Suivez-nous sur

Preview

Preview 2016 : Stanford Cardinal

Mené par le candidat au trophée Heisman 2016, RB Christian McCaffrey, le Cardinal de Stanford tentera de remporter un 4ème titre de conférence Pac-12 en 5 ans.

Crédit photo : ROGER CHEN/The Stanford Daily

Preview 2016 : Stanford Cardinal

Stanford Cardinal
Conférence Pac-12 – Division North
En 2015 : 12-2, 8-1 Pac-12. Champion de la conférence Pac-12. Rose Bowl : victoire contre Iowa, 45-16.
Head coach : David Shaw, 6e année (54-14) – Résultats en carrière : 54-14.
Coordinateur offensif : Mike Bloomgren.
Coordinateur défensif : Lance Anderson.
Titulaires de retour : 5 en attaque, 5 en défense, kicker, punter.
Joueurs-clés partis : QB Kevin Hogan, RB Remound Wright, WR Devon Cajuste, TE Austin Hooper, LT Kyle Murphy, OG Joshua Garnett, DE Aziz Shittu, DE Brennan Scarlett, LB Blake Martinez, LB Kevin Anderson, FS Kodi Whitfield.
Joueurs à suivre : QB Keller Chryst, RB Christian McCaffrey, WR Trenton Irwin, OT Casey Tucker, OL Johnny Caspers, DE Solomon Thomas, LB Noor Davis, CB Quenton Meeks, FS Justin Reid.

La saison passée, le Cardinal a terminé sur les chapeaux de roues : le prodige de l’équipe RB Christian McCaffrey est passé tout près de remporter le Heisman Trophy et Stanford a assommé USC en finale de conférence puis Iowa au Rose Bowl.

Avec les piètres prestations de Michigan State et Oklahoma en playoffs, certains estimaient même que les Californiens auraient dû participer à la lutte finale pour le titre universitaire.

Quoi qu’il en soit, Stanford apparaît cette année comme l’un des grands favoris pour prétendre à sa propre succession comme champion de conférence Pac-12. Depuis son intronisation comme head coach après le départ de Jim Harbaugh en NFL, David Shaw n’a pas déçu et a perpétué la récente tradition du Cardinal de former d’excellents offensive linemen et de s’appuyer sur une défense féroce et brutale.

Au sein d’une conférence Pac-12 qui a déçu l’an passé, Stanford apparaît néanmoins comme l’épouvantail du groupe. Surtout avec son recrutement réussi ; classée 19e du pays dans ce domaine par Rivals, l’université de Palo Alto attire des prospects de tout le pays du fait du prestige académique. Mais avec la profondeur de son effectif actuel, il semble peu probable qu’un des nouveaux arrivants ne dispose d’une occasion de prendre de l’envergure au sein de l’équipe.

ATTAQUE

Malgré le départ préjudiciable de Kevin Hogan pour la NFL, la véritable star offensive du Cardinal est toujours là. RB Christian McCaffrey (2019 yards au sol, 8 TD et 45 réceptions, 645 yards, 5 TD en 2015) est démoniaque, capable de marquer au sol, à la réception ou même sur retour de coups de pied comme il l’a prouvé au Rose Bowl. Pour beaucoup, il est même le meilleur joueur au niveau national et il devrait encore progresser pour sa saison junior. Il sera épaulé par RB Bryce Love (225 yards au sol, 2 TD en 2015) et RB Cameron Scarlett, deux jeunes éléments prometteurs.

Au poste de quarterback, la compétition est encore ouverte entre QB Keller Chryst et QB Ryan Burns. Fils du coordinateur offensif des 49ers et neveu du coach de Wisconsin, Chryst semble cependant le mieux placé pour prendre la suite de Kevin Hogan, surtout qu’il a grappillé quelques séquences de jeu en 2015. Pour l’heure, ni l’un ni l’autre n’a fait la différence au cours des spring practices mais David Shaw devrait rapidement prendre une décision pour que le reste de l’équipe s’habitue à son nouveau chef d’orchestre avant d’aborder la saison.

L’autre grosse interrogation en attaque, c’est la ligne offensive. Avec trois nouveaux titulaires et le passage de OT Casey Tucker de droite à gauche, les automatismes ne seront peut être pas évidents dès les premières rencontres. Heureusement, le talent est là. Pour remplacer son guard All-American Joshua Garnett, son left tackle All-Pac-12 Kyle Murphy et Graham Shuler, David Shaw pourra compter sur les vétéran RT David Bright, OG Brandon Fanaika et C Jesse Burkett, ainsi que le prometteur OG Nick Wilson, bien qu’aucun d’eux n’ait encore débuté un match en carrière.

Dans le domaine aérien, la perte de WR Devon Cajuste devrait être compensée par la montée en puissance de WR Trenton Irwin (12 réceptions, 150 yards en 2015), l’expérience de WR Francis Owusu (13 réceptions, 175 yards, 1 TD en 2015) et l’émergence de WR Isaiah Brandt-Sims. En revanche, il sera beaucoup plus difficile de remplacer l’imposante présence du tight end Austin Hooper, désormais en NFL. TE Dalton Schultz (10 réceptions, 121 yards, 1 TD en 2015), TE Greg Taboada et le true freshman TE Kaden Smith devraient se partager le ballon dans un schéma offensif du Cardinal qui s’appuie traditionnellement sur ses tight ends.

DÉFENSE

Pierre angulaire de la défense du Cardinal, la ligne défensive est quasiment décimée. Heureusement, David Shaw pourra s’appuyer sur DE Solomon Thomas, probablement un futur choix de premier tour NFL, ancienne recrue quatre étoiles, qui a tout de même compilé 10,5 TFL et 3,5 sacks en 2015. Il sera le leader de la defensive line. À ses côtés, l’ancien tight-end, DE Luke Kaumatule, fera son retour après avoir manqué la saison passée. Derrière, beaucoup d’inexpérience : le senior DT Jordan Watkins n’a joué que trois matches en carrière et le reste du groupe n’a encore jamais foulé le terrain.

Le son de cloche est totalement différent chez les linebackers avec une escouade très expérimentée. LB Joey Alfieri (39 plaquages, 7.5 pour perte, 3.5 sacks en 2015) et LB Peter Kalambayi (52 plaquages, 5.5 pour perte en 2015) seront de retour, comme LB Noor Davis (11 plaquages en 2015), dont la saison 2015 avait été écourtée sur blessure. Ce dernier pourrait devenir le leader d’un groupe orphelin de Blake Martinez. Derrière ces trois-là, on compte six éléments qui ont joué au moins la moitié des matches l’an dernier. De quoi rassurer les fans inquiets pour leur ligne défensive friable.

La secondary a subi quelques pertes avec les départs du titulaire Kodi Whitfield et du capitaine Ronnie Harris mais elle devrait s’en remettre, notamment parce que FS Zach Hoffpauir et FS Justin Reid (21 plaquages, 1 interception en 2015) pourront assurer la transition. SS Dallas Lloyd (56 plaquages, 1 interception en 2015), auteur d’une interception, deux passes déviées et un fumble forcé en 2015, sera le leader de la secondary avec CB Quenton Meeks (35 plaquages, 3 interceptions en 2015), le nickelback du Cardinal qui a intercepté trois passes l’an dernier. SS Ben Edwards (10 plaquages en 2015), SS Brandon Simmons (8 plaquages en 2015), CB Alijah Holder (37 plaquages, 1 interception en 2015), CB Alameen Murphy (44 plaquages en 2015) et CB Terrence Alexander (30 plaquages en 2015) sont autant de joueurs qui sauront également apporter une forte contribution.

En résumé, si la ligne défensive de Stanford peut s’avérer le point faible de cette équipe du fait de son manque de profondeur, c’était déjà le cas l’an dernier et l’équipe en a peu souffert. Avec une escouade de linebackers monstrueuse, probablement la meilleure de Pac-12 en terme de maturité, renforcée par la recrue cinq étoiles LB Curtis Robinson, et une secondary blindée, le Cardinal devrait à nouveau faire le malheurs des attaques adverses.

ÉQUIPES SPÉCIALES

L’un des points forts de l’équipe. K Conrad Ukropina est l’un des meilleurs kickers du pays, avec un pourcentage de conversion d’environ 90% en 2015. Le senior ne devrait pas trembler cette année, sauf blessure malencontreuse. P Alex Robinson est également un cador des special teams avec 13 punts dans les vingt derniers yards sur 38 tentatives. Derrière, le sophomore K/P Jake Bailey peut aussi assurer les punts et se partage les kickoffs avec Ukropina. Pour retourner les coups de pied, l’omniprésent Christian McCaffrey sera là encore mis à contribution. En 2015, il avait marqué sur retour de punt et de kickoff.

CALENDRIER

Si Stanford a programmé deux cupcakes avec Kansas State en ouverture et Rice en clôture, le déplacement à Notre Dame en milieu de saison sera forcément très compliqué. Tout comme le premier match de conférence contre USC et les visites du Cardinal à Washington, Oregon et UCLA, même si les champions de Pac-12 jouent presque à domicile au Rose Bowl Stadium désormais.

CONCLUSION

Stanford est une équipe rugueuse, dure au mal, qui ne s’appuie pas forcément sur un jeu offensif spectaculaire. Depuis ses débuts, coach David Shaw s’appuie sur une attaque traditionnelle mais explosive pour faire tourner l’horloge et inscrire des points. Il se repose également sur une défense intraitable et disciplinée pour conserver l’avantage. Malgré l’intronisation d’un nouveau quarterback aux commandes, la présence écrasante du junior RB Christian McCaffrey devrait assurer le spectacle. Défensivement, si la ligne s’avère solide, le reste devrait suivre. Malgré tout, le calendrier compliqué ne jouera pas en faveur du Cardinal. Le talent et l’expérience sont là après une saison 2015 magnifique et Stanford pourrait enfin se mêler à la lutte pour le titre universitaire en 2016.

Taulier du blog USC Trojans FR pendant quelques années, Loïc Baruteu aka Bartholomeo a rejoint définitivement l'équipe de The Blue Pennant en septembre 2013 après plusieurs collaborations fructueuses.

Cliquer pour commenter

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Preview 2017

Advertisement

Podcast

A la Une

A lire également - Preview