Suivez-nous

Preview

Preview 2019 : Georgia Bulldogs

Depuis l’arrivée de coach Kirby Smart, les Bulldogs se sont établis comme l’un des trois meilleurs programmes du pays. Ne reste plus qu’à franchir la dernière marche : battre Alabama et remporter le titre nationale.

Crédit photo : GeorgiaDogs

Publié

le

Georgia Bulldogs

Conférence SEC

Division East

En 2018 : 11-3, 7-1 SEC. Sugar Bowl : défaite 28-21 contre Texas.
Head Coach : Kirby Smart, 4ème année (32-10).
Coordinateur offensif : James Coley
Coordinateurs défensifs : Dan Lanning.
Titulaires de retour : 6 en attaque, 7 en défense, kicker, punter.
Joueurs-clés partis : QB Justin Fields, RB Elijah Holyfield, WR Riley Ridley, WR Mecole Hardman, TE Isaac Nauta, C Lamont Gaillard, LB D’Andre Walker, LB Juwaan Taylor, CB DeAndre Baker.
Joueurs à suivre : QB Jake Fromm, RB D’Andre Swift, WR Demetris Robertson, WR George Pickens, OT Andrew Thomas, OT Isaiah Wilson, G Solomon Kindley, NT Jordan Davis, LB Nakobe Dean, CB Eric Stokes, S Richard LeCounte, S J.R. Reed, K Rodrigo Blankenship.

Si près et si loin. Depuis l’arrivée de Kirby Smart comme head coach du programme, Georgia est un prétendant sérieux pour le titre national. Les Bulldogs l’ont même effleuré en 2017, avec une défaite crève-coeur, au bout de la prolongation, face à Alabama.

Embed from Getty Images

L’an passé, c’est encore face au Tide, dans une finale de conférence SEC longtemps à leur portée, que les joueurs d’Athens ont dû rendre les armes. Pour vaincre ces désillusions à répétition, Smart a dû conjuguer des classes de recrutement de haut vol et la concurrence s’annonce monstrueuse sur certains postes pour refaire de Georgia la meilleure équipe du pays.

Ont-ils les armes pour enfin prendre le dessus sur Nick Saban et Alabama ? Jugez vous-même…

Attaque

C’est l’axe majeur de Kirby Smart depuis son retour sur son campus de coeur : en effet, Georgia possède sur le papier la meilleure ligne offensive du pays, de par le talent et surtout le potentiel. L’an dernier, malgré une escouade dominée par les freshmen et les sophomores, la O-Line a regardé droit dans les yeux le front seven de ‘Bama, représenté par Quinnen Williams, troisième choix de la dernière draft. Avec une année d’expérience supplémentaire et l’émergence d’anciennes recrues 5 étoiles actuellement backups, les Bulldogs ont de quoi être terrifiants dans les tranchées. Comment parler de la ligne sans évoquer le junior LT Andrew Thomas, déjà considéré comme un top 5 lors de la draft 2020 ? Technique et mobile, il est le digne successeur d’Isaiah Wynn (Patriots) et composera avec LG Ben Cleveland un duo de choc sur l’aile gauche. Le jeu au sol est le maître mot de ce groupe, une évidence au vu des qualités athlétiques du junior RG Solomon Kindley et du sophomore RT Isaiah Wilson. Remplaçant de Cleveland, au pied levé, en fin de saison passée, C Trey Hill suppléera Lamont Gaillard, parti en NFL, au centre de la ligne. Mais la hiérarchie n’est clairement pas établie sur les différentes positions, avec la cascade d’anciennes recrues 5 étoiles qui poussent derrière. Les sophomores OL Cade Mays et OL Jamaree Slayer sont polyvalents et peuvent dépanner absolument partout, de par leurs profils physiques. Comme si cela ne suffisait pas, Smart a mis la main sur G/C Clay Webb, arrivée vedette lors du National Signing Day, et qui a de quoi s’offrir des reps au cours de la saison.

On l’a dit : ce casting XXXXXL servira avant tout à rendre le jeu au sol injouable. Ça tombe bien, car il devrait le rester en 2019. Le junior RB D’Andre Swift a pris la suite des Todd Gurley, Nick Chubb ou Sony Michel comme patron du backfield offensif. Il reste d’ailleurs sur une campagne à 1 049 yards et 10 touchdowns à la course. Derrière lui, les places sont (encore) chères, ce qui a poussé Elijah Holyfield (1 018 yards l’année dernière) à s’inscrire prématurément chez les pros.

Embed from Getty Images

Le sophomore RB James Cook, frère de Dalvin (ex-Florida State), mais aussi et surtout le redshirt freshman RB Zamir White, de retour d’une longue blessure, arrivent avec des arguments pour obtenir une centaine de portés sur la saison. Coureur plus lourd, le senior TB Brian Herrien se chargera d’ouvrir les brèches pour ces joyeux lurons.

Cette année, plus qu’une autre, le jeu au sol aura son importance. Car des reconstructions s’amorcent en attaque. Au-delà du départ du coordinateur Jim Chaney, critiqué pour ses mauvais choix contre Alabama, et la promotion de James Coley à sa place, les Bulldogs ont connu pas mal de déboires au poste de receveur. Terry Godwin, Riley Ridley et Mecole Hardman partis, Jeremiah Holloman viré pour des soucis extra-sportifs, c’est une large revue d’effectif qui s’annonce pour QB Jake Fromm. Solide depuis son arrivée à Athens, au point d’avoir chassé les très côtés Jacob Eason et Justin Fields, le junior va devoir quitter son rôle de game manager et mettre en lumière d’autres cibles, après une saison à 2 761 yards, 30 touchdowns et 6 interceptions.

Preuve du manque de repères dans le domaine aérien, le receveur le plus productif en 2018 était … un tight end, à savoir TE Charlie Woerner (148 yards). Le chouchou de Kirby Smart sera en concurrence avec le diplômé TE Eli Wolf, transfuge de Tennessee, et le redshirt freshman TE John FitzPatrick, annoncé comme la future pépite du poste.

Sur les extérieurs, les transferts WR Lawrence Cager (ex-Miami) et WR Demetris Robertson (ex-Georgia) ont le plus de référence en College Football, mais de jeunes loups devraient rapidement avoir leur chance. Ce sera le cas du redshirt freshman WR Kearis Jackson et des true freshman WR George Pickens et WR Dominick Blaylock. Pas sûr que ce groupe affole les compteurs cette saison, mais il pourrait se montrer très explosif pour faire craquer les solides défenses de SEC.

Défense

Parlant de solide défense de SEC, Georgia n’a pas grand chose à envier à ses voisins du Sud des Etats-Unis. Car sous la coupe de Mel Tucker, les Bulldogs n’ont concédé que 19 points par match en 2018 (15e marque nationale). Une prestation qui a d’ailleurs permis à l’ancien coordinateur de devenir head coach de Colorado. Dan Lanning, coach des linebackers en 2018, prend la suite et peut là-encore s’appuyer sur une escouade jeune, mais terriblement dense.

Embed from Getty Images

Les seuls vrais repères se trouvent au sein du backfield défensif. Le senior SS J.R. Reed (66 plaquages) aurait pu s’inscrire à la draft l’année dernière mais a préféré revenir en capitaine, pour enfin mettre la main sur le trophée national. Son entente avec FS Richard LeCounte III (74 plaquages) avait fait des ravages et devrait être reconduite en 2019. Il faudra tout de même garder à l’oeil le sophomore SS Otis Reese, ainsi que le true freshman FS Lewis Cine, appelés à rapidement prendre leur succession. Longtemps nickelback, le senior FS Tyrique McGhee s’est recentré au printemps pour apporter un peu plus de rotation sur les formations à 6 DB.

Au poste de cornerbacks, la relève a pris le pouvoir lors du dernier exercice, avec les sophomores CB Eric Stokes et CB Tyson Campbell (65 plaquages et 10 passes défendues à eux deux) aux commandes. Au vu des absences notables de ce dernier, Smart a mis la main sur CB D.J. Daniel, l’une des stars en provenance de Junior College. Recrue 5 étoiles en 2019, CB Tyrique Stevenson entend lui aussi avoir sa chance. Le passage de McGhee en safety a redistribué les cartes, sur la position de nickelback. Le junior NB Mark Webb et le redshirt freshman NB Divaad Wilson sont les deux noms les plus en verve pour reprendre ce spot.

L’une des clés sur le premier rideau défensif local sera la pénétration et la rotation. Il n’y a pas un seul poste sans concurrence annoncée, à l’aube des Fall Camps. Les seniors DE David MarshallNT Michael Barnett et DT Tyler Clark ont rendu de fiers services sous le maillot géorgien. Mais cela semble ne pas suffire. Après une saison 2018 canon, le junior DE Malik Herring et surtout le sophomore NT Jordan Davis (48 plaquages à eux deux) ont toute l’attention du coaching staff. Dans le même temps, le junior DT Devonte Wyatt a marqué de très précieux points lors du Spring Game. Faites vos jeux, rien ne va plus !

Le poste de linebacker est sans doute le plus important du système défensif de Kirby Smart, de par les nombreuses options tactiques qui sont privilégiées par le technicien. Et comme pour le poste de receveur, en attaque, le groupe n’a pas été très discipliné pendant l’intersaison. Appelé à succéder à D’Andre Walker, en tant que pass rusher en chef du programme, Brenton Cox a été renvoyé fin juillet, perpétrant la « malédiction des numéros 1 » (même numéro porté par Justin Fields, transféré à Ohio State dans des conditions malsaines). Reste donc à identifier le pendant du senior SAM Walter Grant. Le true freshman 5 étoiles LB Nolan Smith est bien sûr le candidat numéro 1, mais il semble avoir une petite longueur de retard sur le redshirt freshman OLB Azeez Ojulari. Le junior OLB Jermaine Johnson ou encore les sophomores OLB Adam Anderson et OLB Robert Beal jouent eux aussi leur va-tout, au vu de l’incertitude sur le poste.

Embed from Getty Images

Plein centre, les choses semblent plus claires, après les départs de Juwaan Taylor et Natrez Patrick. Auteur de 59 plaquages en 2018, le junior WLB Monty Rice est considéré depuis longtemps comme un futur phénomène mais doit montrer plus d’implications et de régularité pour assurer sa place. Il épaulera le senior MLB Tae Crowder (53 plaquages), à moins que … Les sophomores ILB Quay Walker et ILB Channing Tindall ont obtenu pas mal de temps de jeu l’an passé, et cela ne devrait pas changer cette saison. Le danger devrait surtout venir du true freshman ILB Nakobe Dean, au vu de l’étonnant volume de jeu de l’intéressé. Certains n’hésitent pas à le comparer à Roquan Smith. C’est dire…

Équipes spéciales

Encore un secteur où « UGA » n’est pas à plaindre. Car avec « Hot Rod » à sa tête, le jeu au pied des Bulldogs a fière allure. En trois ans de College Football, le senior K Rodrigo Blankenship n’a toujours pas manqué le moindre extra-point (en 154 tentatives) et affiche un ratio de presque 83% sur field goal. Il devrait être l’un des kickers les plus suivis lors de la prochaine draft. Propulsé sur le devant de la scène, l’année dernière, le sophomore P Jake Camarda a affiché de bons chiffres (42,6 yards en moyenne) sur les phases de punt.

La vraie mission pour Georgia sera de remplacer efficacement Mecole Hardman sur les phases de retour. KR/PR Demetris Robertson est arrivé de California dans cette optique et devrait être très souvent sollicité. Auteur d’un touchdown sur le seul retour effectué en 2018, PR Eric Stokes pourrait aussi avoir sa chance de temps à autre.

Calendrier

Par principe, un calendrier qui inclut des confrontations intra-SEC n’a rien de simple. Mais en évitant Alabama et LSU, ses deux bourreaux de l’an passé, lors des duels inter-divisions, Georgia ne s’en est pas trop mal sorti. Tout est relatif, malgré tout, car ce sont les deux autres gros poissons de l’Ouest, Texas A&M et Auburn (en déplacement) qu’ont récupéré les Canidés. Tout cela sans oublier le match retour face à Notre Dame, deux ans après la courte mais précieuse victoire des Bulldogs à South Bend.

Embed from Getty Images

Match clé
Le 2 novembre contre Florida
La défaite à LSU avait coûté cher à Georgia l’année passée. Bien que battu sur le fil par ‘Bama en finale de conférence SEC, les Bulldogs avaient été sortis de la course aux playoffs à cause de cette deuxième défaite fâcheuse. Preuve que pour espérer être l’une des deux forces de la SEC dans le dernier carré, il faudra rester invaincu jusque début décembre. Si le match à Auburn sera un autre gros révélateur, la confrontation annuelle face à Florida, à Jacksonville, a de quoi faire saliver. Les Gators paraissent en effet plus fringants depuis la prise de pouvoir de Dan Mullen et sont revanchards après avoir lourdement perdu les deux dernières éditions de la rivalité. Le vainqueur de cette partie devrait vraisemblablement récompenser le champion de la division Est, et Georgia entend dans un premier temps conserver cette couronne pour la troisième année consécutive.

Conclusion

La digestion d’un deuxième échec cuisant, les retouches au sein du coaching staff, les frasques extra-sportives et les départs forcés de futures vedettes … L’intersaison n’a pas été simple pour Georgia, pour la quatrième année de Kirby Smart en head coach. Grâce à l’anticipation de ce dernier, et les monumentales classes de recrutement qui se sont succédés, les Bulldogs arrivent tout de même plus qu’armés pour rester maîtres de la division SEC Est et mettre enfin la main sur la conférence. Ce n’est qu’après avoir franchi ces différentes étapes que le programme d’Athens pourra espérer renouer avec le titre national qui les fuit depuis 1980. Avec un jeu au sol inarrêtable, des tranchées parfaitement surveillées et une défense à la profondeur infinie, Georgia a facilement de quoi atteindre les dix victoires cette saison. Restera à gérer les deux ou trois gros rendez-vous de l’année pour avoir une idée de l’issue finale.

  • Attaque
  • Défense
  • Équipes spéciales
  • Coaching
  • Potentiel
4.5

Résumé

Points forts :
– Concurrence et rotation à chaque poste
– Niveau de la ligne offensive
– Jeu au sol
– Un des meilleurs kickers du pays

Points faibles :
– Qui comme receveurs ?
– Mental dans les moments clés

Pronostic : 11-1, 7-1 SEC

Trailer

  • Attaque
  • Défense
  • Équipes spéciales
  • Coaching
  • Potentiel
4.5

Résumé

Points forts :
– Concurrence et rotation à chaque poste
– Niveau de la ligne offensive
– Jeu au sol
– Un des meilleurs kickers du pays

Points faibles :
– Qui comme receveurs ?
– Mental dans les moments clés

Pronostic : 11-1, 7-1 SEC

Grand fan de football américain. Spécialiste du football français, de la NFL et du College Football. Rédacteur à The Blue Pennant depuis 2015 et à touchdownactu.com. Animateur sur Radiossa, la radio du football américain.

Publicité
Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Preview

L’affiche de la semaine : Florida vs Miami

Les Gators de #8 Florida et les Hurricanes de Miami donnent officiellement le coup d’envoi de la saison 2019.

Publié

le

Crédit photo : Steve Mitchell-USA TODAY Sports

#8 Florida (0-0) vs Miami (0-0)

Orlando, Floride
Campus World Stadium
Samedi 24 aout 2019
19h00 (heure Est, 01h00 en France)

Les Gators de #8 Florida et les Hurricanes de Miami donnent officiellement le coup d’envoi de la saison 2019 dans ce choc 100% Floridien organisé à… Orlando, en Floride.

Les enjeux du match

Florida a terminé la saison 2018 sur une belle note en terrassant Michigan, 41-15, lors du Peach Bowl concluant ainsi une superbe 1ère saison de coach Dan Mullen à la tête des Gators. Du coup, le programme de Gainesville se met à croire en ses chances de lutter, avec Georgia, pour le titre de champion de division SEC East. Un (large) succès dans ce match d’ouverture réaffirmerait les ambitions d’une équipe qui n’aura qu’un seul joker pour prétendre jouer les playoffs.

De son côté, Miami a tourné la page Mark Richt. Ce dernier a démissionné de son poste de head coach, en décembre 2018, laissant sa place à l’ancien coordinateur défensif de l’équipe, Manny Diaz (qui venait pourtant d’accepter le rôle de head coach à Temple). Pressé par le temps, le nouvel head coach des Canes a misé sur le portail des transferts pour renforcer une équipe pourra compter sur l’un des meilleurs front seven du pays. Homme de conviction, il a fait confiance en son coordinateur offensif Dan Enos et n’a pas hésité à écarter le prospect 5-étoiles QB Tate Martell, pourtant arrivé d’Ohio State comme le Messie. Dans une division ACC Coastal ultra-ouverte, les Hurricanes ont une occasion en or de frapper un grand coup et de marquer les esprits avec une victoire dans ce Rivalry Game.

Crédit photo : Maven Sports

Les duels clés

Le redshirt freshman QB Jarren Williams fera ses grands débuts à la tête de l’attaque de Miami après avoir remporté la bataille des quarterbacks au détriment de QB Tate Martell et QB N’Kosi Perry. Il n’a été titularisé qu’à une seule reprise depuis son arrivée sur le campus de Coral Gables (Miami). C’est donc sans véritable expérience qu’il va débuter la saison 2019… protégé par une ligne offensive des Hurricanes sur laquelle vont débuter deux freshmen. Pas idéal quand on sait que les Gators ont réussi 38 sacks en 2018. Comment la ligne offensive de Miami sera capable de protéger le backfield offensif face aux DE Jabari Zuniga, DT Kyree Campbell et DE Jonathan Greenland sera assurément l’une des clés de ce match.

Si c’est le cas, tout est permis pour les Hurricanes. Florida a parfois souffert à défendre contre la course l’an passé. Certes, le senior LB David Reese est de retour mais si RB DeeJay Dallas et RB Lorenzo Lingard parviennent à trouver le rythme rapidement, Miami aura une chance.

Florida a également des incertitudes sur la ligne offensive. Quatre titulaires sont partis et c’est une escouade très jeune qui va débuter la saison. Là encore, ce sera un élément-clé de ce match. Car, si cette ligne tient le choc face aux assauts répétés de DE Jonathan Garvin et DE Scott Patchan, les Gators seront difficilement contrôlables.

Enfin, au niveau individuel, on gardera un oeil attentif sur le duel direct entre WR Jeff Thomas (Miami) et CB CJ Henderson (Florida). Ce dernier est déjà considéré comme le prospect NFL #1 au poste de cornerback pour la draft 2020. Il a une superbe opportunité de confirmer cette réputation face à l’un des receveurs les plus doués de la conférence ACC. « JT4 » a la capacité de se créer des espaces grâce à des tracées parfaitement exécutés pouvant amener à des big plays salvateurs pour les Hurricanes.

Crédit photo : Getty Images

Le Facteur X

Feleipe Franks. Le quarterback des Gators est l’un des quarterbacks qui a le plus progressé en 2018. Après des débuts difficiles, il a paru de plus en plus à l’aise au sein de l’attaque dirigée par Dan Mullen. Capable de gagner des yards au sol, il est surtout monté en puissance dans le jeu aérien en fin d’année dernière. S’il parvient à trouver WR Van Jefferson, WR Trevon Grimes et WR Josh Hammond dès le début de match, la soirée pourrait être longue pour un backfield défensif de Miami en reconstruction.

Historique

Miami mène la série 29-16. Ces deux équipes ne se sont pas affrontées depuis 2013 et ont été opposées qu’à deux reprises depuis 2005. Gators et Hurricanes ont récemment annoncé l’organisation d’une série de deux matchs aller-retour sur campus prévus en 2024 et 2025.

Faits amusants

Dan Mullen et Manny Diaz faisaient tous les deux partie du coaching de Mississippi State en 2010. Dan Mullen était alors le head coach des Bulldogs dont le coordinateur défensif était Manny Diaz. Cette saison-là, MSU a terminé la saison au 15ème rang de l’AP Top 25 avec une fiche de 9-4.

Notre pronostic

Florida 27, Miami 19

Lire la suite

Preview

Preview 2019 : Conférence SEC

Alabama et Georgia se partagent le titre de champion de SEC depuis 5 ans : les destins du Crimson Tide et des Bulldogs sont-ils encore irrémédiablement liés en 2019 ?

Publié

le

Crédit photo : Jason Getz-USA TODAY Sports

Prédictions 2019 dans la conférence SEC

Champion 2019 : Alabama.
Champion de division East : Georgia.
Champion de division West : Alabama.
MVP : QB Tua Tagovailoa, Alabama.
Meilleur joueur offensif : RB Ke’Shawn Vaughn, Vanderbilt.
Meilleur joueur défensif : DE Nick Coe, Auburn.
Freshman de l’année : RB John Emery, LSU.
Prospects NFL à suivre : QB Tua Tagovailoa (Alabama), WR Jerry Jeudy (Alabama), OT Andrew Thomas (Georgia), DT Derrick Brown (Auburn), DE Raewkwon Davis (Alabama), LB Jacob Phillips (LSU), LB Dylan Moses (Alabama), K’Lavon Chaisson (LSU), S Grant Delpit (LSU), CB C.J. Henderson (Florida).

Du 10 août au 22 août 2019, The Blue Pennant vous a présenté les principaux programmes de la conférence SEC :
Alabama Crimson Tide
Arkansas Razorbacks
Auburn Tigers
Florida Gators
Georgia Bulldogs
LSU Tigers
Missouri Tigers
– South Carolina Gamecocks (à venir)
Texas A&M Aggies
Tennessee Volunteers

Tour d’horizon dans la conférence SEC

Une finale jouée d’avance ?

C’est presque un vrai paradoxe. Considérée comme la conférence la plus huppée et la plus dense en talent du Power 5, la SEC semble aussi se distinguer par son côté disparate. Car qui pourrait disputer la suprématie annoncée d’Alabama et de Georgia dans leur division respective ?

Embed from Getty Images

Oui, Florida a une chance, avec en plus une confrontation face aux Bulldogs, sur terrain neutre à Jacksonville. Oui, LSU et Texas A&M ont des arguments pour surprendre, au vu de leur défense et du développement continu de leur quarterback. Oui, Auburn a déjà réussi à mâter ‘Bama lors de l’Iron Bowl, comme en 2017. Mais sur le papier, l’escouade du Tide et des Dawgs est tellement riche que même en gagnant une bataille, les opposants ne sont pas sûrs de gagner la guerre de la saison régulière, et son allure de marathon.

L’Ouest vraiment plus forte ?

L’autre question qui se pose concerne l’écart de niveau entre les deux divisions. Et dans le sillage de ‘Bama, l’Ouest a l’air plus fringant et en capacité de qualifier au moins quatre équipes pour un bowl du Nouvel An. Mais cette impression est-elle fondée ?

On est en droit de se le demander, au vu des bilans de 2018. Non content d’aligner plus de programmes à au moins six victoires (six contre cinq pour les voisins), l’Est a aussi remporté le duel des « cross-divisionals », avec neuf manches en sa faveur, contre six pour l’Ouest. Certes, la domination annoncée de Florida et Georgia pourraient coûter quelques plumes aux seconds couteaux de la division, mais des programmes rodés comme Missouri ou South Carolina ont des arguments pour être de belles surprises (les Tigers seront malgré tout privés de bowl pour raisons académiques, ndlr).

Mot d’ordre : stabilité

Compétitive, la SEC n’est pas forcément impatiente. Pour preuve, l’absence de changement de head coach pendant l’intersaison. Il s’agit de la seule conférence du Power 5 à ne pas avoir virer de technicien principal.

Les modifications sont plus notables en termes de coordinateur : 11 nouvelles têtes sur 28 possibles, dont l’intégralité du casting changé à Alabama, Georgia, Ole Miss et Tennessee. Six équipes ont changé de play-callers offensifs, ce qui pourrait redistribuer quelques cartes, au-delà des six nouveaux quarterbacks aux commandes (Kelly Bryant, Riley Neal, Joey Gatewood ou Bo Nix, Keytaon Thompson, Ben Hicks, Matt Corral).

Embed from Getty Images

Match de l’année

30 novembre, Auburn vs. Alabama
C’est l’une des affiches incontournables de la conférence SEC et de la division Ouest. C’est aussi et surtout l’une des rares étapes piégeuses pour Alabama ces dernières années.

En 2013, l’historique Kick-Six de Chris Davis avait privé le Tide d’une finale BCS tout en permettant à Auburn d’aller défier (en vain) Florida State pour le titre. En 2017, les Tigers avaient éjecté le voisin d’une finale de conférence en dominant dans les tranchées et en allant se frotter (en vain) à Georgia pour le titre de la SEC. Les joueurs de Nick Saban savent donc que l’Iron Bowl n’est jamais à prendre à la légère, encore moins en dernière semaine de saison régulière, au Jordan Hare Stadium.

Certains matchups en font déjà saliver plus d’un, comme le duel entre la O-Line de Bama et le front-4 d’Auburn, ainsi que le jeu au sol des Tigers face au solide run stop made in Tuscaloosa.

Nos prédictions

Division East

1. Georgia Bulldogs

En 2018 : 11-3, 7-1 SEC. Champion de conférence.
Prédiction : 11-1, 7-1 SEC.
Match décisif : vs. Florida, le 2 novembre
Joueurs-clés partis : RB Elijah Holyfield, WR Riley Ridley, WR Mecole Hardman, TE Isaac Nauta, C Lamont Gaillard, LB D’Andre Walker, CB DeAndre Baker.
Joueurs à suivre : QB Jake Fromm, RB D’Andre Swift, WR Demetris Robertson, OT Andrew Thomas, G Solomon Kindley, NT Jordan Davis, LB Monty Rice, S Richard LeCounte III, S J.R. Reed, CB Eric Stokes, K Rodrigo Blankenship.
Future star : LB Nakobe Dean.

Nouvelle place forte de la division SEC Est, depuis 2017, Georgia entend bien le rester avec un groupe aussi jeune que talentueux. Bien sûr, le programme d’Athens devra gérer les changements de coordinateurs, avec les départs de Jim Chaney et Mel Tucker, mais la concurrence sera telle qu’elle devrait donner une bonne dynamique. En attaque, le quarterback Jake Fromm et son coureur D’Andre Swift seront les fers de lance, protégés par l’une des toutes meilleures lignes offensives du pays, dont le tackle Andrew Thomas, annoncé comme un futur top 10 de la draft. Des interrogations demeurent sur le poste de receveur, après le renvoi de Jeremiah Holloman, mais des projets (Pickens, Blaylock) ont de l’envergure pour le faire oublier. Défensivement, à l’exception du safety J.R. Reed, quasiment personne n’est sûr d’être titulaire. Beaucoup de jeunes sont déjà prêts à prendre le pouvoir (Davis, Stokes, Campbell) et d’autres ne devraient pas tarder à le prendre (Nakobe Dean, Nolan Smith). Même avec la progression de Florida, ne pas atteindre la finale de conférence serait un véritable échec pour les hommes de Kirby Smart.

2. Florida Gators

En 2018 : 10-3, 5-3 SEC.
Prédiction : 10-2, 6-2 SEC.
Match décisif : vs. Georgia, le 2 novembre
Joueurs-clés partis : RB Jordan Scarlett, OT Jawaan Taylor, DL CeCe Jefferson, LB Vosean Joseph, LB Jachai Polite, DB Chauncey Gardner-Johnson.
Joueurs à suivre : QB Feleipe Franks, RB Lamical Perine, WR Van Jefferson, DE Jabari Zuniga, DL Kyree Campbell, LB David Reese, CB C.J. Henderson, CB Marco Wilson, S Brad Stewart.
Future star : OT Richard Gouraige.

L’ère Dan Mullen a plutôt bien démarré en 2018. Sur le fond, Florida n’a bien sûr pas renoué avec la finale de conférence, atteinte deux fois sous la coupe de Jim McElwain. Mais sur la forme, le programme de Gainesville semble avoir retrouvé une certaine cohérence. Défensivement, les ouailles de Todd Grantham font toujours peur, à l’image du backfield défensif complet et du probable futur premier tour de draft C.J. Henderson. Mais l’attaque est aussi en net progrès, comme l’a démontré le quarterback Feleipe Franks, auteur d’une fin de saison dernière canon. Le principal challenge concernera tout de même le secteur offensif, avec 4 linemen sur 5 en fin d’éligibilité et il sera urgent de vite les remplacer. Comme lors de leur dernière campagne, les Gators peuvent atteindre le plateau des dix victoires, et pourront clairement juger de leur niveau lors du Classic de Jacksonville, face à Georgia, début novembre. La dernière confrontation avait vu les Bulldogs s’imposer avec 19 points d’avance.

3. Missouri Tigers

En 2018 : 8-5, 4-4 SEC.
Prédiction : 8-4, 4-4 SEC.
Match décisif : vs. South Carolina, le 21 septembre
Joueurs-clés partis : QB Drew Lock, RB Damarea Crockett, WR Emmanuel Hall, TE Kendall Blanton, DT Terry Beckner, LB Terez Hall
Joueurs à suivre : QB Kelly Bryant, RB Larry Roundtree, WR Jalen Knox, WR Johnathon Johnson, TE Albert Okwuegbunam, G Tre’Vour Wallace-Simms, DT Jordan Elliott, LB Cale Garrett, CB DeMarkus Acy.
Future star : LB Nick Bolton.

Missouri a soufflé le chaud et le froid pendant l’intersaison. Forts de transferts glamours, à l’image de Kelly Bryant et Jonathan Nance, les Tigers ont été douchés par un scandale académique au sein du programme sportif et se retrouvent (sous réserve d’appel) suspendus de bowl. Motivé ou pas, le programme de Columbia ne sera pas à prendre à la légère, avec un jeu au sol hyper rodé, emmené par Larry Roundtree, et un run stop effrayant, symbolisé par les deux tauliers Jordan Elliott et Cale Garrett. Comme lors de leur succès à Florida, l’année dernière, Missouri a plus que jamais les armes pour arracher des victoires surprises dans des confrontations intra-SEC et devrait clairement se battre pour le podium, quelque soit leur challenge de fin de saison.

4. Kentucky Wildcats

En 2018 : 10-3, 5-3 SEC.
Prédiction : 7-5, 3-5 SEC.
Match décisif : vs. Missouri, le 26 octobre
Joueurs-clés partis : RB Benny Snell, TE C.J. Conrad, OT George Asafo-Adjei, LB Josh Allen, S Mike Edwards, CB Derrick Baity, CB Lonnie Johnson.
Joueurs à suivre : QB Terry Wilson, RB Asim Rose, WR Lynn Bowden, OT Landon Young, G Logan Stenberg, DL Quinton Bohanna, LB Kash Daniel, LB Boogie Watson.
Future star : CB Brandin Echols.

Place au renouvellement de cycle ! Après avoir fait grandir pas mal de prospects, en défense, pour permettre à Kentucky d’obtenir une saison à dix victoires, Mark Stoops a vu beaucoup de ses défenseurs quitter Lexington pour rallier la NFL. Le backfield défensif a été le plus touché avec que des titulaires en partance, une donnée d’importance quand on voit que le jeu à la passe se développe dans la SEC. Mais ne vous y trompez pas : les Wildcats ont les armes pour répliquer. L’attaque, emmenée par Terry Wilson, a été l’une des plus imprévisibles, et la polyvalence du coureur Asim Rose, jumelé à l’explosivité du receveur Lynn Bowden, permettront de continuer dans cette voie. On notera également le retour de blessure du tackle Landon Young pour épauler efficacement d’autres cadors du poste, comme le guard Logan Stenberg ou le centre Drake Jackson. En défense, la transition s’annonce donc inéluctable, avec un temps d’adaptation plus conséquent pour le pass rush. Côté run stop, des leaders sont toujours là, à l’image du lineman défensif Quinton Bohanna ou du linebacker Kash Daniel. Dur d’imaginer Kentucky de nouveau à dix victoires mais les réceptions de Florida ou de Missouri s’annoncent épiques…

5. South Carolina Gamecocks

En 2018 : 7-6, 4-4 SEC.
Prédiction : 6-6, 3-5 SEC.
Match décisif : @ Missouri, le 21 septembre
Joueurs-clés partis : WR Deebo Samuel, OT Dennis Daley, LB Bryson Allen-Williams, CB Rashad Fenton, S Steven Montac.
Joueurs à suivre : QB Jake Bentley, RB Rico Dowdle, WR Bryan Edwards, DE D.J. Wonnum, DT Javon Kinlaw, LB T.J. Brunson, LB Sherrod Greene, CB Jaycee Horn, S R.J. Roderick.
Future star : WR Josh Vann.

Un temps considéré comme le principal rival de Georgia, dans la division Est, South Carolina a vite déchanté en 2018. Une volée concédée face aux Bulldogs, à Columbia, en ouverture de la saison et une campagne que les Gamecocks ont globalement traversé en fantôme. Si la défense a payé un trop grand nombre de blessés, et l’inexpérience de l’escouade, l’attaque a elle peiné à trouver du rythme, sous la coupe du nouveau coordinateur Bryce McClendon. Ce dernier se sait attendu, avec des stars similaires à la saison passée (Bentley comme quarterback, Dowdle comme running back, Edwards en receveur numéro 1). Le très jeune backfield défensif (Jaycee Horn, Israel Mukuamu, R.J. Roderick) devra confirmer ses bonnes dispositions de 2018 et pourra compter sur une ligne défensive riche en talent et en rotation. Pas sûr que South Carolina lutte pour les premiers rangs, mais faire mieux que les sept victoires de l’an passé n’aurait rien d’un exploit, au vu du groupe actuel.

6. Tennessee Volunteers

En 2018 : 5-7, 2-6 SEC.
Prédiction : 6-6, 2-6 SEC.
Match décisif : vs. South Carolina, le 26 octobre
Joueurs-clés partis : OT Drew Richmond, DE Kyle Phillips, NT Shy Tuttle, S Micah Abernathy.
Joueurs à suivre : QB Jarrett Guarantano, WR Jauan Jennings, WR Marquez Callaway, OL Trey Smith, LB Darrell Taylor, LB Daniel Bituli, LB Darrin Kirkland, CB Bryce Thompson, S Nigel Warrior.
Future star : OT Wanya Morris.

C’est l’année 2 de l’ère Jeremy Pruitt. Avec de belles promesses en perspective. Pour sa prise de fonction, à Knoxville, l’ancien coordinateur défensif d’Alabama a développé le secteur qu’il connait le mieux, en facilitant l’éclosion de joueurs comme les cornerbacks Bryce Thompson ou Alontae Taylor. Pas de quoi faire de Tennessee un monstre défensif, mais l’alliage des différentes pièces du puzzle pourrait être bénéfique pour 2019. Le gros problème des Volunteers aura surtout été l’attaque, car malgré un Jarrett Garantuano relativement propre au poste de quarterback, l’offense a été incapable de trouver un rythme suffisant, à la passe comme au sol. Le coordinateur Tyson Helton nommé head coach à Western Kentucky (?!), c’est Jim Chaney, ancien de Georgia qui tentera d’apporter plus de cohérence à une équipe revancharde, après avoir vécu les pires années de son histoire. Les forces majeures des Vols devraient se trouver sur la ligne offensive, avec les deux recrues phares Wanya Morris et Darnell Wright pour assister le déjà taulier Trey Smith, ou encore sur le deuxième rideau défensif, avec le pass rusher Darnell Taylor ou le quatuor de plaqueurs Bituli-Ignont-Kirkland-Peterson. Soyons clairs : ce ne sera qu’avec une attaque digne de ce nom, surtout à la course, que Tennessee pourra prétendre disputer la troisième place de la division, derrière les ogres Georgia et Florida.

7. Vanderbilt Commodores

En 2018 : 6-7, 3-5 SEC.
Prédiction : 5-7, 2-6 SEC.
Match décisif : vs. Missouri, le 19 octobre
Joueurs-clés partis : QB Kyle Shurmur, OT Justin Skule, LB Jordan Griffin, CB Joejuan Williams.
Joueurs à suivre : QB Riley Neal, RB Ke’Shawn Vaughn, WR Kalija Lipscomb, TE Jared Pinkney, DL Dayo Odeyingbo, LB Dimitri Moore.
Future star : CB Tre’ Douglas.

Depuis l’arrivée de Derek Mason comme head coach, Vanderbilt est devenu une force défensive du pays et de la conférence SEC. Mais depuis quelques mois, cette donnée tend à changer. Moins fringant défensivement, le programme de Nashville sort peu à peu des playmakers offensifs, comme le coureur Ke’Shawn Vaughn, auteur de 1 244 yards et 12 touchdowns l’année passée, mais aussi le receveur Kalija Lipscomb et le tight end Jared Pinkney. Si le transfert de Ball State, Riley Neal, arrive à concerner tout ce beau monde depuis son poste de quarterback, Vandy pourrait être un sérieux trouble-fête de la conférence. Restera aussi à négocier le sérieux turnover qui s’amorce en défense, avec un renouvellement de moitié côté titulaires, mais Mason a de beaux atouts dans sa manche, notamment sur le front seven. Il ne serait pas étonnant de revoir les Commodores participer à un bowl cette année.

Division West

1. Alabama Crimson Tide

En 2018 : 14-1, 8-0 SEC. Champion de conférence.
Prédiction : 12-0, 8-0 SEC.
Match décisif : @ Auburn, le 30 novembre
Joueurs-clés partis : QB Jalen Hurts, RB Damien Harris, RB Josh Jacobs, TE Irv Smith, OT Jonah Williams, C Ross Pierschbacher, DL Quinnen Williams, DL Isaiah Buggs, LB Mack Wilson, S Deionte Thompson.
Joueurs à suivre : QB Tua Tagovailoa, RB Najee Harris, WR Jerry Jeudy, WR Henry Ruggs, WR DeVonta Smith, WR Jaylen Waddle, OT Alex Leatherwood, OT Jedrick Wills, DL LaBryan Ray, DL Raekwon Davis, LB Anfernee Jennings, LB Terrell Lewis, LB Dylan Moses, S Xavier McKinney.
Future star : RB Trey Sanders.

Est-il encore utile de présenter Alabama ? Seul programme à avoir toujours participé aux playoffs, avec deux titres nationaux à la clé, le Crimson Tide s’avance encore l’un des trois gros favoris de cette nouvelle campagne, au prix d’un recrutement d’envergure, surtout sur la ligne offensive. Tua Tagovailoa est encore aux commandes de l’attaque et revient revanchard, après une saison canon gâchée par les erreurs et les blessures dans la dernière ligne droite. Il pourra toujours compter sur une excellente O-Line, donc, un backfield offensif encore fourni, malgré les départs de Josh Jacobs et Damien Harris, et un groupe de receveur quasi inchangé, avec le détonnant quatuor Jeudy-Ruggs-Smith-Waddle. En défense, le nouveau coordinateur Charles Kelly comptera sur une infirmerie moins remplie, avec le retour par exemple du cornerback Trevon Diggs au sein du secondary. Depuis 2008, l’équipe de Tuscaloosa n’a jamais fait moins bien que dix victoires. Une série qui a de fortes chances de se poursuivre en 2019. Avec encore les playoffs à la clé.

2. LSU Tigers

En 2018 : 10-3, 5-3 SEC.
Prédiction : 11-1, 7-1 SEC.
Match décisif : vs. Texas A&M, le 30 novembre
Joueurs-clés partis : RB Nick Brossette, TE Foster Moreau, G Garrett Brumfield, NT Ed Alexander, LB Devin White, CB Greedy Williams, S John Battle.
Joueurs à suivre : QB Joe Burrow, WR Justin Jefferson, WR Ja’Marr Chase, C Lloyd Cushenberry, DL Rashard Lawrence, LB K’Lavon Chaisson, LB Michael Divinity, CB Kristian Fulton, CB Derek Stingley, S Grant Delpit.
Future star : RB John Emery.

Attendu comme le principal concurrent de ‘Bama dans la division Ouest, l’an passé, avant un lourd revers à Bâton Rouge, LSU s’avance encore comme une force de la conférence à ne surtout pas sous-estimer. La défense de Dave Aranda a des talents à tous les étages et la colonne vertébrale Rashard Lawrence-Jacob Phillips-K’Lavon Chaisson-Grant Delpit devrait donner pas mal de maux de têtes. En attaque, Joe Burrow a globalement limité les erreurs mais devra franchir un nouveau pallier pour alimenter une escouade de receveurs de qualité, avec Justin Jefferson en vedette et le duo Ja’Marr Chase-Terrace Marshall en nouveaux tauliers. Ultra décisive l’année dernière, la ligne offensive sera une des clés pour ouvrir des brèches à la nouvelle pépite du backfield John Emery. Parlant de future star, tout le monde attend de découvrir le potentiel de la recrue 5 étoiles Derek Stingley au poste de cornerback. Bref, l’effectif de Louisiana State est complet et peut largement prétendre à un bowl majeur en 2019.

3. Texas A&M Aggies

En 2018 : 9-4, 5-3 SEC.
Prédiction : 8-4, 5-3 SEC.
Match décisif : vs. Auburn, le 21 septembre
Joueurs-clés partis : RB Trayveon Williams, TE Jace Sternberger, C Erik McCoy, DE Landis Durham, DL Kingsley Keke, LB Tyrel Dodson, LB Otaro Alaka, S Donovan Wilson.
Joueurs à suivre : QB Kellen Mond, WR Jhamon Ausbon, WR Kendrick Rogers, WR Quartney Davis, DT Justin Madubuike, CB Charles Oliver, S Derrick Tucker, S Leon O’Neal.
Future star : OT Kenyon Green.

Pour sa première année à la tête des Aggies, Jimbo Fisher a rendu une belle copie. Sa principale prouesse aura été de développer efficacement Kellen Mond au poste de quarterback. Le junior a de quoi continuer dans la bonne direction avec Kendrick Rogers, Jhamon Ausbon ou encore Quartney Davis comme cibles principales. L’intrigue offensive sera de trouver un successeur à Trayveon Williams, mangeur de ballon sur le jeu au sol l’année passée. Défensivement, le challenge est de taille, avec le défensive tackle Justin Madubuike comme seul revenant sur le premier rideau. Mais de bonnes classes de recrutement pourraient limiter la période de transition, avec l’éclosion attendue du defensive end Bobby Brown ou du safety Leon O’Neal.

4. Auburn Tigers

En 2018 : 8-5, 3-5 SEC.
Prédiction : 7-5, 4-4 SEC.
Match décisif : vs. Alabama, le 30 novembre
Joueurs-clés partis : QB Jarrett Stidham, WR Darius Slayton, DT Dontavious Russell, LB Deshaun Davis, CB Jamel Dean.
Joueurs à suivre : RB JaTarvious Whitlow, WR Eli Stove, WR Anthony Schwartz, OT Prince Tega Wanogho, DE Nick Coe, DE Marlon Davidson, DT Derrick Brown, CB Noah Igbinoghene, S Jeremiah Dinson, S Daniel Thomas.
Future star : DE Owen Pappoe.

Le chaud et le froid. Capable de faire tomber Bama, lors de l’Iron Bowl, pour une qualification inespérée à la finale de conférence de 2017, Auburn est sérieusement rentré dans les rangs l’an dernier, avec un Jarrett Stidham irrégulier au poste de quarterback. L’objectif principal de coach Gus Malzahn sera de lui trouver un suppléant pour cette nouvelle campagne, avec le redshirt freshman Joey Gatewood ou le true freshman Bo Nix pour se tirer la bourre. L’heureux élu aura encore un jeu au sol de qualité, avec le développement du coureur JaTarvious Whitlow, et un très grand nombre de cibles mobiles et explosives, avec Eli Stove, Seth Williams ou Anthony Schwartz. Là où les Tigers devraient marquer des points, c’est en défense. Le front-four est sûrement l’un des tous meilleurs au pays, avec Nick Coe, Marlon Davidson et Derrick Brown, annoncé comme un futur top 5 de la draft 2020. Ce groupe se devra d’être compétitif pour sauver un Malzahn sur la sellette et pour qui un bilan d’au moins neuf victoires, avec la manière, s’annonce essentiel.

5. Arkansas Razorbacks

En 2018 : 2-10, 0-8 SEC.
Prédiction : 6-6, 2-6 SEC.
Match décisif : vs. Texas A&M, le 28 septembre
Joueurs-clés partis : WR Jared Cornelius, G Hjalte Froholdt, OT Brian Wallace, LB Dre Greenlaw, S Santos Ramirez.
Joueurs à suivre : QB Ben Hicks, RB Rakeem Boyd, TE Cheyenne O’Grady, OT Colton Jackson, DL McTelvin Agim, LB Bumper Pool, LB De’Jon Harris, S Kamren Curl.
Future star : WR Trey Knox.

Oublier 2018 ! Telle est la mission de coach Chad Morris et des Razorbacks d’Arkansas. Pour sa première année à Fayetteville, le technicien a vécu une année calamiteuse, symbolisée par les erreurs répétées sur équipes spéciales. Pour se relancer, il lui fallait donc des hommes de confiance : en l’occurence, Ben Hicks, son ancien quarterback de SMU. L’escouade offensive est jeune, mais avec Traylon Burks et Trey Knox en receveurs, aux côtés du tight end vétéran Cheyenne O’Grady, elle pourrait rapidement décoller. On suivra aussi l’ancienne star de « Last Chance U », Rakeem Boyd, après une saison aboutie du running back (734 yards, 2 TD). Défensivement, le coordinateur réputé John Chavis aura aussi son mot à dire, avec un groupe performant, notamment sur le jeu au sol. On ne présente pas forcément le lineman polyvalent McTelvin Agim, mais les linebackers De’Jon Harris et Bumper Pool joueront sans doute un grand rôle dans la rédemption des Razorbacks. Obtenir six victoires sera une première étape qui reste dans les cordes du programme, au vu des forces en présence.

6. Mississippi State Bulldogs

En 2018 : 8-5, 4-4 SEC.
Prédiction : 6-6, 2-6 SEC.
Match décisif : vs. Ole Miss, le 28 novembre
Joueurs-clés partis : QB Nick Fitzgerald, RB Aeris Williams, C Elgton Jenkins, DE Montez Sweat, DE Gerri Green, DT Jeffery Simmons, CB Jamal Peters, S Mark McLaurin, S Johnathan Abram.
Joueurs à suivre : QB Keytaon Thompson, RB Kylin Hill, G Darryl Williams, LB Erroll Thompson, LB Willie Gay, CB Cameron Dantzler, S Jacquarius Landrews.
Future star : S Marcus Murphy.

L’histoire nous a appris à ne jamais prendre Mississippi State à la légère. Mais pour sa deuxième année comme head coach des Bulldogs, Joe Moorehead fait face à une sérieuse vague de départs. Le carnage touche notamment la défense, avec les passages de Montez Sweat, Gerri Green, Jeffery Simmons, Johnathan Abram, Jamal Peters ou Mark McLaurin chez les pros. Pour ne rien arranger, le programme de Starkville a perdu deux leaders en attaque, avec le quarterback Nick Fitzgerald et le centre Elgton Jenkins. Comme toute formation de la SEC, les anciennes grosses recrues sont prêtes à prendre la suite, mais il ne sera pas évident d’installer un jeu aérien efficace en attaque ou d’avoir un pass rush performant d’emblée en défense. Une qualification en bowl ne serait déjà pas si mal en soi, à moins que MSU nous révèle de belles surprises comme de coutume, dans le sillage du running back Kylin Hill.

7. Ole Miss Rebels

En 2018 : 5-7, 1-7 SEC.
Prédiction : 5-7, 1-7 SEC.
Match décisif : @ Mississippi State, le 28 novembre
Joueurs-clés partis : QB Jordan Ta’amu, WR D.K. Metcalf, WR A.J. Brown, WR DeMarkus Lodge, TE Dawson Knox, OT Greg Little, G Javon Patterson, CB Ken Webster, S Zedrick Woods.
Joueurs à suivre : QB Matt Corral, RB Scottie Phillips, OT Alex Givens, DT Josiah Coatney, DT Benito Jones, LB Mohamed Sanogo, S Myles Hartsfield.
Future star : WR Elijah Moore.

L’heure du (vrai) nouveau départ. Au lendemain des sanctions de la NCAA, suite aux pot-de-vins versés aux recrues sous l’ère Hugh Freeze, Ole Miss a pu tenir le coup, en convaincant les stars de l’époque de rester. Cette vague peu à peu partie, à l’image du tackle Greg Little et des receveurs A.J. Brown et D.K. Metcalf, coach Matt Luke repart quasiment d’une page blanche, surtout en attaque. Cela ne veut pas dire que le talent n’existe pas, avec d’anciennes grosses recrues, comme le quarterback Matt Corral et le receveur Elijah Moore. Le coaching staff affiche aussi de nouvelles arrivées sexy, avec les nominations de Rich Rodriguez comme coordinateur offensif et de Mike MacIntyre en défense. Cela étant, la jeunesse globale de l’effectif pourrait souffrir dans une conférence comme la SEC et tout autre objectif qu’une éligibilité en bowl parait encore farfelu.

Lire la suite

Preview

Les 10 matchs de conférence à ne pas manquer en 2019

Personne ne voudrait manquer un Auburn-Alabama ou un Michigan-Ohio State. Ces matchs intra-conférence sont l’essence même du College Football et offrent chaque année des scénarios dantesques.

Publié

le

Que ce soient des cupcakes sans intérêt ou des duels au sommet hors-conférence, les matchs du mois de septembre n’ont été que des amuse-bouches avant ce qui définit le coeur d’une saison de College Football : le calendrier de conférence.

Souvent des rivalités régionales et historiques, ces matchs sont des rendez-vous que se donnent chaque année les ténors de chaque conférence. Ils en déterminent généralement les champions.

Voici la liste des 10 matchs de conférence à ne pas manquer au cours de la saison 2019 :

Week 3

Clemson @ Syracuse

14 septembre 2019
Carrier Dome, Syracuse (New York)
Intérêt :
Les Orangemen de Syracuse ont été les plus féroces adversaires des Tigers dans la conférence ACC depuis 2 ans. Le Orange l’avait emporté en 2017, et l’an dernier, les hommes de Dino Babers menaient encore de 5 points dans le 4ème quart-temps… au Memorial Stadium de Clemson ! Syracuse a perdu QB Eric Dungey mais avec QB Tommy DeVito l’attaque new-yorkaise sera encore une menace pour une défense des Tigers en manque d’expérience. QB Trevor Lawrence et RB Travis Etienne seront les clés de cette rencontre une semaine après le choc face à Texas A&M.

Week 5

Ohio State @ Nebraska

28 septembre 2019
Memorial Stadium, Lincoln (Nebraska)
Intérêt :
Ces deux dernières années, les Buckeyes ont été battus en déplacement… face à un adversaire supposément à leur portée (Iowa en 2017 et Purdue en 2018). Ce match à tout d’un traquenard pour les hommes de Ryan Day face à une équipe de Nebraska à la recherche d’une performance de référence en début de saison.

Week 7

Oklahoma vs Texas

12 octobre 2019
Cotton Bowl, Dallas (Texas)
Intérêt :
Les deux équipes se sont rencontrées deux fois l’an dernier remportant chacune un match (Texas lors du Red River Showdown et Oklahoma lors du Big 12 Championship Game). Ce sera donc une Belle entre ces deux rivaux historiques. Ce sera également l’occasion de voir QB Jalen Hurts (Oklahoma) face à QB Sam Ehlinger (Texas), deux potentiels candidats au trophée Heisman.

Florida @ LSU

12 octobre 2019
Tiger Stadium, Baton-Rouge (Louisiane)
Intérêt :
Face à face, deux prétendants à la finale de conférence SEC et deux équipes potentiellement dans le Top 10 national au moment du coup d’envoi. Malheur au vaincu qui sera très probablement écarté de la course aux playoffs. Florida avait gagné lors de sa dernière visite à Baton-Rouge, en 2016.

Alabama @ Texas A&M

12 octobre 2019
Kyle Field, College Station (Texas)
Intérêt :
Choc de Titans entre Nick Saban (Alabama) et son ancien apprenti, Jimbo Fisher (Texas A&M). Les Aggies n’ont jamais battu le Crimson Tide de leur Histoire dans leur Kyle Field. Une occasion en or de mettre un terme à cette malédiction en remportant une victoire qui propulserait Texas A&M dans la course à une finale de conférence SEC.

Week 8

Oregon @ Washington

19 octobre 2019
Husky Stadium, Seattle (Washington)
Intérêt :
Les Ducks avaient triomphé des Huskies l’an dernier en overtime, sur le score de 30-27. Le senior QB Justin Herbert sera de retour en 2019 et son objectif est de conduire Oregon à un titre de conférence. Ce qui implique de finir champion dans une division où évolue Washington. L’équipe de coach Mario Cristobal est probablement l’adversaire le plus redoutable, et le plus redouté, par coach Chris Petersen dans la course pour le trône de Pac-12. Le vainqueur de cette rencontre prendra un avantage potentiellement déterminant pour la première place de la division Pac-12 North.

Week 10

Florida vs Georgia

2 novembre 2019
EverBank Field, Jacksonville (Floride)
Intérêt :
Les Bulldogs ont remporté les deux derniers matchs de cette rivalité régionale et historique par un écart combiné de 54 points… Ranimés par une fin de saison 2018 en fanfare, les Gators revanchards seront gonflés à bloc pour renverser le double-champion de division SEC East en titre. Le vainqueur fera un grand pas vers la finale de conférence SEC.

Week 13

Penn State @ Ohio State

23 novembre 2019
Ohio Stadium, Columbus (Ohio)
Intérêt :
Les Buckeyes nous ont offert deux comebacks d’anthologie lors des deux dernières saisons : une remontée de 12 points l’an passé et de… 15 points en 2017. En 2016, Penn State avait fait chuter Ohio State, alors classé #1 du pays, en remontant un retard de 14 points ! Les jeunes Nittany Lions ne devraient plus être aussi tendres que ça à la fin de ce mois de novembre. #WatchOut Potentiel grand moment de la saison.

Week 14

Ohio State @ Michigan

30 novembre 2019
Michigan Stadium, Orlando (Floride)
Intérêt :
Vous êtes peut-être au courant : Jim Harbaugh n’a jamais battu Ohio State depuis son arrivée à la tête du programme de Michigan. 0-4. Rien à ajouter.

Alabama @ Auburn

30 novembre 2019
Jordan-Hare Stadium, Auburn (Alabama)
Intérêt :
Quelle que soit la forme des deux équipes, on est toujours en mode #UpsetAlert lors de l’Iron Bowl. La preuve ? Les Tigers d’Auburn ont battu le Crimson Tide d’Alabama à deux reprises lors des trois derniers affrontements au Jordan-Hare Stadium.

Lire la suite

Preview

Preview 2019 : LSU Tigers

Malgré un calendrier difficile, LSU veut profiter de l’élan créé au soir du dernier Fiesta Bowl pour s’imposer comme un sérieux prétendant à une participation au College Football Playoff.

Publié

le

Crédit photo : Bill Feig, The Advocate

LSU Tigers

Conférence SEC

Division West

En 2018 : 10-3, 5-3 SEC. Victoire 40-32 contre UCF au Fiesta Bowl.
Head Coach : Ed Orgeron, 4ème année (25-9) – Résultats en carrière: 41-36.
Coordinateur offensif : Steve Ensminger.
Coordinateur défensif : Dave Aranda.
Titulaires de retour : 18, 8 en attaque, 8 en défense, kicker, punter.
Joueurs-clés partis : RB Nick Brossette, TE Foster Moreau, LG Garrett Brumfield, NT Ed Alexander, LB Devin White, CB Greedy Williams, FS John Battle, K Cole Tracy.
Joueurs à suivre : QB Joe Burrow, RB Clyde Edwards-Helaire, RB John Emery, WR Justin Jefferson, RG Damien Lewis, DE Rashard Lawrence, DL Siaki Ika, LB K’Lavon Chaisson, LB Jacobs Phillips, CB Derek Stingley, CB Kristian Fulton, SS Grant Delpit.

Il y a une dizaine d’années, LSU régnait sur le College Football, avec deux titres nationaux remportés en 2003 et 2007 et une finale nationale en 2011. Depuis la mise en place des playoffs en 2014, les Tigers n’y ont pourtant jamais participé. Depuis 2012, ils n’ont été à l’affiche que d’un seul bowl du New Year’s Six, l’an dernier au Fiesta Bowl remporté contre UCF. Enfin, sur les six dernières saisons, LSU n’a pas fait mieux qu’une 3ème place dans sa division. Cette cuvée 2019 pourrait néanmoins être celle du retour en grâce d’un programme sacré trois fois champion national.

Embed from Getty Images

Nommé head coach intérimaire en septembre 2015 suite au renvoi de Les Miles, Ed Orgeron a ravi le cœur des fans avec des upsets réussis face à Miami, Auburn et Georgia et une saison à dix victoires pour trois défaites, dont un succès au Fiesta Bowl contre une équipe de UCF alors invaincue depuis 2016. L’ancien assistant de Pete Carroll à USC était plutôt menacé, avec son modeste pedigree, alors qu’il prenait, à LSU, la succession de deux légendes du College Football, Nick Saban et Les Miles. Originaire de Louisiane et ancien joueur de ligne défensive des Tigers, Orgeron excelle généralement dans le recrutement et n’a pas manqué d’enchaîner les classes de prestige, avec une promotion 2019 dans le top 5 national.

En découle un étalage de talent en défense, capable de rivaliser avec n’importe quel effectif du pays. LSU s’est également assuré les services de Joe Brady, assistant offensif de Sean Payton pendant deux ans avec les New Orleans Saints (NFL), désormais en charge d’entraîner les receveurs et de gérer le jeu de passe pour moderniser une attaque qui s’appuie généralement sur le jeu au sol et qui a donc montré ses limites l’an dernier derrière une ligne offensive en difficulté. De quoi envisager un avenir meilleur qu’une 3ème place de division en 2019 ?

Attaque

Le jeu de course en force, marque de fabrique des Tigers ces dernières années, pourrait vite devenir de l’histoire ancienne avec l’arrivée de Joe Brady comme coach du passing game. L’ancien assistant des New Orleans Saints a déjà commencé à mettre en place son attaque de type run/pass option (RPO) qui devrait s’avérer bien plus explosive, mais pas au point de lancer dans tous les sens : LSU s’appuiera certainement sur son jeu au sol pour contrôler le chrono et il ne faut pas s’attendre non plus à des scores faramineux.

Le senior QB Joe Burrow (2 894 yds, 16 TD, 5 INT, 7 TD au sol) est en tout cas prêt à s’adapter à une nouvelle attaque qui lui convient parfaitement. L’ancien transfuge d’Ohio State, titulaire en 2018 avec les Tigers et donc plus expérimenté, devrait briller et enregistrer des chiffres encore meilleurs que l’an passé au sein d’un schéma offensif qu’il maîtrise depuis son plus jeune âge. Capable de porter le ballon, il a le potentiel pour s’imposer comme le vrai patron de cette attaque.

Embed from Getty Images

Il pourra compter sur une ligne offensive solide, pas forcément très sûre l’année dernière avec 36 sacks encaissés mais qui retrouve quatre de ses cinq titulaires et un groupe blindé. C Lloyd Cushenberry et RG Damien Lewis ont disputé les treize rencontres de la dernière campagne et ces deux-là ont le talent pour évoluer en NFL. LT Saahdiq Charles et RT Austin Deculus ont été alignés au minimum à dix reprises en 2018 et amèneront également leur expérience, même si les deux joueurs seront bousculés pour les rôles de titulaire par LT Badara Traore, arrivé de Junior College l’an dernier et le freshman RT Anthony Bradford. Le poste de left guard reste encore à attribuer avec OG Chasen Hines, le remplaçant le plus expérimenté de la saison passée, et OG Kardell Thomas en concurrence.

LSU devrait désormais régulièrement aligner trois ou quatre receveurs en attaque. Sans aucun problème étant donné la profondeur et la qualité du groupe : les six meilleurs receveurs de l’an passé sont de retour, avec WR Justin Jefferson (54 réceptions, 875 yards, 6 TD) prêt à émerger en véritable numéro un après avoir démontré sa complicité avec Joe Burrow l’an dernier. WR Stephen Sullivan (23 réceptions, 363 yards, 2 TD), WR Ja’Marr Chase (23 réceptions, 313 yards, 3 TD), WR Terrace Marshall (12 réceptions, 192 yards) et WR Derrick Dillon (22 réceptions, 307 yards, 2 TD) possèdent tous le talent et les compétences pour briller dans le jeu aérien et ils seront attendus au tournant. Les Tigers devront faire sans l’ex-capitaine Foster Moreau au poste de tight end et sa succession est l’une des grosses priorités en attaque, avec l’ancien joueur de Junior College TE T.K. McLendon et le junior TE Jamal Pettigrew en bonne position pour faire oublier l’ancien titulaire du poste malgré leur manque d’expérience.

Le départ du coureur Nick Brossette est beaucoup moins problématique. Malgré ses 1 000 yards et 14 touchdowns en 2018, son acolyte RB Clyde Edwards-Helaire (146 courses, 658 yards, 7 TD) reprendra les rênes après avoir mené de front le jeu au sol l’an dernier. Il sera rejoint par le true freshman RB John Emery, véritable sensation sur le campus de Bâton-Rouge. Le numéro deux du pays à son poste au sein de la classe de recrutement 2019 est déjà attendu comme un futur playmaker dès les premières rencontres de la saison. De quoi assurer un partage des tâches équitable entre jeu aérien et jeu de course.

Embed from Getty Images

Défense

Cette défense de LSU est dangereuse. Elle a perdu les futures stars NFL Devin White et Greedy Williams mais retrouve huit titulaires, dont plusieurs potentiels All-American. À commencer par DE Rashard Lawrence (54 plaquages, 10.5 pour perte, 4 sacks), MVP défensif du Fiesta Bowl, de retour après une opération du genou au printemps. Il rejoindra une ligne défensive cauchemardesque, avec le sophomore NT Tyler Shelvin (9 plaquages, 1.5 sack) prêt à prendre une nouvelle dimension après avoir beaucoup joué l’an dernier, et le vétéran DE Glen Logan (46 plaquages, 4.5 pour perte, 4 sacks). Sans oublier une rotation à toute épreuve avec le true freshman DL Siaki Ika, recrue star, DL Breiden Fehoko (16 plaquages, 3 pour perte, 1.5 sack) et DL Neil Farrell (23 plaquages, 4 pour perte, 1.5 sack), gigantesque et capable d’occuper tous les postes de la ligne.

Le groupe de linebackers ne sera pas en reste avec LB Patrick Queen (40 plaquages, 5 pour perte, 1 sack) prêt à reprendre le poste de Devin White au milieu. L’ancien vainqueur du Butkus Award devrait cependant être remplacé dans le rôle de leader par LB Jacob Phillips (87 plaquages, 5.5 pour perte, 1 sack, 1 INT, 1 TD), le meilleur plaqueur en activité des Tigers. LB Michael Divinity (54 plaquages, 10.5 pour perte, 5 sacks, 1 INT) sera de nouveau aligné à l’extérieur, avec les juniors LB Andre Anthony (14 plaquages) et LB Ray Thornton (21 plaquages, 1 sack) dans la rotation. C’est surtout la santé de LB K’Lavon Chaisson (27 plaquages, 2 sacks en 2017) qui déterminera le niveau de cette escouade : blessé pour la saison lors du premier match en 2019, il est désormais considéré comme sujet aux blessures. S’il parvient à garder la forme, les Tigers profiteront d’un pass rusher extrêmement talentueux et capable de tirer vers le haut une défense déjà féroce.

L’enthousiasme ne s’arrête pas là, avec un secondary potentiellement le point fort de LSU. « DBU », baby ! Un peu de vétérans, un peu de jeunes mais uniquement du talent. L’absence de Greedy Williams à l’extérieur pourrait même passer inaperçu avec une autre des recrues phares dans l’effectif des Tigers, le true freshman CB Derek Stingley. Le potentiel NFL du jeune joueur pourrait vite s’affirmer alors que le senior CB Kristian Fulton (25 plaquages, 9 passes défendues, 1 INT), de retour après une longue absence pour blessure au pied, lui sera adjoint. SS Grant Delpit (74 plaquages, 9.5 pour perte, 5 sacks, 9 passes défendues, 5 INT), peut être le meilleur safety du pays, reprendra son poste après avoir mené statistiquement son équipe l’an dernier en sacks, interceptions et passes déviées.

Embed from Getty Images

NB Kary Vincent (31 plaquages, 1 sack, 6 passes défendues, 1 INT) et FS JaCoby Stevens (35 plaquages, 6.5 pour perte, 1.5 sack, 5 passes défendues, 1 INT) seront les dernières pièces d’un groupe contre lequel il sera difficile de progresser par les airs. FS Jacoby Stevens a d’ailleurs finalement trouvé sa place à LSU après avoir été transféré en interne depuis l’attaque. Pas de vrai point faible donc au sein d’une défense des Tigers à l’image du rugueux Ed Orgeron.

Équipes spéciales

Statistiquement, les Tigers ont aligné l’une des meilleures unités spéciales du pays en 2018. Le mérite en revient en grande partie au coach Greg McMahon et son superbe recrutement dans le secteur. Malheureusement, le kicker Cole Tracy a quitté LSU après la plus belle saison de l’histoire du programme et sept records battus ou égalés. C’est la recrue PK Cade York qui devrait hériter des FGs avec sa jambe canon capable de marquer au-delà des cinquante yards, à moins que K Avery Atkins, déjà en charge des kickoffs, ne récupère également cette fonction. Le statut de punter titulaire revient en tout cas à P Zach Von Rosenberg, qui occupait déjà le poste à temps partiel avec Josh Growden l’an dernier. Celui-ci a choisi de quitter la Louisiane, initialement pour rentrer chez lui en Australie mais il a finalement été transféré à West Virginia.

Les Tigers auront besoin de plus de dynamisme dans les retours et ils pourront s’appuyer sur le vétéran Clyde Edwards-Helaire pour remonter les kickoffs. Le true freshman Derek Stingley pourrait bien s’affirmer comme punt returner s’il convertit les occasions qui lui sont données.

Calendrier

LSU n’aura pas un calendrier facile au sein de la rude division SEC West, avec les réceptions de Florida, Auburn, Arkansas et Texas A&M et des déplacements à Vanderbilt, Mississippi State, Alabama et Mississippi. Sur le papier, les Tigers partent gagnants sur six de ces huit adversaires. Le match contre les Gators paraît plus indécis et le défi du Tide est presque surhumain. Ed Orgeron aura l’occasion de tester la profondeur de son effectif face à Georgia Southern en ouverture de la saison mais n’aura pas plus de temps pour trouver le rythme avec un déplacement à Texas dès la deuxième semaine. LSU s’était incliné 20-6 lors de la dernière rencontre entre les deux équipes à Austin, en 1954. Avec une victoire, les Tigers s’affirmeraient comme outsiders pour les playoffs et pourraient facilement démarrer la saison à 5-0 avec des matches contre Northwestern et Utah State à Bâton-Rouge, avant de recevoir Florida.

Embed from Getty Images

Match-clé
à Alabama, le 9 novembre
Les matches à Texas et contre les Gators seront évidemment de probables temps forts de la saison mais si LSU veut contrôler la division, il faudra battre Alabama. Il s’agit du match-clé pour des Tigers en quête d’une finale de conférence SEC face à l’ogre du College Football. Le Crimson Tide profitera d’un calendrier très abordable qui devrait permettre à l’équipe de Nick Saban de se frayer un chemin royal vers les playoffs. À moins que LSU ne se mette en travers à la mi-saison et n’ébranle les convictions.

Conclusion

Même si Ed Orgeron a perdu des éléments inestimables avec l’exode de Devin White et Greedy Williams pour la NFL, l’ancien defensive lineman de LSU retrouve la plupart des titulaires d’une équipe 2018 qui a surpris avec ses dix victoires et un triomphe contre UCF au Fiesta Bowl. Les superbes classes de recrutement successives de LSU ont néanmoins permis d’assurer un vivier talentueux capable d’assurer la transition et de donner aux Tigers les moyens de signer leur grand retour sur la scène nationale. L’objectif est clairement ce titre de division qui leur échappe depuis 2011. Suivra alors une place pour les playoffs.

Ils ont le quarterback, le running back, une OL qui devrait faire bien mieux qu’en 2018, une escouade de receveurs au top, une ligne défensive en or et un groupe de linebackers fourni, sans oublier un backfield défensif qui promet d’être l’un des meilleures du pays. De quoi donner de l’espoir aux fans de la fac de Louisiane, et ce, malgré un calendrier compliqué à l’extérieur avec Texas et Alabama au milieu de la route.

Évaluation
  • Attaque
  • Défense
  • Équipes spéciales
  • Coaching
  • Potentiel
4.2

Résumé

Points forts :
– Un quarterback en contrôle.
– Le jeu au sol.
– Le meilleur backfield défensif du pays.

Points faibles :
– Incertitude au poste de tight end.
– Absence d’un leader sur le second rideau.
– Manque de profondeur sur le front four.

Prédiction : 11-1, 7-1 SEC

Lire la suite
Publicité

Preview 2019

Previewil y a 2 jours

Preview 2019 : Conférence SEC

Alabama et Georgia se partagent le titre de champion de SEC depuis 5 ans : les destins du Crimson Tide...

Previewil y a 2 jours

Les 10 matchs de conférence à ne pas manquer en 2019

Personne ne voudrait manquer un Auburn-Alabama ou un Michigan-Ohio State. Ces matchs intra-conférence sont l'essence même du College Football et...

Previewil y a 6 jours

Preview 2019 : LSU Tigers

Malgré un calendrier difficile, LSU veut profiter de l'élan créé au soir du dernier Fiesta Bowl pour s'imposer comme un...

Previewil y a 6 jours

Preview 2019 : Texas A&M Aggies

Les Aggies feront face au calendrier le plus difficile au niveau FBS mais Texas A&M mené par un Jimbo Fisher...

Previewil y a 7 jours

Preview 2019 : Auburn Tigers

En reprenant la direction de l'attaque des Tigers, Gus Malzahn veut sauver sa place à la tête d'un programme d'Auburn...

Previewil y a 1 semaine

Preview 2019 : Florida Gators

Après avoir redressé la situation des Gators en une seule saison, Dan Mullen compte sur QB Feleipe Franks et un...

Previewil y a 1 semaine

Preview 2019 : Arkansas Razorbacks

An II de l'ère Chad Morris. Les années Bret Bielema ont laissé des traces à Arkansas qui tentera de retrouver...

Previewil y a 2 semaines

Preview 2019 : Missouri Tigers

Suspendus de bowl en 2019 et orphelins de QB Drew Lock, les Tigers de Missouri poursuivront-ils leur redressement initié par...

Previewil y a 2 semaines

Preview 2019 : Tennessee Volunteers

Après une saison 2017 désastreuse, coach Jeremy Pruitt a redressé la barre d'un programme de Tennessee qui va dans la...

Previewil y a 2 semaines

Preview 2019 : Alabama Crimson Tide

Humiliés par Clemson lors de la dernière finale nationale, Nick Saban et le Crimson Tide n'ont qu'une ambition : faire...

Articles les plus lus