Suivez-nous sur

Verchain Is #NotImpressed

Verchain is #NotImpressed 2013 – Week 1

Notre très cher rédacteur en chef Morgan a eu l’idée (brillante selon certains, ressortant de la maladie mentale pour d’autres) de me proposer d’écrire non pas un mais bien deux articles par semaine sur The Blue Pennant. Here we are. Après avoir parlé un peu de football « à chaud » ce lundi, parlons un peu de tout le reste, tout en restant dans le football, mais pas véritablement sur le terrain.

Une bonne partie de ces articles sera donc dédiée à tout ce qui a trait aux aspects institutionnels, business, disciplinaires, et autres, pour vous informer modestement sur « le Système » (on en reparlera très prochainement, de « The System »…).

Puis, chaque semaine, on distribuera les mauvais points, et nous suivrons les équipes du Flop Five…

Un petit détour du côté des BCS Busters potentiels est également au programme…

Enfin, je vous présenterai de manière très rapide et beaucoup moins recherchée que ce que feront mes chers confrères de The Blue Pennant les trois matchs qui m’intéressent pour le weekend à venir.

Par ailleurs, si vous, amis lecteurs, avez des questions à poser, sur n’importe quel sujet ayant un lien même le plus ténu avec le football universitaire (ce qui inclurait à peu près tous les sujets hormis ma vie amoureuse…), je suis partant pour y répondre, à un rythme variable, dans cet article du mercredi. C’est donc à vous de jouer. Vous pouvez poser vos questions à l’adresse verchain@thebluepennant.com ou sur Twitter @Verchain.

#NotImpressed

Quand Verchain a des choses à dire, il les dit. Peu importe. Quelle que soit la réaction du public, Verchain is #NotImpressed.

Johnny Foutage de Gueule

Quand on se disait qu’avec le début de la saison, le grand barnum de Johnny Manziel allait enfin nous laisser un peu de répit pour se concentrer sur le pré, voilà que deux jours avant le début de saison tombait la nouvelle la plus ridicule de l’année en matière de discipline sauce NCAA : Johnny Football serait suspendu pour… 30 minutes du premier match de la saison des Aggies, contre la superpuissance footballistique qu’est Rice (et Dieu sait que les Owls ont pourtant progressé ces dernières saisons, not joking).

Freakin’ ridiculous. À tous les niveaux, d’ailleurs.

Qu’est ce que cela prouve ? Que la NCAA, en cherchant une nouvelle fois à sauver la face, s’est de nouveau ridiculisée.

Texas A&M a proposé la suspension à la NCAA, qui l’a acceptée.

Pourquoi ?

Simplement parce que la NCAA n’était pas en mesure de prouver que Manziel avait été rétribué pour signer des autographes par paquets, alors que les différents objets signés par le Heisman de la saison passée se sont retrouvés sur tous les sites de vente en ligne pour être vendus au plus offrant.

En acceptant cette « sanction », les autorités universitaires se sont pourtant mis en infraction avec leurs propres règles. La disposition (bylaw en version originale) 12.5.5.2 prévoit en effet l’obligation pour un étudiant-athlète de prendre les mesures nécessaires (ie prévenir les services adéquats de sa fac) s’il s’aperçoit que son image est utilisée sans son autorisation pour vendre des produits divers et variés.

La NCAA s’est en effet mise à la limite en matière d’application de ses propres standards.

Elle a été incapable de prouver que Manziel a reçu du cash (directement ou indirectement) en signant tous ces autographes. Pourtant, les règles de la discipline NCAA sont basées sur des niveaux de preuve bien inférieurs à ce que sont les niveaux de preuve demandés dans les tribunaux américains. Les jurés américains jugent de la culpabilité « au-delà de tout doute raisonnable » d’un inculpé (beyond reasonable doubt). La NCAA, selon son propre site Internet, affirme que son « standard de preuve est fonction du fait que l’information soit crédible, convaincante, et d’une nature sur laquelle des gens raisonnables s’appuieraient dans la conduite d’affaires sérieuses« .

Donc, les informations sur le fait que Manziel ait signé des paquets de trucs destinés à être vendus n’étaient pas sérieuses, crédibles ? Hmmm…

Donc, des gens raisonnables n’auraient pas pu s’appuyer sur ce genre d’information dans des affaires sérieuses ? Hmmm…

Plus vraisemblablement, le fait que Manziel se soit très vite entouré d’avocats (dont un pénaliste spécialiste des affaires de meurtre…), ce qui prouve une fois de plus que Manziel n’est pas une victime du système car combien de joueurs d’extraction modeste se seraient laissés balader avant que leurs parents (ou bien souvent seulement leur mère…) ne tentent de réagir maladroitement en appelant cet avocat spécialisé dans les procédures au civil contre les chauffards et qui va draguer le client à la porte des hôpitaux, aura fait peur à la NCAA, qui est déjà bien empêtrée dans le cas O’Bannon (on en reparlera en détail quand on approchera du jugement) qui traite justement de rémunération de joueurs pour exploitation de leur image…

La NCAA a eu peur de se retrouver devant une cour de justice, avec une charge de preuve plus élevée que ses standards propres, peut-être. Et, vu le comportement de gamin pourri gâté de Johnny Get Out Of Our Texas Frat Party, il aurait été aisé à n’importe quel avocat de convaincre un jury que Johnny Manziel est complètement débile et n’a donc jamais pensé que tous ces trucs qu’il signait à tour de bras étaient destinés à être vendus. A moins d’introduire un doute raisonnable quand au fait que le nombre de neurones du garçon était porté sur son beau maillot des Aggies…

Alors, avec la peur, la NCAA s’est une nouvelle fois ridiculisée. Et a accepté la proposition de Texas A&M d’une suspension de 30 minutes. Au lieu de tout simplement affirmer ne rien pouvoir prouver, fermer le cas, et passer à autre chose…

Mais non, une bonne vieille négociation foireuse comme on en voit dans New York District, sans qu’on ait droit aux images de la charmante Alana DeLaGarza pour tamponner le truc.

Imaginez un peu…

Le set : bureaux de la NCAA, dans l’Indiana. L’équipe de l’Association rencontre les avocats de Manziel et d’A&M, dans une petite salle de réunion où les lumières ont été quelque peu tamisées…

‘On a rien pour suspendre Johnny Autograph.

– Ouais, vous n’avez rien…

– Quand même, on pourrait se contenter d’une peine minimum…

– Ouais, mais vous n’avez rien…

– On sait bien, mais on ne peut pas laisser passer ce truc, on a quand même enquêté pendant deux semaines…

– Ouais, mais vous n’avez rien…

– Vous pouvez pas nous proposer un truc, comme ça, juste histoire de sauver la face ?

– Vraiment ?

– Euh, oui… Je sais pas… On peut peut-être vous filer un truc, je sais pas, des photos de Julie Roe Lach en petite tenue, la perruque de Mark Emmett…

– Ouais, là non plus vous n’avez rien… Bon, OK… Notre client ne devrait pas jouer plus de 30 minutes contre Rice samedi prochain quoi qu’il arrive, de toute façon l’équipe mènera de 50 points à la fin du premier quart… Donc, on a qu’à dire qu’il sera suspendu pour les 30 premières minutes, pour un peu qu’il sorte encore faire le beau dans une boîte la veille et ait un problème de réveil, arriver plus tard au stade ne devrait pas le gêner…

– Vous êtes vraiment prêts à faire ce geste ?

– Ouais, vous êtes marrants, on vous aime bien…

– Deal ?

– Deal !

Et communiqué de presse dans le quart d’heure suivant…

Fin du sketch. Two and a half men, c’était mieux quand il y avait Charlie Sheen et ses bimbos…

Une décision au bout de trois semaines ou presque, alors que la NCAA n’est pas capable de prouver des choses au-delà du doute raisonnable ? Voilà qui fait tout drôle, dans le sud de la Floride… Trois ans ou presque, dans un cas où la NCAA ne semble pas en mesure de prouver beaucoup de choses, et toujours pas de décision ? Ahem… Trois ans d’enquête entachée de multiples irrégularités de la part de la NCAA et toujours rien ? Deux bowls et la finale de l’ACC manquée l’an passé, et toujours rien ? Miami has suffered enough…

Quand on y regarde de plus près, on se dit que la NCAA est au fond du trou, mais qu’elle creuse encore… AJ Green avait été suspendu pour avoir vendu un de ses maillots… Mais là il y avait une preuve de la vente, me dira-t-on… Là, pas de preuve… Rien apparemment sur les comptes bancaires de Johnny Cabo… Ah, ouais… Surement qu’il n’a pas été payé par chèque ou par virement… Pas de preuve des fameux impermissible benefits qui font saliver tout bon investigateur… Pas de preuve, pas de cas… Mais une sanction… NCAA is losing. Again.

Et je ne traiterai pas ici de la question philosophique de savoir s’il est justifié que les étudiants-athlètes soient rémunérés ou pas… Mais ce cas ridicule pourrait bien nous entraîner un peu plus vers la naissance de la division 4. En effet, les facs qui s’organiseraient dans une Division 4 pourraient prévoir une rémunération pour leurs joueurs, ou l’exploitation de leur droit à l’image. Ceci ne ferait que mettre une fois de plus un terme à la belle utopie d’un sport amateur…

Cela dit, ce sport amateur génère des millions pour les facs en droits télé et autres. A&M touche un pourcentage de la part d’Adidas pour les maillots frappés du numéro 2 vendus aux fans. Le numéro 2 en question ne touche rien. Alors, oui, il est philosophiquement délicat de lui en vouloir de prendre un peu de cash contre quelques signatures. Mais il n’y a pas de preuve, donc pas de cas…

Juste un peu plus d’encre qui aura été versée autour d’une suspension parmi les plus ridicules qu’on ait pu voir ces dernières années.

Verchain is looking at all that NCAA enforcement… And Verchain is #NotImpressed !

And In Other College Football News

J’évoquais dans mon #NotImpressed ci-dessus la perspective qui va sans aucun doute s’ouvrir dans les semaines ou les mois qui viennent d’une sécession des facs du ‘Power Five’, les grosses conférences où le cash coule à flot, mettant définitivement le dernier clou dans le cercueil du modèle de l’amateurisme (trop souvent taillé en pièces) façon NCAA.

Eh bien, il se pourrait que l’Etat de Californie pousse encore plus avant cette probabilité.

Au moment où j’écris ces lignes, une proposition de loi est en cours d’examen dans le système législatif californien, qui vise non seulement à garantir que les bourses données aux étudiants-athlètes soient totalement garanties sur l’ensemble de la scolarité des jeunes gens concernés, mais également que ces bourses couvrent non seulement les frais de scolarité, l’hébergement, les livres nécessaires pour l’enseignement mais qu’elles comprennent également une… « allocation ». En bon français ? Que les joueurs soient payés dès lors qu’ils évoluent dans une fac qui a des revenus télé et liés aux ventes de produits dérivés atteignant les 20 millions de dollars.

USC, Stanford, UCLA, Cal-Berkeley seraient directement concernées, comme elles le sont déjà par la nécessité de garantir les bourses sur plusieurs années depuis l’an passé. Ce seraient donc l’ensemble des coûts liés à la fréquentation de la fac (des coûts annexes allant jusqu’à 3 ou 4000 dollars par an au-delà de ce qui est donné aujourd’hui aux étudiants-athlètes) PLUS une allocation d’environ 3500 dollars par an ‘d’argent de poche’. En clair, les facs californiennes paieraient leurs joueurs…

Et elles se retrouveraient donc en infraction totale avec les règlements NCAA qui ne prévoient pas de paiement des joueurs au travers des bourses pour autre chose que les frais de scolarité, l’hébergement et les bouquins. Et préparez vos avocats…

Cela sans compter que les autres membres du Cartel se retrouveraient virtuellement devant un désavantage compétitif certain s’ils voulaient continuer à respecter le règlement NCAA. Imaginez qu’un joueur préfère UCLA à Texas ou LSU parce qu’il sera (chichement, certes) payé pour jouer en Californie ?

La solution qui va s’imposer, si cette loi passe ? La création de la Division 4. Les ‘Haves’ contre le reste du monde. La SEC, Big Ten, Big 12, ACC et donc la Pac 12 qui constitueraient une division propre, avec ses propres règles, et donc la rémunération des joueurs.

N’oublions pas que les règles de la NCAA sont établies par les facs pour les facs. Et qu’il serait donc tout à fait possibles pour certaines facs de s’arranger pour avoir des règles sur mesure.

Ce serait la victoire totale du Cartel. Et la fin du football tel que nous le connaissons aujourd’hui, ou presque…

And some more…

  • Devinez quelle équipe a le plus grand nombre de followers sur Twitter, selon l’Université du Tennessee (utsports.com, si ça vous intéresse) ? Meeeeechigan ! Avec 150 000 followers environ, la fac d’Ann Arbor mène la course devant LSU (106 000), Alabama (84000), Tennessee (69 000) et Texas A&M (63 000). Verchain, lui, en est à 120 followers…

  • Selon le magazine Forbes, les Texas Longhorns sont toujours le programme avec la plus grosse valeur financière, avec 133 millions de dollars. Ils devancent Michigan (120 millions) et Notre Dame (103 millions).

  • Texas A&M installe des bancs un peu particuliers sur la ligne de touche des boys de Kevin Sumlin : des bancs avec système de refroidissement intégré !

Flop Five

Il s’agira dans cette rubrique de recenser les plus belles plantades des différentes équipes, sur la saison, les votes donnés par mes soins sont purement subjectifs, et souvent sans explications autres que le fait que j’ai eu un petit sourire en découvrant les scores ou en jetant un oeil sur les résumés, voire quand j’ai eu le bonheur d’assister en direct à la capilotade…

Sans plus de cérémonie, comme diraient les Magic System, ‘On y va’…

  1. Oregon State Beavers : Quatrième équipe du Top 25 de l’histoire à perdre contre une FCS, Eastern Washington. Une opération qui a coûté 450 000 dollars à la fac de Corvallis. 625 yards concédés à 8,8 de moyenne. De quoi attendre un coup à la 1300 yards lorsque les hommes de coach Riley croiseront la route d’Oregon…

  2. Kansas State Wildcats : Pour 350 000 dollars, gagnez le droit de vous faire humilier par la solide FCS North Dakota State, avec la manière. Dernier drive des Bisons : 80 yards en 18 mises au jeu. Oui, façon Kansas State… Pauvre Bill Snyder…

  3. Connecticut Huskies : Paul Pasqualoni, symbole du ridicule qui ne tue pas. Horrible coordinateur défensif des Dolphins pendant deux ans, deux saisons médiocres à U Conn (5-7 à chaque fois), et maintenant une défaite contre Towson en ouverture de la saison. Towson se trouve dans le Maryland, tiens…

  4. Iowa Hawkeyes : Kirk Ferentz… 4 millions de dollars en salaire par saison. 3 victoires la saison passée, soit plus de 1,3 millions de dollars la victoire. Défaits par les Huskies de NIU qu’on aime beaucoup sous ces latitudes, les Hawkeyes sont bien partis pour être un bon sujet de plaisanterie sur la saison…

  5. West Virginia Mountaineers : William and Mary, FCS. 2 victoires en 2012. 7 points d’avance au cours de la victoire des Mountaineers. Qu’il semble loin le temps de Geno Smith et Tavon Austin…

Also receiving points : South Florida, pour sa défaite contre McNeese State par le plus large score d’une FCS contre une FBS. South Alabama, pour sa défaite contre Southern Utah. Iowa State, pour sa défaite contre Northern Iowa. Georgia State, pour sa défaite contre Samford. San Diego State, pour sa défaite contre Eastern Illinois, en commettant 5 turnovers au passage.

Bust my BCS, please…

Comme vous connaissez ma vénération pour les équipes des Conférences Non-AQ qui pourraient s’inviter à la table des Grands, vous allez avoir droit chaque semaine à un petit point très rapide sur ceux qui pourraient devenir les BCS Busters de la saison… Ou pas…

Ready to Bust It :

Fresno State : après une victoire contre Rutgers, les Bulldogs du QB Derek Carr semblent bien placés pour remporter la MWC, et devenir les derniers BCS Busters de l’histoire.

Northern Illinois : History repeating ? Après une victoire contre Iowa, les Huskies devront sans doute engranger au moins 11 autres victoires pour espérer être les derniers BCS Busters de l’histoire. Et avec seulement Purdue comme équipe AQ au programme, la possibilité existe bel et bien. We Believe. #LynchFor6.

Got Their Collective Ass Busted Out Of It :

Boise State : got their collective ass kicked again and again by U-Dub… Washington et son attaque au tempo augmenté par rapport à ce qu’on a connu récemment a tout simplement ridiculisé la défense des Broncos, traditionnellement une force sur laquelle l’équipe de coach Peterson peut s’appuyer… J’ai écrit dans le College Football Report qu’une défaite en début de saison pouvait ne pas compter dans l’esprit des votants, mais les Broncos ont besoin de faire une impression extrêmement favorable sur l’opinion publique…

Darkhorse BCS Busters :

Keep an eye on… Marshall. Rakeem Cato, le Teddy Bridgewater du pauvre…

I Got Mail… Ou Pas…

Dans cette section, amis lecteurs, vous pourrez poser toutes les questions que vous voulez. Si vous avez des questions, à l’avenir… Pour cette semaine, on passe au-dessus de tout ça, on reviendra, peut-être… Ou pas…

Cette semaine… Une petite question, posée sur Twitter :

@Lolokun : je ne connais pas très bien le football universitaire, mais qui pourrait rivaliser avec Alabama cette saison ?

On a les usual suspects habituels, les équipes du Top 5 : Stanford, Ohio State, Oregon… Pour Georgia, le jury n’est pas convaincu pour le moment…

Mais mine de rien, il y a une équipe que le Tide devra croiser cette saison en match de division, qui n’a l’air de rien avant la saison, mais vient de taper un grand coup sur la table contre TCU : Louisiana State.

Il faudra un jour rendre grâce sans doute aux facultés de recruteur de Les Miles, qui pourraient presque faire oublier tout ce qui fait le Mad Hatter (oui, notamment sa manie de mâcher de l’herbe…).

Juste une petite observation de leur victoire contre TCU : les Tigers ont contenu les Frogs à moins de 260 yards et ont collé tant de pression sur le QB Casey Pachall que le coach Patterson a du envoyer le backup QB Trevone Boykin, et appeler des schémas offensifs qui ressemblaient furieusement à de l’option des familles, pour limiter la pression…

Il est encore très tôt dans la saison, mais pour le moment… Si la ligne de ‘Bama ne se comporte pas mieux que contre les Hokies de Virginia Tech, AJ McCarron et le troupeau de coureurs du Tide pourraient bien passer un sale moment le 9 novembre…

Verchain’s Games To Watch This Week

L’équipe de rédaction de The Blue Pennant vous présentera demain les matchs les plus intéressants à suivre cette semaine. Comme je suis un rédacteur prétentieux, je vous donne moi aussi mes matchs à suivre, qui ne sont pas nécessairement ceux qui viendraient à l’esprit des rédacteurs qui ne s’appellent pas Verchain…

  1. Florida Gators at Miami Hurricanes :

Samedi 7 Septembre – En plus d’un aspect sentimental particulier pour moi, ce match est, une fois de plus, un match pour la domination sur la Floride (tant que nous ne savons pas ce que Jameis Winston et Florida State donneront sur le terrain), en termes de recrutement futur notamment. Entre deux coaches qui s’affirment comme de bons pros, Al Golden chez les ‘Canes et Will Muschamp dans le Swamp, il y aura aussi sans doute une question de fierté personnelle en plus… Et puis, si Miami veut enfin intégrer le Top 25, une victoire est impérative. Et puis… Si l’attaque explosive des Hurricanes peut s’affirmer encore, contre une défense de très haut niveau, je suis plus que preneur, bien entendu..

  1. South Carolina Gamecocks at Georgia Bulldogs :

Samedi 7 Septembre – Un peu tôt encore pour appuyer sur le bouton panique, mais attendez vous à avoir un paquet de commentaires sur le fait que Mark Richt est totalement à côté de ses pompes, et qu’il a perdu son équipe, et qu’il est temps de s’en séparer et blablabla… Dans une SEC East qui sera sans doute serrée cette année entre les Gamecocks, les Gators et les Bulldogs, ce match est un premier tournant. Les Bulldogs avaient remporté leur division l’an passé malgré une défaite contre les Cocks à Columbia, mais une deuxième défaite de rang après Clemson ce dernier samedi coûterait sans doute cher en termes de classement BCS, privant éventuellement Aaron Murray de toute chance de trophée Heisman également… Une grosse performance renforcerait parallèlement la candidature de Jadeveon Doo Doo Clowney pour ce même trophée…

  1. Bowling Green Falcons at Kent State Golden Flashes :

Samedi 7 septembre – Pourquoi ce match ? Bonne question. La MACtion nous est traditionnellement proposée en cours de semaine, et là… ça se passera le samedi. Bowling Green sort d’une victoire extrêmement convaincante contre Tulsa, qui n’est certes qu’une équipe de la Conférence USA, mais qui est la favorite pour remporter sa conférence. Bowling Green, contrairement à ce qui se fait en général dans la MAC, a tout simplement éteint l’attaque du Golden Hurricane en ouverture de la saison. Compte tenu des difficultés relatives de Kent State en première semaine contre Liberty (Liberty !!), qui semble avoir du mal à se remettre en route à l’issue de la très belle saison dernière sous la tutelle du coach Darrell Hazell, parti tenter de faire quelque chose de Purdue (et c’est pas gagné), on pourrait déjà connaître un premier tournant dans la saison, pour ce match opposant deux des favoris de la division East de la MAC.

Bien, mesdames et mesdames, c’est fini pour aujourd’hui, alors…

Après trois années à commenter le football sous toutes ses formes, Verchain a rejoint la rédaction de The Blue Pennant en 2013 pour vous proposer son College Football Report et quelques autres fantaisies, en exclusivité.

3 Commentaires

3 Comments

  1. Nicolas N.

    4 septembre 2013 à 07h32

    Quel boulot, chef !
    Je crois que c’est la première fois que je lis une analyse politico-économique sur la NCAA en français, alors chapeau, cher collègue.

    Je reviens sur un truc concernant LSU.
    QB Mettenberger ne sera pas au niveau de ce premier match toute la saison selon moi, et c’est pour ça que ça m’étonnerait que leur attaque passe au-dessus de la défense du Crimson Tide. En tout cas, je ne l’espère pas. LSU est devenu mon pire ennemi samedi soir, oui. Qu’ils meurent dans d’atroces souffrances !

    • Ben

      4 septembre 2013 à 09h56

      Il y a quand même un truc qui a changé à LSU c’est l’arrivée de Cam Cameron pour s’occuper de l’attaque des Tigers. Après ce n’est qu’un premier match mais j’ai trouvé l’attaque de LSU vraiment bien en jambe. Et contrairement à toi, je pense que Mettenberger va continuer de progresser au cours de la saison (là c’est sans doute également le fan de LSU qui parle).
      Le match contre Alabama est devenu un incontournable de la saison depuis qq années et ça reste toujours une bataille hyper serrée. Le titre de SEC West se jouera sans doute sur ce match (je vois pas A&M dans le coup) et pour le coup une victoire 9-6 ne me dérangerait pas! (oui je fais partie de ces gens qui avait bcp aimé ce 9-6 d’il y a deux ans, big boys football!)

  2. Verchain

    4 septembre 2013 à 08h28

    Merci pour les compliments… On va essayer de continuer à en parler dans les prochains numéros, du business du CFB. C’est l’objectif de cet article hebdomadaire, quelque chose qui nous est venu ‘naturellement’ avec le Big Boss au cours de quelques discussions depuis l’an passé.

    Pour LSU, il ne faut pas oublier la possibilité d’un 9-6 à Tuscaloosa, sans que les QB, que ce soit Mettenberger ou McCarron soient de vrais facteurs différenciants dans l’équation… Time will tell.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également - Verchain Is #NotImpressed