Suivez-nous sur

Preview

Preview 2017 : Washington Huskies

Champions de conférence Pac-12 en 2016, les Huskies de Washington possèdent tous les ingrédients dont le duo QB Jake Browning / RB Myles Gaskin pour conserver leur titre et viser une place en playoffs.

Credit photo : GoHuskies.com

Preview 2017 : Washington Huskies

Washington Huskies

Conférence Pac-12 – Division North
En 2016 : 
12-2, 8-1 Pac-12. Défaite 7-24 lors du Peach Bowl (CFP Semi-Finals) face à Alabama.
Head Coach : Chris Petersen, 4e année (27-14 à Washington et 119-26 en carrière).
Coordinateur offensif : Jonathan Smith, Matt Lubick.
Coordinateur défensif : Pete Kwiatkowski, Jimmy Lake.
Titulaires de retour : .8 en attaque, 6 en défense, kicker.
Joueurs-clés partis : WR John Ross, TE Darrell Daniels, OG Jake Eldrenkamp, DT Elijah Qualls, LB Joe Mathis, CB Kevin King, CB Sidney Jones, FS Budda Baker.
Joueurs à suivre : QB Jake Browning, RB Myles Gaskin, WR Aaron Fuller, WR Dante Pettis, C Coleman Shelton, OT Trey Adams, DT Vita Vea, LB Azeem Victor, CB Byron Murphy, SS Taylor Rapp.

Avec son titre de conférence Pac-12 obtenu l’an passé et une qualification au College Football Playoff, l’équipe emmenée par coach Chris Petersen fait rêver à nouveau. La preuve, les Huskies ont déjà obtenu les accords verbaux de deux des meilleurs quarterbacks du pays pour leur classe de recrutement 2018. Un luxe rare qui montre le retour aux affaires de Washington.

Il s’agit d’une belle revanche pour des Huskies quatre fois champions nationaux (1960, 1984, 1990, 1991), qui affichaient un bilan de 0-12 en 2008. Si le passage de Steve Sarkisian a simplement permis au programme de football de se stabiliser pour végéter au milieu de la Pac-12, l’arrivée de Chris Petersen a rapidement apporté du renouveau. Il n’aura fallu que deux ans d’adaptation à l’ancien coach de Boise State pour boucler sa troisième saison avec le titre de conférence et une place en playoffs.

Avec une attaque qui retourne la plupart de ses titulaires et qui promet beaucoup dans le backfield, une défense à rebâtir mais dont les éléments nécessaires semblent déjà prêts à se montrer, sans parler d’un calendrier très favorable, Washington est un favori incontestable pour se succéder en tant que champion de Pac-12 cette année.

Attaque

Alors que la défense était le point fort des Huskies l’an passé, leur attaque pourrait faire grand bruit cette saison. Chris Petersen récupèrera la majorité de ses titulaires et n’aura à se soucier principalement que de trouver un remplaçant solide au receveur John Ross (9e choix de la draft 2017). Expérimentée, cette attaque sera surtout composée de juniors et de seniors, ce qui augure de nombreux départs dans ce secteur l’année prochaine. Washington ne peut donc pas manquer son rendez-vous cette saison, emmenée par QB Jake Browning (3430 yards à la passe, 43 TD et 9 INT en 2016) qui a passé pour plus de 3 400 yards pour 43 TD et 9 interceptions en tant que sophomore en 2016. Le Pac-12 Offensive Player of the Year sera un outsider sérieux pour le Heisman Trophy.

D’ailleurs, pour beaucoup, le duo Browning-Gaskin est l’un des meilleurs tandems quarterback-running back du pays. RB Myles Gaskin (1373 yards au sol, 10 TD en 2016) a dépassé la barre des 1 000 yards lors de ses deux saisons avec les Huskies et, sauf coup dur, il devrait à nouveau y parvenir cette saison. RB Lavon Coleman (852 yards au sol, 7 TD en 2016) sera également mis à contribution pour gagner du terrain à la course avec son style de bulldozer et il pourrait s’approcher des 1 000 yards également après sa saison à 852 yards en 2016. Voilà un monstre à trois têtes avec lequel il devrait être très compliqué de lutter cette saison, surtout si le redshirt freshman RB Sean McGrew, prêt à être lancé dans le grand bain, confirme son potentiel de running back polyvalent.

Mais si Browning et sa clique de running backs fait aussi peur, c’est parce que tout ce beau monde est bien protégé par une ligne offensive très expérimentée, qui n’a perdu qu’un seul titulaire. LT Trey Adams, sélectionné dans la Pac-12 First Team en 2016, et C Coleman Shelton, sélectionné dans la Pac-12 Second Team, seront chargés de diriger cette ligne alors qu’ils sont déjà considérés comme deux des tout meilleurs offensive linemen de la conférence pacifique. Le redshirt freshman OG Nick Harris sera le petit nouveau, arrachant tout de même une place de titulaire après seulement une saison à fouler le terrain occasionnellement. OG Andrew Kirkland et OT Kaleb McGary seront les deux autres joueurs d’expérience qui reprendront leur rôle au sein de cette ligne offensive en béton armé.

Si tout semble aller pour le mieux pour les Huskies en attaque, il leur reste néanmoins à déterminer qui sera la principale cible de Jake Browning. À première vue, les attentes sont élevées envers WR Dante Pettis (53 réceptions, 822 yards, 15 TD en 2016) après une saison pleine, mais le joueur saura-t-il prendre une autre envergure et assumer un rôle majeur ? Le receveur ne pourra plus compter sur John Ross pour attirer les défenseurs adverses. Il pourra néanmoins espérer recevoir du soutien de WR Aaron Fuller (16 réceptions, 184 yards, 2 TD en 2016) et WR Chico McClatcher (31 réceptions, 574 yards, 5 TD en 2016), pressentis pour faire son trou au sein de cette attaque des Huskies, ou encore le true freshman WR Ty Jones, dont le potentiel laisse envisager une carrière très prometteuse.

Outre toutes les pièces offensives précitées, Chris Petersen pourra aussi compter sur TE Drew Sample (9 réceptions, 106 yards en 2016), dont les responsabilités seront bien plus grandes cette année alors qu’il hérite de sa place parmi les titulaires. TE Will Dissly devrait néanmoins être un élément important de la rotation.

En plus d’être très expérimentée, cette attaque explosive des Huskies pourra donc compter sur le retour de la plupart de ses titulaires. Avec Chris Petersen aux manettes, un coach qui sait comment gagner, Washington devrait piétiner la plupart des défenses de Pac-12 qui ne possèdent pas le talent nécessaire pour stopper à la fois Jake Browning et son tandem de running backs. Il n’y a plus qu’à espérer que la défense suive le mouvement.

Défense

Car l’escouade défensive des Huskies est en reconstruction partielle. Meilleure défense de Pac-12 l’an dernier, Washington a perdu beaucoup de force avec la dernière draft mais retourne néanmoins six titulaires responsables de 50% de la production défensive en 2016. Grâce à un recrutement efficace ces dernières années, Chris Petersen devrait pouvoir remplacer la plupart de ses anciens titulaires. Avec NT Vita Vea (39 plaquages, 5 sacks en 2016) sur la ligne et LB Akeem Victor (68 plaquages en 9 matchs joués en 2016) pour contrôler la défense, les Huskies devraient à nouveau torturer les coureurs adverses.

En ce qui concerne le jeu aérien, par contre, les choses pourraient se corser. Washington a perdu trois titulaires au sein de sa secondary et il ne sera pas simple de remplacer le tandem de cornerbacks antérieurement composé de Kevin King (33e choix de la Draft 2017), Sidney Jones (43e), et du safety Budda Baker (36e). Dans une conférence qui abrite Josh Rosen, Sam Darnold, Luke Falk et pléiade de quarterbacks compétents, la question de savoir si Washington saura défendre contre le jeu aérien avec une secondary recomposée et inexpérimentée est un sujet majeur à l’aube de la saison.

Sophomore cette saison, FS Taylor Rapp (52 plaquages, 2 passes défendues, 4 INT, 1 FF en 2016)  sera ainsi le leader par défaut du groupe de defensive backs. À ses côtés, le freshman CB Byron Murphy semble prêt à être jeté dans le grand bain après une année redshirt et l’ancien prospect quatre étoiles a du talent à revendre. Les vétérans CB Jordan Miller et SS Jojo Macintosh (67 plaquages en 2016) seront également attendus au tournant. Ces quatre joueurs formeront donc la secondary de Washington et leurs performances devraient fortement impacter la qualité défensive de l’équipe de Chris Petersen, en bien ou en mal.

Sur la ligne, les Huskies seront orphelin d’Elijah Qualls (214e choix de la Draft 2017) mais pourront compter sur DT Greg Gaines (35 plaquages, 3.5 sacks en 2016), déjà titulaire l’an passé, et DE Jaylen Johnson (12 plaquages, 2.5 pour perte, 1 sack en 2016), nouveau venu dans l’équipe titulaire. En 2016, Chris Petersen avait composé une ligne défensive où le joueur le moins lourd pesait tout de même 144 kilos. Johnson fera donc office de poids plume avec ses 130 kilos, à côté de Gaines et Vita Vea.

Pour compléter son front seven, outre Akeem Victor en patron, Washington fera appel à LB Connor O’Brien, considéré comme titulaire avant le spring game mais dont la blessure pourrait permettre à LB Benning Potoa’e (19 plaquages en 2016) de viser le line-up de départ. LB Keishawn Bierria (68 plaquages, 2 sack et 5 fumbles recouverts en 2016) sera de retour au milieu de la défense, au côté de Victor, pour sa dernière saison universitaire. Le dernier poste de titulaire échoie finalement à LB Tevis Bartlett (26 plaquages, 9 pour perte, 4 sacks en 2016), qui s’est suffisamment mis en avant l’an dernier au sein de la rotation pour enfin avoir sa chance de briller au milieu de la galaxie d’étoiles de Washington.

Équipes spéciales

Sachant que P/PK Tristan Vizcaino (40.7 yards par punt en 2016) fera ses valises à l’issue de cette saison, les Huskies ont signé l’Australien P Joel Whitford pour assurer la relève comme punter. On devrait même le voir dès cette année sur le terrain, pour laisser à Vizcaino l’occasion de se concentrer pleinement sur la charge de kicker. Reste à voir si Chris Petersen fera confiance, dans les moments difficiles, à un joueur aussi jeune et inexpérimenté, à un poste qui peut s’avérer déterminant.

En ce qui concerne les retours de coups de pied, les Huskies ont vu partir leur meilleur élément dans l’exercice, John Ross, mais peuvent compter sur trois autres habitués des special teams : WR Dante Pettis (2 TD en 2016), déjà PR en 2016, CB Austin Joyner et WR Chico McClatcher. Sans oublier WR Aaron Fuller, qui devrait en outre voir son temps de jeu augmenter considérablement en attaque.

Calendrier

Si le calendrier des Huskies leur était déjà considéré comme favorable l’an passé, il l’est encore plus cette année. Lors des trois premiers matches, Washington se déplacera à Rutgers, puis recevra Montana (FCS) et Fresno State. Une mise en jambe très accessible pour un outsider au titre national. Hormis les déplacements à Colorado en W4 et Stanford en W11, les joueurs de Chris Petersen recevront leurs principaux adversaires : UCLA en W9, Oregon en W10, Utah en W12 et Washington State pour boucler la saison régulière.

Ainsi, Washington n’aura pas à affronter USC cette année avant les finales de conférence, alors que les Trojans font figure d’autre grand favori pour le titre de Pac-12. Ces derniers avaient infligé aux Huskies leur seule défaite en saison régulière l’an passé.

Match clé
@ Stanford, le 10 novembre
Washington abordera la dernière partie de la saison face à ses plus rugueux adversaires : UCLA, Oregon, Stanford, Utah et Washington State en conclusion. Mais les Huskies en joueront la plupart à domicile. Le déplacement à Stanford, face à une équipe qui progresse et qui pourrait revenir à son niveau d’excellence, s’avèrera particulièrement dangereux à ce stade de la saison.

Conclusion

S’il demeure quelques interrogations majeures à l’heure actuelle, principalement la succession de John Ross comme go-to guy et l’état de la secondary, cette équipe de Washington se place déjà en favori pour sa propre succession en Pac-12 avec tous ses futurs joueurs NFL potentiels arrivés à maturation. Après avoir goûté au College Football Playoff, Chris Petersen et son équipe sont certainement avides de se montrer sous un meilleur jour que face à Alabama la saison passée. Pour ça, les Huskies ne devront pas craquer et ils pourront aborder leur première partie de calendrier avec une pression minime face à des adversaires très accessibles. Le temps pour les joueurs de se synchroniser, avant d’affronter des concurrents de conférence qui n’auront qu’une envie : faire tomber le champion de Pac-12 en titre. Washington a fait son retour dans la cour des grands en 2016 ; il ne reste plus qu’à conserver le momentum sur la durée, et la saison qui vient sera déterminante.

Taulier du blog USC Trojans FR pendant quelques années, Loïc Baruteu aka Bartholomeo a rejoint définitivement l'équipe de The Blue Pennant en septembre 2013 après plusieurs collaborations fructueuses.

Cliquer pour commenter

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Preview 2017

Advertisement

Podcast

A la Une

A lire également - Preview