Suivez-nous sur

Preview

Preview 2017 : Nebraska Cornhuskers

Credit photo : Steven Branscombe/Getty Images

Preview 2017 : Nebraska Cornhuskers

Nebraska Cornhuskers

Conférence Big Ten – Division West
En 2016 :
9-3, 6-3 Big Ten. Music City Bowl : défaite contre Tennessee, 38-24.
Head Coach : Mike Riley, 3ème année (15-11). Bilan en carrière : 108-91.
Coordinateur offensif : Danny Langsdorf.
Coordinateur défensif : Bob Diaco.
Titulaires de retour : 6 en attaque, 6 en défense, punter, kicker.
Joueurs-clés partis : QB Tommy Armstrong Jr., RB Terrell Newby, WR Jordan Westerkamp, TE Cethan Carter, LB Josh Banderas, LB Michael Rose-Ivey.
Joueurs à suivre : RB Devine Ozigbo, WR Stanley Morgan, DE Freedom Akinmoladum, NT Mick Stoltenberg, LB Dedrick Young, CB Chris Jones, S Joshua Kalu.

Arrivé en 2015, en provenance d’Oregon State, Mike Riley a déjà posé sa patte sur le programme des Nebraska Cornhuskers. Après une première saison à 6-6, et une qualification in-extremis en bowl, le programme quintuple champion national a réalisé un bel exercice 2016, avec neuf victoires au compteur, mais une défaite contre Tennessee … sur le terrain des Volunteers.

Mais le visage de l’équipe version 2017 reste encore à déterminer. Nouveau quarterback, changement de coordinateur défensif … Les impondérables sont de taille, mais Nebraska est sur une bonne dynamique qu’il espère poursuivre dans une division West des plus accrochées…

Attaque

Difficile de remettre en question les talents de playmaker de Tommy Armstrong Jr. A l’image de son touchdown de la victoire, contre Oregon, l’an passé, l’ancien quarterback des Huskers a été capable d’actions décisives à la passe comme à la course. Son seul défaut : un manque flagrant de régularité dans le jeu aérien. Une donnée qu’espère corriger Mike Riley en nommant son successeur.

Le grand favori du poste est le junior QB Tanner Lee (1639 yards, 11 TD, 7 INT en 2015). Transféré de Tulane, l’an passé, ce pocket-passer de formation a marqué des points pendant les camps d’entraînement du printemps. Mais son ratio de 23 touchdowns pour 21 interceptions au sein du Green Wave ne rassure pas à 100%. Si son intégration n’est pas idéale, le redshirt freshman QB Patrick O’Brien ou le true freshman QB Tristan Gebbia pourraient rafler la mise.

Mais comme ce fut souvent le cas dans l’histoire du programme, la valeur sûre sera sans aucun doute le backfield offensif. En fin d’éligibilité, Terrell Newby peut partir sereinement car les candidats ne manquent pas au poste de running back. Le junior RB Devine Ozigbo (412 yards, 5 TD en 2016) semble le plus à même de prendre le relais, avec de bonnes séquences entrevues en 2016. Le sophomore RB Tre Bryant (172 yards au sol, 1 TD en 2016) et le junior RB Mikale Wilbon apporteront un peu plus de rotation pour faire mouche au sol.

Là où Nebraska pourrait surprendre, c’est au niveau de ses cibles. Mike Riley a fait éclore quelques talents dans ce domaine à Oregon State (Markus Wheaton et Brandin Cooks, par exemple) et malgré les départs d’Alonzo Moore et de Jordan Westerkamp, il y a du potentiel. Le junior WR Stanley Morgan Jr (33 réceptions, 453 yards, 2 TD en 2016) a la carrure pour devenir le go-to-guy de l’équipe, bien aidé par l’explosivité du senior WR De’Mornay Pierson-El (20 réceptions, 254 yards, 1 TD en 2016) pour se faire oublier. Les juniors WR Bryan Reimers (5 réceptions, 75 yards, 1 TD en 2016) et WR Keyan Johnson sont, eux, aptes à prendre plus de responsabilités en 2017. Avec deux tight ends sur le départ, dont l’imposant Cethan Carter, les Huskers auront un léger manque d’expérience que devra compenser le senior TE Tyler Hoppes.

Pas de réelle vedette au sein de la ligne offensive, et cela s’est ressenti en 2016 sur les matches les plus cruciaux de la saison. Les juniors LT Nick Gates, LG Jerald Foster et RG Tanner Farmer sont en tout cas de retour pour s’améliorer, de même que le senior RT David Knevel sur l’aile droite du groupe. Le dernier spot devrait se jouer entre le junior C Cole Conrad et le sophomore C Michael Decker. On gardera enfin un œil sur le redshirt freshman et ancienne recrue 4 étoiles, LT Matt Farniok.

Défense

Le plus gros bouleversement de cette intersaison, à Lincoln, est incontestablement du côté de la défense. Mark Banker, coordinateur et longtemps lieutenant de Mike Riley, a été remercié en raison d’une trop grande inconstance de son escouade. Exit donc le système 4-3. Place à la 3-4 sous les ordres de l’ancien head coach de Connecticut, Bob Diaco.

Auteur de petites merveilles lorsqu’il dirigeait la défense de Notre Dame (au point d’amener les Fighting Irish en finale nationale), le jeune coach a modulé le roster à sa façon, même si certains secteurs peuvent inquiéter.

Ce n’est pas forcément le cas de la ligne défensive, où les trois titulaires annoncés ont montré des choses en 2016. Meilleur sackeur de l’équipe parmi les revenants, le junior DE Freedom Akinmoladum (32 plaquages, 3 sacks en 2016) quittera son poste d’edge rusher pour se recentrer sur l’intérieur du premier rideau. Deux anciens defensive tackles l’épauleront, à savoir le prometteur junior NT Mick Stoltenberg (25 plaquages, 1.5 sacks en 2016) comme nose tackle, et le sophomore DE Carlos Davis (24 plaquages, 2 TD en 2016). Le frère jumeau de ce dernier, DT Khalil Davis, se tient également prêt.

Les linebackers sont plus intrigants. Pas au niveau des middles. La poursuite du senior ILB Chris Weber (17 plaquages en 2016) et la couverture du junior ILB Dedrick Young (60 plaquages, 1 sack en 2016) en faisant un duo des plus complémentaires. L’arrivée de la recrue 4 étoiles ILB Avery Roberts devrait un peu plus solidifier ce groupe. Mais l’énigme concerne surtout le pass rush. Ross Dzuris parti, les vraies menaces extérieures devraient être le senior OLB Marcus Newby (18 plaquages, 2 sacks en 2016) et le junior OLB Luke Gifford. Ancien defensive end de l’équipe, le sophomore OLB Alex Davies peut crânement jouer sa chance.

Venons-en à la force de cette équipe : le backfield défensif. Un groupe fait de playmakers, et dont la profondeur sera clairement un atout. Le vif et combatif senior FS Joshua Kalu (66 plaquages, 1 sack, 1 INT en 2016) va quitter son poste de cornerback pour assurer la couverture sur l’intérieur du secondary. Son binôme n’est pas encore clairement identifié, le junior SS Aaron Williams (62 plaquages, 2 sacks et 3 INT en 2016) et le senior SS Kieron Williams (17 plaquages en 2016) étant tous les deux en ballotage. Les deux homonymes pourraient même être associés pour faire de Kalu un nickelback dans un backfield renforcé.

Cornerback numéro 1 l’an passé, le senior CB Chris Jones (37 plaquages, 1 sack, 3 INT et 1 TD en 2016) sera absent pour une longue période mais il servira de mentor au très prometteur sophomore CB Lamar Jackson (17 plaquages, 1 sack en 2016), ancienne recrue 4 étoiles et très performant sur équipes spéciales jusque-là.

Équipes spéciales

On ne change pas des special teams globalement efficaces en 2016. Précis, le senior K Drew Brown (12 sur 14 FG en 2016) est de retour pour botter. Le sophomore P Caleb Lightbourn (39.7 yards par punt en 2016) rempile également, mais devra se montrer beaucoup plus régulier. PR De’Mornay Pierson-El (7.3 yards par PR) et KR Tre Bryant (22.1 yards par KR) seront amenés à se partager les retours de coups de pied.

Calendrier

Avec les réceptions de Wisconsin, Ohio State, Northwestern et Iowa, Nebraska ne s’en sort pas trop mal d’un point de vue calendrier, concernant en tout cas les principaux points chauds de la saison. Mais avec des déplacements prévus dans le même temps à Oregon, Penn State ou encore Minnesota, ces matches joués au Memorial Stadium revêtent une importance accrue, où le moindre loupé pourrait avoir de fâcheuses conséquences sur le reste de la saison. Ou comment passer d’un 9-3 à un 5-7 en quelques claquements de doigts.

Match clé
Wisconsin, le 7 octobre
Très disputé l’an passé, à Madison, avec un succès des Badgers, 23-17, après prolongation, ce duel sera un tournant non négligeable dans la saison de Nebraska.

Au sortir de cinq matches dans les cordes du programme (Arkansas State, Oregon, Northern Illinois, Rutgers, Illinois), les Huskers pourraient aussi bien démarrer qu’en 2016 et s’affirmer comme de sérieux candidats au titre de division en faisant tomber Wisconsin sur ses terres. Un front seven des grands jours sera bien sûr nécessaire pour y parvenir, sans quoi un revers donnera déjà un coup au moral aux hommes de Mike Riley.

Conclusion

Une première année moyenne, une deuxième en nette progression … Le parcours de Mike Riley à Lincoln est jusque-là intéressant. Mais à l’heure du départ de nombreux titulaires d’impact (Tommy Armstrong, Terrell Newby, Josh Banderas), Nebraska va devoir rester compétitif dans une Big Ten West qui l’est de plus en plus. Pour ne rien arranger, le programme devra trouver un vrai quarterback d’impact et faire en sorte que les changements de système défensif se fassent le plus rapidement possible. La gestion de la dernière ligne droite sera elle aussi fondamentale, les Huskers ayant perdu quatre de leurs six dernières rencontres en 2016…

Grand fan de football américain. Spécialiste du football français, de la NFL et du College Football. Rédacteur à The Blue Pennant depuis 2015 et à touchdownactu.com. Animateur sur Radiossa, la radio du football américain.

Cliquer pour commenter

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Preview 2017

Advertisement

Podcast

A la Une

A lire également - Preview