Suivez-nous

Preview

Les 10 candidats au trophée Heisman 2018

Présentation de tous les favoris et les prétendants pour l’obtention du trophée Heisman 2018.

Crédit photo : USA Today

Publié

le

C’est bien connu, « There is no “I” in team, but there is one in win… ». Depuis 1935, le trophée Heisman récompense « un joueur universitaire exceptionnel dont la performance démontre le mieux la recherche d’excellence avec intégrité ». Mais n’est-ce pas plutôt simplement le meilleur joueur de la meilleure équipe ? Pure question de sémantique, sans doute…

Embed from Getty Images

La liste des vingt derniers vainqueurs inclut seize quarterbacks et quatre running backs (en comptant Reggie Bush (USC), déchu de son titre de 2005 et qui, assez ironiquement, est le joueur ayant totalisé le plus grand pourcentage de points dans l’histoire du vote). Le dernier receveur à avoir remporté le trophée est Desmond Howard (Michigan) en 1991. Le dernier défenseur ? Charles Woodson (Michigan) en 1997, grâce en partie à ses prouesses en retour de punt. La vaste majorité des récents couronnés appartient à des équipes qui ont terminé dans le très haut du classement, Les dernières exceptions majeures sont Lamar Jackson (QB Louisville) en 2016 et Robert Griffin III (QB Baylor) en 2011 avant lui.

Les critères d’intégrité et de caractère exceptionnel sur et en-dehors du terrain semblent désormais accessoires comme l’a prouvé l’an dernier la victoire de Baker Mayfield (QB Oklahoma). Mais, après tout, qu’importe le chambrage et l’attitude, c’est avant tout la production sur le terrain qui compte. Il est également quasiment impossible de faire le doublé à l’Heisman. Le dernier à avoir conservé sa couronne est Archie Griffin (RB Ohio State) en 1974 et 1975, malgré quelques candidats sérieux à leurs propres successions, citons par exemple Tim Tebow (QB Florida) ou Lamar Jackson. Il semblerait que le tenant du titre soit tenu à des standards quasiment inaccessibles.

Autant dire que compiler la liste des prétendants à l’Heisman 2018 ne relève pas du génie : selon toute probabilité, le vainqueur sera le QB d’une équipe qui se qualifiera pour le playoff. Évidemment, comme tous les ans, un joueur inattendu crèvera les écrans de télévision de la Cote Est pour s’inviter dans la danse et se faire coiffer sur le poteau par un plus gros poisson. Quoiqu’il en soit, désolé Ed Oliver (DT Houston), être le meilleur joueur de College Football ne garantit plus de remporter le trophée Heisman mais offre peut-être néanmoins une invitation à New York début décembre pour assister au triomphe de…

RB Jonathan Taylor, Wisconsin

Embed from Getty Images

Sixième de l’exercice 2017, le sophomore star de Wisconsin est le mieux placé pour remporter le trophée cette année. Fort de 1977 yards (à 6.6 yards de moyenne par course) et 13 TD l’an dernier, Jonathan Taylor pourra compter sur la meilleure ligne offensive de la B1G, et peut-être du pays, qui retourne quatre de ses cinq pièces maîtresses. Les Badgers se rendent à Iowa et à Northwestern dans la division Ouest et croisent avec Michigan et Penn State dans la division Est, à chaque fois loin de Madison. Même s’ils évitent les deux favoris de l’Est, Michigan State et Ohio State, les Badgers jouent leurs quatre adversaires les plus coriaces à l’extérieur mais restent tout de même favoris pour remporter leur division et valider, enfin, leur ticket pour le playoff. Si QB Alex Hornibrook parvient à améliorer son ratio touchdown/interception (25/15 en 2017), les défenses adverses devront davantage se méfier de son bras, ce qui laissera encore plus de place à Jonathan Taylor pour gambader joyeusement dans les backfields adverses. On connaît Wisconsin, ce sera une orgie de jeu au sol pour leur RB vedette et la barre des 2000 yards se présente plus comme une formalité que comme un objectif. Ajoutez à cela à un titre de conférence B1G et une qualification en playoff, et la statuette en bronze atterrira sur les bords du lac Mendota.

RB Bryce Love, Stanford

Embed from Getty Images

2118 yards (8.1 yds/course) et 19 TD ont fait de Bryce Love le meilleur running back de FBS en 2017 et lui ont valu une deuxième place au vote de l’Heisman. Rien d’inconnu pour Stanford, qui place l’un des ses protégés sur la deuxième marche du podium pour la cinquième fois depuis 2009. 2018 sera-t-elle l’année où un joueur du Cardinal atteint enfin le Graal ? Bryce Love jouera derrière la même ligne offensive que l’an passé, déjà l’une des toutes meilleures du pays en 2017. Le senior du Cardinal, qui a fait la sourde oreille aux sirènes de la NFL pour terminer son cursus universitaire à Palo Alto, devrait à nouveau approcher les deux kilomètres à la course et recevoir son invitation à New York pour la cérémonie du 8 décembre. Sa place sur le podium dépendra en grande partie du parcours de Stanford, étant entendu qu’il est quasiment impératif pour un running back que son équipe brille lors de la saison. Avec la venue de USC et un déplacement à Oregon pour entamer le calendrier de la Pac-12, il ne faudra pas de raté à l’allumage, d’autant que le Cardinal se rend à Washington début novembre pour ce qui devrait constituer la finale de la division Nord. Le déplacement à Notre Dame fin septembre permettra aussi à Stanford de s’étalonner face à un autre gros candidat au playoff. Autant dire que si Bryce Love brille dans ces confrontations face aux solides défenses des Huskies et de l’Irish, il cimentera un peu plus sa voie royale vers l’Heisman.

Le quarterback d’Alabama

Embed from Getty Images

On se permet de punter sur ce coup-là, attendant toujours le coup de fil de Nick Saban pour nous informer de son choix de QB titulaire pour la saison à venir. Tua Tagovailoa a certes électrisé le Mercedes-Benz Stadium d’un petit coup de poignet pour offrir le titre 2017 à Alabama mais rien ne laisse encore présager que Jalen Hurts (2081 yards et 17 TD à la passe / 855 yards et 8 TD à la course en 2017) ne sera pas le titulaire contre Louisville le 1er septembre. Si les fans du Tide réclame Tua à corps et à cris, le gourou Saban n’a qu’une ligne de conduite quand il s’agit du management offensif de son équipe : protéger le ballon. Et à ce petit jeu, Jalen Hurts n’a qu’une interception en 255 passes tentées en 2017 contre deux interceptions en 77 passes pour Tua Tagovailoa. Avec RB Damien Harris et RB Najee Harris, le Crimson Tide a peut-être la meilleure attaque de l’ère Saban à Alabama, ce qui devrait donner quelques cauchemars aux coordinateurs défensifs adverses, mais aussi permettre à Coach Saban d’y mettre aux commandes un manager à sang froid plutôt qu’un feu-follet. Même si un quarterback d’Alabama n’a jamais remporté le trophée Heisman, Bama pourrait terminer la saison invaincu avec un bazillion de points marqués à chaque rencontre. Donnez-en une petite moitié à son QB titulaire et l’Heisman pourrait suivre tout naturellement.

QB Will Grier, West Virginia

Embed from Getty Images

L’ancien QB de Florida, transféré à West Virginia en 2016, devrait aligner cette année une feuille de stats comme vous n’en rêvez même pas en jeu vidéo. Pour sa seconde saison dans le système de Dana Holgersen et avec WR Gary Jennings et WR David Sills à qui lancer, le quarterback des Mountaineers (3490 yards et 34 TD en 2017) va faire flasher les tableaux d’affichage comme si c’était Noël toutes les semaines dans la Big 12. Cela provoquera évidemment un buzz incroyable mais ses chances à l’Heisman résident dans la capacité de WVU à bien figurer en conférence (ce qui n’est pas arrivé depuis que les Mountaineers ont rejoint la Big 12 en 2012) et pourquoi pas à aller chercher un titre de champion dans une conférence plus ouverte que jamais. Une solide performance contre Tennessee en ouverture de la saison serait le meilleur moyen de marquer les esprits mais tout se jouera en novembre avec les déplacements à Texas et Oklahoma State et la venue de TCU et Oklahoma, excusez du peu. Avant de peut-être rejouer l’une de ces quatre équipes lors du Big 12 Championship début décembre.

QB Trace McSorley, Penn State

Embed from Getty Images

Sorti de l’ombre de Saquon Barkley (RB NY Giants), le prolifique quarterback de Penn State (3570 yards et 28 TD à la passe / 491 yards et 11 TD à la course en 2017) est bien décidé à continuer son impressionnant parcours footballistique (77 victoires pour 5 défaites en lycée et université) et à accumuler les records de passes et de touchdowns à PSU. Sa série de 28 matchs consécutifs avec au moins une passe de TD est un record de l’école et la plus longue série en cours en NCAA. Trace McSorley est l’un des meilleurs QB, si ce n’est le meilleur, dans le « money time » et son habilité à porter le ballon en fait une arme à double tranchant redoutable. Véritable poumon de l’attaque des Nittany Lions, même l’an passé avec Saquon à ses côtés, il devra composer avec pas mal de nouvelles têtes parmi les titulaires offensifs mais le calendrier pourrait lui être favorable puisque Ohio State, Michigan State et Wisconsin se rendront tous à Beaver Stadium cet automne. Si les Lions accrochent cette place en playoff qui les fuit depuis deux ans, il sera difficile de ne pas inviter Trace McSorley à la cérémonie de l’Heisman. Et le compétiteur qu’il est n’irait alors pas à New York pour faire de la figuration…

QB Jake Browning, QB Washington

Embed from Getty Images

La majorité des observateurs vous dirait que la production de Jake Browning (2719 yards et 19 TD en 2017) a été à la baisse en 2017 par rapport à sa saison 2016, et ce malgré trois TD de plus et un nombre d’interceptions divisé par deux. Malgré cette relative « mauvaise » saison, le quarterback des Huskies à terminé à la sixième place de l’Heisman. Pour sa dernière année à Washington, on peut s’attendre à une amélioration dans toutes les catégories statistiques, ce qui ferait de Jake Browning un candidat plus que sérieux à un podium à New York. Évidemment, il faudra palier l’absence de Dante Pettis (WR SF 49ers) mais Washington pourra compter sur RB Myles Gaskin pour enlever de la pression des épaules de son QB. Les Huskies sont favoris pour remporter la division Nord de la Pac-12 et devront pour cela négocier un déplacement délicat à Oregon mi-octobre. Cette division se jouera sans doute avec la venue de Stanford début novembre et une place en playoff probablement contre USC à Santa Clara le 30 novembre, si les Huskies parviennent toutefois à battre Auburn en ouverture de leur saison le 1er septembre à Atlanta. Peu importe alors si UW se fait manger tout cru en demi-finale du playoff, comme en 2016 contre Alabama, puisque le vote de l’Heisman aura été décidé depuis longtemps.

QB Jake Fromm, Georgia

Embed from Getty Images

Il y a au moins trois obstacles majeurs sur la route de New York pour Jake Fromm. Sans aucun ordre particulier : QB Justin Fields, le fameux « sophomore slump » et Alabama. On pourrait ajouter à cette liste que Nick Chubb (RB Cleveland Browns) et Sony Michel (RB NE Patriots) sont partis avec la moitié de la production offensive des Bulldogs mais RB D’Andre Swift est sans doute le plus talentueux des trois, et également un candidat à l’Heisman. Après avoir pris les rênes de l’attaque des mains de QB Jacob Eason, Jake Fromm (2615 yards et 24 TD en 2017) a emmené ses Dawgs jusqu’en finale nationale après notamment un Rose Bowl épique contre Oklahoma. Mais un autre freshman, Justin Fields, attend dans l’ombre avec le mord aux dents. Si Jake Fromm connaît un déclin statistique, ce qui n’est pas à exclure après une solide saison de freshman, il pourrait très bien perdre sa place de titulaire et ne jamais la récupérer. S’il parvient à rester le numéro 1, Georgia est favori pour remporter la division Est de la conférence SEC (méfiance tout de même au Cocktail Party contre Florida) et la probable finale de conférence contre Alabama pourrait déterminer du sort de Jake Fromm dans cette course à l’Heisman.

QB Shea Patterson, Michigan

Embed from Getty Images

Il est grand temps que Jim Harbaugh ait un quarterback digne de ce nom à Michigan. La solution était peut-être tout simplement d’en récupérer un déjà établi, et c’est ce dont les Wolverines héritent avec Shea Patterson. Le transfert d’Ole Miss (2259 yards et 17 TD en 2017) devrait instantanément améliorer l’attaque aérienne de Michigan qui retourne, en outre, ses huit meilleurs receveurs de la saison passée. Petit bémol néanmoins, l’ancien Rebel n’a gagné que 8 de ses 15 confrontations contre des équipes des conférences Power 5. Avec un gros rendez-vous le 1er septembre à Notre Dame, la venue de Penn State et Wisconsin à la Big House et les déplacements chez le « petit frère » Michigan State et chez l’ennemi juré Ohio State (qui a remporté 13 de leurs 14 derniers matchs !), la route de l’Heisman est semée d’embûches pour Shea Patterson, et les attentes seront d’un tout autre calibre à Ann Arbor qu’à Oxford. On ne joue pas pour le programme le plus victorieux du College Football sans un minimum de pression…

QB Jarrett Stidham, Auburn

Embed from Getty Images

Après un début de saison 2017 délicat, l’ancien joueur de Baylor a trouvé son rythme de croisière et positionné Auburn dans la conversation du playoff malgré les deux défaites en saison régulière des Tigers. Les victoires convaincantes sur Georgia et Alabama ont bien évidemment pesé lourd dans cette balance et placé Jarrett Stidham (3158 yards et 18 TD en 2017) parmi les favoris au trophée Heisman cette saison. S’il veut succéder à Cam Newton, dernier joueur des Tigers à avoir soulevé le trophée, le QB d’Auburn devra à nouveau briller contre les Dawgs et le Tide, mais cette fois à Athens et Tuscaloosa. Il faudra aussi faire forte impression contre la solide défense de Washington le 1er septembre à Atlanta. Le tout sans le support au sol de Kerryon Johnson (RB Detroit Lions) et Kamryn Pettway (RB Minnesota Vikings) mais avec ses cinq principaux receveurs de la saison dernière.

QB Justin Herbert, Oregon

Embed from Getty Images

S’il ne remporte pas le trophée Heisman en 2018, le massif quarterback d’Oregon (1m98 pour 108 kilos) pourra se consoler avec une sélection au premier tour de la Draft NFL 2019. Avant sa blessure à la clavicule contre Cal l’an passé, Justin Herbert (1983 yards et 15 TD en 2017) menait l’attaque la plus prolifique de FBS après quatre matchs. S’il conserve la santé cette saison, il devrait placer les Ducks dans la course à la Pac-12 pour la première saison de Mario Cristobal aux commandes de l’équipe. Le calendrier est plutôt favorable avec trois promenades de santé hors conférence (Bowling Green, Portland State et San Jose State) et les venues à Autzen Stadium de Stanford et Washington. Et, cerise sur le gâteau, Oregon évite USC en saison régulière. Si les Ducks marquent 40 points par match, en devant remplacer Royce Freeman (RB Denver Broncos), et s’avèrent être de sérieux prétendants au titre de la Pac-12, tout est possible pour leur QB.

Autres prétendants

(par ordre alphabétique)

RB AJ Dillon, Boston College : peut-être le meilleur running back du pays mais BC ne verra ni la finale de conférence de l’ACC ni le playoff. Rédhibitoire…

RB JK Dobbins, Ohio State : ses 1403 yards (à 7.2 yards de moyenne par course) en 2017 sont certainement honorables mais il y a de la compétition au poste dans la conférence (Hello, Jonathan Taylor !) et au sein même de sa propre équipe (Hello, Dwayne Haskins !).

QB Nick Fitzgerald, Mississippi State : avec Joe Moorhead désormais aux commandes, l‘attaque des Bulldogs devrait ronronner à plus de 35 points par match et Nick Fitzgerald devrait être une double-menace létale. Suffisant pour attirer les regards des votants de l’Heisman ? Sans doute. Suffisant pour glaner leurs votes ? Rien n’est moins sûr.

RB Myles Gaskin, Washington : le meilleur joueur de la meilleure équipe de la Pac-12 devrait être dans la discussion pour l’Heisman mais il partagera les votes avec son quarterback et n’aura pas las monstrueuse production de Bryce Love.

QB Dwayne Haskins, Ohio State : si JT Barrett n’a pas remporté le trophée Heisman, il sera difficile pour son remplaçant de convaincre le jury. Plus problématique encore, la vraie star de l’équipe est son running back titulaire.

QB Trevor Lawrence / Kelly Bryant, Clemson : l’un de ces deux-là mènera l’attaque de Clemson cet automne mais c’est avec leur défense (et leurs quatre premiers tours de Draft NFL 2019 en ligne défensive ?) que les Tigers vont dominer la conférence ACC.

QB Brian Lewerke, Michigan State : le QB de Sparty sera l’un des meilleurs de la B1G et Michigan State a tous les atouts pour remporter sa division (Michigan et Ohio State se rendant à East Lansing) mais un podium à l’Heisman semble hors de portée pour le peu flashy Brian Lewerke.

QB McKenzie Milton, Central Florida : le QB des champions en titre (cough, cough…) tentera de remettre le couvert en 2018, cette fois sans Scott Frost pour mener les troupes. Les 4000 yards devraient être au rendez-vous mais McKenzie Milton manquera celui de New York malgré une campagne de relations publiques commencée dès ce printemps par UCF.

QB Kyler Murray, Oklahoma : le prodige d’Oklahoma qui a signé un contrat avec les Oakland Athletics en MLB aura du mal à soutenir la comparaison avec Baker Mayfield, vainqueur de l’Heisman l’an passé.

QB Khalil Tate, Arizona : l’explosif QB des Wildcats va martyriser une défense ou deux mais il faudra être (trop ?) monstrueux pour compenser la faiblesse relative d’Arizona dans la Pac-12.

QB Brandon Wimbush, Notre Dame : ND devrait avoir sa meilleure attaque de l’ère Brian Kelly et pourrait pousser pour une place en playoff mais Brandon Wimbush doit encore prouver qu’il est l’homme de la situation à South Bend. Chaque chose en son temps, donc.

Il y a aussi ceux dont on entendra parler à un moment ou l’autre dans la saison mais qui n’ont que peu de chances de figurer dans les finalistes : RB Cam Akers (Florida state), QB Jake Bentley (South Carolina), QB Ryan Finley (NC State), RB Damien Harris (Alabama), QB Drew Lock (Missouri) ou encore QB Malik Rosier (Miami).

Membre de la Football Writers Association of America, Blaise Collin est un passionné de football universitaire et de NFL, passé par l'Idaho et basé en Californie depuis 2018. Après avoir contribué au site elitefoot.com, il a rejoint la rédaction de 4th&Goal en 2013. Il partage désormais sa vision du football sur The Blue Pennant et sur footballamericain.com.

Publicité
Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Preview

Preview 2020 : USC Trojans

Les Trojans ont fait un grand ménage au sein du programme et ils comptent sur QB Kedon Slovis pour faire de nouveau de USC la forteresse du college football de la côte Ouest.

Publié

le

Crédit photo : Stephen Dunn/Getty Images

50 previews en 50 jours, c’est une série estivale de 50 présentations exclusives préparées par toute l’équipe TBP afin de vous permettre de tout savoir concernant la prochaine saison de College Football. On retrouve aujourd’hui les Trojans de USC.

USC Trojans

Conférence Pac-12

Division South
 

En 2019 : 8-5, 7-2 Pac-12. Holiday Bowl : défaite contre Iowa (24-49)
Head coach : Clay Helton, 5e année (40-22) – Résultats en carrière : 40-22.
Coordinateur offensif : Graham Harrell.
Coordinateur défensif : Todd Orlando.
Titulaires de retour : 18, 8 en attaque, 9 en défense, kicker, punter.
Joueurs-clés partis : WR Michael Pittman, OT Austin Jackson, OT Drew Richmond, DE Christian Rector, LB John Houston.
Joueurs à suivre : QB Kedon Slovis, WR Tyler Vaughns, WR Amon-Ra St Brown, OL Alijah Vera-Tucker, DT Jay Tufele, DE Drake Jackson, LB Palaie Gaoteote, CB Chris Steele, CB Isaac Taylor-Stuart, CB Olaijah Griffin, SS Talanoa Hufanga.

Vague de fraîcheur sur la Californie alors que de gros efforts ont été réalisés pour débarrasser USC de sa réputation sulfureuse ; nouveau président de l’université, nouveau directeur des sports et refonte complète du coaching staff défensif. Le seul qui échappe à la moulinette jusqu’ici, c’est bel et bien l’éternel coach Clay Helton, prêt à entamer sa cinquième saison à la tête des Trojans.

Aussi bien apprécié de sa hiérarchie et de ses joueurs pour son caractère que conspué par la fanbase des Trojans pour sa mauvaise gestion sportive, il sera l’une des attractions de la saison en college football. En cas de nouvelle campagne décevante, Helton devrait finalement faire ses valises. Si le programme de LA a bouclé 2019 avec des victoires sur chaque équipe de la Division South, il manque encore la recette pour s’imposer face aux grosses oppositions, comme Washington, Notre Dame, Oregon ou Iowa.

Avec son bilan famélique de 13-12 sur les deux dernières saisons et deux classes de recrutement consécutives bien en-dessous des standards à USC, l’objectif minimum pour Clay Helton sera de remporter le titre de Division South qu’il n’a remporté qu’une seule fois, en 2017, en dépit d’un des rosters les plus talentueux du pays chaque saison. Avec des vétérans et des playmakers plein l’effectif, les Trojans ont les ressources pour aller encore plus loin, à condition de progresser significativement en défense et de ne pas s’effondrer à nouveau sous la pression.

QB Kedon Slovis (#9) – Crédit photo : Jayne Kamin-Oncea-USA TODAY Sports

L’attaque aérienne comme plan de bataille

L’arrivée de Graham Harrell comme coordinateur offensif l’an dernier a bousculé l’attaque traditionnelle de USC. Le système Air Raid établi par l’ancien disciple de Mike Leach, bien qu’extrêmement basique et composée surtout de passes courtes, a complètement explosé dès sa première année d’instauration, malgré un quarterback titulaire true freshman aux manettes.

Il faut dire que QB Kedon Slovis (3 502 yards, 30 TD, 9 INT en 2019 est le candidat parfait pour diriger cette attaque et il a pu le montrer dès l’an dernier. Désormais sophomore, probablement plus malin et patient, des qualités qui lui ont parfois manquées l’an dernier, il figure déjà parmi les prétendants au Heisman Trophy. Le jeune premier avait raflé le poste l’an dernier après la blessure de JT Daniels, aujourd’hui transféré à Georgia. Légère inquiétude cependant concernant la capacité à rester entier toute la saison, alors que Slovis a manqué plusieurs rencontres l’an dernier sur blessure. Malgré les départs de Daniels et Jack Sears (Boise State), la présence du vétéran QB Matt Fink (648 yards, 4 TD, 5 INT) en doublure et le transfert du senior QB Mo Hasan en provenance de Vanderbilt devraient cependant rassurer les pessimistes

Évidemment, si le système Air Raid a fonctionné aussi bien à USC avec un quarterback sans expérience, c’est aussi grâce au talent délirant de l’escouade de receveurs. Réputé ces dernières années pour avoir sorti Robert Woods, Marqise Lee, Nelson Agholor, Juju Smith-Schuster et Michael Pittman, USC pourra encore compter sur un groupe de très haut niveau. Comme en 2019, l’attaque devrait s’articuler sur des passes courtes avant de profiter des qualités de playmaker des receveurs pour remonter le ballon au maximum.

Si Pittman est parti, WR Amon-Ra St Brown (77 réceptions, 1 042 yards, 6 TD) et WR Tyler Vaughns (74 réceptions, 912 yards, 6 TD) sont largement capables d’assurer, avec le retour sur l’extérieur du jeune WR Drake London (39 réceptions, 567 yards, 5 TD), également joueur de basketball à USC et true freshman en 2019. L’ancien prospect cinq étoiles et équipier de St Brown à Mater Dei, WR Bru McCoy, est attendu au tournant après une année redshirt imposée pour son histoire rocambolesque de transfert depuis USC vers Texas, avant de faire le chemin inverse quelques semaines plus tard. Le true freshman WR Gary Bryant, l’une des deux seules recrues quatre étoiles de l’équipe en 2020, devrait rapidement jouer un rôle au sein de cette attaque.

Bien que secondaire, le jeu au sol pourra compter sur un groupe blindé avec les vétérans RB Vavae Malepeai (503 yds, 6 TD) et RB Stephen Carr (396 yds, 5 TD), ainsi que les sophomores RB Markese Stepp (307 yds, 3 TD) et RB Kenan Christon (373 yds, 2 TD). L’approche initiale devrait être celle d’un running back by committee avec des portées partagées équitablement en attendant l’hypothétique émergence d’un coureur comme titulaire. On s’attend évidemment à pas mal de passes à destination des running backs  pour ouvrir des espaces.

WR Amon-Ra St Brown (#8) – Crédit photo : USC Athletics

L’OL fait également peau neuve avec le retour de Tim Drevno comme coach, après un exil à Michigan. La protection de passe sera déterminante dans la réussite offensive des Trojans alors qu’il s’agissait du gros point faible de USC en 2019 et la lourde perte d’Austin Jackson à gauche devrait être compensée par l’ancien guard All-Pac-12 OL Alijah Vera-Tucker, qui assurera donc le rôle de left tackle. Avec OT Jalen McKenzie désormais indéboulonnable à droite et C Brett Neilon et OG Andrew Vorhees à l’intérieur, cette ligne doit montrer des progrès significatifs si les huit freshmen en réserve contribuent efficacement à la rotation.

Plus d’expérience et toujours autant de talent en défense

La défense retrouve presque tous ses titulaires, avec une relève déjà assurée pour compenser les quelques départs. Le coaching staff a cependant subi un lifting radical. Clancy Pendergast a donc été remercié et l’ancien coordinateur défensif de Texas Todd Orlando sera chargé de remettre sur pieds une défense apathique en 2019. Vu comme un choix par défaut par la fanbase californienne, l’embauche d’Orlando s’accompagne d’un changement de système, avec le passage à une défense 3-4.

Impopulaire à Texas où les fans et les joueurs des Longhorns attendaient son éviction, le nouveau DC des Trojans pourra faire ses débuts en Californie avec un groupe complet et talentueux à disposition. DT Jay Tufele (42 plaquages, 6.5 pour perte dont 4.5 sacks), l’un des meilleurs à son poste à l’Ouest, et DE Drake Jackson (46 plaquages, 11.5 pour perte dont 5.5 sacks), Freshman All-American en 2019, auront pour objectif de limiter les big plays pour une défense qui a terminé l’an passé au 101e rang national.

Le départ du titulaire de longue date John Houston pourrait être préjudiciable, à moins que l’ancien prospect cinq étoiles LB Palaie Gaoteote (58 plaquages, 3 pour perte) ne passe le cap espéré pour sa troisième saison. Il sera accompagné d’une constellation d’anciennes recrues quatre ou cinq étoiles, avec LB Jordan Iosefa (38 plaquages, 4 pour perte dont 2 sacks, 4 passes défendues en 2018) et LB Kana’i Mauga (59 plaquages, 7 pour perte dont 3 sacks, 1 INT) pour contrôler le milieu de la défense. Ce dernier avait assuré l’intérim l’an passé en l’absence sur blessure de Iosefa.

DL Jay Tufele (#78) – Crédit photo : Alicia de Artola/Reign of Troy

Très efficace contre la passe l’an dernier malgré de nouveaux titulaires, la secondary des Trojans doit cependant faire mieux dans les plaquages pour éviter les nombreux big plays encaissés en 2019. Heureusement, les trois vedettes CB Olaijah Griffin (37 plaquages, 9 passes défendues), CB Chris Steele (35 plaquages, 5 passes défendues) et CB Isaac Taylor-Stuart (36 plaquages, 1 INT) ont plus d’expérience et devraient provoquer bien plus de turnovers. DB Greg Johnson (35 plaquages, 1 sack, 4 passes défendues, 2 INT) sera de retour comme nickelback où il s’était imposé, avec l’hydre à deux têtes FS Isaiah Pola-Mao (73 plaquages, 5.5 pour perte, 1.5 sack, 4 INT) – SS Talanoa Hufanga (90 plaquages, 7.5 pour perte dont 3.5 sacks, 3 passes défendues) en couverture. Trop souvent blessé, ce dernier reste l’un des tout meilleurs safeties du pays et un joueur polyvalent capable d’évoluer un peu partout sur le terrain.

Les special teams pourraient également passer un cap avec le recrutement du réputé Sean Snyder comme entraîneur, tandis que le kicker, le punter et le long snapper des Trojans seront tous de retour. Le nombre impressionnant de joueurs explosifs dans l’effectif laisse envisager une importante rotation pour retourner les coups de pieds afin de conserver les joueurs frais.

Conclusion

Après des années à faire les gros titres des journaux pour un tas de frasques extra-sportives, USC est déterminé à faire le ménage et un grand coup de balai a été donné au sein de l’encadrement. L’objectif de revenir au plus haut niveau a également engendré de profonds changements dans le coaching staff. Encore rescapé, Clay Helton aura besoin de résultats sur le terrain cette année avec un titre de division. C’est le minimum pour un effectif pétri de playmakers et de talents à tous les postes. Pour rêver en grand, il faudra forcément faire mieux contre les programmes majeurs au calendrier, face à qui USC n’a absolument pas à rougir en termes de qualité d’effectif et de star power. En difficulté dans le recrutement et au niveau sportif, le programme de LA se doit de retrouver son niveau historique de forteresse du college football de la côte Ouest. Même si Helton est l’incarnation parfaite de la devise des Trojans, “Fight On”, alors qu’il se bat pour son poste depuis des années, il lui manque sans doute ce truc qui différencie un bon coach d’un grand coach et ses heures semblent compter à LA, sauf progression notoire et résultats à la hauteur en 2020. Le principal espoir des fans de USC demeure ainsi Kedon Slovis, qui pourrait sauver son coach et son équipe avec ses performances comme l’avait fait Sam Darnold il y a quelques années.

Évaluation
  • Attaque
  • Défense
  • Équipes spéciales
  • Coaching
  • Potentiel
4

Résumé

Points forts
– L’attaque aérienne dévastatrice de Graham Harrell et Kedon Slovis.
– Une secondary au potentiel délirant.
– Beaucoup de titulaires de retour en 2020.

Points faibles
– Des remplaçants inexpérimentés au sein de l’OL.
– Le front seven devra vite s’adapter au nouveau système 3-4.
– Un recrutement bancal lors des deux dernières saisons.

Lire la suite

Preview

Preview 2020 : UCLA Bruins

Une attaque aérienne en progrès mais une défense perméable et des résultats décevants : assistons-nous déjà aux derniers jours de l’ére Chip Kelly à UCLA ?

Publié

le

Crédit photo : Scott Chandler

50 previews en 50 jours, c’est une série estivale de 50 présentations exclusives préparées par toute l’équipe TBP afin de vous permettre de tout savoir concernant la prochaine saison de College Football. On retrouve aujourd’hui les Bruins de UCLA.

UCLA Bruins

Conférence Pac-12

Division South
 

En 2019 : 4-8, 4-5 Pac-12.
Head coach : Chip Kelly, 3e année (7-17) – Résultats en carrière : 53-24.
Coordinateur offensif : Justin Frye.
Coordinateur défensif : Jerry Azzinaro.
Titulaires de retour : 10, 7 en attaque, 3 en défense.
Joueurs-clés partis : RB Joshua Kelley, WR Theo Howard, TE Devin Asiasi, OL Chris Murray, DB Darnay Holmes.
Joueurs à suivre : QB Dorian Thompson-Robinson, RB Demetric Felton, WR Kyle Philips, WR Chase Cota, DE Osa Odighizuwa, NT Otito Ogbonnia, CB Jay Shaw, SS Stephan Blaylock, FS Quentin Lake.

Déjà la troisième année pour Chip Kelly à Westwood et il faut bien avouer que l’ancien coach d’Oregon a connu un retour chaotique dans la conférence Pac-12. Attendu comme le messie par les Bruins, son aura n’a pas encore su faire la différence. À sa décharge, la mission impossible qu’il a acceptée, celle de remettre UCLA à sa place historique parmi les programmes majeurs du college football, demande du temps et de la patience.

Surtout, le style explosif de Kelly a été repris à toutes les sauces en Pac-12 et personne n’est plus pris de court par le génie offensif de l’ex-coach des Philadelphia Eagles. C’est ce qui explique la désillusion vécue l’an dernier, alors que les fans s’attendaient à des signes de progression pour la deuxième année du coach à la tête de la fac de LA. Au final, UCLA a bouclé la saison sur un pathétique bilan de 4-8, presque devenu un standard, sans participation à un bowl.

Les plus virulents estiment que l’équipe a même régressé lors des deux dernières années, les autres reconnaissent une progression modeste qui s’explique notamment par une ribambelle de blessures et l’inexpérience d’un effectif encore jeune. Néanmoins, il faut souligner l’irrégularité chronique qui a caractérisé les Bruins en 2019, tandis que les joueurs de Chip Kelly étaient encore en course pour le titre de division en novembre, signe d’une Division South où personne n’émerge réellement. Reste à voir quelle est la place de UCLA dans la chaîne alimentaire de la Pac-12 cette saison, après des années à servir de punching ball.

QB Dorian Thompson-Robinson – Crédit photo : Kelvin Kuo, AP

Please stand up

Titulaire depuis l’arrivée de Kelly en Californie, QB Dorian Thompson-Robinson (2 701 yards, 21 TD, 12 INT en 2019) reprendra donc son poste, tenu avec plus ou moins de brio durant sa jeune carrière. Capable du meilleur, comme face à Washington State en 2019 avec ses 7 touchdowns, comme du pire, il est encore trop irrégulier pour permettre à UCLA de se reposer uniquement sur lui. C’est pourquoi un concurrent de taille a débarqué sur le campus de Westwood, QB Colson Yankoff, transféré de Washington et ancien prospect de renom, afin de bousculer la hiérarchie si besoin est.

Point faible des Bruins depuis de trop longues années, la ligne offensive semble toujours aussi fragile, malgré la présence de OT Sean Rhyan et du solide OT Jake Burton sur les extérieurs. Le polyvalent OL Duke Clemens sera chargé d’occuper un rôle de guard ou de center mais l’effectif reste mince, surtout depuis le transfert de Chris Murray vers Oklahoma. L’intérieur de la ligne devrait souffrir toute la saison si aucun signe de progression ne transpire d’une OL régulièrement en difficulté.

Il ne s’agit cependant pas de la seule faiblesse offensive à UCLA puisque l’escouade de receveurs semble assez faible, avec plusieurs pertes, dont trois transferts au poste de tight end et le départ du vétéran Theo Howard pour Oklahoma. Le meilleur receveur de retour n’est autre qu’un running back et WR Kyle Philips (60 réceptions, 681 yards, 5 TD), spécialiste du slot, est attendu comme le leader de l’unité après avoir établi le record de réceptions pour un freshman à UCLA.

WR Chase Cota (25 réceptions, 350 yards, 3 TD) et WR Jaylen Erwin (32 réceptions, 339 yards, 2 TD) sont également priés de passer un cap, ce qui devrait se faire si le quarterback titulaire le permet avec un niveau de jeu satisfaisant. Les jeunes WR Charles Njoku et WR Logan Loya, recrue quatre étoiles, attendent leur moment pour briller et il devrait arriver très rapidement.

WR Kyle Phillips – Crédit photo : Joe Akira/Daily Bruin staff

Le jeu au sol semble finalement être la véritable force de cette équipe, malgré le départ de Joshua Kelley pour la NFL. Le vétéran RB Demetric Felton (331 yards, 1 TD et 55 réceptions, 594 yards, 4 TD), meilleur coureur et receveur de retour cette année, devrait occuper le rôle de titulaire. Ancien receveur, il offre cependant peu de garanties derrière une ligne instable. Il sera ainsi épaulé par l’imposant RB Brittain Brown, transfuge de Duke, de retour après une blessure grave. RB Kazmeir Allen (63 yards) pourrait également se mettre en évidence, peut être même suffisamment pour s’attribuer le rôle de titulaire.

Une défense aérienne souvent enrhumée

Même combat pour la défense, qui se bat contre elle-même la plupart du temps. 113e défense du pays en 2019, avec 34.8 points de moyenne encaissés par match, elle n’est clairement pas la priorité de Chip Kelly, ni le point fort des Bruins. Le coordinateur défensif Jerry Azzinaro a pourtant été retenu mais il devrait être le premier fusible à sauter en cas de déroute de UCLA en 2020.

Avec 570 yards et 9 touchdowns concédés face à Anthony Gordon de Washington State ou encore 515 yards et 4 touchdowns inscrits par Kedon Slovis de USC l’an dernier, la défense aérienne est clairement le secteur le plus en difficulté. Le départ du leader Darnay Holmes, cornerback des New York Giants aujourd’hui, ne devrait cependant pas porter préjudice à un groupe plus expérimenté et suffisamment fourni.

CB Jay Shaw (30 plaquages, 1 fumble forcé, 1 int) et CB Rayshad Williams (33 plaquages, 2 passes défendues), les deux cornerbacks les plus expérimentés du groupe, devraient assurer la transition, épaulés du nouveau venu CB Obi Eboh, transféré de Stanford et déjà très expérimenté. Mais la bonne nouvelle pour le nouveau coach des DB Brian Norwood, c’est la profondeur et le niveau du groupe de safeties, constitué de S Stephan Blaylock (86 plaquages, 3 passes défendues,), leader en plaquages l’an dernier, S Elisha Guidry (32 plaquages) et S Quentin Lake (18 plaquages), tous suffisamment doués pour faire progresser une secondary qui a besoin de faire beaucoup mieux pour répondre aux attentes de Chip Kelly. Le renfort de S Qwuantrezz Knight sera également le bienvenu, l’ancien joueur de Kent State ayant choisi de terminer sa carrière universitaire sous le soleil californien.

DE Osa Odighizuwa (#92) – Crédit photo : UCLA Bruins

Avec une ligne défensive qui semble la meilleure alignée par Kelly depuis son arrivée, la défense contre la course devrait prendre une nouvelle dimension alors qu’il s’agissait déjà du point fort des Bruins l’an dernier. Le senior DE Osa Odighizuwa (46 plaquages, 10 pour perte, 3.5 sacks) fait son retour en patron de la défense, soutenu par l’imposant duo formé de DT Tyler Manoa (19 plaquages) et DT Otto Ogbonnia (12 plaquages, 1 sack) à l’intérieur. Il reste à espérer qu’un pass rush efficace puisse soutenir la secondary pour éviter les naufrages vécus en 2019 par la défense.

C’est la plus grande inconnue à l’heure actuelle, compte tenu du fait que les quatre linebackers titulaires l’an dernier ne font plus partie de l’équipe. De jeunes talents seront ainsi lancés dans le grand bain, comme le sophomore LB Carl Jones ou la recrue LB Damian Sellers, qui seront priés de rapidement se mettre au niveau. Ils pourront compter sur l’expérience de LB Bo Calvert (7 plaquages) et LB Leni Toailoa (33 plaquages, 7 pour perte dont 2.5 sacks), bien que les deux joueurs n’aient pas vu le terrain aussi souvent qu’espéré. LB Caleb Johnson, transféré de junior college, pourrait également apporter une contribution bienvenue à une escouade en totale reconstruction. Il ne faudra pas non plus compter sur des special teams qui devront se trouver de nouveaux titulaires aux rôles clés de kicker et punter.

Conclusion

L’embauche de Chip Kelly par UCLA avait retourné la Pac-12 il y a trois ans, après quelques années sous l’impulsion mitigée de Jim Mora, renvoyé au lendemain d’une énième défaite face au rival USC. L’ancien coach d’Oregon et des Philadelphia Eagles ne pourra pas jouir de son crédit éternellement et des résultats concrets, c’est-à-dire des victoires, sont attendus rapidement, en particulier au sein d’une Division South où personne n’émerge vraiment comme un favori indiscutable.

Programme réputé historiquement, situé sous le soleil californien, avec un superbe campus et un stade mythique, le Rose Bowl, UCLA se doit de faire rêver à nouveau. Les Bruins se montrent déjà plus entreprenants sur le plan du recrutement mais aucun leader ou star ne semble émerger du groupe, année après année. Il faudra montrer des signes de progression et se qualifier au minimum pour un bowl afin de conforter le projet de Chip Kelly et sauver sa place alors que la fanbase s’impatiente depuis déjà trop longtemps.

Évaluation
  • Attaque
  • Défense
  • Équipes spéciales
  • Coaching
  • Potentiel
3

Résumé

Points forts
– Le jeu au sol si la ligne offensive le permet.
– Du talent chez les receveurs.
– La défense contre le jeu de course.

Points faibles
– La défense contre le jeu aérien.
– Pas de star ou de playmaker dans l’effectif.
– Une stagnation inquiétante malgré l’arrivée de Chip Kelly.

Lire la suite

Preview

Preview 2020 : Oregon Ducks

Malgré la perte de QB Justin Herbert, les Ducks d’Oregon possèdent toujours une attaque explosive et ils pourront compter sur la meilleure défense de la conférence Pac-12 pour rester dans la course au titre national.

Publié

le

Crédit photo : Scott Boldt

50 previews en 50 jours, c’est une série estivale de 50 présentations exclusives préparées par toute l’équipe TBP afin de vous permettre de tout savoir concernant la prochaine saison de College Football. On retrouve aujourd’hui les Ducks d’Oregon.

Oregon Ducks

Conférence Pac-12

Division North
 

En 2019 : 12-2, 8-1 Pac-12. Rose Bowl : victoire contre Wisconsin (28-27).
Head coach : Mario Cristobal, 3e année (21-7) – Résultats en carrière : 48-54.
Coordinateur offensif : Joe Moorhead.
Coordinateur défensif : Andy Avalos.
Titulaires de retour : 15, 6 en attaque, 7 en défense, kicker, punter.
Joueurs-clés partis : QB Justin Herbert, OG Shane Lemieux, C Jake Hanson, LB Troy Dye.
Joueurs à suivre : QB Tyler Shough, QB Anthony Brown, RB CJ Verdell, WR Johnny Johnson, OT Penei Sewell, NT Jordon Scott, DE Kayvon Thibodeaux, LB Isaac Slade-Matautia, CB Thomas Graham, S Jevon Holland

Il y a six ans, Oregon bataillait en finale des playoffs avec à sa tête le vainqueur du Heisman Trophy, la légende, Marcus Mariota. Il y a quatre ans, les Ducks bouclaient leur saison sur un bilan atroce de 4-8. Devenu une référence sous la direction de Chip Kelly, le programme d’Eugene a rapidement sombré, jusqu’à se laisser dépasser par Washington ou Stanford dans sa propre division.

Heureusement, Mario Cristobal a remis les choses en ordre. Intronisé head coach à la suite d’une pétition signée par 70 joueurs d’Oregon exigeant sa nomination à la tête de l’équipe, il n’aura pas fallu longtemps pour remettre Eugene sur la carte. En 2019, Cristobal a conduit les Ducks au titre de conférence Pac-12, remporté face à Utah, et au Rose Bowl, grâce à une victoire disputée sur Wisconsin.

C’est aussi grâce à l’impact immédiat d’une classe de recrutement 2019 qui a rendu jaloux les rivaux d’Oregon. Avec une seconde classe consécutive dans le top 15 national cette année, l’effectif est blindé de talent et de jeunes joueurs prêts à devenir la référence à leur poste. De quoi envisager l’avenir sous les meilleurs auspices, et ce dès 2020.

Retour aux sources

Nouveau coach pour l’attaque, qui accueille ainsi Joe Moorhead, ancien coach de Mississippi State et coordinateur offensif réputé. Le nouveau bras droit de Cristobal devrait faire évoluer une attaque qui a montré des signes de progression évidents l’an dernier et qui espère capitaliser sur ses nombreux playmakers.

RB CJ Verdell (#7) – Crédit photo : Jaime Valdez-USA TODAY Sports

La tâche ne sera cependant pas aisée pour reconstruire une attaque qui a perdu son quarterback vedette, Justin Herbert, désormais joueur des Los Angeles Chargers, et la quasi totalité de sa ligne offensive. Heureusement, le seul titulaire de retour sur l’OL n’est autre que OT Penei Sewell, vainqueur de l’Outland Trophy en 2019, déjà considéré comme le meilleur prospect NFL au niveau universitaire à l’heure actuelle. Intraitable, le left tackle des Ducks sera essentiel pour protéger le nouveau QB, ouvrir la voie au jeu de course et assurer le rôle de leader d’une ligne en reconstruction.

Il pourra compter sur les nouveaux venus à ses côtés, le jeune OT Steven Jones et OL Alex Forsyth, joueur polyvalent dans le style de l’ex-Duck Calvin Throckmorton. Si le turnover sera important avec la perte de quatre titulaires sur la ligne, il faut souligner le talent particulier de Mario Cristobal pour construire des OL de très haut niveau et la qualité présente dans l’effectif laisse envisager une transition en douceur. Il faudra au moins ça pour profiter d’une escouade de coureurs prête à tout renverser en Pac-12.

RB CJ Verdell (1 220 yards, 8 TD en 2019) est de retour à son poste, toujours assisté du sprinter RB Travis Dye (658 yards) et de RB Cyrus Habibi-Likio (337 yards, 10 TD). Le groupe a ce qu’il faut pour s’imposer comme la meilleure brigade de coureurs de Pac-12. De quoi retirer un peu de pression des épaules du nouveau quarterback, en l’occurrence le sophomore QB Tyler Shough (144 yards, 3 TD), pro style passer qui attend son heure. Le jeune joueur a eu le temps d’apprendre dans l’ombre de Justin Herbert et devrait assurer la continuité.

Pour jouer le rôle de doublure, Oregon a accueilli QB Anthony Brown, transféré de Boston College, un joueur déjà expérimenté au niveau universitaire. La recrue QB Jay Butterfield, l’un des meilleurs du pays à son poste, devrait profiter d’une année redshirt sauf pépin imprévu.

Enfin, le groupe de receveurs est suffisamment fourni en quantité et en qualité pour garantir un jeu aérien à la hauteur des espérances d’une fanbase exigeante, puisque les vétérans WR Johnny Johnson (57 réceptions, 836 yards, 7 TD) et WR Jaylon Redd (50 réceptions, 465 yards, 7 TD) seront assistés de WR Devon Williams, transféré de USC, et du jeune WR Bryan Addison (18 réceptions, 203 yards, 1 TD), attendu au tournant après avoir été recruté en grandes pompes en 2018. Sans oublier les nombreux autres jeunes receveurs de talent de l’effectif, notamment le prospect quatre étoiles WR Kris Hutson.

OT Penei Sewell (#58) – Crédit photo : Oregon Athletics

Fear the Quack

Pas d’inquiétudes du côté de la défense, avec Andy Avalos déjà bien en place depuis l’an dernier. Les adversaires des Ducks risquent de voir déferler une tempête orange, jaune fluo, verte, ou quelque soit la couleur de l’uniforme, à chaque snap. En 2019, les Ducks ont fini à la première position en Pac-12 en sacks et ont provoqué énormément de turnovers.

On retrouvera donc le style ultra explosif cher à l’ancienne fac de Phil Knight, le bien connu PDG de Nike, et ce malgré le départ du quarterback défensif Troy Dye. L’unité défensive d’Oregon récupère énormément de titulaires cette année, et surtout de playmakers, puisque 11 des 13 meilleurs plaqueurs sont de retour.

À commencer par DE Kayvon Thibodeaux (35 plaquages, 14 pour perte 9 sacks), l’une des meilleures recrues du pays en 2019, déjà auteur de 9 sacks lors de sa saison true freshman au sein de la rotation. Avec les mammouths NT Jordon Scott (32 plaquages) et DT Austin Faoliu (39 plaquages, 5 pour perte, 2 sacks) à côté, cette ligne défensive a le potentiel pour faire partie des meilleures DL au niveau national. La profondeur pourrait être l’inquiétude majeure mais, une fois encore, le recrutement à la pointe ces deux dernières années devrait palier au problème de rotation.

Pour combler le départ de Troy Dye donc, Andy Avalos s’appuiera sur le duo de top prospects cinq étoiles LB Justin Flowe et LB Noah Sewell à l’intérieur, avec le vétéran LB Isaac Slade-Matautia (62 plaquages, 6.5 pour perte dont 1.5 sack, 11 passes défendues) prêt à prendre la direction de l’escouade de linebackers. LB Mase Funa (26 plaquages, 8.5 pour perte, 4 sacks) devrait également être un pilier du groupe dans un rôle de linebacker hybride sur l’extérieur.

DE Kevin Thibodeaux (#5) – Crédit photo : NBC Sports

Petite particularité à Oregon : le pass rush qui vient de partout, même de la secondary. Une secondary qui risque de faire du bruit, avec les retours des seniors CB Thomas Graham (64 plaquages, 5 pour perte, 10 passes défendues, 2 INT) et CB Deommodore Lenoir (47 plaquages, 2.5 pour perte, 7 passes défendues, 1 INT), qui ont senti qu’il se passe quelque chose à Eugene actuellement et qui ont donc repoussé d’un an leurs velléités de rejoindre la NFL. Ils seront assistés du jeune CB Mykael Wright (21 plaquages, 4 passes défendues, 1 INT), futur star défensive, et d’un groupe de safeties sans égal en Pac-12 : FS Jevon Holland (66 plaquages, 4.5 pour perte, 4 passes défendues, 1 INT, 1 TD), SS Brady Breeze (62 plaquages, 3 passes défendues, 2 INT, 3 TD), le vétéran SS Nick Pickett (45 plaquages, 6 passes défendues, 1 INT) et l’étoile montante FS Verone McKinley (46 plaquages, 4 INT).

On s’attend donc à pas mal de turnovers du côté de la défense des Ducks avec des playmakers à toutes les positions. Oregon pourra également sur ses special teams avec des returners d’exception sur les coups de pied, tandis que le choix sera difficile au poste de kicker avec plusieurs vétérans déjà dans le roster et deux recrues cinq étoiles au poste. De quoi éviter de nouvelles déconvenues dues à des field goals manqués.

Conclusion

Il y a tellement de talent au sein de cette équipe qu’elle devrait facilement terminer dans le top 3 des différents classements offensifs et défensifs de Pac-12. Reste à voir si ce sera suffisant pour prétendre à une place en playoffs. Oregon doit surtout éviter ses classiques sorties de route et profiter à fond de ses playmakers, en particulier en défense. Jeune mais expérimentée, extrêmement douée, cette équipe des Ducks cuvée 2020 est suffisamment armée pour battre n’importe qui au sein de sa conférence et réaliser le doublé en Pac-12.

Évaluation
  • Attaque
  • Défense
  • Équipes spéciales
  • Coaching
  • Potentiel
4.2

Résumé

Points forts
– Une défense pleine de playmakers à tous les postes.
– Le groupe de running backs le plus effrayant à l’Ouest du Mississippi.
– Un coaching staff qui maîtrise recrutement et développement.

Points faibles
– La ligne offensive à reconstruire rapidement.
– Un nouveau quarterback pour prendre la relève de Justin Herbert.
– Éviter les erreurs de parcours habituelles.

Lire la suite

Preview

Preview 2020 : Washington Huskies

Fin de l’ère Chris Petersen, nouveau coaching staff, nouveau QB : les Huskies devront encore se reposer sur leur défense pour espérer retrouver une place au Pac-12 Championship Game.

Publié

le

Crédit photo : Washington Athletics

50 previews en 50 jours, c’est une série estivale de 50 présentations exclusives préparées par toute l’équipe TBP afin de vous permettre de tout savoir concernant la prochaine saison de College Football. On retrouve aujourd’hui les Huskies de Washington.

Washington Huskies

Conférence Pac-12

Division North
 

En 2019 : 8-5, 4-5 Pac-12. Las Vegas Bowl : victoire contre Boise State (38-7).
Head coach : Jimmy Lake, 1ère année.
Coordinateur offensif : John Donovan.
Coordinateur défensif : Pete Kwiatkowski & Ikaika Maloe.
Titulaires de retour : 13, 4 en attaque, 8 en défense, kicker.
Joueurs-clés partis : QB Jacob Eason, RB Salvon Ahmed, WR Aaron Fuller, TE Hunter Bryant, OT Trey Adams, C Nick Harris, FS Myles Bryant.
Joueurs à suivre : QB Kevin Thomson, QB Jacob Sirmon, RB Richard Newton, WR Jalen McMillan, OL Jaxson Kirkland, DT Levi Onwuzurike, DE Sav’ell Smalls, LB Edefuan Ulofoshio, CB Kyler Gordon, DB Elijah Molden.

L’ère Chris Petersen est désormais terminée à Washington. L’ancien coach de Boise State, qui a conduit les Huskies en playoffs, à une victoire au Rose Bowl et deux titres de conférence Pac-12, a décidé de suspendre sa carrière d’entraîneur. Il laisse les clés à son ancien coordinateur défensif, Jimmy Lake, qui devra donc remettre en ordre l’un des programmes majeurs de la côte Ouest ces dernières années, en dépit de nombreux départs en attaque.

Il faut le dire, malgré un bilan de 8-5, Washington a été l’une des déceptions de la saison 2019. Les Huskies n’ont pas su répondre aux attentes au sein de la conférence Pac-12, battus par Cal, Stanford, Oregon, Utah et Colorado. Avec les multiples départs en attaque, en particulier celui du quarterback Jacob Eason, le chantier est important mais la défense de Jimmy Lake pourrait bien s’imposer comme l’une des références au niveau national et assurer une transition en douceur. En attendant le retour au sommet, avec une classe de recrutement 2020 dans le top 20 national et au second rang en Pac-12, derrière les rivaux d’Oregon.

Un besoin vital de leadership

Il y avait du talent au sein d’une attaque qui a énormément déçu en 2019, terminant la saison à la huitième place de leur conférence au niveau offensif. Seulement quatre titulaires seront de retour cette année mais l’optimisme est de rigueur alors que Jimmy Lake a embauché John Donovan comme coordinateur offensif. L’ancien assistant de James Franklin à Vanderbilt et Penn State a passé les dernières années en NFL, chez les Jacksonville Jaguars, et il aura à disposition un effectif de qualité.

RB Richard Newton (#28) – Crédit photo : SI

Au sol, il faudra compter sur le puissant RB Richard Newton (498 yards et 10 TD en 2019), auteur de 11 touchdowns en 2019, dont 10 à la course, en seulement dix rencontres comme remplaçant. Il devrait logiquement devenir l’un des piliers d’une attaque qui se cherche de nouveaux leaders. La ligne offensive en reconstruction pourra compter sur les retours de OL Jaxson Kirkland, probable futur left tackle après avoir occupé le poste de right guard l’an dernier, et de OG Luke Wattenberg.

Pour les accompagner, les Huskies ont de la ressource grâce à un recrutement à la pointe et une formation efficace qui fait dernièrement de Washington un pipeline d’offensive linemen vers la NFL. La recrue quatre étoiles C Myles Murao devrait prendre la succession de Nick Harris, avec le jeune et immense OT Nate Kalepo comme potentiel right tackle et future star de la ligne.

Cette attaque aura cependant besoin de playmakers dans le jeu aérien, principalement au poste primordial de quarterback. Jacob Eason et son bras canon partis, QB Jacob Sirmon (19 yards) devait assurer la relève. Neveu de Peter Sirmon, DC à Cal, et cousin de Jackson Sirmon, linebacker à Washington, il faisait office de favori pour le onze de départ… avant l’arrivée au printemps de QB Kevin Thomson, le Big Sky Offensive Player of the Year en 2019, transféré de Sacramento State (FCS) pour jouer sa saison senior avec les Huskies. Il sera peut-être le QB d’expérience qui permettra une transition en douceur avant l’éclosion des deux quarterbacks prometteurs de l’effectif : la recrue quatre étoiles QB Ethan Garbers et le redshirt freshman QB Dylan Morris en remplaçants.

Évidemment, le casting de receveurs sera essentiel à la réussite du nouveau quarterback titulaire et Washington aura besoin de déterminer son go-to receiver rapidement. Les prétendants sont nombreux, entre les sophomores WR Terrell Bynum (368 yards, 2 TD) et WR Ty Jones (491 yards, 6 TD), sans oublier WR Puka Nacua (168 yards, 2 TD), titulaire à trois reprises comme freshman avant sa blessure. La recrue quatre étoiles WR Jalen McMillan pourrait également voir son talent éclore précocement. Enfin, il faudra compter sur TE Cade Otton (344 yards, 2 TD), l’un des meilleurs à son poste au sein de la conférence Pac-12.

DT Levi Onwuzurike – Crédit photo : Getty Images

Si l’attaque progresse aussi rapidement que la défense l’an passé et que les leaders attendus émergent, les Huskies devraient à nouveau marcher sur leurs adversaires et retrouver leur lustre récent.

Jeunesse et expérience

Ainsi, la défense se retrouve cette année comme le point fort du programme de Seattle. Décimée l’an dernier, elle a dû se reconstruire avec dix nouveaux titulaires et a forcément connu des moments compliqués, jusqu’à monter en puissance et s’imposer en atout pour les Huskies. Les performances en fin de saison face à Washington State et Boise State en sont la preuve, pour un groupe qui a terminé troisième meilleure défense de Pac-12 en 2019, en dépit d’une secondary blindée de freshmen et des lacunes en couverture chez les linebackers.

Cette saison, Pete Kwiatkowski pourra ainsi compter sur l’une des meilleures secondaries du pays malgré sa jeunesse, avec la présence de DB Elijah Molden (79 plaqueurs, 5.5 pour perte, 13 passes défendues, 3 fumbles forcés, 4 INT), référence à son poste et attendu de pied ferme en NFL. Aligné comme nickelback, il sera le patron d’une escouade de sophomores, dont le futur taulier CB Kyler Gordon (32 plaqueurs, 4 passes défendues), ainsi que CB Trent McDuffie (45 plaqueurs, 1 INT), FS Cameron Williams (32 plaqueurs, 3 INT) et SS Asa Turner (19 plaqueurs, 1 INT), tous les quatre titulaires en 2019 comme freshmen. Avec le vétéran CB Keith Taylor (59 plaqueurs, 2 pour perte, 5 passes défendues) pour assurer la rotation, il devrait être difficile d’avancer par les airs face aux Huskies.

Surtout que le pass rush devrait passer un cap. Construite autour des deux linemen DT Josiah Bronson (23 plaqueurs, 2 sacks) et la superstar DT Levi Onwuzurike (45 plaqueurs, 2 sacks), la défense de Washington comptera sur DE Ryan Bowman (34 plaqueurs, 9.5 pour perte dont 5.5 sacks, 3 fumbles forcés, 1 INT) et DE Joe Tryon (41 plaqueurs, 12.5 pour perte dont 8 sacks) pour mettre la pression sur les quarterbacks d’en face, avec la recrue vedette DE Sav’ell Smalls en remplaçant. Prospect cinq étoiles, il était considéré comme le troisième meilleur joueur du pays à son poste au sein de la classe de recrutement 2020.

CB Elijah Molden – Crédit photo : Alika Jenner, Getty Images

Derrière la ligne défensive, une importante rotation devrait s’effectuer pour les deux rôles de linebacker, avec le retour du jeune LB Edefuan Ulofoshio (47 plaqueurs, 3 sacks), titulaire à trois reprises l’an dernier et récompensé d’une bourse d’études. Probable futur patron du groupe, il sera flanqué de LB Jackson Sirmon (28 plaqueurs) ou LB MJ Tafisi (13 plaqueurs), sans compter les nombreux freshmen prêts à prendre des responsabilités.

C’est donc une défense blindée de playmakers qui devrait porter Washington cette saison, alors que les special teams devraient également se mettre en valeur. Les Huskies ont recruté le meilleur punter de junior college en 2020, P Triston Brown.

Conclusion

En 2019, Washington a déçu. Malgré une attaque explosive, la défense faisait peau neuve et les Huskies ont connu des ratés qui ne pardonnent pas. C’est le même son de cloche cette saison, de l’autre côté du ballon, avec une attaque qui doit se trouver sept nouveaux titulaires, dont un quarterback. Le départ de Chris Petersen, malgré une transition en douceur avec la promotion interne de Jimmy Lake, devrait en outre légèrement chambouler les systèmes et les esprits.

Le nouveau coach en place pourra toutefois se reposer sur une défense en béton armé pour faire oublier les incertitudes en attaque, avec de nombreux joueurs de très grand talent, en particulier au sein de la secondary. Un bon début pour faire face à la menace grandissante d’Oregon, de retour au top en Pac-12 et dans le recrutement.

Évaluation
  • Attaque
  • Défense
  • Équipes spéciales
  • Coaching
  • Potentiel
4

Résumé

Points forts
– L’une des meilleures défenses du pays.
– Un recrutement d’élite pour un effectif très talentueux.
– Un nouveau coaching staff dans la continuité.

Points faibles
– L’attaque n’a pas encore de leader établi.
– Beaucoup de nouveaux titulaires du côté offensif.
– De nouveaux systèmes de jeu à maîtriser et un nouveau QB.

Lire la suite
Publicité

Preview 2020

Actualitéil y a 17 heures

Preview 2020 : Tennessee Volunteers

Les belles promesses de Tennessee entrevues en fin de saison dernière compenseront-elles les nombreux points d'interrogation sur des secteurs cruciaux...

Previewil y a 1 jour

Preview 2020 : USC Trojans

Les Trojans ont fait un grand ménage au sein du programme et ils comptent sur QB Kedon Slovis pour faire...

Previewil y a 3 jours

Preview 2020 : UCLA Bruins

Une attaque aérienne en progrès mais une défense perméable et des résultats décevants : assistons-nous déjà aux derniers jours de...

Previewil y a 4 jours

Preview 2020 : Oregon Ducks

Malgré la perte de QB Justin Herbert, les Ducks d'Oregon possèdent toujours une attaque explosive et ils pourront compter sur...

Previewil y a 5 jours

Preview 2020 : Washington Huskies

Fin de l'ère Chris Petersen, nouveau coaching staff, nouveau QB : les Huskies devront encore se reposer sur leur défense...

Previewil y a 6 jours

Preview 2020 : California Golden Bears

En progression constante depuis l'arrivée de coach Justin Wilcox en 2017, les Golden Bears de California possèdent l'expérience et un...

Previewil y a 1 semaine

Preview 2020 : Stanford Cardinal

Handicapé par les blessures l'an passé et diminué par des classes de recrutement minces, le Cardinal de Stanford de coach...

Previewil y a 1 semaine

Preview 2020 : Penn State Nittany Lions

Une effectif talentueux rempli d'anciens prospects 4 et 5 étoiles et une attaque remodelée par l'arrivée de Kirk Ciarrocca permettront-ils...

Previewil y a 1 semaine

Preview 2020 : Michigan State Spartans

Incertitude en attaque et en défense, de nouveaux systèmes à apprendre et un QB qui a tout à prouver :...

Previewil y a 1 semaine

Preview 2020 : Nebraska Cornhuskers

Un effectif jeune mais bourrée de talent : les Cornhuskers menés par Scott Frost devront encore s'armer de patience avant...

Articles les plus lus