Suivez-nous

Michigan Wolverines

Jim McElwain accepte le poste de coach des receveurs à Michigan

L’ancien head coach des Gators de Florida rejoint Jim Harbaugh chez les Wolverines.

Publié

le

Quelques semaines après avoir perdu son poste de head coach des Gators de Florida, Jim McElwain, n’a pas tardé à rebondir en rejoignant le coaching staff de Jim Harbaugh à Michigan.

L’ancien coach des Gators occupera la poste de coach des receveurs.

« Je suis excité d’être de retour et j’attends avec impatience d’aider Michigan à être meilleur » – Jim McElwain, coach des receveurs de Michigan.

Pour rappel, les Gators de Florida s’étaient inclinés face aux Wolverines de Michigan lors du match d’ouverture de la saison donnant ainsi le ton d’une saison décevante des Floridiens qui aura eu pour conséquence le renvoi de Jim McElwain.

Ce dernier avaient pourtant remporter deux titres consécutifs de champion de division SEC East lors de ses deux premières saisons à la tête des Gators.

L'équipe TBP est composée de passionnés qui vous informent quotidiennement sur l'actualité du College Football et qui vous proposent des analyses et des points de vue originaux sur le 2ème sport le plus médiatisé aux Etats-Unis.

Publicité
Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Michigan Wolverines

La Big Ten prive Jim Harbaugh de sideline jusqu’à la fin de la saison

Alors qu’une enquête visant le programme de Michigan concernant de supposés vols de signaux est toujours en cours, la Big Ten a annoncé la suspension du head coach des Wolverines jusqu’à la fin de la saison régulière.

Publié

le

Crédit photo : Paul Sancya, AP

Cette décision a été annoncée vendredi 10 novembre à la veille d’un match crucial dans la course au titre de division Big Ten East entre #3 Michigan (9-0) et #10 Penn State (8-1).

Selon la Big Ten, « le programme de Michigan a enfreint la politique concernant l’esprit sportif de la conférence pour avoir fait du scouting en personne et organisé un système de vol de signaux adverses sur plusieurs années, entraînant un avantage concurrentiel injuste qui a compromis l’intégrité de la compétition ».

Dans une lettre de 13 pages envoyée au directeur athlétique de l’université Michigan, Wade Manuel, le nouveau commissionnaire de la Big Ten, Tony Petitti, a indiqué que dans l’objectif de sanctionner l’université, il a pris la décision de suspendre seulement HC Jim Harbaugh afin de permettre à l’équipe de terminer la saison.

« Ce n’est pas une sanction contre coach Harbaugh. C’est une sanction envers l’université qui, en raison du caractère extraordinaire de ces agissements inacceptables, correspond le mieux à cette infraction au règlement ». – Tony Petitti, commissionnaire de la Big Ten.

La suspension annoncée envers HC Jim Harbaugh le privera donc de sideline les jours de match. Toutefois, le head coach des Wolverines pourra être présent aux entrainements avec son équipe tout au long de la semaine.

Malgré cette annonce la Big Ten, il se pourrait que HC Jim Harbaugh soit bien présent au Beaver Stadium pour le match face à Penn State. En effet, le président de l’université Michigan, Santa Ono, a immédiatement déclaré qu’il va demander une ordonnance du tribunal afin « d’empêcher que cette mesure disciplinaire prenne effet ».

Obtenir une ordonnance du tribunal pourrait s’avérer difficile avant le match de samedi. Vendredi 10 novembre est un jour férié aux États-Unis (journée des anciens combattants) et les tribunaux du Michigan sont fermés. Toutefois, les juges sont toujours disponibles pour délivrer des ordonnances d’interdiction temporaires ou d’autres actions en justice immédiates pour dans des cas exceptionnels lorsque les tribunaux ne fonctionnent pas.

En plus de cette réponse sur le plan judiciaire, l’université Michigan a fait part de sa très grande colère concernant le timing de cette annonce.

« Comme tous les membres de la conférence Big Ten, nous avons droit à un processus juste, délibéré et sérieux pour déterminer l’ensemble des faits avant qu’un jugement ne soit rendu. L’annonce d’aujourd’hui par le commissionnaire Tony Petitti est contraire aux propres règlements de la Big Ten car il enfreint les principes fondamentaux d’une procédure régulière et crée un précédent dangereux dans le cas où une enquête n’est pas terminée. Nous sommes consternés par la précipitation du commissionnaire à porter un jugement alors qu’une enquête de la NCAA est toujours en cours – une enquête à laquelle nous coopérons pleinement. » – Santa Ono, président de l’université Michigan.

Wade Manuel et l’un des avocats de HC Jim Harbaugh ont également fait part de leurs inquiétudes quant au fait que la ligue avançait de manière trop précipitée. Dans une lettre envoyée à la Big Ten, mercredi 9 novembre, ils ont déclaré qu’une sanction de la part de la conférence reviendrait à ignorer à la fois la procédure régulière ainsi que les statuts de la conférence.

Tony Petitti a contesté l’idée qu’il n’avait pas le pouvoir de sanctionner le programme de Michigan. Dans sa lettre de vendredi, il a déclaré « qu’il ne pourrait pas être plus clair » que les règles de la conférence lui donnent « un large pouvoir discrétionnaire » pour imposer des mesures disciplinaires en cas d’infraction majeure au règlement d’esprit sportif. Bien qu’il y ait une section du manuel de la Big Ten indiquant que la conférence doit s’en remettre aux enquêtes de la NCAA avant d’imposer une sanction supplémentaire pour les infractions de la NCAA, Tony Petitti a fait valoir que cela ne l’exclut pas d’agir séparément en cas d’infraction à l’esprit sportif.

Ce dernier a déclaré que l’université Michigan n’avait pas nié l’existence d’une infraction dans sa réponse, mais « au lieu de cela, l’université n’a offert que des arguments procéduraux et techniques destinés à retarder les sanctions ».

La suspension de HC Jim Harbaugh intervient trois semaines après que la Big Ten ait annoncé l’ouverture d’une enquête par la NCAA sur un vol illicite présumé de signaux de la part du programme de Michigan. Le commissionnaire Tony Petitti a déclaré que la NCAA l’avait informé au début du mois de novembre qu’elle « savait et pouvait prouver » que l’ancien employé de l’université Connor Stallions avait orchestré un stratagème qui enfreignait les règlements de la NCAA. Tony Petitti aurait eu accès à certains documents détaillant les signaux des équipes adverses des Wolverines ainsi que des reçus de vente de billets de match des futurs adversaires du programme de Michigan achetés par Connor Stallions.

Tony Petitti a également déclaré que l’université Michigan s’était initialement montré peu coopérative lorsqu’il a demandé la permission de consulter davantage de preuves recueillies par la NCAA, ce qui a entraîné un léger retard dans la prise d’une décision finale.

Le timing de la ligue vient en partie du fait que Michigan a demandé un jour supplémentaire pour fournir sa réponse à un avis de sanction disciplinaire potentielle, que la conférence a envoyé pour la première fois samedi dernier. L’université Michigan a répondu à la conférence, mercredi soir, par l’intermédiaire de l’avocat de Wade Manuel et Jim Harbaugh.

Ils ont fait valoir que des preuves récentes selon lesquelles d’autres écoles avaient également volé les signaux d’appel des Wolverines, montraient clairement que l’équipe n’avait pas bénéficié d’un avantage concurrentiel exceptionnel. Ils ont également noté que le commissionnaire pourrait créer un précédent dangereux s’il utilisait les règlements d’esprit sportif pour sanctionner tout programme ou head coach accusé d’avoir volé des signaux.

Tony Petitti a répondu qu’il n’était au courant d’aucune autre accusation de « vol de signaux d’appel avancé en personne, et encore moins d’un système aussi sophistiqué que celui supposé du programme de Michigan ». Il a ajouté que si la Big Ten prenait connaissance d’autres infractions potentielles, il prendrait les mesures appropriées. De plus, il a insisté sur le fait que « la conférence rejette avec véhémence toute défense selon laquelle les tricheries sont acceptables parce que d’autres équipes le font aussi. »

À noter que la sanction disciplinaire annoncée par la Big Ten ne conclut pas l’enquête en cours de la NCAA concernant les allégations de scouting hors campus et de vol de signaux d’appel par l’ancien employé de l’université Michigan, Connor Stalions.

Pour rappel, la NCAA a interdit le scouting en personne, hors campus, des futurs adversaires au cours de la même saison, en 1994. Il n’y a eu qu’une seule infraction connue de cette politique en Division I universitaire, en novembre 2016, lorsque Jeff Lebby, alors assistant à Baylor, a été suspendu pour la première mi-temps d’un match contre Oklahoma après avoir été sur la sideline la semaine précédente lorsque Oklahoma affrontait Tulsa.

Connor Stalions, diplômé de la Navy devenu capitaine du Corps des Marines avant de rejoindre staff du programme de football de Michigan en 2022, a démissionné vendredi dernier après avoir été initialement suspendu avec salaire en attendant les conclusions de l’enquête de la NCAA. Selon ESPN, Connor Stalions a refusé de se rendre à une convocation des responsables de l’université Michigan et de coopérer avec les enquêteurs de la NCAA. Dans une entrevue accordés à The Athletic, l’avocat de Connor Stalions, Brad Beckworth, a déclaré que jamais Jim Harbaugh ou tout autre membre du programmme de football de l’université Michigan n’ont demandé à son client d’enfreindre les règlements concernant le scouting hors campus en personne, et qu’ils n’étaient pas non plus au courant de telles activités.

Le 18 octobre dernier, la NCAA a informé l’université Michigan et la Big Ten qu’elle enquêtait sur des allégations de vol de signaux hors campus par les Wolverines. La Big Ten a initialement informé Michigan State et les autres prochains adversaires de Michigan dans la conférence, et a déclaré dans un communiqué qu’elle « continuerait à surveiller l’enquête [de la NCAA] ».

Wade Manuel a déclaré dans un communiqué que la Direction athlétique coopérerait pleinement avec la NCAA et restait « engagé à respecter les normes d’éthique et d’intégrité les plus élevées pour tous les membres de notre communauté ». De son côté, Jim Harbaugh, a déclaré dans un communiqué que lui et son équipe coopéreraient avec les enquêteurs de la NCAA et qu’il n’avait « aucune connaissance ou information concernant le vol illégal de signaux par le programme de football de l’Université du Michigan, et je n’ai pas non plus ordonné à un membre du personnel ou à d’autres de participer à un mission de scouting hors campus.

Après qu’ESPN ait rapporté que Connor Stalions et ses associés avaient acheté des billets pour des matchs dans 12 des 13 autres stades du Big Ten et pour des matchs impliquant d’éventuels adversaires des playoffs de Michigan, la Big Ten a laissé entendre qu’elle pourrait prendre des sanctions au regard de sa politique d’esprit sportif, qui donne à Tony Petitti « l’autorité exclusive ».  » pour déterminer les infractions et prendre des mesures disciplinaires. Une source de la Big Ten a déclaré à ESPN, le 24 octobre dernier, que la conférence pourrait intervenir avant la fin du long processus d’enquête et d’infractions de la NCAA, mais qu’elle voudrait avoir « une image aussi complète de la réalité des faits, si nous devions agir ».

L’urgence d’agir pour Tony Petitti s’est accrue la semaine dernière, après qu’ESPN a rapporté pour la première fois le 30 octobre que l’université Central Michigan enquêtait sur un homme qu’elle ne pouvait pas identifier mais qui ressemblait fortement à Connor Stalions et qui est apparu sur la sideline de l’équipe vêtu d’un équipement délivré par Central Michigan pour le match d’ouverture du 1er septembre, contre Michigan State. L’homme non identifié a obtenu une accréditation spécial pour se joindre à la sideline des Chippewas.

Tony Petitti a ensuite communiqué par téléphone avec plusieurs head coachs et directeurs athlétiques de la Big Ten, dont plusieurs ont exprimé leur indignation à l’égard de Michigan et ont exhorté le commissionnaire de prendre une sanction rapide. Tony Petitti a alore rencontré Santa Ono, le président de l’université Michigan, sur le campus d’Ann Arbor (Michigan) et lui a présenté les preuves dont il disposait sur le vol de signaux. La veille, Santa Ono a envoyé un e-mail à Tony Petitti – il avait partagé la lettre avec d’autres présidents et chanceliers de la Big Ten – et a notamment demandé au commissionnaire de respecter la procédure régulière et l’enquête en cours de la NCAA avant de sanctionner le programme de Michigan.

L’enquête sur le vol de signaux hors campus est la deuxième enquête en cours de la NCAA impliquant Michigan, qui a été informé en janvier d’infractions présumées lors du recrutement pendant la période morte du COVID-19. En août, Michigan a auto-imposé une suspension de trois matchs à Harbaugh pour commencer la saison 2023, ainsi que des suspensions d’un match au coordinateur offensif Sherrone Moore et Grant Newsome. La première enquête de la NCAA sur Michigan devrait être terminée en 2024.

Source : ESPN

Lire la suite

Michigan Wolverines

Jim Harbaugh suspendu pour les 3 premiers matchs de la saison 2023

Les double-champions de conférence Big Ten seront privés de leur head coach vedette jusqu’au coup d’envoi du calendrier de conférence, le 23 septembre.

Publié

le

Crédit photo : Darron Cummings, AP

L’université Michigan a imposé trois matchs de suspension au head coach des Wolverines, Jim Harbaugh, qui est visé par une enquête de la NCAA concernant plusieurs violations aux règlements du processus de recrutement.

Ce dernier aurait déjà avisé l’ensemble du staff et les joueurs lors d’un meeting organisé lundi après-midi.

Cette auto-suspension intervient quelques jours après que l’université Michigan ait proposé au comité de discipline de la NCAA une suspension de quatre jours afin de démontrer sa Bonne Foi et mettre fin à l’enquête.

« Alors que l’enquête de la NCAA se poursuit, l’annonce d’aujourd’hui est notre façon de corriger les erreurs que notre département a commises dans le but de faire avancer ce processus. » – Wade Manuel, directeur athlétique de l’université Michigan.

La Direction athlétique du campus d’Ann Arbor (Michigan) a prévu de nommer un coach par intérim pendant l’absence de HC Jim Harbaugh.

Selon les dirigeants de l’unievrsité Michigan, cette auto-suspension est cohérante avec les suspensions généralement annoncées par la NCAA dans des cas similaires arrivés par le passé. Toutefois, la NCAA a le pouvoir d’imposer ses propres sanctions dans les prochaines semaines.

Que reproche la NCAA à Michigan ?

Selon les premiers éléments de l’enquête lancée par la NCAA, le programme de football des Wolverines aurait commis plusieurs infractions en organisant des voyages de recrutement interdits sur et hors campus pendant la dead period (« période morte ») de la COVID-19. Il faut rappeler que HC Jim Harbaugh a déjà reçu un constat d’infraction de niveau I après que la NCAA l’ait accusé d’avoir été malhonnête au cours de l’enquête préliminaire

La NCAA reproche également au programme de football de Michigan d’avoir fait appel à de faux analystes non-membres du coaching staff lors des différents entrainements de l’équipe pendant que le coaching staff supervisait ces séances via Zoom. Tout ceci étant évidemment interdit par les règlements NCAA.

Quelle conséquence sur l’équipe de Michigan ?

HC Jim Harbaugh manquera dont les trois premiers matchs de la saison 2023 des Wolverines, trois matchs face à des adversaires hors-conférence : East Carolina, UNLV et Bowling Green. Le coach de Michigan serait donc de retour sur la sideline à partir du 23 septembre, lors du premier match intra-Big Ten des Wolverines, face à Rutgers.

Toutefois, en annonçant cette auto-suspendion, Michigan garde le contrôle du choix des matchs touchés par les probables sanctions annoncées dans le futur par la NCAA. Les Wolverines préfèrent probablement perdre HC Jim Harbaugh en début de saison face à des adversaires médiocres plutôt qu’en fin de saison lorsque les Wolverines seront éventuellement en course pour une place en playoffs.

Après deux saisons consécutives avec une participation en College Football Playoff, Michigan débutera sa campagne 2023 à la 2ème place de l’AP Poll et fait partie des grands favoris pour succéder éventuellement aux Bulldogs de #1 Georgia.

Lire la suite

Michigan Wolverines

Michigan titularise QB McNamara en week 1 et QB JJ McCarthy en week 2

Jim Harbaugh a décidé de ne pas trancher entre les deux candidats au poste de quarterback titulaire des Wolverines de Michigan en nommant deux joueurs différents pour débuter les deux premiers matchs de la saison.

Publié

le

Crédit photo : Kirthmon Dozier, Detroit Free Press

QB Cade McNamara face à Colorado State en week 1 et QB JJ McCarthy face à Hawaii en week 2. Jim Harbaugh a donc pris tout le monde à contrepied en décidant de ne rien décider concernant le nom du prochain QB#1 des Wolverines.

« À la fin du camp d’entrainement, j’ai le sentiment que nous avons deux quarterbacks, Cade McNamara et J.J. McCarthy, avec lesquels nous sommes confiants de pouvoir gagner un titre de champion quel que soit celui des deux qui sera au centre de notre attaque. » – Jim Harbaugh, head coach de Michigan.

Au cours de la saison 2021, QB Cade McNamara a lancé pour 2576 yards, 15 TDs contre 6 INT. Il a surtout conclu la saison avec un bilan de 12-2 dont une victoire de prestige face à Ohio State (même si ce jour-là, c’est essentiellement RB Hassan Haskins et la défense qui ont gagné The Game). Récemment nommé parmi les capitaines de l’équipe, il semblait avoir pris une courte avance lors des canps d’entrainements dans cette bataille des quarterbacks qui passionnent les fans de Michigan.

De son côté, QB J.J. McCarthy a lancé pour 516 yards, 5 TDs contre 2 INTs. Ce dernier a également réussi 2 TDs au sol. Ses aptitudes physiques et son statut d’ancien prospect 5-étoiles ne peuvent pas être ignorés. Une partie de la Maize and Blue Nation a d’ailleurs fait pression ces dernières semaines pour qu’une chance soit donnée au quarterback sophomore.

Avec cette annonce, Jim Harbaugh répousse à plus tard une décision qu’il devra probablement prendre au cours du mois de septembre. Les systèmes offensifs à deux quarterbacks ont très rarement fonctionné chez les aspirants au titre national. Le coach des Wolverines se donne donc deux semaines supplémentaires pour séparer les deux joueurs.

Lire la suite

Dossier

[rivalry] Michigan et Michigan State à la conquête du Paul Bunyan Trophy

Deux universités, deux campus, deux programmes, pour un trophée, pour un Etat. Michigan versus Michigan State, Wolverines versus Spartans, Ann Arbor versus East Landing. Chaque année, cette confrontation tient en haleine le monde du football universitaire

Publié

le

Deux universités, deux campus, deux programmes, pour un trophée, pour un Etat. Michigan versus Michigan State, Wolverines versus Spartans, Ann Arbor versus East Lansing. Chaque année, cette confrontation tient en haleine le monde du football universitaire.

La rivalité entre Michigan et Michigan State possède une histoire riche. La première confrontation entre les 2 universités remonte à plus d’un siècle, 1898 plus exactement. Depuis cette date, 105 confrontations ont été jouées, et Michigan tient largement les commandes avec un bilan de 68-32-5 en sa faveur.

Ce n’est qu’à partir de 1953 et l’arrivée de Michigan State dans la Big Ten Conference que les 2 universités se disputent le Paul Bunyan Trophy. Ce trophée, représentant le bucheron géant Paul Bunyan, symbolise l’histoire du Michigan, autrefois un Etat majeur dans la production du bois.

L’histoire commune entre Wolverines et Spartans débute donc en 1898. Dès le début, Michigan semble être plusieurs crans au dessus de Michigan State. De 1898 à 1933, Michigan remporte 23 rencontres, pour seulement 2 défaites et 3 nuls. En 1902, les Wolverines l’emporteront d’ailleurs sur un score record de 119 à 0. Michigan sera élu champion national cette année là, comme en 1901, 1903 et 1904.

Entre 1934 et 1937, les Spartans enchainent 4 victoires d’affilée contre Michigan, avant de sombrer 10 fois de suite jusqu’en 1949.

Les années 1950 et 1960 représentent la période de domination de Michigan State. Dans les années 1950, les Spartans sont l’une des meilleures équipes du football universitaire au niveau national. Guidés par coach Clarence Munn et par des joueurs comme Lynn Chandnois, Dorne Dibble, Bob Carey ou encore Don Coleman, MSU termine les saisons 1951 et 1952 invaincu, avec le titre national en poche (partagé avec Tennessee en 1951). Les Spartans remporteront également le Rose Bowl de 1954 et 1956, sous les ordres de coach Duffy Daugherty. Michigan State est à nouveau élu champion national en 1965 (malgré une défaite contre UCLA au Rose Bowl) et en 1966 (co-champion avec Notre Dame, suite au match nul 10 à 10 dans le « Game of the Century »). De 1950 à 1969, les Spartans domineront logiquement les Wolverines avec 14 victoires pour seulement 4 défaites et 3 nuls.

1970 marque un tournant. L’arrivée de Bo Schembechler à la tête des Wolverines va radicalement changer la donne. Michigan devient à nouveau une place forte du football universitaire durant cette décennie. Classé dans le top 10 (au classement AP Top 25) des équipes universitaires de 1970 à 1979, Michigan prendra le dessus sur Michigan State 8 fois sur 9 (défaite en 1978, année où les 2 universités se partageront le titre de la Big Ten Conference). Les années se suivent et se ressemblent, puisque Michigan remportera 8 des 10 matchs joués durant les années 1980.

Le match de 1990 marque un moment important dans l’histoire de la rivalité. Classé #1, UM reçoit MSU à Ann Arbor. Favoris, les Wolverines sont menés 28 à 21 dans la dernière minute. Un touchdown d’Elvis Grbac pour Derrick Alexander permet à Michigan de revenir à un point. Gary Moeller, le coach des Wolverines, joue la gagne avec une tentative de conversion à 2 points. Dans une action très confuse, les arbitres oublieront une pass interference d’Eddie Brown sur Desmond Howard. Le score ne changera plus malgré une dernière Hail Mary de Grbac qui sera d’ailleurs interceptée. Après le match, les arbitres appelleront Moeller afin de s’excuser pour la mauvaise décision arbitrale ayant couté le match à Michigan.

Les années 1990 restent tout de même à l’avantage des Wolverines. Classé dans le top 10 de l’AP Top 25 jusqu’en 1997, Michigan dominera son rival avec un bilan de 7-4 entre 1990 et 2000. Les Wolverines, guidés par le quarterback Brian Griese et le vainqueur du trophée Heisman Charles Woodson, seront même champions nationaux en 1997.

L’arrivée des années 2000 marque par la même occasion l’arrivée d’un certain nombre de belles confrontations, à la fois serrées et intenses, entre les 2 rivaux.

Le match de 2001 par exemple, aussi appelée le « Clockgate », restera à jamais dans les mémoires des deux camps. Menés 24 à 20 à 3 minutes de la fin, les Spartans recupèrent le ballon au milieu de terrain. Après une penalité contre Michigan pour un facemask et une autre pour avoir mis 12 joueurs sur le terrain, MSU a une occasion rêvée de passer devant à 17 secondes de la fin. Jeff Smoker, le quarterback des Spartans, tente une course mais est stoppé sur la ligne des 1 yards, avec l’horloge qui tourne. Michigan State se dépêche pour « spiker » la balle afin d’arrêter la montre. Le chronomètre indique qu’il reste 1 seconde à jouer, avec donc une dernière tentative pour les Spartans. Sur la dernière action du match, Smoker trouve T.J. Duckett pour le touchdown, permettant à Michigan State de l’emporter 26 à 24.

Le commentateur radio de Michigan, Frank Beckmann, qualifiera le match de « criminel » et critiqua fortement les arbitres. Malgré les réclamations de Beckmann, il a été prouvé que la décision arbitrale était bonne et qu’il restait bien du temps au moment du « spike ». Beckmann insista tellement que Bob Stehlin, le Clock Operator (responsable de l’horloge), était à deux doigts de poursuivre Beckmann en justice pour diffamation et calomnie. Finalement, aucune plainte n’a été portée et tout est rentré dans l’ordre.

Trois ans plus tard, Michigan et Michigan State s’opposent à Ann Arbor, dans un match qui se décidera en 3 prolongations (ce qui n’est jamais arrivé auparavant au Michigan Stadium). Les Wolverines l’emporteront 45 à 37, portés par leur receveur star Braylon Edwards (11 réceptions pour 189 yards et 3 touchdowns) et leur running back Mike Hart (224 yards en 33 courses).

L’année suivante, la rencontre se décidera à nouveau en prolongations. Ce match est spécial car c’est la première fois depuis 1968 que Michigan State est classé (#11) dans l’AP Top 25 alors que Michigan ne l’est pas (au moment de l’opposition). Cela n’empêchera cependant pas les Wolverines de dominer le début de match, en menant au score 14 à 0 puis 21 à 7. Les Spartans réagissent et parviennent à revenir à la hauteur de leur adversaire. Le temps réglementaire se finit sur un score de parité 31 à 31. En prolongations, MSU aura l’occasion de passer devant sur un field goal, mais le kicker John Goss est maladroit. Cela va couter très cher aux Spartans vu que le kicker de Michigan, Garrett Rivas, permettra à son équipe de l’emporter sur un field goal de 35 yards.
La suprématie de Michigan sur son rival se prolongera jusqu’en 2007, avec deux nouvelles victoires 31 à 13 et 28 à 24, portant ainsi la série victorieuse des Wolverines à 6 victoires d’affilée.

A partir de 2008, la tendance s’inverse. Michigan State va dominer son rival pendant 4 longues années, avec notamment des victoires inattendues en 2009 et 2011. Michigan parviendra à stopper l’hémorragie en 2012 en l’emportant 12 à 10 face aux Spartans, le tout sans scorer le moindre touchdown durant le match avant d’être ridiculisé 29-6 par Michigan State en 2013 qui a sacké le quarterback des Wolverines à 7 reprises forçant ainsi le programme d’Ann Arbor à terminer avec une abominable fiche de… -48 yards au sol !

Samedi, un nouveau chapitre du Paul Bunyan Trophy s’ouvrira à East Lansing. Ce sera la 114ème confrontation entre les 2 universités, pour notre plus grand bonheur.

L’anecdote : Les Spartans sont la « football factory »

Au début des années 1950, les Michigan State Spartans sont considérés comme l’une des meilleures équipes du pays. Ils gagnent même le surnom de « football factory », que l’on pourrait traduire comme « l’usine à football ».

Ce surnom n’est cependant pas pris au hasard. En effet, les années 1950 sont marquées par le développement de l’industrie automobile à Detroit, la principale ville de l’Etat du Michigan. C’est donc en référence à la ville leader de fabrication automobile que les Spartans étaient appelés la « football factory ».

Lire la suite

Articles les plus lus