Suivez-nous

Actualité

À quoi va ressembler la saison 2020 de College Football ?

Pandémie, tension raciale sur fond de révolution sociétale… le College Football fait face à des défis sans précedent. Tour d’horizon de la situation à 78 jours du début de la saison 2020.

Publié

le

D’habitude, l’offseason est toujours d’un ennui total, à peine rythmé par quelques faits divers plus ou moins sordide… cette fois-ci, le College football devra s’adapter suite aux nombreux événements d’un début d’année 2020 en roue libre. On fait le tour des changements, des annonces et des différentes mesures annoncées depuis quelques semaines.

Évidemment, pas question d’annuler la saison de College football : ESPN estime les pertes des conférences du Power 5 à 4 milliards de dollars minimum dans une telle éventualité. On y reviendra.

Déjà chamboulée par les récentes lois permettant aux étudiants-athlètes de profiter des droits sur leur image, la NCAA doit en plus faire face à la crise de covid-19 qui frappe de plein fouet les États-Unis, sans oublier dans une moindre mesure le mouvement protestataire en cours, qui ébranle toute la société civile américaine, jusqu’à son gouvernement fédéral.

Un calendrier bouleversé

Pays le plus touché par la pandémie au niveau mondial, les États-Unis ont subi un confinement prolongé remettant en cause le calendrier spartiate des joueurs de College football. L’annulation partielle des spring practices à travers le pays pourrait avoir une incidence sur le développement de joueurs privés d’entraînement, mais ce sont surtout des enjeux plus larges qui inquiètent.

Comment réunir des dizaines de gamins dans un vestiaire tout en respectant les consignes sanitaires ? Et surtout, comment les protéger durant leur entraînement pour un sport de contact au plus haut degré ? Si le virus a fait et continue de faire des ravages aux États-Unis, la phase de confinement a été express dans la plupart du pays alors que le président américain Donald Trump et différents gouverneurs républicains exhortaient les citoyens à retourner au travail et à l’école.

Cependant, il y aura bien une saison de football, les enjeux économiques étant énormes au regard de la part des revenus liés au sport universitaire #1 pour la majorité des universités. La NCAA, qui annoncé le retrait de son moratoire à partir du 1er juin, a ainsi laissé le soin aux différentes conférences de fixer les calendriers de reprise des entraînements.

La question autour de cette reprise a longtemps été en suspens, nombre d’universités estimant qu’un retour des étudiants sur les campus serait dangereux. La majorité des facs américaines a annulé le trimestre d’été, la fameuse Summer School, et certaines jouent encore la montre vis-à-vis de la rentrée.

Comme le reste du monde, le College football s’est tourné vers les outils technologiques à disposition pour maintenir la cohésion et les communications. Des réunions récurrentes en vidéo-conférence ont été tenues entre les coaches et les joueurs. Yahoo Sports a d’ailleurs pu suivre le staff d’Arizona State lors de ces meetings en télétravail.

Plusieurs programmes ont rouvert leurs installations aux joueurs et démarré les entraînements volontaires, même si certains patientent et jouent la sécurité, comme Oklahoma qui ne rouvrira la porte à son équipe que le 1er juillet. Les joueurs et le personnel sont testés au covid-19 et la plupart des programmes ayant déjà repris leurs activirés annoncent des cas positifs, généralement asymptomatiques : 5 à Alabama, 7 à Arkansas State, 3 à Oklahoma State, 1 à Iowa, 4 à Florida, 3 à Auburn ou 3 à Marshall, avec mise à l’écart immédiate des concernés.

Pour la Pac-12 et la Big 12, la reprise a été fixée au 15 juin, tandis que la Big Ten n’a donné aucune indication, préférant laisser le choix à ses membres. La décision sera néanmoins laissée aux programmes à chaque fois, en fonction de la situation locale.

Si les salles de sport sont déjà ouvertes en Arizona, les États de Californie, Washington et Oregon sont encore durement touchés par le virus et les facs concernées pourraient attendre début juillet pour la reprise des entraînements volontaires.

Une reprise volontaire

Si la décision est laissée aux universités pour le retour de leurs étudiants sur le campus et la réouverture complète des installations sportives, une partie de l’initiative revient également aux joueurs eux-mêmes. Pour le coach de Georgia Kirby Smart, chaque étudiant-athlète a pu décider de revenir ou non :

« Nous n’avons personne qui ne souhaite pas revenir, pour l’instant en tout cas, mais il s’agit évidemment d’une décision personnelle. (…) Nos gars sont impatients. » – Kirby Smart, coach des Bulldogs de Georgia.

Le directeur des sports d’Iowa Gary Barta a également tenu à rassurer les joueurs qui ne souhaiteraient pas revenir à l’entraînement pour des questions de santé.

« Il faut se rappeler que tant que le virus est là, tant qu’il n’y a pas de vaccin, il y aura toujours un risque. Quoi que nous fassions, nous ne pouvons pas l’éliminer. Nous travaillons pour le réduire et laisserons le choix à ceux qui doivent le faire. […] Si un de nos étudiants-athlètes choisit de ne pas revenir, il fera toujours partie de l’équipe. Nous travaillons pour diminuer l’inquiétude mais si un étudiant-athlète choisit de rester à l’écart de l’équipe à cause de ce covid-19, il ne perdra pas son statut ou sa bourse d’études. » – Gary Barta, directeur athlétique de l’université Iowa.

Le New York Times s’est néanmoins fendu d’un papier décrivant le ressenti des joueurs, dont l’avis n’est jamais pris en compte lors des prises de décision concernant la saison à venir, alors que 43% d’entre eux craignent une exposition au covid-19 selon une étude de la NCAA.

Crédit photo : DSPhotography / Dan Smith

Des stades vides ?

Partout, des mesures drastiques ont été prises, comme à South Bend où les joueurs résideront dans des hôtels sur le campus de Notre Dame durant le camp d’entraînement. Les Irish n’ouvriront d’ailleurs pas leur saison en Irlande face à Navy, comme initialement prévu, et le match se déroulera à Annapolis, probablement le 5 ou 6 septembre. Reste à savoir si le stade pourra accueillir des visiteurs…

Iowa State, qui comptait 22 000 abonnés la saison passée et qui espère atteindre les 30 000 cette année, a déjà choisi de réserver l’accès au stade aux supporters les plus fidèles, comme l’explique son directeur des sports Jamie Pollard :

« Puisque nous estimons atteindre la limite de 50% de la capacité du stade simplement avec nos abonnés, nous n’envisageons pas de vendre de billets à l’unité, à moins que les limites soient revues à la hausse. » – Jamie Pollard, directeur athlétique de l’université Iowa State.

La gestion du public en pleine épidémie est évidemment un point épineux. À Ann Arbor, le stade de 107 000 places des Wolverines pourrait bien rester vide face à l’impossibilité de tester chaque visiteur. Jim Harbaugh serait en tout cas favorable à une reprise, même en cas de gradins déserts :

« Je serais d’accord pour jouer sans supporters. Si le dilemme est de jouer sans fans ou de ne pas jouer du tout, alors je choisis l’option du stade vide. » – Jim Harbaugh, coach des Wolvrines de Michigan.

À la fin du mois de mai, Michigan s’est également illustré via les propos du président de l’université Mark Schlissel au Wall Street Journal, expliquant que les sports ne reprendraient pas tant que tous les étudiants ne seraient pas de retour sur le campus…

Le recrutement en pause pendant plusieurs mois

Le recrutement a également connu un long temps mort puisque les visites et les déplacements de prospects ou de coaches sont évidemment prohibés. La NCAA a décidé de prolonger la période de suspension du recrutement jusqu’au 31 juillet. Le processus continue cependant naturellement, de nombreux prospects ayant donné leur accord verbal depuis le début de cette pause officielle.

Oregon sera ainsi dans l’incapacité de tenir son traditionnel camp « Saturday Night Live » de fin juillet, qui rassemble habituellement de nombreux top prospects venus de tout le pays. Les habitudes sont là-aussi bouleversées, alors que Penn State compense la proximité physique avec son « Football Virtual Combine », à destinations des prospects; des instructions sont fournies pour prendre ses mensurations et se tester sur différents ateliers athlétiques, en marge de conseils du staff distribuées via les réseaux sociaux.

Les émeutes et le mouvement anti-raciste auront-t-ils une influence sur le calendrier ?

Pour l’heure, rien ne permet d’anticiper un report de la saison ou l’annulation de certaines rencontres mais le mouvement de protestations à l’encontre de la police et du gouvernement a déjà un impact sur le College football à différents niveaux, principalement extra-sportifs jusque-là.

Dans le Minnesota, l’État où George Floyd a été tué par un policier lors de son arrestation, le département des sports des Gophers a pris la décision immédiate de rompre son contrat avec la police locale pour l’encadrement des événements sportifs. Le coach de Minnesota, PJ Fleck, s’est fendu d’un message sur Twitter afin de rendre hommage à la victime.

Partout dans le pays, les programmes tentent de faire le ménage dans leur entourage et les racistes ont été excommuniés : Utah a suspendu son coordinateur défensif Morgan Scalley, auteur d’un texto raciste en 2013, en attendant la conclusion d’une enquête interne; Oregon State a renvoyé le tight end Rocco Carley pour des commentaires du même genre il y a trois ans et USC a révoqué l’abonnement saisonnier d’un booster qui recommandait d’ouvrir le feu sur les manifestants via son compte Twitter.

C’est surtout Clemson qui se retrouve sous le feu des projecteurs ces derniers jours. L’université, nommée d’après son fondateur Thomas Green Clemson, est critiquée pour son héritage pro-esclavagiste, avec la star NFL DeAndre Hopkins comme porte-parole du mouvement. En outre, le coach de l’équipe de football Dabo Swinney a également dû s’excuser après le déchaînement des réseaux sociaux à son égard, consécutif à la position du coach des Tigers qui défendait un de ses assistants pointé du doigt pour son langage raciste.

À Missouri et Iowa, deux programmes critiqués par d’anciens joueurs et des étudiants-athlètes actuels pour le racisme ambiant au sein de l’université et de l’encadrement de l’équipe de football, la situation est extrêmement tendue. Les joueurs de Missouri ont d’ailleurs organisé une marche pour s’inscrire sur les listes législatives afin de voter pour un changement de gouvernement aux prochaines élections présidentielles. Une initiative reprise à LSU par les joueurs de football. Une marche a également été organisée sur le campus de Texas avec l’équipe de football en hommage à George Floyd.

Crédit photo : @MizzouAthletics/Twitter

À Atlanta, le College Football Hall of Fame a été la cible des manifestants, comme tous les commerces alentour. Le bâtiment de 68,5 millions de dollars accueille le musée du College Football et le mur des célébrités (« Hall of Fame ») du football universitaire américain depuis son déménagement de South Bend en 2014. La capitale de l’État de Géorgie est l’une des villes les plus concernées par les émeutes.

Vers un retour à la normale ?

Alors que les médias américains estiment que la crise du covid-19 pourrait se prolonger aux États-Unis, exacerbée par les rassemblements actuels de manifestants et accentuée par l’usage industriel de gaz lacrymogène propice à la propagation du virus, la NCAA maintient le début de la saison le 29 août prochain pour la Week 0.

La prochaine réunion du comité chargé d’administrer la Division I de College football se tiendra le 17 juin, avec comme enjeu l’adoption du plan établi par la NCAA sur six semaines pour la reprise. Ce plan fixerait la reprise des contacts entre coaches et joueurs au 6 juillet, bien que tous les programmes auront sans doute repris leurs activités d’ici là, avec un début du fall camp en août, comme de coutume; entre mi-juillet début août, les équipes seraient ainsi autorisées à pratiquer douze entraînements sans équipements, pour un maximum de vingt heures par semaine. Avant de reprendre le calendrier normal de 29 jours de fall camp jusqu’au coup d’envoi de la saison 2020.

Les principales inquiétudes concernent forcément la santé des joueurs et l’évolution de la crise sanitaire déterminera le calendrier de la saison. Une annulation de la saison 2020 n’est absolument pas envisagée à l’heure actuelle, la NCAA ayant déjà anticipé une extension possible de l’exercice jusqu’au printemps. Reste à connaître les conditions d’éligibilité pour les playoffs et les bowls de fin de saison en cas de perturbations. Bob Bowlsby, membre du comité d’administration du College Football Playoff, résume parfaitement le « laissez-jouer » actuel :

« Je pense qu’on va jouer le maximum de matches possibles et on fera un point au milieu de la saison pour constater les différentes expériences vécues par les équipes. Je pense que chaque expérience sera distincte. […] On va juste attendre de voir la tournure de la saison et faire avec. » – Bob Bowlsby, membre du comité d’administration du College Football Playoff.

Membre de l'équipe de The Blue Pennant depuis septembre 2013, Loïc s'est trimballé à travers les États-Unis en 2017 pour mieux comprendre le pas-si-petit monde du college football. Seulement deux contraventions pour excès de vitesse sur 20 000 km. Intime de Mark Sanchez, Sam Darnold et des cheerleaders de Wisconsin, promo '76. Label qualité TBP et Sécurité routière.

Publicité
Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Actualité

South Dakota State renverse le Bison, Delaware remporte le titre de la Colonial

Le résumé complet de la week 10 de la saison FCS 2021 de printemps.

Publié

le

Crédit photo : GoJacks.com

Cette saison FCS de printemps 2021 n’a pas manqué d’obstacles et d’embûches mais nous y voilà : on connait désormais les 10 équipes qualifiées automatiquement pour les playoffs auxquels vont s’ajouter 6 programmes choisis par le comité de sélection, dimanche 18 avril.

On connaissait déjà l’identité de 5 de ces 10 équipes qualifiées. Se sont ajoutés à cette liste #4 South Dakota State, #7 Delaware, #15 VMI, Holy Cross et Davidson.

Retrouvez ci-dessous un résumé des événements importants de cette semaine dans la FCS :

Le Dakota Marker pour South Dakota State

Les Jackrabbits de #4 South Dakota State (5-1) récupèrent le Dakota Marker pour la première fois depuis 2017 en mettant un terme à la série de 32 victoires consécutives du Bison de #4 North Dakota State au Fargodome.

Une victoire 27-17 acquise notamment grâce à un superbe 4ème quart-temps au cours duquel QB Mark Gronowski (10-14, 149 yards et 126 yards au sol) a une nouvelle fois démontré pourquoi il sera l’un des favoris pour le titre de Freshmen of the Year dans la FCS.

Alors que le score était de 17-17 à l’entrée des 15 dernières minutes, K Cole Frahm a donné les devants 20-17 aux Jackrabbits sur un FG de 24 yards qui concluait un long drive de plus de 9 minutes. #4 South Dakota State a pris un avantage définitif lorsque QB Mark Gronowski transperça le rideau défensif du Bison pour une sensationnelle course de 55 yards.

Trois jeux plus tard, le freshman RB Isaiah Davis donnera 10 points d’avance à SDSU.

Avec ce succès, #4 South Dakota State remporte le titre de co-champion de la Missouri Valley Football Conference (à égalité avec Missouri State) et s’offre un ticket automatique pour les FCS Playoffs en raison d’un plus grand nombre de victoire que les Bears. Il s’agit d’une 9ème participation d’affilée pour les Jackrabbits.

Malgré cette défaite qui met également un terme à sa série de 9 titres de conférence consécutifs, #2 North Dakota State (6-2) conserve toutes ses chances de participer aux playoffs en tant qu’invité « at-large ».

Delaware devant James Madison dans la Colonial

Les Blue Hens de #7 Delaware (5-0) n’ont pas tremblé. Ils savaient qu’une victoire face au rival #10 Villanova leur ouvrirait la voie des playoffs et peut-être même d’une qualification automatique. Comme d’habitude, les Poulets Bleus se sont basés sur leur Delaware Wing T pour mettre à mal la défense des Wildcats. Une victoire 27-20 qui leur donne le titre de division CAA North… et une place automatique pour les Playoffs.

Delaware, champion de la CAA North 2021 – Crédit photo : Mark Campbell

Malgré leur place de #1 du pays au classement FCS Top 25 et leur succès 23-6 face au rival Richmond, les Dukes de #1 James Madison (5-0) n’ont pas bénéficié de cette place automatique pour les playoffs : Dukes et Blue Hens ont terminé à égalité mais les directeurs athlétiques de la CAA ont finalement choisi Delaware par un vote organisé samedi soir.

Toutefois, #1 James Madison reste favori pour obtenir la tête de série #1 lors de la publication du bracket des FCS Playoffs.

VMI remporte un premier titre de champion de conférence depuis 1977

En remportant le Military Classic of the South face au voisin The Citadel, les Keydetes de #15 Virginia Military Institute (6-1) remporte officiellement le titre de champion de la conférence Southern (SoCon), leur premier depuis 1977.

Cette victoire signifie également une première participation aux FCS Playoffs de l’Histoire du programme de Lexington (Virginie). C’est encore une fois le duo QB Seth Morgan (25/34, 328 yards, 3 TD) / WR Jakob Herres (11 réceptions, 123 yards, 1 TD) qui a sonné la charge pour une équipe de #15 VMI qui remporte deux victoires consécutives face aux Bulldogs pour la première fois depuis 1995-96.

Holy Cross conserve son titre de la Patriot League

Sous l’impulsion de l’excellent freshman QB Matthew Sluka (3 TDs dont 2 au sol), les Crusaders ont rapidement pris les commandes 17-0 et n’ont plus jamais regardé dans le retroviseur pour finalement s’imposer 33-10 face à Bucknell lors du tout premier Patriot League Football Championship Game. Holy Cross conserve ainsi son titre de conférence et obtient du même coup son billet automatique pour les FCS Playoffs.

Holy Cross Crusaders, champion de la Patriot League 2021 – Crédit photo : Holy Cross Athletic

Le TD absurde de QB Daniel Smith

Le quarterback des Wildcats de #10 Villanova est un magicien. Lors cette week 10, il a réussi l’un TD les plus spectaculaires et inattendus de l’année 2021 !

Les résultats complets

Voici ci-dessous tous les résultats des principaux matchs de cette week 10 dans la FCS :

Le tableau des 10 qualifiés automatiques

Voici ci-dessous la liste des 10 équipes bénéficiant d’une qualification pour les FCS Playoffs via une place automatique attribuée à chacun des champions de conférence éligible (la SWAC et la MEAC y ont renoncé) :

Razzia de la Missouri Valley sur les places « at-large » ?

En plus de ces 10 équipes automatiquement qualifiées, 6 autres équipes seront choisies par le comité de sélection des playoffs lors de Selection Sunday diffusé sur ESPNU à 11h30 (17h30 FR).

Les défaites de #10 Villanova et #11 Richmond ainsi que celle de #17 Southeastern Louisiana, #23 Mercer et #25 Incarnate Word ouvrent la voie une domination outrageuse de la conférence Missouri Valley puisque pas moins de 4 de ses membres pourraient bénéficier d’une invitation « at-large ».

Au terme de cette week 10 de la saison FCS, voici la liste des favoris pour les 6 places restantes pour les Playoffs :

  • Eastern Washington (Big Sky)
  • James Madison (CAA)
  • Missouri State (Missouri Valley)
  • North Dakota (Missouri Valley)
  • North Dakota State (Missouri Valley)
  • Southern Illinois (Missouri Valley)

Calendrier des FCS Playoffs

Tous les matchs jusqu’à la finale nationale seront joués sur campus.

Playoff Selection Show : Dimanche 18 avril 2021 à 11h30 (17h30 FR). Diffusé sur ESPNU donc sur ESPN Player.
Premier Tour : Weekend du 24 avril 2021.
Quart de Finale : Weekend du 1er mai 2021.
Demi-finale : Samedi 8 mai 2021 sur le réseau ESPN donc sur ESPN Player.
Championship Game (Toyota Stadium, Frisco, Texas) : Dimanche 16 mai 2021 à 14h00 (20h00 FR) sur ABC donc sur ESPN Player.

Lire la suite

Actualité

Eddie George devient head coach à Tennessee State

Le vainqueur du trophée Heisman 1995 fera ses débuts dans la coaching 17 ans après avoir mis un terme à sa carrière professionnelle.

Publié

le

Crédit photo : Getty Images

Selon Brett McMurphy de Stadium, l’ancien running back d’Ohio State et des Titans du Tennessee, Eddie George, va rejoindre Deion Sanders dans la FCS en prenant la direction des Tigers de Tennessee State.

L’équipe est actuellement dirigée par Rod Reed, qui est en poste depuis 11 saisons. Les Tigers joueront leur dernier match ce dimanche 11 avril face à Southeast Missouri.

Considéré comme une légende du football dans l’État du Tennessee, Eddie George ne possède pourtant aucune expérience de coaching à aucun niveau.

Sa saison 1995 est restée comme l’une des meilleures de l’Histoire pour un running back. Cette année-là, il a remporté le trophée Heisman et été nommé Big Ten Player of the Year.

Il a ensuite été drafté au 1er tour par Oilers de Houston – devenus par la suite les Tennessee Titans – avec lesquels il a joué 8 saisons. Son numéro #27 a été retiré par les Titans et les Buckeyes.

Tennessee State possède actuellement un bilan de 2-4. Les Tigers viennent d’enchainer un bilan décevant de 12-18 sur les trois dernières saisons ce qui a forcé la direction athlétique de l’équipe à se séparer de Rod Reed.

Lire la suite

Actualité

Décès de Howard Schnellenberger à l’âge de 87 ans

Le légendaire Howard Schnellenberger, qui avait notamment ravivé les programmes de Miami et Louisville, et construit de toutes pièces celui de Florida Atlantic, est décédé à l’âge de 87 ans.

Publié

le

Les plus anciens d’entre-nous et les passionnés d’Histoire de la NFL se souviennent de lui pour sa moustache devenue blanche avec les années et pour sa pipe légendaire mais aussi pour avoir été le coordinateur offensif de la fameuse équipe des Dolphins de Miami lors de la « Perfect Season » de 1972.

Mais Howard Schnellenberger est définitivement devenu une légende du coaching lors de son passage au niveau NCAA. Plus de 35 ans de service et un parcours de Légende qui n’a jamais été reconnu à sa juste valeur.

Sans lui, il n’y aurait peut-être jamais eu l’éclosion du programme de Miami sur la scène nationale.

Certes, son bilan global en carrière (158-151-3 en 27 saisons universitaires) n’est pas le plus impressionnant mais lorsqu’il a eu comme objectif de reconstruire des programmes moribonds, il a toujours fait des miracles ! Sans lui, les stades actuels de Louisville et Florida Atlantic n’existeraient sans doute pas.

Partout où il est passé, Howard Schnellenberger a connu du succès. En 1983, il a mené les Hurricanes jusqu’à leur premier titre de champion national. Cette année-là, Miami a créé la surprise en s’imposant 31-30 face à Nebraska lors de l’Orange Bowl dans ce qui est encore aujourd’hui considéré comme l’un des plus grands matchs de l’Histoire.

Pourtant, en 1979, l’université Miami se demandait s’il ne sera pas plus judicieux d’abandonner le programme de football tant il était moribond depuis des années. Quelques années plus tard, des quarterbacks comme Jim Kelly, Bernie Kosar et Mark Richt (qui deviendra head coach des Hurricanes en 2018) se sont révélés grâce à Howard Schnellenberger. Et dès sa 2ème saison avec les Canes, ce dernier a mis la main sur le Peach Bowl relançant alors un programme sud-floridien qui fera partie de l’élite nationale pendant 20 ans.

Puis, après un passage dans la United States Football League (USFL), il a pris en main les Cardinals de Louisville. Enfin, il a fondé le programme de football de l’université Florida Atlantic avec lequel il a été champion de conférence Sun Belt en 2007. Le stade des Owls portent d’ailleurs aujourd’hui son nom.

En 2011, après 50 ans passés sur les sidelines, Howard Schnellenberger a pris sa retraite suite à deux saisons consécutives conclues par des victoires en bowl game.

Avec une bague de vainqueur du Super Bowl et un titre de champion avec les Hurricanes, il est l’un des seuls coachs de l’Histoire à avoir été sacré champion dans la NFL et au niveau universitaire.

En 1985, il accepta le défi proposé par Louisville. Dès son arrivée, il annonça vouloir faire des Cardinals une équipe du Top 25 et planifia la construction d’un nouveau stade. Il promit également de relancer la rivalité avec le voisin Kentucky. Tout ceci est effectivement arrivé. La saison 1990 fût son chef d’oeuvres avec les Cards : un bilan de 10-1-1 et une victoire face à Alabama lors du Liberty Bowl.

Seule ombre au tableau : son passage à Oklahoma, en 1995. Un désastre. Un bilan de 5-5-1 pour une expérience qui ne durera qu’une seule saison.

C’est alors qu’il rebondit du côté de Boca-Raton (Floride) : il réussit à convaincre l’université Florida Atlantic de se lancer dans l’aventure du College Football ! L’équipe joua son premier match en 2001, puis les Owls ont remporté un titre de champion de conférence Sun Belt et deux victoires consécutives en bowl game (2010, 2011).

Lire la suite

Actualité

Opération du genou pour WR George Pickens, sa saison 2021 compromise

Mauvaise nouvelle pour les Bulldogs de Georgia qui viennent de perdre l’ancien prospect 5-étoiles et receveur #2 de l’équipe, WR George Pickens, victime d’une rupture du ligament antérieur du genou droit.

Publié

le

Crédit photo : PFF

Le coordinateur offensif Todd Monken et toute la Dawg Nation attendaient beaucoup du tandem QB JT Daniels – WR George Pickens sur lequel doit se recontruire une attaque de Georgia décevante l’an dernier (32.8 points par match, #38 du pays en 2020). C’est donc avec effroi que les fans des Bulldogs ont appris la blessure de leur receveur vedette.

WR George Pickens s’est blessé au genou, mardi dernier, lors d’un des spring practices 2021. Résultats des tests : rupture partielle du ligament antérieur du genou droit et une opération prévue dans quelques jours. La tuile pour coach Kirby Smart.

L’université Georgia a indiqué que le receveur junior a déjà entâmé ses traitements et devrait être de retour à 100% dans les prochains mois. La durée de son absence est estimé à… 9 mois.

« La bonne nouvelle est que l’IRM n’a montré aucun dommage structurel dans le genou. George est un gros travailleur. Je suis persuadé qu’il mettra la même éthique de travail dans sa convalescence que chaque jour à l’entrainement. » – Kirby Smart, head coach de Geogia.

Considéré comme l’un des plus prometteurs receveurs au niveau national et probable futur choix de 1er tour lors de la draft NFL 2022, WR George Pickens a capté 36 passes en huit matchs joués l’an dernier pour un total de 513 yards et 6 TDs. Dès son année freshman, il est devenu le receveur #1 de l’équipe (49 réceptions, 727 yards en 2019). Son absence potentielle pour l’intégralité de la prochaine saison est d’autant préjudiciable qu’il compte actuellement deux fois plus de réceptions en carrière qu’aucun autre receveur de l’effectif.

Reverra-t-on WR George Pickens sous le maillot des Bulldogs ?

Rien ne permet aujourd’hui d’en être certain. Alors que ses deux premières années NCAA plaident en sa faveur auprès des scouts NFL, il ne voudra certainement pas précipiter son retour sur les terrains au risque d’une rechute ou de subir une autre blessure susceptible de compromettre son statut lors de la draft 2022.

Quel est l’impact sur les Bulldogs ?

Après QB JT Daniels, WR George Pickens est probablement le joueur offensif ayant le pluys d’impact sur les performances de l’attaque de Georgia. Certes, la quasi-totalité du groupe de receveurs des Bulldogs est de retour la saison prochaine mais son absence laisse un grand vide tant il a démontré sa capacité à être un « game changer ». La pression sera donc plus grande sur WR Jermaine Burton, WR Kearis Jackson et WR Demetris Robertson.

Lire la suite

Articles les plus lus