Suivez-nous

Blaze of Glory

Blaze of Glory – Chapitre 41 : Kyle Trask gâche la Cocktail Party de Georgia

Blaise Collin revient sur l’actualité de la semaine dans le petit monde du College Football et décerne sa « Blaze of Glory ».

Crédit photo : Justin Ford-USA TODAY Sports

Publié

le

Quarantième-et-unième édition (2020 – Semaine 10) de cette chronique consacrée à l’actualité du College Football. Comme ce qui compte avant tout c’est que presque toute la Pac-12 était de retour ce week-end, on va surtout se concentrer sur les conférences Power 5. Désolé BYU, mais la correction infligée à Boise State (51-17), la pire défaite à domicile des Broncos depuis 1997, n’intéresse personne…

Pac-12 avant le petit-déjeuner

On était habitué à « Pac-12 After Dark », ces matchs divertissants du samedi soir lorsque la Côte Est est déjà au lit. Cette saison, la conférence a décidé de jouer à 9h du matin, heure locale, pour être en même temps que tous les premiers matchs de la journée.

Cela a-t-il marché ? On suppose que quelques téléspectateurs ont vu USC revenir de -13 points en trois minutes contre Arizona State (28-27).

Le reste de la journée a vu Oregon dominer Stanford (35-14), Chip Kelly faire du Chip Kelly à UCLA (défaite 42-48 à Colorado) et Washington State disposer d’Oregon State (38-28), mais qui s’intéresse à Wazzu sans Mike Leach ?

Le roi est mort, vive le roi (Partie 1)

Notre Dame s’est payé le scalp de #1 Clemson (47-40, 2 OT) et les Tigers tombent de (très) haut. Clemson n’avait plus perdu en saison régulière depuis 2017 (24-27 à Syracuse) soit 36 matchs d’affilée. En outre, les Tigers n’avaient jamais perdu en tant que numéro 1 du pays. Bon, c´est sûr que, jusqu’à l’incorporation de ND cette année, la conférence ACC n’était pas exactement la plus relevée et Clemson s’était déjà fait quelques sueurs froides. Donc, ce qui devait arriver un jour est finalement arrivé.

Pour les Fighting Irish, ce qui devait également arriver un jour est finalement arrivé puisque la dernière victoire de Notre Dame contre un numéro 1 remontait à 1993 et la venue de #1 Florida State à South Bend (31-24). Notre Dame a désormais battu un numéro 1 à neuf reprises, à égalité avec Alabama et Miami.

Il faudra attendre la revanche en finale de conférence ACC pour savoir si l’absence de QB Trevor Lawrence a joué sur l’issue de la rencontre. Son remplaçant, DJ Uiagalelei (29/44, 439 yards, 2 TD / 13 courses, 2 yards, 1 TD), a établi un nouveau record de yards à la passe contre Notre Dame avec 439 yards. C’est 35 yards de mieux que le record personnel de Trevor Lawrence (404 yards) obtenus à Georgia Tech (73-7). Mais, si on s’en tient aux chiffres, Clemson a terminé la rencontre 4 sur 15 en troisième tentative et c’est peut-être là que le futur numéro 1 de la Draft NFL 2021 aurait fait la différence…

En attendant, rendons à César Jésus ce qui était à Dabo : les Domers ont bien mérité les lauriers de cette victoire. La défense de ND a provoqué, et recouvert, trois fumbles des Tigers et a étouffé le jeu au sol de Clemson, ne concédant que 34 yards dont seulement 28 yards à RB Travis Étienne (18 courses, 28 yards, 1 TD / 8 réceptions, 57 yards), le coureur le plus prolifique de l’histoire de la SEC. Ils ont aussi pu compter sur un très bon QB Ian Book (22/39, 310 yards, 1 TD / 15 courses, 68 yards) et un sur un jeu de course prolifique (208 yards).

Le match retour à Charlotte s’annonce autant alléchant qu’explosif…

Crédit photo : Matt Cashore/Pool Photo via AP

Le roi est mort, vive le roi (Partie 2)

National Geographic a récemment publié des chiffres montrant que Clemson avait rapporté plus de quatre mille cas positifs de covid, soit le plus haut total des 1215 universités américaines de l’étude.

Les étudiants de Notre Dame n’ont pas dû bien prendre la chose puisque, après avoir fait tomber le champion de la conférence ACC, ils ont décidé de faire également tomber leur record de covid en envahissant le terrain par centaines suite à leur victoire sur Clemson (47-40, 2 OT).

Évidemment, la soirée s’est prolongée avec de nombreuses fiestas à South Bend pour célébrer ce succès footballistique comme il se doit.

Les étudiants de ND sont désormais tous obligés de se faire tester avec quarantaine de quinze jours à la clé.

Cocktail Party

Quand Georgia a fait venir Kirby Smart d’Alabama, les Dawgs ont cru qu’ils pourraient battre le Crimson Tide à son propre jeu : grosse défense et puissant jeu au sol. Entre temps, Bama a évolué et mise désormais sur une attaque aérienne capable de marquer à loisir et de gagner des matchs indépendamment du nombre de points encaissés par sa défense.

Avec Joe Burrow et LSU l’an dernier, il est apparu de plus en plus clair qu’une attaque bien huilée pouvait coller 40 pions à n’importe quelle défense, aussi talentueuse soit-elle. Les défenses ne gagnent plus les championnats, les grosses attaques inarrêtables le font désormais. 

Certaines équipes se sont adaptées, comme Alabama, d’autres non, comme Georgia. Le bon vieux temps où un AJ McCarron ou un Jake Coker pouvait emmener leur équipe à la victoire est bien révolu. Sans un quarterback élite, les chances de succès sont devenues immensément minces.

Contre Florida (28-44), ni QB Stetson Bennett (5/16, 78 yards, 1 TD, 1 INT) ni QB D’Wan Mathis (4/13, 34 yards, 1 TD, 2 INT / 7 courses, 11 yards) n’ont apporté la solution offensive adéquate. Et, mis à part un touchdown de 65 yards sur son premier jeu de course, l’attaque au sol des Dawgs n’a produit que 100 yards en 28 courses.

Bien sûr, la défense de Georgia est l’une des meilleures du pays et n’a accordé que 40 points en quatre matchs de SEC à Arkansas (37-10), contre Auburn (27-6), contre Tennessee (44-21) et à Kentucky (14-3). Mais les Bulldogs en ont lâché autant à Alabama (24-41) et contre Florida (28-44). Pire, la défense des Dawgs a concédé plus de 400 yards lors de deux de ses trois derniers matchs (417 à Alabama et 571 contre Florida) alors qu’aucune équipe n’avait réussi à en engranger autant contre les Dawgs depuis 2009.

De l’autre côté du stade des Jacksonville Jaguars, Florida possède QB Kyle Trask (30/43, 474 yards, 4 TD, 1 INT) qui tourne à 363 yards et 4.4 TD de moyenne en SEC…

OK, mais alors… ?

Pour une fois qu’une équipe de la Big 12 gagne grâce à sa défense… !

Mis à part le petit raté contre Texas (34-41, OT), Oklahoma State (5-1, 4-1) n’a accordé que 66 points lors de ses cinq victoires. Mais l’attaque des Cowboys ne tourne qu’à 28 points de moyenne depuis le début de la saison.

Les deux statistiques semblent incroyables pour le deuxième d’une conférence connue pour ses attaques à tout-va et des défenses poreuses.

Deuxième ? Oui, car c’est Iowa State (5-2, 5-1) qui est actuellement en tête de la Big 12. Les Cyclones sont 5-1 en conférence pour la première fois de leur histoire au cours de laquelle ils n’ont plus gagné de titre de conférence depuis 1912. Avec Kansas State (4-3, 4-2) et West Virginia (4-3, 3-3) en sandwich autour d’un déplacement à Texas (5-2, 4-2), le bout du tunnel est-il en vue ?

Nah ! Oklahoma vient de coller 62 points à Texas Tech (62-28) et contre Kansas (62-9). Voilà la grosse attaque qui, comme d’habitude en Big 12, marquera un poil plus que l’adversaire pour remporter la conférence…

RB Keyon Henry-Brooks (#21), Vanderbilt – Crédit photo : Rogelio Solis

Amasser des yards n’est pas gagner

Contre Mississippi State, Vanderbilt a produit plus de deux fois plus de yards que Mississippi State (478 contre 204) mais a perdu le match (17-24). Les Bulldogs ont même terminé la rencontre avec un total négatif de yards au sol (-22). Mais trois interceptions et deux fumbles perdus ont plombé les Commodores.

C’est la seconde fois cette saison qu’une équipe perd avec un avantage de plus de 270 yards offensifs. Penn State est l’autre équipe, perdant son premier match de la saison contre Indiana (35-36, OT) malgré 277 yards de plus que les Hoosiers.

Avant ces deux-là, la mésaventure n’était arrivée qu’une seule fois lors des 395 dernières rencontres au cours desquelles le désavantage offensif était aussi prononcé.

Je suis malade, complètement malade

Indiana est 3-0 en conférence pour la première fois depuis 1988. Northwestern est 3-0 en conférence pour la première fois depuis 2000. Depuis 1899, année qui a vu les Hoosiers rejoindre la conférence Big Ten (Western Conference à l’époque), les deux universités n’ont jamais toutes deux été 3-0 en conférence simultanément.

Si on ajoute Purdue (2-0) et Maryland (2-1), les quatre équipes ont un bilan combiné de 10-1. A l’inverse, Iowa (1-2), Nebraska (0-2), Michigan (1-2) et Penn State (0-3), programmes historiquement plus réputés, sont collectivement 2-9.

Ice, ice, baby

Il y a une presque-règle au football qui veut que l’entraineur appelle un temps mort quand l’équipe adverse tente un field goal pour la gagne, histoire de « geler » le kicker et de le refroidir un peu. Parfois ça marche, souvent ça ne change rien et de temps en temps ça merde carrément.

Contre #25 Liberty, Virginia Tech était favori de 14.5 points (ce qui en dit long soit sur le Top 25 de l’Associated Press, soit sur les bookmakers de Las Vegas…).

À 35-35 et avec une quatrième tentative et huit secondes à jouer, les Flames ont tenté un field goal de 59 yards. Ce dernier a été bloqué par V-Tech et retourné pour un touchdown qui aurait scellé le sort de la rencontre en faveur des Hokies si… leur entraineur Justin Fuente n’avait pas appelé un temps mort juste avant le coup de pied. Les Flames ont alors choisi de jouer leur quatrième tentative et, profitant d’un marquage à 20 yards de la défense de VT, ont grappillé huit yards et un premier down qui leur a permis de tenter, et réussir, un field goal de 51 yards pour la gagne.

RB Joshua Mack (#8), Liberty – Crédit photo : Liberty Athletics

Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras

Il y a une presque-règle au football qui veut que l’entraineur ne tente une conversion à deux points que quand c’est absolument nécessaire.

Contre Oklahoma State (18-20), Kansas State a tenté, et manqué, une conversion à deux points après un touchdown qui leur avait donné une avance de douze points (12-0) juste avant la mi-temps. Le raté a forcé les Wildcats à retenter une conversion à deux points en fin de match pour aller chercher l’égalisation et la prolongation. Ils ont à nouveau manqué et perdu le match, 18-20.

Au moins, la première tentative avait un minimum de sens : donner deux touchdowns d’avance à KSU. BoG se creuse toujours la tête sur la conversion à deux points de Penn State contre Maryland (19-35) alors que les Nittany Lions étaient menés 13-35…

Against all odds

En dominant Penn State à Happy Valley (35-19), Maryland a signé un second succès consécutif, après celui contre Minnesota (45-44, OT), alors que les Terrapins étaient donnés perdants de plus de 18 points dans les deux cas.

Une telle performance n’était jamais arrivée depuis que la Division I de football universitaire a été scindé en deux (Division I-A et Division I-AA, devenus FBS et FCS) en 1978. Pour leur prochain match, les Terps reçoivent Ohio State et les Buckeyes sont favoris de 25.5 points.

Les priorités sont comme les quarterbacks : si vous en avez plusieurs, vous n’en avez aucune

Comme tout part d’une bonne ligne offensive, on va dire que la priorité de Florida State, qui a perdu son cinquième match de conférence à la maison contre Pittsburgh (17-41), est de se reconstruire dans les tranchées.

Quant à la situation du quarterback ? Contre Pitt, QB Jordan Travis (11/18, 106 yards, 1 INT / 14 courses, 83 yards, 1 TD), QB Chubba Purdy (12/21, 38 yards, 1 INT) et QB James Blackman (0/2, 0 yard, 1 INT) ont tous lancé une interception et aucun touchdown.

Les deux premières interceptions ont mené à des touchdowns rapides des Panthers (en 4 et 3 jeux) tandis que la dernière a été directement retournée pour touchdown.

4th & Goal Punt

1ère tentative : sur la ligne des 10 yards, QB Coran Taylor (6/17, 106 yards, 1 TD / 19 courses, 42 yards) court pour zéro yard et l’attaque d’Illinois écope d’une pénalité de quinze yards pour faute personnelle.

2ème tentative : Coran Taylor laisse échapper le ballon et WR Casey Washington (1 réception, 8 yards) le recouvre 23 yards derrière la ligne de mêlée.

3ème tentative : à 48 yards de l’en-but de Minnesota, la passe de Coran Taylor est incomplète.

4ème tentative : punt.

Sans surprise, le Fighting Illini s’est incliné à la maison contre les Gophers (14-41).

Sur la route de Bedlam : Spencer vs Spencer

Juste pour le fun, comparaison des performances individuelle des quarterbacks d’Oklahoma (Spencer Rattler) et d’Oklahoma State (Spencer Sanders).

Les règles sont simples : 1 point pour la meilleure performance de la semaine, 2 points pour la meilleure performance contre un adversaire commun, 3 points pour la meilleure performance lors du match OU-OSU. Que le meilleur gagne !

Spencer RattlerSpencer Sanders
 AdversaireStatistiquesPointsAdversaireStatistiquesPoints
S4(a)Kansas State30/41, 387 yds 4 TD, 3 INT0West Virginia(b)Blessé0
S5(a)Iowa State25/36, 300 yds 2 TD, 1 INT 9 courses, 20 yds 1 TD0Kansas (b)Blessé0
S6Texas23/35, 209 yds 3 TD, 1 INT 14 courses, 51 yds 1 TD 1 fumble perdu00
S70BaylorReporté0
S8TCU13/22, 332 yds 2 TD3Iowa State20/29, 235 yds 1 TD, 2 INT 15 courses, 71 yds 1 TD0
S9Texas Tech21/30, 288 yds 2 TD 3 courses, 24 yds3Texas27/39, 400 yds 4 TD, 1 INT 16 courses, 11 yds 2 fumbles perdus0
S10Kansas15/27, 212 yds 1 TD, 1 INT 3 courses, 3 yds 1TD3Kansas State14/23, 108 yds0
S11Oklahoma State  Oklahoma  
S12West Virginia(b)  Texas Tech  
S13Baylor  TCU  
Total90

(a) Pas de points attribués pour la semaine puisque l’un des quarterbacks n’a pas joué.
(b) Pas de points attribués pour la comparaison des statistiques.

Matchs grippés

Comme chaque semaine (?), il y a quelques matchs qui ont été reportés pour raisons liées au COVID-19. Cette semaine, les malades (probablement pas imaginaires) sont :

California – Washington : un joueur de California a été testé positif quelques jours avant l’ouverture de la saison de la Pac-12. La quarantaine imposée à tous les joueurs en contact avec lui, et en particulier ceux de sa propre unité, a privé Cal de sa ligne défensive. En conséquence, les Bears ont annulé leur match d’ouverture contre Washington.

Virginia – Louisville : le déplacement de Louisville à Virginia a été reporté d’une semaine en raison d’une dizaine de cas positifs dans l’effectif des Cardinals.

Utah – Arizona : dû à un nombre indéterminé de cas positifs, Utah a annulé son premier match de la saison contre Arizona.

Wisconsin – Purdue : Wisconsin faisait toujours face à épidémie au sein de son effectif et a été forcé de renoncer à son second match d’affilée, cette fois contre Purdue.

Matchs poubelles

Comme chaque semaine, il y a quelques matchs qui ne méritaient pas l’attention de BoG au quatrième quart temps. Florilège, par ordre alphabétique :

Iowa a torpillé Michigan State (49-7) en profitant de trois pertes de balles des Spartans qui en avaient déjà eu sept contre Rutgers (27-38) mais zéro à Michigan (27-24).

North Carolina a terrassé Duke (56-24). L’écart se creuse entre les deux rivaux de Caroline du Nord puisque, après trois défaites de rang (27-28, 17-27 et 35-42), les Tar Heels n’avaient battu les Blue Devils que de peu l’an dernier (20-17).

Oklahoma a torché Kansas (62-9) avec six touchdowns au sol en 31 courses. La dernière victoire des Jayhawks contre les Sooners remonte à 1997 (20-17) et aucun des seize derniers matchs n’a été gagné par OU par moins de deux touchdowns.

Texas A&M a pulvérisé South Carolina (48-3) avec cinq touchdowns de QB Kellen Mond (16/26, 224 yards, 4 TD / 6 courses, 34 yards, 1 TD).

Penn State vs Maryland – Crédit photo : Abby Drey

Cuillère de bois

BoG pourrait à nouveau casser du sucre sur le dos de Michigan qui a sévèrement perdu à Indiana (21-38) avec une performance peu inspirante de 13 yards au sol. Le dernier succès des Hoosiers contre les Wolverines, avant une série de 24 défaites de rang, remontait à 1987 (14-10) et il faut aller chercher jusqu’en 1959 pour une victoire de IU par plus de dix points d’écart (26-7). L’équipe de Jim Harbaugh ne s’est pas rachetée de sa défaite contre Michigan State (24-27) qui, hormis sa victoire à Ann Arbor, s’est incliné contre Rutgers (27-38) et s’est mangé une volée à Iowa (7-49).

Mais, cette semaine, c’est Penn State qui mérite, haut la main, de se faire botter l’arrière-train après sa honteuse performance contre Maryland (19-35). En 43 rencontres entre les deux équipes, PSU n’avait perdu qu’à deux reprises (17-21 en 1961 et 19-20 en 2014) et les Nittany Lions avaient remporté les trois dernières rencontres par un score cumulé de 163 à 6 (66-3 en 2017, 38-3 en 2018 et 59-0 en 2019).

Le match n’avait tellement aucune importance que Las Vegas avait donné PSU gagnant de 27.5 points. Encore fallait-il confirmer sur le terrain ce que les Nitts ont lamentablement foiré en se retrouvant du mauvais côté de la troisième plus grosse surprise des 40 dernières années en conférence Big Ten derrière les défaites de Wisconsin à Illinois en 2019 (23-24, les Badgers étaient favoris de 30.5 points) et de Minnesota à Northwestern (21-31, les Gophers étaient favoris de 32 points). Au différentiel de points (résultat comparé à prédiction), Penn State fait d’ailleurs pire que ses deux infortunés compères…

Contre Maryland, les Nittany Lions ont joué sans énergie et surtout sans envie. L’attaque n’a produit que 94 yards au sol contre une défense qui en a concédé 262 contre Minnesota (45-44, OT) et 325 à Northwestern (3-43). Et la défense a laissé tout le temps à QB Taulia Tagovailoa (18/26, 282 yards, 3 TD) de la découper, accordant quasiment deux fois le même touchdown à WR Rakim Jarrett (5 réceptions, 144 yards, 2 TD), sur une route croisée juste derrière la ligne de mêlée. Les lignes offensives et défensives ont été dominés par des unités qui, il y a deux semaines, ont été corrigées à… Northwestern (3-43).

Penn State est 0-3 en conférence pour la première fois depuis 2004 et 0-3 en entame de saison pour la première fois depuis 2001. Pire, pour la première fois de son histoire, PSU a accordé plus de 30 points lors de quatre matchs consécutifs (53-39 contre Memphis au Cotton Bowl l’an dernier, 35-36 (OT) à Indiana, 25-38 contre Ohio State et 19-35 contre Maryland). La bande de James Franklin est 16-8 depuis la défaite contre Ohio State de 2018 (26-27) qui avait fait dire au Head Coach que Penn State est une grande équipe mais pas encore une équipe élite. En effet, elle en est bien loin…

Tops

Un flambeau pour… RB Mohammed Ibrahim (30 courses, 224 yards, 4 TD / 2 réceptions, 31 yards) et ses quatre touchdowns lors de la victoire de Minnesota à Illinois (41-14).

Un brasier pour… RB Javonte Williams (12 courses, 151 yards, 3 TD / 4 réceptions, 24 yards, 1 TD) et ses quatre touchdowns lors de la victoire de North Carolina à Duke (56-24).

Un feu d’artifice pour… RB Kyren Williams (23 courses, 140 yards, 3 TD) et ses trois touchdowns lors de la victoire de Notre Dame contre Clemson (47-40, 2OT). [Oui, trois c’est moins que quatre mais Clemson n’est ni Illinois ni Duke…]

Flops

Un pétard mouillé pour… PK Jet Toner (0/4 FG / 2/2 PAT) et ses quatre field goals manqués lors de la défaite de Stanford à Oregon (14-35).

Un seau d’eau pour… QB Rocky Lombardi (17/37, 227 yards, 3 INT / 5 courses, -21 yards) et ses trois interceptions, dont une retournée pour touchdown, lors de la défaite de Michigan State à Iowa (7-49).

Un naufrage titanesque pour… QB Sean Clifford (27/57, 340 yards, 3 TD, 2 INT / 17 courses, 26 yards) et ses deux interceptions et son fumble retourné pour touchdown lors de la défaite de Penn State contre Maryland (19-35).

TE Michael Mayer (#87), Notre Dame – Crédit photo : Notre Dame Athletics

Dernier carré

Et le playoff sera…

#1 Ohio State – #4 Notre Dame
#2 Alabama – #3 Clemson

En s’imposant contre Clemson (47-40, 2OT) dans le plus gros match de la conférence ACC depuis des plombes, Notre Dame a rendu un fier service au Comité de Sélection du College Football Playoff. Voilà ce qu’il va se passer d’ici la mi-décembre :

Ohio State va continuer ses matchs d’entrainement en conférence Big Ten dans laquelle Wisconsin est à l’hôpital, Penn State et Michigan refusent de jouer au football et ses plus sérieux adversaires sont… Indiana et Northwestern.

Alabama va continuer à coller 40 pions à tous ses adversaires en SEC, y compris à Florida en finale de conférence (les Gators en marqueront probablement 39).

Clemson va prendre sa revanche sur Notre Dame en finale de conférence ACC et les deux équipes seront invités à la dernière danse.

Bon, maintenant, les choses pourraient devenir rapidement intéressantes si Notre Dame gagne la deuxième manche contre Clemson. Dans ce cas, les Tigers auraient deux défaites et la SEC pourraient récupérer le dernier ticket.

Si Florida remporte la SEC, les Gators n’auraient qu’une défaite (38-41 à Texas A&M), tout comme Alabama (finale SEC) et, potentiellement, Texas A&M (24-52 à Alabama). Dans ce cercle vicieux, les Aggies resteraient sur la touche. Mais si Bama gagne son duel contre UF, TAMU pourrait sérieusement prétendre au Playoff.

Évidemment, tout cela suppose qu’Oklahoma State (5-1, 4-1), la seule équipe de Big 12 avec moins de deux défaites, chute contre Oklahoma (comme d’habitude) ou en finale de conférence et que la Pac-12 se cannibalise (comme d’habitude).

Blaze of Glory

Cette semaine, l’auréole de gloire revient à Kyle Trask (QB, Florida) qui est devenu le premier joueur de conférence SEC avec au moins quatre passes de touchdown lors de cinq matchs consécutifs : 6 à Ole Miss (51-35), 4 contre South Carolina (38-24), 4 à Texas A&M (38-41), 4 contre Mizzou (41-17) et 4 contre Georgia (44-28).

Membre de la Football Writers Association of America (FWAA), Blaise Collin est un passionné de football universitaire et de NFL, passé par l'Idaho et basé en Californie depuis 2018. Après avoir contribué au site elitefoot.com, il a rejoint la rédaction de 4th&Goal en 2013. Il partage désormais sa vision du football sur The Blue Pennant et sur footballamericain.com.

Publicité
Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Blaze of Glory

Blaze of Glory – Chapitre 46 : Najee Harris entre la course au Heisman

Blaise Collin revient sur l’actualité de la semaine dans le petit monde du College Football et décerne sa « Blaze of Glory ».

Publié

le

Crédit photo :

Quarante-septième édition (2020 – Semaine 16) de cette chronique consacrée à l’actualité du College Football. Comme ce qui compte avant tout c’est que, Nick Saban pense qu’il faudrait un Commissaire pour le College Football (bref, un Roger Goodell universitaire), on va surtout se concentrer sur les conférences Power 5. 

Plus ça change, plus c’est la même chose

Voilà ce qu’une bonne pandémie fait pour vous…

ConférenceChampion 2019Champion 2020
ACCClemsonClemson
Big TenOhio StateOhio State
Big 12OklahomaOklahoma
Pac-12OregonOregon
SECLSUAlabama

Bref, 80% des champions P5 2019 ont conservé leurs couronnes en 2020 et les 20% restants ont gagné dix des treize derniers titres dans leur conférence…

ACC

Clemson – Notre Dame : 34- 10

Clemson a remporté sa sixième couronne ACC consécutive et porte son total de titres de conférence à 19 dont sept depuis l’instauration d’une finale de conférence en 2005. Les Tigers sont 7-1 en finale.

Clemson a remporté dix matchs ou plus lors des dix dernières saisons. Seuls Florida State (14 saisons entre 1987 et 2000) et Alabama (13 saisons entre 2008 et 2020) ont, pour l’instant, fait mieux.

Quelques remarques sur le match…

La première mi-temps des deux équipes…

Notre Dame : FG, FG manqué, downs, punt, punt 

Clemson : INT, TD, TD, FG, TD.

Alors oui, ND a fait mieux après la pause (7-10) mais pour se remettre de 3-24 à la mi-temps… Contre Clemson…

Un seul mot… Venables. Le coordinateur défensif des Tigers, Brent Venables a gagné son duel avec Tommy Rees, le coordinateur offensif des Domers. Les Irish avaient marqué 33 points dans le temps réglementaire lors du match de saison régulière (47-40, OT) mais le génie défensif de Brent Venables s’est assuré qu’une telle anomalie ne se reproduise pas…

RB Travis Etienne (10 courses, 124 yards, 1 TD / 3 réceptions, 12 yards) restait sur six matchs consécutifs à moins de 100 yards au sol et n’avait glané que 28 yards en 18 courses (mais 1 TD) contre Notre Dame en saison régulière. Avec QB Trevor Lawrence (25/36, 322 yards, 2 TD, 1 INT / 14 courses, 90 yards, 1 TD) dans le backfield pour donner une seconde option à la course, le recordman des yards au sol en ACC (4796 yards) a eu une toute autre production avec 12.4 yards par portée en dix courses. Sur la saison, ses 524 yards en réception établissent le nouveau record de l’école pour un running back. Son 20ème match en carrière à plus de 100 yards au sol est également un record de l’école.

La majorité des analystes pensaient que Notre Dame serait plus compétitive et pourrait même remporter le match. Å l’inverse, certains observateurs ont pointé que, lors du match de saison régulière, QB D.J. Uiagalelei (29/44, 439 yards 2 TD / 13 courses, 2 yards) n’avait constitué aucun danger au sol et que ND n’avait eu qu’à se concentrer sur Travis Etienne. L’analyse s’est révélée très pertinente compte tenu de la production au sol de Trevor Lawrence en finale. Ce que les experts n’ont en revanche, pas relevé est le pourcentage en troisième down de Clemson dans les deux matchs : 4/15 en saison régulière et 8/13 (dont un spiké par erreur) en finale avec Trevor Lawrence aux commandes. Oui, le futur quarterback de Clemson est brillant mais les Tigers ne sont pas la même équipe avec le futur New York Jet Jacksonville Jaguar.

La séquence qui tue : 42 secondes à jouer en première mi-temps, 2ème tentative et 10 yards ; Travis Etienne prend neuf yards au sol mais Trevor Lawrence, qui pense que son coureur a gagné les quatre tentatives supplémentaires, spike le ballon pour arrêter l’horloge et préparer la série suivante ; Clemson se retrouve donc en 4ème tentative avec 1 yard à grappiller et Travis Etienne s’arrache pour 44 yards et un TD.

Big Ten

Ohio State – Northwestern : 22 – 10

Quatrième titre de conférence Big Ten consécutif pour Ohio State… Les Buckeyes remportent leur 39ème titre de conférence dont cinq sur dix depuis que la Big Ten est séparée en deux divisions (Legends/Leaders en 2011 et 2012 et East/West depuis 2013). Les Buckeyes sont 5-1 en finale.

Quelques remarques sur le match…

À Lucas Oil Stadium, les en-buts étaient aux couleurs des… Indianapolis Colts. Quelqu’un aurait-il oublié de se lever pour peindre les couleurs des deux finalistes ?

WR Chris Olave (36 réceptions, 528 yards, 5 TD en 2020) n’a pas joué la finale, tout comme une vingtaine d’autres Buckeyes, dont on suppose qu’ils étaient encore en quarantaine le jour du match (Ohio State n’a pas indiqué de raison officielle). Privé de sa cible favorite, QB Justin Fields (12/27, 114 yards, 2 INT / 12 courses, 35 yards) n’a été que l’ombre de lui-même dans cette finale et le tempo imposé par Northwestern a mis en exergue le manque de profondeur du banc de touche d’Ohio State dû à toutes ces absences.

La deuxième défense de FBS (14.6 points par match avant la rencontre) a tenu la quatrième attaque (46.6 points par match) en respect pendant une mi-temps. Les Wildcats ont atteint la mi-temps avec l’avantage au score (10-6) grâce notamment à une interception de DB Brandon Joseph (5 placages, 1 INT) dans son propre en-but à 28 secondes de la pause. C’est sa sixième interception de la saison, record FBS.

Malheureusement, Northwestern n’a pas tenu la distance et QB Peyton Ramsey (24/37, 224 yards, 2 INT / 9 courses, 44 yards) s’est fait intercepter sur le premier drive des Wildcats au retour des vestiaires, la première de ses deux interceptions du match. L’ancien Indiana Hoosier a aussi perdu un fumble sur le drive suivant sa seconde interception. Northwestern n’a pas marqué en seconde mi-temps.

NW en seconde mi-temps : INT, punt, FG manqué, INT, fumble, punt, downs

RB Trey Sermon (29 courses, 331 yards, 2 TD) a terminé la rencontre avec une moyenne de 11.4 yards par course mais il a fallu presque trois quarts temps au staff d’Ohio State pour se rendre compte qu’il pouvait rentrer comme dans du beurre dans la défense de Northwestern. Au passage, il a établi, avec ses 331 yards, un nouveau record au sol pour une finale de conférence FBS et aussi battu le record d’OSU sur un match, précédemment détenu par Eddie George (314 yards) depuis 1995, l’année de son Heisman.

Northwestern : six courses de plus de 20 yards accordés en sept matchs de saison régulière.

Trey Sermon : six courses de plus de 20 yards en finale contre NW.

Et dans le reste de la conférence…

Il y a eu quinze matchs annulés en conférence Big Ten et seuls Penn State (4-5) et Rutgers (3-6) ont joué tous leurs matchs. A l’opposée, Maryland (2-3) n’a disputé que cinq matchs.

Illinois (2-6) a terminé la saison régulière par une lourde défaite contre Penn State (21-56), une semaine après s’être séparé de Lovie Smith. Il n’a pas fallu longtemps pour lui trouver un remplaçant : c’est Bret Bielema qui a été embauché pour le remplacer. Le nouvel homme fort du Fighting Illini est un habitué de la conférence Big Ten puisqu’il a été Head Coach à Wisconsin de 2006 à 2012 (68-24) avec trois titres de conférence consécutifs à la clé (2010 à 2012). Avant cela, il avait entrainé Auburn de 2013 à 2017 (29-34). Ces trois dernières années, il était assistant en NFL, aux New England Patriots (2018-2019) puis aux New York Giants (2020). Illinois a signé sa neuvième saison consécutive avec un bilan négatif en conférence, record de l’école. Il y a donc un peu de boulot…

Penn State – Illinois (56-21) : les deux équipes ont combiné pour quatre touchdowns en 5’10. Il y avait 21-21 à la fin du premier quart temps. Le Fighting Illini a alors décidé de partir en vacances.

Big 12

Oklahoma – Iowa State : 27 – 21

Oklahoma a remporté son sixième titre de conférence d’affilée et le quatorzième en 25 ans de Big 12. Les Sooners sont 11-1 en finale de conférence.

OU possède désormais 50 titres de conférences, record FBS.

Quelques remarques sur le match…

DB Isheem Young, l’un des tous meilleurs défenseurs de la conférence, a été éjecté au bout de 33 secondes pour un placage de l’épaule sur le casque de WR Drake Stoops (1 réception, 13 yards) qui tombait au sol à la renverse. La pénalité semble sévère mais dura lex sed lex 

WR Marvin Mims (7 réceptions, 101 yards, 1 TD) a marqué son huitième touchdown en réception de passe pour sa première saison, record d’Oklahoma.

Iowa State n’a jamais vraiment été en mesure d’inquiéter Oklahoma. QB Brock Purdy (27/40, 322 yards, 1 TD, 3 INT / 7 courses, 33 yards) a lancé trois interceptions dans le match : la première dans l’en-but d’OU à 0-17 et avec 5 minutes à jouer en première mi-temps, la deuxième au milieu du terrain à 7-24 et avec 5 minutes jouées en seconde mi-temps et la dernière dans la zone rouge des Sooners à 21-27 et avec 1 minute restante à l’horloge.

Sur sa dernière interception, Matt Campbell regrettera peut-être de ne pas avoir pris un temps mort. Sur troisième tentative, l’escouade offensive des Cyclones n’était clairement pas prête à jouer et Brock Purdy a été chassé de sa poche et a lancé, on ne sait trop où, une passe désespérée (destinée à un coéquipier ? ou à atterrir en touche ?) qui a été interceptée par CB Tre Brown (2 placages, 1 INT).

RB Breece Hall (23 courses, 79 yards, 2 TD) a signé son onzième match d’affilée avec au moins un touchdown, record de l’école. Maigre consolation…

Pac-12

Oregon – USC : 31 – 24

Oregon a conservé son titre de la Pac-12, son second consécutif et le treizième de l’histoire de l’université. Les Ducks ont participé à quatre des dix finales depuis leur établissement en 2011 et les ont toutes remportées.

Quelques remarques sur le match…

Oregon (4-2) n’avait aucun droit valide de disputer ce match mais les Ducks ont profité au mieux de l’opportunité.

Après la victoire (48-47, OT)) de Stanford (4-2) à UCLA (3-4) sur une transformation à deux points manquée par les Bruins, Oregon termine finalement troisième de la Pac-12 North.

Le champion de division, Washington (3-1), n’a pas pu participer à la finale en raison du covid.

Colorado (4-1, 3-1) aurait dû être le second finaliste en raison d’un meilleur record en conférence qu’Oregon (3-1 contre 3-2) et surtout parce que les Buffaloes n’ont pas pu jouer USC en saison régulière, la faute à une épidémie de covid chez les Trojans.

QB Kedon Clovis (28/52, 320 yards, 2 TD, 3 INT) a lancé deux de ses trois interceptions lors des trois premiers drives de USC et les Trojans n’ont jamais pu revenir à moins de sept points d’Oregon. La troisième interception est intervenue à trois minutes de la fin du match alors que l’on pensait que SC allait refaire le coup d’Arizona, Arizona State et Utah en sortant de son chapeau un retour improbable dans les deux dernières minutes. Pas ce coup-ci…

USC a concédé 98 yards en neuf pénalités. Oui, c’est beaucoup et c’est inacceptable pour une équipe en finale de conférence. Mais ce n’est pas comme si Oregon (7 pénalités pour 70 yards) avait été exempt de tout reproche…

Note pour l’année prochaine : l’équipe en tête à la mi-temps a remporté toutes les finales (soit dix matchs depuis le passage de la Pac-10 à la Pac-12 en 2011).

SEC

Alabama – Florida : 52 – 46

Alabama a récupéré son titre de champion de la SEC et remporté son 28ème championnat de la SEC dont neuf victoires depuis l’instauration d’une finale de conférence en 1992. Le Tide est 9-4 en finale.

Quelques remarques sur le match…

Première mi-temps d’Alabama : TD, INT, TD, TD, TD, TD. Score à la mi-temps : 35 – 17.

Florida est bien revenu dans la partie au troisième quart temps avec deux TD (31-35) mais Bama a repris le large avec un TD et un FG consécutif à un fumble perdu par les Gators (45-31).

La séquence qui tue : Florida a été sauvé par un hors-jeu défensif à l’extérieur de la boite sur un fumble perdu par QB Kyle Trask (26/40, 408 yards, 3 TD / 15 courses, 0 yard, 1 TD) à 1 yard de l’en-but d’Alabama. Les Gators ont eu droit à une seconde chance et ont marqué sur le jeu suivant par RB Daemon Pierce (2 courses, 2 yards, 1 TD) pour rester dans la course (38-45).

QB Mac Jones (33/43, 418 yards, 5 TD, 1 INT) a établi un nouveau record de yards à la passe en finale de conférence SEC avec 418 yards. Le deuxième sur la nouvelle liste est Kyle Trask avec ses 408 yards.

La cible préférée de Mac Jones ? L’inévitable WR DeVonta Smith (15 réceptions, 184 yards, 2 TD), l’homme qui attrape les ballons dans les nuages. Ses quinze réceptions en finale SEC sont également un record.

Jaylen qui ça ? Il ne faudrait pas oublier qu’Alabama est privé depuis deux mois de son meilleur receveur, WR Jaylen Waddle (25 réceptions, 557 yards, 4 TD en quatre matchs). Bon, enfin, meilleur, c’est plutôt 1A et 1B avec DeVonta Smith. Oh, et Nick Saban a laissé sous-entendre que Jaylen Waddle pourrait jouer au Playoff. Effrayant…

Bataille de III entre Trey Dean III (DB, Florida) et John Metchie III (WR, Alabama) : le défenseur des Gators a intercepté Mac Jones en milieu de premier quart temps puis perdu la balle sur un gros tampon du receveur d’Alabama. DeVonta Smith a recouvert le ballon pour, un jeu et 31 yards plus tard, marquer son premier touchdown du match (14-7).

Rien ne sert de courir… : Florida a fait cadeau de 19 secondes à Alabama en snappant trop tôt sur son second TD de la première période. Alabama a répondu en marquant son cinquième TD avec six secondes à l’horloge. C’est quatre points offerts pour un TD à la place d’un FG. Évidemment, ces quatre points n’ont eu aucune incidence sur le résultat de la rencontre mais tout de même…

Nick Saban l’avait annoncé : « 84 » et « 1 » sont les plus grosses menaces pour Alabama. Comprenez TE Kyle Pitts (7 réceptions, 129 yards, 1 TD) et WR Kadarius Toney (2 courses, 15 yards / 8 réceptions, 153 yards, 1 TD) qui ont combiné pour 15 réceptions, 282 yards et 2 TD dans les airs contre le Tide.

Ce qui a manqué à Florida pour terrasser Alabama ? Un peu plus de jeu au sol : 54 yards en 26 courses ne motivent pas des masses la défense adverse à s’entasser dans la boite… Cela dit, les Gators ont marqué la moitié de leurs touchdowns au sol…

Et dans le reste de la conférence…

En dominant Tennessee (34-13), Texas A&M a signé sept victoires consécutives dans une saison pour la première fois depuis 1998. Les Aggies avaient alors gagné dix fois d’affilée avant de perdre à Texas (24-26), ce qui ne les avaient pas empêchés de remporter la conférence Big 12.

LSU (5-5) a limité les dégâts en finissant 2020 à l’équilibre par une victoire contre Ole Miss (4-5) 53 à 48. Le dernier champion en titre à avoir terminé sous les 50% de victoire est Ohio State, 9-1 et champion national en 1942 et 3-6 en 1943. Comme quoi, pour tous ceux qui en doutaient encore, une guerre mondiale c’est tout de même un peu plus perturbant qu’une pandémie…

Le doublé ?

Clemson et Notre Dame en conférence ACC et Oklahoma et Iowa State en conférence Big 12 se sont respectivement affrontés pour la seconde fois de la saison. Après avoir perdu en saison régulière, les Tigers et les Sooners ont pris leurs revanches en finale. On a l’habitude de dire que battre deux fois la même équipe la même n’est pas chose aisée. Mais est-ce si difficile que ça ?

En 31 occurrences, le vainqueur du match de la saison régulière a remporté 18 fois la finale de conférence, soit 58%. Méfiez-vous des mythes…

En détail, la liste des finales de conférence P5 mettant aux prises deux équipes s’étant déjà affrontées en saison régulière (vainqueur du match entre parenthèses) :

ACC (depuis 2005)

2007 – Virginia Tech bat Boston College (Boston College)
2008 – Virginia Tech bat Boston College (Boston College)
2009 – Georgia Tech bat Clemson (Georgia Tech)
2011 – Clemson bat Virginia Tech (Clemson)
2020 – Clemson bat Notre Dame (Notre Dame)

Bilan du vainqueur du match de saison régulière : 2-3

Big Ten (depuis 2011)

2011 – Wisconsin bat Michigan State (Michigan State)
2012 – Wisconsin bat Nebraska (Nebraska)
2019 – Ohio State bat Wisconsin (Ohio State)

Bilan du vainqueur du match de saison régulière : 1-2

Big 12 (1996-2010, 2017-2020)

1999 – Nebraska bat Texas (Texas)
2000 – Oklahoma bat Kansas State (Oklahoma)
2001 – Colorado bat Texas (Texas)
2002 – Oklahoma bat Colorado (Oklahoma)
2005 – Texas bat Colorado (Texas)
2007 – Oklahoma bat Missouri (Oklahoma)
2017 – Oklahoma bat TCU (Oklahoma)
2018 – Oklahoma bat Texas (Texas)
2019 – Oklahoma bat Baylor (Baylor)
2020 – Oklahoma bat Iowa State (Iowa State)

Bilan du vainqueur du match de saison régulière : 5-5

Pac 12 (depuis 2011)

2012 – Stanford bat UCLA (Stanford)
2013 – Stanford bat Arizona State (Stanford)
2014 – Oregon bat Arizona (Arizona)
2015 – Stanford bat USC (Stanford)
2017 – USC bat Stanford (USC)
2018 – Washington bat Utah (Washington)

Bilan du vainqueur du match de saison régulière : 5-1

SEC (depuis 1992)

1999 – Alabama bat Florida (Alabama)
2000 – Florida bat Auburn (Florida)
2001 – LSU bat Tennessee (Tennessee)
2003 – LSU bat Georgia (LSU)
2004 – Auburn bat Tennessee (Auburn)
2010 – Auburn bat South Carolina (Auburn)
2017 – Georgia bat Auburn (Auburn)

Bilan du vainqueur du match de saison régulière : 5-2

Bonnes vacances !

Boston College (6-5, 5-5), Pittsburgh (6-5, 5-5) et Virginia (5-5, 4-5) avaient déjà décliné une participation à la post-saison. Florida State (3-6, 2-6), Georgia Tech (3-7, 3-6), Louisville (4-7, 3-7), Virginia Tech (5-6, 5-5), tous éligibles malgré leurs bilans négatifs du fait de la levée des règles d’éligibilité, ont rejoint le rang des équipes ACC qui ne joueront pas pendant les fêtes de Noël.

Michigan State (2-5) a renoncé à la post-saison pour laisser les joueurs rentrer en famille. Minnesota (3-4), Penn State (4-5) et Rutgers (3-6) ont décidé de faire de même. Nebraska (3-5), qui voulait absolument jouer cet automne, a également jeté l’éponge. Maryland (2-3) sera également absent de la post-saison pour raisons médicales.

Comme Stanford (4-2) la semaine passée, Arizona (0-5), UCLA (3-4), USC (5-1), Utah (3-2) et Washington (3-1) ont annoncé renoncer à la post-saison. Les Wildcats gèrent toujours une épidémie au sein de l’équipe, les Bruins ont choisi de laisser les joueurs passer les fêtes de fin d’année en famille, les Trojans jouent la prudence, les Utes n’en peuvent plus et les Huskies sont, eux aussi, encore empêtrés dans des problèmes de covid.

Kansas State (4-6, 4-5) n’a pas assez de joueurs pour préparer un bowl et s’est donc mis en vacances.

LSU (5-5) s’est auto-sanctionné en s’excluant de la post-saison pour faire de la lèche à la NCAA qui, un de ces jours, va leur tomber lourdement sur le coin du casque. 

Matchs grippés

Comme chaque semaine (?), il y a quelques matchs qui ont été reportés pour raisons liées au COVID-19. Cette semaine, les malades (probablement pas imaginaires) sont :

California – Arizona : aucune des deux équipes n’ayant le nombre de joueurs requis, le match entre les Bears et les Wildcats a été annulé. C’est le quatrième match sur huit annulé pour Cal.

Georgia – Vanderbilt : les Commodores devaient jouer à Athens le 5 décembre mais le match a été repoussé. Il a, cette fois été annulé. C’est désolant pour les Dawgs qui sont la seule équipe de SEC à terminer la saison sans un « Senior Day » pour célébrer leurs joueurs de dernière année.

Indiana – Purdue : après avoir été reprogrammé pour la « Championship Week » de la Big Ten, le « Old Oaken Bucket » n’aura vraiment pas lieu.

Iowa – Michigan : depuis leur défaite contre Penn State (17-27) à Thanksgiving, les Wolverines n’ont visiblement pas digéré la dinde et font l’impasse sur leur troisième match consécutif. Un qui n’aurait de toute façon pas pu assister au match est Kirk Ferentz. Le Head Coach des Hawkeyes a été testé positif au covid.

Maryland – Michigan State : initialement prévue le 21 novembre, la rencontre a été une nouvelle fois annulée en raison de cas positifs dans l’effectif des Terrapins.

Miami – Georgia Tech : le match devait se dérouler le 21 novembre mais les Hurricanes n’ont pas pu jouer. Cette fois, ce sont les Yellow Jackets qui ont un virus dans le programme.

Wake Forest – Florida State : FSU a annulé son troisième match en un mois, toujours pour raisons covidiennes. Ce week-end, c’est WF (4-4) qui en a fait les frais. Les Demon Deacons ont donc été, eux aussi, privés de leur « Senior Day ».

Matchs poubelles

Comme chaque semaine, il y a quelques matchs qui ne méritaient pas l’attention de BoG au quatrième quart temps. Florilège, par ordre alphabétique :

Penn State a oblitéré Illinois (56-21) avec notamment deux longs touchdowns (70 et 75 yards) de WR Jahan Dotson (6 réceptions, 189 yards, 2 TD).

Cuillère de bois

La finale de la semaine oppose deux anciens champions nationaux qui sont tombés bien bas depuis leurs heures de gloire respectives : Florida State et Tennessee.

Florida State (3-6, 2-6) a terminé sa pire saison depuis 1975 (3-8). L’année suivante, Bobby Bowden a pris les choses en main et, après une année de mise en route (5-6), les Seminoles ont terminé 41 saisons consécutives au-dessus de la barre des 50% (33 avec Bobby Bowden et 8 avec Jimbo Fisher, son coordinateur offensif et successeur) dont 22 avec au moins dix victoires. Le record de 2-6 en conférence est le pire depuis que FSU a rejoint la conférence ACC en 1992.

Florida State a annulé trois de ses matchs dans les 24 heures précédant le coup d’envoi mais il n’est pas certain qu’affronter Clemson (10-1, 9-1), Virginia (5-5, 5-4) ou Wake Forest (4-4, 3-4) ait permis aux Noles de gagner tellement plus.

Le record de Jeremy Pruitt à Tennessee (3-7) lors de ses 35 derniers matchs est de 16-19. Butch Jones, débarqué à mi-saison en 2017 était à 20-15. Le pourcentage de victoires des Volunteers en 2020 (30%) est le pire depuis 1909 (1-6-2). L’an passé, les Vols avaient entamé un redressement avec six victoires de rang pour terminer la saison 8-5 (5-3 en SEC). Ils ont débuté 2020 sur la même lancée avec deux victoires (à South Carolina 31-27 et contre Kentucky 35-12) avant un gros coup d’arrêt à Georgia (21-44) qui a marqué le début d’une série de six défaites consécutives. La laisse de Jeremy Pruitt à Knoxville est de plus en plus courte…

Tops

Un flambeau pour… CB Jay Ward (6 placages, 2 INT, 1 TD) et ses deux interceptions, dont une retournée pour touchdown, lors de la victoire de LSU contre Ole Miss (53-28).

Un brasier pour… CB Emmanuel Forbes (7 placages, 2 INT, 1 TD) et ses deux interceptions, dont une retournée pour touchdown, lors de la victoire de Mississippi State contre Missouri (51-32).

Un feu d’artifice pour… WR Kayshon Boutte (14 réceptions, 308 yards, 3 TD) et ses 308 yards, record SEC sur un match, et ses trois TD lors de la victoire de LSU contre Ole Miss (53-28).

Flops

Un pétard mouillé pour… QB Connor Bazelak (22/38, 225 yards, 2 TD, 3 INT) et ses trois interceptions lors de la défaite de Missouri à Mississippi State (32-51).

Un seau d’eau pour… QB Adrian Martinez (24/28, 255 yards, 1 TD 2 INT / 23 yards, 157 yards, 2 TD) et ses deux interceptions et deux fumbles perdus lors de la victoire de Nebraska à Rutgers (28-21).

Un naufrage titanesque pour… QB Matt Corral (15/27, 251 yards, 3 TD, 5 INT / 17 courses, 158 yards, 1 TD) et ses cinq interceptions, dont une retournée pour touchdown, lors de la défaite d’Ole Miss à LSU (48-53).

Dernier carré

Là, on ne suppute plus, le Haut Comité à la Sainte Sélection du College Football Playoff a rendu son verdict. Le Playoff 2020 proposera donc les demi-finales :

#1 Alabama – #4 Notre Dame

#2 Clemson – #3 Ohio State

Plutôt que de lâcher un « BoG vous l’avait bien dit », regardons les prédictions de la semaine passée :

Et le playoff sera…

#1 Alabama – #4 Notre Dame
#2 Clemson – #3 Ohio State

Bon, en même temps, 98% des lecteurs avaient prévu les mêmes demi-finales (56% selon la police) donc vraiment pas de quoi fanfaronner (il y a aussi apparemment 1.5% de lecteurs fans des Sooners, 0.4% qui ne jure que par « Gig’em » et 0.1% d’habitants de Cincinnati qui passaient par là par hasard).

BoG avait caché un micro dans la salle de réunion du Comité des Sages et révèle en exclusivité ce qui s’est dit pendant le processus de sélection :

Gary Barta (Président) : En #1, tout le monde est d’accord pour Alabama ?

Murmures dans la salle : Alabama, oui, Alabama… Bien entendu, Alabama…

Scott Stricklin (Directeur Athlétique, Florida) et R.C. Slocum (Directeur Athlétique par intérim, Texas A&M) : T’es sérieux là, Gary ? ÉVIDEMMENT, Alabama !

Gary Barta : Bon, Alabama alors. Et en #2 ?

Discussions croisées dans la salle : Clemson ? Ben, oui, je pense, Clemson, non ? Ça semble logique, 10-1, champions ACC, l’autre mastodonte des P5 depuis 5-6 ans. (Tous ensemble) On vote Clemson !

Gary Barta : Je valide. Et du coup, je mets Notre Dame en #3.

Todd Stansbury (Directeur Athlétique, Georgia Tech) : T’es con, Gary, ou quoi ? On s’est déjà tapé le match deux fois, ça suffit un peu, non ?

Gary Barta : Euh, okay, mais je mets qui du coup ?

Joe Castiglione (Directeur Athlétique, Oklahoma) : Oklahoma ! On est champion de la Big 12 depuis six ans !

R.C. Slocum : Texas A&M ! On a perdu seulement contre la 32ème meilleure équipe de NFL !

Scott Stricklin, en aparté : Pff, mais vous avez pris 28 pions, tocards…

Gary Barta : Bon, les gamins dans le fond, un peu de silence ! Les équipes à deux défaites sont éliminées d’office sinon on va avoir à se justifier sur une tonne de décisions merdiques de ces dernières années.

John Urschell (Penn State) : Ben, justement, en 2016…

Gary Barta : John, ce n’est pas le moment… Retourne résoudre tes équations au MIT et laisse les vieux schnocks choisir avec des critères totalement aléatoires. Il n’y a pas de place pour la logique ici ! Bon, alors, on met qui à cette putain de troisième place ?

Todd Stansbury : Gary, t’es Directeur Athlétique à Iowa, non ? Bon, ben, tu colles Ohio State sinon ils vont nous chier une pendule…

Gary Barta, gêné : Je n’osais pas le proposer… Bon, THE Ohio State alors. Des objections ?

Murmures dans la salle : Euh, ben, seulement six matchs, victoires un peu à l’arrache…

Gary Barta : On est d’accord alors ! Et, enfin, Notre Dame en #4. Le compte est bon. Merci d’être venus cette année. Le Comité de Sélection est dissous, l’an prochain on laisse décider les lecteurs de The Blue Pennant, ça fera gagner du temps à tout le monde…

Le vrai du faux

Pour s’occuper pendant les fêtes, jouons à déceler les vraies déclarations des fausses…

Justin Fields : « On mérite d’aller au Playoff parce que nous sommes l’une des quatre meilleures équipes du pays. »

Brian Kelly : « Nous sommes, sans question, l’une des quatre meilleures équipes du pays. »

Nick Saban : « Alabama mérite d’aller au Playoff parce que c’est Alabama. »

Jimbo Fisher : « Nous méritons d’aller au Playoff. Si on choisit les quatre meilleures équipes, on en fait partie. Texas A&M peut jouer avec tout le monde »

Mario Cristobal : « Il y a un Playoff cette année ? Personne ne nous a rien dit… »

Dabo Swinney : « Ohio State ne mérite pas d’aller au Playoff. »

Jimbo Fisher : « Oui, Texas A&M peut tenir tête à tout le monde, même Alabama. »

Dabo Swinney : « Florida State a peur de nous. »

Roses fanées

Devant le refus des autorités californienne d’autoriser les fans et familles à assister au Rose Bowl et compte tenu d’une augmentation alarmante du nombre de cas de covid en Californie, la direction du College Football Playoff a annoncé le remplacement du stade de Pasadena par celui d’Arlington, la maison des Dallas Cowboys qui accueille aussi le Cotton Bowl.

On aura donc :

Cotton (mais en fait Rose) Bowl : #1 Alabama – #4 Notre Dame

Sugar Bowl : #2 Clemson – #3 Ohio State

Il aurait été plus logique que le Crimson Tide joue à la Nouvelle-Orléans, la proximité géographique étant toujours favorisée pour la tête de série numéro 1 mais le Rose Bowl (le match, pas le stade) est plus prestigieux que le Sugar Bowl même s’il n’est pas joué au Rose Bowl (le stade, pas le match).

Les deux demi-finales auront lieu le 1er janvier. La finale se déroulera le 11 janvier au Hard Rock Stadium de Miami Gardens qui accueille également l’Orange Bowl.

PMU

On sait déjà qu’Alabama est donné favori de 20 points par Las Vegas et Clemson par sept.

La dernière confrontation entre Bama et Notre Dame ne s’était pas bien terminée pour les Domers. C’était en 2013 au BCS National Championship Game et le Tide l’avait emporté 42-14. Tommy Rees, le coordinateur offensif de ND, était quarterback remplaçant à l’époque.

Ohio State aura également fort à faire après avoir perdu contre Clemson en demi-finale en 2016 (0-31) et en 2019 (23-29). Les Buckeyes se sont également inclinés par deux fois en post-saison contre les Tigers, à l’Orange Bowl 2014 (35-40) et au Gator Bowl 1978 (15-17). OSU n’a encore jamais battu Clemson. Les Bucks seront peut-être motivés par Dabo Swinney qui les a classés 11ème au classement des Coaches.

Allo Docteur ?

Le protocole de la Big Ten est strict : tout joueur testé positif doit être isolé et ne peut reprendre la compétition avant 21 jours après la date du test. Avec Kevin Warren, le Commissaire de la conférence, on ne rigole pas avec la santé des joueurs !

Mmm, 2+2 égal 4, fois 5 font 20, j’ajoute 12 (aka le 21 belge au tarot) et je divise par 2, puis racine carrée… Euh, Kevin, on a un problème, ça fait quatre jours après le Sugar Bowl pour tous les joueurs d’Ohio State qui ont manqué la finale de conférence…

Le protocole de la Big Ten est strict : tout joueur testé positif doit être isolé et ne peut reprendre la compétition avant 17 jours après la date du test. Avec Kevin Warren, le Commissaire de la conférence, on ne rigole pas avec la santé des joueurs !

NY6

Le Comité de Sélection du College Football Playoff a distribué ses lots de consolation :

Orange Bowl : #5 Texas A&M (8-1) – #13 North Carolina (8-3)
Cotton Bowl : #6 Oklahoma (8-2) – #7 Florida (8-3)
Peach Bowl : #8 Cincinnati (9-0) – #9 Georgia (7-2)
Fiesta Bowl : #10 Iowa State (8-3) – #25 Oregon (4-2)

Quelques remarques (pas toutes acerbes) sur ces sélections…

L’Orange Bowl est en contrat avec la SEC (et la Big Ten) et, comme Alabama est au Playoff et que le Sugar Bowl (l’autre contrat de la SEC) accueille une demi-finale, c’est là que Texas A&M atterrit.

Le (vrai) Cotton Bowl (pas le Rose Bowl qui se joue au Cotton Bowl…) a pris les deux meilleures suivantes équipes au classement et aussi parce que la rencontre pourrait avoir de la gueule.

Au Peach Bowl, Cincinnati aura l’occasion de prouver sa valeur sur une équipe de Georgia en gros progrès depuis que QB JT Daniels est aux commandes… si les Dawgs sont vraiment intéressés par la rencontre… Il n’est pas rare que les gros poissons sabordent leurs bowls contre des « petits » parce qu’il n’y a aucune carotte au bout (ce qui, techniquement, ferait d’eux des ânes).

La Pac-12, c’est comme la NFC East : on peut être un champion tout moche et tout de même être invité à danser au bal.

Iowa State et ses trois défaites sont au Fiesta parce que les Cyclones sont dans le Top 10. North Carolina et ses trois défaites sont à l’Orange Bowl pour honorer le contrat avec la conférence ACC et parce que les deux premiers de la conférence sont au Playoff.

Blaze of Glory

Cette semaine, l’auréole de gloire revient à RB Najee Harris (31 courses, 178 yards, 2 TD / 15 réceptions, 184 yards, 3 TD) dont les cinq touchdowns marqués contre Florida (52-46) établissent un nouveau record en finale de conférence SEC. Le coureur de Bama est aussi le second joueur de SEC à marquer cinq touchdowns lors d’au moins deux matchs en une saison, après en avoir passé cinq au sol contre Ole Miss le 10 octobre (63-48). Le joueur du Tide est également le nouveau détenteur des records de son école du nombre de touchdowns marqués au sol (45) et au total (55).

Lire la suite

Blaze of Glory

Blaze of Glory – Chapitre 45 : Michael Carter et Javonte Williams, force 504 !

Publié

le

Crédit photo : Michael Laughlin, Sun Sentinel

Quarante-sixième édition (2020 – Semaine 14) de cette chronique consacrée à l’actualité du College Football. Comme ce qui compte avant tout c’est que, d’après Greg Sankey, le Commissaire de la SEC qui garde toujours ses deux chaussures aux pieds, la conférence ACC protège ses deux gros poissons, on va surtout se concentrer sur les conférences Power 5. Désolé Jaret Patterson (RB, Buffalo), mais les 1000 yards au sol atteint en seulement cinq matchs (record FBS égalé) n’intéressent personne…

En champion

LSU, dans sa grande mansuétude, s’est imposé une auto-exclusion à la post-saison 2020-2021.

Le programme est sous le microscope de la NCAA pour une série de violations qui incluent notamment des paiements illicites reçus par la famille d’un ancien joueur de la part de riches donateurs de l’université et le fâcheux épisode d’Odell Beckham Jr distribuant des billets aux joueurs de LSU à l’issue de la finale universitaire de la saison dernière.

Louisiana State a d’ores-et-déjà renoncé à huit bourses sur les deux prochaines années (rappelons que chaque université compte 85 boursiers et un maximum de 25 bourses par an) et une réduction du nombre ou temps de visites de potentielles recrues.

Mais les champions en titre sont allés plus loin en s’excluant d’eux-mêmes de la post-saison. Ce qui signifie que LSU et ses quatre victoires en neuf matchs abandonne un potentiel bowl de fin d’année. Et oui, quelqu’un les a sacrément grosses dans le slibard pour faire l’impasse sur le On-s-en-tape-de-ce-match-de-daube Bowl sponsorisé par Dim, « Dim, la seule marque qui garde vos bouboules bien au chaud à Noël dans la douceur hivernale de Louisiane ».

Pour couronner le tout, LSU est aussi sous les feux de l’actualité pour des accusations d’agressions sexuelles par au moins neuf anciens joueurs, y compris certains champions nationaux 2019, que certains officiels de l’université auraient couvertes. Tout ça n’a pas l’air joli-joli…

Tiger Stadium, Bâton-Rouge – Crédit photo : Chris Parent

En vrac : tour d’horizon des conférences

ACC

On sait déjà que la finale mettra aux prises Notre Dame (10-0, 9-0) et Clemson (9-1, 8-1) pour une revanche du match du 7 novembre remporté à South Bend par les Domers (47-40, OT).

Quoi d’autre d’intéressant…

Boston College (6-5, 5-5) ne jouait pas ce week-end et a d’ores et déjà annoncé renoncer à un bowl cette année. Patrick Kraft, le Directeur Athlétique des Eagles, a déclaré que participer à la post-saison forcerait les joueurs à passer les fêtes loin de leurs familles, lesquelles ne seraient peut-être pas autorisées à assister au match. Bref, BC considère que, cette année, la post-saison n’offre pas la même expérience que d’habitude, sans compter les difficultés logistiques pour se déplacer sur le lieu de la rencontre. Les Eagles ont donc décidé d’arrêter les frais, Joyeux Noël à eux !

Même son de cloche à Pittsburgh (6-5, 5-5), qui a gagné à Georgia Tech (34-20), mais a également renoncé à la post-saison. Les Panthers passeront donc, eux aussi, Noël en famille.

Duke s’est lourdement incliné à Florida State (35-56) et n’a toujours pas battu FSU en 21 rencontres. Maigre consolation, les 35 points marqués par les Blue Devils établissent leur nouveau record de points contre les Seminoles mais les 56 points encaissés sont la onzième fois que les Noles dépassent 50 pions. Duke a ajouté quatre ballons perdus à son total de la saison qui s’établit désormais à 39 (19 interceptions et 20 fumbles perdus).

Virginia Tech a profité de sa rivalité contre Virginia pour mettre fin à une série de quatre défaites consécutives durant les mois de novembre et décembre. Les Hokies ont remporté le match contre les Cavaliers (33-17) qui, eux, restaient sur quatre succès consécutifs depuis Halloween. Après avoir perdu contre les Cavs l’an dernier (30-39), VT peut à nouveau fanfaronner dans l’état de Virginie. Pour UVA (5-5, 4-5), qui a également annoncé renoncer à la post-saison, il faut espérer que ce n’est pas le début d’une nouvelle série de domination des dindons de Blacksburg : la dernière série a duré quinze ans de 2004 à 2018.

Jim Phillips, le Directeur Athlétique

Big Ten

Fort de ses cinq victoires en conférence, Ohio State (5-0) affrontera Northwestern (6-1) en finale à Indianapolis.

Comment en est-on arrivé là ? BoG a obtenu un enregistrement secret des conversations d’août et de décembre entre le Commissaire de la conférence Big Ten, Kevin Warren, et ses Directeurs Athlétiques :

Août :

  • Big Ten : Bon, c’est décidé, on ne joue pas cet automne.
  • Ohio State : Euh, non, ça ne va pas être possible, parce que nous on veut jouer.
  • Nebraska, en fond : Oui, on veut jouer nous, on veut jouer !
  • Big Ten : Bon, okay, c’est décidé, on joue cet automne. Voilà le calendrier et on va coller tous nos matchs le plus tard possible et il faudra en jouer au moins six pour aller en finale.
  • Nebraska : Le calendrier est trop dur, c’est injuste…
  • Rutgers : vos gueules, les bouffeurs de maïs !

Décembre :

  • Ohio State : On n’a pu jouer que cinq matchs parce que Michigan a eu les chocottes de reprendre une rouste.
  • Michigan : Eh, euh, l’autre, c’est même pas vrai qu’on avait peur… mais bon, ça nous arrange ce truc de covid, on peut l’avoir aussi l’an prochain au cas où ?
  • Indiana : Dans l’cul, Lulu, dans l’cul Lulu, dans l’cul d’O-S-U !
  • Big Ten : Bon, on a bien réfléchi à tout ça et notamment à l’équité sportive et… on déconne ! Ah, quels blagueurs on fait ! Okay, Bucky, c’est bon, on s’en tape de cette règle des six matchs. Fais tes valises pour Indy, fous une trempe à ces binoclards de Northwestern et va chercher notre gros chèque au Playoff !
  • Northwestern : Eh, on n’est pas de binocl…
  • Illinois : vos gueules, les binoclards !
  • Jim Phillips, Directeur Athlétique de Northwestern : Je peux sortir ? Parce qu’en fait, je m’en fous de tout ça, je viens de décrocher un poste de Commissaire de l’ACC…
  • Ohio State : bon, ben, merci Kev !
  • Indiana : Euh, on n’est pas trop d’accord nous…
  • Ohio State : vos gueules, les Indiana Losers, 42-35, ça vous rappelle quelque chose ?
  • USC, qui passait par là : Punaise, ils sont bons ces Buckeyes, comment ils font… ?
Kevin Wilson, commissionnaire de la Big Ten – Crédit photo : AP

Dans le reste de l’actualité…

Illinois (2-5) a perdu à Northwestern (10-28), qui était déjà assuré de remporter la division, et l’expérience Lovie Smith a pris fin. Arrivé à Urbana-Champaign fin 2016, l’ex-HC du Fighting Illini a terminé 17-39 et 10-33 en conférence, dont cinq revers contre le rival d’Evanston. Les Wildcats, qui ont gagné la Big Ten West pour la seconde fois en trois ans, ont, bizarrement, terminé derniers de la division l’an passé avec une seule victoire au compteur, contre Illinois (29-10).

En perdant contre Minnesota (17-24), Nebraska (2-5) termine une quatrième saison consécutive à moins de 50% de victoires, la troisième de l’ère Scott Frost. Le petit chouchou des Huskers devrait, lui, conserver son poste.

Rutgers (3-5) a remporté son troisième match en Big Ten à Maryland (24-27, OT) après un zéro pointé en 2018 et 2019. Les Scarlet Knights ont gagné leurs trois matchs de la saison à l’extérieur, s’étant également imposés à Michigan State (38-27) et à Purdue (37-30). Avant leur disette de deux ans, Rutgers avait également remporté trois matchs de conférence en 2017, et notamment déjà contre Purdue (14-12) et Maryland (31-24).

En dominant Wisconsin (28-7), Iowa a maintenu son 22ème adversaire consécutif à moins de 25 points. La deuxième plus longue série en cours en FBS appartient à Marshall avec huit matchs.

Les Badgers n’ont pas atteint la barre des dix points pour la troisième fois d’affilée après leurs défaites à Northwestern (7-17) et contre Indiana (6-14). Wisconsin avait gagné les quatre dernières confrontations dans sa rivalité avec Iowa.

Big 12

Iowa State (8-2, 8-1) et Oklahoma (7-2, 6-2) disputeront eux aussi un match revanche en finale de conférence. Début octobre, les Cyclones ont battu Oklahoma (37-30).

C’est tout ? Oui, c’est tout…

Pac-12

USC (5-0) affrontera Washington (4-1) Oregon (3-2) en finale de la Pac-12.

USC (5-0) s’est adjugé la Pac-12 South en dominant UCLA (43-38) mais avait déjà le titre en poche après la défaite de Colorado (4-1, 3-1) contre Utah (21-38). Les Trojans ont remporté leur troisième match de l’année en remontant un déficit lors des 80 dernières secondes (Arizona State 28-27 et à Arizona 34-30).

Washington (4-1) n’a pas joué Oregon (3-2) et a s’est adjugé le titre de la division North mais les Huskies n’ont pas assez de joueurs pour la finale de conférence et ils seront remplacés par les Ducks.

Colorado est le grand perdant de l’opération puisqu’ils auraient remporté la division South en battant USC fin novembre… si le match avait été joué… Les Trojans ont annulé la rencontre pour cause de covid.

Stanford (3-2) a signé sa onzième victoire d’affilée contre Oregon State en s’imposant à Corvallis (27-24). Dans la foulée, le Cardinal a renoncé à la post-saison.

Crédit photo : Chris Cunningham, Getty Images

SEC

La finale de la SEC opposera Alabama (10-0) à Florida (8-2).

Alabama s’est trimbalé contre Arkansas (52-3) et RB Najee Harris (14 courses, 46 yards, 2 TD) a égalé le record de l’école du nombre de touchdowns marqués au sol avec 42 unités.

Florida, de son côté, jouait LSU sans TE Kyle Pitts laissé au repos (?) et avait peut-être déjà la tête à Atlanta… Les Gators ont été ballotés par les Tigers un peu plus que prévu et se dirigeaient vers la prolongation lorsque DB Marco Wilson (3 placages) a décidé de balancer au loin la chaussure de TE Kole Taylor (3 réceptions, 11 yards). 15 yards de pénalité plus loin, PK Cade York (3/3 FG / 4/4 XP) tapait le plus long field goal de l’histoire de l’école (57 yards) pour donner l’avantage décisif à Louisiana State (37-34).

Auburn (6-4) a battu Mississippi State (24-10) mais Gus Malzhan s’est tout de même fait viré. L’ex Head Coach des Tigers a passé huit ans dans l’Alabama, compilant un bilan de 68-35 dont 39-27 en conférence et 2-5 en bowls. Sous ses ordres, Auburn a gagné la SEC West en 2017 et en 2013, année où les Tigers ont remporté le titre de conférence SEC mais perdu en finale BCS contre Florida State (31-34). Depuis son arrivée dans les Plaines, Gus Malzhan a battu Nick Saban à trois reprises (2013, 2017 et 2019), plus que n’importe quel autre Head Coach dans le pays. Pour se consoler du chômage à venir, il quitte Auburn avec un chèque bien gras 21.7 millions de dollars. On parle de Hugh Freeze pour le remplacer…

Matchs grippés

Comme chaque semaine (?), il y a quelques matchs qui ont été reportés pour raisons liées au COVID-19. Cette semaine, les malades (probablement pas imaginaires) sont :

Indiana – Purdue : le « Old Oaken Bucket », autrement dit une vieille barrique en chêne, restera à Bloomington sans être remis en jeu cette année. Les deux rivaux de l’état de l’Indiana ont, d’un commun accord, annulé leur rivalité annuelle.

Kansas – Texas : Kansas devait prendre sa fessée le 14 novembre mais la sentence a été repoussée. Néanmoins, le Père Noël est venu un peu en avance pour les Jayhawks puisque les Longhorns, préoccupés par des cas de covid, ont annulé leur déplacement à Lawrence.

Ohio State – Michigan : pour une fois, les Wolverines de Jim Harbaugh n’ont pas perdu contre les Buckeyes, mais ils ont un adversaire un peu plus mortel à affronter, une épidémie de covid…

Texas A&M – Ole Miss : Mississippi a annulé son déplacement à College Station pour cause de cas positifs qui ont empêché les Rebels de se préparer dans des conditions optimales pour la sécurité des leurs joueurs. Comme TAMU (à Tennessee) et Ole Miss (à LSU) ont tous deux un match prévu le week-end prochain, cette rencontre est effectivement le premier match annulé en SEC.

Oregon – Washington : la finale de la Pac-12 North n’a pas eu lieu à cause d’un nombre insuffisants de joueurs disponibles chez les Huskies. Ces derniers finissent donc premiers de la division. Pratique, non ?

Washington State – California : les Bears sont montés jusqu’à Pullman pour découvrir un cas positif dans leur effectif. En application du protocole, ils n’ont donc pas chaussé les crampons et sont repartis à Berkeley sans jouer.

West Virginia – Oklahoma : le match initialement prévue le 28 novembre a été définitivement annulé en raison de cas positifs dans l’effectif des Mountaineers. La rencontre n’aurait de toute façon eu aucune incidence sur le classement final de la Big 12 ou la participation des Sooners à la finale de conférence.

RB DeaMonte Trayanum (#1), Arizona State – Crédit photo : Rick Scuteri, Associated Press

Matchs poubelles

Comme chaque semaine, il y a quelques matchs qui ne méritaient pas l’attention de BoG au quatrième quart temps. Florilège, par ordre alphabétique :

Alabama a pietiné Arkansas (52-3) et RB Najee Harris (14 courses, 46 yards, 2 TD) a égalé le record de l’école du nombre de touchdowns marqués au sol (42).

Arizona State a démoli son rival Arizona lors du « Duel dans la Désert » (70-7). Les Sun Devils ont tué le match en 56 secondes avec un premier touchdown sur retour de kick-off et un deuxième suite à un fumble des Wildcats.

Georgia a puni Missouri (49-14) avec 615 yards offensifs et seulement 22 yards accordés au sol en 22 courses. Bizarrement, c’est au sol que Mizzou a marqué ses deux touchdowns.

North Carolina a écrabouillé Miami (62-26). Les Hurricanes ont concédé 778 yards, nouveau record de l’école.

Oklahoma State a torpillé Baylor (42-3) avec une triplette au sol de RB Dominic Richardson (23 courses, 169 yards, 3 TD) et une triplette dans les airs de WR Dillon Stoner (8 réceptions, 247 yards, 3 TD).

TCU a fessé Louisiana Tech (52-10) avec seulement quinze premiers downs mais trois touchdowns de plus de 75 yards.

Cuillère de bois

Arizona s’est fait humilier à la Territorial Cup par son rival Arizona State (7-70). Les Wildcats (0-5) n’ont pas gagné une seule rencontre cette année et ils n’en auront plus l’occasion puisque leur dernier match à Cal a été annulé (aucune des deux équipes n’a suffisamment de joueurs).

Contre les Sun Devils, Arizona a commis sept pertes de balles (4 fumbles et 3 interceptions) dont cinq ont conduit à des touchdowns adverses. Jamais dans la série aucune des deux équipes n’avait atteint 70 points et les 63 points d’écart représentent la plus grosse marge de victoire d’ASU dans la rivalité. Maigre consolation, le succès 67-0 de UofA en 1946 reste la plus grosse fessée entre les deux rivaux. Arizona State a désormais gagné les quatre derniers matchs et mène 43-40-1 dans la série.

Kevin Sumlin, 9-20 en trois ans à la tête de Zona, n’a pas survécu à l’humiliation et est désormais sans emploi.

Tops

Un flambeau pour… RB Jashaun Corbin (16 courses, 72 yards, 3 TD) et ses trois touchdowns lors de la victoire de Florida State contre Duke (56-35).

Un brasier pour… RB Rachaad White (10 courses, 133 yards, 3 TD) et ses trois touchdowns lors de la victoire d’Arizona State à Arizona (70-7).

Un feu d’artifice pour… QB Sam Howell (14/19, 223 yards, 1 TD / 4 courses, 5 yards, 1 TD / 1 réception, 1 yard, 1 TD) et ses trois touchdowns, un dans chaque catégorie offensive, lors de la victoire de North Carolina à Miami (70-7).

QB Chase Brice, Duke – Crédit photo : Stefan Wiseman

Flops

Un pétard mouillé pour… QB Chase Brice (7/17, 81 yards, 1 TD, 2 INT / 5 courses, 30 yards) et ses deux interceptions et son fumble perdu lors de la défaite de Duke à Florida State (35-56). Du coup, il s’est inscrit sur le portail des transferts quelques heures plus tard.

Un seau d’eau pour… RB Gary Brightwell (17 courses, 49 yards) et ses trois fumbles perdus lors de la défaite d’Arizona contre Arizona State (7-70).

Un naufrage titanesque pour… QB Kyle Trask (29/47, 474 yards, 2 TD, 2 INT / 7 courses, -28 yards, 2 TD) et ses deux interceptions et son fumble perdu lors de la défaite de Floride contre LSU (34-37).

Dernier carré

Et le playoff sera…

#1 Alabama – #4 Notre Dame
#2 Clemson – #3 Ohio State

L’avant-dernier classement du Comité de Sélection est un petit bijou :

  1. Alabama 10-0
  2. Notre Dame 10-0
  3. Clemson 9-1
  4. Ohio State 5-0
  5. Texas A&M 7-1
  6. Iowa State 8-2 (oui, oui, vous avez bien lu, IOWA STATE !)
  7. Florida 8-2
  8. Georgia 7-2
  9. Cincinnati 8-0
  10. Oklahoma 7-2

Désolé, USC (5-0), ne jouer que cinq matchs n’est pas suffisant pour intégrer le Top… kof, kof, euh, bon, ben, voilà quoi…

Toute catastrophe covidique mise à part, Alabama est 495% au Playoff, 495 comme les 495 points marqués cette saison par le Crimson Tide en SEC.

Clemson aura besoin de remporter sa sixième couronne de l’ACC consécutive pour valider son ticket. Une seconde défaite les éliminerait de la course au Playoff.

Ohio State devra également remporter sa conférence pour aller au Playoff.

Notre Dame a un pied et demi sur le terrain des demi-finales. À moins de prendre une gifle en finale ACC, on voit mal les Fighting Irish être laissés sur le carreau.

Texas A&M, qui se déplace à Tennessee (3-6) est en embuscade et attendra un faux pas de Clemson ou d’Ohio State. 8-1 Aggies resteraient derrière 10-0 Alabama, 10-1 Clemson, 6-0 Ohio State et 10-1 Notre Dame mais sauteraient 5-1 Ohio State ou 9-2 Clemson.

Iowa State… Deux défaites, au revoir.

Florida s’est tiré une balle dans la chaussure en balançant la chaussure. Même en remportant la conférence SEC, les Gators sont probablement exclus du Playoff. UF resterait sans doute derrière Alabama, à moins de gagner par un écart significatif, derrière Texas A&M (à la défaveur de leur défaite 38-41 à College Station) et derrière le vainqueur de l’ACC. Il faudrait que Clemson et Ohio State perdent tous les deux mais cela ouvrirait la porte à Northwestern, qui serait 7-1 dans ce cas-là.

Blaze of Glory

Cette semaine, l’auréole de gloire revient au duo de coureurs de North Carolina, RB Michael Carter (24 courses, 308 yards, 2 TD) et RB Javonte Williams (23 courses, 236 yards, 3 TD). Contre Miami (70-7), les deux Tar Heels ont combiné pour 554 yards au sol, nouveau record FBS. Le précédent record (504 yards) datait de 2009 avec la paire de Ball State MiQuale Lewis (301) et Cory Skyes (201).

Lire la suite

Blaze of Glory

Blaze of Glory – Chapitre 45 : Penn State dans le club des 900

Blaise Collin revient sur l’actualité de la semaine dans le petit monde du College Football et décerne sa « Blaze of Glory ».

Publié

le

Quarante-cinqième édition (2020 – Semaine 14) de cette chronique consacrée à l’actualité du College Football. Comme ce qui compte avant tout c’est que, d’après Uban Meyer, les fans des programmes élites ont totalement perdu le sens des réalités, on va surtout se concentrer sur les conférences Power 5. Désolé Corey Rucker (WR, Arkansas State), mais les 310 yards contre Louisiana Monroe (48-15) qui établissent un nouveau record NCAA pour un joueur de première année n’intéressent personne…

Collé-serré

Stanford s’est imposé à Washington (31-26) dans l’une des séries les plus serrées du College Football. Le Cardinal et les Huskies se sont affrontés 90 fois depuis 1920 et ont chacun remporté 43 matchs, se séparant quatre fois sans vainqueur.

Stanford est 22-20-1 à la maison tandis que UW est 23-20-3. Stanford a remporté la seule confrontation sur terrain neutre, jouée en 1942 à San Francisco, quasiment à domicile.

Washington mène légèrement au point avec un total de 1687 points marqués contre 1680 à Stanford.

Le cahier de jeu de courses d’Alabama

Jeu nº1 : donner la balle à RB Najee Harris.

Jeu nº2 : répéter Jeu nº1 jusqu’à l’en-but adverse.

Ligne de bataille

Avec sa victoire contre Arkansas (50-48), Missouri a remporté un cinquième succès consécutif contre les Razorbacks.

Les Tigers conservent donc le « Battle Line Trophy » récompensant le vainqueur annuel de la rivalité locale et qui représente le contour des deux états séparés par une « ligne de bataille » à leur frontière.

Le trophée a été mis en jeu pour la première fois en 2015 et remporté par les Hogs. Mizzou a récupéré le très convoité joyau l’année suivante et ne l’a donc plus rendu depuis.

Tant mieux pour les joueurs de Fayetteville quand on sait que le bébé mesure 1m20 et pèse plus de 80 kilos.

Le « Battle Line Trophy » – Crédit photo : Twitter/@MizzouPix

Tel père tel fils ?

South Carolina a embauché Shane Beamer comme nouvel entraineur en chef après avoir viré Will Muschamp.

Le nouvel homme fort des Gamecoks n’est pas inconnu à Columbia puisqu’il y a été assistant de 2007 à 2010, s’occupant essentiellement des linebackers et des équipes spéciales.

Il a ensuite servi d’assistant à Frank Beamer à Virginia Tech (2011-2015) et à Lincoln Riley à Oklahoma (2018-2020) avec un passage Georgia (tight ends et équipes spéciales) entre les deux.

Hormis n’avoir aucune expérience de head coaching ou de coordination défensive ou offensive avant de prendre en charge un programme de SEC, Shane Beamer est aussi connu pour être le fils de l’iconique entraineur des Hokies qui a pris sa retraite des terrains en 2015.

BoG souhaite au fiston autant de succès à l’autre USC que son papa à VT et toute la bonne chance du monde. Quelque chose nous dit qu’il en aura bien besoin…

Coude à coude

Alabama et Ohio State ont chacun marqué au moins 38 points lors de leurs huit dernières rencontres à l’extérieur (hors terrain neutre).

C’est la deuxième plus longue série derrière les neuf matches d’Oregon entre 2011 et 2013.

Le Crimson Tide aura l’occasion de rejoindre les Ducks en se déplaçant à Arkansas tandis que les Buckeyes devront attendre la saison prochaine pour tenter de continuer leur série.

Coup d’arrêt

Oklahoma s’est imposé contre Baylor 27-14.

La série de 60 matchs à plus de 28 points des Sooners a donc pris fin pour un petit point.

UCF possède la deuxième plus longue série avec 31 matchs entre 2017 et 2019.

Alabama (qui d’autre ?) hérite de la plus longue série en cours mais il faudra attendre au moins jusqu’en 2023 pour passer de 21 matchs à 61…

Le cahier de jeu de passes d’Alabama

Jeu nº1 : lancer la balle en l’air et attendre que WR DaVonte Smith passe par là.

Jeu nº2 : pas de Jeu nº2.

WR DeVonta Smith, Alabama – Crédit photo : Derick E. Hingle-USA TODAY Sports

Le point sur les conférences

ACC

Conference Championship

Notre Dame (10-0, 9-0) – Clemson (9-1, 8-1)

Comment en est-on arrivé là ?

Notre Dame s’est baladée contre Syracuse (45-21) pour la 30ème victoire de QB Ian Book (24/37, 285 yards, 3 TD, 1 INT / 8 courses, 52 yards, 2 TD) en tant que quarterback titulaire, ce qui établit un nouveau record pour les Fighting Irish. ND était la seule équipe parmi les dix plus victorieuses de FBS à ne pas posséder de QB à 30 victoires, c’est désormais chose faite. Ian Book (30-3) est aussi invaincu à South Bend (15-0).

Clemson s’est encore plus baladé à Virginia Tech (45-10) et devient la première équipe P5 à jouer six finales de conférence consécutives. Les Tigers, comme on sait, ont gagné les cinq précédentes. QB Trevor Lawrence (12/22, 195 yards, 1 TD, 1 INT / 7 courses, 41 yards, 2 TD) a également battu le record de son école avec une 33ème victoire. Sa seule défaite universitaire demeure, pour l’heure, le revers en finale nationale 2019 contre LSU (25-42).

La conférence ACC a décidé de choisir ses deux finalistes en comparant les résultats de toutes les équipes sur neuf matchs. Cela a, de facto, envoyé Notre Dame et Clemson en finale avec une semaine de repos puisque leurs rencontres respectives à Wake Forest et à Florida State n’ont pas été reprogrammées.

Évidemment, la conférence voulait éviter un match piège et préserver ses chances d’envoyer deux équipes au Playoff.

La prédiction de BoG

Notre Dame a gagné le match de saison régulière (47-40 OT) mais Clemson va remporter la finale de conférence 92-90 après huit prolongations et le Comité de Sélection sera forcé de sélectionner les deux finalistes pour le Playoff.

Conférence Big Ten

Conference Championship

Ohio State (5-0 ou 6-0) – Northwestern (6-1 ou 5-2)

Comment en est-on arrivé là ?

Ohio State a martyrisé Michigan State (52-12) mais est privé de « The Game » contre Michigan qui a reporté 45 joueurs indisponibles pour diverses raisons (covid, blessures, etc.). Techniquement, les Buckeyes sont inéligibles à la finale de conférence puisqu’ils n’ont pas disputé le nombre de matchs minimum requis (6).

Indiana, sans QB Michael Penix Jr, s’est imposé à Wisconsin (14-6) et mis fin à une série de dix défaites consécutives. Les Badgers n’ont marqué que deux field goals après avoir planté 51 points de moyenne lors des dix dernières confrontations avec un minimum de 31 points et un maximum de 83 points. Les Hoosiers ont battu Penn State (36-35 OT), Michigan (38-21) et Wisconsin après un record de 3-57 lors de leurs 60 derniers matchs combinés.  

Northwestern s’est accaparé le titre de division West sans jouer. Les Wildcats ont terminé premiers de division pour la seconde fois en trois ans. L’an passé, ils avaient terminé derniers.

Avec l’annulation du match entre Ohio State et Michigan, la conférence Big Ten a annoncé qu’elle réviserait ses règles de qualification à la finale de conférence. Tout va être fait pour qu’Ohio State soit de la fête et puisse y écrabouiller son adversaire avant d’aller défier Alabama, Clemson ou Notre Dame au Playoff.

Indiana, qui a respecté les protocoles et n’a pas eu de matchs annulés par sa propre « négligence » (contrairement à d’autres…) va sans doute gueuler un peu mais il n’y aura pas grand monde en dehors de Bloomington pour écouter : les Hoosiers ont eu leur chance sur le terrain et ne l’ont pas saisie (35-42), fin de l’histoire.

La prédiction de BoG

Ohio State va aller en finale de conférence contre Northwesrtern et plier les Wildcats. À moins, mais c’est peu probable, que la Big Ten fasse « sauter » ses divisions et envoie Indiana se faire punir. Quoiqu’il en soit, c’est le début d’une nouvelle ère où le titre de la Big Ten se jouera sur le papier et pas sur le terrain. Iowa et Purdue vont voter contre mais qui s’en soucie… ?

Oklahoma vs Iowa State – Crédit photo : AP

Big 12

Conference Championship

Iowa State (8-2, 8-1) – Oklahoma (8-2, 7-2 ou 7-3, 6-3)

Comment en est-on arrivé là ?

Iowa State a oblitéré West Virginia (42-6) et terminé seul en tête du classement de saison régulière pour la première fois de son histoire. C’est aussi sa première participation à la finale de conférence.

Oklahoma a battu Baylor (27-14) et, du fait de ses victoires contre Texas (53-45 4OT) et contre Oklahoma State (41-13), est assuré d’une revanche en finale de conférence contre les Cyclones. Les Sooners ont perdu à Ames début octobre (30-37).

La prédiction de BoG

La Big 12 est une conférence qui se joue à douze dix et à la fin c’est Oklahoma qui gagne. Vous avez déjà vu le film ? Oui, cinq fois d’affilée…

Pac-12

La finale

Washington (4-1) ou Oregon (4-1) – USC (5-0) ou Colorado (4-0, 3-0)

Comment en est-on arrivé là ?

Washington s’est incliné contre Stanford (26-31) et Oregon a perdu à Cal (17-21). Il y a du gros niveau en Pac-12 North et le vainqueur de la rencontre Ducks-Huskies remportera la division (apparemment, il faut un vainqueur…).

Au Sud, USC a tapé Washington State (38-13) et Colorado s’est imposé à Arizona (24-13). Si USC l’emporte à UCLA, les Trojans termineront premiers de la division South, indépendamment du résultat des Buffaloes contre Utah, à la faveur d’un match supplémentaire joué en conférence. Ça sent la grosse arnaque pour les Buffs qui ont eu deux matchs de Pac-12 annulés par leurs adversaires, l’un contre Arizona State et l’autre à…USC.

La prédiction de BoG

Le toutou ou le canard qui sortira vainqueur de la Pac-12 North se fera tailler en morceau par le glaive aiguisé des Trojans et il y aura beaucoup d’amour entre Matt Leinart et Reggie Bush sur le plateau de Fox le jour de la finale à Las Vegas. Et puis, puisque pas de Playoff, ça sera l’heure d’aller à la plage malgré le confinement parce qu’à Los Angeles, on s’en fout du confinement…

SEC

Conference Championship

Alabama (10-0 ou 9-1) – Florida (9-1 ou 8-2)

Comment en est-on arrivé là ?

Alabama a alabamisé LSU (55-17) pour remporter la SEC West. Les 55 points du Tide établissent son nouveau plus gros score contre les Tigers en 84 rencontres (47-3 en 1922). À la mi-temps (45-14), Bama avait déjà surpassé son record de points marqués à Baton Rouge (42-0 en 1925).

Florida a tétanisé Tennessee (31-19) pour remporter la SEC East. QB Kyle Trask (35/49, 433 yards, 4 TD) a lancé au moins trois passes de touchdown pour la neuvième fois consécutive (et en neuf matchs), ce qui est une première en SEC.

Depuis 1992 et l’instauration d’une finale de conférence en SEC, Alabama (8-4) et Florida (7-5) ont chacun participé douze fois à la rencontre. Les quatre défaites du Tide l’ont été aux dépends des Gators et les cinq défaites de UF l’ont été aux mains de Bama. L’Histoire est donc garantie de se répeter…

La prédiction de BoG

QB Kyle Trask va traskisé la défense d’Alabama, RB Najee Harris va harrisé celle de Florida et WR DeVonta Smith va mettre tout le monde d’accord sur qui est le meilleur joueur de CFB.

Annulation

La SEC est la seule conférence P5 à ne pas avoir annulé de matchs cette saison, parvenant à tous les reprogrammer.

Pour les autres conférences, le nombre de matchs annulés s’établit pour l’heure à :

ConférenceNombre de matchs annulés
ACC4 (+1 hors-conférence)
Big Ten7
Big 122 (tous deux hors-conférence)
Pac-128 (dont 1 remplacé par un match hors-conférence)

Paradoxalement, ce sont les conférences les plus précautionneuses qui se retrouvent les plus touchées parce qu’elles n’ont pas laissé de marge de manoeuvre pour déplacer les matchs et parce qu’elles imposent des délais de quarantaine peu compatibles avec un calendrier hebdomadaire sans trou. Au moins, on est prévenu pour COVID-20…

Matchs grippés

Comme chaque semaine (?), il y a quelques matchs qui ont été reportés pour raisons liées au COVID-19. Cette semaine, les malades (probablement pas imaginaires) sont :

Georgia – Vanderbilt : les Commodores ont quelques cas positifs et leur match à Athens a été repoussé au 19 décembre.

Minnesota – Northwestern : les Golden Gophers ont une cinquantaine de cas positifs (étudiant-athlètes et staff) dans le programme et ont dû annuler leur déplacement à Evanston.

Michigan – Maryland : préoccupés par des cas de covid, les Wolverines ont arrêté toute activité footballistique, ce qui a inclus la venue des Terrapins à Ann Arbor.

WR Mike Harley, Miami – Crédit photo : Nell Redmond-USA TODAY Sports

Matchs poubelles

Comme chaque semaine, il y a quelques matchs qui ne méritaient pas l’attention de BoG au quatrième quart temps. Florilège, par ordre alphabétique :

Alabama a corrigé LSU (55-17) avec, presque sans surprise, une nouvelle performance de bulldozer de RB Najee Harris (21 courses, 145 yards, 3 TD).

Clemson a étrillé Virginia Tech (45-10) en laissant pourtant la balle 38 minutes tout rond aux Hokies.

Iowa State a pulvérisé West Virginia (42-6), pourtant la meilleure défense de la Big 12 (18 points par match avant la rencontre).

Miami a mis Duke fanny (48-0). Les Blue Devils, qui devaient initialement affronter Florida State ce week-end, ont commis cinq pertes de balles (4 fumbles et une interception), portant leur glorieux total de la saison à 30 ballons perdus en dix matchs.

North Carolina a écrasé Western Carolina (49-9) avec notamment trois touchdowns à la course de RB Michael Carter (8 courses, 73 yards, 3 TD).

Ohio State a écrabouillé Michigan State (52-12). Les Buckeyes étaient pourtant privés de 23 titulaires, dont 60% de leur ligne offensive, et de leur Head Coach Ryan Day.

Texas a joué au basketball avec Kansas State (69-31) avec une paire de shooters à trois points, RB Bijan Robinson (9 courses, 172 yards, 3 TD) et RB Roschon Johnson (14 courses, 139 yards, 3 TD).

Cuillère de bois

Cela fait longtemps que l’on avait plus parlé de Kansas. Mais après la victoire courte défaite à Texas Tech (13-16), il est temps de célébrer fustiger les Jayhawks à nouveau.

Ô, ils sont passés si près contre les Red Raiders, même s’il a fallu quatre pertes de balles adverses pour garder le score serré…

Avant ce presqu’exploit, Kansas avait encaissé plus de 50 points quatre fois d’affilée (TCU 23-59, à Oklahoma 9-62, Iowa State 22-52 et à Kansas State 14-55). Croyez-le ou non, une telle misère défensive n’était encore jamais arrivée à Kansas…

Sans surprise, les Jayhawks sont derniers de FBS avec 46.0 points accordés par match. Et, hormis contre TTU, ils n’ont jamais été en position de disputer la victoire à aucun de leurs adversaires. Leur marge de défaite la plus mince était de 15 points contre Coastal Carolina (que l’on sait désormais être une bonne équipe, 23-38) et de 21 points en conférence (17-38 à West Virginia).

Les Miles est 3-18 depuis son arrivée à Lawrence, et 1-16 en conférence. Avec la victoire d’Akron contre Bowling Green (31-3), qui met fin à une série de 21 défaites successives des Zips, et celle de New Mexico contre Wyoming (17-16), qui met fin à une série de 14 défaites consécutives des Lobos, Kansas et ses 13 revers de rang héritent donc de la plus long sécheresse en FBS.

D’un autre côté, les Jayhwaks sont #5 du pays en basketball avec un record de 5-1 et une seule défaite contre #1 Gonzaga (90-102)…

Tops

Un flambeau pour… DL Tyler Johnson (6 placages, 3 sacks) et ses trois sacks lors de la défaite d’Arizona State contre UCLA (18-25).

Un brasier pour… WR DeVonta Smith (8 réceptions, 231 yards, 3 TD) et ses trois touchdowns lors de la victoire d’Alabama à LSU (55-17). Le receveur du Tide a signé son quatrième match à plus de 200 yards, record de l’école. Deux de ses performances ont été réalisées contre LSU (213 yards et 2 TD en 2019). Les deux autres l’ont été contre Ole Miss en 2019 (274 yards et 5 TD) et Mississippi State cette année (204 yards et 4 TD).

Un feu d’artifice pour… WR Amon-Ra St. Brown (7 réceptions, 65 yards, 4 TD) et ses quatre touchdowns lors de la victoire de USC contre Washington State (38-13). Le plus jeune de la fratrie St. Brown (l’ainé Equanimeous joue pour les Green Bay Packers et le cadet Osiris est en dernière année à Stanford) a marqué sur ses quatre premières réceptions, toutes lors du premier quart temps. C’est la première fois dans l’histoire de USC qu’un joueur marque à quatre reprises dans un même quart temps.

WR Amon-Ra St.Brown, USC – Crédit photo : John McGillen, NFL Media

Flops

Un pétard mouillé pour… QB Rex Culpepper (18/29, 185 yards, 1 TD, 1 INT) et son interception et ses deux fumbles perdus lors de la défaite de Syracuse à Notre Dame (21-45).

Un seau d’eau pour… QB Will Howard (16/27, 174 yards, 2 TD, 2 INT) et ses deux interceptions et son fumble perdu lors de la défaite de Kansas State contre Texas (31-69).

Un naufrage titanesque pour… QB Dennis Grosel (32/46, 520 yards, 4 TD, 3 INT) et ses trois interceptions lors de la défaite de Boston College à Virginia (32-43). Les Eagles n’avaient jamais perdu contre les Cavaliers avant la rencontre (6-0). Les Cavs ont été découpés dans les airs (520 yards) mais ont été infranchissables au sol (-7 yards en 20 courses).

Dernier carré

Et le playoff sera…

#1 Alabama – #4 Notre Dame
#2 Clemson – #3 Ohio State

Le troisième classement du Comité de Sélection est la copie conforme des deux premiers pour les prétendants au Playoff :

Le Comité de Sélection a le bon quarté mais dans le désordre. Bama va effectivement terminer premier après avoir pris soin de Florida en finale SEC. Clemson, en remportant la conférence ACC, va passer Notre Dame. Ohio State va être invité à la dernière danse d’une façon ou d’une autre. Pour éviter une confrontation ACC en Playoff, les Buckeyes seront classés devant les Irish. Cette conversation n’a jamais été aussi simple. Dès que votre grand-mère est vaccinée, elle peut postuler à un poste de suppléante au cas où l’une des grosses têtes du Comité tombe malade…

Blaze of Glory

Cette semaine, l’auréole de gloire revient à Penn State. Pas pour l’exploit à Rutgers (23-7) mais pour avoir remporté la 900ème victoire de son histoire. Ils sont désormais neuf programmes dans le Club des 900 et le classement officiel s’établit comme suit :

ÉquipeVictoiresDéfaitesMatchs nuls
Michigan96435036
Ohio State9293265
Alabama92533143
Texas92237834
Notre Dame91832642
Yale91738055
Oklahoma91532953
Nebraska90239940
Penn State90039841

En tenant compte des résultats annulés ou déclarés forfaits par la NCAA pour diverses sanctions, Alabama (954-322-44) serait deuxième, suivi d’Ohio State (941-326-53) et de Notre Dame (939-326-42). Compte tenu de l’allure à laquelle ces trois-là avancent ces dernières années, le trône de Michigan est en sérieux danger !

Lire la suite

Blaze of Glory

Blaze of Glory – Chapitre 44 : Nick Saban toujours plus le boss du Top 25

Blaise Collin revient sur l’actualité de la semaine dans le petit monde du College Football et décerne sa « Blaze of Glory ».

Publié

le

Crédit photo : Kent Gidley / Getty Images

Quarante-quatrième édition (2020 – Semaine 13) de cette chronique consacrée à l’actualité du College Football. Comme ce qui compte avant tout c’est que Sarah Fuller (PK, Vanderbilt) est devenue la première femme à jouer en P5, on va surtout se concentrer sur les conférences Power 5.

Thanksgiving

Avec une tonne de dinde à digérer et encore une tripotée de matchs annulés ou reprogrammés, c’est une petite édition de BoG cette semaine…

On est en finale, on est en finale, on est, on est, on est en finale !

Tenu en échec à la pause à Chapel Hill (17-17), Notre Dame a passé la seconde au retour des vestiaires pour se détacher contre North Carolina (31-17).

Avant la rencontre, UNC avait dominé ses adversaires par une moyenne de 16.6 points en seconde mi-temps. Les Tar Heels se sont retrouvés de l’autre côté de la statistique contre ND.

Notre Dame est désormais 19-2 contre North Carolina, son meilleur record contre n’importe quelle équipe de FBS.

Avec cette victoire et le chamboulement du calendrier de la conférence ACC, les Fighting Irish (9-0, 8-0), qui n’ont plus qu’un match prévu contre Syracuse, sont officiellement qualifiés pour la finale de conférence.

En effet, la conférence a décidé d’évaluer les trois prétendants encore en course (Clemson, Miami et Notre Dame) sur neuf matchs de conférence. ND (8-0 en conférence) ne peut plus être dépassé au classement par Clemson (7-1 en conférence) à la faveur de leur victoire sur les Tigers en Semaine 10 (47-40, 2OT). Ces derniers n’ont plus besoin que d’une victoire à Virginia Tech (4-5) pour valider leur ticket ou de compter sur une défaite des Hurricanes à Duke (2-7) ou contre North Carolina (6-3).

QB Brock Purdy, Iowa State – Crédit photo : Eric Gay, AP

Comme un ouragan

Iowa State (7-2, 7-1) est 7-1 en conférence pour la première fois de son histoire après sa victoire à Texas (23-20).

C’est aussi la première fois que les Cyclones battent UT et Oklahoma (37-30 en Semaine 5) la même année.

Depuis 2015 et l’arrivée de Matt Campbell aux commandes, ISU est 4-6 combiné contre les Longhorns et Sooners. Ça n’a rien d’extraordinaire mais c’est un net progrès par rapport au bilan pré-2015 : 7-84-2.

Dans la famille Kyle…

Kyle Trask (21/27, 256 yards, 3 TD) a lancé au moins trois passes de touchdown lors des huit matchs de Florida, record SEC égalé (Drew Lock, QB Missouri, 2017).

Contre Kentucky (34-10), ses trois passes de touchdown ont été réceptionnées par TE Kyle Pitts (5 réceptions, 99 yards, 3 TD).

Florida (7-1) n’est plus qu’à une victoire à Tennessee (2-5) ou contre LSU (3-4) de remporter la SEC East.

B1G West

Northwestern (5-1) est toujours dans un fauteuil pour atteindre la finale de conférence Big Ten mais la défaite à Michigan State (20-29) met un terme à ses (maigres) espoirs de Playoff.

Après n’avoir accordé que dix points en cinq secondes mi-temps, les Wildcats en ont accordé douze aux Spartans après la pause. Le dernier touchdown de MSU a, il est vrai, été marqué après un fumble recouvert sur une tentative désespérée des Wildcats de remonter le terrain façon rugby.

Pac-12

Oregon semblait être le seul espoir de la conférence Pac-12 d’atteindre le Playoff mais les Ducks ont lamentablement foiré la tache en perdant la « Civil War « (qu’il ne faut plus appeler « Civil War ») contre Oregon State (38-41).

C’est désormais Washington qui est en tête de la Pac-12 North après avoir remonté un déficit de 21 points à la mi-temps pour s’imposer contre Utah (24-21).

Les deux équipes se retrouveront le 12 décembre pour déterminer qui représentera leur division à la finale de conférence le week-end suivant.

Selon toute vraisemblance, l’adversaire de la division South devrait être USC, à moins que les Trojans ne chutent contre Wazzu ou à UCLA et que Colorado gagne ses deux derniers matchs à Arizona et contre Utah.

RB Jermar Jefferson, Oregon State – Crédit photo : Amanda Loman / Associated Press

Matchs grippés

Comme chaque semaine (?), il y a quelques matchs qui ont été reportés pour raisons liées au COVID-19. Cette semaine, les malades (probablement pas imaginaires) sont :

Arizona State – Utah : les Sun Devils ont vu leur troisième match annulé consécutivement. Du coup, les Utes ont remplacé leur visite à Tempe par un voyage à Seatlle pour y affronter Washington (21-24).

Colorado – USC : les Trojans ne se sont pas déplacés à Boulder pour raisons d’épidémie à SC. Du coup, les Buffaloes ont accueilli San Diego State (20-10).

Florida State – Virginia : pour la seconde fois en deux weekends, le match de FSU a été annulé à quelques heures du coup d’envoi, cette fois pour des cas positifs dans l’effectif des Seminoles. Bronco Mendenhall, le Head Coach de Virginia, a d’ores-et-déjà indiqué que les Cavaliers ne se déplaceraient pas à nouveau à Tallahassee cette saison…

Illinois – Ohio State : Ryan Day et un nombre indéterminé de Buckeyes ont été testés positifs, privant tOSU d’un déplacement à Illinois.

Washington State – Washington : les Cougars n’ont toujours pas le nombre de joueurs minimum requis par la conférence Pac-12 pour leur match contre les Huskies et l’Apple Cup a donc été annulée. En conséquence, Washington a remplacé la rivalité à Pullman par un match à domicile contre Utah (24-21).

West Virginia – Oklahoma : les Sooners ont eu peur d’aller à Morgantown où les Mountaineers sont invaincus cette saison. Du coup, OU a refilé le covid à ses joueurs et espère un miracle pour ne pas avoir à se déplacer en Virginie Occidental le 12 décembre, jour choisi pour jouer la rencontre.

Wisconsin – Minnesota : après 113 rencontres consécutives, la hache de Paul Bunyan ne sera pas remise en jeu cette année. Des cas de covid chez les Gophers mettent un terme à la plus longue série de matchs de FBS.

Matchs poubelles

Comme chaque semaine, il y a quelques matchs qui ne méritaient pas l’attention de BoG au quatrième quart temps. Florilège, par ordre alphabétique :

Alabama a survolé Auburn (42-13) sans Nick Saban sur la touche. La victoire du Tide est la plus large contre une équipe classée (#22) des Tigers (le précédent record était de 31-7 en 1971 et 2007). QB Mac Jones (18/26, 302 yards, 5 TD) en a profité pour égaler le record de touchdowns marqués lors d’un Iron Bowl (Tua Tagovailoa, QB Alabama, 2018). 

Clemson a écrabouillé Pittsburgh (52-17) pour le retour à la compétition de QB Trevor Lawrence (26/37, 403 yards, 2 TD) dans ce qui devrait être le dernier match de sa carrière universitaire à (l’autre) Death Valley.

Georgia a assommé South Carolina (45-16) en retrouvant son jeu au sol (332 yards). C’est exactement quatre fois mieux que les 83 yards à la course des Gamecocks.

Missouri a blanchi Vanderbilt (41-0) et un poste de Head Coach s’est ouvert à Nashville après le limogeage de Derek Mason. Le (désormais ex) HC des Commodores rend un bilan de 27-55 (10-46 en SEC) à Vandy avec deux participations en post-saison en sept saisons.

TCU a torpillé Kansas (59-23) avec notamment trois touchdowns de QB Max Duggan (3/11, 96 yards, 3 TD / 3 courses, 61 yards, 1 TD) sur ses trois seules passes complétées du match.

Cuillère de bois

Après la défaite de Michigan (2-4) contre Penn State (17-27), Jim Harbaugh possède un bilan de 49-22 (34-16 en Big Ten) avec les Wolverines en six ans. En apparence, rien de honteux, mais à y regarder de plus près… :

  • 0-5 contre Ohio State
  • 3-3 contre Michigan State
  • 11-16 contre le Top 25
  • 2-12 contre le Top 10

Michigan détient toujours le record du nombre de titres de conférence Big Ten avec 42, devant Ohio State (39), mais UM n’a plus gagné la Big Ten depuis 2004.

Depuis le dernier titre de conférence des Wolverines, Michigan State (2010, 2013 et 2015), Penn State (2005, 2008 et 2016) et Wisconsin (2010, 2011 et 2012) l’ont remporté trois fois chacun et Ohio State (2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2014, 2017, 2018 et 2019) s’est gavé avec dix trophées (celui de 2010 a été officiellement annulé pour une sombre histoire de tatouages…).

Le bilan de ces dernières années est donc bien loin des aspirations de fans d’Ann Arbor. Jim Harbaugh est un enfant du pays, ayant joué de 1983 à 1986 sous les ordres de Bo Schembechler (avec un titre de Big Ten à la clé en 1986). Cette connexion charnelle avec l’université lui vaut certainement de ne pas avoir encore été viré. Mais la laisse est de plus en plus courte. Contre Penn State (17-27), Michigan jouait le 1350ème match de son histoire et, pour la première fois de leur histoire, les Wolverines ont perdu contre une équipe avec un bilan de 0-5.

Tops

Un flambeau pour… WR Thayer Thomas (9 réceptions, 102 yards, 3 TD) et ses trois touchdowns lors de la victoire de NC State à Syracuse (36-29).

Un brasier pour… LB Nate Landman (11 placages, 3 sacks) et ses trois sacks lors de la victoire de Colorado contre San Diego State (20-10).

Un feu d’artifice pour… RB Dezmon Jackson (36 courses, 235 yards, 3 TD / 2 réceptions, 10 yards) et ses trois touchdowns lors de la victoire d’Oklahoma State contre Texas Tech (50-44).

Flops

Un pétard mouillé pour… QB Rex Culpepper (23/45, 254 yards, 2 TD) qui, après un sack, a spiké le ballon sur quatrième tentative à une seconde de la fin du match alors que Syracuse était à 20 yards de l’en-but de NC State et mené de sept points. L’Orange s’est incliné 29-36 contre le Wolfpack.

Un seau d’eau pour… QB Tyler Shough (20/31, 285 yards, 2 TD, 2 INT) et ses deux interceptions et son fumble perdu lors de la défaite d’Oregon à Oregon State (38-41).

Un naufrage titanesque pour… QB Kenny Pickett (22/39, 209 yards, 2 TD, 4 INT) et ses quatre interceptions lors de la défaite de Pittsburgh à Clemson (17-52).

QB Ian Book (#12) et RB Kyren Williams (#23), Notre Dame – Crédit photo : Gerry Broome, AP

Dernier carré

Et le playoff sera…

#1 Alabama – #4 Notre Dame
#2 Clemson – #3 Ohio State

Le Comité de Sélection a rendu son second verdict de la saison :

  1. Alabama
  2. Notre Dame
  3. Clemson
  4. Ohio State
  5. Texas A&M
  6. Florida
  7. On s’en fout un peu, aucune autre équipe n’a la moindre chance de jouer le Playoff

Bon, sur Alabama, tout le monde est d’accord. Le Crimson Tide continue de pilonner ses adversaires (le Tide n’a marqué moins de 40 points qu’une seule fois, lors de son premier match à Mizzou remporté 38-19) et, contre Auburn (42-13), Bama a montré qu’il savait aussi défendre. À moins d’une improbable rouste reçue par Florida en finale de conférence SEC, Alabama est dans les quatre.

Clemson va prendre sa revanche sur Notre Dame en finale de conférence ACC et valider son ticket. Oui, ND est impressionnante des trois côtés du ballon mais le Clemson de Trevor Lawrence est supérieur au Clemson de DJ Uiagalelei.

Ohio State est l’inconnue de l’équation avec seulement quatre matchs joués jusqu’à présent et déjà deux annulations (à Maryland en Semaine 11 et contre Illinois le week-end à venir). Selon les règles en vigueur en conférence Big Ten, l’annulation d’un troisième match, à Michigan State ou contre Michigan, les éliminerait de la course à la finale de conférence. Oui, vous voyez ce qui se profile à l’horizon, une épidémie de covid du côté d’Ann Arbor… Mêmes privés de finale, les Buckeyes auraient l’occasion de jouer un sixième match contre une équipe de la Big Ten West le 19 décembre et préserveraient ainsi une chance de convaincre le Comité de Sélection.

Pour Notre Dame, l’objectif est de limiter la casse contre Clemson en finale de conférence ACC et le Playoff sera la prochaine étape.

Texas A&M devra compter sur un peu d’aide pour rentrer dans le dernier carré : en cas de victoire d’Alabama en finale SEC, les Aggies peuvent décrocher le précieux sésame si Ohio State est considéré non-éligible pour avoir trop peu joué (improbable), si Notre Dame prend une volée en finale SEC (peu probable) ou si Clemson ne gagne pas cette seconde rencontre contre Notre Dame en finale SEC (également peu probable). Si Alabama perd contre Florida, il faudra que deux de ces trois scénarios se réalisent.

Florida a son destin entre les mains : battre Alabama et voir le Playoff, perdre contre Alabama et suivre les demi-finales à la télévision.

Blaze of Glory

Cette semaine, l’auréole de gloire revient à Nick Saban qui a signé contre #22 Auburn (42-13) sa 87ème victoire contre un Top 25, nouveau record de FBS. Le Head Coach d’Alabama, qui a regardé l’Iron Bowl depuis son canapé en raison d’un test positif au covid, est également le détenteur des records du nombre de victoires contre le Top 15 (58), Top 10 (42) et Top 5 (25).

Lire la suite

Articles les plus lus