Suivez-nous sur

Preview

The Big Game : Alabama @ LSU

Crédit photo : Getty Images

#1 Alabama (8-0) @ #13 LSU (5-2)

Bâton-Rouge, Louisiane
Tiger Stadium
Samedi 5 novembre 2016
20h00 (heure Est, 01h00 en France)

Les deux tiers de cette saison de football américain universitaire sont déjà derrière nous et le mois de novembre qui commence sera, bien entendu, décisif dans la course au College Football Playoff. Cette dixième semaine n’est certainement pas la plus excitante de la saison sur le papier mais devrait tout de même nous réserver son lot de surprises habituelles. Seules deux rencontres opposent des équipes classées à l’AP Top 25 : un choc entre prétendants dans la Big Ten avec le déplacement de #10 Nebraska sur le terrain de #6 Ohio State et surtout (encore) une très grosse affiche dans la conférence SEC avec le déplacement de la meilleure équipe du pays, #1 Alabama, un peu plus à l’ouest en Louisiane sur les terres des Tigers de #13 LSU, ressuscités depuis le limogeage de coach Les Miles en début de saison et la nomination de coach Ed Orgeron.

ENJEUX DU MATCH

Le principal problème avec le Crimson Tide de coach Nick Saban est que les superlatifs vont finir par manquer. Champion en titre et invaincu depuis plus de 13 mois, le programme de Tuscaloosa rentre maintenant dans le vif du sujet pour tenter de défendre et conserver son titre national. Aucune équipe à ce jour ne semble capable d’enrayer la machine rouge et il est bien difficile de dire aujourd’hui ce qui pourrait empêcher #1 Alabama de remporter son 5ème de champion titre en 8 ans.

A la baguette de ce rouleau compresseur version 2016, l’épatant QB Jalen Hurts (1578 yards, 12 TD, 5 INT) qui est, rappelons-le, le tout premier true freshman titulaire sous les ordres de coach Nick Saban. Attendu au tournant face à la féroce défense de Texas A&M il y a deux semaines, il a montré toute l’étendue de ses qualités dans la victoire des siens (33 à 14) et confirmé qu’il faudra probablement compter sur lui dans la course au trophée Heisman dès la saison prochaine.

Derrière l’impressionnante ligne offensive du Tide emmenée par les deux tackles LT Cam Robinson et RT Jonah Williams, autre freshman sensationnel, le jeu au sol bien huilé du coordinateur offensif Lane Kiffin tourne à plein régime (264.8 yards/match, 11ème du pays) grâce à une rotation diablement efficace : RB Damien Harris (700 yards, 1 TD, 8.1 yards/course) est l’arme principale, secondé par la paire RB Joshua Jacobs (378 yards, 3 TD, 7.0 yards/course) / RB Bo Scarbrough (306 yards, 5 TD). Et n’oublions pas également QB Jalen Hurts (521 yards, 9 TD) qui en plus de son rôle de passeur affole également les défenses adverses avec ses jambes. Au sein du groupe de receveurs, trois cibles principales sortent du lot avec le redoutable duo WR Calvin Ridley (497 yards, 5 TD) et WR ArDarius Stewart (472 yards, 4 TD) mais également TE O.J. Howard (278 yards, 2 TD), probablement l’un des tous meilleurs tight-end du pays. Tout ce joli petit monde contribue à faire de l’équipe de coach Nick Saban une véritable machine à scorer, avec une moyenne impressionnante de 43.9 points inscrits/match (9ème du pays).

De l’autre côté du ballon, on retrouve comme toujours à Tuscaloosa une défense intraitable, féroce et opportuniste. Avec seulement 14.9 points encaissés/match, elle pointe au 4ème rang national et brille par sa capacité à provoquer des turnovers et plus encore, à marquer. Contre les Aggies, le TD sur retour de fumble de DE Jonathan Allen (35 plaquages, 6 sacks) a permis au Crimson Tide d’inscrire un TD non-offensif pour le… 10ème match consécutif, tout simplement unique ! Néanmoins, l’escouade défensive du Tide vient de subir un vrai coup dur avec la blessure du formidable S/PR Eddie Jackson (24 plaquages, 1 INT), déjà auteur de 3 TD cette saison (1 sur retour d’interception, 2 sur retour de punt), victime d’une fracture de la jambe contre Texas A&M. Considéré comme l’un des tous meilleurs safety du pays et véritable playmaker, son absence pour le reste de la saison risque de se faire sentir aussi bien dans le secondary que sur les phases de coup de pied. Heureusement, le talent ne manque pas de ce côté du ballon et particulièrement du côté du groupe de linebackers qui est d’une densité hallucinante. LB Reuben Foster (53 plaquages, 1.5 sack), LB Shaun Hamilton (40 plaquages, 2 sacks, 1 fumble forcé), LB Ryan Anderson (29 plaquages, 4.5 sacks, 3 FF), LB Rashaan Evans (24 plaquages, 1.5 sack, 1 FF) ou encore LB Tim Williams (16 plaquages, 6.5 sacks, 2 FF) forment un groupe redoutable, sans aucun doute le meilleur du pays. Du côté du secondary, il va donc falloir compenser la perte de S Eddie Jackson (21 plaquages, 1 INT) qui pourrait être remplacé poste pour poste par S Hootie Jones (16 plaquages), plus inexpérimenté. Il sera tout de même bien entouré par CB Minkah Fitzpatrick (36 plaquages, 1.5 sack, 3 INT, 1 FF), S Ronnie Harrison (38 plaquages, 2 INT) ou encore CB Marlon Humphrey (20 plaquages, 2 INT, 1 FF) qui veilleront au grain et devraient donner du fil à retordre aux receveurs adverses.

Face à l’impitoyable machine à gagner du Tide, les Tigers de #13 LSU voudront éviter de jouer le traditionnel rôle de la victime. Car si l’on aurait donné bien peu cher de la peau des jeunes Tigres il y a encore un mois, le programme de Baton Rouge a depuis amorcé un virage impressionnant et semble de nouveau capable de rivaliser avec les meilleurs dans la conférence SEC. Qu’il semble loin le début de saison poussif et les questions sur le réel niveau de cette équipe, sans parler de la fin de match improbable à Auburn (13-18 après l’annulation du dernier jeu du match qui offrait la victoire à #13 LSU) et le limogeage de l’emblématique coach Les Miles dans la foulée. Au soir de cette deuxième défaite de la saison (après la défaite inaugurale 14 à 16 contre Wisconsin à Lambeau Field), l’année semblait déjà terminée, pourrie jusqu’à l’os pour les Tigres de Louisiane. Et voilà que maintenant, certains observateurs recommencent à parler des premières places de la division pour l’équipe de coach Ed Orgeron, voire même de qualification pour le College Football Playoff, rien que ça ! Soyons honnêtes, les chances que cela se produise sont infimes. Mais en prenant le meilleur sur #1 Alabama ce week-end et en remportant avec la manière tous les matchs de cette fin de saison, qui sait ce qu’il pourrait se passer ? Une seule chose est sûre : pour avoir la moindre chance, il n’y a plus le moindre droit à l’erreur.

Et pour cela, il faudra verrouiller et limiter les approximations au niveau du point faible de cette équipe : le poste de quarterback. QB Danny Etling (1129 yards, 7 TD, 3 INT) ne décrochera pas le trophée Heisman, c’est certain, mais il a su faire ses preuves depuis qu’il a remplacé QB Brandon Harris (139 yards, 1 TD, 2 INT) après la défaite contre Wisconsin et sait parfois sortir de son rôle de game manager pour battre la défense adverse avec son bras droit. Bien entendu, la principale force des Tigers reste le jeu au sol et principalement le coureur vedette RB Leonard Fournette (670 yards, 5 TD, 8.1 yds/course) lorsqu’il n’est pas blessé. Celui-ci n’a disputé que 4 matchs cette saison, gêné par une blessure à la cheville, mais a tenu à faire taire ses détracteurs lors de son retour à la compétition il y a deux semaines contre Ole Miss (victoire 38 à 21). Résultat : le record de yards au sol du programme de #13 LSU battu en seulement… huit portées de balle. Un match incroyable terminé avec une fiche de 284 yards et 3 TD, boom ! Les futurs adversaires des Tigers sont prévenus, à commencer par #1 Alabama, Fournette est bel et bien de retour à son meilleur niveau. En son absence, nous avions assisté à l’éclosion de RB Derrius Guice (621 yards, 7 TD, 8.0 yds/course) qui avait assuré l’intérim de bien belle manière. Du côté des receveurs, poste toujours ingrat à Louisiana State, des joueurs malgré tout bourrés de talent comme WR Malachi Dupre (288 yards, 2 TD), WR D.J. Chark (269 yards, 3 TD) ou WR Travin Dural (246 yards, 1 TD) mais qui sont forcément limités dans leur expression par le niveau relativement faible du jeu de passe.

Comme son adversaire du soir, le programme de Baton Rouge est avant tout renommé pour la qualité de sa défense, classée 5ème du pays avec seulement 15 points encaissés/match. DE Arden Key (34 plaquages, 8 sacks, 3 FF) est le fer de lance d’une ligne défensive intimidante complétée par DE Lewis Neal (33 plaquages, 3.5 sacks), NT Davon Godchaux (34 plaquages, 4 sacks) et DT Greg Gilmore (26 plaquages, 0.5 sack). Pour emmener le second rideau on retrouvera l’excellent LB Kendell Beckwith (69 plaquages, 1 sack), l’un des meilleurs linebackers du pays, mais aussi LB Duke Riley (59 plaquages, 0.5 sack, 1 INT), une des révélations de la saison. Comme d’habitude, le groupe de defensive back est hyper talentueux et très physique à l’image de SS Jamal Adams (50 plaquages, 1 FF), terrible frappeur et défenseur de tout premier plan. A ses côtés, on retrouvera FS Rickey Jefferson (22 plaquages, 1 INT), l’excellent CB Tre’Davious White (23 plaquages, 0.5 sack, 2 INT) et l’explosif CB Donte Jackson (22 plaquages, 2 INT, 1 FF) qui voudront montrer au pays entier que #13 LSU reste bien DBU (« Defensive Back University »).

DUELS CLES

Avec deux des meilleures défenses du pays sur le terrain, le combat devrait être particulièrement âpre et physique sur le terrain du Tiger Stadium de Baton Rouge, d’autant plus que les deux équipes viennent de bénéficier d’une semaine de repos supplémentaire. Si l’opposition entre QB Jalen Hurts et la terrible ligne défensive des Tigers promet des étincelles, le match risque de davantage se jouer dans les tranchées mais de l’autre côté du ballon, entre la ligne offensive de #13 LSU et la défense du Crimson Tide. Et si l’on veut mettre en avant un duel décisif, quoi de mieux que le choc frontal entre RB Leonard Fournette, peut-être le meilleur coureur du pays lorsqu’il est en pleine possession de ses moyens, et ILB Reuben Foster, le leader du second rideau du Crimson Tide ?

Après sa blessure à la cheville, RB Leonard Fournette a donc rappelé au pays tout entier qu’il reste le même coureur monstrueux qui écrasait tous ses adversaires en début de saison dernière. Après la désillusion de son match raté contre ce même Crimson Tide l’an passé (31 yards en 19 portées, 1 TD lors d’une défaite 16 à 30 à Tuscaloosa), nul doute que la star des Tigers voudra effacer ce douloureux souvenir et remplacer cette fiche de stats anémique par des chiffres autrement plus élevés. Son coach Ed Orgeron a d’ailleurs été on ne peut plus clair en conférence de presse : « Il est le meilleur joueur du pays », en expliquant que son coureur avait toute sa place dans la course au trophée Heisman après sa performance historique contre Ole Miss.

Face à lui, ILB Reuben Foster vient tout juste d’être nommé demi-finaliste pour le Butkus Award, récompensant le meilleur linebacker du pays. Digne successeur de la grande lignée de linebackers de #1 Alabama, Foster est un gros frappeur qui aime le jeu dur et physique et devrait donc être servi ce week-end. Pour l’anecdote, lors de la confrontation entre les deux équipes il y a deux ans, LB Reuben Foster avait réussi un plaquage monumental sur une phase de coup de pied sur le dernier jeu du match alors que les deux équipes étaient à égalité (13-13). Le porteur de balle, bien secoué, était un certain… Leonard Fournette. Le Crimson Tide l’avait ensuite emporté en prolongation (20-13). L’heure de la revanche a-t-elle enfin sonnée pour #13 LSU, qui reste sur une série de cinq défaites face aux joueurs de Nick Saban ?

FACTEUR X

#1 Alabama a déjà joué, et gagné, des matchs en terrain hostile contre des adversaires classés depuis le début de la saison (48-43 à Ole Miss et 49-10 à Tennessee, notamment). Mais cette rencontre de nuit à Death Valley, le surnom du Tiger Stadium de Baton Rouge, contre une équipe de #13 LSU en pleine bourre devrait tout de même être d’un niveau infiniment supérieur. Pour un match contre le grand rival, avec un enjeu aussi important, le public très chaud de Louisiane devrait carrément devenir bouillant et l’ambiance devrait être très, très hostile envers les joueurs de Nick Saban.

LB Shaun Hamilton a d’ailleurs vécu cette expérience il y a deux ans lors de son année freshman et en garde un souvenir très précis : « C’est un environnement vraiment brutal » a-t-il affirmé en conférence de presse. Le nombre de fans (102,321 spectateurs, sixième stade du pays) et le volume sonore atteint en font un endroit unique et très impressionnant pour les jeunes joueurs adverses, particulièrement lors des matchs joués en nocturne. La grande interrogation sera donc la capacité des jeunes pousses du Crimson Tide, et particulièrement QB Jalen Hurts, a résister à cette pression démentielle qui pèsera sur leur épaules. Pour s’y préparer, les joueurs de Nick Saban se sont entraînes cette semaine en intérieur avec un bruit de foule à fort volume pour recréer au plus près les conditions de match de ce samedi soir. Mais comme le disent les joueurs de #1 Alabama eux-même, l’atmosphère de Death Valley est unique et bien malin celui qui pourra prédire l’issue de cette rencontre. Quelle que soit la tournure que prendra le match, une chose est certaine : cela va faire beaucoup, beaucoup de bruit !

STUFF

• #1 Alabama a donc remporté les 5 dernières confrontations entre les deux programmes. La dernière victoire de #13 LSU remonte au 5 novembre 2011 lors du « match du siècle » entre #1 LSU et #2 Alabama, remporté par les Tigers en prolongation sur le score de… 9 à 6. La même année, Le Crimson Tide prendra sa revanche lors de la finale nationale, remportée 21 à 0.

• Depuis que coach Nick Saban a pris la tête du Crimson Tide en 2007, il n’a perdu qu’une seule rencontre à Death Valley (défaite 24 à 21 en 2010) en quatre tentatives. A chaque fois, les matchs joués à Baton Rouge étaient extrêmement serrés (victoires 27-21 (OT) en 2008, 21-17 en 2012, 20-13 (OT) en 2014).

Foster vs Fournette, acte I (2014).

Boom!

• Happy birthday coach ! Nick Saban vient de fêter lundi dernier, le jour d’Halloween, son 65ème anniversaire. Un cadeau ? En conférence de presse, le coach a admis en avoir reçu « un seul ». « C’est le genre de cadeau que l’on ouvre et où l’on se dit ‘Quelle connerie’ » a-t-il ajouté avec un large sourire, sans donner davantage de précisions. Pour rester dans le thème d’Halloween, voici un petit cadeau de la part des cheerleaders de #13 LSU et de la mascotte Mike le tigre !

• Trois joueurs du Crimson Tide ont raté l’entraînement cette semaine. RB B.J Emmons (173 yds, 1 TD) est absent pour une période indéterminée à cause d’une entorse au pied. RB Bo Scarbrough était malade mais « rien de grave » d’après le coach et OL Alphonse Taylor se remet d’une commotion cérébrale. Ces deux derniers pourraient toutefois jouer ce week-end en fonction de l’avis du corps médical. A noter aussi que WR Calvin Ridley n’a pas participé aux exercices lors de l’entraînement ouvert aux médias.

• Les Tigers de LSU ont pour le moment joué un match de moins que leurs adversaires. En effet, le match du 8 octobre dernier à Gainesville, Floride, entre les Gators et les Tigers a été annulé à cause du passage de l’ouragan Matthew sur la région. Cette rencontre au sommet aura finalement lieu le 19 novembre prochain à… Baton Rouge, et pourrait s’avérer décisive dans l’optique de la finale de conférence SEC.

• Les nomination pour les trophées de fin de saison commencent à tomber. Trois joueurs présents ce week-end sur le terrain de Death Valley figurent dans la liste des demi-finalistes pour le trophée Maxwell, récompensant le meilleur joueur de football universitaire du pays : DE Jonathan Allen et QB Jalen Hurts pour #1 Alabama, RB Leonard Fournette pour LSU. Du côté du Crimson Tide, citons aussi LB Ryan Anderson et LB Reuben Foster, nommés demi-finalistes pour le trophée Butkus du meilleur linebacker, tout comme LB Kendell Beckwith chez les Tigers. Notons encore la nomination de FB J.D. Moore pour le trophée Burlsworth qui récompense le meilleur joueur ayant commencé sa carrière comme walk-on. Et enfin, parmi les demi-finalistes pour le trophée Bednarik de meilleur défenseur du pays figurent DE Jonathan Allen et LB Reuben Foster pour Bama, DE Arden Key et CB Tre’Davious White pour LSU.

• Le freshman OL Donavaughn Campbell de LSU vient d’être mis à l’écart de l’équipe, suite à son arrestation après une bagarre sur le campus de Georgia Tech, à Atlanta, dimanche dernier.

• Le fameux « match du siècle » de 2011 entre LSU et Alabama (victoire des Tigers en prolongation 9 à 6) est resté gravé dans la mémoire de coach Nick Saban, qui n’a plus jamais vu un match « entre deux équipes universitaires aussi fortes ». Sur la totalité des joueurs ayant participé à cette rencontre, 42 (!) seront draftés par une équipe NFL dont 10 défenseurs sélectionnés lors d’un premier tour de draft.

• Voici un petit compte rendu des touchdowns non-offensifs du Crimson Tide sur les deux dernières saison :

2016
Semaine 1 contre USC : retour d’interception de CB Marlon Humphrey.
Semaine 2 contre WKU : retour d’interception de S Eddie Jackson.
Semaine 3 contre Ole Miss : retour de punt de S Eddie Jackson, retour de fumble de DT Da’Ron Payne, retour de fumble de DE Jonathan Allen.
Semaine 4 contre Kent State : retour de punt de WR Xavian Marks
Semaine 5 contre Kentucky : retour de fumble de S Ronnie Harrison.
Semaine 6 contre Arkansas : retour de fumble de LB Tim Williams, retour d’interception de CB Minkah Fitzpatrick.
Semaine 7 contre Tennessee : retour d’interception de S Ronnie Harrisson, retour de punt de S Eddie Jackson.
Semaine 8 contre Texas A&M : retour de fumble de DE Jonathan Allen.

2015
Semaine 5 à Georgia : retour de punt bloqué de CB Minkah Fitzpatrick, retour d’interception de S Eddie Jackson.
Semaine 7 à Texas A&M : deux retours d’interception de CB Minkak Fitzpatrick, retour d’interception de S Eddie Jackson.
Semaine 11 à Mississippi State : retour de punt de CB Cyrus Jones.
Semaine 12 contre Charleston Southern (FCS) : deux retours de punt de CB Cyrus Jones.
Demi-finale nationale contre Michigan State : retour de punt de CB Cyrus Jones.
Finale nationale contre Clemson : retour de kickoff de RB Kenyan Drake.
Soit la bagatelle de… 22 touchdowns depuis le 3 octobre 2015, soit un peu plus de 13 mois. Stratosphérique. Coach Nick Saban explique simplement ces chiffres extra-terrestres par des exercices avec le ballon à l’entraînement, même pour les défenseurs, et par le fait qu’à #1 Alabama tous les joueurs participent sur équipes spéciales, titulaires y compris. Simple peut-être, mais diablement efficace.

PRONOSTIC

Alabama 24, LSU 17. Roll Tide > Geaux Tigers.

Passionné de football depuis une quinzaine d'années, il est propriétaire des Packers de Green Bay (NFL) et a un petit faible pour les Golden Bears de Californie depuis son passage au Memorial Stadium en 2012. Suivant tout particulièrement la Pac 12 et la Big 10, il rejoint l'équipe de rédacteurs de The Blue Pennant à l'automne 2014.

Cliquer pour commenter

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également - Preview