Suivez-nous

Saison Régulière

Le journal des Rivalry Games – Semaine 8

Retrouvez une présentation complète des Rivalry Games de la semaine : un véritable saut dans l’univers infernal de ces matchs entre programmes qui aiment s’haïr mutuellement

Publié

le

Chaque vendredi, Nicolas Meichel vous proposera une présentation complète des Rivalry Games de la semaine : un véritable saut dans l’univers infernal de ces matchs entre programmes qui aiment s’haïr mutuellement.

Trophée en jeu, bilan des confrontations, historique, etc… Vous saurez tout sur ces rencontres explosives qui mettent le feu sur les campus !

USC (4-2) @ Notre Dame (4-2)
Notre Dame Stadium, South Bend, Indiana
Samedi 19 octobre 2013
19h30 (heure côte est, 01h30 en France)
 en rediffusion sur TBP TV

Trophée en jeu : Jeweled Shillelhag
Bilan des confrontations : Notre Dame mène 44-35-5
Date du 1er match : 1926
Résultat du dernier match : Notre Dame 22, USC 13
Historique : Les universités de Notre Dame et de South California (dite USC) forment l’une des plus prestigieuses et importantes rivalités du football universitaire. Celle-ci débuta en 1926 lorsque les 2 équipes se rencontrent pour la première fois. Notre Dame et USC sont considérés à juste titre comme des programmes « élite » de la NCAAF. En effet, les 2 universités combinent les chiffres record de 22 titres nationaux (11 pour chaque université) et 14 vainqueurs du trophée Heisman. Leurs confrontations ont donc souvent été d’une grande importance, vu qu’elles impliquaient directement des chances de titre. En effet, à plusieurs occasions, le vainqueur du match se retrouvait à la fin de la saison en finale nationale. Ce ne sera pas le cas cette année, mais la rivalité reste intacte.

 

#5 Florida State (5-0) @ #3 Clemson (6-0)
Memorial Stadium, Clemson, Caroline du Sud
Samedi 19 octobre 2013
20h00 (heure côte est, 02h00 en France)
 en rediffusion sur TBP TV

Trophée en jeu : Aucun.
Bilan des confrontations : Florida State mène 18-8
Date du 1er match : 1970
Résultat du dernier match : Florida State 49, Clemson 37
Historique des confrontations : La rivalité entre les universités de Florida State (FSU) et de Clemson, qui font toutes les 2 partie de l’Atlantic Coast Conférence (ACC), est plutôt récente. Le premier match entre les 2 universités n’a eu lieu qu’en 1970, mais la rivalité n’a véritablement débuté qu’en 1988, lorsque Clemson (#3)  s’inclina contre FSU (#10) sur le score de 24 à 21 (ce qui brisa les rêves de titre national pour les Clemson Tigers). Les confrontations entre les Seminoles et les Tigers sont également connues pour le Bowden Bowl. De 1998 à 2008, Bobby Bowden, coach de FSU, affronta son fils, Tommy Bowden, coach de FSU. Le père remporta 5 des 9 confrontations entre les 2, mais le fils prendra le dessus en 2003, alors que FSU était classé #3, offrant ainsi un joli cadeau d’anniversaire à son père en ruinant les chances de titre national pour les Seminoles.
Samedi soir, la rivalité prendra une nouvelle dimension, avec l’opposition entre deux équipes à la fois invaincues, mais aussi très bien classées dans l’AP Top 25. A ne rater sous aucun prétexte.

 

#6 LSU (6-1) @ Ole Miss (3-3)
Vaught-Hemingway Stadium, Oxford, Mississippi
Samedi 19 octobre 2013
19h00 (heure locale, 01h00 en France)
 en rediffusion sur TBP TV

Trophée en jeu : Magnolia Bowl
Bilan des confrontations : LSU mène 58-39-4
Date du 1er match : 1894
Résultat du dernier match : LSU 41, Ole Miss 35
Historique des confrontations : Les universités de Lousiana State (LSU) et du Mississippi (Ole Miss) se sont rencontrées pour la première fois en 1894. Depuis 1945, une rencontre annuelle est prévue entre ces 2 membres de la Southeastern Conference (SEC). C’est surtout durant les années 1950 et 1960 que la rivalité bat son plein, lorsque les 2 équipes étaient très compétitives, visant chacune le titre national. En 2008, la confrontation entre LSU et Ole Miss est baptisée le Magnolia Bowl (le trophée est crée également cette année là), du au fait que cette fleur est la fleur symbole des 2 Etats.
La rivalité est dominée depuis une décennie par les Tigers, qui ont remporté 8 des 10 dernières confrontations contre Ole Miss.

 

Nevada (3-3) @ Boise State (4-2)
Bronco Stadium, Boise, Idaho
Samedi 19 octobre 2013
20h00 (heure locale, 02h00 en France)
 en rediffusion sur TBP TV

Trophée en jeu : Aucun
Bilan des confrontations : Boise State mène 25-13
Date du 1er match : 1971
Résultat du dernier match : Boise State 27, Nevada 21
Historique des confrontations : A l’instar de FSU et Clemson, la première confrontation entre Nevada et Boise State date du début des années 1970. 38 confrontations ont été jouées depuis 1971, et Boise State domine Nevada 25 victoires à 13. Les Broncos (Boise State) et les Wolf Pack (Nevada) font partie de la même conférence, la Mountain West Conference, depuis 2012. Auparavant, les 2 universités ont également fait partie ensemble de la Big Sky Conference, de la Big West Conference, et de la Western Athletic Conference. Ce qui fait la caractéristique de cette rivalité, c’est que les 2 équipes se sont tout d’abord affrontées dans le cadre de la NCAA Division II, avant de progresser pour s’affronter aujourd’hui dans le cadre de la NCAA Division I FBS.

 

Colorado State (2-4) @ Wyoming (4-2)
War Memorial Stadium, Laramie, Wyoming
Samedi 19 octobre 2013
14h00 (heure locale, 20h00 en France)
 en rediffusion sur TBP TV

Trophée en jeu : Bronze Boot
Bilan des confrontations : Colorado State State mène 55-44-5
Date du 1er match : 1899
Résultat du dernier match : Wyoming 45, Colorado State 31
Historique des confrontations : La rivalité entre Colorado State et Wyoming est l’une des plus ancienne et les plus disputées du College Football. Le premier affrontement remonte à 1899 ! C’est la plus ancienne rivalité inter-Etat pour deux facultés à l’ouest du fleuve Missouri. Depuis 1968, le « Bronze boot » (botte en bronze) est remis au vainqueur. Ce match de 2013 est la 105ème édition d’une rivalité que domine Wyoming depuis 4 ans.

Focus : « Jeweled Shillelhag »

Historique

USC-Notre Dame, Notre Dame-USC : un mot suffit pour qualifier cette rivalité. On parle ici d’un « classique ». Le terme classique est souvent utilisé dans le milieu de l’art, et correspond à une œuvre qui est devenue une référence. Ici, nous sommes dans le milieu du sport, mais un dénominateur commun est bien présent. Ce dénominateur commun est le mot « référence ». Lorsqu’on parle des Trojans de USC et des Fighting Irish de Notre Dame, on parle de programmes références, de confrontations références, et donc de rivalité référence. Oui, USC-Notre Dame, c’est le haut du panier, c’est la crème de la crème du football universitaire. 22 titres nationaux combinés pour les 2 programmes (11 chacun), 14 trophées Heisman, une multitude d’All-Americans et une flopée de Hall of Famers NCAA et NFL (dans le futur).

Les 2 universités se rencontrent depuis 1926, et se disputent le Jeweled Shillelhag Trophy (trique de bois paré de bijoux) depuis 1952. Sur ce trophée se trouve les médaillons qui symbolisent chaque victoire de l’une des deux équipes. Lorsque les Trojans l’emportent, une tête de Trojan (chevalier troyen) est gravée dessus. Si c’est Notre Dame qui gagne, on gravera alors un trèfle à 3 feuilles. En cas de match nul, un mix des deux est réalisé. On retrouve aujourd’hui 44 trèfles, 35 têtes de Trojan, et 5 médaillons mixtes sur le trophée.

Tout commence donc en 1926. L’origine de la rivalité entre USC et Notre Dame est assez floue vu que plusieurs versions existent. La version que l’on pourrait qualifier d’officielle et qui est souvent retenue est celle qui nous raconte que l’origine de la rivalité puise sa source dans une « conversation entre épouses ». A l’époque, l’université d’USC était à la recherche d’un rival national. Le directeur athlétique de l’équipe, Gywnn Wilson, fut envoyé par les Trojans à Lincoln, dans le Nebraska, afin d’assister à la rencontre entre Nebraska et Notre Dame. Accompagné de son épouse, Wilson assista donc à cette rencontre qui se déroula le jour de Thanksgiving. Wilson proposa au coach des Fighting Irish, Knute Rockne, l’idée de créer une rencontre annuelle avec alternance de l’équipe qui reçoit (une fois le match se joue à South Bend, puis l’année suivante à Los Angeles et ainsi de suite). Contre cette idée, Coach Rockne expliqua que le voyage (en train à l’époque) était bien trop fatiguant pour son équipe. Cependant, l’épouse de Wilson réussira à convaincre l’épouse de Rockne qu’un voyage tous les 2 ans sous le soleil californien était bien plus agréable qu’un voyage dans l’environnement rugueux et neigeux du Nebraska. Mme Rockne en parla à son mari, qui accepta finalement cette proposition. C’est ainsi que depuis le 4 décembre 1926, USC et Notre Dame se rencontrent chaque année.

Le match inaugural de 1926 est déjà un aperçu de ce que la rivalité va offrir au football universitaire dans le futur. Dans un match ultra serré, Notre Dame prendra finalement le dessus pour s’imposer 13 à 12. Pour Rockne, c’est le plus grand match qu’il ait jamais vu de sa vie. L’année suivante, rebelote, avec une nouvelle victoire d’un point des Fighting Irish, sur le score de 7 à 6. Ce match s’est déroulé au Soldier Field de Chicago, devant pas moins de 120 000 personnes. L’affluence du public en ce jour de 1927 est considérée comme l’une des plus élevées de l’histoire de la NCAA.

A la fin des années 1920, l’opposition enter Notre Dame et USC est menacée, du à des soucis de logistique. En effet, les voyages en train entre South Bend à Los Angeles sont désespérément longs. Confronté au Conseil de la faculté de Notre Dame, Coach Ruckne argumenta en faveur de la rivalité, en disant que le jour où la majorité des équipes de football voyageront en avion arrivera très vite. L’opposition entre Notre Dame et USC est finalement maintenue.

Au début des années 1930, les Fighting Irish sont au sommet de la hiérarchie du football universitaire. Double champion en titre en 1929 et 1930, Notre Dame reste sur 26 victoires d’affilée au moment de recevoir USC en 1931. Le match débute parfaitement pour Notre Dame qui mène 14-0. Mais USC ne désespère pas, et sous l’impulsion de Gus Shaver et Orv Mohler, les Trojans parviennent à recoller au score avant de passer devant dans la dernière minute grâce à un field goal de 33 yards de Johnny Baker. Vainqueur 16 à 14, Les Trojans remportent le premier match de leur histoire à South Bend. Suite à cette confrontation, le coach d’USC, Howard Jones, emmena l’ensemble de son équipe sur la tombe de Knute Rockne, mort dans un accident d’avion quelques mois auparavant, afin de respecter une minute de silence. A leur retour en Californie, plus de 300 000 fans attendaient les Trojans pour les féliciter.

Durant les années 1940, Notre Dame domine encore le monde du football universitaire, et par la même occasion la rivalité avec USC. Champions nationaux en 1943, 1946, 1947, 1949, les Fighting Irish ont remporté toutes leurs confrontations contre USC entre 1940 et 1949 (mise à part en 1948, où les 2 équipes se séparent par un nul).

De 1950 à 1961, Notre Dame continue à dominer USC, en remportant 9 des 12 matchs opposant les 2 universités.

En 1964, Notre Dame, classé #1, se déplace à Los Angeles dans le but de garder leur invincibilité (9-0 à ce moment là de la saison). USC n’étant pas classé, les Fighting Irish sont logiquement favoris, ce qu’ils prouveront en première mi-temps avec un avantage de 17 à 0. Cepedant, USC se réveille et remonte son retard. Les Trojans prennent l’avantage à 1 :35 de la fin du match grâce à un touchdown de Graig Fertig pour son receveur Rod Sherman, le tout sur un 4è down. Notre Dame tenta tant bien que mal de revenir sur un dernier drive, mais USC finit par l’emporter 20 à 17, brisant ainsi les rêves de titre des Fighting Irish.

Les matchs de 1968 et de 1970 resteront également dans les annales. En 1968, USC (guidés par O.J. Simpson, vainqueur du trophée Heisman) et Notre Dame finiront sur un score de parité 21 à 21, dans un des matchs les plus vus dans l’histoire du football universitaire. En 1970, USC prendra le dessus sur l’université de Notre Dame (invaincue à ce moment là) 38 à 28, et ce malgré l’une des plus grandes performances de l’histoire de la part de Joe Theismann (526 yards à la passe).

Le match du 30 novembre 1974 restera à jamais comme l’un des plus incroyables de la rivalité entre ces 2 géants du football universitaire. Champion en titre, Notre Dame se déplace à Los Angeles pour affronter USC. Rapidement devant sur le score de 24-0, les Fighting Irish semblent se diriger tranquillement vers une victoire confortable contre leur rival. Mais un touchdown d’Anthony Davis juste avant la mi-temps va donner de l’élan aux californiens. Au retour des vestiaires, le même Davis s’en va retourner un touchdown sur kickoff. Innarêtables, les Trojans vont scorer 35 points (!!) dans le seul et unique 3è quart-temps ! USC remportera ce match 55 à 24, avec 55 points d’affilée, inscrits en un temps record de 17 minutes. Cette victoire a depuis été baptisé « The Comeback », et est considéré à juste titre comme l’une des plus grandes victoires de l’histoire des Trojans.

4 ans plus tard, en 1978, une nouvelle page de la légende du Jeweled Shillelhag va s’écrire, et celle de Joe Montana par la même occasion. Mené 24 à 6 par USC dans le dernier quart-temps, Notre Dame réussit l’impensable en remontant au score sous l’impulsion de Montana, pour passer devant 25 à 24 à 45 secondes de la fin. La conversion à 2pts est cependant ratée, ce qui va couter très cher aux Fighting Irish. Sur le dernier drive des Trojans, le quarterback Paul McDonald perd la balle suite à un choc. Le fumble semble évident, sauf que les arbitres décident que c’est une passe incomplète, ce qui va permettre à USC d’avoir une nouvelle opportunité qu’ils ne gâcheront pas. A 4 secondes de la fin, Frank Jordan réussit le field goal victorieux, donnant un avantage définitif aux siens 27 à 25.

De 1978 à 1982, USC remportera 5 confrontations de suite contre Notre Dame.

A partir de 1983, la domination des Fighting Irish sera nette et sans bavure. Pendant une décennie, Notre Dame dominera USC en remportant 12 des 13 confrontations jusqu’en 1995 (pour un nul en 1994). Le match de 1988 fut un match au sommet, avec Notre Dame classé #1, et USC classé #2. Notre Dame, guidé par Tony Rice, remporta le match 27 à 10, avant de remporter le titre national cette année là.

Après 11 défaites d’affilées, USC va finalement briser cette série noire en 1996 lors du premier match avec prolongations de l’histoire de la rivalité. Les Trojans l’emporteront chez eux sur le score de 27 à 20. Ce sera le dernier match en tant qu’entraineur de Notre Dame de Lou Holtz, qui était invaincu contre USC avant ce match là.

Le match de 1999 est lui aussi l’un des grands moments lorsqu’on pense aux confrontations entre les 2 universités. 25 ans après l’incroyable comeback d’USC, c’est au tour de Notre Dame de faire une remontée spectaculaire. Menés 24 à 3 dans le troisième quart-temps, les Fighting Irish réussiront l’exploit (avec l’aide du vent, qui favorisa les kickers) de remonter pour s’imposer sur le score de 25 à 24.

A partir de 2002, les Trojans prendront très largement le dessus sur Notre Dame. De 2002 à 2011, USC remporta 9 des 10 confrontations contre les Fighting Irish, et le plus souvent dans des matchs à sens unique.

Sauf en 2005, où l’on assiste peut-être au plus grand match de l’histoire de cette incroyable rivalité.
USC, double champion en titre et sur une série de 27 victoires d’affilée, se déplace à South Bend avec sa « dream team », composée, entre autres, de Matt Leinart, Reggie Bush, Lendale White ou encore Dwayne Jarrett. Notre Dame, classé #9, espère faire chuter le grand favori de la saison devant un public en furie. Le match tiendra toutes ses promesses, et c’est le moins que l’on puisse dire. USC prendra l’avantage sur un premier touchdown de Reggie Bush, le futur meilleur joueur de la saison (même si son trophée Heisman lui sera retiré plus tard pour violations de règles NCAA*). Mais Notre Dame réagit vite, et se retrouve même en tête à la mi-temps, sur le score de 21 à 14. La seconde période est ultra serrée, mais les Trojans reprennent les commandes 28 à 24, grâce notamment à leur duo offensif Leinart-Bush. Mais Brady Quinn, le quarterback de Notre Dame, va aider son équipe à remonter le terrain avec un drive de 87 yards, qui se conclut sur un touchdown de Quinn à la course, donnant ainsi l’avantage 31 à 28 aux Fighting Irish, à 2 minutes de la fin. Le match a déjà atteint des sommets, mais va monter encore plus haut. Sur l’ultime drive du match, les Trojans se retrouve face à un 4th & 9 sur leur ligne des 26 yards. C’est l’action qui décidera de la saison d’USC. Leinart fait signe à son receveur Jarrett qu’il sera en couverture individuelle, avant de lui lancer la balle que ce dernier attrapera pour avancer jusqu’à la ligne des 13 yards de Notre Dame. Les Trojans arrivent finalement sur la ligne des 2 yards. Sur l’action qui suit, Leinart tente de courir lui-même vers la end zone mais il est plaqué par le linebacker Corey Mays, provoquant ainsi un fumble qui, heureusement pour les Trojans, n’aura pas de conséquence puisque la balle sort du terrain, ce qui arrête la montre laissant 7 secondes de jeu (USC n’avait plus de time out à ce moment là). Cependant, le chronomètre du stade ne s’arrête pas, faisant ainsi croire à une victoire des locaux. Le terrain est envahi par les étudiants de Notre Dame, avant d’être évacué pour laisser les 7 dernières secondes se jouer. Dans la confusion totale, une dernière action a finalement lieu. USC tente un QB-sneak, et Leinart semble être stoppé par la défense de Notre Dame, avant que Reggie Bush ne pousse finalement son quarterback dans la terre promise. Cette dernière action est appelée depuis « The Bush Push ». USC s’imposera donc finalement 34-31 dans ce match que l’on baptisera logiquement le « Bush Push  Game ». Les Trojans finiront leur saison en perdant la finale nationale contre les Texas Longhorns de Vince Young.

Depuis ce match mémorable, la rivalité entre USC et Notre Dame n’a pas connu de très grandes confrontations, ce qui est du notamment au fait que les 2 programmes ne sont plus performants en même temps. Mais peu importe, les confrontations entre USC et Notre Dame resteront à jamais spéciales pour tout ce qu’elles représentent, à savoir le football universitaire à son apogée et à son meilleur.

L’anecdote : The « Bush Push »

Le « Bush Push » est aujourd’hui considéré comme l’une des plus grandes actions de toute l’histoire du football universitaire. Cependant, elle est aussi controversée et contestée, notamment par des fans de Notre Dame.

Selon la section 3, article 2b du livre des règles NCAA, « le coureur n’a pas le droit de pousser ou de porter un coéquipier pour l’aider à progresser dans le terrain ».

Une pénalité aurait donc pu (du ?) être signalée, même si ce n’est que très rarement le cas. Si les arbitres avaient jeté leur petit foulard jaune, USC aurait du reculer de 5 yards…

Les enjeux du match de samedi

– La suprématie de la rivalité est en jeu
– c’est le second match du nouveau coach d’USC (même s’il ne devrait qu’assurer l’intérim), Ed Orgeron, qui va essayer de confirmer le renouveau d’USC après la belle victoire des Trojans contre Arizona la semaine dernière.
– Après sa belle victoire sur Arizona State (#22), les Fighting Irish doivent montrer qu’ils méritent de figurer dans l’AP Top 25, et ça passe par une performance dominante contre USC.

* : la NCAA a décidé le 10 juin 2010 de punir l’université d’USC pour avoir accordé des avantages en nature à Reggie Bush, de décembre 2004 à 2005. Le trophée Heisman remporté par Bush en 2005 lui a été retiré, et l’ensemble des victoires dans lesquelles Bush a participé durant cette période ont été annulées (14 victoires en tout). Il n’y a donc officiellement pas de vainqueur du trophée Heisman en 2005, ni de vainqueur du « Bush Push Game » de 2005, ce qui n’empêchera cependant pas ce dernier de rester graver dans les mémoires.

Publicité
3 commentaires

3 Comments

  1. Ben

    18 octobre 2013 at 14h29

    Le Bush Push, je me souviens très bien de ce match (que j’ai toujours en dvd d’ailleurs), quel suspense! Mais c’est vrai que depuis ce match, les confrontations entre USC et Notre Dame manquent un peu de piquant.

    En tant que fan de LSU, le Magnolia Bowl contre Ole Miss est toujours un match compliqué. LSU a souvent bcp de mal contre les Rebels et c’est souvent des matchs très spectaculaires. Hâte de suivre celui de samedi…

  2. Fred31

    18 octobre 2013 at 20h54

    Vous avez oublié une rivalité : le Bronze Boot (Border War) – Colorado State vs Wyoming

  3. Carl Potvin

    19 octobre 2013 at 13h51

    Bonjour,
    Je tiens à vous féliciter pour votre excellent site! Je lis avec grand intérêt chacun de vos articles.
    Je suis déjà allé voir Boston College et Rutgers et j’ai adoré les deux endroits, les tailgates et l’ambiance des stades. J’aimerais savoir si vous êtes déjà voir du football collégial américain et quel est l’endroit que vous avez préféré (tailgate, stade et ambiance).

    Merci de bien vouloir me répondre et bonne journée de football!

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Saison Régulière

Le résumé de la 7ème semaine : carnage dans le Top 25 !

Huit équipes du Top 25 ont été battues dont quatre dans le Top 10 : tel est le bilan d’une 7ème semaine sanglante qui va chambouler la hiérarchie dans plusieurs conférences.

Publié

le

Une semaine comme il en existe une chaque année ! Un vraie carnage.

Quatre équipes du Top 10 (#2 Georgia, #6 West Virginia, #7 Washington et #8 Penn State) ont chuté lors de cette week 7 et au final, ce sont huit programmes du Top 25 qui ont perdu !

Dans le Game of the Week, les Tigers de #13 LSU ont donné une leçon aux champions de conférence SEC en titre. Les Bulldogs de #2 Georgia semblent en recherche d’une certaine identité.

Embed from Getty Images

A Ames, les Mountaineers de #6 West Virginia se sont faits détruire par les Cyclones d’Iowa State tandis que #8 Penn State s’est écroulé dans le 4ème quart-temps pour la seconde semaine consécutive, cette fois-ci face à Michigan State. Comme les Nittany Lions, les Huskies de #7 Washington ont perdu tout espoir de participer aux playoffs en s’inclinant en prolongation chez les Ducks de #17 Oregon. À moins d’un miracle, la conférence Pac-12 devrait d’ailleurs être écartée des playoffs pour une 2ème année d’affilée.

Trois autres équipes du Top 10 ont frôlé la correctionnelle. Les Fighting Irish de #5 Notre Dame ont du batailler jusque dans le 4ème quart-temps pour venir à bout de Pittsburgh tandis que #9 Texas s’est imposé à domicile face à Baylor, dans la douleur. Tout comme #10 Central Florida qui aura eu besoin d’un nouvel exploit de QB McKenzie Milton pour remporter une 19ème victoire consécutive à Memphis.

Finalement, seuls le Crimson Tide de #1 Alabama (face à Missouri) et les Buckeyes de #3 Ohio State (face à Minnesota), s’en sont bien sortis parmi les équipes du Top 10. Et encore : les champions nationaux sont en attente des résultats des examens médicaux de QB Tua Tagovailoa qui a peut-être aggravé sa blessure du genou lors de cette week 7.

#15 Wisconsin (à #12 Michigan), #16 Miami (à Virginia), #19 Colorado (à USC) et #21 Auburn (contre Tennessee) se sont également inclinés. Une vraie hécatombe.

Scott Frost pensait bien mettre la main sur sa première victoire en 2018 lorsque les Cornhuskers menaient 28-14 en début de 4ème quart-temps. Et bien non ! Northwestern a réussi un improbable comeback pour finalement l’emporter 34-31 en OT. Jamais dans tout son Histoire, Nebraska n’avait débuté une saison avec un bilan de 0-6 !

De son côté, Chip Kelly remporte sa 1ère victoire à la tête de Bruins de UCLA qui l’emportent largement à California, 37-7.

Retrouvez ci-dessous un résumé complet de tous les matchs joués par les équipes du Top 25 dans la week 7 :

Le Match de la semaine

#13 LSU 36, #2 Georgia 16

Inefficaces offensivement et incapables de stopper le jeu au sol des Tigers de #13 LSU, les Bulldogs de #2 Georgia subissent leur première défaite de la saison sur le terrain du Tiger Stadium. Les Bulldogs de #2 Georgia (6-1, 4-1 SEC) passaient leur premier test de la saison 2018. Critiqués pour la relative faiblesse de leur calendrier depuis septembre dernier, ils avaient l’occasion de frapper un grand coup sur le terrain des Tigers de #13 LSU (6-1, 3-1 SEC). C’est tout le contraire qui s’est produit. Agressif en défense (3 sacks), les joueurs du campus de Bâton-Rouge ont mis sous pression le sophomore QB Jake Fromm (16/34, 209 yards, 1 TD, 2 INT) pendant 60 minutes. Résultats : 4 turnovers et une domination sans faille du début à la fin de ce match au sommet de la conférence SEC. Lire la suite

Résultats des équipes du Top 25

Embed from Getty Images

#1 Alabama 39, Missouri 10

La recette ne change pas pour le Crimson Tide de #1 Alabama (7-0, 4-0 SEC) : big play en début de match pour assommer l’adversaire, passes chirurgicales de QB Tua Tagovailoa (12/22, 265 yards, 3 TD) et défense agressive ! Les champions nationaux enchainent une 7ème victoire en 2018 en venant à bout des Tigers de Missouri (3-3, 0-3 SEC) à domicile. Toutefois, ce succès pourrait couter cher au Crimson Tide. Blessé au genou depuis le dernier match à Arkansas, le sophomore QB Tua Tagovailoa a été contraint de quitter ses coéquipiers pour ce qui a semblé être une rechute de cette blessure. Les receveurs WR DeVanta Smith (4 réceptions, 100 yards, 1 TD) et WR Henry Ruggs ont également quitté le terrain sur blessure. #1 Alabama a pris les commandes du match dès le 2ème jeu lorsque WR Jerry Jeudy inscrit le premier TD du match au terme d’un catch-and-run de 81 yards.

#3 Ohio State 30, Minnesota 14

Les Buckeyes de #3 Ohio State (7-0, 4-0 Big Ten) restent invaincus mais sont toujours à la recherche de leur jeu au sol. Comme face à Indiana, RB JK Dobbins (35 yards) et RB Mike Weber (51 yards) ont souffert face à une défense des Golden Gophers de Minnesota (3-3, 0-3 Big Ten) qui n’a pas su ralentir QB Dwayne Haskins (33/44, 412 yards, 3 TD) et WR KJ Hill (9 réceptions, 187 yards, 2 TD). Les 3 turnovers et les 2 FGs manqués par les Golden Gophers ont aidé une équipe de #3 Ohio State qui se déplacera à Purdue dans une semaine.

#5 Notre Dame 19, Pittsburgh 14

Après avoir battu #3 Clemson en 2016 et #2 Miami en 2017, les Panthers de Pittsburgh (3-4) ont été tout près de battre une équipe du Top 5 pour la 3ème année d’affilée. Agressif et très physique défensivement (3 sacks, 2 INT et 1 fumble provoqué), Pittsburgh a mis en grande difficulté RB Dexter Williams (31 yards au sol) et QB Ian Book (26/32, 264 yards, 2 TD, 2 INT) tout au long du match avant que ce dernier ne réussisse le TD de la victoire en se connectant avec WR Myles Boikin (4 réceptions, 84 yards, 1 TD) à 5:43 de la fin. Les Fighting Irish ont un bilan de 7-0 pour la première fois depuis 2012.

Embed from Getty Images

Iowa State 30, #6 West Virginia 14

Quelle performance des Cyclones d’Iowa State (3-3, 2-2 Big 12) qui ont limité l’attaque explosive des Mountaineers de #6 West Virginia à 152 petits yards et 0 point en 2ème mi-temps tout en accumulant 498 yards offensifs ! Habitué à faire exploser tous les compteurs en attaque, QB Will Grier (11/15, 100 yards, 1 TD, 1 INT) n’a réussi que 100 yards à la passe. Une misère pour le candidat au trophée Heisman. Titularisé pour la 2ème semaine d’affilée au sein de l’attaque des Cyclones, le freshman QB Brock Pardy (18/25, 254 yards, 3 TD, 1 INT) a encore frappé fort avec 3 passes de TD. A noter que RB David Montgomery faisait son retour pour les Cyclones. Il en a profité pour réussir son meilleur match en carrière (189 yards, 1 TD). Avec cette défaite de #6 West Virginia, il n’y a donc plus aucune équipe invaincue dans la conférence Big 12.

#7 Oregon 30, #17 Washington 27 OT

Après deux déroutes consécutives face aux Huskies de #7 Washington, les Ducks de #17 Oregon retrouvent le gout de la victoire en s’imposant dans leur Autzen Stadium après prolongation. Lire la suite

#8 Penn State 17, Michigan State 21

Au terme d’un dernier drive parfaitement mené par QB Brian Lewerke et conclu par un TD de WR Felton Davis III, les Spartans de Michigan State infligent une 2ème défaite d’affilée aux Nittany Lions de #8 Penn State. Lire la suite

#9 Texas 23, Baylor 17

Nouvelle victoire pour les Longhorns de #9 Texas (6-1, 4-0 Big 12) ! Victoire qui pourrait être couteuse car les Texans ont peut-être perdu leur leader QB Sam Ehlinger (blessé à l’épaule) pour une longue période. Entré en jeu en fin de 1er quart-temps, QB Shane Buechele (20/34, 184 yards, 1 TD, 1 INT) a su assurer le succès des Longhorns face aux Bears de Baylor (4-3, 2-2 Big 12) sans être capable de donner du rythme à l’attaque texane. Du coup, c’est la défense de #9 Texas qui a pris le relais en stoppant QB Charlie Brewer (20/39, 240 yards, 1 TD, 1 INT) dans les dernières secondes du match. On retiendra également l’excellent match de RB Keaontay Ingram (110 yards au sol) et de WR Collin Johnson (11 réceptions, 132 yards, 1 TD).

Embed from Getty Images

Memphis 30, #10 Central Florida 31

Les Knights de #10 Central Florida (6-0, 3-0 AAC) ont eu chaud mais grâce à une course de QB McKenzie Milton (17/29, 296 yards, 1 TD et 1 TD au sol) conclu par un TD spectaculaire, les champions nationaux « auto-proclamés » prolongent leur série à 19 matchs d’affilée sans défaite. Propulsés par le meilleur coureur du pays, RB Darrell Henderson (199 yards au sol, 1 TD), les Tigers de Memphis (4-3, 1-3 AAC) pensaient surement avoir fait le plus difficile en prenant les devants, 30-14, mais les Floridiens trouvèrent les ressources nécessaires pour renverser la tendance et réussir un improbable comeback.

#12 Michigan 38, #15 Wisconsin 13

Les Wolverines enchainent une 6ème victoire d’affilée en terrassant des Badgers de #15 Wisconsin incapables de stopper une équipe de #12 Michigan qui a réussi 320 yards au sol. Lire la suite

Vanderbilt 27, #14 Florida 37

Menés de 18 points au milieu du 2ème quart-temps, les Gators de #14 Florida ont su renverser une situation compromise en inscrivant 24 points d’affilée avant de l’emporter 37-27 à Vanderbilt. Lire la suite

Virginia 16, #16 Miami 13

2ème défaite de la saison pour les Hurricanes de #16 Miami (5-2, 2-1 ACC) qui s’inclinent à Charlottesville face à de solides Cavaliers de Virginia (4-2, 2-1 ACC). Un TD au sol de RB Jordan Ellis (86 yards, 1 TD) et trois FG de K Brian Delaney auront suffi aux joueurs de coach Bronco Mendenhall pour créer la surprise au terme d’un match défensif marqué par les erreurs des deux équipes (3 turnovers de chaque côté). A noter que QB N’Kosi Perry a laissé sa place à QB Malik Rosier (12/23, 170 yards, 1 INT et 1 TD au sol) après 4 séries offensives des Hurricanes.

Embed from Getty Images

USC 31, #19 Colorado 20

Après deux INTs dans le 1er quart-temps, QB JT Daniels (17/34, 272 yards, 3 TD, 2 INT) a su rester concentrer et lancer trois passes de TD pour des Trojans de USC (4-2, 3-1 Pac-12) qui ont surtout brillé défensivement face à des Buffaloes de #19 Colorado (5-1, 2-1 Pac-12) qui subissent leur première défaite de la saison. L’attaque explosive des Buffs a été limitée à 265 yards (164 dans les 3 premiers quart-temps) par l’agressive défense des Trojans. On surveillera la blessure d’un orteil de WR Laviska Shenault (9 réceptions, 72 yards).

#21 Auburn 24, Tennessee 30

Les Volunteers de Tennessee (3-3, 1-2 SEC) mettent fin à leur série de 11 défaites d’affilée en match de conférence SEC en s’imposant chez des Tigers de #21 Auburn (4-3, 1-3 SEC) en chute libre. C’est par les airs que Tennessee a construit sa victoire : QB Jarrett Guarantano termine le match avec 328 yards à la passe et 2 TD. Incapable de protéger un QB Jarrett Stidham (28/45, 322 yards, 2 TD, 2 INT) décevant, la ligne offensive des Tigers aura été l’un des grands responsables de cette 3ème défaite de #21 Auburn cette saison. On notera la blessure du running back des Tigers, JaTarvious Whitlow. Les Vols n’avaient plus battu une équipe de la SEC West depuis 2007 !

South Carolina 23, #22 Texas A&M 26

Habitués à s’écrouler ces dernières années à partir de la mi-octobre, les Aggies de #22 Texas A&M (5-2, 3-1 SEC) ont remporté une 3ème victoire consécutive en s’imposant chez les Gamecocks de South Carolina (3-3, 2-3 SEC), qui avaient pourtant réussi à combler un retard de 16-0 grâce à deux passes de TD de QB Jake Bentley (17/35, 223 yards, 3 TD, 1 INT). Les Aggies l’emporteront finalement suite à un TD au sol de RB Trayveon Williams à 1:36 de la fin. On retiendra également les solides prestations de QB Kellen Mond (25/37, 353 yards, 1 TD) et TE Jace Sternberger (7 réceptions, 145 yards, 1 TD).

Embed from Getty Images

Tulsa 24, #23 South Florida 25

Disciplinée et très solide défensivement, la Golden Hurricane de Tulsa (1-5, 0-3 AAC) a bien failli créer la surprise face à des Bulls de #23 South Florida (6-0, 2-0 AAC) qui ont remonté un retard de 14 points dans le 4ème quart-temps grâce notamment au duo QB Blake Barnett (17/39, 237 yards, 1 INT) / WR Tyre McCants (8 réceptions, 91 yards). C’est finalement sur un FG de 22 yards de K Coby Weiss à 2 secondes de la fin que les Bulls se sont imposés.

Autres résultats importants

Conférence ACC

Georgia Tech 14, Duke 28
Boston College 38, Louisville 20
North Carolina 19, Virginia Tech 22

Conférence Big Ten

Maryland 34, Rutgers 7
Indiana 16, Iowa 42
Northwestern 34, Nebraska 31 OT
Illinois 7, Purdue 46

Conférence Big 12

Texas Christian 14, Texas Tech 17
Kansas State 31, Oklahoma State 12

Conférence Pac-12

Utah 42, Arizona 10
California 7, UCLA 37

Conférence SEC

Arkansas 33, Ole Miss 37

Conférence AAC

Navy 17, Temple 24
East Carolina 20, Houston 20

Par ailleurs

San Diego State 21, Army 17
San Jose State 3, Army 52
Northern Illinois 24, Ohio 21
Nevada 27, Boise State 31
Brigham Young 49, Hawaii 23

Tous les résultats

L’image de la semaine

OL Breiden Fehoko rejoint son frère et son père avant le match contre #2 Georgia. S’ensuit un phénoménal haka du joueur de ligne offensive des Tigers de #13 LSU.

Highlights

Les actions de la semaine

L’engueulade de la semaine

LA réception de la semaine

LA course de la semaine

Le WTF de la semaine

La blessure de la semaine

Performances individuelles

Lors de cette 7ème semaine de la saison, on retiendra les performances individuelles suivantes :

– QB Clayton Thorson (Northwestern), 41/64, 455 yards, 3 TD, 2 INT.
– QB Dwayne Haskins (Ohio State), 33/44, 412 yards, 3 TD, 0 INT.
– QB Nate Stanley (Iowa), 21/33, 320 yards, 6 TD, 1 INT.
– RB Darrell Henderson (Memphis), 31 courses, 199 yards, 1 TD.
– RB Alex Barnes (Kansas State), 34 courses, 181 yards, 4 TD.
– RB Joshua Kelley (UCLA), 30 courses, 157 yards, 3 TD.
– WR Flynn Nagel (Northwestern), 12 réceptions, 220 yards, 2 TD.
– WR Scott Miller (Bowling Green), 8 réceptions, 206 yards, 2 TD.

Lire la suite

Saison Régulière

Michigan écrase Wisconsin, 38-13

Les Wolverines enchainent une 6ème victoire d’affilée en terrassant des Badgers de #15 Wisconsin incapables de stopper une équipe de #12 Michigan qui a réussi 320 yards au sol.

Publié

le

Crédit photo : Gregory Shamus/Getty Images

Jim Harbaugh avait besoin de cette victoire. Son ampleur a tout pour rendre optimisme un programme de #12 Michigan (6-1, 4-0 Big Ten) qui affrontera Michigan State et #8 Penn State lors des deux prochaines semaines.

Avant ce match, #15 Wisconsin (4-2, 2-1 Big Ten) avait remporté 17 succès consécutifs en match de conférence Big Ten. Ils sont tombés sur une phénoménale équipe de #12 Michigan qui a monopolisé le ballon pendant 37 minutes.

QB Shea Patterson (14/21, 124 yards et 90 yards au sol, 1 TD) aura été le grand héros de ce match. Sa capacité à gagner des yards au sol ont apporté une nouvelle dimension au jeu à des Wolverines nettement plus intenses que lors des matchs précédents. Il a notamment marqué un TD au sol de 7 yards et couru sur 81 yards pour mettre son équipe en excellente position au coeur de la défense des Badgers sur le 2ème drive des Wolverines.

Juste après cette course du QB de #12 Michigan, RB Karan Higdon (105 yards, 1 TD) a ouvert le score sur une course de 2 yards puis WR Kendric Pryor a immédiatement répliqué avec un TD au sol de 33 yards.

Les Wolverines vont alors inscrire 31 points d’affilée dont 9 grâce à trois FGs de K Quinn Nordin. Mais on se rappellera surtout le Pick Six de CB Lavert Hill et le TD au sol de 44 yards sur un superbe design play parfaitement exécuté par QB Dylan McCaffrey.

Résumé en vidéo

Lire la suite

Saison Régulière

Oregon foudroie Washington après prolongation, 30-27

Après deux déroutes consécutives face aux Huskies de #7 Washington, les Ducks de #17 Oregon retrouvent le gout de la victoire en s’imposant dans leur Autzen Stadium après prolongation.

Publié

le

Crédit photo : Steve Dykes/Getty Images

Les Ducks de #17 Oregon (5-1, 2-1 Pac-12) prennent les commandes de la division Pac-12 North ! Coach Mario Cristobal avait besoin d’une victoire référence sur laquelle construire. C’est chose faite.

Battus par Stanford il y a quelques semaines, #17 Oregon avait un gout amer. Cette fois-ci, les Ducks n’ont pas tremblé… même s’ils ont bien été aidé par la maladresse de K Peyton Henry (2/3 FG). Ce dernier pouvait assurer la victoire de #7 Washington (5-2, 3-1 Pac-12) avec un FG de 37 yards sur le dernier jeu du temps règlementaire mais il manqua sa tentative envoyant ainsi les deux équipes en prolongation.

RB CJ Verdell (111 yards, 2 TD) avait couté la défaite face au Cardinal en raison d’un fumble tardif; il s’est racheté aux yeux des fans en réussissant le TD de la victoire des Ducks sur une 3ème tentative !

En présence de nombreux scouts NFL dans les tribunes dont le manager général des Broncos de Denver, John Elway, le junior QB Justin Herbert (18/32, 202 yards, 2 TD) n’a pas réussi la meilleure performance de sa carrière même si une passe de 17 yards pour WR Dillon Mitchell en prolongation a mis son équipe dans une excellente situation pour remporter la victoire un peu plus tard.

A noter que les Huskies ont dû se reposer sur le bras de QB Jake Browning (15/25, 243 yards, 1 TD, 1 INT) pendant une bonne partie du match après les sorties sur blessure de RB Myles Gaskin (69 yards au sol) et RB Salvon Ahmed (61 yards, 2 TD).

Résumé en vidéo

Lire la suite

Saison Régulière

Georgia détruit par LSU, 36-16

Inefficaces offensivement et incapable de stopper le jeu au sol des Tigers de #13 LSU, les Bulldogs de #2 Georgia subissent leur première défaite de la saison sur le terrain du Tiger Stadium.

Publié

le

Crédit photo : Jonathan Bachman/Getty Images

Les Bulldogs de #2 Georgia (6-1, 4-1 SEC) passaient leur premier test de la saison 2018. Critiqués pour la relative faiblesse de leur calendrier depuis septembre dernier, ils avaient l’occasion de frapper un grand coup sur le terrain des Tigers de #13 LSU (6-1, 3-1 SEC). C’est tout le contraire qui s’est produit.

Agressif en défense (3 sacks), les joueurs du campus de Bâton-Rouge ont mis sous pression le sophomore QB Jake Fromm (16/34, 209 yards, 1 TD, 2 INT) pendant 60 minutes. Résultats : 4 turnovers et une domination sans faille du début à la fin de ce match au sommet de la conférence SEC.

Embed from Getty Images

À la mi-temps, le score était de 16-0 pour les Tigers grâce à 3 FG de K Cole Tracy et à plusieurs big plays des locaux. QB Joe Burrow (15/30, 200 yards et 66 yards, 2 TD) a notamment trouvé WR Terrace Marshall pour un gain de 37 yards et RB Clyde Edwards-Helaire (145 yards au sol) a gagné 47 yards au sol avant que le quarterback des Tigers n’inscrive le premier TD de l’après-midi sur une course d’un yard.

Encensé par ses joueurs au terme de la rencontre, coach Ed Orgeron aura pris plusieurs décisions cruciales dans ce match particulièrement sur 4ème tentative (4/4). Il a également appelé un punt sur 4th-and-2 dans le camp des Bulldogs… deux jeux plus tard, CB Kristian Fulton intercepta QB Jake Fromm en début de 2ème mi-temps. Cette interception donna un élan énorme aux Tigers qui prirent le large, 26-9, en début de 4ème quart-temps sous les assauts de RB Clyde Edwards-Helaire. QB Joe Burrow réussit son second TD au sol à 9:31 de la fin après deux superbes courses du running back freshman de #13 LSU.

WR Riley Ridley (3 réceptions, 75 yards, 2 TD) ramena le score à 29-16 sur une réception de 27 yards mais c’était trop peu trop tard d’autant que RB Nick Brossette (64 yards, 1 TD) redonna 20 points d’avance aux Tigers sur une course de 4 yards après que QB Joe Burrow ait transpercé la défense des Bulldogs avec une course de 59 yards.

Avec ce succès, #13 LSU a maintenant battu 3 équipes du Top 10 en 2018. Avec l’effondrement d’Auburn, les Tigers s’affirment comme les plus sérieux concurrents du Crimson Tide de #1 Alabama dans la SEC East.

Pour les Bulldogs, cette défaite a mis en lumière les carences d’une équipe qui n’a pas toutes les garanties sur la ligne de scrimmage. Le jeu au sol (113 yards seulement) a été particulièrement en difficulté dans ce match. RB D’Andre Swift termine avec 72 yards au sol.

Lire la suite

Articles les plus lus