Suivez-nous

NFL Draft

DE Scott Crichton quitte Oregon State pour la NFL

Le junior DE Scott Crichton ne fera pas son retour avec les Beavers de Oregon State la saison prochaine puisqu’il se présentera à la draft NFL 2014.

Publié

le

Le junior DE Scott Crichton ne fera pas son retour avec les Beavers de Oregon State la saison prochaine puisqu’il se présentera à la draft NFL 2014.

Il renonce donc à sa dernière année d’éligibilité au niveau universitaire.

DE Scott Crichton a réussi 7.5 sacks en 2013. Il a notamment forcé un fumble décisif lors de la victoire de Oregon State contre Boise State à l’Hawaii Bowl.

Après WR Brandin Cooks il y a quelques jours, il s’agit du 2ème Beaver à annoncer son départ du campus de Corvallis (Oregon).

Il est considéré comme un futur 2ème ou 3ème tour de draft NFL.

Fondateur et rédacteur en chef de The Blue Pennant, Morgan Lagrée couvre le College Football depuis plus de 10 ans. En 2016, Morgan fût le premier reporter à couvrir le CFP National Championship Game pour un média francophone. Il co-anime le podcast TBP. Expert NFL et NBA. Grand amateur de la NHL. Fan ultime des Red Sox de Boston (MLB). Ancien étudiant de l'université McGill. #Redmen4Life

Publicité
Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NFL Draft

NFL Star Academy – Week 1

Chaque semaine, Loïc Baruteu fait le tour de l’actualité de la draft NFL 2020 : les news, conseil de classe, speed dating, etc… on se croirait à la Star Ac’ !
Vous saurez tout sur les futures stars du dimanche.

Publié

le

Ça y est, c’est la rentrée des classes. Les joueurs universitaires ont leur petit cartable sur les épaules, les trousses sont bien remplies et surtout les casques sont déjà éraflés et les pelouses ravagées. Certains font leur dernière rentrée, avec un objectif à la clé : un CDD dans la plus prestigieuse ligue sportive nord-américaine. On va continuer de se poser pas mal la question jusqu’à ce que les Miami Dolphins choisissent leur gars sûr avec le premier choix 2020 : mais qui aura le plus gros contrat ?

Fil d’actu’

Terrible nouvelle pour C Nick Harris (Washington), leader de l’OL des Huskies depuis 2018, qui pourrait manquer l’intégralité de sa dernière saison à la fac. Ou manquer seulement quelques matches. Pour l’instant, on sait pas trop (surtout que le Seattle Times est payant) mais le joueur s’est blessé face à Eastern Washington et ça semblait plutôt sérieux. Sérieux au point de faire peur aux scouts ? On attend la comm’ officielle.

Même chose pour OT Walker Little (Stanford), left tackle de Stanford depuis trois ans, et blessé dans le premier match face à Northwestern. Le joueur du Cardinal était tout de même bien bousculé par DE Dan Graziano (Northwestern), qui commence à se faire une réputation parmi les scouts, avant de sortir du match en se tenant le genou. Une grave blessure pourrait faire chuter Little du premier tour. On attend encore le verdict de la part de Stanford.

Le site WalterFootball.com, qui est une véritable encyclopédie du football au design de l’époque d’Encarta, a complètement affiché ses confrères en les notant sur la véracité des rumeurs qu’ils lancent. On apprend donc que Matt Miller de Bleacher Report est plutôt naze et pas très fiable avec trois rumeurs dans le vide en 2019 et 17 depuis 2013. Taille patron, Adam Schefter de NFL Network est en haut du classement, derrière Charlie Campbell de… WalterFootball.com. #publireportage

On va suivre un peu les aventures de QB Tua Tagovailoa (Alabama), QB Justin Herbert (Oregon) et QB Jalen Hurts (Oklahoma) parce que l’un des trois pourrait bien être le premier choix l’an prochain. Tagovailoa et Hurts ont assuré comme il faut pour leur entrée en scène mais Herbert s’est un peu viandé, avec une défaite des Ducks contre Auburn et un statut de contender national qui n’a plus de sens. Il s’est même fait voler la vedette par QB Bo Nix (Auburn), un true freshman. Il s’agirait de faire mieux.

Si la draft se déroulait ce soir, les New England Patriots auraient donc 12 choix au total.

QB Shea Patterson, Michigan – Crédit photo : USA Today Sports

Conseil de classe

QB Shea Patterson, Michigan
vs Middle Tennessee – 17/29 (58.6%), 203 yds, 3 TD.
Michigan a gagné mais Shea s’est quand même un peu planté. Son gros problème, c’est la précision. Et ça ne s’améliore pas, face à une opposition faiblarde (Middle Tennessee State) et avec quand même l’un des meilleurs trios de receveurs du pays. Il y a des gars de programmes bien plus modestes qui font bien mieux avec moins de moyens. Pendant ce temps, Dylan McCaffrey ronge son frein sur le banc en attendant une opportunité, qui pourrait arriver si ça continue. Autant dire que Shea n’aurait pas beaucoup de chances d’être sélectionné à la draft si ça tourne comme ça.
Résultat : bonnet d’âne.

CB Paulson Adebo, Stanford
vs Northwestern – 5 tackles, 2 BrUp, 1 int.
C’est pas comme si on n’était pas prévenu mais Paulson n’a pas attendu longtemps avant de montrer qu’il est peut être le meilleur cornerback de cette classe et qu’il mérite une place dans le top 15. Hyper agressif, le joueur du Cardinal, qui avait enregistré 20 passes déviées en 2018, est reparti sur les mêmes bases, avec un récital parfait en couverture aérienne et une interception plongeante de toute beauté.
Résultat : doit vite sauter une classe pour poursuivre sa progression.

WR Antonio Gandy-Golden, Liberty
vs Syracuse – 6 rec, 119 yds.
Belle ligne de stats pour Antonio face à Syracuse, alors qu’il a passé la journée muselé par un, deux voire trois défenseurs. L’immense receveur est un joueur talentueux au physique impressionnant au sein d’une classe de receveurs au petit gabarit. De quoi faire son trou si les performances suivent, surtout face aux grands programmes comme Syracuse. Le Senior Bowl, s’il est invité, et le Combine seront déterminants pour le joueur, pas forcément très exposé au regard des scouts sur le modeste campus de Liberty.
Résultat : encouragements, doit faire ses preuves aux examens.

LB Troy Dye, Oregon
vs Auburn – 15 tackles.
On se demandait un peu avant la saison si Troy allait être considéré par les scouts comme un three-down linebacker dispo sur tous les types de défense mais il a tellement pris la misère en couverture de passe que les ambitions pourraient bien être revues à la baisse. Il va falloir faire bien mieux que ça à l’avenir ou le Duck va chuter très loin dans la draft.
Résultat : bof.

QB Kellen Mond, Texas A&M
vs Texas State – 19/27 (70.4%), 194 yds, 3 TD, 1 int.
Alors, d’après des « sources », Kellen serait bien intéressé de s’inscrire à la draft en 2020, parce que lui les études c’est pas son truc et puis tant qu’à jouer au foot, autant être payé. C’est pas comme s’il jouait chez un potentiel champion national, en plus. Quoi qu’il en soit, le jeune quarterback a les qualités pour plaire en NFL et sa belle perf’ pour commencer la saison a ravivé l’intérêt des scouts. Premier choix l’an prochain ?
Résultat : en progression constante depuis l’an dernier, les efforts paieront, dans les deux sens du terme.

DE Yetur Gross-Matos (Penn State)
vs Idaho – 3 tackles, 2.5 TFL, 2.5 sacks.
Suspendu cet été du programme de football pour des raisons toujours inconnues, Yetur avait visiblement des choses à se faire pardonner face à Idaho avec déjà 2.5 sacks pour ouvrir le bal. Dans la rotation comme true freshman en 2017, titulaire depuis 2018, le joueur sélectionné dans la All-Big Ten l’an dernier possède les qualités physiques et le pedigree nécessaires pour évoluer en NFL. Malgré sa mystérieuse suspension, Yetur est très apprécié des coaches et de ses coéquipiers, et ça peut faire la différence avec ses concurrents le soir de la draft.
Résultat : turbulent mais élève appliqué.

DL Javon Kinlaw, South Carolina (#3) – Crédit photo : Travis Bell

Speed Dating

DT Javon Kinlaw, South Carolina
Classe : SR
Taille : 2m01 au garrot.
Poids : le mec a reçu le Nutrition Award en 2017 à South Carolina.
Signe astrologique : la vachette d’
Intervilles.

Peut être qu’Hollywood s’attardera un jour sur le parcours de Javon Kinlaw, ce gamin qui a grandi dans la pauvreté, en difficulté à l’école, avant de trouver sa voie dans le football. Contraint de passer par le junior college après le high school pour obtenir les notes nécessaires à son intégration à South Carolina, il fait depuis les beaux jours des Gamecocks. Considéré comme l’un des prospects les plus sous-évalués, il a déjà commencé la saison avec un sack contre North Carolina dans la défaite des siens. Père depuis cette année, Javon a de grandes chances de continuer son incroyable épopée jusqu’en NFL. Revanche sur la vie, bientôt en salles.

Programme

Syracuse @ Maryland, College Park (MD)
Le samedi 7 septembre à 18h (GMT+1)
Syracuse sort d’une énorme saison et espère bien reproduire cette perf’ avec DE Alton Robinson et DT McKinley Williams à la barre en défense. Robinson pourrait même être appelé dès les premiers tours. Leur opposition face à RB Anthony McFarland, redshirt sophomore mais potentiellement le meilleur Terrapin à s’inscrire à la draft depuis plusieurs années, sera forcément révélatrice. Attention à la secondary de Maryland, avec CB Tino Ellis et DB Antoine Brooks, tous deux seniors et décidés à se mettre en évidence.

Texas A&M @ Clemson, Clemson (SC)
Le samedi 7 septembre à 21h30 (GMT+1)
QB Kellen Mond et WR Kendrick Rogers en têtes d’affiche face à la défense championne du monde de Clemson, menée par le polyvalent LB/S Isaiah Simmons. Le gars est partout, en permanence, avec des stats folles et une réputation qui pourrait lui valoir d’être invité à la draft par la NFL pour la première soirée. Et puis il y a évidemment WR Tee Higgins et RB Travis Etienne, l’un des meilleurs coureurs du pays, qui fera peut être moins le malin face à DT Justin Madubuike, tenu en haute estime par les scouts.

LSU @ Texas, Austin (TX)
Le dimanche 8 septembre à 1h30 (GMT+1)
Du beau linge. On commence par qui ? Texas ? Alors on suivra forcément la saison de QB Sam Ehlinger qui pourrait émerger dans les premiers tours, mais aussi OT Samuel Cosmi, right tackle en 2018 et left tackle désormais, très apprécié des scouts, ainsi que WR Collin Johnson. OG Parker Braun pourrait bien faire du bruit également, débarqué cet été de Georgia Tech. Du côté de LSU, on verra SS Grant Delpit, le meilleur safety du monde libre, et CB Kristian Fulton qui voudrait bien se mettre en évidence pour sa toute dernière saison si les pépins physiques l’épargnent enfin.

Cal @ Washington, Seattle (WA)
Le dimanche 8 septembre à 4h30 (GMT+1)
Grosse affiche inter-division entre Cal, habitué des upsets en Pac-12, et Washington, déjà couronné dans les esprits. La fringante défense des Golden Bears, avec LB Evan Weaver et FS Ashtyn Davis à la barre. Weaver n’est pas le linebacker athlétique qu’attendent les franchises NFL mais il est productif et pourrait trouver une place à la draft. Malgré l’absence de C Nick Harris, les Huskies pourront compter sur LT Trey Adams, sur les tablettes des scouts depuis plus d’un an déjà et probable futur choix de premier tour. Sans oublier l’inévitable QB Jacob Eason qui pourrait éventuellement s’inscrire à la draft s’il continue sur sa lancée du premier match.

Stanford @ USC, Los Angeles (CA)
Le dimanche 8 septembre à 4h30 (GMT+1)
S’il joue, QB KJ Costello pourrait faire tourner le match à la déroute face à la jeune secondary de USC, assisté de TE Colby Parkinson. C’est pourquoi DE Christian Rector et LB John Houston, tous deux seniors, devront mettre une pression maximale dans le backfield adverse. De l’autre côté, CB Paulson Adebo, peut être le meilleur cornerback de cette classe, sera chargé de couvrir l’immense WR Michael Pittman, éclipsé pour son premier match.

QB Sam Howell, North Carolina (#7) – Crédit photo : Jeremy Brevard-USA TODAY Sports

The Future is Today

On va parler uniquement de quarterback freshmen qui ont mis le feu en Week 1 parce qu’ils sont nombreux. Il y a déjà QB Box Nix (Auburn), qui a ravagé la défense aérienne d’Oregon pour aller chercher une victoire sensationnelle face à des Ducks déjà à moitié annoncés en playoffs. Bo a pris son temps quand il fallait, accéléré le jeu si besoin était et les Tigers se sont imposés face à l’un de leurs plus redoutables adversaires de l’année.

À North Carolina, désormais conduit par le célèbre Mack Brown depuis l’hiver dernier, QB Sam Howell a été magistral face à South Carolina, un adversaire supposément robuste. Effectivement, sans une énorme performance du freshman, les choses auraient probablement tourné différemment. QB Hank Bachmeier (Boise State) a remis Boise sur la carte avec une victoire à Florida State. Le gamin quatre étoiles aurait pu jouer pour une grosse écurie, attendre sur le banc en attendant sa chance, mais il était pressé et il redonne aujourd’hui l’espoir à une fanbase qui se languit du top 25.

Enfin, moins sexy, QB Carson Strong (Nevada) et QB Sean Chambers (Wyoming) ont également réalisé des débuts en fanfare, victorieux respectivement face à Purdue et Missouri pour deux des plus gros upsets de cette première partie de saison.

Pendant ce temps à Lalaland, il n’y avait jamais eu de quarterback true freshman titulaire en ouverture de la saison pour les Trojans jusqu’à Matt Barkley il y a une dizaine d’années, puis QB JT Daniels (USC) en 2018 et désormais QB Kedon Slovis (USC). JT out pour la saison, Kedon sera donc chargé de sauver la tête de Clay Helton, avec un calendrier monstrueux en face. Bonne chance.

Graines de Millionnaires

La NFL reprend. Pour de vrai. Parce que les matches de pré-saison, c’est quand même pas terrible. Donc on va attendre un peu avant de juger les rookies.

Il y a quand même LB Devin Bush (Michigan/Pittsburgh) qui sera fortement mis à contribution puisque son boulot sera tout simplement de remplacer Ryan Shazier, l’homme à tout faire et le patron de la défense des Steelers. Avec des débuts face aux Patriots, champions régnants en NFL, où l’on suivra aussi LB Chase Winovich (Michigan/New England), ancien équipier de Bush et surtout nouveau bijou de Bill Belichick récupéré par magie au troisième tour.

On s’attend aussi à une grosse perf’ de DE Brian Burns (Florida/Carolina), face aux LA Rams, perdants du dernier Super Bowl, qui sera chargé cette année de donner un coup de pouce au pass rush affreux des Panthers. Enfin, WR Mecole Hardman (Georgia/Kansas City) pourrait bien piquer la place de Sammy Watkins chez les Chiefs, s’il confirme son potentiel. Et ça commence face aux Jaguars. Pour le reste, on en cause la semaine prochaine.

Lire la suite

NFL Draft

NFL Star Academy – Week 0

Chaque semaine, Loïc Baruteu fait le tour de l’actualité de la draft NFL 2020 : les news, conseil de classe, speed dating, etc… on se croirait à la Star Ac’ !
Vous saurez tout sur les futures stars du dimanche.

Publié

le

Ça commence à sentir bon le tailgate. Ouais, la saison reprend. On va se remettre au suivi des prospects NFL, ceux qui ont tout à prouver cette année, qui auront peut être un peu plus que les autres l’envie de gagner. On va sonder Internet, regarder quelques matches quand même et jouer au scout pro. Ça devrait nous occuper jusqu’à la Draft NFL.

Fil d’actu’

La draft, c’est pas comme Kevin Costner qui décide cinq minutes avant son pick quel gugusse il va sélectionner, ça se prépare en amont, pendant des mois. À la rue en NFL avant même le début des hostilités, les Miami Dolphins se sont dit qu’ils allaient prendre un peu d’avance sur tout le monde puisqu’ils ont déjà prévu de tanker, donc de viser le first pick. Qu’ils auraient probablement eu de toutes façons. La moitié de l’équipe est déjà sur trade block mais l’objectif semble clairement de trouver un vrai franchise quarterback, avec QB Tua Tagovailoa (Alabama) et QB Justin Herbert (Oregon) au programme dans le top 5. Ou un troisième QB d’Oklahoma sélectionné en première position sur trois drafts consécutives ? Coucou QB Jalen Hurts (Oklahoma).

C’est une bien triste nouvelle d’apprendre qu’Andrew Luck a pris sa retraite sportive alors qu’il se bat avec les blessures et les rééducations depuis plusieurs années. L’ancien quarterback de Stanford, numéro un de la draft en 2012, devait à l’époque remplacer Peyton Manning à la tête des Indianapolis Colts. Il n’aura pas eu la carrière pro qu’il méritait et la franchise de l’Indiana va désormais se lancer dans la traditionnelle course au franchise QB dès la prochaine draft.

La plupart des mocks draft qu’on trouve à l’heure actuelle, parce que oui les prévisions ont déjà commencé, désignent QB Tua Tagovailoa (Alabama) comme numéro un en 2020. Aux Dolphins, du coup. En numéro deux, certains envoient ensuite QB Justin Herbert (Oregon) à… Las Vegas, chez les Raiders, qui déménagent dans le Nevada l’été prochain. Bon plan EVJF.

Jabari Zuniga, Florida

Jabari Zuniga, Florida (#92) – Crédit Photo : Getty Images

Conseil de classe

DE Jabari Zuniga, Florida
vs Miami (FL) – 6 plaquages, 3 pour perte, 1.5 sack.
Le pass rush de Florida donc gagné le match face aux Hurricanes, avec dix sacks, deux fumbles forcés pour un récupéré et cinq QB hurries. Jabari y a pas mal contribué, avec son hyperactivité. Le gamin est déjà taillé comme un DE pro et ses qualités de puissance et d’explosivité en font un prospect de choix pour la prochaine draft. Les scouts seront vigilants cette année quant à la progression du joueur dans le pass rush après une saison 2018 à 6.5 sacks. Après un match, c’est déjà encourageant.
Résultat : participe bien en classe, doit continuer ses efforts. Encouragements.

QB Jalen Hurts, Oklahoma
Jalen a à peine posé un pied sur le terrain en match officiel avec la tunique des Sooners qu’on lui reproche déjà d’avoir fui, honteux, exilé d’une équipe qu’il avait en main avant de se la faire taxer par un gamin, Tua Tagovailoa. Malgré sa grande expérience, il n’est pas au plus haut dans les classements de top prospects pour cette draft, devancé par Justin Herbert, Tagovailoa (encore lui) et même Jake Fromm. À moins d’une saison canon comme Kyler Murray à Oklahoma l’an dernier ?
Résultat : Jalen doit mettre ses qualités individuelles au service de ses camarades. Doit faire ses preuves.

OT Andrew Thomas, Georgia
Il se pourrait bien qu’Andrew se révèle comme le meilleur joueur de toute sa classe. Titulaire comme true freshman à droite avec Georgia, il s’est depuis attribué au mérite le poste prépondérant de left tackle et sort d’une saison 2018 monstrueuse où il a aussi bien assuré à fond dans le jeu de course et dans la protection de passe. Tous les voyants sont au vert et la NFL attend de pied ferme le jeune lineman aux caractéristiques déjà en phase avec les critères pro.
Résultat : Félicitations du jury. Pour l’instant.

DE AJ Epenesa, Iowa
L’an dernier, AJ était remplaçant. Pour la deuxième année consécutive, après avoir pas mal joué comme true freshman. L’an dernier, AJ a totalisé 10.5 sacks. Comme remplaçant. Cette saison, il a le champ libre après les départs de titulaires et surtout son potentiel va avoir l’occasion d’exploser. C’est sa progression en 2019 que les scouts NFL vont suivre de près, avec des pass rushers toujours plus plébiscités à la draft.
Résultat : ABS

OT Walker Little, Stanford
Même s’il est l’un des meilleurs joueurs de ligne de Pac-12 à gauche, Walker manque peut être un peu d’explosivité pour se mesurer régulièrement aux pass rushers NFL et pourrait bien être envisagé comme guard chez les pros. Le genre de truc qui peut faire perdre pas mal de places dans les prévisions de draft. Le pilier de l’OL du Cardinal, recrue cinq étoiles à son arrivée à Palo Alto, a toute une saison pour prouver qu’il peut faire preuve de réactivité face aux speed rushers.
Résultat : doit arrêter de regarder par la fenêtre et se concentrer.

Logan Stenberg, Kentucky (#71) – Crédit photo : Daniel Dunn/Icon Sportswire via Getty Images

Speed Dating

OG Logan Stenberg, Kentucky
Classe : SR
Taille : Mark Stoops x 1,5 environ.
Poids : un tout petit peu plus que Mark Stoops.
Signe astrologique : un monospace Renault des années 2000. Carré, robuste.

Que nous apprend la fiche du left guard de Kentucky sur son site ? Logan a grandi en Alabama, son film préf’ est donc Forrest Gump et son surnom est « Stenny ». La vie est comme une boîte de chocolats et Logan a décidé de tout becter : titulaire depuis sa saison sophomore, il est l’un des joueurs les plus disciplinés et les plus efficaces d’une ligne qui a permis au coureur Benny Snell de battre plusieurs records des Wildcats, et il a été nommé deux fois SEC Academic. Un esprit sain dans un gigantesque corps sain, qui devrait trouver une place au chaud en NFL en 2020.

Programme

Duke @ Alabama, Atlanta (GA)
Le samedi 31 août à 21h30 (GMT+1)
Interdit aux mineurs tellement la fac de Durham devrait se faire passer à tabac mais on suivra plusieurs gars des deux côtés. Chez les Blue Devils, CB Mark Gilbert est de retour après une saison blanche sur blessure, avec RB Deon Jackson prêt à assumer les fonctions de leader offensif depuis le départ de Daniel Jones pour la NFL. Chez le Tide, comme d’hab on surveillera la moitié de l’équipe, en particulier QB Tua Tagovailoa, WR Jerry Jeudy et DL Raekwon Davis, trois potentiels choix de premier tour. Sans oublier le junior LB Dylan Moses et WR Henry Ruggs, et beaucoup d’autres.

Boise State vs Florida State, Jacksonville (FL)
Le dimanche 1er septembre à 1h (GMT+1)
Fausse rencontre en terrain neutre alors que les Seminoles se déplacent pas loin de chez eux quand les Broncos traversent tout le pays. L’occasion de voir DE Curtis Weaver, l’un des meilleurs pass rushers de Mountain West, et OT Ezra Cleveland, left tackle monstrueux, avant d’entendre certainement leur nom à la draft, et sans doute dans les trois premiers tours. RB Cam Akers, WR Tamorrion Terry et DT Marvin Wilson seront les attractions principales du côté de Florida State pour les scouts, avec le dernier en bonne position pour le premier tour.

Northwestern @ Stanford, Palo Alto (CA)
Le samedi 31 août à 22h (GMT+1)
CB Paulson Adebo est attendu comme l’un des meilleurs cornerbacks de cette classe et il sera étudié sous toutes les coutures tout au long de la saison. Stanford possède également quelques prospects talentueux en attaque, à commencer par OT Walker Little, aussi à l’aise pour bloquer dans le jeu aérien et dans le jeu au sol. Le tandem QB KJ Costello et TE Colby Parkinson pourrait faire du bruit alors que le quarterback devrait se reposer sur son tight end à la suite de nombreux départs chez les receveurs. À Northwestern, il n’y a qu’une seule véritable star, LB Paddy Fisher et ses 227 tackles en carrière.

Auburn vs Oregon, Arlington (TX)
Le dimanche 1er septembre à 1h30 (GMT+1)
Évidemment, on attend QB Justin Herbert au tournant après sa décision de rester un an de plus à la fac. Le leader des Ducks sera bien protégé derrière OL Calvin Throckmorton, capable de jouer à l’intérieur ou à l’extérieur, sans oublier son pendant en défense, LB Troy Dye, patron au milieu. Auburn est blindé en prospects avec DT Derrick Brown et LT Prince Tega Wanogho, deux choix possibles au premier tour, mais aussi DE Nick Coe, OG Marquel Harrell, DT Marlon Davidson et CB Javaris Davis, tous prétendants à un billet pour la NFL et donc décidés à en découdre.

Derek Stingley, LSU – Crédit photo : Chris Parent

The Future is Today

À peine un an de fac derrière lui et RB Pooka Williams (SO) nous rejoue un épisode des Sous-doués à Kansas. Dans la lignée d’un sale trend initié par des running backs NFL, le gamin s’est essayé à la violence domestique et s’est donc mangé sept mois de suspension de toute activité sportive. Kansas s’est quand même bien démerdé pour que ça ne fasse manquer qu’un seul match cette saison au virevoltant running back, sur les radars des scouts pros après une saison freshman incroyable.

Terrible nouvelle pour Texas A&M qui comptait énormément sur sa recrue phare TE Baylor Cupp (FR), prospect cinq étoiles et meilleur tight end de cette classe, alors que le joueur s’est pété la jambe. Il faudra donc attendre probablement un an avant de voir jouer celui qui est comparé au triple vainqueur du Super Bowl Rob Gronkowski.

LSU compte également beaucoup sur l’une de ses recrues, en l’occurence CB Derek Stingley (FR). Le true freshman est attendu comme titulaire dès l’ouverture de la saison pour remplacer Greedy Williams (Cleveland Browns), qu’il n’aura pas connu. Le défi est de taille mais la hype est énorme autour de Stingley, qui sera heureusement épaulé par le vétéran CB Kristian Fulton (SR), candidat au premier tour de la draft dès 2020 si les blessures l’épargnent.

On s’attend à la saison de la confirmation pour LB Palaie Gaoteote (SO) du côté de Los Angeles, alors que USC espère remplacer plusieurs départs majeurs en défense. Titulaire en ILB l’an passé en l’absence de Cameron Smith (Minnesota Vikings), le jeune linebacker sera plutôt aligné à l’extérieur cette année pour le laisser se concentrer sur le ballon et déléguer les tâches de field general aux vétérans, principalement LB John Houston (SR) qui espère marquer des points auprès des scouts cette année.

Graines de Millionaires

Comme d’hab, du beau linge en NFL cette année en provenance directe des bancs universitaires. Surtout en défense, un secteur plébiscité par les franchises au premier tour. D’ailleurs, LB Devin Bush (Michigan/Pittsburgh) est déjà l’un des favoris pour le titre de Defensive Rookie of the Year. LB Devin White (LSU/Tampa Bay) est déjà titulaire au sein de la défense des Bucs et LB Brian Burns a mis le feu aux Panthers avec deux sacks en dix snaps de pré-saison. DT Christian Wilkins (Clemson/Miami) et DT Quinnen Williams (Alabama/NY Jets) ont déjà marqué des gros points depuis le début des matches d’entraînement alors que SS Taylor Rapp (Washington/LA Rams) a été aligné comme linebacker ou nickelback en préparation.

Coup dur déjà pour WR DK Metcalf (Mississippi/Seattle), déjà diagnostiqué blessé pour la saison et prêt à passer sur le billard. On suivra surtout l’évolution d’une classe de quarterbacks fournie, avec un QB Dwayne Haskins (Ohio State/Washington) en difficulté en pré-saison, là où QB Daniel Jones (Duke/NY Giants) et QB Ryan Finley (NC State/Cincinnati) ont brillé, même si ces deux-là devront se contenter de la sideline pour le moment. Le numéro un de la draft QB Kyler Murray (Oklahoma/Arizona) sera forcément scruté, mal abrité derrière une OL poreuse avec un head coach rookie.

Lire la suite

NFL Draft

La SEC domine encore la soirée d’ouverture de la draft NFL

Avec 10 anciens joueurs draftés jeudi 26 avril, la conférence SEC a encore été la plus représentée lors du 1er tour de la draft NFL 2018.

Publié

le

Comme l’an passé, la conférence SEC s’est montrée dominante à l’occasion de la première journée de la draft NFL 2018 avec un total de 10 anciens joueurs sélectionnés au 1er tour.

Certes, la conférence SEC n’a pas fait aussi bien que l’an dernier (12 anciens joueurs draftés au 1er tour en 2017) mais la conférence du sud des États-Unis a de nouveau été la plus représentée lors du 1er tour devant la conférence ACC qui a vu 6 de ses anciens joueurs sélectionnés, jeudi 26 avril.

Sept de ces dix joueurs sélectionnés ont participé au dernier National Championship Game disputé entre Alabama (4 joueurs) et Georgia (3 joueurs).

Voici la liste complète des joueurs de la SEC draftés hier soir :

Pick Joueur Équipe Université
8 ILB Roquan Smith Chicago Bears Georgia
11 CB/S Minkah Fitzpatrick Miami Dolphins Alabama
13 DL Da’Ron Payne Washington Redskins Alabama
20 C Frank Ragnow Detroit Lions Arkansas
22 LB Rashaan Evans Tennessee Titans Alabama
23 OL Isaiah Wynn New England Patriots Georgia
25 TE Hayden Hurst Baltimore Ravens South Carolina
26 WR Calvin Ridley Atlanta Falcons Alabama
29 DL Taven Bryan Jacksonville Jaguars Florida
31 RB Sony Michel New England Patriots Georgia
Lire la suite

NFL Draft

Les Espoirs de la Draft NFL 2018 – Episode #8

Publié

le

Comme on aime bien croire qu’on peut prédire l’avenir à TBP, on analyse chaque semaine les prospects qui font du pied à la NFL et on rapporte ce qu’on a vu. Parce qu’on a sans doute plus de crédibilité que Migos, qui prédisait une saison sans défaite à Rutgers.

WITH THE FIRST PICK IN THE 2018 NFL DRAFT…

Plus que quelques heures avant de connaître enfin le nom du roi de la promo. Les Cleveland Browns sont encore une fois en bonne position pour sélectionner un playmaker, en espérant que cette fois ils ne se plantent pas. Myles Garrett était une bonne pioche l’an dernier, ça serait bien de trouver un quarterback cette année après des siècles de galère à ce poste. Coup de pot, les Browns ont l’embarras du choix. Pas mal d’experts considèrent cette cuvée de quarterbacks comme la meilleure de l’histoire de la draft. Rien que ça.

Il y a Josh Allen, dont personne ne voulait entendre parler à cause de sa précision douteuse et du fait qu’il ait évolué dans une équipe de faible niveau. Entouré de peintres, il a forcément connu des moments difficiles, surtout face aux grosses écuries qui ont croisé son chemin. Depuis la fin de la saison, la cote de Josh n’a cessé de grimper, entre son excellent combine où les médias ont failli s’évanouir sur une passe de 66 yards, et les comparaisons avec Ben Roethlisberger ou Carson Wentz, qui a partagé le même coach que le QB de Wyoming. Et comme les Browns auraient flashé sur lui, Allen a autant de chances que n’importe qui d’être sélectionné en première position.

Embed from Getty Images

Josh Allen, Wyoming

À moins que les experts ne se soient plantés, ce qui arrive chaque année avec une régularité aussi efficace que les impôts. Parce que Sam Darnold est aussi plutôt bien vu du côté des scouts. Malgré une saison décevante vis-à-vis des attentes autour du MVP offensif du Rose Bowl 2017, le golden boy californien est toujours tenu en grande estime par le monde de la NFL.

La décision de Sam de ne pas lancer au combine a fait tiquer les patrons de franchises, jusqu’à ce Pro Day sous la pluie à Los Angeles, où le QB a balancé des dizaines de passes parfaites sans sourciller. De quoi prouver aux Browns, aux Giants, aux Jets ou aux Bills, qui évoluent tous dans des stades ouverts et dans des régions capricieuses, qu’il est complètement capable de lancer comme il faut malgré des conditions difficiles. Sans parler du potentiel d’un joueur encore jeune et qui n’a été titulaire que deux saisons jusqu’ici.

Il y a aussi Saquon Barkley, qui a survolé le truc. C’était son combine, merci aux autres d’être venus.Dès le premier jour, le running back a explosé les chronos, tapé plus de reps au développé-couché que le left tackle de Baker Mayfield et a répondu aux questions comme un grand, en mec habitué. On avait déjà ses highlights à Penn State, on a maintenant ses perfs à Indianapolis pour savoir que Barkley devrait péter la NFL en deux dès sa saison rookie.qui a tout simplement cassé en deux le combine.

Même si la hype s’est un peu éteinte, notamment parce que les Browns sont désormais sous pression pour sélectionner un quarterback avec le premier choix depuis que les Jets ont récupéré le troisième choix, le running back est un talent incroyable capable de transformer une attaque. Ce dont auraient bien besoin les Browns, qui seront peut être contraints de sélectionner le running back de Penn State avec leur premier choix s’ils tiennent vraiment à lui, sachant que les Giants pourraient se ruer dessus en deuxième position.

Embed from Getty Images

Josh Rosen, UCLA

Quant à Baker Mayfield et Josh Rosen, aucun des deux n’a réellement été relié à Cleveland mais les voies des franchises NFL sont impénétrables et on n’est jamais à l’abri d’une surprise. Comme un trade, par exemple. Bien que les Browns aient visiblement écarté l’idée d’échanger leur premier choix cette année, qui vaut de l’or étant donné la valeur des top prospects disponibles. Difficile d’abandonner un siège aussi confortable.

TBP MOCK DRAFT

Si vous étiez sur les plages pour profiter des premiers rayons de soleil, sachez que Morgan et Grégory nous ont livré un mock draft à quatre mains le week-end dernier. L’occasion de passer en revue une dernière fois les différents scénarios possibles. On va se contenter du top 10, c’est déjà pas mal.

1. Cleveland Browns : QB Sam Darnold, USC

Pourquoi c’est jouable. Les Browns vont prendre un quarterback avec le premier choix, aucun doute. Les Giants qui brouillent les cartes et les Jets grimpés dans le top 3 ont mis la pression à Cleveland. Tyrod Taylor sera néanmoins titulaire à la rentrée donc le rookie pourra attendre son tour tranquillement en apprenant les bases à l’entraînement. Les dernières indications envoient Josh Allen (Wyoming) ou Sam Darnold dans l’Ohio, deux prospects avec un potentiel effrayant mais qui ont encore besoin de progresser pour peser dans le game.

Pourquoi c’est chaud. Comme on a dit, Josh Allen est pas mal attribué aux Browns avec ce premier choix dans les mocks draft d’outre-Atlantique. Visiblement, Cleveland est tombé in love. Les Browns pourraient aussi laisser tomber le first pick dans un trade, par exemple avec les Giants, les Jets, les Bills, etc. Ou jouer la surprise avec Saquon Barkley (Penn State), le meilleur joueur de cette draft.

2. New York Giants : QB Josh Rosen, UCLA

Pourquoi c’est jouable. Eli Manning a 37 ans, on ne sait pas si Davis Webb fera un bon titulaire après lui, et les Giants ont l’opportunité de sélectionner un top quarterback avec ce second choix. Et si les choses tournent mal en début de saison, le nouveau coach Pat Shurmur pourrait lancer son rookie. Josh Rosen (UCLA) est régulièrement envoyé aux Giants pour ses qualités de passeur hors pair. Surtout, son expériences après trois années comme titulaire avec les Bruins pourrait peser dans la balance.

Pourquoi c’est chaud. Josh Rosen a besoin d’une ligne solide car il supporte très mal la pression et passe son temps à l’infirmerie. D’ailleurs les Giants ont besoin de renfort sur l’OL et Quenton Nelson (Notre Dame) est considéré comme le meilleur guard à sortir de la fac depuis longtemps. Dave Gettleman pourrait aussi sélectionner Saquon Barkley pour réveiller un jeu de course anémique ou Bradley Chubb (NC State) après avoir retourné Jason Pierre-Paul à sa Floride natale. Sans parler d’un trade down pour récupérer d’autres picks. Il paraît que les Giants et les Bills auraient trouvé un terrain d’entente pour un échange le soir de la draft. Mais si Big Blue choisit un QB, il pourrait plutôt s’agir de Sam Darnold, si le prodige californien est encore disponible, lui qui a décroché les mâchoires du front staff de New York pendant son Pro Day.

3. New York Jets : QB Josh Allen, Wyoming

Pourquoi c’est jouable. Les Jets n’ont pas grimpé de trois places dans la draft pour faire un peu parler d’eux, dont tout le monde se fout. Gang Green veut un quarterback. Ça semble compliqué de monter un peu plus haut, même si les Giants ont l’air ouvert pour un trade. Les Jets devront donc attendre patiemment leur tour, en espérant qu’un prospect comme Josh Allen soit disponible. Comparé à Carson Wentz parce qu’il vient aussi d’une petite fac et qu’il possède un bras impressionnant, Allen a tout pour taper dans l’œil d’une franchise à la recherche d’un QB.

Pourquoi c’est chaud. Josh Allen ne descendra peut être pas jusque là. Avec toute la hype autour de lui, il semble bien parti pour Cleveland et le first pick. Disponible au deuxième choix, il pourrait alors partir pour l’autre franchise de NYC ou ailleurs si les Giants montent un échange. Les Jets devront vraisemblablement plutôt se décider entre Josh Rosen et Baker Mayfield (Oklahoma) mais ça tombe bien parce qu’il paraît que Gang Green a flashé sur le vainqueur du dernier Heisman.

4. Cleveland Browns : RB Saquon Barkley, Penn State

Pourquoi c’est jouable. C’est l’hypothèse la plus probable pour Cleveland ici. Saquon Barkley est un futur patron dans cette Ligue et les Browns ont besoin d’aide dans le secteur offensif. Longtemps annoncé comme first pick après son combine de héros grec, le running back a perdu un peu de poids dans la conversation face à Sam Darnold et Josh Allen mais les Browns pourraient tout de même avoir l’opportunité de le sélectionner ici avec le rush des autres franchises pour un quarterback.

Pourquoi c’est chaud. Les Browns ont également des besoins en défense et pourraient ne pas se permettre de choisir deux joueurs offensifs aussi haut dans la draft. Bradley Chubb ou Minkah Fitzpatrick (Alabama) sont des prétendants sérieux, surtout le pass rusher qui aurait les faveurs du GM John Dorsey ; le duo Myles Garrett – Chubb en défense pourrait calmer les ardeurs adverses. Un trade down est également possible, potentiellement avec les Bills et leur multitude de picks dans les deux premiers tours cette année.

5. Denver Broncos : OG Quenton Nelson, Notre Dame

Pourquoi c’est jouable. Les Broncos ont signé un quarterback. Case Keenum. John Elway tient son starter, il va pouvoir se concentrer sur d’autres secteurs. Par exemple l’intérieur de sa ligne offensive qui a besoin d’aide. Le poste de guard n’a jamais été aussi important dans une Ligue qui compte désormais pas mal de profils à la Aaron Donald. Avec Quenton Nelson, Denver s’assurerait un titulaire de calibre All Pro pour son OL.

Pourquoi c’est chaud. Case Keenum. Le gars a peu d’expérience pour diriger une équipe et pourrait bien se planter dans le Colorado. Elway aura peut être l’occasion d’aller chercher Baker Mayfield, qui a tapé dans l’œil du GM : les Broncos ont demandé le QB dans leur roster au Senior Bowl, l’ont rencontré au Combine, étaient à son Pro Day en masse et l’ont invité à Denver sur deux jours la semaine dernière. La piste est chaude et Denver ne devrait pas hésiter si les Jets ne le prennent pas. Elway pourrait même monter au deuxième choix dans un échange avec les Giants pour s’assurer les services de Mayfield.

6. Indianapolis Colts : LB Roquan Smith, Georgia

Pourquoi c’est jouable. Le joueur de Macon, en Géorgie pas en Saône-et-Loire, est déjà comparé à Luke Kuechly ou Danny Trevathan. Cette saison, Roquan Smith a remporté le Butkus Award, a été nommé First-Team All-American et a disputé la finale nationale avec Georgia. Les Colts ne se sont pas vraiment préoccupés du poste de linebacker pendant la free agency et ils devront en choisir un à la draft. Le patron de la défense des Bulldogs est un client sérieux.

Pourquoi c’est chaud. Les Colts sont déjà descendus de trois places, un signe qu’ils n’ont pas forcément de cible prioritaire. Les experts leur attribuent généralement Bradley Chubb ou Saquon Barkley mais ces deux joueurs seront probablement déjà partis. Dans ce cas, Indy pourrait encore trade down avec une équipe à la recherche d’un quarterback, comme Arizona, Buffalo voire Miami. En plus, si les Colts veulent un linebacker, ils pourraient aussi se tourner vers Tremaine Edmunds (Virginia Tech) dont la cote a explosé cet hiver.

7. Tampa Bay Buccaneers : DE Bradley Chubb, NC State

Pourquoi c’est jouable. Les experts envoient tous Derwin James (Florida State) à Tampa Bay mais le safety a refusé l’invitation de la franchise floridienne et ça fait mal, ça fait mal. Et puis, malgré l’arrivée de Jason Pierre-Paul, les Bucs ont besoin de pass rushers pour l’une des pires défenses de la Ligue en terme de pression sur le QB adverse. Si Bradley Chubb est dispo, Tampa Bay ne devrait pas hésiter longtemps.

Pourquoi c’est chaud. Si les franchises du top 6 se jettent sur des quarterbacks, Barkley, Nelson et compagnie, Tampa Bay pourrait se retrouver en position pour sélectionner Chubb. Néanmoins, le manque de qualité au poste de pass rusher dans cette draft fait du joueur un profil rare et son tour viendra certainement avant ce septième choix. Il y a également l’hypothèse Minkah Fitzpatrick si les Bucs tiennent vraiment à renforcer leur secondary avec un joueur dominant.

8. Chicago Bears : LB Tremaine Edmunds, Virginia Tech

Pourquoi c’est jouable. 19 ans, c’est l’âge de Tremaine Edmunds. Il ne sera même pas autorisé par la loi à sabrer le champagne lorsqu’il sera sélectionné au premier tour de cette draft. Malgré son jeune âge, le linebacker est déjà l’un des joueurs les plus productifs de cette classe : 106 tackles, dont 18.5 TFL, en 2016 et 109 tackles, dont 14.5 TFL, en 2017, Edmunds est une véritable machine, bête athlétique capable de couvrir le terrain en long et en large. Un profil qui rappelle Brian Urlacher à Chicago, qui pourrait constituer une escouade de linebackers terrifiante avec Danny Trevathan, Nick Kwiatkoski et le tout jeune joueur de Virginia Tech.

Pourquoi c’est chaud. Edmunds ne sera peut être plus disponible à ce stade de la draft, c’est dire s’il a ébloui les scouts, notamment au combine. Dans ce cas, les Bears pourraient se jeter sur un autre top prospect encore disponible, comme Quenton Nelson ou Roquan Smith. Ils pourraient aussi lorgner sur un cornerback comme Denzel Ward (Ohio State) ou Minkah Fitzpatrick pour apporter du soutien à Kyle Fuller et Prince Amukamara. Chicago a également besoin d’aide dans le pass rush. Enfin, Calvin Ridley (Alabama), qui a rendu visite aux Bears récemment, est un candidat potentiel pour former un tandem jeune et prometteur avec Mitch Trubisky.

9. San Francisco 49ers : DB Minkah Fitzpatrick, Alabama

Pourquoi c’est jouable. Les 49ers tiennent leur quarterback du turfu, ils n’ont désormais plus qu’à bétonner leur roster pour se sortir d’un marasme qui a trop duré. Avec Richard Sherman et Akhello Witherspoon comme cornerbacks, K’Waun Williams et Jimmie Ward comme slot CB, Minkah Fitzpatrick pourrait faire son trou comme free safety à la place d’Adrian Colbert, le choix de septième tour des Niners l’an dernier.

Pourquoi c’est chaud. San Francisco tient déjà ses titulaires en secondary et Fitzpatrick pourrait faire doublon avec Jimmie Ward, un DB polyvalent au profil similaire. Si Roquan Smith ou Tremaine Edmunds sont disponibles ici, les 49ers pourraient être tentés. L’hypothèse Courtland Sutton (SMU) est également privilégiée par certains qui voient en lui le potentiel go-to guy de Jimmy Garoppolo dans le jeu aérien.

10. Oakland Raiders : CB Denzel Ward, Ohio State

Pourquoi c’est jouable. En queue de top 10, les Raiders auront toujours la possibilité de sélectionner un futur playmaker comme Denzel Ward, grand favori des mocks draft pour atterrir à Oakland. Il rejoindrait ainsi son ancien partenaire à Ohio State, Gareon Conley, lui-aussi cornerback et sélectionné au premier tour l’an dernier par la franchise californienne.

Pourquoi c’est chaud. John Gruden voudra probablement apporter de l’aide à Khalil Mack en défense, qu’il s’agisse du pass rush avec un joueur comme Marcus Davenport (UTSA) ou de l’escouade de linebackers si Roquan Smith ou Tremaine Edmunds sont encore là. Minkah Fitzpatrick serait également un renfort de choix pour la secondary. Il y a aussi l’éventualité du remplacement de Donald Penn, qui commence à se faire très vieux, par un rookie comme Connor Williams (Texas) ou Mike McGlinchey (Notre Dame). Enfin, Oakland pourrait préférer un autre top cornerback comme Joshua Jackson (Iowa), selon le profil recherché.

WHO’S HOT?

LB Shaquem Griffin, UCF
C’est la belle histoire cette année. Capitaine des champions nationaux auto-proclamés de UFC, Shaquem Griffin est né sans main gauche, ce qui aurait pu annihiler toute ambition de jouer au football. Mais l’énorme motivation du joueur, probablement remarquée parmi les scouts pros, lui a permis de devenir une machine sur le terrain. Au point de s’inviter au combine, où il a réalisé le meilleur temps au 40-yard dash pour un linebacker dans l’histoire de l’événement pré-draft. Les images de son bench press avec une main artificielle ont fait le tour des réseaux sociaux.

Embed from Getty Images

Shaquem Griffin, Central Florida

LB Uchenna Nwosu, USC
Tandis que certains se demandent comment prononcer son nom, d’autres qui ont moins de temps à perdre cherchent plutôt à savoir si l’un des meilleurs défenseurs de Pac-12 en 2017 correspond plutôt à un profil de linebacker ou de defensive end. Avec 75 tackles, 9.5 sacks l’an dernier et 19 passes déviées sur les deux saisons passées, Nwosu semble avoir sa place en NFL et les experts sont unanimes. Son gabarit devrait néanmoins le brider pour évoluer comme edge rusher, en dépit de qualités athlétiques certaines.

SS Troy Apke, Penn State
Troy Apke, c’est ce mec qui a pété le chrono au 40-yd dash avec un temps de 4.34 secondes alors que personne ne s’y attendait vraiment, même si l’ancien receveur s’est fait une belle réput’ de sprinteur depuis le high school. Troy, c’est un peu l’exemple du gars qui était invité au combine parce qu’il fallait faire le nombre et qui s’est démerdé pour provoquer ce petit boum-boum dans le cœur des scouts. À voir qui dégainera le premier pour s’attirer les services de l’ancien strong safety de Penn State, un gars expérimenté avec déjà quatre années de football de haut niveau derrière lui.

CB Parry Richardson, Tulane
Au milieu d’une classe blindée en cornerbacks, Parry Richardson a fait la diff’ au combine, avec le meilleur temps au 40-yard dash cette année et 15 reps au développé-couché. Une superbe performance pour le CB de Tulane, pas forcément imposant physiquement, mais qui a prouvé ses possibilités pour couvrir en profondeur et se mesurer à des receveurs physiques. Parry pourrait bien être appelé dès la fin du premier tour si il plaît vraiment à quelqu’un.

WHO’S NOT?

WR Simmie Cobbs, Indiana
Avec son grand gabarit, Simmie Cobbs s’imaginait déjà en fin de premier ou au second tour de la draft, comme l’annonçaient les experts, au moment de faire l’impasse sur sa saison senior à Indiana. Mais ses performances athlétiques médiocres au combine devraient lui causer du tort et il pourrait désormais attendre le troisième jour de la draft pour trouver une équipe.

Embed from Getty Images

Orlando Brown, Oklahoma

OT Orlando Brown, Oklahoma
Un massacre. All-American en 2017, Orlando Brown a bossé dur pour convaincre les scouts NFL qu’il mérite sa chance et les experts l’envoyaient déjà dans le top 10 de la draft, à la sortie d’une saison passée à protéger le vainqueur du Heisman et à s’inviter en playoffs avec Oklahoma. Sauf que sa prestation au combine, avec un petit 15 reps au bench press et un temps de presque 6 secondes au 40-yard dash, l’ont complètement cramé. Brown s’inscrit plutôt comme un projet et non pas un prospect fini prêt à jouer le dimanche. L’ancien Sooner devrait glisser après le troisième tour.

DE Hercules Mata’afa, Washington State
L’exemple parfait du joueur productif au niveau universitaire qui se retrouve bridé dans ses ambitions pros par ses capacités physiques limitées. Pass rusher redouté en Pac-12, Hercules Mata’afa a terminé parmi les derniers aux différents ateliers du combine et, à moins d’un gros retournement de situation au Pro Day, il pourrait bien entrer en NFL comme undrafted free agent.

WR Jordan Lasley, UCLA
Après une saison à neuf touchdowns comme go-to guy de Josh Rosen, Jordan Lasley avait obtenu son invitation au combine. Où il s’est complètement planté. Avec un médiocre 4.50 secondes au 40-yard dash, Lasley n’a impressionné personne avec ses mesures athlétiques, toutes hors du top 15 du groupe de receveurs. Pire, il a commis plusieurs drops pendant les ateliers de réception, une faute sans doute éliminatoire aux yeux des scouts NFL. Le meilleur receveur de UCLA l’an dernier ne devrait même pas être appelé à la draft.

TOP 32

1. RB Saquon Barkley, Penn State

Regarder Saquon Barkley courir, c’est comme assister à un ballet au Bolchoï, on hallucine de voir un être humain réussir des mouvements aussi fous. Le running back de Penn State, parfois considéré comme le meilleur prospect cette année, est aussi doué pour courir comme un sprinteur olympique, éviter les plaquages comme ces mecs à poil qui envahissent les pelouses au foot, bloquer comme un tight end, attraper le cuir comme un receveur. En somme, il a le potentiel pour rendre n’importe quelle attaque au sol terriblement dangereuse. Et puis il cartonne aussi en special teams. All Eyez On Me.

2. OG Quenton Nelson, Notre Dame

Seulement quatre offensive guards ont été choisi dans le top 5 lors des vingt dernières années. Quenton Nelson est suffisamment NFL-ready pour s’inviter tout en haut de cette draft. Pour certains, le gros bébé de South Bend serait le seul prospect avec le potentiel d’un Hall of Famer cette année. L’aligner dès cette saison, c’est l’assurance de booster son jeu au sol et de fournir un blindage renforcé au quarterback pour les séquences de passe.

3. QB Sam Darnold, USC

Sam Darnold est largement considéré comme le meilleur quarterback de cette classe par les analystes, et les scouts en pensent probablement de même, en particulier après son Pro Day. Le gamin de 20 ans, qui avait cassé le Rose Bowl en deux il y a un an et demi, n’a pas changé depuis cette soirée du 1er janvier 2017 où quelques mâchoires s’étaient décrochées. Sam a simplement dû se démerder la saison passée derrière une ligne décimée et entouré de receveurs qui ont attendu la mi-saison pour se sortir les doigts. D’où un bon nombre de turnovers, qu’il multiplie dès qu’il force sous pression pour créer une action. Pêché de jeunesse.

4. DE Bradley Chubb, NC State

Embed from Getty Images

Bradley Chubb, North Carolina State

5. QB Josh Rosen, UCLA

Josh Rosen est le seul autre quarterback de cette classe, avec son meilleur ennemi Sam, à pouvoir s’intégrer rapidement dans n’importe quel système offensif NFL. Les interrogations sur son caractère et son dossier médical devraient faire réfléchir les franchises à la recherche d’un QB mais Josh possède un énorme potentiel. Les experts le considèrent comme le meilleur pocket passer de cette classe et il pourrait éventuellement être sélectionné en première position si les conditions sont réunies, c’est-à-dire si les Browns flashent sur lui ou si une équipe amoureuse grimpe tout en haut.

6. DB Minkah Fitzpatrick, Alabama
7. QB Baker Mayfield, Oklahoma
8. LB Tremaine Edmunds, Virginia Tech
9. FS Derwin James, Florida State
10. CB Joshua Jackson, Iowa
11. QB Josh Allen, Wyoming
12. NT Vita Vea, Washington
13. LB Roquan Smith, Georgia
14. CB Denzel Ward, Ohio State
15. OT Connor Williams, Texas
16. WR Calvin Ridley, Alabama
17. DT Da’Ron Payne, Alabama
18. WR Courtland Sutton, SMU
19. OT Tyrell Crosby, Oregon
20. QB Lamar Jackson, Louisville
21. DE Marcus Davenport, UTSA
22. OT Mike McGlinchey, Notre Dame
23. LB Leighton Vander Esch, Boise State
24. DT Taven Bryan, Florida
25. C James Daniels, Iowa
26. CB Donte Jackson, LSU
27. LB Rashaan Evans, Alabama
28. WR D.J. Moore, Maryland
29. OG Will Fernandez, UTEP
30. DE Rasheem Green, USC
31. OG Isaiah Wynn, Georgia
32. CB Jaire Alexander, Louisville

Lire la suite

Articles les plus lus