actuel contrat TV). Les deux facs de Los Angeles ont décidé de se joindre à la conférence Big Ten.

Une annonce vécue comme un coup de couteau dans le dos par la conférence Pac-12 qui voit ainsi partir ses deux membres les plus prestigieux. Et dire qu’afin de garantir une certaine stabilité au sein de l’élite du College Football face aux velléités répétées de la SEC, les conférences la Big Ten, ACC et Pac-12 avaient signé un pacte de non-agression (« L’Alliance »), il y a à peine un an…

Motivation principale expliquant ce choix de USC et UCLA : l’argent. Évidemment. En effet, la Pac-12 doit renégocier son contrat TV en 2024 et tout laisse penser que ce dernier sera très loin des sommes dont on parle actuellement pour le prochain contrat TV de la Big Ten.

Certaines projections estiment que les programmes de la Pac-12 pourraient voir leurs revenus TV limiter à environ 60 millions de $ par année. Bien loin des 100 millions $ projetés pour les programmes de la Big Ten !

USC et UCLA voulaient leur part du gâteau. C’est fait.

Les répercussions de cette annonce seront évidemment énormes. D’abord pour la Pac-12 dont l’existence même est peut-être menacée. Oregon et Washington pourraient être les deux prochaines cibles de la Big Ten tandis que les deux universités de l’Arizona (Arizona et Arizona State), Colorado et Utah pourraient être tentés de quitter le navire en regardant du côté de la Big 12. Qu’arrivera-t-il à Stanford et California-Berkeley ? Notre Dame sera-t-elle contraint de rejoindre la Big Ten ? Clemson, Florida State et Miami se joindront-elles à la SEC ? Autant de questions qui pourraient trouver des réponses dans les prochaines semaines.

Avec l’ajout de ces deux universités de Los Angeles, la Big Ten s’étend désormais de l’océan Atlantique à l’océan Pacifique. Inimaginable il y a une dizaine d’années.

La Big Ten comprend maintenant les énormes marchés de Chicago, New York, Washington D.C. et Los Angeles. De quoi faire une concurrence féroce à la SEC. Le mouvement vers la création de Super Conferences est plus que jamais en marche. On a longtemps pensé à un Power 4. On aura finalement peut-être droit à un Power 2.

La querelle Saban vs Fisher

Pour certains, il ne s’agissait que d’un coup de sang lors d’une banale soirée d’intersaison en marge d’un événement promotionnel. Pour d’autres, c’était réfléchi et calculé. Quoiqu’il en soit, les accusations de tricherie de coach Nick Saban envers le programme de Texas A&M, en plein mois de mai, ont fait l’effet d’une bombe.

« Nous avons été 2ème dans le dernier cycle de recrutement. A&M a terminé 1er. A&M a acheté tous les joueurs de son équipe. Avec des contrats NIL. De notre côté, nous n’avons acheté aucun joueur. Je ne sais pas si cela va durer dans le futur car de plus en plus de programmes le font. » – Nick Saban, head coach du Crimson Tide d’Alabama.

La réponse du coach des Aggies, Jimbo Fisher, ne s’est pas fait attendre, l’ancien assistant de Nick Saban organisant une conférence de presse impromptue quelques heures seulement après les déclarations tonitruantes du coach d’Alabama. Et la réponse fût plus que cinglante et pleine de sous-entendus !

« C’est méprisable qu’un head coach réputé puisse dire cela parce qu’il n’obtient pas ce qu’il veut ou que les choses ne vont pas dans son sens. Le narcissique en lui n’accepte pas qu’il ne soit pas le meilleur. Certaines personnes pensent qu’elles sont Dieu. Allez fouiller comment Dieu a conclu son contrat [à Alabama], vous découvrirez peut-être beaucoup de choses que vous ne voulez pas savoir. Nous faisons tout pour faire de lui le tsar du football universitaire. Mais allez creuser dans son passé. » – Jimbo Fisher, head coach des Aggies de Texas A&M.

Boom !

Les deux coachs de la SEC ont finalement calmé le jeu dans les jours qui ont suivi mais cet échange tendu a mis le doigt sur un énième râté de la NCAA qui, encore une fois, a tardé à réagir face à un phénomène naissant. Par manque de vision, elle n’a pas suffisamment encadré le concept des contrats NIL laissant les États américains définir leurs propres règles. L’autorité des sports universitaires américains a ainsi ouvert la voie à une jungle totale dont certains programmes ont profité. Les contrats NIL devaient permettre aux étudiants-athlètes déjà sur les campus de bénéficier de potentiels revenus liés à leur droit à l’image. Pas de servir comme arme afin d’attirer des prospects lors des cycles de recrutement.

Certes, la NCAA a rappelé que les règles qui s’appliquent aux « boosters » sont les mêmes pour les « collectives » (ces entités récemment créés par des donateurs afin d’optimiser l’octroi de contrats NIL aux joueurs des programmes sportifs universitaires). Trop tard. Encore une fois.

Les débuts de Lincoln Riley à USC

Quelques heures seulement après une défaite 37-33 à Oklahoma State à la fin du mois de novembre, le futur ex-head coach des Sooners d’Oklahoma, Lincoln Riley, s’envolait vers la Californie du Sud pour signer un contrat avec les Trojans de USC (estimé à 110 millions de $ sur 10 ans) provoquant alors une bombe médiatique.

Southern California était à la recherche d’un head coach depuis le renvoi de Clay Helton après la week 2. Le directeur athlétique Mike Bohn voulait frapper un grand coup pour relancer des Trojans aux abois depuis le départ de Pete Caroll. Lincoln Riley héritait alors d’un programme à reconstuire entièrement au terme d’une saison 2022 catastrophique (bilan de 4-8).

Lincoln Riley, head coach de USC – Crédit photo : USA Today

Et son arrivée n’a pas forcément fait que des heureux puisque 14 joueurs ont décidé de s’inscrire sur le portail des transferts dont QB Kedon Slovis (parti à Pittsburgh), QB Jaxson Dart ou TE Michael Trigg (tous les deux partis à Ole Miss). En plus des départs de WR Drake London et DE Drake Jackson pour la NFL, ce sont plus de 40 joueurs que le nouvel head coach de USC devait trouver pour combler son effectif afin d’atteindre les 85 scholarships autorisées.

Malgré ce constat inquiétant, la Trojan Nation a rapidement retrouvé son optimisme. Lincoln Riley est arrivé d’Oklahoma avec QB Caleb Williams et WR « Super » Mario Williams dans ses bagages et USC a réussi l’un des plus beaux coups de l’intersaison sur le portail des transferts en attirant le dernier vainqueur du trophée Biletnikoff, WR Jordan Addison. De plus, l’effet Riley n’a pas tardé à se matérialiser sur le recrutement avec les engagements successifs du prospect 5-étoiles CB Domani Jackson et du receveur 4-étoiles WR CJ Williams pour le cycle 2023.

Tout semblait se mettre en place pour que la Pac-12 retrouve son porte-étandard parmi l’élite… jusqu’à ce que les Trojans (et les Bruins de UCLA) annoncent leur départ vers la Big Ten (voir plus haut).

Brian Kelly prend la succession de coach O’ à LSU

Après 12 saisons passées à Notre Dame dont il est devenu le coach le plus victorieux de l’Histoire, Brian Kelly a succédé à Ed Orgeron à la tête des Tigers de LSU en acceptant un contrat vertigineux de 10 ans, avec à la clé un salaire annuel de 9.5 millions de $.

La façon dont l’ex-coach des Golden Domers s’y est pris pour annoncer son départ à ses joueurs (un court discours de 2 minutes… après que la nouvelle ait été révélée sur les réseaux sociaux) a laissé un goût amer chez les fans des Fighting Irish d’autant que Brian Kelly a clairement laissé entendre qu’il rejoignait enfin un programme capable de gagner un titre national… Ouch.

Pour LSU, l’embauche de Brian Kelly doit permettre de relancer un programme en chute libre depuis le titre national 2019. Pourtant, les premiers pas de l’ancien coach de Notre Dame sur le campus de Bâton-Rouge (Louisiane) ont été mouvementés entre accent louisianais forcé et donc ridicule, danse pathétique et recrutement inquiétant…

Toutefois, le nouvel head coach des Tigers semble avoir récemment repris la main suite à l’annonce de l’engagement de 8 joueurs dont 4 joueurs de ligne défensive du Top 250 national en plus du receveur 5-étoiles floridien, WR Jalen Brown, qui paraissait promis à Mario Cristobal et aux Hurricanes de Miami lors du cycle de recrutement 2023.

Le College Football Playoff reste à quatre jusqu’en 2026

En juin 2021, un groupe de travail composé des commissionnaires de la SEC, de la Big 12 et de la Mountain West ainsi que du président de l’université Notre Dame, avait recommandé d’augmenter le nombre de participants au College Football Playoff de 4 à 12 équipes dès 2023.

Pendant un an, les débats ont fait rage parmi l’ensemble des commissionnaires des conférences FBS. Incapables de trouver un consensus sur le format (concernant notamment les qualifiés automatiques), ces derniers sont finalement arrivés à une conclusion commune : le status quo.

Ainsi, le format des playoffs à 4 équipes ira jusqu’au bout du contrat TV initial avec ESPN, au terme de la saison 2025. Les débats reprendront au printemps 2023 afin de définir le futur format du College Football Playoff, à partir de la saison 2026.

La fin de l’ère Mark Emmert

Un an après avoir été reconduit dans ses fonctions, Mark Emmert quittera son poste à compter de juin 2023. Président de la NCAA depuis plus d’une décennie, il aura marqué son passage à la tête de l’autorité des sports universitaires américains par une étonnante passivité qui a conduit à l’implosion totale d’une institution centenaire.

Enfermé dans une vision retrograde de l’organisation des sports universitaires, il a régulièrement dénoncé les « menaces existentielles » entourant la NCAA sans jamais accompagner le changement de manière proactive. Possibilités de revenus en faveur des étudiants-athlètes, fin de l’amateurisme ou réforme des transferts : il aura tout râté.

Pendant des années, Mark Emmert a fait du lobbying auprès du Congrès américain afin d’obtenir le vote de Lois fédérales pour encadrer les droits à l’image (Name, Image and Likeness Legislation). Il a fait fausse route : la décision à l’unanimité de la Cour Suprême contre la NCAA, en juin 2021, a marqué un tournant et donné le coup d’envoi de multiples changements que la NCAA s’est contenté d’observer et qui ont profondément changé le visage des sports universitaires américains mettant définitivement un terme au concept d’amateurisme sans règlementation.

Acculé par l’ensemble des membres de la NCAA, Mark Emmert a été contraint, en novembre 2021, de créer une commission spéciale dont le mandat était d’écrire une nouvelle Constitution basée sur des principes de décentralisation qui doivent permettre aux trois divisions constituant la NCAA de bénéficier de davantage d’autonomie. Bien peu et probablement trop tard.

La chaise musicale des quarterbacks

La création du portail des transferts et la possibilité d’un transfert instaurée par la NCAA sans perte d’éligibilité ont eu un impact majeur sur les effectifs des équipes de l’élite du College Football créant une véritable « free agency ». Depuis deux ans, les QB Rooms ont été particulièrement affectées et l’intersaison 2022 n’a pas fait exception.

Voici un récapitulatif des principaux transferts de quarterbacks depuis janvier dernier :

Nom du joueurAncienne équipeNouvelle équipe
Caleb WilliamsOklahomaUSC
Spencer RattlerOklahomaSouth Carolina
Dillon GabrielCentral FloridaOklahoma
Quinn EwersOhio StateTexas
Jaxson DartUSCOle Miss
Bo NixAuburnOregon
JT DanielsGeorgiaWest Virginia
Adrian MartinezNebraskaKansas State
Casey ThompsonTexasNebraska
Kedon SlovisUSCPittsburgh
Connor BazelakMississippiIndiana
Max JohnsonLSUTexas A&M
Cameron WardIncarnate Word (FCS)Washington State
Levi WilliamsWyomingUtah State
Jayden De LauraWashington StateArizona
Zach CalzadaTexas A&MAuburn
Michael Penix JrIndianaWashington
Gerry BohanonBaylorSouth Florida
Grant WellsMarshallVirginia Tech

Arch Manning choisit Texas

« Committed to the University of Texas ».

Par ces simples mots publiés dans un tweet, le prospect #1 du cycle de recrutement 2023, QB Arch Manning, a mis fin au processus de recruiting le plus médiatique de ces dernières années.

Le neveu de Peyton et Eli Manning était convoité par tous les grands programmes au niveau national. Alabama, LSU et Ole Miss faisaient partie des plus sérieux prétendants mais l’authenticité et la vision à long terme du head coach des Longhorns, Steve Sarkisian, et du coach des QBs, AJ Milwee ont su convaincre le jeune quarterback 5-étoiles du lycée d’Isidore Newman (Louisiane) de rejoindre l’université Texas.

QB Arch Manning devient ainsi le premier QB #1 d’un recrutement national à choisir le campus d’Austin (Texas) depuis 2002 et un certain… QB Vince Young. Il se joindra donc à une QB Room déjà bien garnie avec la présence de QB Quinn Ewers, QB Hudson Card et QB Maalik Murphy.

Bryan Harsin et Auburn au bord de l’implosion

Cinq coordinateurs en 14 mois, plus de 20 joueurs inscrits sur le portail des transferts lors de l’intersaison 2022 et des accusations d’anciens joueurs, qui lui reprochent de ne pas comprendre la culture du Sud des États-Unis : en quelques mois seulement, la lune de miel de coach Bryan Harsin a tourné au cauchemar.

Pourtant, l’ancien coach de Boise State était attendu comme le messie dans l’État de l’Alabama. Sous la pression de certains « boosters » d’Auburn, le directeur athlétique, Allen Greene, avait convaincu la direction de l’université de mettre la main au portefeuille pour se séparer de Gus Malzahn (malgré un bilan de 68-35, une finale nationale en 2013 et un titre de SEC en 2017) moyennant des indemnités de départ de… 20.5 millions de $ afin de donner les clés du programme à Bryan Harsin.

Bryan Harsin, head coach d’Auburn – Crédit photo : Jack Crandall, Gannett

Mais, ces mêmes « boosters » semblent s’être rapidement inquiétés des résultats décevants de l’équipe (bilan de 6-7 en 2021) et des récents départs de joueurs via le portail des transferts (dont celui du QB titulaire, Bo Nix), suivi du départ précipité du coordinateur offensif Austin Davis (ex-coach des QBs chez les Seattle Seahawks) après seulement 6 semaines dans son rôle de successeur de l’ancien OC, Mike Bobo. Puis, l’annonce du départ surprise du respecté coordinateur défensif Derek Mason vers Oklahoma State a fait l’effet d’une bombe.

Les rumeurs de ménage complet au sein du coaching staff des Tigers se sont alors multipliées. La récente nomination d’un nouveau président de l’université menace probablement le futur d’Allen Greene dans ses fonctions actuelles. Bryan Harsin était le choix de Greene alors que le coordinateur défensif de l’époque, Kevin Steele, était le favori de la Tiger Nation. Seules les 18.3 millions de $ que l’université devrait payer à Bryan Harsin en cas de renvoi ont peut-être sauvé la tête de celui qui sera assurément sur le « hot seat » au coup d’envoi de la saison 2022.

Nouvelle vague de réalignement des conférences

Depuis l’annonce du départ de Texas et d’Oklahoma de la Big 12 vers la SEC (à partir du 1er juillet 2025), une nouvelle vague de réalignement s’est mise en branle et va redessiner la composition des conférences FBS dès cette saison. On fait le point.

Big 12

Afin de compenser la perte de Texas et Oklahoma en 2025, la conférence Big 12 accueillera Brigham Young (ex-Independent) dès 2023 mais également Central Florida, Cincinnati et Houston qui ont trouvé une entente financière avec l’AAC afin de rejoindre la Big 12 dans un an.

AAC

Dès l’annonce du départ vers la Big 12 de UCF, Cincinnati et Houston, l’AAC a fait le forcing pour avancer l’arrivée de 6 programmes de la C-USA (Charlotte, Florida Atlantic, North Texas, Rice, UAB et UTSA), et ce, dès juilllet 2023.

Sun Belt

Après des mois de drama, c’est donc officiel : Marshall, Southern Miss, Old Dominion et James Madison (ex-FCS) ont rejoint la Sun Belt dès le 1er juillet 2022.

La Sun Belt sera donc composé 14 membres dès cette saison : Appalachian State, Arkansas State, Coastal Carolina, Georgia Southern, Georgia State, James Madison, Louisiana, Louisiana-Monroe, Marshall, Old Dominion, South Alabama, Southern Miss, Texas State et Troy.

C-USA

La C-USA, qui perdra donc prochainement 9 de ses 14 membres de la saison 2021 (!), comblera ces départs en accueillant 4 nouveaux membres dès juillet 2023 : Liberty, New Mexico State, Sam Houston (ex-FCS) et Jacksonville State (ex-FCS).

La C-USA sera donc composé de 11 membres en 2022 (UAB, Florida Atlantic, Florida International, Louisiana Tech, Middle Tennessee, Charlotte, North Texas, Rice, UTEP, UTSA, Western Kentucky), puis de 9 membres à partir de la saison 2023 (Florida International, Jacksonville State, Liberty, Louisiana Tech, Middle Tennessee, New Mexico State, Sam Houston, UTEP et Western Kentucky).

La Pac-12 change le format de son Championship Game

Quelques heures après que la NCAA a assoupli la règle qui imposait aux conférences à deux divisions d’organiser la finale de conférence entre le vainqueur de chacune des divisions, la Pac-12 a immédiatement annoncé que les deux équipes ayant le meilleur pourcentage de victoires au terme de la saison régulière seront qualifiées pour le Pac-12 Championship Game, quelque soit leur appartenance à la division North ou South.

Cette décision a été acceptée à la quasi-unanimité par les coachs, les directeurs athlétiques et les conseils d’administration des universités. Avec ce nouveau format, la finale de conférence Pac-12 aurait été différente au cours de cinq des 11 dernières saisons. En 2018, #13 Washington aurait notamment affronté #10 Washington State dans un remake de l’Apple Cup au lieu de Utah.

Bonne saison 2022 à tous !

Lire la suite

Actualité

Le prospect #1 CB Travis Hunter signe à… Jackson State !

Coup de théâtre lors du Early Signing Day : le prospect #1 du recrutement 2022 a fait faux bond aux Seminoles de Florida State avant de rejoindre Deion Sanders à Jackson State.

Publié

le

Ce fût la méga bombe de ce Early Signing Day 2021 : en annonçant son désengagement de Florida State et en faisant un flip à Jackson State, CB Travis Hunter est devenu le premier prospect 5-étoiles d’un cycle de recrutement à signer pour un programme FCS. Prospect #1 du pays qui plus est !

Originaire de Géorgie et ancien lycéen du Collins Hill High School de Suwanee, CB Travis Hunter était promis à Florida State avec qui il s’était engagé en mars 2020. 21 mois plus tard, il y a bien eu quelques visites sur le campus de Georgia mais tout indiquait que le prospect #1 du pays allait signer pour la fac dont il est fan depuis l’enfance.

Il n’en a rien été.

Prenant tout le monde par surprise, CB Travis Hunter s’est débarassé des casquettes de Florida State, Auburn et Georgia lors de sa traditionnelle cérémonie d’annonce de son commitment.

Il s’est alors levé tout en attrapant une casquette des Tigers de Jackson State avant d’enfiler un hoodie des JSU.

Il faut également dire que Deion Sanders nous avait prévenu la veille de ce retentissant coup de théâtre. Lors d’une entrevue avec Barstool (dont il est employé), il avait mentionné vouloir « choquer le pays ».

Certes, la personnalité de Deion Sanders et l’éventualité de gagner rapidement quelques centaines de milliers de dollars d’un contrat NIL qui ne fait aucun doute ont favorisé cette décision totalement inhabituelle. On ne peut s’empêcher de penser que sur le plan sportif, ce choix peut être contestable tant le niveau de jeu peut être grand entre la FCS et l’élite de la FBS.

Pour Jackson State et plus généralement pour les HBCUs (Historically black colleges and universities), c’est un jour historique. Ce renfort de CB Travis Hunter est immense pour un programme de JSU qui vient de remporter le titre de champion de conférence SWAC au terme d’une saison presque parfaite (11-1). Les Tigers affronteront South Carolina State lors du Celebration Bowl, samedi 18 décembre.

Pour les HBCUs, c’est peut-être le coup d’envoi d’une tendance lourde qui pourrait inciter un grand nombre de prospects afro-américains de rejoindre ces facs historiquement noires. Beaucoup d’entre-eux ont déjà considéré les HBCUs parmi leurs finalistes. CB Travis Hunter a franchi le pas.

Du côté de Florida State, la déception est immense. CB Travis Hunter devait être le joyau d’une classe de recrutement prometteuse. Le défection du prospect #1 du pays a eu immédiatement pour conséquence de faire reculer les Seminoles de la 12ème à la 19ème place sur le plan national.

Lire la suite

Actualité

Lincoln Riley quitte Oklahoma pour USC

Coup de tonnerre sur le college football hier lorsque la presse spécialisée américaine a annoncé que le coach qui a conduit trois fois Oklahoma en playoffs en quatre saisons et qui a développé deux quarterbacks vainqueurs du Heisman Trophy, Lincoln Riley, va s’engager avec USC.

Publié

le

Ce week-end, Lincoln Riley avait assuré qu’il ne prendrait pas le poste de coach à LSU laissé vacant par Ed Orgeron, et il n’a pas menti. Le talentueux chef d’orchestre des Sooners va rejoindre la Californie pour prendre la tête du programme de football des Trojans qui se cherche un coach taille patron depuis de longues années.

Suite au renvoi de Clay Helton après deux rencontres, USC était à la recherche d’un entraîneur pour la saison prochaine. Le directeur des sports de la fac californienne, Mike Bohn, a pris son temps pour éviter les erreurs successives de ses prédécesseurs, Pat Haden et Lynn Swann, et il réussit l’un des plus beaux coups de l’histoire du sport selon les médias.

Lincoln Riley Named USC Trojans Head Football Coach
Photo : usctrojans.com

Lincoln Riley succèdera ainsi à Clay Helton, lui-même précédé par Steve Sarkisian et Lane Kiffin, deux anciens coaches assistants du légendaire Pete Carroll. Alors que USC ne peut plus compter sur l’héritage de l’ancien coach et de ses étalons Carson Palmer, Matt Leinart et Reggie Bush pour faire rêver des recrues trop jeunes pour avoir suivi leurs exploits, l’objectif est de repartir sur une base solide pour l’avenir. Avec un premier coup magistral qui ravit des fans des Trojans, qui ont déserté le LA Coliseum cette saison, et des boosters depuis longtemps dans l’attente d’un changement profond.

Même si Riley a qualifié ce départ de décision la plus difficile de sa vie, c’est l’occasion pour lui de monter un programme dominant avec des ressources monstrueuses, celles d’un programme multiple champion national et au potentiel de rouleau-compresseur au sein d’une Pac-12 qui se cherche un porte-étendard. Une perspective alléchante alors que l’avenir d’Oklahoma est plus flou, à l’heure de rejoindre une SEC déjà remplie de candidats aux playoffs. En outre, Riley connait bien la Californie puisqu’il y excelle dans le recrutement, et c’est aussi sans doute l’une des raisons pour lesquelles Mike Bohn l’a recruté alors que les Trojans peinent à convaincre les prospects locaux les plus convoités.

C’est donc un scénario idéal pour USC, qui récupère l’un des coaches les plus réputés du pays, porté sur le jeu offensif, qui sera notamment accompagné de son coordinateur défensif Alex Grinch à Los Angeles. L’onde de choc provoqué par cette annonce a déjà un impact sur le recrutement des Trojans puisque l’ancienne recrue cinq étoiles QB Caleb Williams (Oklahoma) a laissé entendre qu’il pourrait demander un transfert vers USC, tandis que le prospect cinq étoiles RB Raleek Brown a fait savoir que la nouvelle devrait influer sur son choix futur, alors que le Early National Signing Day se tiendra le 15 décembre. Les Sooners ont également vu les prospects 2023 QB Malachi Nelson (5 étoiles), WR Brandon Inniss (5 étoiles) et RB Treyaun Webb (4 étoiles) revenir sur leur engagement verbal avec Oklahoma.

En attendant d’embaucher un successeur à Riley, Oklahoma devrait pouvoir compter sur son ancien coach de légende Bob Stoops pour assurer l’intérim dans le bowl que disputeront les Sooners à l’issue de la saison. Malgré un bilan de 10 victoires pour 2 défaites, les vainqueurs de Big 12 en 2020 ne participeront pas au match pour le titre de conférence après leur défaite ce week-end contre Oklahoma State, qui affrontera Baylor pour le fauteuil de champion.

Lire la suite

Actualité

College Gameday : le guide de la week 5

Suivez le guide pour découvrir le programme complet de la 5ème semaine de la saison régulière de College Football.

Publié

le

Crédit photo : Kevin C. Cox/Getty Images

Voici le programme complet de la week 5 de la saison 2021 :

Le Match de la Semaine

#12 Ole Miss (4-0) @ #1 Alabama (4-0)

Bryant-Denny Stadium, Tuscaloosa, Alabama
Samedi 2 octobre à 15h30 (21h30 en France)
CBS

Pronostic : Alabama 38, Ole Miss 24.

Samedi 2 octobre

À partir de 18h00

#8 Arkansas (4-0) @ #2 Georgia (4-0)

Sanford Stadium, Athens, Géorgie
Samedi 2 octobre à 12h00 (18h00 en France)
ESPN

Pronostic : Arkansas 17, Georgia 14.

#14 Michigan (4-0) @ Wisconsin (1-2)

Camp Randall Stadium, Madison, Wisconsin
Samedi 2 octobre à 12h00 (18h00 en France)
FOX

Pronostic : Michigan 27, Wisconsin 20.

#7 Cincinnati (4-0) @ #9 Notre Dame (4-0)

Notre Dame Stadium, South Bend, Indiana
Samedi 2 octobre à 14h30 (20h30 en France)
NBC

Pronostic : Notre Dame 34, Cincinnati 23

Autres matchs

  • Louisiana-Monroe @ #16 Coastal Carolina à 14h30 (20h30 en France)
  • Louisville @ #24 Wake Forest à 12h30 (18h30 en France)
  • Tennessee @ Missouri à 12h00 (18h00 en France)
  • Charlotte @ Illinois à 12h00 (18h00 en France)
  • Pittsburgh @ Georgia Tech à 12h00 (18h00 en France)
  • Duke @ North Carolina à 12h00 (18h00 en France)
  • Minnesota @ Purdue à 12h00 (18h00 en France)
  • Texas @ TCU à 12h00 (18h00 en France)
  • Memphis @ Temple à 12h00 (18h00 en France)
  • Western Michigan @ Buffalo à 12h00 (18h00 en France)
  • Toledo @ UMass à 12h00 (18h00 en France)
  • Appalachian State @ Georgia State à 14h00 (20h00 en France)
  • USC @ Colorado à 14h00 (20h00 en France)
  • Eastern Michigan @ Northern Illinois à 14h00 (20h00 en France)

À partir de 21h30

#3 Oregon (4-0) @ Stanford (2-2)

Stanford Stadium , Palo Alto, Californie
Samedi 2 octobre à 15h30 (21h30 en France)
ABC

Stanford vs Oregon – Crédit photo : USA TODAY Sports


Pronostic : Oregon 31, Stanford 20.

Autres matchs

  • #6 Oklahoma @ Kansas State à 15h30 (21h30 en France)
  • #10 Florida @ Kentucky à 18h00 (00h00 en France)
  • #11 Ohio State @ Rutgers à 15h30 (21h30 en France)
  • Louisiana Tech @ #23 NC State à 18h00 (00h00 en France)
  • Troy @ South Carolina à 15h30 (21h30 en France)
  • Florida International @ Florida Atlantic à 15h30 (21h30 en France)
  • Syracuse @ Florida State à 15h30 (21h30 en France)
  • Texas Tech @ West Virginia à 15h30 (21h30 en France)
  • Central Florida @ Navy à 15h30 (21h30 en France)
  • Tulane @ East Carolina à 15h30 (21h30 en France)
  • Central Michigan @ Miami (Ohio) à 15h30 (21h30 en France)
  • Ohio @ Akron à 15h30 (21h30 en France)
  • Bowling Green @ Akron à 15h30 (21h30 en France)
  • Nevada @ Boise State à 15h30 (21h30 en France)
  • South Florida @ SMU à 16h00 (22h00 en France)
  • Arkansas State @ Georgia Southern à 16h00 (22h00 en France)
  • Army @ Ball State à 17h00 (23h00 en France)
  • Washington State @ California à 17h30 (23h30 en France)
  • UNLV @ UTSA à 18h00 (00h00 en France)
  • Southern Miss @ Rice à 18h30 (00h30 en France)
  • Air Force @ New Mexico à 18h30 (00h30 en France)

À partir de 01h00

#21 Baylor (4-0) @ #19 Oklahoma State (4-0)

Boone Pickens Stadium, Stillwater, Oklahoma
Samedi 2 octobre à 19h00 (01h00 en France)
ESPN2

Oklahoma State vs Baylor – Crédit photo : Field Level Media

Pronostic : Oklahoma State 24, Baylor 20.

Indiana (2-2) @ #4 Penn State (4-0)

Beaver Stadium, University Park, Pennsylvanie
Samedi 2 octobre à 19h30 (01h30 en France)
ESPN2

Autres matchs

  • Mississippi State @ #15 Texas A&M à 19h00 (01h00 en France)
  • #22 Auburn @ LSU à 21h00 (03h00 en France)
  • Boston College #25 Clemson à 19h30 (01h30 en France)
  • Marshall @ Middle Tennessee à 19h00 (01h00 en France)
  • Liberty @ UAB à 19h00 (01h00 en France)
  • Kansas @ Iowa State à 19h00 (01h00 en France)
  • Western Kentucky @ #17 Michigan State à 19h30 (01h30 en France)
  • Uconn @ Vanderbilt à 19h30 (01h30 en France)
  • Northwestern @ Nebraska à 19h30 (01h30 en France)
  • Louisiana @ South Alabama à 20h00 (02h00 en France)
  • Washington @ Oregon State à 21h00 (03h00 en France)

À partir de 04h00

Arizona State (3-1) @ UCLA (3-1)

Rose Bowl, Pasadena, Californie
Samedi 2 octobre à 22h30 (04h30 en France)
FS1

RB Joshua Kelley, UCLA – Crédit photo : Ralph Fresco, AP

Pronostic : UCLA 31, Arizona State 24.

Autres matchs

  • New Mexico State @ San Jose State à 22h30 (04h30 en France)
  • #14 Iowa State @ UNLV à 22h30 (04h30 en France)
  • Fresno State @ Hawaii à 23h00 (05h00 en France)

Bons matchs à tous !

Lire la suite
Publicité

Preview 2020

Previewil y a 2 ans

Preview 2020 : Ohio State Buckeyes

Menés par un candidat au trophée Heisman, QB Justin Fields, et une attaque de feu, ces Buckeyes d'Ohio State sont-ils...

Previewil y a 2 ans

Preview 2020 : Michigan Wolverines

Un effectif rajeuni, de nouveaux leaders en défense et un nouveau quarterback titulaire : les Wolverines sont-ils suffisamment armés pour...

Previewil y a 2 ans

Preview 2020 : Wisconsin Badgers

Wisconsin a tourné la page "Jonathan Taylor" mais les Badgers sauront-ils préserver leur suprématie sur la division Big Ten West...

Previewil y a 2 ans

Preview 2020 : Alabama à la reconquête de la SEC

Diminués par le départ de la quasi-totalité de ses titulaires, les Tigers de LSU remettent en jeu un titre de...

Previewil y a 2 ans

Preview 2020 : la fin de l’hégémonie d’Oklahoma sur la Big 12 ?

Avec la montée en puissance de Texas, d'Iowa State et d'Oklahoma State, la série de 5 titres de champion de...

Previewil y a 2 ans

Preview 2020 : Clemson accentue sa domination sur la conférence ACC

Champion de conférence en titre, Clemson a imposé sa suprématie sur l'ACC depuis 5 ans. Est-ce que finalement Notre Dame...

Previewil y a 2 ans

Preview 2020 : Commander-in-Chief’s Trophy

Air Force et Navy ont bouclé la saison 2019 dans le Top 25 mais les Falcons et les Midshipmen ont...

Previewil y a 2 ans

Preview 2020 : Texas A&M Aggies

Pour sa 4ème saison à la tête des Aggies, QB Kellen Mond possède tous les playmakers autour de lui pour...

Previewil y a 2 ans

Preview 2020 : LSU Tigers

LSU a tourné la page de la fabuleuse saison dernière mais ces Tigers version 2020 désormais menés par QB Myles...

Previewil y a 2 ans

Preview 2020 : Alabama Crimson Tide

Écarté des playoffs en 2019 et pillé par la NFL au printemps, le Crimson Tide d'Alabama reste la référence dans...

Articles les plus lus