Suivez-nous sur

Verchain Is #NotImpressed

Verchain is #NotImpressed 2013 – Week 6

Quand Verchain a des choses à dire, il les dit. Peu importe. Quelle que soit la réaction du public, Verchain is #NotImpressed.

#NotImpressed

Quand Verchain a des choses à dire, il les dit. Peu importe. Quelle que soit la réaction du public, Verchain is #NotImpressed.

4ème rendez-vous avec la traduction de l’enquête de Sports Illustrated sur Oklahoma State, et les pratiques qui s’y déroulaient, cette semaine… le sexe !

Oklahoma State, The Dirty Game

Partie 4 : le sexe.

En 2003, une des meilleures recrues potentielles à sortir du lycée a glissé sa grande carcasse dans un avion et s’est mis en route pour sa visite de recrutement à Oklahoma State. Bien que plusieurs universités importantes tentaient de le séduire, la recrue était intriguée par les Cowboys. Au cours de la saison précédente, ils avaient disputé le Houston Bowl – leur premier bowl en cinq ans, et juste le deuxième en 14 ans – et la sensation d’un élan irrépressible entourait le programme, sans aucun doute.

A son arrivée à Stillwater, la recrue reçut un accueil enthousiaste de la part de deux membres de la Fierté Orange, un groupe composé de jeunes femmes étudiantes en premier cycle qui est décrit sur le site web de l’université comme une ‘organisation qui donne de son temps et s’investit pour aider au Recrutement pour Oklahoma State et son programme de football’. Les jeunes femmes lui ont expliqué qu’elles allaient l’emmener dîner, se souvient la recrue, mais elles devaient d’abord s’arrêter quelque part. Peu de temps après, il avait une relation sexuelle avec elles deux. « En termes de performance sexuelle [NdT : ‘Rock n’ Rolling’, en VO… C’est beau, l’américain…], j’avais droit aux meilleures des meilleures – des championnes », déclare la recrue, qui s’est confiée à SI mais dont nous tairons le nom pour protéger les identités des deux jeunes femmes.

Les programmes d’hôtesses font partie du football universitaire depuis les années 60. Des étudiantes sympathiques, et souvent très jolies, accueillent les recrues, les escortent ainsi que leurs parents sur le campus en vantant les qualités de leur fac. Il y a longtemps qu’on se doute qu’il y a des relations sexuelles également. En 2004, des révélations scandaleuses sur Colorado et d’autres programmes ont mis au jour que des relations sexuelles avaient été prévues pour des recrues potentielles qui venaient visiter l’université. Bien qu’aucune organisation liée aux universités concernées n’ait été désignée, plusieurs facs ont mis un terme à leur programme d’hôtesses ou les ont rebaptisées avec des noms moins suggestifs. Cette année là, la NCAA a adopté un règlement qui, pour partie, interdisait « l’utilisation d’alcool, de drogue, de sexe ou de jeux d’argent dans le recrutement ».

Non seulement Oklahoma State n’a rien changé à la Fierté Orange, mais de multiples sources ont indiqué à SI qu’à partir de 2004, elle est devenue un maillon essentiel dans l’ascension du programme. Le nombre de membres dans l’association a fait plus que tripler ; l’accent était mis sur la nécessité d’attirer des jeunes femmes plus attirantes et plus délurées ; et plus d’une douzaine de Cowboys ayant joué de 2001 à 2011 ont indiqué à SI qu’un petit nombre de membres de la Fierté Orange ont eu des relations sexuelles avec eux ou avec d’autres recrues potentielles durant les visites de recrutement. Selon les anciennes hôtesses qui se sont confiées à SI, la très grande majorité n’avait pas de relation sexuelle avec les recrues. Mais pour celles qui en avaient, c’était la meilleure incitation possible [NdT : pour les recrues].

Des filles de l’Orange Pride ?

“Une fille n’a pas d’autre moyen de te convaincre de venir jouer au football dans sa fac que le sexe” déclare Artrell Woods, un receveur des Cowboys de 2006 à 2008 qui affirme ne pas avoir eu de relation sexuelle avec une membre de la Fierté Orange mais savoir que d’autres recrues en ont eu. « L’idée, c’était de laisser croire aux recrues que s’ils venaient [à Oklahoma State], ça allait être comme ça tout le temps, avec… des filles qui veulent avoir des relations sexuelles avec toi. »

Chantal Drumgole (née Sanders), membre de la Fierté Orange durant l’année universitaire 2003-04, déclare qu’il y avait un groupe à l’intérieur du groupe et qu’elle n’est « pas ce genre de fille, une groupie dont le seul centre d’intérêt est les joueurs de football, et essayer de coucher avec les joueurs de football ». Une ancienne hôtesse de la Fierté Orange de la même année qui a demandé à conserver l’anonymat se souvient : « les gens dépassaient les limites. C’est pour ça que je ne suis restée qu’un an dans l’association. C’était très perturbant. Quand j’ai découvert tout ça, je suis partie ».

Personne parmi la grosse trentaine de joueurs ou des 14 anciennes membres de la Fierté Orange qui se sont confiés à SI n’a eu connaissance du fait qu’un coach ou un membre du staff du département des sports ait demandé à une hôtesse d’avoir une relation sexuelle avec une recrue. Mais un ancien conseiller de la Fierté Orange ainsi que deux anciens membres du coaching staff affirment que des coaches décidaient parfois de l’identité de l’hôtesse qui devait s’occuper d’une recrue particulière. De même, un ancien membre du staff affirme que lui-même et au moins un de ses collègues savaient que certaines membres de la Fierté Orange avaient des relations sexuelles avec des recrues. De plus, le staff football a joué un rôle central dans la sélection des candidates à la Fierté Orange, avec Les Miles, qui a coaché l’équipe de 2001 à 2004, et le nouveau coach Mike Gundy qui recevaient eux-mêmes certaines candidates en entretien – une pratique qui n’existe pas dans les trois autres programmes de la Big12 qui disposent d’un programme d’hôtesses.

Interrogé sur son implication avec la Fierté Orange, Miles a répondu par email : “le rôle des bénévoles dans notre programme était important, et je voulais insister sur le sérieux avec lequel nous considérions leurs responsabilités et leurs devoirs, et la manière dont nous attendions que ces étudiantes se comportent si elles étaient sélectionnées pour la Fierté Orange ». Au sujet du rôle du sexe dans le recrutement, Miles a écrit : « Je ne suis pas au courant de tels agissements et je suis quasiment certain qu’aucun membre du staff ne savait que des recrues couchaient avec ce groupe d’étudiantes ou n’importe quelle étudiante ».

Gundy a refusé de donner un commentaire sur la Fierté Orange, et des officiels de l’université ont accusé SI de sensationnaliser un petit nombre de relations sexuelles prétendues entre des recrues et des hôtesses. Ces officiels ont également affirmé qu’ils ont, durant le règne de Gundy, retiré une offre de bourse à une recrue de haut niveau après qu’une membre de la Fierté Orange l’ait accusé d’avances sexuelles non désirées. (Cet incident n’a jamais été porté à la connaissance des autorités judiciaires, selon les officiels de l’université). Oklahoma State, cela dit, n’a pas démenti que la Fierté Orange a joué un rôle déterminant dans le recrutement sous Miles et Gundy. Le directeur des sports Mike Holder déclare qu’un examen poussé de l’association pourrait s’avérer nécessaire au vu des découvertes de SI.

Les Miles, ex-coach d’Oklahoma State

*****

D’anciens joueurs déclarent qu’en certaines occasions, le rôle du sexe dans le recrutement était bien moins que subtil. Chris Wright, un defensive back, déclare que début 2001, peu de temps après la prise de fonction de Miles et de son staff, il a encadré une recrue. Wright l’a amené à un club de Stillwater et à deux soirées privées. Lorsque la recrue a quitté le campus après le weekend, Wright déclare qu’il a rencontré Joe DeForest, alors coach des équipes spéciales, pour revoir le séjour de la recrue. « Tu n’as pas fait ton boulot », aurait dit DeForest d’après le souvenir de Wright.

Wright déclare qu’il ne comprenait pas et a demandé à DeForest de s’expliquer. Selon Wright, le coach assistant a dit que lorsqu’il a demandé à la recrue s’il avait eu une relation sexuelle la nuit précédente, la recrue lui a répondu que non. « Il [DeForest] était énervé que je n’ai pas fait en sorte que la recrue tire son coup… Il m’a dit qu’il ne me laisserait jamais plus encadrer une recrue », déclare Wright.

Par email, DeForest, qui est resté dans le staff jusqu’à la fin de la saison 2011 et est maintenant head coach associé et coordinateur des équipes spéciales à West Virginia, a déclaré à SI : “Je ne me souviens pas que cette conversation ait eu lieu.”

Moins d’un an après que Chris Wright affirme avoir été puni pour avoir échoué dans son rôle d’encadrement, Thomas Wright (qui n’a pas de lien avec Chris), un safety originaire de Sweeny, Texas, a fait sa visite officielle à Oklahoma State. Il affirme qu’une nuit durant sa visite, il a bu de l’alcool et fumé de la marijuana jusqu’à tomber inconscient. Il s’est réveillé tard dans la soirée dans un appartement où il a eu des relations sexuelles avec une membre de la Fierté Orange qui n’était pas son hôtesse officielle, sans même s’ennuyer à lui demander son nom. « C’était fabuleux. » déclare Wright au sujet de sa visite officielle. « C’était un autre monde. Tu te demandes pourquoi tu n’irais pas dans cette université… Tu as tout ce que tu voudrais avoir. »

Oklahoma State a un groupe d’hôtesses depuis au moins les années 80 – l’université ne connaît pas exactement la date de sa création – mais de multiples sources ont affirmé à SI que le groupe a subi une transformation significative après que Miles a remplacé Bob Simmons fin 2000. Sous Simmons, la Fierté Orange se composait de 1à à 15 étudiantes, et elles étaient tout au plus des guides touristiques. Aucun joueur ne se souvient d’un intérêt porté par Simmons au groupe ou à ses membres. « Avec Simmons, ces filles n’étaient là que pour s’assurer que les recrues se rendaient là où elles devaient être [durant leur journée] », déclare Richard Murphy, un lineman défensif qui a joué pour Simmons en 2000 et pour Miles en 2001. « Ensuite, elles vous conduisaient auprès des joueurs de football qui allaient vous encadrer pour la soirée ».

La prise d’importance progressive de la Fierté Orange coïncide avec le retour des Cowboys sur le devant de la scène. En 2002, alors que le programme football commença à mettre des photos des membres de la Fierté Orange dans son guide médias, le groupe avait grandi jusqu’à atteindre 48 membres. Cette année là, Rivals.com a classé la promotion de recrutement d’Oklahoma State (qui comprenait le très recherché Thomas Wright) numéro 25 dans le pays. La saison suivante, alors que la Fierté Orange comptait 54 membres, les Cowboys étaient classés quinzièmes. (Les officiels de l’université affirment que cette saison, la Fierté Orange se compose de 40 membres). Bien sur, la Fierté Orange n’était pas seule responsable de ce succès. Miles était doué pour ‘vendre’ son programmes aux recrues et il avait bâti un staff compétent.

Plus d’une douziane d’anciens joueurs affirment à SI que la Fierté Orange n’a pas seulement pris de l’ampleur sous Miles et Gundy mais que c’est sa culture qui a également été changée. Ils disent qu’il y avait un petit groupe dans le groupe sur lequel on pouvait compter pour « s’occuper des recrues ». TJ Minor, un defensive end en 2005 et 2006, se souvient avoir vu une membre de la Fierté Orange à une soirée pour les recrues. « dès que la recrue est arrivée, elle le cherchait partout, elle l’a emmené en ville tout de suite. Elle a couché avec lui, directement. A cette époque, je me disais… ‘Wow, c’est cool. C’est un truc qui fait partie du recrutement’”.

Bien entendu, les recrues avaient également des relations sexuelles – arrangées par les joueurs – au cours de leur visite, avec des étudiantes qui ne faisaient pas partie de la Fierté Orange. Durant sa visite officielle de décembre 2003, le defensive end – linebacker Rodrick Johnson affirme qu’un joueur l’a conduit dans la chambre d’une femme qui lui a accordé une petite gâterie. « Je ne lui ai même pas dit deux mots », dit-il. Johnson, Woods et Calvin Mickens, un cornerback de 2005 à 2007, affirment que des joueurs emmenaient régulièrement des recrues chez une autre étudiante qui leur accordait une relation bucco-génitale.

Deux autres joueurs alors en visite de recrutement – l’une d’entre elles s’est déroulée durant le mois au cours duquel Gundy, le coordinateur offensif de Miles, a été promu – affirment qu’ils ont eu des relations sexuelles avec des membres de la Fierté Orange. Le linebacker LeRon Furr, qui a joué à Oklahoma State en 2009 et 2010 affirme qu’il n’a pas couché avec une membre de la Fierté Orange au cours de sa visite officielle, mais qu’il sait que d’autres recrues l’ont fait. Furr déclare à propos du petit nombre d’hôtesses ayant eu des relations sexuelles avec des recrues : « Ces filles savaient ce qu’elles avaient à faire pour donner du bon temps aux joueurs et les faire venir [à Oklahoma State] : du sexe, des sorties, de l’alcool et de la fumette ».

Un ancien membre du staff, qui déclare que lui et au moins un autre membre du staff sous Miles savaient que quelques membres de la Fierté Orange avaient des relations sexuelles avec des recrues : “Le truc, c’est qu’il n’y a vraiment rien à faire à Stillwater. Les mecs viennent pour leur visite. Ils sont logés dans [un hôtel]. Les filles allaient les voir, et bam bam, ça y était ».

*****

Bond Ferguson (née Munson) approchait de la fin de son année freshman à Oklahoma State en 2002 lorsqu’une étudiante senior qu’elle connaissait lui a demandé de réfléchir à intégrer la Fierté Orange à l’automne. (Les étudiantes de première année ne sont pas éligibles). « Nous aimions tous le sport », déclare Ferguson, « elle m’a dit que c’était un moyen vraiment sympa d’être autour du programme sportif ».

Comme la plupart des 14 anciennes membres de la Fierté Orange interrogées par SI, Ferguson a apprécié son passage dans le groupe, malgré le temps et l’argent qu’elle y a investi. (Elle a déclaré à SI ne jamais avoir eu de relations sexuelles avec une recrue). Les hôtesses devaient consacrer deux heures par semaine de leur temps à répondre au téléphone, mettre sous pli du courrier et d’autres tâches administratives dans le bureau du staff football. Il leur était demandé d’acheter au moins six tenues et elles devaient payer pour les bonbons, les gâteaux, le Gatorade et les autres douceurs qu’elles laissaient dans les vestiaires des joueurs.

Les membres de la Fierté Orange avaient l’avantage de recevoir des tickets pour les matchs à domicile et d’accompagner l’équipe pour certains matchs à l’extérieur. Certaines hôtesses avaient été cheerleaders ou dans des groupes de danse au lycée ; d’autres étaient des sportives. La Fierté Orange leur offrait un lien avec les sports à Stillwater. « C’était comme si on se sentait membre du programme football » déclare Ferguson, qui à la fin de ses trois années dans la Fierté Orange s’est vu remettre par le département des sports une bague qui « ressemblait aux bagues des joueurs de football ».

Les règles de la NCAA interdisent aux membres des groupes d’hôtesses d’entrer en contact avec une recrue avant qu’elle n’arrive sur le campus. La première fois que des membres de la Fierté Orange parlaient aux recrues était à l’arrivée de ces dernières sur le campus le vendredi soir. Les jours de match, les hôtesses emmenaient parfois les recrues et leurs parents pour un tour du campus et partageaient avec eux un repas, en répondant à toutes les questions qu’ils avaient sur l’université ou le programme de football.

Les hôtesses à Oklahoma State doivent signer deux documents :

Un qui indique qu’elles auront « une conduite appropriée exigée de VOUS [souligné] dans le cadre des règlements de l’institution, de la Big12 et de la NCAA. Vous devez toujours utiliser la sagesse, le bon sens et vous comprenez qu’enfreindre les lois de l’Etat n’est pas admissible ».

L’autre dit que les membres de la Fierté Orange se « conduiront avec de hauts standards éthiques et moraux ».

L’université affirme que ces règles, qui interdisent formellement d’avoir des relations sexuelles avec des recrues ou des joueurs, ont été instaurées en 2008.

La plupart du temps, la Fierté Orange avait un coordinateur dédié, ordinairement une femme membre du staff football ; de février 2003 à mars 2004, il s’agissait de Shayla Simpson, une assistante pour le recrutement. Simpson déclare qu’elle effectuait une pré-sélection des candidates avec une secrétaire expérimentée du staff football et possiblement une hôtessee expérimentée (elle ne s’en souvient plus très bien). (Alors, comme maintenant, les jeunes femmes devaient joindre une photo à leur candidature). Simpson, la secrétaire et un coach assistant rencontraient les candidates les plus prometteuses.

“Ensuite, [Miles] organisait un entretien” déclare Simpson. « Donc [l’hôtesse] devait vraiment le rencontrer, découvrir ce qu’était en quelque sorte son plan de jeu, parler de ce qu’il attendait… C’était très important pour [Miles]. Il savait, oui, on sait tous que la beauté aide. Je ne vais pas vous mentir à ce sujet. C’est une image, c’est comme avoir un joli campus. Ce n’est pas très différent d’avoir un très grand terrain de football. C’est une partie de l’ensemble, [mais] tu ne peux pas être belle et une idiote et prétendre que c’est bien comme ça. Tu devais vraiment comprendre le jeu, puisque tu ne pouvais pas te permettre d’avoir l’air d’une idiote quand tu discutais avec une recrue ».

Un autre membre du staff football sous Miles ajoute : “Une des choses les plus importantes pour Les, c’est qu’il voulait plus de personnalité. Je me souviens, pendant nos premiers weekends de recrutement [en 2001], les filles se contentaient de rester debout dans un coin. Elles n’avaient pas une vraie… prestance. Est-ce que c’était important d’avoir des jolies filles ? Soyons réalistes…”

Lorsqu’on lui a demandé pourquoi elle pensait que le patron d’un programme de football de premier plan menait des entretiens avec des candidates hôtesses pour le recrutement, Ferguson déclare que Miles « voulait juste connaître notre personnalité ». De même, Kennedy Lewellen a eu un entretien avec Gundy avant d’intégrer l’association en 2008. Elle se souvient qu’il lui a demandé « que dirais-tu au sujet d’OSU pour essayer de faire venir les recrues ici ? » (Lewellen, comme Ferguson, a déclaré à SI n’avoir jamais eu de relation sexuelle avec des recrues).

Après que les jeunes femmes se sont entretenues avec Miles, il donnait la liste de ses meilleures candidates, selon Simpson. « Pour la plupart, c’était comme… il choisissait… Nous, on se réunissait, et on était d’accord avec son choix ».

Simpson déclare : “nous avions des coaches qui demandaient expressément [certaines hôtesses] ». Les décisions d’associer une hôtesse à une recrue étaient généralement prises par un coach assistant. Sous Miles, Josh Henson, le coach des tight ends et coordinateur du recrutement, déclare qu’il s’occupait des affectations. Henson a déclaré à SI qu’il n’était au courant d’aucun incident impliquant une relation sexuelle entre une hôtesse et une recrue.

Un ancien membre du staff du temps de Miles qui a déclaré n’avoir aucune connaissance directe de cas où des hôtesses auraient couché avec des recrues a reconnu que ç’aurait pu être une conséquence qui n’était pas recherchée, quoique pas totalement malvenue, de la croissance du rôle de la Fierté Orange dans le recrutement. « Est-ce que ces allégations me choquent profondément ? Non », déclare-t-il, « je n’ai jamais pensé que ça faisait partie de mon job d’aller voir les hôtesses et de leur demander ‘vous couchez avec cette recrue ?’. Au fond, c’est juste leur décision personnelle… C’était un peu le genre de truc qu’on a pas envie de savoir, de creuser… »

*****

“Quelles connaissances particulières une étudiante pourrait-elle bien avoir au sujet du campus, des études et du programme de football qu’un étudiant ne pourrait pas avoir ?” demande Melanie Page, professeur de psychologie à l’université d’Oklahoma State depuis 1998. « Il n’est nul besoin d’avoir une jolie fille dans ce rôle. »

Des coaches à travers tout le pays pourraient exprimer leur désaccord, et Oklahoma State n’est pas la seule université à posséder un programme d’hôtesses sous surveillance. En décembre 2008, le New York Times a révélé que les hôtesses de LSU s’asseyaient sur les genoux des recrues. (Le coach des Tigers, à l’époque comme aujourd’hui, est Les Miles). En 2011, la NCAA a établi que Tennessee a violé le règlement en payant pour que trois membres de son programme d’hôtesses – également appelé Fierté Orange – se rendent à un match de lycée en Caroline du Sud auquel participaient des joueurs que Tennessee souhaitait recruter. Les hôtesses de Tennessee ont également contacté des recrues par Facebook et d’autres réseaux sociaux. (Dans ces deux cas, il n’a jamais été prétendu que les hôtesses de LSU ou Tennessee ont eu des relations sexuelles avec des recrues).

En surface, ce qu’il se serait prétendument passé dans ces universités et avec les quelques membres de la Fierté Orange et des recrues à Stillwater peut sembler indolore. Mais l’est-ce vraiment ? Des joueurs ont confié à SI qu’il y avait un sentiment de ‘bon droit’ au sein de l’équipe, qu’ils pensaient que les filles sur le campus n’étaient là que pour leur plaisir. Katherine Redmond Brown, fondatrice de la Coalition Nationale Contre les Athlètes Violents déclare : ‘Les choses comme les programmes d’hôtesses sont une très grande partie de ce conditionnement malsain’.

Page ajoure : “j’étais gestionnaire des élèves pour l’équipe [de lutte] du lycée, et je me souviens à quel point ça semblait cool de faire partie du programme. L’estime de soi d’un grand nombre de femmes est liée à l’attention qu’elles reçoivent des membres du sexe opposé. Quand vous mettez des femmes dans une position comme ça [comme dans la Fierté Orange], même si les relations sexuelles sont librement consenties, ces femmes sont tout de même exploitées ».

Lorsqu’on lui demande si elle croit que l’université pourrait supprimer la Fierté Orange, Page répond : “Il y a beaucoup de choses qu’on fait semblant de ne pas voir, à OSU”. Elle ajoute : « Il faudrait une déclaration ferme de Mike Gundy pour que les choses commencent à changer. C’est un personnage puissant et charismatique, et il a le pouvoir de supprimer la Fierté Orange, pour envoyer le message fort que nous ne sommes pas là pour mettre des jeunes femmes dans ce type de situation, et que nous respectons les femmes et voulons agir avec le plus haut niveau éthique. »

La semaine prochaine : dernière partie : les retombées…

Enquête réalisée pour Sports Illustrated et SI.com par George Dorhmann et Thayer Evans. Tous droits réservés à ces messieurs. Toute erreur de traduction n’est que la faute du traducteur…

And In Other College Football News

Juste pour information, un petit point sur les universités qui produisent le plus de pros présents en NFL au premier jour de la compétition.

Highlander est de retour.

Bon, il ne s’appelle pas Duncan McLeod, mais c’est tout comme. Mesdames et messieurs, voici Jeffrey Kessler.

Mais qu’est ce qu’est encore en train de vous raconter tonton Verchain ? Jeffrey Kessler, au cas où vous ne le connaîtriez pas, est avocat. Oh, pas n’importe quel avocaillon qui chasse le client à l’entrée des urgences d’un hopital du Dakota du Sud… Non, un vrai, un beau, un ténor. Sa spécialité ? L’antitrust. Qu’est ce que c’est ? En droit américain, le consommateur ou le salarié est protégé par la justice contre les pratiques frauduleuses d’entente sur les prix ou sur les salaires, entre autres. Jeffrey, c’est juste le cador dans ce rayon. La free agency en NFL ? C’est lui. La résolution du hold out en NFL en 2011, c’est lui – en partie – aussi.

Mais en quoi cela concerne-t-il le fan de college football ? Eh bien, Jeffrey appartient à un cabinet qui envisage selon Bloomberg de lancer un département spécialisé dans le football universitaire, avec pour objectif de faire en sorte qu’une partie des droits de télévision soit versée aux joueurs. Ce n’est qu’un début, je vous le dis… Stay tuned pour assister à la mort du modèle de l’étudiant-athlète à plus ou moins long terme.

Well, those guys keep on building expensive stadiums…

Toujours plus de preuves d’une désaffection du public pour le football en live dans un stade.

Une enquête de AL.com révèle en effet que l’affluence dans les stades sur le premier mois de compétition a baissé de 3%. Comme l’an passé, puisque l’affluence baissait déjà de 3% par rapport à 2011 l’an dernier.

Champion du monde ? South California !! Avec -23% d’affluence.

Et la plus forte progression ??? The U. We, The People !! +45% !!! Take this, punk !!!

Notons aussi au passage qu’un récent sondage relève que 72% des fans de college football préfèrent regarder leur sport à la télé plutôt qu’aller au stade… Ouch…

Top Five

On est repartis pour un petit Top 5 : les cinq équipes qui peuvent selon votre serviteur être considérées comme les prétendants les plus sérieux à une place au dernier BCS Championship de l’histoire.

  1. Alabama Crimson Tide (SEC)

Invaincue, en progression, malgré la suspension de Ha-Ha Clinton-Dix (qui est le safety starter dans la Verchain Funny Names All American Team)… Je me demande encore qui pourra faire tomber Nick Saban de son piédestal…

  1. Oregon Ducks (Pac12)

Warp speed offense, Heisman frontrunner in Marcus Mariota… What’s not to love ? Le départ de Colt Lyerla ne devrait avoir aucune influence sur les performances de l’équipe de Nike U.

  1. Clemson Tigers (ACC)

C’est assez beau à voir, ça tient bien le coup en général… Toute une saison à jouer sur un match.

  1. Florida State Seminoles (ACC)

C’est beau à voir, c’est explosif, ça doit encore progresser en défense… Toute une saison à jouer sur un match. Oui, comme Clemson. En fait, il s’agira du même match…

  1. Ohio State Buckeyes (Big Ten)

#NotImpressed. Period.

I Got Mail… Ou Pas…

Dans cette section, amis lecteurs, vous pourrez poser toutes les questions que vous voulez. Si vous avez des questions, à l’avenir… Pour cette semaine, on passe au-dessus de tout ça, on reviendra, peut-être… Ou pas…

@Vabelgian, question draft : Pourquoi Taylor Martinez de Nebraska est-il considéré comme un potentiel undrafted ? Plus de 7000 yards, dual threat… Est-il jugé ‘trop court’ ?

QB Taylor Martinez, Nebraska

Certes, Taylor Martinez présente quelques uns des traits qui ont fait le succès relatif ou non de certains des derniers quarterbacks draftés. Il sait courir, jouer l’option ou la zone read. Et c’est tout.

Niveau qualité de passe, il ne passe pas le ‘eye test’ : ses passes sont mollassonnes, flottantes, et peu précises. Son taux de complétion en carrière est vraiment très médiocre (59%).

Son ratio de touchdowns sur ses interceptions est loin d’être fabuleux également. J’ai arrêté les compteurs à la semaine 5 avant de répondre à ta question.

Martinez a 28 interceptions pour 55 TD (1.96).

Si on veut comparer avec d’autres joueurs ‘du même moule’, on trouve par exemple :

Russell Wilson 109/30 = 3.63
Robert Griffin the Third 78/17 = 4.60
Colin Kaepernick 82/24 = 3.42
Geno Smith 98/21 = 4.66

De plus, Martinez a un physique peu impressionnant, juste 6’1, soit pas forcément moins que d’autres. Mais il a déjà eu à subir plusieurs absences pour blessure, ce qui n’arrange pas tout à fait son cas, et qui rend compréhensible une certaine retenue des recruteurs à son sujet.

On pourra toujours objecter qu’il y a des exceptions à la règle, comme par exemple EJ Manuel qui avait un ratio TD/INT pire que celui de Martinez… Mais peu de monde voyait Manuel dans le premier tour à l’automne dernier. Il suffit souvent qu’une équipe tombe ‘amoureuse’ d’un joueur pour que de très, très grosses surprises se produisent…

Verchain’s Games To Watch This Week

L’équipe de rédaction de The Blue Pennant vous présentera demain les matchs les plus intéressants à suivre cette semaine. Comme je suis un rédacteur prétentieux, je vous donne moi aussi mes matchs à suivre, qui ne sont pas nécessairement ceux qui viendraient à l’esprit des rédacteurs qui ne s’appellent pas Verchain…

– Missouri Tigers at Georgia Bulldogs
UPSET ALERT
Mizzou est à un niveau un peu surprenant, invaincue et classée. Georgia s’est difficilement sorti de la rencontre contre Tennessee. Alors que les hommes de Mark Richt semblent avoir une route toute tracée vers Atlanta pour une nouvelle finale de la SEC, un faux pas n’est pas à exclure… Pour ce samedi ?

– Northwestern Wildcats at Wisconsin Badgers
UPSET ALERT
Les Wildcats ont tenu la dragée haute aux Buckeyes la semaine passée. Les Badgers n’avaient pas démérité la semaine précédente. On jugera de la vraie valeur des Wildcats à l’aune de leur performance contre les Badgers. Ce match peut leur permettre de penser retrouver leurs vainqueurs de la semaine passée en finale de la B1G…

– Texas Longhorns at Oklahoma Sooners
FIRING ALERT
Et si c’était le dernier match de Mack Brown à la tête des Longhorns ? Entre Kiffin et Pasqualoni, les différents ADs n’ont eu aucun remords à faire s’abattre la guillotine très tôt dans la saison… DeLoss Dodds, le DA de Texas, prendra sa retraite prochainement, et il ne semble pas faire de doute que Mack Brown risque de se retrouver sans emploi à la fin de la saison. Une nouvelle défaite, voire une humiliation, contre Oklahoma dans le cadre de la Red River Rivalry, mettrait à n’en pas douter le dernier clou dans le cercueil de Macky Mack… De là à ce que le renvoi se produise le dimanche ou plus tard dans la saison…

C’est fini pour aujourd’hui, alors…

 

Après trois années à commenter le football sous toutes ses formes, Verchain a rejoint la rédaction de The Blue Pennant en 2013 pour vous proposer son College Football Report et quelques autres fantaisies, en exclusivité.

11 Commentaires

11 Comments

  1. Mathieu

    9 octobre 2013 à 12h13

    Merci d’avoir répondu a ma question ! du coup je comprend mieux ^^

    • Verchain

      9 octobre 2013 à 20h49

      A ton service. Thanks.

  2. yacine

    9 octobre 2013 à 21h10

    Pas d’avis sur la nomination du comité de sélection pour les futurs Play-Offs Verchain ?
    Personnellement j’ai cru que j’hallucinais à voir Condoleeza Rice dedans O_o

    • Verchain

      10 octobre 2013 à 08h06

      Salut yacine,
      Tu ne me suis pas sur Twitter ? J’y ai halluciné un peu… j’ai déjà prevu d’évoquer le sujet dans un prochain article de cette série… stay tuned

      • yacine

        10 octobre 2013 à 11h36

        Twitter? Non c’est pas mon truc ce bazar héhé. Ok cool, on pourra en discuter alors 😉

      • Ben

        10 octobre 2013 à 12h14

        Tu va nous faire ton David Pollack, Verchain ? 🙂
        Tu penses quoi d’ailleurs de ce qu’il a dit dans College Gameday ?

        • Verchain

          10 octobre 2013 à 14h11

          Je pense qu’il ne devrait y avoir dans ce comité que des gens qui connaissent le football. Homme ou femme. More on that later

          • yacine

            10 octobre 2013 à 17h30

            On est d’accord !

  3. Tuzzz

    10 octobre 2013 à 14h36

    Yeah, super comme d’hab! C’est un peu croustillant cette semaine, on captive tout de suite plus facilement le lecteur avec des expressions comme « bucco-génitale »!
    Sacré Les Miles en tout cas, facile d’avoir les meilleures recrues avec tout ça 🙂
    Sinon les stats sur les joueurs NFL en fonction de leur équipe universitaire est sympa, on se demande comment Cal peut-être au même niveau que toutes les autres équipes quand on voit leur fiche actuelle…
    Pour Martinez, j’ai toujours trouvé que ce joueur était une grosse blague. Un peu comme Denart Robinson en son temps, je ne comprends pas trop pourquoi on les adore.
    Et depuis que the U appartient à we, the people? Pas vraiment la fac du peuple quand même, si?

    • Verchain

      11 octobre 2013 à 07h06

      Tu sais bien que je craque un peu beaucoup dès qu’il s’agit des Hurricanes… Disons que c’est un peu plus We, The People en ce moment que d’autres facs floridiennes comme FSU ou Fl*rida… Mwouais… Craquage… Once again…

      Pour Cal, ils ont souvent un ou deux bons joueurs qui se retrouvent perdus au milieu d’un océan de médiocrité mais ont le calibre NFL, comme Keenan Allen ces dernières saisons. Et surtout, Cal est la fac de Dieu – connu du monde extérieur sous le nom d’Aaron Rodgers – et ça, ça n’a pas de prix.

      Thanks for reading.

      • Tuzzz

        11 octobre 2013 à 11h59

        Oh que oui 🙂 Pas besoin de me convaincre, en tant que owner des têtes de fromage, Aaron est clairement mon idole (au sens religieux du terme, il suffit de demander à ma femme), il ne manque que le poster au-dessus du lit conjugal 🙂 Du coup je suis allé voir les Golden Bears jouer au Memorial stadium fraîchement rénové l’an dernier, un grand moment malgré la défaite (contre Washington). Je suis l’éclosion de Jared Goff de près parce que Zach Maynard, what a shame!

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également - Verchain Is #NotImpressed