Suivez-nous

Saison Régulière

Le journal des Rivalry Games : Semaine 11

Publié

le

Chaque vendredi, Nicolas Meichel vous proposera une présentation complète des Rivalry Games de la semaine : un véritable saut dans l’univers infernal de ces matchs entre programmes qui aiment s’haïr mutuellement.

Trophée en jeu, bilan des confrontations, historique, etc… Vous saurez tout sur ces rencontres explosives qui mettent le feu sur les campus !

Les Rivalry Games de la semaine

 

#7 LSU (7-1) @ #1  Alabama (8-0)
Bryant-Denny Stadium, Tuscaloosa, Alabama
Samedi 9 novembre 2013
20h00 (heure côte Est, 02h00 en France)
 en rediffusion sur TBP TV

Trophée en jeu : Aucun
Bilan des confrontations : Alabama mène 47-25-5
Date du 1er match : 1895
Résultat du dernier match : Alabama 21, LSU 17
Historique : Membres toutes les deux de la Southeastern Conference (SEC) depuis sa création en 1932, les universités de Lousiana State (LSU) et d’Alabama se sont rencontrées 77 fois depuis 1895. Alabama mène la série avec 47 victoires pour 25 défaites et 5 nuls. Cependant, la rivalité est aujourd’hui équilibrée et bat son plein à partir des années 1980. Depuis la retraite de Bear Bryant (coach d’Alabama) en 1982, le bilan de la série est de 16-14-1 en faveur du Crimson Tide (Alabama). La rivalité entre LSU et Alabama est actuellementi l’une des principales rivalités du football universitaire, les 2 équipes se disputant même le titre national 2011 (victoire d’Alabama 21 à 0).

 

Virginia Tech (6-3) @ #11 Miami (7-1)
Sun Life Stadium, Miami, Floride
Samedi 9 novembre 2013
19h00 (heure côte Est, 01h00 en France)
 en rediffusion sur TBP TV

Trophée en jeu : Aucun
Bilan des confrontations : Miami mène 18-12
Date du 1er match : 1953
Résultat du dernier match : Miami 30, Virginia Tech 12
Historique : La rivalité entre Virginia Tech et Miami n’est pas très ancienne, puisque le premier match ne remonte qu’à 1953. Seulement 30 confrontations ont été jouées entre les 2 universités. Les Hurricanes (Miami) et les Hokies (Virginia Tech) se rencontrent chaque année depuis 1992, et évoluent dans la même conférence (Atlantic Coast Conference). « The U » a remporté les 12 premiers matchs contre VT, et mène donc logiquement la série 18 à 12, même si les Hokies ont gagné 7 des 10 dernières rencontres depuis 2003. Les 2 universités se sont disputées 2 bowls, le Liberty Bowl de 1966 et le Peach Bowl de 1980, Miami s’imposant à chaque fois.

 

Penn State (5-3) @ Minnesota (7-2)
TCF Bank Stadium, Minneapolis, Minnesota
Samedi 9 novembre 2013
12h00 (heure côte Est, 18h00 en France)
 en rediffusion sur TBP TV

Trophée en jeu : Governor’s Victory Bell
Bilan des confrontations : Minnesota mène 4-3
Date du 1er match : 1993
Résultat du dernier match : Penn State 33, Minnesota 21 (non comptabilisé)
Historique : Cela fait seulement deux décennies que la première rencontre entre les Nittany Lions (Penn State) et les Golden Gophers a eu lieu. Depuis l’arrivée de Penn State dans la Big Ten Conference en 1993, les 2 universités se disputent à chaque match le Governor’s Victory Bell. Minnesota mène actuellement la série 4 à 3. Cependant, 5 matchs n’ont pas été comptabilisés (avec 5 victoires des Lions), du au scandale d’abus sexuels sur mineurs ayant eu lieu sur le campus de Penn State entre 1994 et 2011.

 

Arkansas (3-6) @ Ole Miss (5-3)
Vaught-Hemingway Stadium, Oxford, Mississippi
Samedi 9 novembre 2013
12h21 (heure côte Est, 18h21 en France)
 en rediffusion sur TBP TV

Trophée en jeu : Aucun
Bilan des confrontations : Arkansas mène 31-27-1
Date du 1er match : 1908
Résultat du dernier match : Ole Miss 30, Arkansas 27
Historique : La rivalité entre Arkansas et Ole Miss est d’abord une rivalité d’ordre géographique. Les 2 universités se trouvent dans des Etats voisins du sud des Etats-Unis (l’Arkansas et le Mississippi), et les campus sont très proches en terme de distance. Les Razorbacks (Arkansas) et les Rebels (Ole Miss), membres de la SEC, se sont rencontrés pour la première fois en 1908, et chaque année depuis 1981. Arkansas et Ole Miss se sont même disputés les Sugar Bowls de 1963 et 1970, avec à chaque fois une victoire des Rebels.

 

Virginia (2-7) @ North Carolina (3-5)
Kenan Stadium, Chapel Hill, Caroline du Nord
Samedi 9 novembre 2013
12h30 (heure côte est, 18h30 en France)

Trophée en jeu : Aucun
Bilan des confrontations : North Carolina mène la série 59-54-4
Date du 1er match : 1892
Résultat du dernier match : North Carolina 37, Virginia 13
Historique : Depuis 1892 et sans discontinuité depuis 1919, Virginia et North North Carolina s’affrontent tous les ans dans un match surnommé « South’s Oldest Rivalry » dont cette édition 2013 sera la 117ème de l’Histoire. Après Minnesota-Wisconsin, Kansas-Missouri et Texas-Texas A&M, il s’agit de la rivalité comptant le plus de matchs de l’Histoire du College Football. Opposant deux programmes d’universités prestigieuses de la conférence ACC (le 3ème président des Etats-Unis, Thomas Jefferson, a notamment fondé l’université Virginia), on parle souvent de « Gentlemen’s Rivalry » entre ces deux équipes. Depuis 30 ans, les Cavaliers de Virginia ont dominé les Tar Heels de North Carolina remportant 20 des 30 affrontements. Cependant, North Carolina a gagné les 3 derniers matchs.

 

Western Michigan (1-8) @ Eastern Michigan (1-8)
Rynearson Stadium, Ypsilanti, Michigan
Samedi 9 novembre 2013
13h00 (heure côte Est, 19h00 en France)

Trophée en jeu : Michigan MAC Trophy
Bilan des confrontations : Western Michigan mène la série 5-3
Date du 1er match : 2005
Résultat du dernier match : Eastern Michigan 29, Western Michigan 23
Historique : Cette rivalité entre Western Michigan et Eastern Michigan fait partie d’une série de trois matchs entre les équipes du Michigan de la conférence MAC (Central Michigan, Eastern Michigan, Western Michigan), qui se battent tous les ans pour remporter le Michigan MAC Trophy. Créé en 2005, ce trophée avait pour objectif de mettre en place une certaine émulation entre trois programmes qui vivent dans l’ombre du géant de Ann Arbor, les Wolverines de Michigan. Si Eastern Michigan a remporté 4 fois le trophée contre un seul pour Western Michigan, ce sont les Broncos qui se sont imposés contre les Eagles lors des deux dernières saisons.

 

Focus : « Alabama vs LSU »

Historique

Crimson Tide et Tigers, Alabama et LSU, deux universités symbolisant à elles seules le meilleur du football universitaire de ces dernières années. La rivalité entre le Tide et les tigres est considérée par beaucoup comme la rivalité numéro 1 du pays aujourd’hui.
Les 2 équipes sont membres de la SEC depuis la création de cette dernière en 1932. En 1992, la SEC se divise, ce qui ne séparera cependant pas les inséparables. En effet, LSU et Alabama sont membres de la Western Division de la SEC, assurant ainsi une rencontre annuelle entre les 2 universités (et ce depuis 1964).
En plus d’un siècle d’histoire, Crimson Tide et Tigers se sont rencontrés 77 fois, et Alabama mène la série 47 victoires à 25 (avec 5 nuls).

Cette domination au niveau du bilan de la part du Crimson Tide est du notamment à la main mise d’Alabama sur son adversaire direct durant les premières années jusqu’à dans les années 1980. De 1895, date du premier match entre LSU et Alabama, à 1958 (et une coupure de 6 ans dans les confrontations), le Tide a remporté 15 rencontres contre les Tigers, pour 7 défaites et 5 nuls.

Les années 1960 confirment cette tendance. Le match de 1964 marque d’ailleurs le début d’une série de 5 victoires consécutives pour Alabama. Ce match est spécial car il représente la première opposition entre deux coachs légendaires, Bear Bryant (Alabama) et Charlie McClendon (LSU). Le Tide, classé #3 et guidé par Joe Namath, prendra le dessus sur #8 LSU avec une victoire 17 à 9. Alabama sera champion national cette année là, ainsi qu’en 1965.
LSU arrêtera l’hémorragie en 1969 avec une victoire 20 à 15 à Baton Rouge (Louisiane), confirmée la saison d’après avec un nouveau succès sur le score de 14 à 9 à Birmingham (Alabama).

Mais ces 2 victoires resteront sans suite puisqu’Alabama va tout simplement écraser la concurrence durant les années 1970, que ce soit sur LSU ou sur le monde du football universitaire. Durant cette décennie, l’équipe à Bear Bryant sera l’une des plus dominantes de l’histoire, et va totaliser 3 titres nationaux (1973, 1978, 1979), 8 titres de conférence (SEC), et 9 succès d’affilée contre les Tigers. Cette série de succès se poursuivra jusqu’au match de 1982, remporté par LSU sur le score de 20 à 10. 1982 est également marqué par la retraite du légendaire coach Bryant, ce qui aura pour conséquence un certain rééquilibrage des forces en présence. En effet, les oppositions dans les années 1980 sont très équilibrées puisque le bilan des rencontres entre le Tide et les Tigers n’est plus que de 5-4-1 en faveur d’Alabama pendant cette décennie.

Durant les années 1990, plusieurs grands matchs ont fait de cette rivalité ce qu’elle est aujourd’hui, comme ceux de 1998 ou 1999. Mais c’est surtout celui du 6 novembre 1993 qui restera à jamais dans les mémoires. Avec un bilan médiocre de 3-5, LSU se déplace dans l’Alabama pour affronter le Crimson Tide, champion national en titre et invaincu depuis presque 2 ans. A la surprise générale, les Tigers du coach Curley Hallmann prennent l’avantage 14 à 0, avantage qu’Alabama n’arrivera jamais à rattraper. LSU s’imposera sur le score de 17 à 13, grâce à une défense exceptionnelle (4 sacks et 4 interceptions). Cette victoire sera l’une des deux seules victoires de LSU sur Alabama durant cette décennie (1993 et 1997).

L’arrivée du nouveau millénaire profite cependant aux Tigers, qui vont remporter 4 des 5 confrontations entre 2000 et 2004. LSU finira même champion national en 2003, ainsi que champion de conférence SEC en 2001 et 2003, sous les ordres du coach Nick Saban.

Le match du 12 novembre 2005 sera l’un des plus serré de l’histoire de la rivalité. Alabama, invaincu et classé #4, reçoit LSU, classé #5. Dans un match très défensif, les 2 équipes se tiennent et sont à égalité 10 à 10 à la fin du temps règlementaire. Le Crimson Tide prend l’avantage en prolongations grâce à un field goal, mais LSU aura le dernier mot grâce à un touchdown de 11 yards de JaMarcus Russell pour Dwayne Bowe.

Ce match n’est cependant qu’un aperçu de ce que la rivalité nous réserve dans les années qui suivent. La période allant de la seconde partie des années 2000 à aujourd’hui est synonyme d’âge d’or de la rivalité entre Tide et Tigers. En effet, durant ce laps de temps, la rivalité est marquée par un certain nombre de rencontres épiques, importantes et intenses, ce qui est du à la qualité des 2 universités à ce moment là, considérées comme des forces majeurs du football universitaire. Depuis la saison 2006, les Tigers et le Crimson Tide se sont rencontrés 4 fois en étant tous les deux classés dans le Top 10 de l’AP Top 25. Ils se sont mêmes rencontrés 2 fois en étant numéro 1 et numéro 2, et une fois en finale nationale (2011).

En 2007, Nick Saban, le nouveau coach d’Alabama, rencontre pour la première fois son ancienne université. L’opposition sera même baptisée le « Saban Bowl ». Dans un match fou, LSU prendra le dessus sur le Tide grâce à un touchdown de Jacob Hester à 1m26 de la fin. Menant 17-3 puis 34-27 dans le dernier quart-temps suite à un retour de punt victorieux de Javier Arenas, Alabama pensait tenir le bon bout, mais LSU en a décidé autrement.

L’année suivante, la rencontre entre les Tigers et le Tide fut très attendue. En effet, ce match marque le retour de coach Saban à Baton Rouge. Alabama, classé #1, parviendra à prendre le dessus sur LSU en prolongations, grâce notamment à une interception de Rashad Johnson, permettant au quarterback John Parker Wilson d’inscrire le touchdown victorieux sur un « QB sneak » (score final 27 à 21).

En 2009, #3 Alabama reçoit #9 LSU dans un match âpre, physique et défensif. Mené 15 à 13, le Tide va sortir l’action du match. Sur une « screen pass » de Grec McElroy, Julio Jones, l’actuel receveur des Falcons d’Atlanta, parcourt 73 yards pour inscrire un touchdown. Les Tigers ne s’en remettront jamais, et s’inclineront 24 à 15. Alabama finira la saison champion national.

LSU prendra sa revanche le 6 novembre 2010, avec une victoire sur le score de 24 à 21, grâce notamment à « un reverse play » sur un 4è down permettant aux Tigers de scorer un touchdown. C’est la première fois que LSU bat Nick Saban à Baton Rouge.

La saison 2011 sera le théâtre non pas d’un affrontement, mais de deux affrontements entre les 2 universités. La première rencontre a eu lieu le 5 novembre 2011, à Tuscaloosa. Dans un match encore une fois très fermé et dominé par les défenses, LSU et Alabama se départage en prolongations, où les Tigers prendront un avantage définitif 9 à 6. LSU remportera la SEC conférence cette année là. Le 4 décembre 2011, le dernier classement BCS (Bowl Championships Series) de la saison sort. LSU est classé #1, tandis qu’Alabama est #2, nous offrant ainsi un rematch pour le titre.

Guidé par l’une des meilleures défenses de l’histoire du football universitaire, le Crimson Tide s’imposera 21 à 0, remportant ainsi un second titre national en trois ans.

En 2012, Alabama confirmera que le Tide est bel et bien la meilleure équipe du pays. Vainqueur de LSU 21 à 17 à Baton Rouge, le Crimson Tide s’en va remporter une nouvelle fois le titre national, portant ainsi le total à 3 titres en 4 saisons pour l’équipe à Nick Saban.

Au sommet du football universitaire, Alabama retrouvera une nouvelle fois sur sa route du BCS des Tigers toujours très difficile à jouer. Le Crimson Tide part logiquement favori, mais l’histoire nous dit que rien n’est jamais joué d’avance dans cette rivalité. Surtout qu’une défaite ruinerait quasiment toutes les chances de Three-Peat (3 titres de suite) pour Alabama, qui n’a donc pas le droit à l’erreur.

L’anecdote : « les porcs voleront si ‘Bama venait à perdre »

Le match de 1993 est considéré à juste titre comme l’une des plus grandes surprises de la rivalité entre Alabama et LSU. Largement favori, Alabama semble sur de sa supériorité, à tel point que la presse locale n’hésite pas à faire des prédictions impossibles. Avant le match, le « Mobile Press-Register » n’hésite pas à provoquer l’adversaire, en affirmant que « les porcs voleront si Alabama se venait à perdre » (« les poules auront des dents » pour l’expression française). Finalement, le Tide s’inclinera 17 à 13, et on ne sait pas si les porcs de l’époque ont en fin de compte réussi à décoller…

Les enjeux du match de samedi

– La supériorité de la plus grande rivalité du football universitaire actuel est en jeu.
– La défaite est interdite pour #1 Alabama, sous peine de ne pas pouvoir défendre son titre de champion en janvier 2013.
– Depuis 2000, Alabama ne s’est imposé qu’une seule fois contre LSU à Tuscaloosa (pour 5 défaites). Le Bryant-Denny Stadium est presque devenu la maison des Tigers.
– La meilleure défense du pays (Alabama) est confrontée à la 16è attaque (LSU). Une belle opposition de style est à prévoir.

Publicité
4 commentaires

4 Comments

  1. DOWN

    8 novembre 2013 at 09h35

    GEAUX LSU !

    • Ben

      8 novembre 2013 at 16h07

      Geaux Tigers! C’est un peu notre classico pour les fans des Tigers ce match entre LSU et Alabama 🙂
      Ca risque d’être un match compliqué encore une fois mais on sait que dans cette rivalité, l’équipe jouant à l’extérieur prend souvent le meilleur sur celle évoluant à domicile. LSU n’a pas grand chose à perdre sachant que le titre de SEC semble complètement perdu et ira donc à Tuscaloosa sans pression. Au contraire d’Alabama qui n’a pas le droit à l’erreur.
      Allez, un match serré jusqu’au bout, un coup de poker du Mad Hatter en 4e QT et le tour est joué 😉

  2. DOWN

    8 novembre 2013 at 09h45

    Je miserais bien une petite pièce aussi sur Minnesota qui gagnerait ainsi un 4ème match de conférence CONSECUTIF pour la 1ère fois depuis plus de 30 ans !

    • down

      9 novembre 2013 at 21h34

      BINGO !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Saison Régulière

Le résumé de la 4ème semaine : Virginia Tech humilié, Stanford renversant, chaos dans le Top 25

Publié

le

Crédit photo : Getty Images

Encore une fois, le College Football nous a rappelé pourquoi il n’y a jamais de semaine « calme » : cette week 4 nous en est un parfait exemple puisque cinq équipes classées ont été mises au tapis dont les Hokies de #13 Virginia Tech giflés par d’étonnants Monarchs d’Old Dominion qui n’avaient pas encore gagné le moindre match cette saison.

Au rayon surprise, les Wildcats de Kentucky ont facilement dominé les Bulldogs de #14 Mississippi State grâce à une soirée record de RB Benny Snell Jr. À Stillwater, l’attaque des Cowboys de #15 Oklahoma State est tombée en panne face à des Red Raiders de Texas Tech toujours aussi explosifs dans le secteur offensif.

Embed from Getty Images

Est-ce que « Texas is back » ? Peut-être pas encore mais les Longhorns ne semblent pas avoir été aussi près d’un retour parmi l’élite de la conférence Big 12. La troupe de coach Tom Herman s’impose contre #17 TCU battant ainsi une équipe classée pour la 2ème semaine d’affilée. Enfin, les Eagles de #23 Boston College n’ont pas assumé leur statut de favoris face à des Boilermakers de Purdue retrouvés.

Hormis ces 5 surprises, les 11 équipes du Top 10 s’en sont parfaitement sorties au cours de cette semaine. #1 Alabama a torpillé #22 Texas A&M sous les assauts du phénoménal QB Tua Tagovailoa. #2 Georgia, #3 Clemson et #4 Ohio State ont déroulé respectivement face à Missouri, Georgia Tech et Tulane tandis que #5 Oklahoma est passé tout près de la correctionnelle face à Army et son attaque au sol dévastatrice.

Dans le match au sommet de cette week 4, le Cardinal de #7 Stanford a réussi un étonnant comeback pour s’imposer 38-31 après prolongation face à des Ducks de #20 Oregon qui paient cher deux fumbles commis en 2ème mi-temps.

#6 LSU, #8 Notre Dame, #9 Auburn, #10 Penn State et #10 Washington se sont facilement imposés. Rien ne va plus à Tennessee et Nebraska, encore une fois largement battus par Florida et #19 Michigan respectivement.

Retrouvez ci-dessous un résumé complet de tous les matchs joués par les équipes du Top 25 dans la week 4 :

Le Match de la semaine

#7 Stanford 38, #20 Oregon 31 OT

Mené de 17 points à la mi-temps, le Cardinal de #7 Stanford a renversé la situation au retour des vestiaires sous l’impulsion de QB KJ Costello pour s’imposer 38-31 après prolongation chez les Ducks de #20 Oregon. Quel comeback du Cardinal ! Après une première mi-temps largement dominée par les Ducks de #20 Oregon (3-1, 0-1 Pac-12), #7 Stanford (4-0, 2-0 Pac-12) a trouvé les ressources nécessaires pour renverser une situation compromise. Lire la suite

Embed from Getty Images

Résultats des équipes du Top 25

#1 Alabama 45, #22 Texas A&M 23

Avec un total de 5 TD dans ce match entre équipes classées, QB Tua Tagovailoa a encore offert un récital propulsant le Crimson Tide de #1 Alabama vers un large succès, 45-23, face aux Aggies de #22 Texas A&M. Il n’aura fallu que 50 secondes aux champions nationaux pour imposer leur domination dans ce match au sommet de la conférence SEC : après une interception de LB Mack Wilson sur la première passe tentée par QB Kellen Mond, le sophomore QB Tua Tagovailoa (22/30, 387 yards, 4 TD et 1 TD au sol) enchaina immédiatement avec une passe de TD de 30 yards à destination de WR DeVonta Smith pour donner une avance de 7-0 à #1 Alabama (4-0, 2-0 SEC). Certes, les Aggies de #22 Texas A&M (2-2, 0-1 SEC) reviendront rapidement à égalité sur une passe de TD de QB Kellen Mond (16/33, 196 yards, 1 TD, 2 INT) pour TE Jace Sternberger (3 réceptions, 59 yards, 1 TD) mais ce ne fût qu’une illusion tant la supériorité du Crimson Tide ne fit l’ombre d’un doute par la suite. Lire la suite

Missouri 29, #2 Georgia 43

Grâce aux trois passes de TD de QB Jake Fromm (13/23, 260 yards, 3 TD, 1 INT), à un TD défensif et à un TD suite à un punt bloqué, les Bulldogs de #2 Georgia (4-0, 2-0 SEC) remportent un second succès en déplacement dans un match de conférence SEC. Si la défense des Bulldogs a parfaitement contrôlé le senior QB Drew Lock (23/48, 221 yards, 1 INT), elle a accordé 172 yards au sol pour 4 TD à une équipe de Missouri (3-1, 0-1 SEC) combative. #2 Georgia menait 20-7 à la mi-temps sans avoir inscrit le moindre TD offensif ce qui mit coach Kirby Smart dans une colère folle. Finalement, sous l’impulsion de WR Riley Ridley (5 réceptions, 87 yards, 1 TD) et WR Mecole Hardman (2 réceptions, 60 yards, 1 TD), les Bulldogs inscriront trois TD aérien pour s’assurer un large succès.

Georgia Tech 21, #3 Clemson 49

Encore une superbe performance du true freshman QB Trevor Lawrence (13/18, 176 yards, 4 TD, 1 INT), auteur de 4 passes de TD après avoir pris le relais d’un QB Kelly Bryant inefficace sur les deux premiers drives des Tigers de #3 Clemson (4-0, 1-0 ACC). La défense des Tigers a complètement étouffé la meilleure attaque au sol du pays limitant les Yellow Jackets à 146 yards, bien loin de leur moyenne de 392 yards cette saison. Georgia Tech (1-3, 0-1 ACC) a également commis 8 fumbles (!) dont un converti par un TD par DE Clelin Ferrell. On notera les 111 yards au sol pour 1 TD réussis par RB Travis Etienne pour #3 Clemson.

Embed from Getty Images

#4 Ohio State 49, Tulane 6

Les Buckeyes de #4 Ohio State (4-0) n’ont pas tremblé pour le retour de suspension de coach Urban Meyer, absent lors des trois derniers matchs. Et comme depuis le début de la saison, le sophomore QB Dwayne Haskins (21/24, 304 yards, 5 TD, 0 INT) a été royal avec un total de 5 TD à la passe… en première mi-temps ! Une performance digne d’un futur vainqueur du trophée Heisman. Il a ensuite laissé sa place à QB Tate Martell. On notera aussi l’excellent match de WR Parris Campbell (8 réceptions, 147 yards, 2 TD). Les Buckeyes se préparent désormais pour affronter #10 Penn State dans l’un des matchs de l’année.

#5 Oklahoma 28, Army 21 OT

Quelle frayeur pour les Sooners de #5 Oklahoma (4-0). Complètement privés de ballon par l’attaque au sol des Black Knights d’Army (2-2), les Sooners ont du attendre la prolongation pour s’imposer face à une équipe qui a été en possession du ballon pendant plus de 44 minutes dans ce match. Finalement, QB Kyler Murray (11/15, 165 yards, 3 TD, 1 INT et 71 yards au sol, 1 TD) a pris les choses en main en trouvant WR CeeDee Lamb (4 réceptions, 22 yards, 2 TD) pour un TD de 10 yards suivi d’une interception de DB Parnell Motley sur une passe désespérée de QB Kelvin Hopkins Jr (3/8, 40 yards, 2 INT et 102 yards au sol, 1 TD). On retiendra les 28 plaquages réussis par LB Kenneth Murray. Son coéquipier, LB Curtis Bolton, a fait presque aussi bien avec 23 plaquages dans ce match.

#6 LSU 38, Louisiana Tech 21

Les Tigers de #6 LSU (4-0) enchainent un 4ème succès d’affilée au terme d’un match plus serré et intense que le score pourrait le laisser penser. Louisiana Tech (2-1) n’était mené que de trois points (24-21) à l’entrée du 4ème quart-temps lorsque QB J’Mar Smith (27/50, 330 yards, 3 TD, 1 INT) se connecta avec WR Adrian Hardy (10 réceptions, 181 yards, 2 TD). Mais RB Nick Brossette (78 yards au sol, 3 TD) et RB Clyde Edwards-Helaire (136 yards au sol, 2 TD) scelleront le sort du match sur deux TD au sol. A noter que le quarterback de #6 LSU, QB Joe Burrow (16/28, 191 yards), n’a toujours pas été intercepté en 2018.

Embed from Getty Images

Wake Forest 27, #8 Notre Dame 56

En choisissant de lancer QB Ian Book à la place de l’habituelle titulaire QB Brandon Wimbush, coach Brian Kelly a permis à l’attaque de #8 Notre Dame de retrouver son élan lors d’une large victoire 56-27 à Wake Forest. La controverse est-elle définitivement terminée chez les Fighting Irish ? Limité au rôle de backup depuis le début de la saison, le junior QB Ian Book a fait ses débuts comme titulaire à l’occasion de ce déplacement à Wake Forest (2-2)… et quelle performance pour celui qui avait offert le Citrus Bowl aux Golden Domers en décembre dernier. Avec un total de 5 TD offensifs, QB Ian Book (25/34, 325 yards, 3 TD et 43 yards au sol, 3 TD) a complètement transformé le visage de l’attaque d’une équipe de #8 Notre Dame (4-0) qui a accumulé 566 yards dans ce match qu’on avait identifié comme un potentiel match-piège face à une équipe solide et équilibrée. Lire la suite

#9 Auburn 34, Arkansas 3

La descente aux enfers se poursuit pour les Razorbacks d’Arkansas (1-3, 0-1 SEC) qui subissent une 3ème défaite cette saison. #9 Auburn (3-1, 1-1 SEC) a brillé sur équipe spéciale (TD de 96 yards de WR Noah Igbinoghene) dans un match sans relief qui a permis aux Tigers de rebondir après leur défaite cruelle de la semaine passée face à #6 LSU. Pourtant, tout n’a pas été satisfaisant pour #9 Auburn. La pass protection a été particulièrement en difficulté ne permettant pas à QB Jarrett Stidham (15/22, 134 yards) de trouver son rythme. Le freshman RB JaTarvious Whitlow termine avec 2 TD au sol.

Illinois 24, #10 Penn State 63

Les Fighting Illini d’Illinois (2-2, 0-1 Big Ten) y ont cru lorsqu’ils ont pris les devants 24-21 en début de 2ème mi-temps mais les Nittany Lions de Penn State (4-0, 1-0 Big Ten) ont enchainé 42 points consécutifs dont 35 dans les 15 dernières minutes pour remporter son premier match de conférence Big Ten. Le joueur du match aura été le junior RB Miles Sanders, auteur de 200 yards au sol et 3 TD. QB Trace McSorley (12/19, 160 yards, 3 TD, 1 INT) a également brillé avec sa meilleure performance en carrière au sol sol (95 yards). Il s’agit du 3ème match consécutif avec plus de 50 points pour une équipe de #10 Penn State qui affrontera #4 Ohio State dans une semaine.

Embed from Getty Images

#10 Washington 27, Arizona State 20

Sans forcer les Huskies de #10 Washington (3-1, 1-0 Pac-12) ont pris le dessus sur les Sun Devils d’Arizona State (2-2, 0-1 Pac-12) qui enchainent une 2ème défaite consécutive. QB Jake Browning (15/22, 202 yards, 3 TD) a réussi 2 passes de TD dans le 1er quart-temps donnant une avance définitive aux Huskies. La défense de U-Dub a parfaitement maitrisé la star des Sun Devils, WR N’Keal Harry, limitée à 5 réceptions pour 20 yards dans ce match. On notera l’énorme performance défensive de LB Ben Burr-Kirven (20 plaquages, 2 fumbles forcés, 1 fumble recouvert).

#12 West Virginia 35, Kansas State 6

Après un début de match au ralenti, le senior QB Will Grier (25/35, 356 yards, 5 TD, 2 INT) s’est mis en route pour mener les Mountaineers de #12 West Virginia (3-0, 1-0 Big 12) à une nette victoire sur le terrain des Wildcats de Kansas State (2-2, 0-1 Big 12). Encore un match énorme pour le duo de receveurs WR Marcus Simms (5 réceptions, 136 yards, 1 TD) / WR David Sills V (10 réceptions, 73 yards, 3 TD).

Old Dominion 49, #13 Virginia Tech 35

Menés par leur quarterback remplaçant, QB Blake LaRussa, les Monarchs d’Old Dominion réussissent l’une des plus grosses surprises de ces dernières années en dominant les Hokies de #13 Virginia Tech sur le score de 49-35. Renversant ! Alors qu’ils n’avaient pas remporté le moindre match en 2018, les Monarchs d’Old Dominion ont assommé les Hokies de #13 Virginia Tech qui subissent l’une des plus lourdes humiliations de leur Histoire. Le junior QB Blake LaRussa (30/49, 495 yards, 4 TD) n’a même pas débuté le match avant de rentrer sur le terrain lors de la seconde série des Monarchs. Il terminera trois heures plus tard en véritable héros ! Auteur de 495 yards à la passe pour 4 TD, il a écoeuré à lui tout seul une défense des Hokies méconnaissable (632 yards accordés). Lire la suite

Kentucky 28, #14 Mississippi State 7

Avec un total de 38 TD réussis en carrière, le senior RB Benny Snell Jr (165 yards au sol, 4 TD) établit un nouveau record de l’université Kentucky, détenu jusque-là par Randall Cobb, dans une une victoire à domicile des Wildcats face à une équipe des Bulldogs de #14 Mississippi State (3-1, 0-1 SEC) peu inspirée (201 yards offensifs dont 56 au sol). Kentucky (4-0, 2-0 SEC) remporte ainsi une seconde victoire contre une équipe classée et apparaitra probablement dans le prochain AP Top 25. Les Wildcats n’avaient plus débuté une saison avec un bilan de 4-0 depuis 2008.

Embed from Getty Images

#15 Oklahoma State 17, Texas Tech 41

Propulsés par le fantastique QB Alex Bowman (35/46, 397 yards, 2 TD, 2 INT), les Red Raiders de Texas Tech (3-1, 1-0 Big 12) créent la surprise en s’imposant 41-17 à #15 Oklahoma State (3-1, 0-1 Big 12) et mettant ainsi fin à une série de 9 défaites contre des Cowboys qui avaient été pourtant très convaincants il y a une semaine contre Boise State. Si la défense d’OSU avait été dominante face aux Broncos, elle a pris l’eau dans ce match accordant 621 yards à l’attaque des Red Raiders. Mais la clé de cette rencontre aura été la performance défensive de Texas Tech. Face à la 6ème meilleure attaque du pays, les Red Raiders n’ont accordé que 386 yards à QB Taylor Cornelius (18/38, 258 yards, 1 TD, 1 INT) et l’armada des Cowboys. C’est la première victoire de Texas Tech contre une équipe du Top 15 depuis 2011.

#16 Central Florida 56, Florida Atlantic 36

16ème victoire consécutive pour les champions nationaux auto-proclamés. Et encore une énorme performance offensive pour le junior QB McKenzie Milton (21/32, 306 yards, 3 TD et 81 yards au sol, 3 TD), auteur d’un total de 6 TD. Les Owls de FAU (2-2) espéraient jouer les trouble-fêtes et lutter pour une participation à un bowl du Nouvel An. Avec deux défaites en quatre matchs, les joueurs de coach Lane Kiffin peuvent faire une croix dessus.

Texas 31, #17 Texas Christian 16

Après avoir battu USC lors de la week 3, les Longhorns de Texas (3-1, 1-0 Big 12) enchainent une 2ème victoire contre une équipe classée et mettent fin à une série de 4 défaites consécutives contre les Horned Frogs de #17 Texas Christian (2-2, 0-1 Big 12). Critiqué pour ses erreurs couteuses en fin de rencontre, QB Sam Ehlinger (22/32, 255 yards, 2 TD) a été étincelant en 2ème mi-temps réussissant 2 passes de TD et un TD au sol pour inverser la tendance alors que #17 Texas Christian menait 16-10 au retour des vestiaires. Comme face aux Trojans, la défense des Longhorns s’est montrée agressive provoquant 4 turnovers des Horned Frogs dont 3 par le seul QB Shawn Robinson (17/29, 197 yards, 1 TD, 2 INT). On retiendra les 2 interceptions du true freshman S Caden Sterns et les 7 réceptions pour 124 yards et 1 TD de WR Collin Johnson.

Embed from Getty Images

Iowa 17, #18 Wisconsin 28

Battus à domicile par #25 BYU il y a une semaine, les Badgers de #18 Wisconsin (3-1, 1-0 Big Ten) ont parfaitement réagi en s’imposant à l’arraché chez les Hawkeyes d’Iowa (3-1, 0-1 Big Ten). Au terme d’un match intense, QB Alex Hornibrook (17/22, 205 yards, 3 TD) a trouvé WR AJ Taylor (3 réceptions, 44 TD, 1 TD) à moins d’une minute de la fin pour donner un avantage définitif aux visiteurs dans ce choc de la division Big Ten West. Iowa pensait avoir pris les devants pour de bon lorsque QB Nathan Stanley (14/23, 256 yards, 2 TD, 1 INT) se connecta avec TE Noah Fant pour la 2ème fois de la soirée. Mais la défense des Badgers s’est réveillé au bon moment assurant ainsi 5ème succès de #18 Wisconsin à Iowa. Les Badgers conservent le Heartland Trophy pour la 3ème année consécutive.

#19 Michigan 56, Nebraska 10

Les Wolverines de #19 Michigan (3-1, 1-0 Big Ten) ont offert un véritable récital face à une faible équipe des Cornhuskers de Nebraska (0-3, 0-1 Big Ten) qui n’a toujours pas gagné le moindre match en 2018. Dominés sur la ligne de scrimmage et incapable de stopper le jeu au sol des Wolverines (285 yards), les Cornhuskers ont rapidement sombré (42-0 à la mi-temps). Incertain avant le coup d’envoi de cette rencontre, le true freshman QB Adrian Martinez (7/15, 22 yards, 1 INT et -12 yards au sol) a laissé sa place à QB Andrew Bunch (6/9, 71 yards) après un début de match phantomatique. Le running back de Michigan, Karan Higdon, termine le match avec 136 yards au sol et 1 TD tandis que le fullback, Ben Mason, a réussi un hat trick avec 3 TD au sol. On retiendra également le TD de 60 yards sur retour de punt de WR Donovan Peoples-Jones et la première passe de TD en carrière pour le sophomore QB Dylan McCaffrey (3/8, 86 yards, 1 TD), le frère de qui vous savez.

#21 Miami 31, Florida International 17

Un changemenrt de quarterback à #21 Miami (3-1) ? En remplaçant l’habituel titulaire QB Malik Rosier (2/3, 16 yards) par QB N’Kosi Perry (17/25, 224 yards, 3 TD, 1 INT), coach Mark Richt a peut-être fait le choix de tourner une page. Le quarterback sophomore des Hurricanes a redonné vie à une attaque qui était en grande difficulté en début de match. On retiendra l’énorme performance de la défense des Hurricanes qui a limité l’attaque des Florida International (2-2) à 31 yards sur ses 10 premières possessions avant que les Owls marquent enfin des points dans le garbage time.

Embed from Getty Images

Purdue 30, #23 Boston College 13

Première défaite de la saison pour les Eagles de #23 Boston College (3-1) qui s’inclinent lourdement face à une solide équipe des Boilermakers de Purdue (1-3), qui a su profiter des 4 interceptions commises par le sophomore QB Anthony Brown (13/27, 96 yards, 1 TD, 4 INT). Le playmaker WR Rondale Moore (8 réceptions, 110 yards, 2 TD) a fait très mal à une défense aérienne des Eagles incapable de stopper le senior QB David Blough (21/28, 296 yards, 3 TD). La star offensive des Eagles, RB AJ Dillon, a été limité à 59 petits yards au sol par une étonnante défense des Boilermakers dans ce match. #23 Boston College était classé pour la première fois depuis novembre 2008. Les Eagles devraient quitter le classement AP Top 25 publié dimanche 23 septembre.

Indiana 21, #24 Michigan State 35

Coach Mark Dantonio a sorti la boite à trick plays lors de cette victoire des Spartans de #24 Michigan State (2-1, 1-0 Big Ten) chez les Hoosiers d’Indiana (3-1, 0-1 Big Ten). En réussissant son premier TD sur réception et en se connectant avec le kicker Matt Coghlin sur une passe option sur un fake FG, QB Brian Lewerke (14/25, 213 yards, 2 TD, 2 INT) a connu l’une de ses soirées les plus occupées. #21 Michigan State avait pris les commandes du match, 14-0, sur un Pick Six de 69 yards du freshman CB Shakur Brown. Les Spartans ne se sont pas vraiment rassurés mais ils accueilleront Northwestern dans une semaine avec un certain momentum.

#25 Brigham Young 30, McNeese State (FCS) 3

Les Cougars de #25 Brigham Young (3-1) ont confirmé leur beau succès de la semaine dernière à Wisconsin en prenant le dessus sur McNeese State (FCS) après un début de match difficile. RB Lopini Katoa (10 courses, 64 yards, 2 TD) a alors inscrit 2 TD en 2ème quart-temps et QB Tanner Mangum (15/25, 118 yards, 1 TD) a assuré l’essentiel avec une passe de TD. La défense des Cougars a forcé 4 pertes de ballon dans ce match (2 INT et 2 fumbles). #25 Brigham Young sera en déplacement à #10 Washington dans une semaine.

Embed from Getty Images

Autres résultats importants

Conférence ACC

Virginia 27, Louisville 3
North Carolina 38, Pittsburgh 35
Cincinnati 34, Ohio 30
Syracuse 51, Connecticut 21
Florida State 37, Northern Illinois 19
Duke 55, North Carolina Central (FCS) 13
Marshall 20, North Carolina State 37

Conférence Big Ten

Maryland 42, Minnesota 13
Rutgers 13, Buffalo 42

Conférence Big 12

Iowa State 26, Akron 13
Baylor 26, Kansas 7

Conférence Pac-12

USC 39, Washington State 36
Oregon State 14, Arizona 35

Conférence SEC

Vanderbilt 14, South Carolina 37
Tennessee 21, Florida 47

Conférence AAC

Temple 31, Tulsa 17
SMU 31, Navy 30 (OT)
Memphis 52, South Alabama 35
Houston 70, Texas Southern (FCS) 14
South Florida 30, East Carolina 13

Par ailleurs

San Diego State 23, Eastern Michigan 20 OT
Utah State 42, Air Force 32

L’image de la semaine

Highlights

Les actions de la semaine

Le #Fail de la semaine

Le tweet de la semaine

Performances individuelles

Lors de cette 4ème semaine de la saison, on retiendra les performances individuelles suivantes :

– QB Blake LaRussa (Old Dominion), 30/49, 495 yards, 4 TD, 0 INT.
– QB Jordan Ta’amu (Ole Miss), 28/38, 448 yards, 2 TD, 1 INT.
– QB Jack Abraham (Southern Mississippi), 25/34, 428 yards, 4 TD, 1 INT.
– QB Dwayne Haskins (Ohio State), 21/24, 304 yards, 5 TD, 0 INT.
– QB Tua Tagovailoa (Alabama), 22/30, 387 yards, 4 TD, 0 INT.
– QB Will Grier (West Virginia), 25/35, 356 yards, 5 TD, 2 INT.
– RB JJ Taylor (Arizona), 27 courses, 284 yards, 2 TD.
– RB Miles Sanders (Penn State), 22 courses, 200 yards, 3 TD.
– WR Dillon Mitchell (Oregon), 14 réceptions, 239 yards, 0 TD.
– WR Travis Fulgham (Old Dominion), 9 réceptions, 188 yards, 1 TD.

Lire la suite

Saison Régulière

Stanford s’impose 38-31 à Oregon au terme d’un formidable comeback

Mené de 17 points à la mi-temps, le Cardinal de #7 Stanford a renversé la situation au retour des vestiaires sous l’impulsion de QB KJ Costello pour s’imposer 38-31 après prolongation chez les Ducks de #20 Oregon.

Publié

le

Crédit photo : Steve Dykes/Getty Images

Quel comeback du Cardinal ! Après une première mi-temps largement dominée par les Ducks de #20 Oregon (3-1, 0-1 Pac-12), #7 Stanford (4-0, 2-0 Pac-12) a trouvé les ressources nécessaires pour renverser une situation compromise.

#20 Oregon semblait en contrôle de ce match jusqu’à un mauvais snap des Ducks qui étaient aux portes de l’en-but du Cardinal. QB Justin Herbert (26/33, 346 yards, 1 TD, 1 INT) ne parvint pas à s’emparer un ballon que LB Joey Alfieri remonta sur 80 yards pour un TD qui permettait au Cardinal de revenir à 24-14 alors que #20 Oregon pouvait prendre une avance de 31-7.

À partir de ce moment-là, le match bascula en faveur des Californiens. RB Bryce Love (19 courses, 89 yards, 1 TD) conclut le 3ème quart-temps avec un TD de 22 yards qui ramenait le Cardinal à trois points seulement (24-21).

Embed from Getty Images

Les Ducks ont cru avoir fait le plus dur en ajoutant un 4ème TD sur une courte course de RB Cyrus Habibi-Likio mais #7 Stanford reprit immédiatement sa marche en avant sur un drive formidablement mené par QB KJ Costello (19/26, 327 yards, 3 TD). Ce dernier trouva WR JJ Arcega-Whiteside (4 réceptions, 84 yards, 2 TD) dans le coin gauche de l’en-but de Ducks qui semblaient perdre tous leurs moyens.

Ce qui sera confirmé sur le drive suivant. Alors qu’ils n’avaient qu’à protéger la possession du ballon jusqu’à la fin du match, ils commirent un improbable fumble par RB CJ Verdell (20 courses, 115 yards, 1 TD) à 51 secondes de la fin que LB Sean Barton (8 plaquages) s’empressa de récupérer pour donner une dernière chance au Cardinal.

QB KJ Costello compléta deux passes pour TE Colby Parkinson (3 réceptions, 50 yards, 1 TD) et WR JJ Arcega-Whiteside avant que RB Bryce Love ne mette K Jet Toner dans une excellente position pour égaliser le score à la dernière seconde sur un FG de 33 yards. Direction prolongation.

Le momentum était maintenant clairement du côté de #7 Stanford. Les vice-champions de conférence Pac-12 n’allaient pas manquer l’occasion de prendre les devants pour la première fois de la soirée, QB KJ Costello se connectant avec TE Colby Parkinson sur le 2ème jeu de la prolongation pour un TD de 23 yards qui donnait une avance 38-31 au Cardinal.

Les Ducks n’avaient d’autre choix que de marquer un TD. QB Justin Herbert eut bien une dernière opportunité sur une 4ème tentative mais DB Alameen Murphy intercepta le quarterback sophomore de #20 Oregon scellant le score en faveur de #7 Stanford.

#20 Oregon peut avoir de gros regrets dans ce match tant les joueurs de coach Mario Cristobal paraissaient proches de remporter la victoire dans cette rencontre au sommet mais les deux fumbles auront couté cher face à une équipe aussi opportuniste que le Cardinal. Dans la défaite, on retiendra les 14 réceptions pour 239 yards de WR Dillon Mitchell.

#7 Stanford fera le déplacement à South Bend dans une semaine pour y affronter les Fighting Irish de #8 Notre Dame dans un choc du Top 10.

Résumé en vidéo

Lire la suite

Saison Régulière

Old Dominion renverse Virginia Tech, 49-35

Menés par leur quarterback remplaçant, QB Blake LaRussa, les Monarchs d’Old Dominion réussissent l’une des plus grosses surprises de ces dernières années en dominant les Hokies de #13 Virginia Tech sur le score de 49-35.

Publié

le

Crédit photo : Michael Shroyer/Getty Images

Renversant ! Alors qu’ils n’avaient pas remporté le moindre match en 2018, les Monarchs d’Old Dominion ont assommé les Hokies de #13 Virginia Tech qui subissent l’une des plus lourdes humiliations de leur Histoire.

Le junior QB Blake LaRussa (30/49, 495 yards, 4 TD) n’a même pas débuté le match avant de rentrer sur le terrain lors de la seconde série des Monarchs. Il terminera trois heures plus tard en véritable héros ! Auteur de 495 yards à la passe pour 4 TD, il a écoeuré à lui tout seul une défense des Hokies méconnaissable (632 yards accordés).

#13 Virginia Tech (2-1) pensait avoir fait le plus difficile en prenant les devants 28-21 en fin de 3ème quart-temps lorsque QB Josh Jackson (8/16, 151 yards, 2 TD, 1 INT) se connecta avec WR Damon Hazelton (5 réceptions, 154 yards, 1 TD) pour un TD de 72 yards. Mais les Monarchs répliquèrent immédiatement avec deux TD rapides de WR Travis Fulgham (9 réceptions, 188 yards, 1 TD) et de RB Jeremy Cox.

Les choses empirèrent alors pour les Hokies puisque le quarterback titulaire Josh Jackson se blessa à la cheville gauche devant ainsi laisser sa place à son backup, QB Ryan Willis (9/18, 131 yards, 1 TD). Ce dernier ramènera son équipe à 35-35 sur une passe de 13 yards à destination de WR Chris Cunningham à 7:15 de la fin.

#13 Virginia Tech sombra alors en accordant un TD de 29 yards à WR Jonathan Duhart (9 réceptions, 142 yards, 3 TD) à peine deux minutes plus tard.

C’est sur une course de 40 yards de RB Jeremy Cox (20 courses, 130 yards, 2 TD) qu’Old Dominion (1-3) s’est définitivement assuré le premier succès de son Histoire contre un programme du Power Five dans un stade envahi par des fans des Monarchs en délire.

Le repos forcé par le passage de l’ouragan Florence semble avoir complètement coupé l’élan de Hokies qui n’avaient accordé que 20 points lors de leurs deux premiers matchs.

Pour mesurer l’exploit des Monarchs dans ce match : Old Dominion avait débuté sa saison par trois défaites contre Liberty, FIU et Charlotte.

Il s’agissait du premier affrontement entre les deux équipes depuis qu’Old Dominion a redémarré son programme en 2009.

Résumé en vidéo

Lire la suite

Saison Régulière

QB Tua Tagovailoa torpille la défense de Texas A&M et Alabama s’impose 45-23

Avec un total de 5 TD dans ce match entre équipes classées, QB Tua Tagovailoa a encore offert un récital propulsant le Crimson Tide de #1 Alabama vers un large succès, 45-23, face aux Aggies de #22 Texas A&M.

Publié

le

Crédit photo : Wesley Hitt/Getty Images

Il n’aura fallu que 50 secondes aux champions nationaux pour imposer leur domination dans ce match au sommet de la conférence SEC : après une interception de LB Mack Wilson sur la première passe tentée par QB Kellen Mond, le sophomore QB Tua Tagovailoa (22/30, 387 yards, 4 TD et 1 TD au sol) enchaina immédiatement avec une passe de TD de 30 yards à destination de WR DeVonta Smith pour donner une avance de 7-0 à #1 Alabama (4-0, 2-0 SEC).

Certes, les Aggies de #22 Texas A&M (2-2, 0-1 SEC) reviendront rapidement à égalité sur une passe de TD de QB Kellen Mond (16/33, 196 yards, 1 TD, 2 INT) pour TE Jace Sternberger (3 réceptions, 59 yards, 1 TD) mais ce ne fût qu’une illusion tant la supériorité du Crimson Tide ne fit l’ombre d’un doute par la suite.

Le Crimson Tide a marché sur les Aggies accumulant 524 yards en attaque dont 415 à la passe. Et défensivement, #1 Alabama a limité le jeu au sol de #22 Texas A&M à 130 yards tout en provoquant 2 interceptions et 7 sacks. Une pure domination.

Encore une fois, QB Tua Tagovailoa a semblé en totale contrôle de la situation trouvant TE Hale Hentges à deux reprises dans l’en-but et terminant sa journée par une passe de TD de 57 yards pour WR Henry Ruggs III (3 réceptions, 84 yards, 1 TD) en fin de 3ème quart-temps qui portait alors le score à 45-16.

Comme face à #3 Clemson, QB Kellen Mond a sonné la charge pour son équipe mais n’a rien pu faire face à une défense aussi agressive.

On retiendra également la première interception en carrière du true freshman CB Patrick Surtain Jr et la 2ème expulsion de l’année pour targeting de DB Donovan Wilson (Texas A&M).

Avec ce large succès face aux Aggies de coach Jimbo Fisher, coach Nick Saban possède donc toujours un bilan parfait contre ses anciens assistants (13 victoires, 0 défaite).

Résumé en vidéo

Lire la suite

Articles les plus lus