Suivez-nous sur

Actualité

Harvard décroche le titre de conférence Ivy League face à Yale, 31-24

Harvard a remporté le titre de conférence Ivy League dans son stade, au terme d’un match épique face au grand rival historique Yale.

Harvard a remporté le titre de conférence Ivy League dans son stade, au terme d’un match épique face au grand rival historique Yale.

« Messieurs, vous êtes sur le point de jouer au football contre Harvard. Plus jamais dans votre vie vous n’aurez à faire quelque chose d’aussi important. »

Ce discours prononcé avant la rencontre de 1916 entre les deux rivaux par T.A.D. Jones, coach de l’équipe de football de Yale à l’époque, résume bien l’enjeu sportif autour de « The Game », comme on appelle traditionnellement le match annuel de conférence qui oppose le Crimson aux Bulldogs. Avec cette fois-ci une récompense de taille pour Harvard en cas de victoire : le titre de conférence Ivy League et une saison sans défaite. Au terme d’une rencontre disputée et serrée, c’est donc l’alma mater de Barack Obama qui s’est imposé face à celui d’Hillary Clinton, comme un symbole.

Sous le vent fort et les caméras du ESPN College GameDay, présent à Cambridge pour « The Game », il a fallu attendre la seconde mi-temps pour voir le match s’emballer au niveau du panneau d’affichage. Malgré tout, la première période a offert son lot de moments mémorables. Dans les premiers instants du match, l’excellente équipe spéciale de Harvard bloque un punt à quelques yards de la end zone de Yale. S’ensuit un field goal transformé après quelques maladresses offensives du Crimson, qui ont caractérisé la rencontre du côté des locaux. Comme avec ce fumble perdu dans la moitié de terrain des Bulldogs, alors que ces derniers avaient entre-temps inscrit un touchdown au sol par l’intermédiaire de l’inévitable RB Tyler Varga (30 att, 127 yds, 2 TD, 4 rec, 31 yds, 1 TD). Fils de deux anciens bodybuilders, le running back s’est montré difficile à arrêter tout au long du match.

Si les deux rivaux ont montré un visage plutôt fade en première mi-temps, les deux attaques se montrant gauches, il en va tout autrement du punter des Bulldogs qui signe l’action la plus classieuse de la rencontre ; sous pression sur une tentative de punt, P Bryan Holmes (6 p, 230 yds, 1 tb, 1 in 20) a feinté un dégagement pour éviter un joueur adverse qui se jetait en opposition, avant de dégager le ballon. Une action remarquable de par son exécution parfaite et sa spontanéité.

A la reprise de la seconde période, le match se révèle rapidement différent, peut être sous l’impulsion des discours des coaches respectifs. RB Paul Stanton Jr. (22 att, 109 yds, 1 TD, 2 fumbles) inscrit un touchdown pour Harvard, qui prend l’avantage 10-7. La défense du Crimson contient l’attaque explosive de Yale et l’escouade offensive s’offre une opportunité de field goal sur son drive suivant, mais la tentative est bloquée par les visiteurs. Toutefois, Harvard récupère rapidement le ballon et inscrit un touchdown de 40 yards sur une action trick play, avec à la passe un receveur et à la réception l’époustouflant WR Andrew Fischer (8 rec, 149 yds, 2 TD, 2 att, 79 yds), incontestablement l’homme du match. Sur le drive suivant, LB Connor Sheehan (5 tackles, 1 solo, 1 BrUp, 1 INT, 1 TD) arrache le ballon des mains du receveur adverse pour une interception et remonte 90 yards pour porter un nouveau coup au score à l’adversaire, désormais mené 24-7.

Conner Hempel, Harvard

Tandis que ses supporters sont abattus, c’est le moment que choisit Yale pour se relever. Tyler Varga inscrit deux touchdowns consécutifs, l’un au sol et l’autre à la réception, pour ramener les siens à 24-21. L’attaque explosive des Bulldogs se montre enfin à la hauteur de sa réputation, avec son quarterback bien protégé derrière une ligne offensive imbattable, composée des mêmes cinq titulaires depuis deux ans. QB Morgan Roberts (26/48, 305 yds, 1 TD, 2 INT), transfuge de Clemson, redonne de l’allant à ses coéquipiers. Sur un nouveau fumble du running back adverse, Yale récupère le cuir et inscrit dans la foulée un field goal pour égaliser.

Avec quatre minutes au chronomètre et des Bulldogs remontés à bloc, Harvard semble acculé. Mais porté par son stade et ses meilleurs joueurs, l’équipe locale inscrit un touchdown magnifique sur une passe de 35 yards à destination du receveur vedette Andrew Fischer, idéalement servi par QB Connor Hempel (18/28, 191 yds, 1 TD). Avec un peu moins d’une minute à jouer et le terrain à remonter, le défi est de taille pour Yale. DE Zach Hodges (6 tackles, 3 solo, 3 TFL, 2 sacks, 1 BrUp), considéré comme le meilleur prospect pour la NFL en FCS, se charge de contrecarrer les plans adverses avec son second sack du match, avant que S Scott Peters (8 tackles, 4 solo, 1 INT) n’intercepte le ballon à quinze secondes de la fin pour assurer la victoire à l’équipe locale.

Outre RB Tyler Varga pour Yale, DE Zach Hodges et WR Andrew Fischer pour Harvard, on retiendra l’énorme performance de CB Sean Ahern (7 tackles, 5 solo, 2 BrUp), qui a dévié deux passes dans la end zone au cours du match, prévenant par deux fois les Bulldogs d’inscrire un touchdown. Si ces deux interventions ont été remises en cause par le public adverse, exigeant une pass interference à chaque fois, les arbitres n’ont pu vérifier puisque la Ivy League n’autorise pas les ralentis pour juger de décisions arbitrales. Cependant, la couverture du cornerback a été irréprochable la majorité du match et Ahern mérite d’être cité au tableau d’honneur.

Malgré une attaque malhabile la plupart du temps, avec des fumbles et des passes imprécises ou relâchées par les receveurs, Harvard a su se montrer décisif dans les moments cruciaux, notamment avec plusieurs actions défensives de grande classe. Face à son adversaire le plus redoutable de la saison, le Crimson peut donc doublement trinquer à sa victoire du jour ; une première fois pour sa victoire dans « The Game » et une seconde pour son titre de conférence Ivy League.

Taulier du blog USC Trojans FR pendant quelques années, Loïc Baruteu aka Bartholomeo a rejoint définitivement l'équipe de The Blue Pennant en septembre 2013 après plusieurs collaborations fructueuses.

6 Commentaires

6 Comments

  1. Mathieu

    23 novembre 2014 à 17h31

    Dommage qu’ Harvard ne participera pas aux playoffs, cela aurait été intéressant !

    • luzoan

      23 novembre 2014 à 18h34

      Je suis pas sur mais je crois qu’ ils font les PO de la division 1 bis de la NCAA le FCS ou 1AA, mais à vérifier…

      • Loïc Baruteu

        23 novembre 2014 à 19h34

        Oui, il y a un système de playoffs, qui est grimpé à 24 équipes depuis l’an dernier, mais ça fait des années que la FCS dispute un tournoi de fin de saison pour désigner son champion national.

        Harvard était classé #14 au FCS Coaches Poll avant la victoire face à Yale.

      • Ryujii

        23 novembre 2014 à 23h52

        Non la Ivy League et la SWAC sont les seules conférences FCS à ne pas participer au Playoff.

        • Loïc Baruteu

          24 novembre 2014 à 17h43

          Ils pourraient mais traditionnellement le champion de la Ivy League refuse, notamment parce que les playoffs se déroulent durant la période d’examens.

          Avec la démocratisation du football dans cette conférence, on peut néanmoins espérer qu’ils abandonnent cette tradition dans les prochaines années.

          • Ben

            25 novembre 2014 à 10h45

            C’est pas trop dans les habitudes de la maison. A mon avis c’est pas près d’arriver ou alors faudrait que les playoffs soient décalés après les examens et aient lieu en janvier ou pendant les fêtes.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également - Actualité