Suivez-nous sur

Preview

Preview 2016 : Utah Utes

Co-champions de la division Pac-12 South en titre, les Utes d’Utah de coach Kyle Whittingham, qui bénéficient d’un élan positif depuis deux saisons, peuvent-ils devenir des champions de conférence surprise en 2016, et ce, malgré la perte de leurs deux leaders offensifs ?

Crédit photo : John Locher, AP

Preview 2016 : Utah Utes

Utah Utes
Conférence Pac-12 – Division South
En 2015 : 10-3, 6-3 Pac-12. Las Vegas Bowl : victoire contre Brigham Young, 35-28.
Head coach : Kyle Whittingham, 12ème année (94-46) – Résultats en carrière: 94-86.
Coordinateur offensif : Jim Harding, Aaron Roderick.
Coordinateur défensif : Morgan Scalley.
Titulaires de retour : 5 en attaque, 6 en défense, kicker.
Joueurs-clés partis : QB Travis Wilson, RB Devontae Booker, DE Jason Fanaika, LB Gionni Paul, SS Tevin Carter, P Tom Hackett.
Joueurs à suivre : QB Troy Williams, RB Troy McCormick, WR Tyrone Smith, TE Harrison Handley, DT Lowell Lotulelei, DE Kylie Fitts, LB Cody Barton, CB Reginald Porter, FS Marcus Williams.

L’an dernier, Utah a bien failli renverser la Pac-12. Avec une victoire face au Michigan de Jim Harbaugh en ouverture de la saison, puis cinq victoires consécutives dont une à l’extérieur face à l’ogre Oregon, les Utes avaient réussi à grimper à la troisième place du classement national. Mais avec la première défaite à USC, Utah a relâché la pression et s’est également incliné contre Arizona et UCLA par la suite. L’équipe de coach Kyle Whittingham, courtisé l’hiver dernier par plusieurs programmes majeurs, s’est néanmoins invité à la deuxième place de sa division et a triomphé de son rival Brigham Young au Las Vegas Bowl pour achever sa campagne sur un joli bilan de 10-3.

Cette saison s’inscrira-t-elle dans la continuité de 2015 ? Difficile à dire mais il semble tout de même improbable que les Utes parviennent à reproduire l’exploit d’atteindre le plateau des dix victoires, bien que le calendrier leur soit plutôt favorable. Néanmoins, la perte de leur quarterback titulaire, l’absence de playmakers offensifs et le front seven à reconstruire seront des défis peut être trop difficiles à relever dans l’immédiat pour permettre à Utah de s’inscrire dans la durée au top de la Pac-12.

Heureusement, ce sera la première fois depuis 2008 que les Utes retrouveront les mêmes éléments à la tête de l’attaque deux saisons consécutives, avec le duo de coordinateurs offensifs Jim Harding – Aaron Roderick, plutôt porté sur le jeu au sol. En défense par contre, Morgan Scalley remplace John Pease, parti en retraite après seulement une saison comme coordinateur défensif. Mais l’attention portée par Kyle Whittingham à l’aspect défensif ne devrait pas rendre ce mouvement trop périlleux pour les Utes.

Avec des lignes offensive et défensive robustes comme à son accoutumée, Utah devrait imposer le respect à ses adversaires sur la ligne de scrimmage. Si le coaching staff trouve rapidement son quarterback et son running back titulaire, il ne faudra pas sous-estimer cette équipe qui reste sur deux saisons consécutives avec au moins neuf victoires.

ATTAQUE

Comme la majeure partie des programmes de Pac-12, Utah cherche son quarterback titulaire. Le départ de QB Travis Wilson et de son remplaçant QB Kendal Thompson pour la NFL laisse un trou béant à la direction de l’attaque. La solution pourrait venir de QB Troy Williams, transfuge de Junior College et ancien prospect quatre étoiles. Kyle Whittingham a cependant promis que QB Brandon Cox et la recrue QB Tyler Huntley auront la même chance que Williams pour décrocher le poste de titulaire. La décision devrait être prise au cours des deux premières semaines du fall camp.

Autre absence de marque du côté offensif des Utes, celle de RB Devontae Booker, désormais joueur des champion NFL, les Broncos de Denver. Son départ laisse Utah avec seulement deux running backs possédant une expérience du terrain : RB Joe Williams et RB Troy McCormick. Le second est l’un des joueurs les plus attendus cette saison du côté des Utes, un électrifiant coureur revenant d’une blessure au genou l’ayant privé du terrain en 2015. Son potentiel est énorme et il pourrait rapidement faire oublier son prédécesseur si son genou lui laisse du répit. Williams devrait tout de même occuper un rôle important, lui qui sait aussi bien courir que recevoir le ballon, comme le faisait si bien Booker.

Et il faudra bien mettre l’accent sur ce jeu au sol car l’escouade de receveurs n’a rien de très excitante. WR Kenneth Scott n’est plus là et WR Britain Covey a mis son cursus de côté pendant deux ans pour une mission religieuse à l’étranger. Les Utes pourront compter sur l’expérimenté TE Harrison Handley, le jeune WR Tyrone Smith. Derrière, les sophomores WR Caleb Repp et WR Raelon Singleton pourraient prendre de l’ampleur, sans compter le retour de WR Tim Patrick, absent en 2015.

Du côté de la ligne offensive, pas grand chose à signaler. Malgré le départ du center Siaosi Aiono, le reste de la ligne est d’excellente constitution ; elle sera l’une des plus expérimentées du pays. De quoi assurer du répit au nouveau quarterback des Utes et paver une voie royale pour le running back titulaire, quel qu’il soit.

DÉFENSE

Il ne devrait pas non plus y avoir à s’en faire pour la ligne défensive puisque plusieurs piliers seront de retour, en particulier DE Kylie Fitts et DT Lowell Lotulelei. Ces deux-là sont fermement attendus du côté de la NFL, le second étant même projeté au premier tour de la prochaine draft. À leurs côtés, DT Filipo Mokofisi, DE Pita Taumoepenu et DE Hunter Dimick font office d’imposant supporting cast. La recrue quatre étoiles DL Maxs Tupai pourrait également être rapidement impliquée en défense pour les Utes.

Du côté des linebackers, la chanson n’est pas du tout la même : Utah a perdu ses trois joueurs les plus expérimentés et devra les remplacer par des éléments n’ayant pas encore réellement fait leurs preuves. Le sophomore LB Cody Barton, LB Evan Eggiman et le redshirt freshman LB Chris Hart auront l’occasion de se mettre en évidence, soutenus par les plus expérimentés LB Christian Drews, LB Sharrieff Shah et LB Sunia Tauteoli, qui pourrait être la révélation de l’année en défense.

L’escouade de linebackers encore incertaine sera tout de même soutenu par un groupe très solide au niveau du secondary, qui a compilé 18 interceptions en 2015. FS Marcus Williams s’est imposé comme un leader sur le terrain et il sera soutenu par SS Jason Thompson, encore peu expérimenté, et le quarterback/safety S Chase Hansen. Avec son physique imposant, CB Brian Allen devrait briller, même si l’on attend plus CB Reginald Porter, CB Justin Thomas et CB Dominique Hatfield (de retour de suspension) pour avoir un impact important face aux attaques agressives de Pac-12.

Cette débauche d’expérience, de talent et de discipline devrait encore assurer à Utah l’une des meilleures défenses de sa conférence. C’est en tout cas l’espérance du coaching staff, même si le potentiel du groupe de linebackers est encore un gros point d’interrogation et devrait s’avérer déterminant dans la saison des Utes.

ÉQUIPES SPÉCIALES

Utah a perdu l’un de ses meilleurs joueurs avec le départ de Tom Hackett, l’un des punters les plus efficaces du pays l’an dernier. Le punter australien sera remplacé par P Mitch Wishnowsky, déjà reconnu pour sa jambe et sa technique. K Andy Phillips sera de retour pour les field goals et les kickoffs. En 2015, il avait converti 100% de ses FG dans les 39 yards. Sa moyenne chutait par contre brutalement à 66,7% au-delà. KR Cory Butler-Byrd, auteur d’un touchdown sur retour de kickoff l’an dernier, sera à nouveau mis à contribution dans ce secteur.

CALENDRIER

Le calendrier est plutôt favorable aux Utes cette saison. Avec trois premières rencontres face à des adversaires faibles, en l’occurence Southern Utah, Brigham Young et San Jose State, Utah devrait aborder les matches de conférence avec un bilan vierge dans la colonne des défaites. Surtout, les nouveaux titulaires offensifs auront eu le temps de se faire à leur rôle avant d’affronter USC, le 23 septembre. Les déplacements à Cal, UCLA et Arizona State seront certainement périlleux mais les Utes auront la chance de recevoir Washington et Oregon. Avec de la réussite, l’équipe de coach Kyle Whittingham devrait à nouveau pouvoir accrocher les neuf victoires et éventuellement se mêler à la lutte pour le titre de division et de conférence Pac-12.

CONCLUSION

Cette équipe des Utah Utes version 2016 est chargée d’espérances. Les plus optimistes imaginent déjà les joueurs de Kyle Whittingham devancer USC et UCLA dans la Division South et même triompher de Stanford, Oregon ou Washington en finale de conférence Pac-12. Utah, un client potentiel pour les playoffs ? Difficile à imaginer car les quelques faiblesses actuelles de l’équipe sur le papier, aux postes décisifs en attaque et dans le groupe de linebackers, pourraient coûter cher aux Utes. Le contrôle de la ligne de scrimmage devrait être un élément déterminant de leur réussite. Le calendrier très abordable lors des trois premières rencontres de la saison sera potentiellement une mise en abîme suffisante aux nouveaux cadres de l’équipe pour enchaîner avec les gros clients de Pac-12, pas forcément invincibles.

Taulier du blog USC Trojans FR pendant quelques années, Loïc Baruteu aka Bartholomeo a rejoint définitivement l'équipe de The Blue Pennant en septembre 2013 après plusieurs collaborations fructueuses.

Cliquer pour commenter

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également - Preview