Suivez-nous

Bowls

Rose Bowl 2016 : Stanford 45, Iowa 16

Compte-rendu du Rose Bowl 2016 remporté 45-16 par le Cardinal de Stanford face aux Hawkeyes d’Iowa.

Publié

le

Le Rose Bowl 2016 n’aura laissé aucun suspense. Tout au long d’une rencontre à sens unique, #6 Stanford a contrôlé le tempo en attaque et en défense, étouffant complètement #5 Iowa avec son front seven redoutable et dans le sillage du MVP du match, Christian McCaffrey.

Pour la première rencontre entre le Cardinal et les Hawkeyes dans l’histoire du College football, le Rose Bowl s’annonçait disputé. D’un côté, le champion de conférence Pac-12, de l’autre le finaliste de conférence Big Ten. Deux équipes similaires s’appuyant sur un jeu au sol porté par une ligne offensive solide et sur une défense agressive. Pourtant, dès les premiers instants de la rencontre, #6 Stanford s’est montré largement au-dessus de son adversaire du jour.

rbg2

Crédits photo : Loïc Baruteu, TBP

Le première mi-temps est totalement à sens unique avec une domination sans partage du Cardinal. Solides en défense, les Californiens opposent une résistance féroce au jeu de course adverse et apportent une pression constante sur QB C.J. Beathard (21/33, 239 yards, 2 TD, 1 INT), lequel subit plusieurs plaquages brutaux sur des sacks ou des tentatives de scramble mais se relève à chaque fois. Au sol, RB Jordan Canzeri (5 courses, 8 yards) et RB LeShun Daniels (10 courses, 41 yards) ne parviennent pas à passer à travers le front seven implacable du Cardinal.

En attaque, #6 Stanford est particulièrement efficace, grâce notamment à RB Christian McCaffrey (18 courses, 174 yards, 4 réceptions, 105 yards, 1 TD). Le finaliste du Heisman Trophy en profite pour battre un nouveau record, celui du plus grand nombre de yards all-purpose au Rose Bowl avec 368 yards. En comparaison, l’attaque entière d’Iowa n’a compilé que 289 yards en attaque durant la rencontre.

RB Christian McCaffrey (Stanford) – Crédits photo : Loïc Baruteu, TBP

McCaffrey ne tarde pas à faire parler la poudre puisqu’il inscrit un TD de 75 yards à la réception sur la toute première action du match, avant de mettre au supplice la défense des Hawkeyes sur le drive suivant, conclu par un TD au sol de QB Kevin Hogan (12/21, 223 yds, 3 TD, 1 INT). Comme si l’insolente réussite offensive de #6 Stanford ne suffisait pas, le Cardinal profite d’une interception de CB Quenton Meeks (1 plaquage, 1 INT, 1 TD) retournée dans la end zone pour conforter son avance, avant que l’inévitable McCaffrey n’inscrire à nouveau un TD, sur retour de punt cette fois, pour plonger les dizaines de milliers de supporters jaunes et noirs dans le silence.

Haché menu par la ligne défensive adverse et lâché par sa ligne offensive, le jeu au sol de #5 Iowa ne progresse pas. De même que le jeu aérien puisque Beathard est constamment plaqué. Au total, le quarterback des Hawkeyes aura encaissé sept sacks quand Hogan n’a été mis au sol qu’une seule fois. #5 Iowa peut tout de même compter par moments sur son receveur vedette WR Matt VandeBerg (4 réceptions, 64 yards, 1 TD) mais son talent individuel ne suffit pas à enrayer le marasme collectif des Hawkeyes.

rbg4

QB Kevin Horgan (Stanford) – Crédits photo : Loïc Baruteu, TBP

La succession de punts ne s’arrête pas en seconde mi-temps, alors que #5 Iowa revient sur le terrain en étant mené 35-0 suite à un touchdown aérien de Hogan pour WR Michael Rector (2 rec, 73 yds, 2 TD), seul dans la end zone suite à une feinte de fumble par le quarterback de #6 Stanford. Les 35 points inscrits par #6 Stanford en première période représentent d’ailleurs un nouveau record pour le Rose Bowl. Les Hawkeyes ne trouvent pas de solution en seconde mi-temps mais profitent du relâchement du Cardinal pour inscrire quelques points. Même si K Marshall Koehn (1/1 FG, 39 yds) manque une conversion de TD, autre signe évident de la déroute d’Iowa.

Au final, si les statistiques à la passe sont similaires, avec 223 yards pour Stanford contre 239 pour Iowa, c’est bien dans le jeu au sol que la différence s’est faite. Avec 206 yards, dont 174 pour McCaffrey, le Cardinal s’est montré bien plus efficace dans ce secteur que les Hawkeyes avec leur médiocre bilan de 48 yards à la course. La ligne offensive de #6 Stanford, une nouvelle fois exceptionnelle, mérite autant de crédit que le front seven du Cardinal, qui a cumulé 7 sacks et 10 TFL dans cette rencontre.

rbg5

Crédits photo : Loïc Baruteu, TBP

À noter la performance défensive tout de même solide de LB Josey Jewell (7 tackles, 1 int), véritable leader de cette défense de #5 Iowa et promis à un brillant avenir. CB Desmond King (5 plaquages, 1 passes défendues) ne s’est pas forcément montré à la hauteur de l’événement, parfois dépassé et provoquant même une interférence de passe en début de rencontre. Il devrait maintenant prendre sa décision quant à son potentiel départ pour la NFL d’ici les prochaines semaines.

Du côté de #6 Stanford, Hogan a terminé sa carrière universitaire sur une note plus que positive, remportant son deuxième Rose Bowl en trois participations et inscrivant un TD de 42 yards à destination de  WR Michael Rector pour son ultime passe sous les couleurs du Cardinal. LB Blake Martinez (9 plaquages, 0.5 pour perte, 0.5 sack, 1 passe défendue) s’est de nouveau montré intraitable, dirigeant d’une main de fer sa défense impénétrable.

rbg6

Crédits photo : Loïc Baruteu, TBP

Si Christian McCaffrey a logiquement été désigné Offensive MVP, avec ses 368 yards au total, c’est DE Aziz Shittu (10 tackles, 3.5 TFL, 1.5 sack) qui a été choisi comme Defensive MVP. Une récompense plus que méritée tant le defensive lineman du Cardinal a semé la pagaille tout au long du match dans la ligne offensive adverse, terrorisant Beathard jusqu’au bout.

Félicitations à #6 Stanford et coach David Shaw, qui a été parfait dans le coaching de l’aveu même de Kirk Ferentz, pour cette victoire méritée et ce nouveau trophée après celui de conférence Pac-12.

rbg7

Crédits photo : Loïc Baruteu, TBP

Pour le premier jour de l’année 2016, le Cardinal a marqué les esprits en attendant la prochaine saison. Une saison avec un Christian McCaffrey probablement revanchard de n’avoir pas remporté le Heisman Trophy en 2015. Nul doute que les « Heisman! Heisman! » chantés par le public pendant le match, puis par ses équipiers lorsqu’il a été désigné MVP du match ne seront pas tombés dans l’oreille d’un sourd.

Membre de l'équipe de The Blue Pennant depuis septembre 2013, Loïc s'est trimballé à travers les États-Unis en 2017 pour mieux comprendre le pas-si-petit monde du college football. Seulement deux contraventions pour excès de vitesse sur 20 000 km. Intime de Mark Sanchez, Sam Darnold et des cheerleaders de Wisconsin, promo '76. Label qualité TBP et Sécurité routière.

Publicité
4 commentaires

4 Comments

  1. Tuzzz

    2 janvier 2016 at 15h49

    Après les performances respectives en bowl des finalistes, est-il utile de reprendre le débat sur l’attribution du Heisman? 😉 McCaffrey deserves it! Énorme match du Cardinal, sans doute meilleur que les Spartans en fin de saison.

  2. Mathieu

    2 janvier 2016 at 16h09

    C’est dommage de ne pas attendre que tout les matchs soient joués pour distribuer les prix c’est vrai..

  3. Kid Ink

    2 janvier 2016 at 16h38

    Sur la vidéo highlights d’ESPN, on peut entendre un des commentateurs dire « les journalistes qui n’ont pas voté pour McCaffrey au Heisman sont ceux de la côte Est qui dorment lorsque les matchs de Stanford commencent chaque samedi soir »… Et bien maintenant on peut dire qu’ils sont au courant ! McCaffrey a a sorti un match du genre « vous auriez du me donner le trophée » ^^

    • Loïc Baruteu

      3 janvier 2016 at 09h10

      C’est Coach Shaw qui a sorti cette punchline en conf’ d’après-match. En attendant, la plupart des journalistes en press box au Rose Bowl (ils couvrent majoritairement la côte Ouest donc ont suivi McCaffrey cette saison) sont incroyablement admiratifs de ses performances. C’est vraiment un phénomène.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bowls

Sugar Bowl 2019 : Texas foudroie Georgia

Plus costauds et agressifs que les vice-champions nationaux en titre, les Longhorns de #15 Texas créent la surprise en s’imposant 28-21 face aux Bulldogs de #5 Georgia lors du Sugar Bowl.

Publié

le

Crédit photo : Twitter

Tout a commencé quand la mascotte des Longhorns, Bevo, s’en est pris à celle des Bulldogs, Uga. Mauvais présage pour des Dawgs qui ne n’avaient pourtant pas caché leur mécontentement de ne pas avoir été sélectionné parmi les 4 équipes participant aux playoffs.

Une victoire convaincante face aux Longhorns de #15 Texas (10-4) aurait pu renforcer cette idée. C’est tout le contraire qui s’est produit.

Plus costauds sur la ligne de scrimmage, agressifs en attaque et en défense, les Longhorns ont rapidement pris les commandes de ce Sugar Bowl et ont conservé la tête jusqu’au bout grâce à une nouvelle superbe performance de leur leader, QB Sam Ehlinger (19/27, 169 yards et 64 yards au sol, 3 TD).

Le quarterback sophomore des Longhorns a réussi 3 TD au sol permettant ainsi à Texas d’atteindre le plateau des 10 victoires pour la première fois depuis 2009.

Du côté de #5 Georgia (10-3), la désillusion est énorme. Déçus de ne pas avoir pris part aux playoffs, les Dawgs avaient une chance en or de conclure cette belle saison par un succès dans ce match prestigieux. Ils ont finalement été pris à leur propre jeu face à une équipe de #15 Texas remontée à bloc.

Ainsi, les Bulldogs ont été menés 17-0 et même 28-7 en début de 4ème quart-temps avant de tenter un comeback désespéré. QB Jake Fromm (20/34, 212 yards, 3 TD, 1 INT), clairement pas dans son assiette à l’occasion de ce match, réussira deux courtes passes de TD à destination de WR Mecole Hardman et RB D’Andre Swift mais ce sera trop peu, trop tard.

Résumé en vidéo

Lire la suite

Bowls

Rose Bowl 2019 : Urban Meyer termine sa carrière en beauté

Avec ses 3 passes de TD, QB Dwayne Haskins offre une dernière victoire à coach Urban Meyer dont la carrière se termine donc par un succès 28-23 des Buckeyes de #6 Ohio State sur les Huskies de #9 Washington lors du 105ème Rose Bowl.

Publié

le

Crédit photo : Jay C. Hong, AP

Auteur de 251 yards à la passe pour 3 TD, QB Dwayne Haskins aura été le grand artisan d’une victoire qui a été contestée jusqu’au bout par une accrocheuse équipe de #9 Washington.

Avec ce succès, Urban Meyer conclut sa carrière avec un bilan exceptionnelle de 83-9 à Ohio State. A la tête des Buckeyes, il a également remporté un titre national, trois titres de conférence Big Ten et donc un Rose Bowl.

Largement dominant des deux côtés du ballon, #6 Ohio State a d’abord pris une avance de 21-3 à la mi-temps suite à des TD sur réception de WR Parris Campbell (11 réceptions, 71 yards, 1 TD), WR Johnnie Dixon et DL Rashod Berry. RB JK Dobbins portera le score à 28-3 en milieu de 3ème quart-temps assommant quasiment tout suspense dans ce Rose Bowl.

Embed from Getty Images

Mais ces Huskies ont décidément du caractère… RB Myles Gaskin (121 yards au sol, 2 TD) réussissant trois TD pour une équipe de #9 Washington qui revint donc à cinq points des Buckeyes à :42 de la fin. Toutefois, cette tentative de comeback échouera. QB Jake Browning (35/54, 313 yards) manquera d’abord la conversion à 2 points (interceptée par LB Brendon White), puis WR Johnny Dixon recouvrira l’onside kick qui suivit.

Décevant pendant trois quart-temps, les Huskies se sont montrés agressifs et dynamiques pendant les 15 dernières minutes accumulant 170 yards offensifs en trois drives tout en forçant 5 punts consécutifs des Buckeyes. #9 Washington échoue finalement de peu pour sa première apparition au Rose Bowl en 18 ans.

Les seniors QB Jake Browning et RB Myles Gaskin jouaient leur dernier match en carrière sous le maillot des Huskies. Le running back de #9 Washington est devenu le 2ème joueur de l’histoire de l’élite du College Football à accumuler plus de 1200 yards au sol lors de 4 saisons consécutives. Un exploit.

S’il s’agissait du dernier match d’Urban Meyer, on pourrait également avoir vu QB Dwayne Haskins (25/37, 251 yards, 3 TD) pour la dernière fois sous le maillot des Buckeyes. Nommé meilleur offensif de ce Rose Bowl, il a profité de ce Grandaddy of Them All pour devenir le 6ème joueur de l’Histoire à réussir 50 TD à la passe en une saison.

Résumé en vidéo

Lire la suite

Bowls

Fiesta Bowl 2019 : Les Tigers de LSU domptent Central Florida

Menés par un QB Joe Burrow des grands jours, les Tigers de #11 LSU ne se sont pas faits surprendre par les Knights de #8 Central Florida et remportent le Fiesta Bowl sur le score de 40-32.

Publié

le

Crédit photo : Twitter/@LSUFootball

Victime d’un violent block en début de match, le senior QB Joe Burrow a su parfaitement rebondir en lançant 4 passes de TD permettant aux Tigers de #11 LSU de remporter le Fiesta Bowl 2019.

Du même coup, #11 LSU met un terme à la série de 25 victoires consécutives des Knights de #8 Central Florida, qui espéraient faire tomber un second membre de la SEC en deux ans après avoir battu Auburn lors du Peach Bowl 2018.

Privés de plusieurs joueurs forfaits pour ce match notamment en défense, les Tigers auraient pu sombrer lorsque les Knights ont pris une avance 14-3 en milieu de 1er quart-temps suite à un magistral Pick Six de 93 yards de DB Brandon Moore. Sur le jeu, QB Joe Burrow (21/34, 394 yards, 4 TD, 1 INT) fût victime d’un monumental block de DL Joey Connors au niveau de l’épaule, qui laissa craindre que son match pourrait se terminer là.

Embed from Getty Images

Il n’en fût rien. Le quarterback des Tigers revint plus fort que jamais réussissant trois passes de TD coup sur coup à destination de WR Justin Jefferson (4 réceptions, 87 yards, 2 TD), à deux reprises, et de WR Derrick Dillon (2 réceptions, 86 yards, 1 TD). Le score était alors de 24-14 pour une équipe de #11 LSU qui survolait les débats dans ce 2ème quart-temps grâce à un travail énorme de la ligne défensive.

#8 Central Florida se redonna espoir sur le dernier drive de la première mi-temps, WR Gabriel Davis captant une passe de 32 yards de QB Darriel Mack (11/30, 97 yards, 1 TD, 1 INT) pour un TD des Knights. Les deux équipes rentrèrent ainsi aux vestiaires avec un score de 24-21 pour #11 LSU.

Les Tigers reprirent leur marche en avant dès le début du 3ème quart-temps. QB Joe Burrow réussira même sa 4ème passe de TD en se connectant sur 32 yards avec WR Ja’Marr Chase (6 réceptions, 93 yards, 1 TD) dès le premier drive de la 2ème mi-temps.

K Tracy Cole ajoutera ensuite trois FGs pour les Tigers qui menaient 40-24 en milieu de 4ème quart-temps.

RB Taj McGowan entretint l’illusion d’une surprise des Knights avec un TD au sol de 2 yards convertis à 2 points mais #11 LSU récupérera la possession du ballon sur l’onside kick qui suivit. Une toute dernière passe de QB Darriel Mack fût intercepté pour sceller le sort du match.

Sacké à 5 reprises dans ce match, QB Darriel Mack n’a pas su trouver le bon rythme au sein de la 3ème attaque du pays qui a été limitée à 250 yards (bien loin de leur 546.3 yards en moyenne en 2018). L’absence de QB MacKenzie Milton (gravement blessé au genou droit) s’est de nouveau fait ressentir.

À moins d’une énorme surprise, #8 Central Florida ne devrait pas s’auto-proclamer champion national, cette année.

Résumé en vidéo

Lire la suite

Bowls

Citrus Bowl 2019 : Benny Snell marche sur Penn State

Portés par un fabuleux RB Benny Snell, les Wildcats de #14 Kentucky concluent leur superbe saison 2018 par une victoire 27-24 sur les Nittany Lions de #12 Penn State lors du Citrus Bowl.

Publié

le

Crédit photo : Twitter/@UKFootball

Auteur de deux TD et de 144 yards au sol qui lui permettent de devenir le meilleur coureur de l’Histoire de la fac de Kentucky, RB Benny Snell a été le grand artisan de cette 10ème victoire des Wildcats en 2018. Un exploit qu’ils n’avaient plus réalisé depuis plus de 40 ans.

En plus de ses deux TD, le running back des Wildcats a réussi de précieuses courses en toute fin de match alors que les Nittany Lions de #12 Penn State (9-4) étaient revenus à trois petits points et avaient repris le momentum grâce au travail phénoménal de QB Trace McSorley (17/33, 246 yards, 2 TD, 1 INT et 75 yards au sol, 1 TD).

Le quarterback des Nittany Lions a réussi une 2ème mi-temps sensationnel échouant de peu dans sa tentative de comeback… et ce, malgré une blessure de la jambe. #12 Penn State était mené 27-7 au début du 4ème quart-temps avant que QB Trace McSorley conclut un long drive de 75 yards par une course d’un yard, puis qu’il se connecte avec TE Pat Friermuth pour un TD de 18 yards réduisant ainsi l’écart à 6 points.

Les Nittany Lions se sont même présentés sur la ligne de 14 yards des Wildcats mais ont été contraints de se contenter d’un FG qui a porté le score à 27-24 à 4:12 de la fin. La décision de coach James Franklin de ne pas tenter la 4ème tentative s’est avérée plus que controversée.

Car, le jeu au sol des Wildcats a terminé le travail, RB Benny Snell mangeant le chronomètre avec ses courses assassines.

Tout a commencé pour #14 Kentucky (10-3) par un TD sur un retour de punt de 58 yards réussi par Lynn Bowden Jr. Le score était de 10-7 à la mi-temps, Penn State ayant réduit le score sur une passe de TD de QB Trace McSorley pour WR Nick Bowers.

Les deux TD au sol de RB Benny Snell et un FG de 28 yards de K Miles Butler donneront une confortable avance de 20 points aux Wildcats avant la tentative de comeback des Nittany Lions.

On notera que le meilleur défenseur de l’année, LB Josh Allen (Kentucky), termine ce Citrus Bowl avec 3 sacks.

Avec ce succès, #14 Kentucky atteint le plateau des 10 victoires pour la première fois depuis 1977. Avec ses 3895 yards au sol en carrière, RB Benny Snell a battu le vieux record de Sonny Collins qui datait de 1975 (3835 yards).

Cette défaite prive les Nittany Lions d’atteindre le plateau des 10 victoires pour la 3ème année d’affilée.

Résumé en vidéo

Lire la suite

Articles les plus lus