Suivez-nous sur

National Championship

Nick Saban contre Kirby Smart, le maître face à l’élève

Coordinateur défensif d’Alabama pendant 9 saisons, le coach des Bulldogs de Georgia, Kirby Smart, va se mesurer à celui qui lui a tout appris du coaching, Nick Saban, le meilleur coach universitaire de tous les temps.

Nick Saban contre Kirby Smart, le maître face à l’élève

The Blue Pennant vous propose une couverture exceptionnelle du CFP National Championship Game 2018 qui verra s’affronter le Crimson Tide de #4 Alabama et les Bulldogs de #3 Georgia, lundi 8 janvier 2018. On commence avec la présentation des deux coachs.

Cette finale nationale est l’Histoire de deux coachs dont le Destin est lié depuis près de 15 ans. Longtemps dans l’ombre de Nick Saban à Alabama, Kirby Smart est désormais seul à la tête d’un programme de Georgia qu’il a transformé en un prétendant au titre national en seulement deux ans. Kirby Smart contre Nick Saban. L’élève face au maître.

Embed from Getty Images

Nick Saban, Alabama

par Verchain
Le Dark Vador du College Football, monsieur Nick Saban. Oui, le type qui déclarait à l’issue de la saison 2006 des Dolphins de Miami :

« Je ne serai pas le coach d’Alabama ».

Nicholas Lou Saban Junior, 64 ans, est le coach d’Alabama depuis 2007, après une longue carrière dans les rangs universitaires, commencée comme assistant coach à Kent State, son alma mater, où il a évolué comme defensive back durant deux saisons. Aujourd’hui encore, les postes du backfield défensif sont supervisés directement par Saban, qui n’hésite pas à recadrer directement ses joueurs de position aux entraînements ou en match.

Dans un premier temps, Nick Saban a multiplié les postes d’assistant, à Kent State donc puis à Syracuse, à West Virginia dans son Etat natal, à Ohio State, à Navy puis Michigan State où il accède à son premier poste de coordinateur défensif avant de partir une première fois tester le monde du football professionnel en tant qu’assistant coach chargé des defensive backs chez les Houston Oilers (aujourd’hui Tennessee Titans).

Sa première expérience en tant que head coach, après son départ de Houston, intervient dans l’Ohio, encore, à Toledo. Il refuse au passage d’embaucher Urban Meyer dans son staff alors que ce dernier, qui ne doute de rien, avait sollicité directement Saban pour un poste. Il n’est coach qu’une saison, mais amène les Rockets à un record de 9-2 et un titre de co-champion de la MAC, avant de démissionner pour retourner en NFL, comme coordinateur défensif des Browns, sous la tutelle d’un autre Dark Vador du football, professionnel celui-là… Bill Belichick, le plénipotentiaire coach des Patriots de New England.

Embed from Getty Images

Après trois années chez les pros, Saban revient dans les rangs universitaires en tant que head coach à Michigan State pour cinq saisons assez moyennes avec quelques belles performances anecdotiques, avant de mettre en oeuvre sa spécialité : la démission.

Il file donc son billet aux Spartans pour rejoindre LSU, pour cinq saisons marquées par un titre SEC en 2001 et le premier championnat national de Nick Saban en 2003.

En 2004, Saban nous refait le bon vieux coup de la démission pour partir chez les Dolphins de Miami en NFL. Wayne Huizenga, le propriétaire d’alors des Dolphins, pense rejouer le coup de ce bon vieux Jimmy Johnson, en embauchant un coach universitaire à succès, pour remettre la franchise de Floride sur le devant de la scène. Et devinez ce qu’il advint ?

Retour donc chez les universitaires (oui, certains font des études à ‘Bama, voir Swinney, Dabo). A Alabama. Il débarque quand même avec armes, bagages et mauvaise humeur permanente pour rendre vie à un programme moribond depuis les années Bear Bryant (et ça date, Anouar).

Imaginez un peu…

– Finaliste malheureux de la SEC en 2008.
– Champion BCS en 2009 contre Texas.
– Champion BCS en 2011 contre LSU 21-0, pour le match qui allait, finalement, semer le glas pour le BCS et ouvrir trois ans plus tard l’ère du playoff universitaire en division FBS, grâce à ce rematch de rencontre toute pourrie de saison régulière terminée sur le score 9-6 pour LSU, dans une purge infâme.
– Champion BCS en 2012 contre #1 Notre Dame, atomisée en direct devant les caméras.
– Champion SEC 2014, 2015 et 2016.
– Champion du CFP en 2015.
– Finaliste du CFP en 2016.

Embed from Getty Images

Avec 217 victoires au total en carrière universitaire, Nick Saban est aujourd’hui le coach en activité avec le plus grand nombre de victoires en carrière. (5 victoires acquises à ‘Bama lui ont été retirées dans le cadre de sanctions NCAA contre le Tide, dans le cadre du scandale des manuels scolaires [rofl]. Même si les faits se sont déroulés du temps de son prédécesseur Mike Shula – un nom qu’on connait bien à Miami, mais avec ‘Don’ comme prénom – les sanctions se sont étendues aussi à 2007).

Saban est le prototype du gars qu’on adore détester, mais il est aujourd’hui un pur baron de ce sport. Tuscaloosa lui appartient, les fans du Tide sacrifieraient leurs enfants pour lui, et il pourrait, s’il le voulait, se taper toutes les minettes du campus et des environs, le tout en mesurant un mètre vingt-quatre les bras levés. Amazing. Avec la retraite de Frank Beamer, il est aujourd’hui le seul à sembler pouvoir compter sur un poste à vie, s’il le souhaite, à Tuscaloosa, dans la lignée des coaches historiques du football comme Joe Paterno, Bear Bryant, Woody Hayes ou LaVell Edwards…

Kirby Smart, Georgia

par Morgan Lagrée

Kirby Smart sent le football. Toute sa vie, il a vécu par et pour le football. Son père ? Head coach du lycée du coin, le Bainbridge High School. C’est d’ailleurs dans ce lycée de Géorgie que le jeune Kirby, né à Montgomery dans l’Alabama, fera ses débuts. Et rapidement son instinct hors paire en fera l’un des jeunes defensive backs les plus convoités de Géorgie. C’est donc naturellement qu’il rejoindra les Bulldogs de l’université Georgia en 1995. Pendant quatre ans, au côté d’un certain Champ Bailey, il va rafler les distinctions académiques (SEC Academic Honor Roll) et les sélections dans l’équipe All-SEC.

Diplômé en finance, il ne voyait pourtant pas son avenir loin des terrains de football et bien qu’il n’a pas été drafté, il a joué une saison chez les professionnels avec les Colts d’Indianapolis. L’expérience tournera court. Dès la fin de la saison 1998, il comprit que son avenir était plutôt sur les sidelines.

Embed from Getty Images

C’est ainsi qu’en 1999, Kirby Smart revient à Georgia comme assistant administratif. Mais il a d’autres buts en tête. Il vise grand. Il sait aussi qu’il doit faire ses preuves. Pendant deux saisons dans la petite fac de Valdosta State, il va se révéler comme un efficace coordinateur défensif ne laissant pas insensible un certain Bobby Bowden, coach mythique de Florida State, qui l’engage comme graduate assistant alors qu’il prépare son Master’s Degree en finance.

Sa forte personnalité et son intangible intelligence tape dans l’oeil du coach de LSU, Nick Saban. Ce dernier cherche un successeur à son coach des DBs, Tim Walton, qui vient de partir à Miami. Kirby Smart rencontre Nick Saban et c’est le coup de foudre.

Ces deux-là ne se quitteront plus… ou presque. L’année suivante, Nick Saban quitte les Tigers pour rejoindre les Dolphins de Miami (NFL). La quasi-totalité du coaching staff de LSU est renvoyé. Kirby Smart rebondit… à Georgia, dans un rôle qui ne lui convient pas : coach des RBs. Il s’ennuie. Il retrouvera son mentor dès 2006 en acceptant l’offre de Nick Saban qui lui propose le poste de coach des safeties chez les Dolphins.

Pour une saison. Car Nick Saban accepte l’offre mirobolante d’Alabama. Kirby Smart le suit comme coach des DBs avant de prendre les rennes de la défense du Crimson Tide comme coordinateur défensif en 2008. Pendant neuf saisons, Nick Saban et Kirby Smart vont terroriser la conférence SEC et le pays tout entier (voir le palmarès de Nick Saban, plus haut). A eux-deux, ils vont révolutionner le rôle de coach dans le College Football. Le technicien devient un manager, puis un leader. Recrutement, Leadership, Relation avec les médias, etc… rien n’est laissé au hasard. Chaque petit détail compte.

Embed from Getty Images

Mais son aura devient trop importante pour être ignorée par les Directeurs athlétiques d’un peu partout au pays. Kirby Smart lâchera son mentor que pour un seul poste. Celui de head coach à Georgia. L’opportunité se présentera en 2015 lorsque les Bulldogs décidèrent de tourner la page Mark Richt après 15 saisons remplies de victoires (145-51 et 2 titres de champion de SEC). Kirby Smart accepte en quelques heures, le 6 décembre 2015.

Sa première saison à Athens ? Un bilan de 8-5 avec un QB true freshman à la tête de l’équipe. Une défaite crêve-coeur à Tennessee l’a privé d’une fiche de 9-4. Les Dawgs terminent 2ème de la division SEC East. Ils reviendront plus fort l’année suivante.

Car les bases sont solides. Malgré la désaffection de la Direction athlétique envers Mark Richt, ce dernier avait continué de recruter à un haut niveau. Kirby Smart a repris le flambeau en maximisant le talent à sa disposition. Sa grande force ? La flexibilité de son playbook. Autant offensivement que défensivement, il sait s’adapter continuellement. Jamais satisfait, il cherche désespérément à apprendre et à s’améliorer. Il a aussi appris ça de son maître, Nick Saban… qu’il retrouvera à l’occasion de ce National Championship Game 2018.

La rédaction est composée de passionnés qui vous informent quotidiennement sur l'actualité du College Football et qui vous proposent des analyses et des points de vue originaux sur le 2ème sport le plus médiatisé aux Etats-Unis.

Cliquer pour commenter

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également - National Championship