Suivez-nous sur

Preview

Preview 2016 : USC Trojans

Malgré des interrogations sur la ligne défensive et au poste de quarterback, et un calendrier dantesque en 2016, les Trojans de USC possèdent le talent nécessaire pour rester dans la course au titre de conférence Pac-12.

Crédit photo : Robert Gauthier / Los Angeles Times

Preview 2016 : USC Trojans

USC Trojans
Conférence Pac-12 – Division South
En 2015 : 8-6, 6-3 Pac-12. Holiday Bowl : défaite contre Wisconsin, 23-21.
Head coach : Clay Helton, 2ème année (6-4) – Résultats en carrière: 6-4.
Coordinateur offensif : Tee Martin.
Coordinateur défensif : Clancy Pendergast.
Titulaires de retour : 8 en attaque, 5 en défense, kicker.
Joueurs-clés partis : QB Cody Kessler, FB Soma Vainuku, C Max Tuerk, DT Antwaun Woods, LB Su’a Cravens, LB Anthony Sarao, CB Kevon Seymour, P Kris Albarado.
Joueurs à suivre : QB Max Browne, RB Ronald Jones, WR Juju Smith-Schuster, RT Zach Banner, DT Stevie Tu’ikolovatu, LB Oluwole Betiku, LB Porter Gustin, LB Cameron Smith, CB Adoree’ Jackson, CB Iman Marshall.

Une fois de plus, la saison des Trojans l’an dernier a été un vrai cirque, particulièrement avec le renvoi du coach Steve Sarkisian pour ses problèmes d’addictions, remplacé au pied levé par Clay Helton, lequel a été confirmé à la tête de l’équipe par la suite.

Ce dernier avait déjà assuré l’intérim après les départs successifs de Lane Kiffin et Ed Orgeron en 2013. Désormais, tous les espoirs reposent sur les épaules de Helton, qui obtient là son premier poste de head coach et qui s’est d’ailleurs incliné par deux fois depuis sa nomination définitive, consécutivement contre Stanford lors du Pac-12 Championship Game et Wisconsin au Holiday Bowl.

En outre, Clay Helton n’aura pas forcément le droit à l’erreur malgré son inexpérience car il a été choisi par le directeur des sports Pat Haden quelques mois avant sa retraite. Une circonstance qui a fait grincer des dents, alors que les choix de Haden avaient déjà souvent été remis en cause, notamment pour l’embauche de Steve Sarkisian. Désormais, c’est l’ancien receveur vedette de USC Lynn Swann qui occupera les fonctions de directeur des sports. Un choix controversé, là encore.

Néanmoins, malgré ces bouleversements, les Trojans vont devoir gagner. Les quelques écarts de 2015 face à Stanford par deux fois, Washington, Oregon, Notre Dame et Wisconsin ne seront plus tolérés alors que le mauvais souvenir des sanctions s’éloigne et que l’effectif de USC est blindé de talent.

Les Trojans manquent de repères, avec deux nouveaux coordinateurs, Tee Martin en attaque et Clancy Pendergast en défense, et donc un nouveau head coach. Aucun faux pas ne leur sera accordé s’ils veulent revenir au sommet de la Pac-12 et atteindre les playoffs car leur calendrier sera le plus compliqué de tout le pays en 2016, avec en ouverture une confrontation face au champion en titre Alabama.

ATTAQUE

Cody Kessler en NFL, les Trojans ont besoin d’un quarterback. Et d’un bon. Si la compétition est très serrée entre le junior QB Max Browne et le redshirt freshman QB Sam Darnold, l’issue semble déjà certaine. En effet, il semble peu probable que Clay Helton ne se risque à envoyer au front le jeune Darnold, en dépit de son énorme potentiel, quand Browne apprend dans l’ombre depuis trois ans. Ce dernier est bien plus préparé et conscient des attentes mais il sait que s’il ne satisfait pas rapidement, il sera remplacé au profit de son jeune coéquipier. Quoi qu’il en soit, et quel que soit le choix du coach, prévu pour le 20 août, USC devrait aligner son meilleur quarterback depuis le départ de Matt Barkley en 2013, c’est-à-dire un joueur plus talentueux que ne l’était le limité Cody Kessler.

Pour soutenir le futur QB titulaire dans le jeu aérien, les Trojans disposent d’une profondeur d’effectif impressionnante. Outre WR Juju Smith-Schuster (89 réceptions, 1454 yards, 10 TD en 2015), considéré comme l’un des meilleurs du pays à son poste et attendu au premier tour de la prochaine draft, ils pourront encore compter sur WR Steven Mitchell (37 réceptions, 335 yards, 4 TD en 2015) et WR Darreus Rogers (28 réceptions, 289 yards, 3 TD en 2015). Et si USC n’a perdu aucun receveur majeur pour aborder cette saison, il faudra peut être compter sur l’impressionnant recrutement, avec un prospects cinq étoiles et quatre quatre étoiles. WR Ajene Harris, absent l’an dernier sur blessure, pourrait être une révélation dans le slot. Enfin, WR Jalen Greene (10 réceptions, 104 yards en 2015), ancien quarterback, pourrait être mis à contribution pour des formations de type wildcat. Quant au phénoménal WR/CB Adoree’ Jackson (27 réceptions, 414 yards, 2 TD en 2015), il semble concentré sur son poste de cornerback et sera sans doute moins impliqué en attaque.

Chez les tight ends, on ne sait pas encore si le plan de jeu de Clay Helton se reposera beaucoup sur leur implication, mais le groupe est plus solide que jamais après plusieurs saisons maudites à ce poste. TE Taylor McNamara (12 réceptions, 83 yards, 4 TD en 2015) devrait être le titulaire mais il partagera forcément son poste avec TE Tyler Petite (15 réceptions, 145 yards, 1 TD en 2015) et TE Daniel Imatorbhebhe, transféré de Florida en 2015 et qui sera autorisé à jouer pour USC cette année.

Concernant le nerf de la guerre, la ligne offensive, elle sera l’une des plus expérimentées du pays. En dépit du départ du center Max Tuerk pour la NFL, l’OL des Trojans pourra se reposer sur RT Zach Banner, déjà attendu de pied ferme chez les pros pour son potentiel impressionnant, LT Chad Wheeler dans sa dernière année, C Toa Lobendahn, RG Viane Talamaivao et LG Damien Mama. Tous les trois étaient des recrues de première classe et ils ont tous eu l’occasion de jouer en tant que freshmen, ce qui en fait déjà des vétérans pour leur troisième année universitaire. Sur le banc, on retrouve une imposante collection d’anciens prospects cinq ou quatre étoiles qui ne dénoteraient pas comme titulaires dans n’importe quelle ligne du pays. Il faudra surtout surveiller LT Roy Hemsley, RT Chuma Edoga ou encore RG Jordan Simmons car ils devraient être titulaires dès 2017 et leur potentiel est monstrueux.

Enfin, le jeu au sol des Trojans devrait retrouver des couleurs. Clay Helton semble décidé à imposer une jeu physique basé sur la course, même si l’ancien quarterback et ex-coach des receveurs à USC Tee Martin, désormais coordinateur offensif, sera peut être plus enclin à passer par les airs. Il aurait cependant tort de ne pas s’appuyer sur le senior RB Justin Davis (902 yards, 7 TD en 2015), impressionnant lors du spring practice et probablement déterminé à tout donner pour sa dernière année. Ce dernier devrait partager l’essentiel des portées avec le phénoménal sophomore RB Ronald Jones (987 yards au sol, 8 TD en 2015), qui a battu le record de l’université Southern California du nombre de yards au sol réussis par freshman détenu jusque-là par… l’ancien vainqueur du trophée Heisman, Charles White. Rien que ça. Une future star qui pourrait exploser dès cette saison. RB Dominic Davis et RB Aca’Cedric Ware, tous deux sophomores, possèdent également un fort potentiel, surtout le premier qui a brillé pendant le spring practice.

DÉFENSE

Bonne nouvelle pour les Trojans, l’ancien coordinateur défensif Clancy Pendergast est de retour. Débauché de Cal par Lane Kiffin, sa seule saison à USC en 2013 fût la meilleure défensivement parlant depuis de longues années; l’ancien Golden Bear avait transformé une défense moyenne pour en faire la meilleure de Pac-12 et la 13e du pays. Steve Sarkisian s’en était cependant séparé pour amener avec lui Justin Wilcox, son DC à Washington, qui a provoqué l’ire des fans lors de ses deux saisons à USC. Finalement, Pendergast est de retour avec son schéma en 5-2 qui donne beaucoup plus de flexibilité à la défense et qui simplifie l’aspect tactique.

Dans les tranchées, trois joueurs : un NT capable de faire du dégât dans l’OL adverse et deux solides DT. Malheureusement, la DL des Trojans a été décimée en 2016 et a en plus perdu sur blessure son joueur le plus expérimenté, DT Kenny Bigelow, pour la saison. Ce sera peut-être le point faible de cette défense.

Toutefois, si cette escouade manque d’expérience, elle est pleine de potentiel. NT Noah Jefferson (23 plaquages en 2015) et NT Jacob Daniel seront en compétition pour le poste de titulaire mais le premier devrait s’imposer avec son physique de tronc d’arbre. À côté, Pendergast pourra compter sur DT Stevie Tu’ikolovatu (28 plaquages, 2 sack en 2015), transféré de Utah pour sa saison senior. Sans oublier l’ancien prospect cinq étoiles DT Rasheem Green (19 plaquages en 2015). La profondeur sera peut être un problème puisque la plupart des DL sont encore très jeunes, comme le sophomore DT Malik Dorton ou le redshirt freshman DT Christian Rector. C’est sans doute pourquoi DL Khaliel Rodgers est passé de guard et center en attaque à defensive lineman cette année.

Près de la ligne de scrimmage, à gauche et à droite de cette DL, Pendergast installera deux linebackers dont les capacités explosives en feront des pass rushers redoutables. Si le sophomore LB Porter Gustin (25 plaquages, 5.5 sacks en 2015) est assuré d’être titulaire au poste de Predator après une saison freshman à 5.5 sacks, la compétition est plus ouverte à l’opposé. Le titulaire pourrait être LB Osa Masina (25 plaquages en 2015), arrivé en grandes pompes l’an dernier sur le campus, le vétéran LB Jabari Ruffin (11 plaquages en 2015) qui n’a encore jamais réussi à percer à USC, le true freshman LB Oluwole Betiku ou encore le discret mais efficace LB Uchenna Nwosu (32 plaquages en 2015).

Pour compléter le front seven, derrière la ligne défensive, LB Cameron Smith (78 plaquages, 1 sack, 3 INTs en 2015) sera de retour après une saison freshman époustouflante, malheureusement écourtée sur blessure. Il devrait être le leader de cette défense. À ses côtés, le job est encore ouvert entre le prometteur LB John Houston, lui-aussi arrivé en 2015, les vétérans LB Michael Hutchings (13 plaquages en 2015) et LB Quinton Powell (12 plaquages en 2015) et le junior LB Olajuwon Tucker (40 plaquages, 2.5 sacks en 2015), qui avait montré de belles choses l’an dernier et pendant le spring practice.

À l’arrière, USC retournera tous ses titulaires, notamment le sensationnel CB Adoree’ Jackson (35 plaquages, 1 INT en 2015) pour ce qui devrait être sa dernière saison avant de se présenter à la draft. CB Iman Marshall (67 plaquages, 3 INTs en 2015), très solide pour sa saison freshman en 2015 malgré quelques rookie mistakes, devrait déchaîner tout son potentiel. CB Isaiah Langley (13 plaquages en 2015) et CB Jonathan Lockett (18 plaquages en 2015) seront également mis à contribution, de même que le true freshman CB Jack Jones, recrue cinq étoiles et sensation de l’été sur le campus. À ce groupe solide s’ajoute une escouade de safeties expérimentés, à commencer par son leader FS Chris Hawkins (70 plaquages, 2 INTs en 2015). Il sera épaulé par FS Leon McQuay (18 plaquages en 2015), mais également SS John Plattenburg (34 plaquages, 1 sack, 2 INTs en 2015) et SS Marvell Tell (36 plaquages en 2015), qui semblent tous deux en compétition pour le rôle de titulaire, bien que Clancy Pendergast semble préférer le second.

ÉQUIPES SPÉCIALES

Les Trojans ont perdu leur kicker, Alex Wood, qui a décidé de quitter la fac suite à son diplôme, mais on ne peut pas qualifier cette perte de préjudiciable tant il n’a pas brillé. Avec un modeste 13/17 aux field goals et 54/56 aux PAT, il n’était pas un élément décisif de cette équipe. Il sera remplacé par K Matt Boermeester qui a appris dans l’ombre l’an dernier. Il devrait être un joueur plus fiable dans l’exercice des FG. Nouveau punter également pour USC après le départ de Kris Albarado. Le rôle devrait se disputer entre l’Australien P Chris Tilbey et le walk-on P Reid Budrovich, bien qu’aucun ne sorte du lot à l’heure actuelle. Pour retourner les coups de pied, Clay Helton pourra à nouveau se reposer sur sa superstar KR/PR Adoree’ Jackson, auteur de deux touchdowns sur punt return en 2015, et sa doublure RB Justin Davis. Solide.

CALENDRIER

Le calendrier des Trojans est considéré comme le plus dantesque cette saison parmi tous les programmes du pays. Rien qu’au cours des quatre premiers matches, ils iront affronter le champion national en titre, Alabama, au AT&T Stadium d’Arlington, iront défier Stanford à Palo Alto et Utah à Salt Lake City. Un périple plus que compliqué, surtout avec un nouveau coaching staff et un nouveau quarterback. Si USC recevra à domicile les poids lourds Oregon et Notre Dame, l’équipe de Clay Helton se déplacera pour affronter Washington et UCLA. Ouch !

CONCLUSION

Il y a beaucoup trop d’incertitudes au sein de cette équipe pour l’imaginer déjà disputer les playoffs. Rien que parvenir au Pac-12 Championship Game sera un exploit tant le calendrier sera brutal. Cette saison sera sans doute celle de la transition pour USC, à moins que l’un des deux quarterbacks n’émerge complètement et que la ligne défensive ne retrouve des couleurs. Mais l’inexpérience de Clay Helton et Tee Martin seront peut être une épine dans le pied de cette équipe, surtout face à des opposants sans pitié. Heureusement, le retour de Clancy Pendergast fera certainement du bien à la défense. Si les Trojans peuvent se concentrer sur le football et laisser de côté leur cinéma à la Hollywood qui se déroule ces dernières années en dehors du terrain, ils auront déjà fait une belle progression.

Taulier du blog USC Trojans FR pendant quelques années, Loïc Baruteu aka Bartholomeo a rejoint définitivement l'équipe de The Blue Pennant en septembre 2013 après plusieurs collaborations fructueuses.

Cliquer pour commenter

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Preview 2017

Advertisement

Podcast

A la Une

A lire également - Preview