Suivez-nous

Playoffs

[preview] Peach Bowl : #1 Alabama vs #4 Washington

Publié

le

#1 Alabama (13-0) vs #4 Washington (12-1)

PEACH BOWL
Atlanta, Georgia
Georgia Dome
Samedi 31 décembre 2016
15h00 (heure Est, 21h00 en France)

La 3ème édition du College Football Playoff débutera officiellement, samedi 31 décembre à 15h (21h en France), au Georgia Dome d’Atlanta (Géorgie) avec avec la première demi-finale opposant les champions nationaux en titre, le Crimson Tide de #1 Alabama (13-0), et les champions de conférence Pac-12, les Huskies de Washington (12-1), dans le cadre du Peach Bowl.

Triple champion de conférence SEC, le Crimson Tide de coach Nick Saban est désormais un habitué de cet événement annuel puisque le programme de Tuscaloosa (Alabama) participera à sa 3ème demi-finale en trois ans. Tout l’inverse, des Huskies de Washington de coach Chris Petersen dont ce sera la première participation.

Comment sont-ils arrivés là ?

#1 Alabama (13-0, 8-0 SEC)
#1 Alabama est un modèle de constance depuis que coach Nick Saban en a pris les rênes en 2007. Le Crimson Tide est le seul programme du pays à participer aux 3 premières éditions du College Football Playoff et DE Jonathan Allen et ses coéquipiers tenteront réussir un back-to-back après avoir battu Clemson en finale nationale il y a tout juste un an.
Sur les dix dernières saisons, le Crimson Tide a atteint le plateau des 10 victoires à… 9 reprises. Plus qu’un éternel candidat au titre de coach de l’année, Nick Saban est peut-être le meilleur coach de l’Histoire du College Football. Sur les recommandations de son coordinateur offensif, Lane Kiffin, il n’a pas hésité à lancer dans le grand bain un true freshman (Jalen Hurts) au poste de… quarterback ! Résultat : une fiche de 13-0. Seuls les Rebels d’Ole Miss ont perdu avec moins de 10 points d’écart. Réputé pour sa défense en béton, le Crimson Tide n’a pas failli à sa réputation en 2016 malgré le départ de son coordinateur défensif, Kirby Smart à Georgia. Sous la houlette de Jeremy Pruitt (ex-Florida State), #1 Alabama a terminé #1 du pays avec 11.8 points et 248.2 yards accordés par match. Boom ! Après avoir une saison régulière sans la moindre défaite, #1 Alabama a terrassé Florida en finale de conférence sur le score de 54-16.

#4 Washington (12-1, 7-1 Pac-12)
Depuis l’arrivée de coach Chris Petersen (ex-Boise State) sur le campus de Seattle (Washington), les Huskies n’ont cessé de progresser. Dès sa prise de fonction, il a écarté les joueurs à problèmes faisant confiance à une jeune génération de freshmen et sophomores. Ses deux premières saisons (8-6 en 2014 et 7-6 en 2015) ont permis à ces jeunes pousses de monter en puissance et 4 victoires convaincantes lors des 6 derniers matchs de la saison 2015 ont propulsé les Huskies comme des prétendants au titre de conférence Pac-12 en 2016. Ils n’ont pas déçu.
Mené par le sophomore QB Jake Browning et un duo de receveurs exceptionnels (John Ross III, Dante Pettis), #4 Washington a tout balayé sur son passage remportant son premier titre de conférence depuis 2000. En plus d’être considéré comme l’une des équipes les plus explosives sur le plan offensif, #4 Washington est rapidement devenu l’une des terreurs du pays dans le secteur défensif avec la confirmation du talent de LB Keishawn Berria et de S Budda Baker, et l’émergence d’un fantastique secondary mené par CB Sidney Jones.
Seuls les Trojans de USC ont battu #4 Washington en 2016. Sur les 12 victoires des Huskies cette saison, 10 l’ont été par plus de 10 points d’écart. Une pure domination.

Les clés du match

La ligne offensive de #4 Washington
Sans une énorme performance de sa ligne offensive dans les tranchées, #4 Washington n’a aucune chance de se qualifier pour le National Championship Game. Pourtant, face au meilleur front défensif du pays, les Huskies ne sont pas sans arguments. En 13 matchs cette saison, ils n’ont accordé que 21 sacks et trois joueurs (LG Jake Eldrenkamp, LT Trey Adam, C Coleman Shelton) ont été sélectionnés dans l’équipe All-Pac-12. Toutefois, lors de sa seule défaite de la saison, #4 Washington s’est fait marcher dessus par l’agressivité du front seven de #9 USC (6 plaquages pour perte et 3 sacks accordés) et la performance de cette ligne offensive face à #10 Colorado, en finale de conférence, n’a pas rassuré (6 plaquages pour perte, 2 sacks).
Il faudra donc un net sursaut des Huskies pour stopper l’impressionnant front seven du Crimson Tide (105 plaquages pour perte et 45 sacks réussis en 2016 !). Pour trouver ses receveurs, QB Jake Browning aura besoin d’un minimum de protection. Tout comme l’explosif RB Myles Gaskin, qui aura besoin d’un minimum d’espace pour trouver son rythme. Avec la présence des deux All-American, DE Jonathan Allen et LB Reuben Foster, #1 Alabama n’a accordé que 63.4 yards au sol en 2016. Une misère. Et DE Tim Williams est l’un des pass rushers les plus insaisissables du pays. Si le Crimson Tide prend le dessus dans les tranchées, ce Peach Bowl pourrait rapidement ressembler à une berezina pour les Huskies.

Le face-à-face QB Jalen Hurts / QB Jake Browning
Deux des plus prometteurs quarterbacks du pays seront opposés lors de ce Peach Bowl. D’un côté, le sophomore QB Jake Browning (3280 yards à la passe, 42 TD, 7 INT) pour #4 Washington. De l’autre, le true freshman QB Jalen Hurts (2563 yards à la passe, 21 TD, 9 INT et 841 yards au sol, 12 TD).
Avec le retour de blessure de WR John Ross III (absent en 2015), QB Jake Browning a poursuivi sa progression après une saison 2015 pleine de promesses réussissant notamment 5 passes de plus de 60 yards. Ses contre-performances face à #9 USC et #10 Colorado ont coïncidé avec les deux plus mauvais matchs des Huskies en 2016. S’il parvient à trouver rapidement son rythme face à un secondary de #1 Alabama parfois douteux, les Huskies ont une chance.

De son côté, QB Jalen Hurts a été la grande révélation de la saison au niveau national. Quasi-inconnu au début de l’été, il a su convaincre le coordinateur offensif Lane Kiffin de lui faire confiance. Encore en apprentissage au niveau de sa technique de passe, il a fait preuve d’une étonnante maturité pour un joueur de cet âge (19 ans). Sa capacité de gagner des yards au sol a fait de lui l’un des QB dual-threat les plus redoutés du pays. Toutefois, il fera face à son plus gros défi de la saison face à la défense de #4 Washington. Le secondary des Huskies (CB Sidney Jones, CB Kevin King, FS Budda Baker, FS Jojo McIntosh) est considéré comme l’un des meilleurs du pays même s’il pourra encore compter sur les playmakers WR Calvin Ridley (65 réceptions, 734 yards, 7 TD), WR ArDarius Stewart (52 réceptions, 816 yards, 7 TD) et TE O.J. Howard (37 réceptions, 445 yards 2 TD). C’est une évidence : les Huskies vont tenter de forcer le jeune QB du Crimson Tide à gagner le match dans les airs. La capacité du jeune QB de #1 Alabama à trouver son tempo sera surement l’une des clés du match.

Le jeu au sol
Si le jeu aérien des deux équipes sera l’un des facteurs importants, le vainqueur de ce Peach Bowl devra assurément imposer son jeu au sol. Comme indiqué précédemment, la ligne offensive de #4 Washington devra réussir son meilleur match de l’année face au fantastique front seven du Crimson Tide. Mais les Huskies possèdent peut-être l’une des duos de running backs les plus complémentaires et les plus sous-estimés du pays avec le speedster RB Myles Gaskin (1339 yards au sol, 10 TD) et le bulldozer RB Lavon Coleman (836 yards au sol, 7 TD).

Pour succéder au vainqueur du trophée Heisman, RB Derrick Henry, coach Nick Saban a décidé de faire confiance à un comité de running backs. Si RB Damien Harris (983 yards au sol, 2 TD) est devenu le RB#1 de l’équipe, RB Joshua Jacobs (551 yards au sol, 4 TD) et RB Bo Scarbrough (539 yards au sol, 7 TD) ont régulièrement été utilisés. Or la 19ème défense contre la course du pays (123.5 yards accordés par match) sera privée de deux éléments importants pour ce match, DL Joe Mathis et LB Azeem Victor. Protégé par OT Cam Robinson et LT Jonah Williams, ce comité de coureurs pourrait bien être le prochain cauchemar des Huskies.

Joueurs à suivre

DE Jonathan Allen, Alabama
Récent vainqueur du trophée Bronko Nagurski qui récompense chaque année le meilleur défenseur du pays, DE Jonathan Allen (56 plaquages, 13 pour perte, 8.5 sacks, 1 TD défensif) sera encore une fois une pièce importante de la stratégie défensive de #1 Alabama. Son rôle : mettre la pression sur QB Jake Browning. Ce dernier avait connu sa plus mauvaise performance de la saison lors de la défaite des Huskies contre la défense ultra-agressive des Trojans de USC. Joueur infatigable et constant dans l’effort, il est le meilleur ami d’un backfield défensif du Crimson Tide qui sait transformer en point les passes hasardeuses des QBs adverses.

WR John Ross III, Washington
Absent pour l’intégralité de la saison 2015, son retour a permis l’éclosion du jeu aérien en profondeur des Huskies. Sa capacité déconcertante à réussir des big plays en a fait l’un des joueurs les plus excitants du pays à chaque qu’il touche le ballon. Or, la seule fois de la saison que #1 Alabama a été mis en difficulté fût contre Ole Miss et son QB Chad Kelly, auteur de 421 yards à la passe lors d’une courte défaite des Rebels, 48-43. Face à une défense robuste et disciplinée, les Huskies n’auront pas d’autre choix que de réussir un ou deux big plays et WR John Ross III (76 réceptions, 1122 yards, 17 TD) sera peut-être celui qui permettra aux joueurs de coach Chris Petersen de réussir l’exploit.

Facteur X

L’insouciance des Huskies
Pour beaucoup d’observateurs, la présence de #4 Washington dans ce College Football Playoff arrive un année en avance du plan initial. Beaucoup de joueurs sophomore et junior seront sur le terrain du Georgia Dome à l’occasion de ce Peach Bowl.
Certes, l’inexpérience de ce groupe de joueurs pourrait tétaniser certains devant l’enjeu de l’événement. Jamais QB Jake Browning and Co. n’ont connu une telle présence médiatique autour d’un match. Pendant une semaine, les Huskies seront sous le feu des projecteurs. Sauront-ils faire face sans imploser le jour du match ? Ou au contraire, est-ce que le fait d’être largement négligé dans ce Peach Bowl face à l’ogre #1 Alabama ne va pas les libérer complètement ?
Faisons confiance en coach Chris Petersen pour réussir à capitaliser sur l’insouciance d’une jeune équipe dont la saison 2016 est déjà une grande réussite.

Historique

Les deux programmes ne se sont affrontés qu’à 4 reprises. A chaque fois, #1 Alabama l’a emporté notamment lors du Sun Bowl 1986 que le Crimson Tide a remporté 28-6.

Blessés

#1 Alabama
Absent : OL Alphonse Taylor (commotion), LB Shaun Dion Hamilton (genou), S Eddie Jackson (jambe).
Incertain : LT Cam Robinson.
Probable : WR ArDarius Stewart, CB Marlon Humphrey (cuisse), CB Tony Brown.

#4 Washington
Absent : DE Joe Mathis (pied), LB Azeem Victor (jambe).
Incertain : WR Brayden Lenius.
Probable : Aucun.

Pronostic

Alabama 27, Washington 24

Fondateur et rédacteur en chef de The Blue Pennant, Morgan Lagrée couvre le College Football depuis plus de 10 ans. En 2016, Morgan fût le premier reporter à couvrir le CFP National Championship Game pour un média francophone. Il co-anime le Podcast Bowl. Expert NFL et NBA. Grand amateur de la NHL. Fan ultime des Red Sox de Boston (MLB). Ancien étudiant de l'université McGill. #Redmen4Life

Publicité
1 commentaire

1 commentaire

  1. Nicolas

    30 décembre 2016 at 12h11

    Je pense que ce sera une boucherie avec une victoire du Crimson Tide 35 17 truc du style

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Playoffs

Alabama et Ohio State qualifiés pour le National Championship Game

Le champion de la Big Ten contre le champion de la SEC, deux équipes invaincues : ce sera donc l’affiche de la 7ème finale du College Football Playoff de l’Histoire.

Publié

le

Absent du College Football Playoff l’an dernier, le Crimson Tide de #1 Alabama retourne au National Championship Game pour le 5ème fois en 6 ans après s’être débarassé des Fighting Irish de #4 Notre Dame sur le score de 31-14 lors d’un Rose Bowl parfaitement maitrisé. Il s’agira de la 9ème finale nationale de Nick Saban à la tête du programme d’Alabama.

Six ans après leur première participation à la finale des playoffs, les Buckeyes de #3 Ohio State ont créé la surprise en faisant tomber QB Trevor Lawrence et les Tigers de #2 Clemson au terme d’un Sugar Bowl largement dominé par le programme de Columbus (Ohio).

Mac Jones, DeVonta Smith et Najee Harris face à Justin Fields et Trey Sermon. Du grand spectacle en perspective.

On a déjà hâte !

On se donne donc rendez-vous le 11 janvier 2021 à Miami (Floride) pour le National Championship Game !

Lire la suite

Playoffs

Ohio State prend sa revanche face à Clemson, 49-28

Grâce à une performance exceptionnelle de QB Justin Fields et à une étonnante domination sur la ligne de scrimmage, les Buckeyes de #3 Ohio State remportent le Sugar Bowl face à #2 Clemson sur le score de 49-28 et rejoignent #1 Alabama au National Championship Game.

Publié

le

Crédit photo :

Battus sur le fil lors du dernier Fiesta Bowl et surmotivés après avoir été classés 11ème du Coaches Poll par Dabo Swinney, les Buckeyes de #3 Ohio State (7-0) n’ont fait qu’une bouchée des Tigers de #2 Clemson (10-2). La troupe de coach Ryan Day retournera donc au National Championship Game pour la première fois depuis l’édition inaugurale du College Football Playoff en 2014.

Après un match râté face à Northwestern en finale de conférence Big Ten, QB Justin Fields (22/28, 385 yards, 6 TD, 1 INT) savait qu’il serait l’un des joueurs les plus observés à l’occasion de ce Sugar Bowl. Et quelle fantastique performance du quarterback junior des Buckeyes ! Il termine ce match face à l’une des meilleures défenses du pays avec un total de 6 TDs à la passe pour seulement… 6 passes manquées !

Si la réussite insolente du quarterback de #3 Ohio State a donné le tempo à l’attaque des champions de conférence Big Ten, on retiendra peut-être encore davantage l’énorme domination des Buckeyes sur la ligne de scrimmage, des deux côtés du ballon. Protégée par une ligne offensive sensationnelle, RB Trey Sermon a ainsi accumulé 193 yards au sol tandis que l’escouade aérienne a fait des dégâts avec un total de 385 yards !

Et que dire du front seven ! QB Trevor Lawrence (33/48, 400 yards, 2 TD, 1 INT) a été sous pression tout au long de la rencontre et l’attaque au sol des Tigers a été limitée à… 44 petits yards !

Pourtant, #2 Clemson ne pouvait pas espérer mieux entrer dans ce Sugar Bowl : un drive parfait de 82 yards marqué par une sensationnelle réception de WR Cornell Powell (8 réceptions, 139 yards, 2 TD), suivie d’un TD au sol de 2 yards de QB Trevor Lawrence. Les Buckeyes ne pouvaient alors se permettre de laisser le quarterback des Tigers prendre le contrôle sur ce match et ils vont parfaitement s’ajuster par la suite.

Car c’est bien #3 Ohio State qui va dominer la 1ère mi-temps inscrivant 5 touchdowns consécutifs après avoir été contraint à un punt sur leur première possession. RB Trey Sermon sur une course de 32 yards, TE Luke Farrell sur une réception de 7 yards et TE Jeremy Ruckert (3 réceptions, 55 yards, 2 TD) sur une réception de 17 yards vont permettre aux Buckeyes de prendre les commandes 21-14 en milieu de 2ème quart-temps.

Source : Ohio State Athletic

Si RB Travis Etienne avait permis aux Tigers de passer devant 14-7, le reste de cette première mi-temps se résumera à une totale domination des Buckeyes. L’un des tournants de ce Sugar Bowl ? L’expulsion du leader défensif de #2 Clemson, LB James Skalski, pour un targeting commis sur QB Justin Fields.

#3 Ohio State capitalisera immédiatement avec un 3ème TD aérien sur une réception de WR Chris Olave (6 réceptions, 132 yards, 2 TD). 28-14 ! #2 Clemson commençait à vasciller très sérieusement. On avait rarement vu la défense des Tigers plaquer aussi mal. Inhabituel pour une équipe dirigée par l’exigent coordinateur défensif Brent Venables. Et la note va s’alourdir encore un peu plus lorsque QB Justin Fields a réussi sa 4ème passe de TD en se connectant une 2ème fois avec TE Jeremy Ruckert !

5 TD en 5 possessions. 28 points consécutifs des Buckeyes. Les Tigers rentrèrent aux vestiaires avec un retard de 21 points ! Totalement inattendu. L’absence du coordinateur offensif Tony Elliott (pour cause de covid-19) et celle de S Nolan Turner (suspendu pour la 1ère mi-temps) du côté de la défense de #2 Clemson mais surtout l’utilisation intelligente des tight ends par #3 Ohio State ont joué un rôle primordial lors de ces 30 premières minutes.

La pause a permis aux Tigers de faire quelques ajustements et ils vont débuter la 2ème mi-temps pied au plancher. Une interception de LB Mike Jones Jr, puis une passe de TD de QB Trevor Lawrence pour WR Cornell Powell : #2 Clemson revenait alors à deux possessions seulement (35-21).

L’espoir de comeback ne dura pas bien longtemps. La réplique des Buckeyes sera sanguinaire. Discret jusque-là, WR Chris Olave réussit alors une fabuleuse réception de 56 yards pour le 5ème TD dans les airs de QB Justin Fields. Puis, ce fût au tour de la défense de réussir un big play : un fumble de QB Trevor Lawrence provoqué par DL Tommy Togiai et récupéré par LB Justin Hilliard. Et enfin, WR Jameson Williams scella définitivement l’issue de ce match en captant une passe de 45 yards pour le 6ème TD à la passe de QB Justin Fields qui portait alors le score à 49-21. Game over.

WR Cornell Powell inscrira le dernier TD de ce Sugar Bowl sur une passe de 26 yards de QB Trevor Lawrence dont la carrière NCAA se terminera finalement par.. une interception !

Avec cette défaite, le quarterback des Tigers conclut sa carrière avec un bilan de 34-2 comme titulaire.

On retiendra également qu’avec un total de 524 yards au sol réussis lors de ses deux derniers matchs, RB Trey Sermon établit un nouveau record de l’université Ohio State. Sa performance n’est pas sans rappeler cette d’un certain RB Ezekiel Elliott qui avait porté les Buckeyes sur son dos jusqu’au titre national.

Résumé en vidéo

Lire la suite

Playoffs

Alabama balaie Notre Dame, 31-14, et retrouve le National Championship Game

Dominateur en attaque et en défense, le Crimson Tide de #1 Alabama remporte le Rose Bowl face à #4 Notre Dame sur le score de 31-14 et s’offre une 5ème participation au National Championship Game.

Publié

le

Crédit photo : Gary Cosby/USA Today Sports

Un an après avoir manqué les playoffs pour la première fois de leur mise en place en 2014, le Crimson Tide de #1 Alabama retrouve donc ses standards et participera à une 5ème finale nationale lors des 7 dernières saisons.

La troupe de Nick Saban a tout détruit sur son passage au cours de cette saison 2020 et elle a parfaitement assumé son rôle de favori (19.5 points au coup d’envoi) lors de ce Rose Bowl exceptionnellement relocalisé au AT&T Stadium d’Arlington en raison des restrictions sanitaires en vigueur du côté de la Californie.

L’attaque dirigée par le coordinateur offensif Steve Sarkisian a offert un récital (437 yards au total) et la défense a su réussir un big play décisif qui a annihilé toutes les chances de #4 Notre Dame.

Les Fighting Irish savaient que le début de match serait crucial. Il leur fallait impérativement rentrés avec confiance dans ce Rose Bowl et c’est sans hésiter qu’ils vont prendre la possession du ballon après avoir gagné le toss.

Les 10 premières minutes seront un vrai désastre. Forcés de punter à deux reprises sur ses deux premières possessions, l’attaque de #4 Notre Dame va exposer sa défense qui va payer très cher deux big plays offensifs des stars du Crimson Tide.

WR Devonta Smith (7 réceptions, 130 yards, 3 TD) va tout d’abord se jouer de la défense adverse en slalomant le long de la sideline pour un TD de 26 yards. Puis, RB Najee Harris (15 courses, 125 yards) va entrer en scène réussissant une course de 15 yards pour sortir #1 Alabama d’une mauvaise position sur le terrain avant de réussir l’action de ce match : une course de 53 yards après avoir sauté par-dessus DB Nick McCloud. Fabuleux et prodigieux ! TE Jahleel Billingsley (4 réceptions, 39 yards, 1 TD) concluera finalement ce drive par une réception de 12 yards pour le second TD de Bama.

RB Najee Harris, Alabama – Source : Alabama Athletic

Conscients qu’ils fallaient ralentir le tempo, les Fighting Irish ont alors retrouvé leurs fondamentaux : un jeu au sol puissant et efficace. Et au terme d’un long drive de plus de 8 minutes, le freshman RB Kyren Williams (16 courses, 64 yards, 1 TD) ramena un peu d’espoir chez les Golden Domers en transperçant le rideau défensif du Crimston Tide sur un 4ème down, bien protégé par la meilleure ligne offensive du pays.

Ce TD eut l’effet escompté : rassurer la troupe de Brian Kelly… pas pour bien longtemps !

Dès la possession suivante, #1 Alabama ne mettra qu’à peine plus de deux minutes pour reprendre 14 points d’avance (21-7). Et qui d’autre que WR DeVonta Smith pour assommer les Fighting Irish ? Le receveur senior réussit alors son 2ème TD sur une réception de 34 yards après une magnifique course après réception.

Après avoir provoqué le premier punt du Crimson Tide, #4 Notre Dame aurait pu revenir à 11 points mais K Jonathan Doerer manqua une tentative de FG de 51 yards. Les deux équipes rentraient alors aux Vestiaires sur un score de 21-7. L’écart pouvait donner quelques espoirs aux Fighting Irish mais l’exécution quasi-parfaite de l’attaque de #1 Alabama nous laissait penser le contraire.

Et le début de 3ème quart-temps nous donna raison. Alors que #4 Notre Dame était revenu sur le terrain avec de bonnes intentions, QB Ian Book (27/39, 229 yards, 1 INT) se fit intercepter par LB Christian Harris sur une passe trop courte à destination de TE Michael Mayer. La conséquence sera immédiate : un longue passe de 40 yards de QB Mac Jones pour WR John Metchie III (3 réceptions, 53 yards), suivie du 3ème TD sur réception de WR DeVonta Smith. 28-7. Game over.

La fin du match n’aura aucun impact sur le résultat final. Le sort de ce match était déjà scellé depuis longtemps.

#1 Alabama remporte ainsi le 5ème Grandaddy of Them All de son Histoire et le premier depuis 1946. On retrouvera donc le Crimson Tide lors du National Championship du 11 janvier prochain au Hard Rock Stadium de Miami Gardens.

Résumé en vidéo

Lire la suite

Playoffs

Sugar Bowl 2021 : Clemson-Ohio State, la preview

Un an après un Fiesta Bowl épique, QB Justin Fields et QB Trevor Lawrence se retrouvent à La Nouvelle-Orléans avec le même objectif que l’année dernière : obtenir un billet pour le National Championship.

Publié

le

Crédit photo : David Petkiewicz, cleveland.com

#2 Clemson (10-1) vs #3 Ohio State (6-0)

Sugar Bowl
La Nouvelle-Orléans, Louisiane
Mercedes-Benz Superdome
Vendredi 1er janvier 2021
20h00 (heure Est, 02h00 en France)

La seconde demi-finale du College Football Playoff voit s’affronter les Tigers de #2 Clemson, champions de l’ACC et finalistes malheureux l’an dernier, et les Buckeyes de #3 Ohio State, champions de conférence Big Ten, dans ce qui sera une revanche d’un épique Fiesta Bowl 2019 remporté par les Tigers.

Il s’agit de la 6ème participation aux playoffs en 7 ans pour le programme de #2 Clemson tandis que les Buckeyes participent au tournoi final à quatre pour la 4ème fois de leur Histoire.

Face à face, QB Trevor Lawrence (Clemson) et QB Justin Fields (Ohio State), deux des meilleurs quarterbacks du pays qui seront peut-être sélectionnés #1 et #2 de la prochaine draft NFL en avril prochain.

 

Comment sont-ils arrivés là ?

#2 Clemson (10-1)

Classés #1 du pays lors de la présaison, les Tigers vont rester en pole position de l’AP Top 25 jusqu’au début du mois de novembre en écrasant tout sur leur passage grâce à un QB Trevor Lawrence étincelant. La solide défense de Miami n’a rien pu faire pour ralentir le rouleau-compresseur orange (victoire 42-17 de Clemson) et Georgia Tech a encaissé 52 points… en 1ère mi-temps (!).

L’avenir de #2 Clemson aurait pu s’assombrir lorsque son leader offensif charismatique a été contrôlé positif à la COVID-19 avant le match face à Boston College. Menés de 17 points en 1ère mi-temps par les Eagles, QB DJ Uiagalelei et les Tigers s’imposeront finalement 34-28 mais ils verront leur série de 36 victoires consécutives en match de saison régulière prendra fin à South Bend lors d’une défaite 47-40 en prolongation face à #3 Notre Dame dans ce qui restera l’un des grands moments de cette saison.

Piquée au vif, la troupe de coach Dabo Swinney relèvera rapidement la tête en se débrassant facilement de Pittsburgh et Virginia Tech avant de prendre une revanche éclatante 34-10 face aux Fighting Irish lors de l’ACC Championship Game.

#3 Ohio State (6-0)

Les Buckeyes ont débuté leur saison 2020 six semaines après celle des Tigers en raison de la décision de la Big Ten d’annuler sa saison en aout dernier. La conférence a finalement changé d’avis et improvisé un calendrier de 8 matchs débutant le 24 octobre.

Dominateur lors de ses premiers matchs (52-17 contre Nebraska, 38-25 contre Penn State, 49-27 contre Rutgers), #3 Ohio State a vu trois de ses cinq derniers matchs annulés à cause de multiples cas de COVID-19 à Maryland, Illinois et Michigan. Si les Buckeyes n’ont eu aucune difficulté à écarter les Spartans de Michigan State (52-17), ils ont été mis en difficulté par la suprenante équipe de #11 Indiana ne s’imposant finalement que 42-35.

Alors que le règlement de la Big Ten imposait d’avoir joué 6 matchs pour participer à la finale de conférence, #3 Ohio State a bénéficié d’un changement des règles ultra-controversé afin de participer au Big Ten Championship Game que le programme de Columbus (Ohio) remportera 22-10 face à #14 Northwestern grâce à une performance historique de RB Trey Sermon (331 yards au sol).

Embed from Getty Images

Les clés du match

Comment stopper QB Trevor Lawrence ?

Ce n’est un secret pour personne : pour avoir une chance de s’imposer, les Buckeyes devront réussir à faire déjouer le prochain #1 de la draft NFL 2021. Protégé par une ligne offensive pourtant rajeunie, QB Trevor Lawrence a semblé en totale possession de ses moyens depuis son retour de quarantaine. Or, le backfield défensif des Buckeyes n’a pas montré toutes les garanties cette saison. Loin de là. Il a notamment été chahuté par l’attaque aérienne des Hoosiers de #11 Indiana (près de 500 yards accordés).

Pour éviter que le match tourne très rapidement en faveur des Tigers, #3 Ohio State devra être capable de couper les lignes de transmission entre le quarterback des Tigers et ses receveurs, WR Amari Rodgers et WR Cornell Powell. Pour y parvenir, le front seven des Buckeyes devra remporter son duel face à la ligne offensive adverse en mettant beaucoup de pression dans le backfield offensif et devra également créer suffisamment de confusion chez QB Trevor Lawrence avec des schémas pré-snap surprises.

Le jeu au sol des Buckeyes face à la défense des Tigers

Depuis quelques semaines, les Buckeyes semblent avoir retrouvé leur identité offensive : le jeu au sol. #3 Ohio State vient de réussir trois matchs consécutifs avec un total de plus de 300 yards au sol et RB Trey Sermon a établi un nouveau record de l’université Ohio State en accumulant 331 yards à la course lors du récent Big Ten Championship Game.

Mais les Buckeyes n’ont pas affronté une défense contre la course aussi solide que celle des Tigers (#9 au niveau national). Cette dernière a notamment limité la puissante attaque de Notre Dame à 44 petits yards au sol et à un décevant 3 sur 12 sur 3ème down lors de l’ACC Championship Game.

Le pass rush de Clemson face à la ligne offensive d’Ohio State

La ligne défensive des Tigers n’est pas aussi expérimentée que celles qui lui ont précédé ces dernières années mais les deux true freshmen 5-étoiles DE Bryan Bresee et DE Myles Murphy sont montés en puissance tout au long de la saison et le pass rush est redevenu l’une des forces de cette défense de Clemson.

Si la ligne offensive des Buckeyes s’est montrée ultra-efficace sur la run protection, on ne peut pas en dire autant de la pass protection. La capacité de protéger QB Justin Fields sera pourtant essentielle pour les champions de conférence Big Ten. Sous pression, le quarterback des Buckeyes est encore très vulnérable dans la poche et dans un match qui se gagnera probablement par l’attaque, une contre-performance dans le jeu aérien pourrait s’avérer catastrophique pour #3 Ohio State.

Embed from Getty Images

Joueurs à suivre

QB Trevor Lawrence, Clemson

Pour sa dernière saison au niveau NCAA, il a assumé son rôle de superstar en portant son équipe tout au long de la saison (69.2% de réussite à la passe, 22 TD, 4 INT). Son absence face à Boston College et Notre Dame (pour cause de test COVID-19 positif) aurait pu couter cher à son équipe. Elle lui coutera peut-être un trophée Heisman qui lui tendait les bras en début de saison… Son bilan en carrière de 34-1 est tout simplement exceptionnel (sa seule défaite remonte à la finale nationale 2020, face à LSU). L’an dernier face aux Buckeyes, il avait lancé 2 passes de TD et réussit un TD au sol décisif.

RB Travis Etienne, Clemson

Il est revenu à Clemson pour sa saison senior afin d’avoir l’opportunité de remporter un 2ème titre de champion national. Si sa contribution dans le jeu au sol des Tigers a été moins importante tout au long de la saison (882 yards au sol, 13 TD), il reste l’un des 3 meilleurs running backs du pays. Il a profité de la saison 2020 pour ajouter une nouvelle corde à son arc : son implication dans le jeu aérien (44 réceptions, 524 yards, 3 TD).

WR Amari Rodgers, Clemson

En l’absence de WR Justyn Ross et des jeunes pousses WR Joseph Ngata et WR Frank Ladson, il est devenu la soupape de sécurité du jeu aérien des Tigers. Sa connection avec QB Trevor Lawrence fait régulièrement mouche. Il a réussi 69 réceptions, 966 yards et 7 TD en 2020.

LB James Skalski, Clemson

Linebacker au coeur énorme, il est le leader vocal de cette défense des Tigers. Son absence avait été très préjudiciable à #2 Clemson lors de la défaite subie à South Bend. Il sera un élément essentiel pour contrer le jeu au sol des Buckeyes lors de ce Sugar Bowl.

S Nolan Turner, Clemson

L’an dernier, il avait réussi l’interception de la victoire face aux Buckeyes lors d’un Fiesta Bowl épique. Defensive back très instinctif, il a cultivé cette capacité de réussir des big plays à des moments cruciaux. Bonne nouvelle pour QB Justin Fields et #3 Ohio State : il sera absent en 1ère mi-temps de ce Sugar Bowl après avoir été expulsé pour un targeting face à #4 Notre Dame.

QB Justin Fields, Ohio State

Sa 2ème saison comme QB#1 de l’attaque des Buckeyes a démarré en fanfare (72/83, 86% d’efficacité, 11 TD, 0 INT lors de ses 3 premiers matchs) avant que la défense des Hoosiers ne dérègle le leader offensif des Buckeyes (3 INT). Sa dernière sortie n’est pas pour rassurer les fans de #3 Ohio State : face à Northwestern, il a connu son plus mauvais match à la passe en carrière (114 yards, 2 INT). Toutefois, il reste un danger constant grâce à des aptitudes athlétiques exceptionnelles et un sens de l’improvisation dévastateur.

RB Trey Sermon, Ohio State

Arrivé d’Oklahoma au cours de l’intersaison, il a tardé à s’affirmer comme le RB#1 des Buckeyes avant de prendre son envol face à Michigan State (11.2 yards pas course) et face à Northwestern (331 yards au sol) lors du Big Ten Championship Game.

WR Chris Olave, Ohio State

Révélation de la 2ème partie de la saison dernière, il a confirmé son statut de future star de l’attaque des Buckeyes. 36 réceptions, 528 yards et 5 TD en 5 matchs joués en 2020.

CB Shaun Wade, Ohio State

Considéré comme le successeur de Jeff Okudah au poste de cornerback, il n’a pas toujours brillé par sa constance au sein d’un backfield défensif des Buckeyes qui est peut-être le point faible de l’équipe. Toutefois, il reste un playmaker hors-pair qui peut faire basculer un match à lui tout seul sur un big play défensif.

Embed from Getty Images

Facteur X

La COVID-19. Lors du Big Ten Championship Game face à #14 Northwestern, les Buckeyes ont été privés de 22 joueurs pour cause de test positif ou pour une quarantaine préventive. WR Chris Olave, LB Baron Browning et P Drue Chrisman ont notamment manqué à l’appel. La Big Ten exige une quarantaine de 17 jours. Les Buckeyes seront-ils au complet à temps pour ce Sugar Bowl ? Quel sera l’impact de ces jours passés en quarantaine (donc sans entrainements) ? Il est difficile d’imaginer que cette situation ne représente pas un lourd handicap pour les champions de Big Ten.

Historique

Ce Sugar Bowl sera le cadre de la 5ème opposition entre #2 Clemson et #3 Ohio State. Les Tigers mènent largement la série 4-0.

Les deux équipes se sont déjà rencontrées à 2 reprises lors des playoffs : en 2016 (victoire 31-0 de Clemson) et en 2019 (victoire 29-23 de Clemson).

Source : Winsipedia

Blessés

#2 Clemson

Absent : QB Taisun Phommachanh (raisons inconnues), WR Justyn Ross (moëlle épinière), WR Joseph Ngata (raisons inconnues), DE Justin Foster (raisons inconnues), .
Incertain : DE Xavier Thomas (raisons inconnues), LB Jake Venables (bras), WR Ty Herbstreit (raisons inconnues).
Probable : Aucun.

#3 Ohio State

Absent : CB Cameron Brown (talon d’Achille), DB Kourt Williams (genou).
Incertain : WR Chris Olave (quarantaine), LB Baron Browning (quarantaine), P Drue Chrisman (quarantaine), S Marcus Hooker (quarantaine), WR Jaxon Smith-Njigba (raisons inconnues), WR Jaylen Harris (quarantaine), OL Patrick Johnson Jr (quarantaine), CB Lloyd McFarquhar (quarantaine).
Probable : QB Justin Fields (pouce).

Pronostic

Clemson 38, Ohio State 20

Lire la suite

Articles les plus lus