Suivez-nous sur

Bowls

Foster Farms Bowl 2015 : Nebraska 37, UCLA 29

Menés de 14 points en milieu de 2ème quart-temps, les Cornhuskers de Nebraska réussissent l’une des belles surprises de cette saison de bowl en s’imposant finalement 37-29 face aux Bruins de UCLA lors du Foster Farms Bowl.

Menés de 14 points en milieu de 2ème quart-temps, les Cornhuskers de Nebraska réussissent l’une des belles surprises de cette saison de bowl en s’imposant finalement 37-29 face aux Bruins de UCLA lors du Foster Farms Bowl.

Le plan de Nebraska (6-7) était d’imposer le défi physique à une équipe de UCLA (8-5) diminuée par de nombreuses blessures. La stratégie a parfaitement fonctionné, les Cornhuskers établissant un record de 326 yards au sol devant le public parsemé du Levi’s Stadium de Santa Clara (Californie).

QB Tommy Armstrong, Nebraska – Crédits photo : AP Photo/Marcio Jose Sanchez

Nommé MVP offensif à l’issue de ce match, le junior QB Tommy Armstrong (12/19, 174 yards, 1 TD et 76 yards au sol pour 1 TD) aura été décisif pour une équipe de Nebraska qui ne devait sa participation à ce bowl qu’à l’incapacité de la NCAA de trouver suffisamment d’équipes à 6 victoires pour les 40 bowls au programme cette saison.

C’est sur une passe de QB Tommy Armstrong que le freshman WR Stanley Morgan Jr réussira une spectaculaire réception à une main de 22 yards qui donnera les devants 27-21 aux Huskers en début de 2ème mi-temps. Mais qu’on ne s’y trompe pas : c’est bien le jeu au sol de Nebraska qui a permis aux Cornhuskers d’éviter une défaite qui aurait été synonyme d’une première saison à 8 défaites pour le programme de Lincoln (Nebraska) depuis 1957. Totalement dominateur dans ce secteur de jeu, Nebraska a contrôlé le tempo de la rencontre avec plus de 38 minutes de possession du ballon.

Comme tout au long de la saison, le true freshman QB Josh Rosen (26/40, 319 yards, 3 TD, 2 INT) a montré tout l’étendu de son talent réussissant 3 passes de TD pour UCLA. Mais ses 2 interceptions auront fait mal aux Bruins particulièrement la seconde réussie par DB Chris Jones en fond de d’end-zone des Huskers à 3:08 de la fin du match. UCLA venait tout juste de réduire le score à 37-29 sur une réception de 9 yards de WR Jordan Payton (3 réceptions, 37 yards, 1 TD) et aurait donc pu forcer une prolongation.

Le running back vedette de UCLA, RB Paul Perkins (12 courses, 68 yards, 1 TD), a ouvert le score dans ce match sur une course de 1 yard sur la 1ère possession des Bruins. RB Imani Cross (16 courses, 62 yards, 1 TD) égalisera lui-aussi sur une course de 1 yard portant le score à 7-7 à la fin du 1er quart-temps. Les Bruins prirent alors une avance de 14 points grâce à 2 passes de TD de QB Josh Rosen respectivement de 60 yards pour WR Kenneth Walker III (3 réceptions, 88 yards, 1 TD) et de 26 yards pour WR Nate Starks (2 réceptions, 29 yards, 1 TD) avant que les Huskers recollent au score peu avant la mi-temps sur 2 TD au sol de RB Terrell Newby et FB Andy Janovich.

A noter que pour sa première saison à la tête des Huskers, coach Mike Riley remporte un bowl qu’il avait déjà gagné avec les Beavers d’Oregon State en 2007 alors qu’il se nommait encore l’Emerald Bowl.

La rédaction est composée de passionnés qui vous informent quotidiennement sur l'actualité du College Football et qui vous proposent des analyses et des points de vue originaux sur le 2ème sport le plus médiatisé aux Etats-Unis.

2 Commentaires

2 Comments

  1. pep

    28 décembre 2015 à 23h47

    Eh bien comme quoi il faut se méfier des équipes à 5-7…
    Belle victoire de Nebraska. Alors que UCLA menait 21 à 7, je pensais sincèrement qu’ils allaient dérouler!
    J’ai bien aimé la prestation de Tommy Armstrongqui a bien sur mener sa barque et sauve par la même un peu le coup après une saison plus que moyenne.

    De son côté Josh Rosen n’a pas démérité je trouve. Ca reste un freshman et même si ce bowl n’était qu’un bowl de « seconde zone », je pense que ce n’est jamais évident d’aborder ce type de match pour un true freshman (préparation, pression d’avant match, etc…).
    Dommage qu’on ait pas vu plus Paul Perkins en 2ème MT.

  2. macfly

    29 décembre 2015 à 09h06

    ne pas oublier que sur les défaites de Nebraska 3 se font sur le dernier jeu du match (BYU,Miami ,Norwestern)
    ils étaient a 5-7 comme ils auraient pu être a 8-4….
    et ce sont les seuls a avoir fais chuter MSU!
    ne jamais sous estimé la force du maïs!

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également - Bowls