Suivez-nous sur

Clemson Tigers

The Big Game : #3 Louisville @ #5 Clemson

#3 Louisville (4-0) @ #5 Clemson (4-0)

Clemson, Caroline du Sud
Memorial Stadium
Samedi 1er octobre 2016
20h00 (heure Est, 2h00 en France)

Après une quatrième semaine de transition, la cinquième semaine de la saison de College Football s’annonce de la même veine que la semaine d’ouverture début septembre : monumentale ! Pas moins de trois affrontements entre équipes du top 10 et des matchs de conférence comme s’il en pleuvait, un régal pour les fans et observateurs de tout poil. Pour les prétendants au Playoff, c’est déjà le moment d’être au top et de marquer les esprits, chaque faux pas pourra coûter très cher en fin de saison. Au milieu de ce calendrier exceptionnel, un match sort du lot et s’affirme avant même le coup d’envoi comme un potentiel « Game of the Year » entre deux équipes explosives : la « surprise » #3 Louisville que l’on attendait pas forcément à ce niveau qui se déplace sur le terrain du finaliste de la saison dernière, #5 Clemson ! Welcome to Death Valley, enjoy the show !

ENJEUX DU MATCH

Si #3 Louisville pouvait être cité parmi les outsiders dans l’ACC avant le début de la saison, personne ne s’attendait à un départ aussi tonitruant de la part des Cardinals et de sa superstar QB Lamar Jackson (1330 yds, 13 TDs, 3 INTs, 526 yds et 12 TDs au sol) qui pulvérise absolument tout sur son passage depuis un mois. Un simple chiffre pour vous donner le vertige : en 4 rencontres, Louisville a inscrit pas moins de 254 points (!!) et QB Lamar Jackson a donc déjà 25 TDs à son actif (!!!). Tout simplement colossal !

Lorsqu’une équipe « surprise » effectue un départ canon de la sorte, on peut souvent l’expliquer par la faiblesse de l’opposition rencontrée. Mais pas avec ces Cardinals, puisque le 18 septembre dernier ils ont purement et simplement démoli des Seminoles de Florida State alors classé #2 (63-20), soit la pire défaite de l’histoire pour le programme de Tallahassee !
Ce qui est effrayant pour le coordinateur défensif adverse c’est que toute l’attention est évidemment tournée vers le fabuleux QB Lamar Jackson, mais ce dernier est également bien entouré au sein d’une escouade offensive bourrée de talent. Le quarterback est peut-être le meilleur coureur de l’équipe, mais la présence de l’excellent RB Brandon Radcliff (427 yds, 3 TDs) dans le backfield représente également une menace sérieuse avec son incroyable moyenne de 9,3 yards/course ! Le groupe de receveurs est aussi d’un niveau très relevé avec comme fer de lance WR James Quick (360 yds, 3 TDs), mais QB Lamar Jackson peut aussi bien compter sur WR Jamari Staples (313 yds), WR Jaylen Smith (202 yds, 2 TDs) ou TE Cole Hikutini (177 yds, 3 TDs) pour faire parler la poudre.

Heureusement pour les adversaires, de l’autre côté du ballon le talent est sans doute un peu moins présent même si l’escouade du coordinateur défensif Todd Grantham a de sérieux arguments à faire valoir. Emmenée par son leader LB Keith Kelsey (28 plaquages, 0,5 sack), elle s’appuie notamment sur LB Devonte Fields (20 plaquages, 2 sacks, 1 INT) et LB James Hearn (15 plaquages, 4,5 sacks) qui forment un excellent second rideau. Le secondary est également une force avec les très bon S Josh Harvey-Clemons (29 plaquages, 2 sacks) et S Chucky Williams (27 plaquages, 1 sack, 1 INT) qui sont capables de réaliser des big plays à tout moment.

Avec cette armada offensive de tout premier ordre et une défense capable de contenir les meilleurs, les hommes de coach Bobby Petrino ne visent désormais rien d’autre qu’une place au College Football Playoff, et nul doute qu’une victoire à Death Valley ce week-end serait un énorme bond en avant pour les Cardinals vers cet objectif !

Mais il ne faut pas croire que ce sera chose aisée, car en plus de l’environnement particulièrement hostile, Louisville va affronter le grand favori de la conférence pour cette année, finaliste malheureux du Playoff face à Alabama la saison dernière et qui ne rêve que d’une chose : y retourner pour remporter le titre ! Les hommes de coach Dabo Swinney ne sont pourtant pas aussi dominants que la saison passée et malgré la victoire en première semaine à Auburn, il leur manque un véritable succès dans un gros match pour lancer la saison. L’occasion de recevoir des Cardinals chauds comme la braise à Death Valley ne pouvait donc pas mieux tomber, reste à hausser le niveau de jeu pour ne pas tomber dans le piège des hommes de coach Petrino !

Certes, n’importe quel autre joueur aurait l’air un peu fade à côté du début de saison de QB Lamar Jackson, mais il est vrai que l’on s’attendait à mieux de la part de QB Deshaun Watson (996 yds, 9 TDs, 4 INT, 120 yds au sol) en ce début de saison. Le finaliste du Heisman Trophy la saison dernière peine pour le moment à retrouver son niveau de jeu qui avais permis au Tigers de rivaliser jusqu’au bout avec Alabama pour la conquête du titre national. Il suffit de regarder ses statistiques, en baisse par rapport au même moment de la saison dernière : 60% de passes complétées contre 69% l’an passé, 30 yards au sol/match contre 46.5 l’an passé et une évaluation QBR de 58.3 contre 76.8 l’an passé. Véritable régression ou début de saison en mode diesel ? Le match de ce week-end devrait nous apporter quelques éléments de réponse.

Peut-être plus inquiétant encore que les performances à la baisse de leur quarterback, le jeu au sol de Clemson et en particulier RB Wayne Gallman (256 yds, 3 TDs) qui n’a pas dépassé la barre des 60 yards lors de ses trois derniers matchs, avec une petite moyenne de 4.1 yards/course sur le début de saison. Un début d’explication pourrait être le système de rotation mis en place au sein de la ligne offensive cette saison : depuis la reprise, dix joueurs de ligne ont joué au moins 40 snaps, ce qui implique plus de fraîcheur et de profondeur à chaque poste, mais moins d’automatisme. Les principaux playmakers sont donc pour le moment au poste de receveur où l’on retrouve un trio impressionnant avec WR Mike Williams (303 yds, 1 TD), WR Ray-Ray McCloud (255 yds, 2 TDs) et un WR Artavis Scott (143 yds) qui tarde toutefois un peu à évoluer au niveau auquel l’attendent les fans des Tigers.

Heureusement pour coach Dabo Swinney, si l’attaque tarde à trouver son rythme de croisière, la défense est tout à fait au rendez-vous malgré le départ de nombreux cadres en NFL lors de l’intersaison. La jeune défense de Clemson dispose de deux véritables meneurs en ligne défensive avec DE Carlos Watkins (19 plaquages, 3 sacks) et l’éblouissant freshman DT Dexter Lawrence (28 plaquages, 1 sack) qui sont capables d’annihiler le jeu de course adverse et de mettre la pression sur le quarterback. La groupe de linebackers est solide avec des joueurs tels que LB Ben Boulware (23 plaquages, 1 INT) ou l’épatant LB Kendall Joseph (34 plaquages, 1 sack, 1 INT), meilleur plaqueur de l’équipe, tandis que l’inexpérimenté secondary possède surtout une paire de safety intéressante avec S Jadar Johnson (14 plaquages, 2 INTs) et S Van Smith (27 plaquages, 1 INT). Lors de la première mi-temps du match contre Georgia Tech la semaine passée, cette escouade a limité l’attaque triple-option des Yellow Jackets à… 22 yards au total. Il est certain que le feu d’artifice offensif permanent des Cardinals représente un challenge autrement plus corsé pour les Tigers, mais l’opposition promet d’être intéressante.

DUELS CLES

Vu les performances ahurissantes de QB Lamar Jackson, il est évident que si les joueurs de coach Dabo Swinney veulent l’emporter ils devront réduire drastiquement son influence sur le terrain. Étant donné la double menace permanente qu’il représente, la capacité de la défense de Clemson à limiter ses gains sera déterminante et cela dépendra grandement du niveau auquel évoluera le groupe de linebackers des Tigers.

Nul besoin de le dire, les statistiques extra-terrestres de Jackson font de lui le prétendant numéro un dans la course au Heisman Trophy, pour le moment. Mais la saison est encore longue, rappelons-nous l’an passé lorsque RB Leonard Fournette (LSU) écrasait le début de saison avant de nettement ralentir la cadence en milieu puis fin de saison. Néanmoins, vu le calendrier des Cardinals après le déplacement à Clemson, difficile de penser que celui-ci pourrait voir ses performances chuter durablement car une seule équipe classée se dressera sur sa route, à savoir Houston le 18 novembre prochain. D’ici là, sauf blessure, nul doute que QB Lamar Jackson fera encore chauffer de nombreux tableaux d’affichage !

Le challenge est donc énorme pour un groupe de linebackers de Clemson qui réalise toutefois un excellent début d’exercice. Le pilier LB Ben Boulware, gros frappeur, sera la pierre angulaire du second rideau qui sera complété par LB Kendall Joseph, LB Dorian O’Daniel (17 plaquages, 1 sack, 1 INT) et LB Jalen Williams (13 plaquages, 1 INT). Le meilleur conseil que l’on peut donner à ce groupe est de ne pas s’inspirer des linebackers des Seminoles de Florida State qui avaient certes limité les performances aériennes de QB Lamar Jackson (13/20, 216 yds, 1 TD, 1 INT) mais s’étaient aussi montrés totalement incapables de le contenir au sol (146 yds et 4 TDs !). Si le groupe des Tigers peut parvenir à limiter les gains du quarterback adverse à la course, alors il ne restera « que » au secondary à maîtriser les receveurs de Louisville pour ralentir le rythme de l’infernale machine à marquer. Inutile de dire qu’il est plus facile de le dire que de le faire.

LE FACTEUR X

Pas besoin d’être devin pour savoir que l’issue du match va dépendre en grande partie de la capacité de QB Lamar Jackson à reproduire une nouvelle fois une performance XXL (ou non) face à la féroce défense des Tigers. Mais plus que le niveau de jeu de tel ou tel joueur sur le terrain, un autre facteur pourrait avoir son influence sur la performance globale de l’attaque des Cardinals et donc sur le résultat du match : la bouillante ambiance du Memorial Stadium de Clemson, plus connu sous le doux surnom de « Death Valley ».

Le stade des Tigers n’est peut-être pas le plus grand du pays (81,500 spectateurs tout de même) mais c’est là qu’a été enregistrée l’ambiance la plus assourdissante (littéralement) du College Football avec un pic à 132.8 décibels, ce qui équivaut environ au bruit d’un avion au décollage ! Pour un match aussi capital, nul doute que les fans de Clemson voudront intimider au maximum les joueurs de Louisville et devraient donc être très, très bruyants lors des phases offensives adverses. Cela sera-t-il suffisant pour perturber SuperLamar et ses coéquipiers ? Réponse samedi soir !

STUFF

• Cette 5ème semaine est historique : c’est la première fois depuis 1978 que nous allons assister à trois matchs de conférence entre équipes du Top 10 (#3 Louisville @ #5 Clemson – ACC, #7 Stanford @ #10 Washington – Pac 12, #8 Wisconsin @ #4 Michigan – Big Ten). Et la première fois depuis 2002 que nous avons droit à trois matchs entre équipes du Top 10 tout court la même semaine.

• Avec ses 25 touchdowns depuis le début de la saison (13 à la passe, 12 à la course), QB Lamar Jackson a marqué plus de TDs à lui tout seul que 123 équipes FBS.

• Avec son début de saison canon, Louisville est devenue la seule équipe de l’histoire de l’ACC a inscrire au moins 60 points lors de trois matchs consécutifs. Les Cardinals sont devenus la seconde équipe de l’histoire au niveau FBS à dépasser les 60 points lors de ses trois premiers matchs de la saison après Baylor (2013).

• Lorsqu’un journaliste demande à coach Dino Babers (Syracuse) s’il aurait un conseil à donner aux futurs adversaires de QB Lamar Jackson pour le stopper : « Au vu de notre performance, je n’ai pas le droit de donner mon opinion à ce sujet » (Rappel: Jackson contre Syracuse: 411 yards à la passe, 1 TD, 1 INT, 199 yards au sol, 4 TDs).

• Coach Dabo Swinney n’aime pas comparer les joueurs. Mais à propos de QB Lamar Jackson, il a néanmoins affirmé ceci : « Il ressemble à Michael Vick, en droitier ». Le modèle en question a lui aussi son opinion à ce sujet, twittée lors de la démonstration des Cardinals face à Florida State : « Lamar Jackson est 5 fois meilleur que le joueur que j’étais à Virginia Tech… Le débat est clos ! ».

• Coach Bobby Petrino a été interrogé sur une éventuelle candidature de sa part au poste de Head Coach à LSU après le limogeage de Les Miles. Réponse claire et nette : « Je ne suis pas intéressé pour aller où que ce soit. Nous avons le sentiment que nous avons tout ce qu’il faut ici et que nous allons dans la bonne direction. »

• Louisville vient de gagner 4 matchs consécutifs par 30 points d’écart ou plus pour la première fois depuis… 1913.

• La rencontre de ce week-end sera seulement la troisième confrontation de l’histoire entre ces deux programmes. Les deux précédents matchs (2014 et 2015) se sont soldés par la victoire des Tigers sur des scores serrés (17-23 et 17-20). Jamais deux sans trois ?

PRONOSTIC

Louisville 45, Clemson 31. The Lamar show must go on.

Passionné de football depuis une quinzaine d'années, il est propriétaire des Packers de Green Bay (NFL) et a un petit faible pour les Golden Bears de Californie depuis son passage au Memorial Stadium en 2012. Suivant tout particulièrement la Pac 12 et la Big 10, il rejoint l'équipe de rédacteurs de The Blue Pennant à l'automne 2014.

Cliquer pour commenter

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également - Clemson Tigers