Suivez-nous

Blaze of Glory

Blaze of Glory – Chapitre 6

Blaise Collin revient sur l’actualité de la semaine dans le monde du College Football et décerne sa « Blaze of Glory ».

Publié

le

Sixième édition de cette chronique consacrée à l’actualité du College Football. Comme ce qui compte avant tout c’est Maryland et Penn State soient coachés par des psychopathes, on va surtout se concentrer sur les conférences Power 5. Désolé Hawaii, mais la victoire sur San Jose State (44-41) en cinq prolongations n’intéresse personne …

Dura lex sed lex

Il fallait bien que ça arrive. Avec la nouvelle règle qui autorise les joueurs à participer jusqu’à quatre matchs dans la saison sans perdre une année d’éligibilité, les transferts en tout genre devaient bien commencer au bout d’un mois de compétition. C’est donc Kelly Bryant (QB Clemson) qui, le premier, a profité de cette règle pour prendre la poudre d’escampette après que Dabo Swinney a confié les clés de la maison à son compère Trevor Lawrence.

La mesure avait été essentiellement mise en place pour permettre aux freshmen de voir un peu le terrain sans cramer leur potentiel redshirt. Mais elle ouvre la porte à la fuite des joueurs de toutes classes (freshman à senior) frustrés de leur temps de jeu. On peut déplorer le manque de fidélité de Kelly Bryant envers ses coéquipiers, son coach et son université et le critiquer pour abandonner la compétition à la première difficulté, ou, au contraire, applaudir la possibilité qui lui est offerte de continuer à accomplir sa passion sous d’autres projecteurs, pourquoi pas en route vers une carrière NFL. Quoiqu’il en soit, la loi est la loi et le quarterback déchu des Tigers ne fait qu’utiliser la règle à son avantage et, on l’espère pour lui, dans son intérêt. Après tout, si les coaches ont le droit de quitter le navire pour de$ prairie$ plu$ verte$, pourquoi pas les joueurs aussi…

Papy fait de la résistance

Kelly Bryant parti et Trevor Lawrence désormais aux commandes, Clemson se retrouve léger sur le banc des quarterbacks. Qu’à cela ne tienne, WR Hunter Renfrow, maintenant dans sa 138ème année chez les Tigers, a été intégré dans le groupe des QB.

Embed from Getty Images

Brice pas de Nice

Clemson recevait Syracuse avec une marge de manœuvre confortable selon les bookmakers (25.5 points). Mais tout n’est pas allé au mieux pour les Tigers qui ont perdu QB Trevor Lawrence sur blessure peu avant la mi-temps. Le nouveau titulaire a été remplacé par QB Chase Brice qui a évité le pire en menant le drive de la gagne et un TD de RB Travis Etienne à 41 secondes de la fin du match (27-23).

Pour tout le bien que l’on dit de la ligne défensive de Clemson, Syracuse a gagné la bataille des sacks (4-1) et n’est pas passé loin de ruiner la saison de la bande à Dabo.

Ce dernier a fait savoir qu’il réintégrera Kelly Bryant dans l’effectif si ce dernier décide de revenir. Reste à savoir si le déserteur retournera à la caserne et, le cas échéant, quel sera l’accueil qui lui sera réservé par les coéquipiers qu’il a égoïstement abandonné.

Destins contraires et chemins croisés

En 2015, Tennessee s’imposait d’un touchdown contre Georgia (38-31). En 2016, les Vols l’emportaient à Athens d’un field goal (34-31). En 2017, les Bulldogs prenaient leur revanche en écrasant UT à Knoxville (41-0). En 2018, les Dawgs l’ont à nouveau facilement emporté (38-12).

La gifle subie contre Georgia en 2016 et un joli 0-8 en conférence SEC ont couté sa tête à Butch Jones (désormais analyste à Alabama), remplacé cette saison par Jeremy Pruitt (anciennement coordinateur défensif à Georgia puis à Alabama). Coté Bulldogs, Kirby Smart (anciennement coordinateur défensif à Alabama et remplacé par Jeremy Pruitt – vous suivez ?) a repris les rênes après le limogeage de Mark Richt (parti à Miami et pas à Alabama) et plutôt bien mené sa barque avec une finale nationale l’an dernier. Bref, dans ce carrousel de Head Coaches, l’un des deux rivaux continue son ascension de l’Everest et l’autre essaie péniblement d’éviter de sombrer dans la fosse des Mariannes.

Légende contre légende

Peyton Manning, présent à ce Georgia-Tennessee sur la ligne de touche des Vols, a donc assisté au onzième match consécutif de Tennessee perdu en conférence. Sur la touche d’en face, Herschel Walker a pu apprécier un cinquième match de rang dans lequel ses Bulldogs n’ont pas encore été menés au score.

Baby-sitter, baby-sitter, baby-sitter, baby-sitter

La sœur de Trace McSorley (QB Penn State) est la baby-sitter de son Head Coach James Franklin. Oui, globalement, on s’en fout. Mais BoG est également là pour vous fournir ces petites informations croustillantes que vous pouvez ressortir à votre prochain diner mondain. Essayer et vous remercierez BoG plus tard. Ou pas.

Boomerang

Avant le début de la saison 2015, le coordinateur défensif de Mississippi State est parti pour Florida, un départ moqué par le Head Coach de l’époque, Dan Mullen, qui l’avait caractérisé de « lateral move». Qu’à cela ne tienne, un marchand de glace de Starkville, qui avait nommé « Mullen » le parfum préféré de sundae de l’ancien coach des Bulldogs, l’a rebaptisé « The Lateral Move » après le départ de celui-ci pour Florida. Florida rendait visite à Mississippi State ce week-end et Dan Mullen a eu sa revanche dans un match très défensif où ses Gators se sont imposés contre les Bulldogs (13-6).

Embed from Getty Images

Chose promise…

« Je suis désolé. (…) Mais je vous promets une chose, beaucoup de bonnes choses vont ressortir de tout ça. Vous ne verrez jamais aucun joueur dans tout le pays jouer aussi dur que je vais jouer le reste de la saison et vous ne verrez personne pousser le reste de l’équipe aussi fort que je vais pousser tout le monde le reste de la saison. Et vous ne verrez jamais une équipe jouer aussi dur que nous allons le faire le reste de la saison. Dieu vous bénisse. »

Puisqu’on parle des Gators… Il y a dix ans, Tim Tebow délivrait ce message en conférence de presse après la défaite surprise de Florida contre Ole Miss. Le message, inscrit deux mois plus tard sur un mur du Ben Hill Griffin Stadium, a résonné dans les oreilles des Gators et Tim Tebow n’a pas menti : Florida a remporté ses dix matchs suivants et le titre national.

Depuis sa retraite universitaire, Florida a signé quinze quarterbacks, dont dix ont quitté Gainesville avant terme, et les Gators sont toujours à la recherche du Messie 2.0. Avec onze QB différents aux commandes en huit saisons et demi, UF a rendu un piètre 62-43 et glané deux petits titres de division SEC East, soit autant que Missouri et un de moins que Georgia. Le bilan de Tim Tebow ? Deux titres de la SEC et deux titres nationaux en quatre ans.

Et la petite friandise pour votre prochaine sortie entre amis : qui était le coach des QB de Florida en 2008 ? Yep, Dan « lateral move » Mullen !

Oh, le vilain !

Kyler Murray (17/21, 432 yards, 6 TD / 10 courses, 45 yards, 1 TD), en retard à l’entraînement, n’a pas débuté contre Baylor. Une grosse punition pour le QB des Sooners qui a repris les commandes lors du deuxième drive d’OU et marqué deux de ses sept TD sur ses deux premiers drives. Boomer Sooner s’est trimbalé contre les Bears (66-33). Bon, qu’on lui fasse faire trois tours de terrains ou trois séries de vingt pompes pour lui apprendre la ponctualité, mais le laisser sur le banc c’était ridicule…

Texas is back

Or is it? Texas s’est imposé à Kansas State (19-14) pour mettre fin à une série de cinq défaites de rang à Manhattan. Après un raté contre Maryland en ouverture de la saison (29-34), les Longhorns sont gentiment montés en puissance avec des victoires contre Tulsa (28-21), USC (37-14), TCU (31-16) et, donc, à Kansas State. Leur retour parmi l’élite ne sera vraiment confirmé que lors de leur prochain match, la Red River Rivalry contre Oklahoma.

Remontée

Michigan n’avait jamais remonté 17 points dans l’ère Jim Harbaugh (dont aucune équipe n’avait d’ailleurs jamais remonté un tel handicap). C’est désormais chose faite contre Northwestern (20-17) qui avait mis la tête des Wolverines profondément sous l’eau en début de deuxième quart temps.

Embed from Getty Images

We Are !

Not elite… Dixit l’auto-proclamé psychopathe James Franklin, son équipe n’a pas encore le statut « élite » d’Ohio State. Ce qui explique peut-être que les Buckeyes se soient imposés à Beaver Stadium (27-26) en remontant un déficit de 12 points dans le dernier quart temps. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir essayé pour les Nittany Lions dont le QB Trace McSorley (16/32, 286 yards, 2 TD / 25 courses, 175 yards, 1 TD) a établi un nouveau record individuel à PSU avec 461 yards offensifs.

C’était seulement la seconde fois que deux équipes de la B1G du Top 10 s’affrontaient en septembre. La première fois, en 1983, Ohio State s’était incliné à Iowa. Cette fois, tOSU a prévalu devant une foule record (110,889 spectateurs) tout de blanc vêtue.

Le match, comme les trois précédents entre les deux équipes, ne s’est joué à rien. Avec quatrième tentative et cinq yards à parcourir, Penn State a choisi de faire courir RB Miles Sanders (16 courses, 43 yards, 1 TD) malgré sa moyenne 3.0 yards par course jusque-là. Trace McSorley a confirmé le choix inattendu, expliquant qu’il avait vu dans l’alignement défensif des Buckeyes que ce jeu était le mieux adapté à la situation mais que son équipe l’avait juste mal exécuté. Un raté qui coûte très cher puisque les chances des Nittany Lions d’atteindre le playoff sont désormais réduites à 16%. Les Buckeyes sont, en revanche, lancé sur la voie royale, avec 75% de chances d’être parmi les quatre heureux élus.

Où l’on reparle de Maryland…

Un autre psychopathe, selon des joueurs et parents de joueurs, est DJ Durkin, le Head Coach toujours suspendu de Maryland. L’université, qui a récemment déclaré sa responsabilité dans la mort de Jordan McNair se retrouve maintenant bombardée de témoignages accablants sur la culture toxique de diatribes et humiliations en tout genre qui régnait jusqu’à peu à College Park. Les méthodes plus que douteuses de DJ Durkin et de son staff auraient été signalées en décembre 2016 par une mère de joueurs dans une lettre délivrée en main propre au bureau du Président de l’université et envoyée électroniquement au Directeur Athlétique de l’époque. Pourquoi n’a-t-elle pas eu d’écho ? Pourquoi a-t-il fallu attendre la mort d’un joueur pour mettre à jour ces agissements dépassant l’entendement ? Il va falloir un certain temps pour déterminer les responsabilités des uns et des autres dans l’affaire mais, une chose est quasi certaine, des têtes vont tomber. Pas la peine de parier $1600 là-dessus…

Notre Dame – Stanford

On se demande vraiment ce qui a mis si longtemps à convaincre Brian Kelly de confier les rênes de son équipe à QB Ian Brook (24/33, 278 yards, 4 TD / 15 courses, 47 yards) qui a été impérial dans la correction infligée à Stanford (38-17). Le Cardinal, qui s’en était miraculeusement sorti à Oregon, n’a, cette fois, rien pu faire contre l’Irish. Pire, RB Bryce Love (13 courses, 73 yards, 1 TD) est sorti sur blessure en début de dernier quart temps.

Cette éclatante victoire du Fighting Irish met ND en position idéale pour la course au playoff. Avec deux victoires contre des équipes du Top 15 (la première sur Michigan, 24-17) et plus grand monde de qualité à l’horizon – à Virginia Tech et à USC sont les deux gros ( ?) morceaux restant si l’on part du principe que les Domers devraient disposer sans trop souffrir de Florida State et Syracuse à South Bend, Notre Dame pourrait terminer la saison 12-0 et il serait alors difficile de lui fermer la porte du playoff. Mais avec des si…

Embed from Getty Images

Pari osé ?

Alabama contre Louisiana-Lafayette c’est un peu comme Brésil – Fidji au foot. La question n’est pas tellement de savoir qui va gagner mais plutôt si le nombre de buts de Neymar sera supérieur au nombre de fois où il se roulera par terre (au passage, félicitations à nos lecteurs belges pour la première place de leur pays au classement FIFA – comme quoi il n’y a pas que le vénéré Comité de Sélection du Playoff qui a de la fiente de pygargue dans les yeux – oui, c’est moche, mais le Bald Eagle, emblème des Etats-Unis, n’est pas un aigle…).

Quoi qu’il en soit, donner des cotes à des matchs déséquilibrés dont on se demande même pourquoi on les joue, c’est le boulot des bookmakers de Las Vegas. Ils ont donc sereinement donné à la victoire de Bama la cote de 990 contre 1. Et, dixit l’un d’entre eux, la cote a été jugée trop faible mais c’était la limite du logiciel. Le Tide colle donc des roustes à tout le monde sur le terrain et s’avère aussi trop fort pour les ordinateurs de Las Vegas… Ce pari absurde, avec lequel il n’y a pas grand chose à gagner, n’a pas découragé un parieur qui a empoché la coquette somme de… 1 dollar et 60 cents après avoir parié près de mille six cent dollars. De quoi se faire une petite frayeur pendant au moins 3 minutes et 35 secondes, le temps qu’il a fallu au Crimson Tide pour ouvrir la boite à touchdowns.

Matchs poubelles

Comme chaque semaine, il y a quelques matchs qui ne méritaient pas l’attention de BoG au quatrième quart temps. Florilège, par ordre alphabétique :

Alabama a été dominé par Louisiana-Lafayette (7-14)… en seconde mi-temps. Le Tide avait 49 points d’avance à la pause, de quoi lever le pied, faire tourner l’effectif et rendre un parieur heureux (56-14).

Arizona State a aisément disposé d’Oregon State (52-24), mais qui en Pac-12 ne le fait pas ?

Cincinnati a atomisé Connecticut (49-7) qui attend impatiemment le début de la saison de basketball.

Georgia Tech a enterré Bowling Green (56-17) avec huit TD au sol. QB TaQuon Marshall (5/6, 160 yards / 13 courses, 42 yards, 2 TD) a passé pour 160 yards en 5 passes complétées.

LSU a tranquillement déroulé contre Ole Miss (45-16) qui s’avère avoir la pire défense de la SEC.

Miami a écrasé North Carolina (47-10) en marquant trois TD défensifs, égalant le record de l’école. Les défenseurs des Hurricanes ont également forcé six pertes de balles et donc passé la soirée à se piquer la « Turnover Chain » à tour de rôle.

Wake Forest a confortablement battu Rice (56-24).

Washington a facilement battu BYU (35-7).

Cuillère de bois

Le mariage entre Mississippi State et son nouveau Head Coach Joe Moorhead n’a pas débuté par une lune de miel. Après n’avoir marqué que 7 points contre Kentucky (7-28) la semaine passée, les Bulldogs n’en ont mis que 6 contre Florida (6-13). On est loin de ce que Joe Mo produisait à Penn State.

Il fut un temps où La Défense de Nebraska était l’une des plus féroces du pays. Un certain nombre des lecteurs de BoG salissait probablement encore ses couches à cette époque désormais révolue. Après avoir concédé 56 points à Michigan, les Huskers en ont lâché 42 contre Purdue (24-42) pour leur second match de la B1G. Leur nouveau Head Coach Scott Frost n’était pas content en conférence de presse…

Pas qu’on s’attendait à un exploit à Colorado mais avec son revers à Boulder (16-38), UCLA est 0-4 pour la première fois depuis 1971.

Embed from Getty Images

Tops

Un flambeau pour… Eno Benjamin (RB Arizona State) qui a galopé tant qu’il a pu contre Oregon State (52-24) avec 30 courses, 312 yards et 3 TD.

Un brasier pour… Greg Dortch (WR Wake Forest) pour ses 11 réceptions, 163 yards et 4 TD contre Rice (56-24).

Un feu d’artifice pour… Jerry Tillery (DL Notre Dame) pour ses quatre sacks sur K.J. Costello (QB Stanford) lors de la nette victoire de l’Irish sur le Cardinal (38-17).

Flops

Un pétard mouillé pour… les QB de Clemson. Kelly Bryant quitte le navire, Trevor Lawrence se blesse, Chase Brice prend les commandes et évite le naufrage contre Syracuse (27-23), rôle qui était dévoué à Kelly Bryant s’il était resté. Lequel Kelly Bryant est attendu les bras ouverts par Dabo Swinney lorsqu’il aura fini son caprice.

Un seau d’eau pour… les QB de North Carolina. Chazz Surrat faisait son retour après sa suspension purgée pour avoir vendu ses Jordan et il a fêté ça avec trois interceptions dont 2 retournées pour TD. Son compère Nathan Elliot n’a guêre fait mieux en perdant trois fumbles dont l’un a été retourné pour TD. Autant dire que les Tar Heels n’ont pas pesé lourd contre Miami (10-47).

Un naufrage titanesque pour… Scott Frost, le Head Coach de Nebraska qui, suite à la déroute subie face à Purdue (28-42) a déclaré que son équipe lui semblait être la plus indisciplinée du pays, que ses joueurs avaient l’air d’aimer perdre et qu’il en avait assez d’entrainer une équipe indisciplinée. S’en prendre à ses joueurs, des amateurs de 18 à 22 ans, faut-il le rappeler, n’est pas la meilleure leçon éducative qu’il soit…

Bons points et bonnet d’âne

Classement hebdomadaire des conférences P5 (Victoires – Défaites) basé sur les rencontres hors conférence :

1. SEC : 3V – 0D (Total : 33V – 5D)
2. B1G : 1V – 0D (Total : 26V – 12D)
3. ACC : 3V – 1D (Total : 31V – 10D)
4. Pac-12 : 1V – 1D (Total : 23V – 11D)

Big 12 : 0V – 0D (Total : 21V – 7D)

Course à l’Heisman

Comme on ne change pas une équipe qui gagne…

Tua Tagovailoa (QB Alabama) n’a pas eu a forcé contre Louisiana-Lafayette (56-14). Stats : 8/8, 128 yards, 2 TD.

Dwayne Haskins (QB Ohio State) a mené ses Buckeyes à une courte mais précieuse victoire dans l’enfer du White Out de Penn State (27-26). Stats : 22/39, 270 yards, 3 TD, 1 INT.

Will Grier (QB West Virginia) a bien maitrisé sa sortie à Lubbock en dominant la bataille des QB lors de la victoire des Mountaineers dur Texas Tech (42-34). Stats : 27/41, 370 yards, 3 TD.

Dernier carré

Et le playoff sera…

#1 Alabama – #4 Oklahoma
#2 Ohio State – #3 Clemson

Alabama a manqué un FG et doit vraiment se mettre au boulot pour… Bon, okay, on s’en fout de ce FG manqué. Tua Tagovailoa n’a besoin que d’une mi-temps pour gagner les matchs, tant que ça ne changera pas le Tide sera numéro 1. Ohio State a fait le boulot en patron et s’est ouvert une voie royale pour un second titre de la B1G consécutif. Sûr, il y a encore du progrès à faire mais y-a-t-il beaucoup d’équipes clairement supérieures aux Buckeyes à l’heure actuelle ? Clemson ne fait sûrement pas parti de ce groupe-là mais les Tigers n’ont personne de sérieux à jouer avant de soulever le trophée de la conférence ACC. Et pour finir, si Kyler Murray continue de merder les réglages de son réveil et d’être en retard à l’entrainement on finira par… Par quoi ? Tant qu’Oklahoma n’affronte plus une équipe qui joue l’option, les Sooners sont favoris pour terminer invaincus dans la Big 12.

Embed from Getty Images

Blaze of Glory

Cette semaine, l’auréole de gloire revient à Washington State pour sa victoire contre Utah (28-24) au cours de laquelle les Cougars ont terminé avec… zéro yard au sol. C’est la 10ème victoire de rang à domicile pour Wazzu, sa plus longue série depuis neuf succès consécutifs entre 1941 et 1946.

Membre de la Football Writers Association of America (FWAA), Blaise Collin est un passionné de football universitaire et de NFL, passé par l'Idaho et basé en Californie depuis 2018. Après avoir contribué au site elitefoot.com, il a rejoint la rédaction de 4th&Goal en 2013. Il partage désormais sa vision du football sur The Blue Pennant et sur footballamericain.com.

Publicité
Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Blaze of Glory

Blaze of Glory – Chapitre 71 : Tez Walker retrouve le sourire

Blaise Collin revient sur l’actualité de la semaine 7 dans le petit monde du College Football et décerne sa « Blaze of Glory ».

Publié

le

Crédit photo : North Carolina Athletics

Soixante-et-onzième édition (2023 – Semaine 7) de cette chronique consacrée à l’actualité du College Football. Comme ce qui compte avant tout c’est que, Mark Stoops (HC, Kentucky) encourage les fans des Wildcats à accroître leurs donations monétaires parce qu’à Georgia, eux, ils ont acheté un paquet de bons joueurs, on va surtout se concentrer sur les conférences Power 5.

La question du jour

« Qui a inventé ces matchs à 20 heures ? C’est le truc le plus idiot de tous les temps. Le truc le plus stupide jamais inventé dans la vie. Qui veut rester debout jusqu’à 20 heures pour un fichu match ? »

Bon, apparemment, Deion Sanders n’aime pas les matchs à 20 heures, heure du coup d’envoi de la rencontre entre Colorado et Stanford. Effectivement, le match était après l’heure du coucher pour les Buffaloes qui ont piqué du nez après la pause (29-0) et se sont finalement endormis en seconde prolongation contre Stanford (43-46, 2 OT).

Les dix-sept pénalités pour 127 yards des Buffs ont bien aidé le Cardinal pour la plus grosse remontée au score de son histoire (29 points). WR Elic Ayomanor (13 réceptions, 294 yards, 3 TD) en a profité pour établir un nouveau record de l’université avec ses 294 yards en réception et s’est offert la réception du match avec un ballon capté sur la tête de CB/WR Travis Hunter (13 réceptions, 140 yards, 2 TD / 5 placages), de retour sur les terrains, conclue par un touchdown.

La statistique qui ne sert à rien

Il y a 826 universités aux États-Unis qui ont un programme de football. Parmi elles, 666 font partie de la NCAA, 95 sont en NAIA et 65 évoluent en JUCO.

En NCAA, il y a 133 universités en FBS et 128 en FCS (pour un total de 261 en Division I), 162 en Division II et 243 en Division III.

Ce que vous faites avec ces informations est entièrement dépendent de vous-mêmes…

À la masse ?

BoG, qui aime bien les légumes pour lutter contre le scorbut et ne dit jamais non à une Sam Adams Boston Lager pour accompagner lesdits légumes, a décidé de récompenser le meilleur agriculteur de FBS en suivant l’évolution de sa saison 2023.

UMass : 1-7

Semaine 0 : @ New Mexico St          V 41-30
Semaine 1 : @ Auburn                       D 14-59
Semaine 2 : Miami (OH)                    D 28-41
Semaine 3 : @Eastern Michigan       D 17-19
Semaine 4 : New Mexico                   D 31-34 (OT)
Semaine 5 : Arkansas State              D 28-52
Semaine 6 : Toledo                             D 41-24
Semaine 7 : @ Penn State                 D 0-63

QB Taisun Phommachanh, UMass – Crédit photo : Barry Reeger, AP

Ferentz contre Ferentz

Iowa, où Kirk Ferentz est l’entraineur en chef depuis le siècle dernier, est réputé pour ses défenses féroces et ses attaques pédestres. Le coordinateur offensif n’est autre que le fiston du Head Coach, Brian Ferentz, et il a le feu au derrière cette saison avec l’obligation de marquer au moins 25 points par match en moyenne sous peine d’être viré fin juin 2024. Avec 13 matchs (12 en saison régulière + 1 en post-saison), la cible est donc placée à 325 points.

En Semaine 7, Iowa se déplaçait à Wisconsin pour la finale non-officielle de la Big Ten West et les Hawkeyes ont gagné leur bataille, à nouveau défensive (15-6).

BoG, qui aime bien triturer les chiffres, compile les statistiques pour vous :

Cible : 325 points
Matchs joués : 7 sur 13
Points marqués : 146 (24 + 20 + 41 + 0 + 26 + 20 + 15) 
Points manquants : 179
Moyenne actuelle (points/match) : 20.9
Moyenne restante nécessaire (points/match) : 29.8

Mon kicker est meilleur que ton quarterback

Luke Bauer (PK, Missouri) : 1/1, 39 yards et 1 TD face à #24 Kentucky (38-21).

Deacon Hill (QB, Iowa) : 6/14, 37 yards face à Wisconsin (15-6).

U SuCk

#10 USC a été corrigé à #21 Notre Dame (20-48). Pourtant, les Trojans ont dominé la feuille de statistiques offensives : 302 à 251 yards, 23 à 13 premiers downs, 6 sur 13 contre 3 sur 10 en troisième tentative… Mais ils ont aussi perdu la balle à cinq reprises conduisant directement à 28 points des Fighting Irish, soit exactement l’écart au score final.

Les trois premiers touchdowns ont immédiatement suivi des interceptions de QB Caleb Williams (23/37, 199 yards, 1 TD, 3 INT) dans son propre camp et le dernier est un fumble de WR Mario Williams (5 réceptions, 28 yards) recouvert par ND pour TD. Les Domers ont également ajouté un touchdown sur retour de kickoff, ce qui fait que leur défense et leurs équipes spéciales ont fait la majorité du boulot.

Avec seulement 251 yards offensifs, dont la moitié dans les airs pour QB San Hartman (13/20, 126 yards, 2 TD / 1 course, 12 yards), ND a marqué 48 points en 49 jeux…

RB Audric Estime, USC – Crédit photo : Michael Reaves, Getty Images

Pendant que personne ne regardait…

Une semaine après une retentissante victoire contre Notre Dame (33-20), #14 Louisville a fait dans sa culotte à Pittsburgh (21-38).

Les Cardinals menaient à la mi-temps (21-14) mais ne sont apparemment pas ressortis du vestiaire après la pause.

QB Jack Plummer (29/52, 350 yards, 1 TD, 2 INT) s’est fait intercepter sur deux drives consécutifs à moins de 25 yards de l’en-but des Panthers. La première a été retournée sur 86 yards pour touchdown (21-31) moins de quatre minutes après que RB C’Bo Flemister (13 courses, 27 yards, 2 TD) a donné l’avantage à Pitt avec son second touchdown au sol du match.

Le succès de Pittsburgh a été parachevé en fin de dernier quart temps par la seconde passe de touchdown de QB Christian Veilleux (12/26, 200 yards, 2 TD / 4 courses, 17 yards), l’ancien quarterback de Penn State, qui fêtait sa première titularisation avec sa nouvelle équipe.

Pendant que tout le monde regardait…

Le match de la Semaine 7 entre #8 Oregon et #7 Washington était la première confrontation entre les deux équipes lorsque membres du Top 10 et il n’a certes pas déçu.

Les Ducks avaient gagné quinze des derniers dix-huit matchs avant la rencontre mais ne partaient pas favoris à Seattle, donné perdants de 3 points par les bookmakers de Las Vegas. Et perdu de 3 points ils ont (33-36)…

Ça n’était ni Hollywood, ni le « Coach Prime Show », mais sans aucun doute le match le plus divertissant du début de saison en Pac-12. Le tableau d’affichage a changé six fois de leader, entre la première (7-0) et la dernière (36-33) passe de touchdown de QB Michael Penix (22/37, 302 yards, 4 TD, 1 INT).

Et si les Huskies méritent amplement une victoire qu’ils sont allés chercher avec calme et assurance dans les deux dernières minutes, le match s’est essentiellement joué à laquelle des deux équipes commettrait le moins de faute. À ce petit jeu, les ouafs-ouafs ont fait un tantinet mieux que les coins-coins.

Bien sûr, Oregon aurait pu égaliser à la dernière seconde pour s’offrir une chance sur deux de l’emporter en prolongation. Mais K Camden Lewis (1/2 FG / 2/2 PAT) a manqué son field goal de 43 yards, ce pour quoi on peut difficilement le blâmer puisqu’en 56 coups de pied en carrière, il n’avait dépassé 43 yards que cinq fois (à Oregon, on a rarement à taper des field goals de loin).

Non, ce qui a perdu OU, ce n’est pas le jeu au pied, c’est son taux de conversion en quatrième tentative (0 sur 3), qui lui a coûté six points.

Cela dit, puisque le conférence Pac-12 s’est débarrassée de ses divisions, Ducks et Huskies ont toutes les chances de se retrouver à Las Vegas le 1er décembre pour la finale de conférence. Pour Oregon, cela nécessitera de ne pas chuter à Utah (28 octobre) ou contre USC (11 novembre) et Oregon State (24 novembre). Le chemin de LV n’est pas plus aisé pour les Huskies avec des déplacements périlleux (?) à USC (4 novembre) et Oregon State (18 novembre) et les venues de Utah (11 novembre) et Washington State (25 novembre).

S’il fallait mettre une petite pièce sur le vainqueur d’une potentielle revanche début décembre à Allegiant Stadium, BoG poserait un petit billet vert sur Oregon. Bah oui, d’ici-là, HC Dan Lanning aura peut-être le temps de bosser son coaching…

RB Dillon Johnson, Washington – Crédit photo : Steven Bisig, USA TODAY Sports

Le truc qui n’a rien à voir avec le schmilblick

BoG-64 avait appris à ses lecteurs ahuris que UMass possède le meilleur programme agronomique du pays. Tout excité, le lectorat de BoG suit désormais avec attention et passion les résultats hebdomadaires des Minutemen (voir ci-dessus la nouvelle performance douteuse de nos amis de Nouvelle-Angleterre).

Cette semaine, BoG vous sort le popotin des bancs de l’amphithéâtre pour aller directement à la récolte dans les champs avec le classement du meilleur maïs produit dans les états des universités de la conférence Big Ten ou, plus exactement, celui du pourcentage de la production jugée excellente par un jury expert en maïs (probablement) et amateur de bon popcorn (mois probablement). Attention, il pourrait y avoir des surprises ! Notez que Maryland et Rutgers sont inéligibles, pas tellement pour leur médiocrité au football (quoique…) mais parce qu’il n’y a pas beaucoup de champs de maïs au bord de l’Atlantique.

Bon, avec tout ça, le classement du meilleur maïs de la Big Ten (pourcentage de la production jugée excellente) est… :

  1. Pennsylvanie   20%
  2. Ohio                15%
  3. Nebraska         14%
  4. Michigan         12%

Wisconsin       12%

  • Illinois             10%
  • Indiana            9%
  • Minnesota       7%
  • Iowa                6%

Surprise ! La Pennsylvanie, plus connue pour le chocolat Hershey’s et la bière Yuengling, prend la première place. Et l’Iowa, dont la production est sans doute supervisée par Brian Ferentz, est bon dernier…

Invincibles

Trois de chute pour les derniers P5 invaincus. Avec les défaites de Louisville (ACC), Oregon et USC (Pac-12), la liste se réduit à :

ACC : Florida State, North Carolina
Big Ten : Michigan, Ohio State, Penn State
Big 12 : Oklahoma
Pac-12 : Washington
SEC : Georgia
Indépendants : néant

Crédit photo : Gerald Herbert, AP

Matchs poubelles

Comme chaque semaine, il y a quelques matchs qui ne méritaient pas l’attention de BoG au quatrième quart temps. Florilège, par ordre alphabétique :

  • Arizona a atomisé #19 Washington State (44-6). Les Cougars ont marqué sur leur premier drive mais n’ont plus revu la moitié de terrain des Wildcats jusqu’à leur dernière série offensive.
  • #4 Florida State s’est baladé contre Syracuse (41-3) sous les yeux d’une grosse partie de l’équipe championne nationale de 1993 emmenée par Charlie Ward.
  • LSU a écrasé Auburn (48-10), son deuxième plus large succès dans la série après 2011 (45-10).
  • #2 Michigan a pulvérisé Indiana (52-7) et marqué plus de 45 points trois fois consécutivement, un record en Big Ten.
  • Notre Dame a puni USC (48-20) pour la cinquième victoire consécutive des Domers sur les Trojans à South Bend.
  • #3 Ohio State a évité le piège à Purdue (41-7) sans RB TreVeyon Henderson et RB Miyan Williams, toujours blessés.
  • #6 Penn State a massacré UMass (63-0). Après six matchs, PSU a des moyennes de points marqués et encaissés de plus de 40 et moins de 10, respectivement. La dernière équipe avec ces statistiques était Miami, champion national en 2001.
  • TCU a balayé BYU (44-11) avec une défense retrouvée (seulement 243 yards offensifs et 2/14 en troisième down pour Brigham Young).

Cuillère de bois

Dans la série des décisions foireuses, on continue cette semaine avec HC Dan Lanning et ses Oregon Ducks.

Contre Washington (33-36), l’entraineur en chef de OU a eu cinq situations de quatrième tentative à gérer. Pour deux d’entre-elles, votre boulangère aurait pu prendre la même décision de dégager au pied : à chaque fois, OU était dans ses propres 30 yards.

Juste avant la mi-temps, menés 18-22 et à 3 yards de l’en-but de UW, les Ducks ont choisi de tenter une passe de QB Bo Nix (33/44, 337 yards, 2 TD / 7 courses, 14 yards) plutôt que de prendre les 3 points du field goal. On sait qu’Oregon aime jouer agressivement (cf. les tentatives de conversion à deux points après leurs touchdowns qui sont quasiment devenues une signature du programme, ça et leurs uniformes). On sait aussi que les vieux de la vieille vous diraient de toujours prendre les points, notamment quand le match est serré, qu’il reste une moitié de match à jouer, et que votre équipe entame la seconde mi-temps avec le ballon en attaque. HC Dan Lanning a voulu prendre l’avantage au score avant de rentrer aux vestiaires, c’est largement discutable, mais bon…

En fin de troisième quart temps, menés 18-29 et à 8 yards de l’en-but de UW, les Ducks ont choisi de tenter une passe de QB Bo Nix sur 4&3 plutôt que de prendre les 3 points du field goal (qui les auraient également positionnés à une possession de balle de leurs adversaires). On sait que blah blah blah…

Malgré ces deux ratés, Oregon est parvenu à repasser devant au score pour mener 33-29 avec 2’16 à jouer et un nouveau 4&3 au milieu du terrain. Sans doute impatient de tuer le match, Dan Lanning a, à nouveau, choisi de tenter une passe, sans doute plus confiant dans les 80% de réussite en quatrième tentative de son équipe lors de ses cinq premiers matchs contre des paillassons que dans le 0 sur 2 de l’après-midi. Ou alors, il a eu trop peur de rendre le ballon à QB Michael Penix à 75 yards de son en-but avec deux minutes à jouer et zéro temps mort… Bon, la passe de QB Bo Nix n’a trouvé que la poussière et, deux jeux plus tard, les Huskies étaient devant (pour de bon) au tableau d’affichage.

Évidemment, c’est facile de refaire le match du confort de son canapé et, si une de ces trois tentatives avait réussi, il n’y aurait même pas de discussion sur les deux autres (la dernière n’aurait probablement même pas eu lieu). Mais, à sa décharge, BoG n’est pas payé sept millions de dollars pour s’acharner à tenter des passes en quatrième tentative quand ça n’a pas l’air de marcher fort. Parfois, essayer de rattraper une erreur par un autre coup risqué n’est pas la bonne solution.

La seule question intéressante qui demeure est : combien de quatrièmes tentatives les Ducks tenteront-ils contre les Huskies, si les deux équipes se retrouvent pour la revanche en finale de conférence ? De façon assez amusante, sauf pour les fans des Ducks, Oregon a perdu contre Washington l’an dernier (34-37) en manquant un 4&1 sur sa propre ligne des 34 yards avec moins de quatre-vingt-six secondes à jouer, ce qui a permis à UW de marquer le field goal de la victoire quatre jeux plus tard. Comme on dit, jamais deux sans trois…

Tops

Un flambeau pour… LB Landon Jackson (11 placages, 3.5 sacks) et ses trois sacks et demi lors de la défaite d’Arkansas à #11 Alabama (21-24).

Un brasier pour… S Xavier Watts (7 placages, 2 INT) et ses deux interceptions et son fumble retourné pour touchdown lors de la victoire de Notre Dame contre USC (48-20).

Un feu d’artifice pour… CB Daequan Hardy (1 placage, 2 TD) et ses deux touchdowns sur retour de punt lors de la victoire de Penn State contre UMass (63-0).

LB Landon Jackson (#40), Arkansas – Crédit photo : Hank Layton, NWA Democrat-Gazette

Flops

Un pétard mouillé pour… QB Dante Moore (14/33, 165 yards, 1 TD, 3 INT / 10 courses, 18 yards) et ses trois interceptions lors de la défaite de UCLA à Oregon State (24-36).

Un seau d’eau pour… QB Jack Plummer (29/52, 350 yards, 1 TD, 2 INT) et ses trois ballons perdus (deux interceptions et un fumble) lors de la défaite de Louisville à Pittsburgh (21-38).

Un naufrage titanesque pour… QB Caleb Williams (23/37, 199 yards, 1 TD, 3 INT) et ses trois interceptions lors de la défaite de USC à Notre Dame (20-48).

Dernier carré

Et le playoff sera…

#1 Michigan – #3 Texas
#2 Georgia – #4 Florida State

Après la moitié de la saison régulière (ou un peu plus pour quelques équipes), il n’y a pas vraiment de raison de changer le quatuor de tête.

Georgia a peiné contre Vanderbilt (37-20), après avoir annihilé les Commodores les deux dernières saisons (62-0 et 55-0), et a surtout perdu TE Brock Bowers (2 courses, 21 yards / 4 réceptions, 22 yards). Le tight end des Bulldogs s’est blessé à la cheville, s’est fait opérer, et pourrait manquer quatre à six semaines. Pour autant, les Dawgs restent les favoris pour remporter la SEC, probablement même en cas de défaite surprise à Tennessee le 18 novembre.  

Michigan est probablement l’équipe la plus complète du pays et a encore quatre semaines pour se préparer pour ses chocs contre Penn State et Ohio State. Les deux challengers de la conférence Big Ten s’affrontent en Semaine 8 à Columbus et malheur au vaincu. L’équipe victorieuse pourrait vaguement rêver à une place en playoff même en cas de défaite contre les Wolverines, mais il faudra un peu d’aide des autres conférences.

Si Texas prend sa revanche sur Oklahoma en finale de conférence Big 12, il sera difficile d’exclure les Longhorns du playoff en raison de leur victoire à Alabama. Les Sooners, eux, pourraient finir la saison régulière invaincus en cas de second succès contre les Horns et ils seraient quasiment automatiquement en playoff.

Hormis un coup de mou à Boston College (31-29), Florida State s’est montré sérieux et solide depuis le début de la saison et conserve l’avantage théorique en conférence ACC et pour la quatrième place en playoff.

En Pac-12, les dominos ont commencé à tomber. Washington est assis au volant avec Oregon dans le siège passager et USC dans le coffre. À moins de finir invaincus en conférence, les Trojans n’ont plus aucune chance d’atteindre le playoff et cela pourrait même ne pas suffire. Après tout, 11-1 Ohio State (en cas de défaite contre Michigan) aurait son mot à dire par rapport à 12-1 USC, du fait de leur victoire à South Bend (17-14). Ou 11-1 Penn State si les Nittany Lions battent OSU et ne perdent que contre UM. Ou 12-1 Oklahoma s’ils perdent de peu contre 12-1 Texas en finale de la Big-12. Ou 12-1 North Carolina en cas de courte défaite contre 13-0 Florida State (mais on peut aussi retourner le score et présenter le même argument grâce à la victoire de FSU contre LSU (45-24)). Pour Washington et Oregon, il suffirait sans doute de gagner tous les matchs restants mais il est plus probable que la Pac-12 se cannibalise, comme d’habitude…

SemainePrévision
0 / 1 / 2 / 3 / 4#1 Michigan – #4 Florida State #2 Georgia – #3 USC
5 / 6#1 Michigan – #3 Texas #2 Georgia – #4 Florida State

Blaze of Glory

Cette semaine, l’auréole de gloire revient à… Devontez Walker. Il y a encore dix jours, le receveur de North Carolina n’était pas éligible pour jouer cette saison avec les Tar Heels. Initialement inscrit à North Carolina Central University, Devontez Walker n’a pas joué la saison 2020 en raison du Covid. Il a alors transféré pour Kent State mais, après deux saisons passées dans l’Ohio, il a choisi de revenir dans sa Caroline du Nord natale, pour raison de santé mentale.

La NCAA a alors refusé de lui donner une éligibilité immédiate, puisqu’il a déjà utilisé son joker lors de son transfert entre NCCU et KSU. Finalement, la NCAA lui a accordé une dispense après avoir reçu de « nouvelles informations ». Aucun détail n’a été divulgué sur ces fameuses informations mais #12 North Carolina a, en tout cas, pleinement utilisé les talents de son nouveau receveur (6 réceptions, 132 yards, 3 TD) contre #25 Miami (41-31).

Lire la suite

Blaze of Glory

Blaze of Glory – Chapitre 70 : Matthew Hayball, le punter aux 11 kms

Blaise Collin revient sur l’actualité de la semaine 6 dans le petit monde du College Football et décerne sa « Blaze of Glory ».

Publié

le

Crédit photo : Getty Images via Icon Sportswire

Soixante-dixième édition (2023 – Semaine 6) de cette chronique consacrée à l’actualité du College Football. Comme ce qui compte avant tout c’est que Brent Key (HC, Georgia Tech) pensait aussi comme tout le monde que Tyler Van Dyke (QB, Miami Hurricanes pas Dolphins) allait poser le genou à terre, on va surtout se concentrer sur les conférences Power 5.

Big Ten (plus Eight)

La Big Ten a annoncé le calendrier de la conférence pour les quatre prochaines années et, surtout, les rivalités qui ont été « protégées » chaque saison. Il y aura douze de ces matchs, impliquant dix-sept des dix-huit équipes :

Illinois et Northwestern continueront de se disputer le trophée de la patrie de Lincoln.

Illinois et Purdue auront droit à leur centième confrontation pour le « Canon de Purdue ».

Indiana et Purdue se battront toujours pour un vieux fût en chêne.

Iowa et Minnesota se disputeront toujours « Floyd of Rosedale », le cochon en bronze.

Iowa et Nebraska croiseront à nouveau les épis de maïs.

Iowa et Wisconsin seront toujours opposés au cœur du Midwest pour le « Heartland Trophy ».

Maryland et Rutgers se livreront la bataille du DMV.

Michigan et Michigan State se querelleront toujours entre grand et petit frères.

Michigan – Ohio State : « The Game », évidemment…

Minnesota et Wisconsin s’affronteront à coup de hache sous l’œil bien veillant de Paul Bunyan au cours de la rivalité la plus disputée de FBS.

Oregon et Washington continueront leur guerre à la frontière dans la région du nord-ouest pacifique.

UCLA et USC tenteront chaque année d’imposer leur suprématie sur L.A.

Penn State est la seule équipe sans rivalité protégée, ce qui n’est pas totalement idiot puisque PSU n’a aucune vraie rivalité en Big Ten (ni Maryland ou Rutgers, parce que State College, ça n’est pas la Côte Est, ni Michigan State parce que le « Land Grant Trophy » est complètement artificiel, ni Ohio State qui considère « cette équipe au Nord » comme son seul rival historique).

Il faudra cinq ans pour assurer une rotation complète et que chaque équipe affronte au moins une fois tous les autres membres de la conférence, à domicile ou à l’extérieur. Les têtes pensantes ont préféré préserver les rivalités régionales, importantes pour les plus « petits » dont les chances de playoff, même à douze équipes, seront limitées.

La statistique qui ne sert à rien

BYU (4-1 et 2-0), Northwestern (1-0 et 3-1), Notre Dame (9-3 et 8-2) et USC (5-2 et 5-2-1) sont seules équipes à avoir un pourcentage de victoires supérieur à 50% contre Texas et Oklahoma.

À la masse ?

BoG, qui aime bien les légumes pour lutter contre le scorbut et ne dit jamais non à une Sam Adams Boston Lager pour accompagner lesdits légumes, a décidé de récompenser le meilleur agriculteur de FBS en suivant l’évolution de sa saison 2023.

UMass : 1-6

Semaine 0 : @ New Mexico St          V 41-30
Semaine 1 : @ Auburn                       D 14-59
Semaine 2 : Miami (OH)                    D 28-41
Semaine 3 : @Eastern Michigan        D 17-19
Semaine 4 : New Mexico                   D 31-34 (OT)
Semaine 5 : Arkansas State                D 28-52
Semaine 6 : Toledo                             D 41-24

Ferentz contre Ferentz

Iowa, où Kirk Ferentz est l’entraineur en chef depuis le siècle dernier, est réputé pour ses défenses féroces et ses attaques pédestres. Le coordinateur offensif n’est autre que le fiston du Head Coach, Brian Ferentz, et il a le feu au derrière cette saison avec l’obligation de marquer au moins 25 points par match en moyenne sous peine d’être viré fin juin 2024. Avec 13 matchs (12 en saison régulière + 1 en post-saison), la cible est donc placée à 325 points.

En Semaine 6, Iowa recevait Purdue pour son premier match de Big Ten West sans QB Cade McManara (ligaments croisés) et les Hawkeyes continuent de gagner (20-14) avec leur attaque anémique mais leur défense toujours solide. Contre les Boilermakers, QB Deacon Hill (6/21, 110 yards, 1 TD, 1 INT) n’a complété aucune de ses six passes pour un receveur…

BoG, qui aime bien triturer les chiffres, compile les statistiques pour vous :

Cible : 325 points
Matchs joués : 6 sur 13
Points marqués : 131 (24 + 20 + 41 + 0 + 26 + 20) 
Points manquants : 194
Moyenne actuelle (points/match) : 21.8
Moyenne restante nécessaire (points/match) : 27.7

Pendant que personne ne regardait…

#9 USC est venu à bout d’Arizona en trois prolongations (43-41, 3 OT) après avoir totalement merdé sa dernière possession de balle. 

Avec un score de parité (28-28), deux temps mort en poche et 19 secondes à jouer dans le temps réglementaire, les Trojans ont eu quatre tentatives à six yards de l’en-but des Wildcats pour remporter une victoire poussive. Au lieu de jouer au sol, QB Caleb Williams (14/25, 219 yards, 1 TD / 12 courses, 41 yards, 3 TD) a manqué une passe que personne n’attendait sur la première tentative, perdu et récupéré le ballon sur le snap suivant et essayé d’arrêter l’horloge avec un « spike » au lieu de prendre un temps mort. Finalement, SC a tenté un field goal sur la troisième tentative mais le snap a volé dans les airs déréglant le timing du kicker qui a manqué de la ligne des 15 yards.

Tout ça a conduit à trois prolongations. Lors de la troisième, les deux tiers des joueurs de USC se sont positionnés tout à gauche du terrain pour grosso-modo laisser leur quarterback en 1-contre-1, ce qui n’est jamais un mauvais choix quand ledit QB est l’Heisman en titre.

Caleb Williams a converti, la défense des Trojans a arrêté (pour une fois) l’attaque au sol de Zona et la bande à HC Lincoln Riley a sauvé sa peau.

Pendant que tout le monde regardait…

#12 Oklahoma a eu besoin de soixante-deux secondes et cinq jeux pour remonter 75 yards et crucifier #3 Texas (34-30) lors d’une « Red River Rivalry » présentée par « Allstate – Toujours en de bonnes mains » à vous faire frire le cerveau à la foire annuelle du Texas à Dallas, où tout ce qui peut être plongé dans de l’huile bouillante l’est probablement (y compris de la barbe-à-papa infusée à la margarita…).

Le match a débuté par une interception sur la deuxième passe de QB Quinn Ewers (31/37, 346 yards, 1 TD, 2 INT) que QB Dillon Gabriel (23/38, 285 yards, 1 TD / 14 courses, 113 yards, 1 TD), absent lors de la RRR 2022 remportée 49-0 par Texas, a lui-même converti en touchdown à la course cinq jeux plus tard (7-0).

Puis, le quarterback des Longhorns a lancé sa seconde interception du match sur le drive suivant, cette fois dans la zone rouge des Sooners. Ceux-ci n’ont pas réussi à se donner de l’air et la défense de UT a contré le punt dans l’en-but pour un touchdown (7-7).

En milieu de dernier quart temps, OU a manqué l’occasion de prendre dix points d’avance et de peut-être tuer le match en ratant un FG, juste après avoir repoussé Texas à quatre reprises à moins de deux yards de son en-but.

Au lieu de cela, les Horns ont finalement égalisé (27-27) avec un peu plus de six minutes à jouer, puis forcé un 3&out avant de convertir un FG qu’ils pensaient sans doute gagnant. 

Mais WR Nic Anderson (1 réception, 3 yards, 1 TD) les a fait déchanter avec sa seule réception du match après une erreur de communication et de marquage du secondaire de Texas qui l’a laissé isolé en fond d’en-but.

Au final, le match s’est largement joué sur l’incapacité des Longhorns à marquer dans la zone rouge des Sooners (3 points en trois opportunités) alors que ces derniers ont quasiment fait le plein (34 points en six voyages dans la zone rouge adverse).

Avec les blagues de matchs qu’il reste à jouer pour les deux équipes, les deux futurs rivaux de la SEC devraient se retrouver en finale de conférence avec une place de playoff en jeu. Préparez le popcorn frit !

Louisville sur son 31

#10 Notre Dame s’est fait surprendre à #25 Louisville (20-33) et, le moins que l’on puisse dire, c’est que le coaching des Domers ne les a pas aidé…

Menés 13-24 avec dix minutes à jouer au dernier quart temps et confrontés à une quatrième tentative et 11 yards à parcourir depuis leur propre ligne des 35 yards, les Irish ont tenté, et manqué, une passe. Les Cardinals ont profité de l’aubaine pour prendre 3 points quasiment gratuits.

ND restait sur trente victoires de rang en saison régulière contre ses adversaires de l’ACC.

Johnson & Johnson

Contre #11 Alabama (20-26), les frères Johnson ont égalisé à 10-10 pour Texas A&M lorsque QB Max Johnson (14/25, 239 yards, 1 TD, 1 INT) a trouvé TE Jake Johnson (4 réceptions, 45 yards, 1 TD) pour un touchdown de 22 yards.

Cela n’a pas vacciné TAMU contre le virus « Bama ». Les Aggies n’ont pas profité des problèmes offensifs du Tide, ses neuf pénalités pré-snap et six sacks accordés et se sont inclinés une dixième fois en douze rencontres contre Alabama depuis leur arrivée en SEC. C’est la première fois que l’équipe qui mène à la pause ne remporte pas le match.

Invincibles

Six de chute pour les derniers P5 invaincus. Avec les défaites de Miami (ACC), Texas (Big 12), Maryland (Big Ten), #13 Washington State (Pac-12), Kentucky et #21 Missouri (SEC), la liste se réduit à :

ACC : Florida State, Louisville, North Carolina
Big Ten : Michigan, Ohio State, Penn State
Big 12 : Oklahoma
Pac-12 : Oregon, USC, Washington
SEC : Georgia
Indépendants : néant

Matchs poubelles

Comme chaque semaine, il y a quelques matchs qui ne méritaient pas l’attention de BoG au quatrième quart temps. Florilège, par ordre alphabétique :

#1 Georgia n’a, pour une fois, pas perdu de temps pour annihiler #20 Kentucky (51-13). Les Dawgs étaient déjà en tête 14-0 à l’issue du premier quart temps après avoir été tenus en échec 17-17 au bout de quinze minutes lors de leurs cinq premiers matchs.

Kansas a écrasé UCF (51-22) et n’est officiellement plus le paillasson de la Big 12.

Michigan a miné Minnesota (52-10), sa dix-huitième victoire consécutive à Minneapolis,

plus longue série de succès à l’extérieur chez un adversaire donné dans l’histoire de la Big Ten.

#14 North Carolina n’a fait qu’une bouchée de Syracuse (40-7) avec quatre touchdown de QB Drake Maye (33/47, 442 yards, 3 TD / 14 courses, 55 yards, 1 TD).

Cuillère de bois

Il y a peu de boulots sur cette planète où l’on est payé huit millions de dollars à l’année pour répéter ses erreurs du passé. Head Coach à l’université de Miami est l’un de ceux-là.

Flashback !

Nous sommes en 2018 à Eugene. Oregon reçoit Stanford (qui n’était pas mauvais à l’époque). Les Ducks mènent 31-28, ils ont le ballon au milieu du terrain, il reste quatre-vingt-quinze secondes à jouer et le Cardinal n’a plus de temps mort.

Avec une première tentative à jouer, que faire ? Poser le genou à terre deux ou trois fois pour égrener l’horloge jusqu’à zéro ? FAUX !!!!!

Pourquoi ne pas filer le ballon à RB CJ Verdell plutôt ? Une course de 7 yards plus tard et bis-repetita, avec cette fois cinq secondes à jouer ? Bon, cette fois, mettons le genou à terre ? FAUX !!!!!

Hop, on refile la baballe à CJ Verdell sauf que, cette fois, après avoir pris les 3 yards du premier down, le coureur d’Oregon perd le ballon, Stanford recouvre, égalise sept jeux plus tard sur un field goal de 32 yards et gagne en prolongation. Oups…

Retour à 2023…

#17 Miami mène 20-17 contre Georgia Tech. Les Hurricanes ont le ballon à 30 yards de l’en-but des Yellowjackets, il reste moins de quatre-vingt-dix secondes à jouer et GT n’a plus de temps mort.

Parbleu, que faire ? Demander à QB Tyler Van Dyke (24/36, 288 yards, 1 TD, 3 INT) de poser un genou à terre et bouffer l’horloge jusqu’à la dernière seconde ?

Oh ben non ! Pourquoi pas filer la balle trois fois à RB Donald Chaney (24 courses, 106 yards), histoire de… histoire de quoi au fait ? Lui faire franchir la barre des 100 yards ? Donner plus d’ampleur au score pour impressionner les potentielles future recrues ?

Comme Dieu ne joue pas aux dés et celui du College Football n’aime pas qu’on se foute de sa gueule, ce qui ne devait pas arriver arriva : le coureur des Canes perd le ballon, Georgia Tech recouvre et, en deux passes de 30 et 44 yards de QB Haynes King (12/25, 151 yards, 1 TD, 2 INT / 10 courses, 46 yards, 1 TD), GT est devant au score (23-20) et HC Mario Cristobal revit son cauchemar de cinq ans plus tôt…

À l’époque, BoG, qui était dans sa première année d’existence, avait été indulgent avec le Head Coach d’Oregon, tout le monde peut se tromper (mais pas deux fois)…

Tops

Un flambeau pour… LB Edgerrin Cooper (11 placages, 3 sacks) et ses trois sacks lors de la défaite de Texas A&M contre Alabama (20-26).

Un brasier pour… S Cameron Epps (5 placages, 2 INT, 1 TD) et des deux interceptions dont une retournée pour touchdown lors de la victorie d’Oklahoma State contre Kansas State (29-21).

Un feu d’artifice pour… RB Thomas Castellanos (31 courses, 142 yards, 4 TD) et ses quatre touchdowns lors de la victoire de Boston College à Army (27-24).

Flops

Un pétard mouillé pour… QB Will Howard (15/34, 152 yards, 1 TD, 3 INT / 10 courses, 104 yards, 1 TD) et ses trois interceptions lors de la défaite de Kansas State à Oklahoma State (21-29).

Un seau d’eau pour… QB Tyler Van Dyke (24/36, 288 yards, 1 TD, 3 INT) et ses trois interceptions lors de la défaite de Miami contre Georgia Tech (20-23).

Un naufrage titanesque pour… QB Sam Hartman (22/38, 254 yards, 2 TD, 3 INT) et ses cinq ballons perdus (trois interceptions et deux fumbles) lors de la défaite de Notre Dame à Louisville (20-33).

Dernier carré

Et le playoff sera…

#1 Michigan – #3 Texas
#2 Georgia – #4 Florida State

Il y a eu quelques bons enseignements en Semaine 6.

D’abord Georgia a peut-être enfin montré son vrai visage en détruisant Kentucky (51-13), qui était censé être son premier vrai test. QB Carson Beck (28/35, 389 yards, 4 TD, 1 INT) a haussé son niveau d’un cran et TE Brock Bowers (7 réceptions, 132 yards, 1 TD) est indéfendable. On voit mal désormais qui pourrait empêcher les Bulldogs d’atteindre la finale de conférence SEC où ils devraient retrouver une équipe d’Alabama qui se cherche encore.

Ensuite, Michigan est, pour l’instant, intouchable. Les Wolverines ont gagné leur six matchs par plus de 24 points d’écart, il est vrai contre une compétition moindre. Cela ne changera pas avant la mi-novembre et le déplacement à Penn State avant le choc contre Ohio State deux semaines plus tard. Les Nittany Lions ne jouaient pas en Semaine 6 mais pourraient être les adversaires les plus sérieux de UofM, si la prétendue meilleure ligne offensive de la Big Ten se montre enfin au niveau. #4 Ohio State n’a évidemment pas dit son dernier mot après avoir finalement aisément battu Maryland (37-17) malgré un score de parité à la mi-temps (10-10). OSU, dont la victoire à Notre Dame (17-14) a perdu un peu de son lustre après la piteuse performance de ND à Louisville (20-33), reçoit PSU fin octobre pour une sorte de demi-finale de conférence.

Texas a perdu contre Oklahoma (30-34) mais garde toute ses chances de qualification au playoff intactes. Les Longhorns devraient avoir droit à leur revanche en finale de conférence Big 12. Leur victoire à Alabama (34-24) prend de la valeur à mesure que le Tide retrouve peu à peu ses marques. De leur côté, les Sooners peuvent également sérieusement envisager une invitation au bal de fin d’année s’ils réitèrent leur performance contre les Horns en finale de conférence, et ne trébuchent pas d’ici-là.

#5 Florida State a tranquillement disposé de Virginia Tech (39-17) mais a encore les obstacles Duke et Miami sur sa route avant d’éventuellement affronter Louisville ou North Carolina en finale de conférence. Il faudrait aussi éviter de s’enfoncer dans les marécages du Swamp à Thanksgiving, une défaite contre une équipe de Florida moyenne ne ferait pas joli-joli sur le CV.

#7 Washington et #8 Oregon étaient au repos en Semaine 6 avant leur affrontement à Seattle en Semaine 7. Après la médiocre performance de USC contre Arizona (43-41, 3 OT), le vainqueur de ce match sera le favori pour remporter la conférence Pac-12 et peut-être accrocher une place au playoff, si l’un des quatre autres favoris des P5 ne fait pas correctement son boulot. Comme dans le cas de la RRR, le perdant du match de saison régulière pourra toujours se refaire en finale de conférence.

SemainePrévision
0 / 1 / 2 / 3 / 4#1 Michigan – #4 Florida State #2 Georgia – #3 USC
5#1 Michigan – #3 Texas #2 Georgia – #4 Florida State

Blaze of Glory

Cette semaine, l’auréole de gloire revient à… P Matthew Hayball qui avec ses 232 yards au punt lors de la défaite de Vanderbilt à Florida (14-38) est devenu le premier joueur de NCAA à franchir la barre des onze mille yards au punt (si on réfléchit bien, ça fait tout de même dix bornes tout ça, Pat McAfee doit être fier…).

Lire la suite

Blaze of Glory

Blaze of Glory – Chapitre 69 : Brady Cook à la poursuite de Colby Cameron

Blaise Collin revient sur l’actualité de la semaine 5 dans le petit monde du College Football et décerne sa « Blaze of Glory ».

Publié

le

Crédit photo : Rock M Nation

Soixante-neuvième édition (2023 – Semaine 5) de cette chronique consacrée à l’actualité du College Football. Comme ce qui compte avant tout c’est que les habitants du Kentucky peuvent se lever tôt pour s’enfiler des bières, on va surtout se concentrer sur les conférences Power 5.

À consommer avec modération

Kentucky et Louisville sont tous les deux 5-0 pour la première fois de l’Histoire de l’état après leurs victoires respectives contre #22 Florida (33-14) et à NC State (13-10).

Le HC des Wildcats, Mark Stoops, a eu raison : les habitants du Kentucky se sont levés tôt pour profiter du soleil et de quelques libations avant le coup d’envoi contre les Gators à midi, heure locale.

Les deux universités rivales se retrouveront sur le terrain à Thanksgiving fin novembre, probablement plus invaincues, mais d’ici-là, deux gros poissons les attendent en Semaine 6 : Georgia pour Kentucky et  Notre Dame pour Louisville.

Ridicule

Mel Tucker a été officiellement dégagé de Michigan State pour manquement à son devoir moral envers son employeur.

D’après les pontes de la fac, par son comportement inapproprié (et avoué), l’ancien entraîneur en chef des Spartans a jeté sur MSU le ridicule et le mépris. Et ça, ça mérite carrément d’aller directement en prison sans passer par la case départ et sans toucher les ~80 millions de dollars restants à son contrat.

Bon, ce brave Mel n’est pas non plus forcément tout blanc (figurativement, bien sûr) puisqu’il s’est apparemment montré un peu trop insistant à l’égard de Brenda Tracy, une spécialiste de la sensibilisation aux agressions sexuelles, avec qui il entretenait une relation purement professionnelle selon la police mais romantique et intime selon son syndicat. La vérité, elle, est évidemment ailleurs et probablement quelque part au milieu.

Bref, Mel Tucker aurait sans doute dû garder Popol au chaud dans le calcif et se soucier un peu plus de ses performances sur un terrain de foot (7-7 depuis la signature de son contrat massif) et un peu moins de celles dans sa chambre à coucher.

À vrai dire, BoG n’en a rien à secouer des affaires de derrière de Mel Tucker (tant qu’il n’agresse personne) mais il n’avait tout de même pas grand-chose à faire pour éviter de se faire virer pour cause…

Mel Tucker, Michigan State – Crédit photo : Darron Cummings, AP

La statistique qui ne sert à rien

Pour la première fois de l’histoire de l’univers, quatre équipes de la Pac-12 se sont retrouvées classées dans le Top 10 de l’Associated Press : #7 Washington, #8 USC, #9 Oregon et #10 Utah.

Cela ne risque pas d’arriver l’an prochain…

Quatre (pas) à la suite

Sur les quatre, seulement trois ont retrouvé le Top 10 cette semaine.

#10 Utah s’est fait surprendre #19 Oregon State (7-21) en lâchant le double de points que sa moyenne d’avant match (9.5) et en marquant deux fois moins que pour son premier match de conférence (14-7 contre UCLA). Les Utes ont chuté à la 18ème place du nouveau classement.

#9 Oregon n’a connu aucun problème à Stanford (42-6) avec le même score que contre Colorado en Semaine 4. Les Ducks ont échangé leur place dans le Top 10 avec USC.

#8 USC s’est imposé Colorado (48-41) devant un parterre de stars (Will Ferrell, LeBron James et son fiston Bronny – qui joue au basket pour les Trojans, Jay-Z, DJ Khaled, Matthew McConaughey, Snoop Dog, Lil Wayne…) avec une attaque toujours explosive sous la conduite de QB Caleb Williams (30/40, 403 yards, 6 TD / 5 courses, 12 yards) mais aussi avec une défense toujours inquiétante (564 yards offensifs et 50% de troisième downs convertis par les Buffaloes). Punition immédiate : les Trojans ont reculé d’une place au classement de l’Associated Press.

#7 Washington s’est a survécu à son déplacement à Arizona (31-24) sans aucun touchdown pour QB Michael Penix (30/40, 363 yards) mais en ayant toujours été en tête au tableau d’affichage et jamais vraiment en danger. Les Huskies restent à leur position au classement, tout comme les six équipes devant eux.

Objets trouvés

Avec le fumble perdu par RB Nick Singleton (21 courses, 80 yards, 1 TD / 6 réceptions, 39 yards, 1 TD) sur le kickoff de #6 Penn State à Northwestern (41-13), il n’y a plus aucune équipe sans balle perdue en FBS. PSU était la dernière et seule équipe parfaite dans cette catégorie après un mois de compétition.

Avec cette nouvelle victoire, PSU étend son nombre de matchs consécutifs à plus de 30 points offensifs à douze, la plus longue série sn cours en FBS, devant Florida State (10) et Michigan (8). Les Nittany Lions sont également premiers au nombre de matchs (10) avec moins de 30 points encaissés, à égalité avec Kentucky et Texas.

Crédit photo : Erin Hooley

À la masse ?

BoG, qui aime bien les légumes pour lutter contre le scorbut et ne dit jamais non à une Sam Adams Boston Lager pour accompagner lesdits légumes, a décidé de récompenser le meilleur agriculteur de FBS en suivant l’évolution de sa saison 2023.

UMass : 1-5

Semaine 0 : @ New Mexico St         V 41-30
Semaine 1 : @ Auburn                       D 14-59
Semaine 2 : Miami (OH)                    D 28-41
Semaine 3 : @Eastern Michigan      D 17-19
Semaine 4 : New Mexico                  D 31-34 (OT)
Semaine 5 : Arkansas State              D 28-52

Ferentz contre Ferentz

Iowa, où Kirk Ferentz est l’entraineur en chef depuis le siècle dernier, est réputé pour ses défenses féroces et ses attaques pédestres. Le coordinateur offensif n’est autre que le fiston du Head Coach, Brian Ferentz, et il a le feu au derrière cette saison avec l’obligation de marquer au moins 25 points par match en moyenne sous peine d’être viré fin juin 2024. Avec 13 matchs (12 en saison régulière + 1 en post-saison), la cible est donc placée à 325 points.

En Semaine 5, Iowa a pris le meilleur sur Michigan State (26-16).

BoG, qui aime bien triturer les chiffres, compile les statistiques pour vous :

Cible : 325 points
Matchs joués : 5 sur 13
Points marqués : 111 (24 + 20 + 41 + 0 + 26)
Points manquants : 214
Moyenne actuelle (points/match) : 22.2
Moyenne restante nécessaire (points/match) : 26.8

Reçus 4 sur 5

Avant la venue de #1 Georgia, Auburn restait sur une impressionnante série de quatre succès d’affilée à domicile contre une équipe classée nº1 du pays : 23-20 contre #1 Florida an 2001, 34-28 contre #1 Alabama en 2013 (le fameux « Kick Six »), 40-17 contre #1 Georgia en 2017 et 26-14 contre #1 Alabama deux semaines plus tard.

Fin de série avec cette défaite contre les Dawgs (20-27). Les champions en titre ne se sont pas facilité la tâche, la faute à deux pertes de balles de QB Carson Beck (23/33, 313 yards, 1 TD, 1 INT) et TE Oscar Delp, toutes deux suivies de touchdowns des Tigers.

Mais Georgia compte un autre tight end avec de vraies mains à la place des moufles, TE Brock Bowers (8 réceptions, 157 yards, 1 TD) qui a sauvé le navire des Bulldogs du naufrage avec quelques réceptions clés, aucune plus importante que celle de touchdown qui a scellé le score final.

Georgia repart donc de Jordan-Hare avec une septième victoire consécutive contre Auburn (la dernière en 2017) dans la « rivalité la plus vieille du Sud profond ».

Crédit photo : USA Today

Pendant que personne ne regardait…

Maryland a balayé Indiana (44-17) et entamé sa saison par cinq victoires et zéro défaite, une première depuis 2001 alors que les Terrapins étaient encore en conférence ACC, qu’ils avaient d’ailleurs remporté cette année-là.

Les Terps peuvent compter sur QB Taulia Tagovailoa (24/34, 352 yards, 5 TD / 3 courses, 15 yards, 1 TD), auteur de six touchdowns contre les Hoosiers, et qui n’a pas grand-chose à envier à son frangin des Miami Dolphins.

Le prochain obstacle sur la route de Maryland n’est pas le moindre : #4 Ohio State en Semaine 6 à Columbus.

Cela ne va pas aussi bien du côté d’Indiana, en revanche, puisque les Hoosiers ont viré OC Walt Bell après une troisième défaite en cinq matchs. Indiana est tombé contre Ohio State (3-20) et Louisville (14-21), ce qui fait qu’aucun des trois bourreaux des Hoosiers n’a encore perdu cette saison…

Pendant que tout le monde regardait…

Les semaines se suivent et ne se ressemblent pas pour #11 Notre Dame. Battus sur le dernier jeu du match en Semaine 4 contre Ohio State (14-17), les Irish ont, cette fois, remporté un succès quasi inespéré à #17 Duke (21-14) dans les dernières secondes de la rencontre.

Malgré un taux de conversion horrifique en troisième down (3 sur 15), les Domers s’en sont sortis sur une touchdown au sol de 30 yards de RB Audric Estime (18, 81 yards, 2 TD / 4 réceptions, 25 yards), son second de la partie après avoir ouvert le score au bout de quatre minutes de jeu.  

C’est la 30ème victoire consécutive de ND en saison régulière contre des adversaires de l’ACC, plus longue série de l’histoire de la conférence.

Treize à la onzaine

Contre Kentucky (14-33), un Florida en déroute a aligné treize défenseurs sur sa ligne d’en-but en début de troisième quart temps, ce qui n’a pas empêché UK de tout de même marquer de près à la course.

Donc, si on résume défendre à dix contre onze sur sa ligne, ça ne marche pas, et défendre à treize contre onze sur sa ligne, ça ne marche pas non plus. Qui pour essayer douze contre onze la prochaine fois ?

Invincibles

Quatre de chute pour les derniers P5 invaincus. Avec les défaites de Duke, Syracuse (ACC), Kansas (Big 12) et Utah (Pac-12), la liste se réduit à :

ACC : Florida State, Louisville, Miami, North Carolina
Big Ten : Maryland, Michigan, Ohio State, Penn State
Big 12 : Oklahoma, Texas
Pac-12 : Oregon, USC, Washington, Washington State
SEC : Georgia, Kentucky, Missouri
Indépendants : néant

Crédit photo : Dylan Widger-USA TODAY Sports

Matchs poubelles

Comme chaque semaine, il y a quelques matchs qui ne méritaient pas l’attention de BoG au quatrième quart temps. Florilège, par ordre alphabétique :

#2 Michigan a enfoncé Nebraska à Lincoln (45-7) avec un doublé de la paire QB J.J. McCarthy (12/16, 156 yards, 2 TD / 2 courses, 30 yards, 1 TD) – WR Roman Wilson (4 réceptions, 58 yards, 2 TD).

#14 Oklahoma a collé un demi-quintal à Iowa State (50-20) avec cinq touchdowns de QB Dillon Gabriel (26/39, 366 yards, 1 INT / 8 courses, 37 yards, 2 TD).

Oregon a été inarrêtable à Stanford (42-6) derrière une nouvelle solide performance de QB Bo Nix (27/32, 290 yards, 4 TD / 3 courses, 18 yards).

Penn State a mis une mi-temps (10-10 à la pause) à se réveiller avant de s’imposer finalement facilement à Northwestern (41-13).

Rutgers a écrasé Wagner (52-3) avec six touchdowns au sol et en accordant à peine plus de 100 yards (106) à son adversaire.

Cuillère de bois

Contre Penn State (13-41), Northwestern a été confronté à deux quatrièmes tentatives consécutives en milieu de troisième quart temps, à chaque fois dans sa propre moitié de terrain : 4&1 sur ses 32 yards à 10-17 et 4&4 sur ses 31 yards à 10-20.

Plutôt que de dégager au pied dans un match encore ouvert, les Wildcats ont opté pour une course sur la première quatrième tentative et une feinte de punt sur la seconde. Le tout contre la meilleure défense de FBS (211 yards par match).

Une petite pièce également pour #13 LSU qui a lâché 706 yards contre #20 Ole Miss (49-55), nouveau record de l’université. C’est aussi le plus grand nombre de points marqués par les Rebels contre un adversaire du Top 25. LSU n’avait perdu qu’une seule fois sur 96 dans les matchs où les Tigers avaient marqué plus de 49 points : c’était en 2018 et une défaite 72-74 contre Texas A&M en sept prolongations qui avait précipité un changement des règles de la prolongation.

Tops

Un flambeau pour… RB Tai Felton (7 courses, 134 yards, 3 TD) et ses trois touchdowns lors de la victoire de Maryland contre Indiana (44-17).

Un brasier pour… WR Brian Thomas (8 réceptions, 124 yards, 3 TD) et ses trois touchdowns lors de la défaite de LSU à Ole Miss (49-55).

Un feu d’artifice pour… RB Ray Davis (26 courses, 280 yards, 3 TD / 1 réception, 9 yards, 1 TD) et ses quatre touchdowns lors de la victoire de Kentucky contre #22 Florida (33-14).

Crédit photo : Isaiah Pinto, Kentukcy Kernel

Flops

Un pétard mouillé pour… QB Noah Kim (25/44, 193 yards, 3 INT / 6 courses, 35 yards) et ses trois interceptions lors de la défaite de Michigan State à Iowa (16-26).

Un seau d’eau pour… K Griffin Kell (0/3 FG / 3/3 PAT) et ses trois field goals manqués lors de la défaite de TCU contre West Virginia (21-24).

Un naufrage titanesque pour… QB Brennan Armstrong (13/25, 112 yards, 2 INT / 17 courses, 61 yards) et ses trois balles perdues (2 interceptions et un fumble) lors de la défaite de NC State contre Louisville (10-13).

Dernier carré

Et le playoff sera…

#1 Michigan – #3 Texas
#2 Georgia – #4 Florida State

Alors que deux des quatre derniers champions nationaux ces cinq dernières années, Clemson et LSU, sont éliminés de la course au Playoff (sauf énorme miracle), BoG change ses prédictions : dehors USC et bienvenue à Texas. 

USC a marqué plus de 40 points à chacun de ses matchs mais la défense de Southern California commence à être sérieusement malodorante après avoir concédé 41 points à une équipe de Colorado qui n’avait pas pu bouger le ballon contre Oregon. Bon, à leur décharge, les Trojans ont mené toutes leurs rencontres de bout en bout et demeurent la seule équipe de FBS à n’avoir jamais été menée au score. Cela peut expliquer, voire excuser, un certain dilettantisme en défense mais la tendance devra assurément s’inverser contre Oregon et Washington dont les attaques sont tout autant efficaces que celle de SC et dont les défenses sont capables de poser des problèmes aux hommes de HC Lincoln Riley.

Contre #24 Kansas, #3 Texas a poursuivi son début de saison plus que sérieux (40-14) en amassant notamment 661 yards offensifs et sans un seul dégagement au pied, un première depuis 2011 contre un adversaire classé. Les Longhorns n’ont pas encore connu de passage à vide cette saison mais doivent se confronter à Oklahoma en Semaine 6. Les deux dernières équipes invaincues de la Big 12 pourraient fort bien se retrouver en finale de conférence début décembre pour la revanche et un place en Playoff.

#5 Florida State était au repos en Semaine 5 et il n’y a pas de raison de penser que les Seminoles ne seront pas dans le dernier carré.

Michigan a marqué au moins 30 points et encaissé moins de 7 points lors de tous ses matchs cette saison. Cela n’est arrivé que deux autres fois après cinq semaines lors des cinquante dernières années : Alabama en 1979 et Florida State en 1993. Le Tide et les Noles ont, ces années-là, remporté le titre national.

Georgia a trouvé, pour l’instant, une méthode bien à lui pour gagner ses matchs : commencer lentement et, à un moment décidé par on-ne-sait-qui, faire parler le talent (notamment celui de TE Brock Bowers) pour remonter au score et franchir la ligne d’arrivée en tête. Combien de temps la recette fonctionnera-t-elle ? Difficile à dire mais difficile aussi de remettre en cause le double champion en titre même si la majorité desdits champions joue les dimanches plutôt que les samedis.

SemainePrévision
0 / 1 / 2 / 3 / 4#1 Michigan – #4 Florida State et #2 Georgia – #3 USC

Blaze of Glory

Cette semaine, l’auréole de gloire revient à… QB Brady Cook (33/41, 395 yards, 4 TD) qui, contre Vanderbilt (38-21), a établi un nouveau record de SEC avec 348 passes consécutives sans interception. La dernière interception du quarterback de Mizzou date d’octobre dernier contre… Vandy. Il y a encore un peu de marge avant d’atteindre le record de FBS de 444 passes sans interception de QB Colby Cameron (Louisiana Tech).

Lire la suite

Blaze of Glory

Blaze of Glory – Chapitre 68 : l’exploit inédit de QB Bo Nix

Blaise Collin revient sur l’actualité de la semaine 4 dans le petit monde du College Football et décerne sa « Blaze of Glory ».

Publié

le

Crédit photo : Ethan Landa, USA Today

Soixante-huitième édition (2023 – Semaine 4) de cette chronique consacrée à l’actualité du College Football. Comme ce qui compte avant tout c’est que « c’était un bon vieux bottage de cul », on va surtout se concentrer sur les conférences Power 5.

Huit ça suffit

Il y avait huit rencontres entre équipes avec un record d’au moins 3-0 en Semaine 4, le plus grand nombre depuis la séparation entre FBS et FCS en 1978 (et, spoiler, ni #13 Alabama ni Clemson ne faisaient partie du lot). Et cela incluait cinq matches entre équipes toutes classées dans le Top 25.

Évidemment, sur les seize équipes concernées, il ne reste plus que la moitié d’invaincues.

Rutgers – #2 Michigan : 7 – 31
#6 Ohio State – #9 Notre Dame : 17 – 14
#24 Iowa – #7 Penn State : 0 – 31
#19 Colorado – #10 Oregon : 6 – 42
#22 UCLA – #11 Utah : 7 – 14
#14 Oregon State – #21 Washington State : 35 – 38
BYU – Kansas : 27 – 38
Memphis – Missouri : 27 – 34

Jésus re-viens, Jé-ésus re-viens !

Jim Harbaugh était de retour aux commandes de Michigan après trois matchs de suspension imposés par son université.

Avec le succès des Wolverines, sur les Scarlet Knights (31-7) son Head Coach a amélioré son bilan contre Rutgers, désormais de 9-0. La marge moyenne des victoires est de 32.3 points (bien aidée par un 52-0 à Ann Arbor en 2019 et un 78-0 à Piscataway en 2016).

La statistique qui ne sert à rien

Le match entre Colorado et Colorado State, remporté 43-35 par les Buffaloes après deux prolongations, a attiré 9.3 millions de téléspectateurs, la cinquième audience la plus élevée pour un match de saison régulière sur ESPN, et ce malgré l’heure tardive de la rencontre (le match a débuté vers 22h30 et s’est terminé vers 2h30 du matin sur la côte est).

Le match de « Coach Prime » à #10 Oregon a attiré encore plus de monde, juste au-dessus de dix millions. Tout ça pour voir le match plié au bout de vingt minutes. Les Ducks ont marqué des touchdowns sur sept de leur huit premiers drives, la quatrième série résultant en une interception sur QB Bo Nix (28/33, 276 yards, 3 TD, 1 INT / 5 courses, 9 yards, 1 TD).

QB Shedeur Sanders, Colorado – Crédit photo : Ethan Landa

À la mi-temps, #19 Colorado n’avait accumulé que 21 yards offensifs la faute à -35 yards au sol. QB Shedeur Sanders (23/33, 159 yards, 1 TD) a mangé l’herbe verte d’Autzen Stadium à sept reprises et finalement ouvert le compteur de points pour les Buffs à moins de trois minutes de la fin du match pour ne pas finir fanny (6-42).

Bref, c’était une belle histoire de Cendrillon mais comme dirait HC Dan Lanning : « ils jouent pour des clicks, on joue pour la gagne. Ce match ne va pas être joué à Hollywood mais sur la pelouse. » Pas entièrement faux…

À la masse ?

BoG, qui aime bien les légumes pour lutter contre le scorbut et ne dit jamais non à une Sam Adams Boston Lager pour accompagner lesdits légumes, a décidé de récompenser le meilleur agriculteur de FBS en suivant l’évolution de sa saison 2023.

UMass : 1-4
Semaine 0 : @ New Mexico St         V 41-30
Semaine 1 : @ Auburn                       D 14-59
Semaine 2 : Miami (OH)                    D 28-41
Semaine 3 : @Eastern Michigan      D 17-19
Semaine 4 : New Mexico                  D 31-34 (OT)

Ferentz contre Ferentz

Iowa, où Kirk Ferentz est l’entraineur en chef depuis le siècle dernier, est réputé pour ses défenses féroces et ses attaques pédestres. Le coordinateur offensif n’est autre que le fiston du Head Coach, Brian Ferentz, et il a le feu au derrière cette saison avec l’obligation de marquer au moins 25 points par match en moyenne sous peine d’être viré fin juin 2024. Avec 13 matchs (12 en saison régulière + 1 en post-saison), la cible est donc placée à 325 points.

En Semaine 4, #24 Iowa n’a pas mis le moindre point à Penn State (0-31).

BoG, qui aime bien triturer les chiffres, compile les statistiques pour vous :

Cible : 325 points
Matchs joués : 4 sur 13
Points marqués : 85 (24 + 20 + 41 + 0)
Points manquants : 240
Moyenne actuelle (points/match) : 21.3
Moyenne restante nécessaire (points/match) : 26.7

Cendrillon

K Jonathan Weitz (1/2 FG / 3/3 PAT) a réussi le premier FG de sa carrière avec Clemson contre #4 Florida State (24-31 OT).

Weitz était dans l’effectif des Tigers de 2019 à 2022, comme remplaçant non-boursier. Diplômé après la saison 2022, il a pris sa retraite sportive mais est resté inscrit à Clemson, pour un masters en ligne ; il devait commencer un boulot à NYC début octobre mais a reçu un coup de fil de HC Dabo Swinney six jours avant la rencontre contre FSU pour lui demander de reprendre du service.

K Jonathan Weitz, Clemson – Crédit photo : McKenzie Lange – USA TODAY Sports

Malheureusement pour lui, il a manqué sa seconde tentative à deux minutes de la fin du match, qui aurait permis aux Tigers de prendre un avantage peut-être définitif. Au lieu de ça, les Seminoles ont gagné le match en prolongation (31-24 OT).

Le tournant du match est intervenu sur un sack, fumble perdu et touchdown défensif tout orchestré par LB Kalen DeLoach (7 placages, 1 sack, 1 TD) sur QB Cade Klubnik (25/38, 283 yards, 1 TD / 13 courses, 10 yards, 1 TD). RB Phil Mafah (10 courses, 69 yards / 3 réceptions, 32 yards) n’a pas vu arriver le blitz, laissant son quarterback exposé et vulnérable.

FSU a signé sa première victoire contre Clemson en huit matchs, une belle cerise sur le gâteau pour QB Jordan Travis (21/37, 289 yards, 2 TD / 6 courses, -2 yards, 1 TD) qui, avec ses 82 TDs en carrière a dépassé Chris Weinke (1997-2000) pour le plus grand nombre dans l’histoire de l’université.

Pendant que personne ne regardait…

Avec tous les yeux de la Pac-12 et du reste du pays rivés sur Eugene et Tuscaloosa en milieu d’après-midi, peu de monde a prêté attention à UCLA – Utah…

Les Utes ont tué le match d’entrée avec une interception de LB Karene Reid (9 placages, 1 INT, 1 TD) retournée pour touchdown sur le tout premioer jeu du match. Les sept points de l’action sont également l’écart au score final (14-7).

Pendant que tout le monde regardait…

HC Ryan Day a passé ses nerfs sur Lou Holtz à l’issue du match remporté par Ohio State à Notre Dame (17-14).

Le dernier entraineur de ND à avoir remporté un titre national (1988) avait critiqué les Buckeyes pour ne pas être assez physique lors de leurs défaites contre les gros calibres (Alabama, Clemson, Georgia et Michigan).

Le Head Coach des Bucks s’en est retrouvé bien énervé et, du coup, il a décidé de sortir les muscles sur le dernier jeu du match, à 1 yard de l’en-but des Domers, alors qu’OSU était mené au score (10-14). RB Chip Trayanum (6 courses, 13 yards, 1 TD / 1 réception, 12 yards) a foncé tête baissée pour le touchdown de la victoire dans un trou laissé vacant dans la défense des Irish.

Le HC des Buckeyes en a rajouté une couche, clamant que « c’est toujours Ohio [State] contre le reste du monde, que ça l’a toujours été et que ça le sera toujours ». Du coup, BoG a demandé à sa boulangère pourquoi elle avait une dent contre Ohio State et elle a répondu qu’elle ne comprenait pas pourquoi, elle, elle devait payer ses tatouages…

Bref, OSU n’est peut-être pas assez physique contre les mammouths du College Football mais les Buckeyes ont remporté leurs six dernières rencontres contre ND (bilan total 6-2) avec la dernière défaite remontant à 1936. De son côté, Notre Dame est 3-14 lors des 17 dernières confrontations contre une équipe du Top 10.

Reçu 10 sur 11

Oh, et pourquoi y avait-il un trou dans la défense de Notre Dame ? Parce que les Irish n’avaient que dix défenseurs sur le terrain.

Leur Head Coach, Marcus Freeman, l’avait bien remarqué mais opté pour « ne pas faire de cadeau » en prenant une pénalité d’un demi yard au cas où les Buckeyes auraient joué avant que le onzième homme soit en place.

Donc, les choix étaient :

  1. Encaisser un touchdown à 10 contre 11 depuis les 1 yards
  2. Arrêter l’attaque d’OSU à 10 contre 11 depuis les 1 yards mais prendre une pénalité pour le hors-jeu du onzième gars en retard et rejouer à 11 contre 11 depuis les 0.5 yards

Le staff grassement payé de Notre Dame a conclu par des calculs analytiques très poussés que sa défense avait plus de chances d’arrêter l’attaque des Buckeyes à 10 contre 11 depuis les 1 yards qu’à 11 contre 11 depuis les 0.5 yards. Ma boulangère a émis de sérieux doutes…

Le Livre de Job

Cher Jack Swarbrick,

Veuillez trouver ci-dessous ma candidature au poste d’entraineur en chef de l’équipe de football de l’université de Notre Dame.

Comme BoG sait que vous êtes très occupé avec la messe du dimanche à préparer après avoir revérifié six mille fois les calculs analytiques, je vous la fais courte :

Les cinq raisons pour lesquelles BoG ferait un excellent HC pour ND Football :

  1. Je suis allé une fois à la messe avec ma grand-mère quand j’avais huit ans (et je vais à l’église à tous les mariages et enterrements).
  2. J’ai miraculeusement une souscription à Peacock avec mon abonnement internet.
  3. Je suis Français, comme Papa Sorin, le fondateur de votre noble établissement ; j’ai même déjà visité ses terres natales de Mayenne et je pourrai donc faire un super TikTok de la messe å l’église d’Ahuillé pour les étudiants.
  4. Ma boulangère a l’âge de Lou Holtz.
  5. Je sais compter jusqu’à onze.
Crédit photo : NBC

Pac-2

#14 Oregon State et #21 Washington State s’affrontaient à Pullman et les Cougars sont sortis vainqueurs du duel entre les deux survivants de la Pac-12 (38-35).

Les Cougs sont donc champions de la Pac-2 au tiers de la saison ! Félicitations, vous gagnez le droit d’éviter un match de barrage pour la relégation en Mountain West !

Invincibles

Onze de chute pour les derniers P5 invaincus. Avec les défaites de Wake Forest (ACC), Iowa, Rutgers (Big Ten), BYU, UCF (Big 12), Colorado, Oregon State, UCLA (Pac-12), Auburn, Ole Miss (SEC) et Notre Dame la liste se réduit à :

ACC : Duke, Florida State, Louisville, Miami, North Carolina, Syracuse
Big Ten : Maryland, Michigan, Ohio State, Penn State
Big 12 : Kansas, Oklahoma, Texas
Pac-12 : Oregon, USC, Utah, Washington, Washington State
SEC : Georgia, Kentucky, Missouri
Indépendants : néant

Matchs poubelles

Comme chaque semaine, il y a quelques matchs qui ne méritaient pas l’attention de BoG au quatrième quart temps. Florilège, par ordre alphabétique :

#18 Duke a aisément disposé de UConn (41-7) pour rester invaincu au tiers de la saison (4-0).

#1 Georgia a étrillé Alabama…Birmingham (49-21). TE Brock Bowers (9 réceptions, 121 yards, 2 TD) a marqué ses deux premiers touchdowns de la saison.

Houton a battu son voisin de Sam Houston State (38-7). Les deux université sont séparées d’une centaine de kilomètres.

Louisville a mis deux fois plus de points que Boston College pour remporter la victoire contre BC (56-28).

#20 Miami n’a pas tremblé contre Temple (41-7).

Oregon a remis les crampons de Colorado sur terre en dominant largement leur confrontation à Eugene (42-6).

Penn State a blanchi Iowa lors de son traditionnel « White Out » (31-0). Les Nittany Lions sont la seule équipe de FBS à n’avoir pas encore perdu un ballon de l’année.

#23 Tennessee s’est essuyé ses crampons embourbés au Swamp sur UTSA (45-14).

#3 Texas a enfin battu Baylor à Waco (38-6) après deux revers en 2019 et 2021.

Cuillère de bois

On savait que l’attaque d’Iowa ne sentait pas très bon du derrière mais, là, c’est franchement la diahrée…

Contre Penn State (0-31), les Hawkeyes ont encaissé leur premier blanchissage du 21ème siècle (le dernier datait de 2000 à Illinois sur le score de… 0-31).

Crédit photo : Matthew O’Haren, USA TODAY Sports

En soixante minutes de match, les Hawks ont eu le ballon pendant moins de quinze minutes, joué seulement 33 jeux (soit près de trois fois moins que PSU), amassé un total mirobolant de 76 yards (4.8 fois moins que leurs 366 yards au punt), conclu six de leurs onze drives par un 3&out et enregistré le nombre faramineux de quatre « premiers downs », ce qui est également leur nombre de fumbles perdus dans le match.

Bref, une performance assez éloignée de l’objectif de 25 points par match…

Tops

Un flambeau pour… QB Jack Plummer (18/21, 388 yards, 5 TD / 6 courses, 2 yards, 1 TD) et ses six touchdowns lors de la victoire de Louisville contre Boston College (56-28).

Un brasier pour… DE Jonah Elliss (10 placages, 3.5 sacks) et ses trois sacks et demi lors de la victoire (toujours sans QB Cam Rising) de #11 Utah contre #22 UCLA (14-7).

Un feu d’artifice pour… DB Maxwell Hairston (4 placages, 2 INT, 2 TD) et ses deux interceptions retournées pour touchdown lors de la victoire de Kentucky à Vanderbilt (45-28).

Flops

Un pétard mouillé pour… QB Mitch Griffis (16/30, 162 yards, 1 TD, 3 INT / 20 courses, 43 yards) et ses quatre balles perdues (trois interceptions et un fumble) lors de la défaite de Wake Forest contre Georgia Tech (16-30).

Un seau d’eau pour… QB Ben Finley (17/32, 207 yards, 2 TD, 3 INT / 4 courses, 14 yards) et ses trois interceptions dont une retournée pour touchdown lors de la défaite de Cal à #8 Washington (32-59).

Un naufrage titanesque pour… QB AJ Swann (16/40, 189 yards, 3 INT / 5 courses, 11 yards) et ses trois interceptions dont deux retournées pour touchdown lors de la défaite de Vanderbilt contre Kentucky (28-45).

Dernier carré

Et le playoff sera…

#1 Michigan – #4 Florida State
#2 Georgia – #3 USC

Bien malin qui peut prédire qui sortira vainqueur de la Big Ten. Michigan fait pour l’instant le boulot sans trop se fatiguer ou impressionner. Ohio State est sorti vainqueur sur le fil de son déplacement à South Bend sans que l’on sache vraiment si les attaques d’OSU et de ND sont médiocres ou si leurs défenses sont brillantes. On sait en revanche que la défense de Penn State est certainement élite, même si les adversaires ont été relativement faibles jusqu’ici, et l’attaque est pour l’instant efficace à défaut d’être impressionnante. Nittany Lions et Buckeyes s’affrontent le 21 octobre à Columbus et il faudra attendre mi-novembre pour voir les Wolverines se frotter aux deux.

Dans la SEC, Alabama retrouvé des couleurs contre #15 Ole Miss (24-10), notamment grâce à une solide défense qui pourrait suffire à emmener le Tide en finale de conférence. Bama y retrouverait probablement Georgia, qui continue son habitude de démarrer ses matchs lentement mais fini toujours par s’imposer tranquillement. À moins que #12 LSU n’inflige une seconde défaite cette saison à Bama pour s’inviter à Atlanta. Il faudrait pour cela faire peut-être mieux que la performance poussive contre Arkansas (34-31).

La Pac-12 s’annonce plus ouverte que ses quatre comparses avec USC, qui a fait le minimum syndical à Arizona State (28-42), Oregon et Washington qui jouent à la PlayStation tous les week-ends, et Utah qui continue de gagner sans QB Cam Rising grâce à une grosse défense.

En ACC, Florida State s’est sorti du piège tendu à Clemson et a désormais l’avantage de recevoir tous ses futurs adversaires les plus « dangereux » (Syracuse, Duke et Miami) avant un rendez-vous programmé à Charlotte contre potentiellement Louisville ou North Carolina. Les Seminoles sont bien partis pour remporter leur conférence même si leurs deux derniers succès ont été étriqués et si la victoire contre LSU (45-24) n’est peut-être pas aussi impressionnante qu’initialement percue.

Texas ou #16 Oklahoma, qui a gagné à Cincinnati (20-6) sans faire de bruit, pourrait rester aux portes du Playoff dans une conférence Big 12 qui n’a pas montré grand-chose à part la victoire des Longhorns à Tuscaloosa (34-24) et celle, surprise, de BYU à Arkansas (38-31, mieux que LSU…). Cela dit, un champion invaincu de conférence ne devrait pas être laissé sur la touche donc les Horns et Sooners savent ce qu’ils ont à faire.

Comme il faut assumer ses convictions et ses erreurs, le tableau suivant garde la trace des prévisions passées.

SemainePrévision
0 / 1 / 2 / 3#1 Michigan – #4 Florida State et #2 Georgia – #3 USC

Blaze of Glory

Cette semaine, l’auréole de gloire revient à… QB Bo Nix, premier joueur de l’histoire de FBS à être responsable de plus de 55 TD à deux universités différentes.

L’actuel quarterback d’Oregon a marqué à 55 reprises avec les Ducks (11 à la passe et 1 à la course en 2023, 29 à la passe et 14 à la course en 2022) et 55 fois avec les Auburn Tigers (11 à la passe et 4 à la course en 2021, 12 à la passe et 7 à la course en 2020, 16 à la passe et 7 à la course en 2019).

Lire la suite

TBP SUR TWITTER

Articles les plus lus