Suivez-nous

Preview

Preview 2019 : Florida Gators

Après avoir redressé la situation des Gators en une seule saison, Dan Mullen compte sur QB Feleipe Franks et un effectif ultra-talentueux pour faire tomber l’ogre de la SEC East, les Bulldogs de Georgia.

Crédit photo : Allison Curry, Florida Gators

Publié

le

Florida Gators

Conférence SEC

Division East

En 2018 : 10-3, 5-3 SEC. Victoire 41-15 contre Michigan au Peach Bowl.
Head Coach : Dan Mullen, 2ème année (10-3) – Résultats en carrière: 79-49.
Coordinateur offensif : Billy Gonzales et John Hevesy.
Coordinateur défensif : Todd Grantham.
Titulaires de retour : 16, 7 en attaque, 7 en défense, kicker, punter.
Joueurs-clés partis : RB Jordan Scarlett, LT Martez Ivey, RT Jawaan Taylor, DE CeCe Jefferson, LB Jachai Polite, LB Vosean Joseph, FS Chauncey Gardner-Johnson.
Joueurs à suivre : QB Feleipe Franks, RB Lamical Perine, WR Van Jefferson, WR Josh Hammond, LT Stone Forsythe, DE Jabari Zuniga, DE Jonathan Greenard, LB David Reese, CB CJ Henderson, CB Marco Wilson.

Il n’y a pas grand chose à dire sur la décennie écoulée : ces Florida Gators végètent depuis le départ du phénomène Tim Tebow et du coach Urban Meyer, en 2010. Tout de même deux titres de division, en 2015 et 2016, avant de se faire piétiner à chaque fois en finale de conférence SEC contre Alabama. Will Muschamp puis Jim McElwain n’ont pas su remettre au premier plan le programme de football de Gainesville (Floride), désormais aux mains de Dan Mullen depuis l’année dernière.

Embed from Getty Images

Le second coach le plus victorieux de l’histoire de Mississippi State a déjà conduit Florida à une saison de dix victoires en l’espace d’un an, et une victoire démonstrative face à Michigan au Peach Bowl. Mullen n’est pas un inconnu à Gainesville : c’est lui qui occupait le rôle de coordinateur offensif il y a dix ans, dirigeant l’attaque durant deux finales nationales et faisant de Tebow un vainqueur du Heisman Trophy.

L’objectif de Florida en l’embauchant était clair : former un bon quarterback et remettre le programme de football sur le devant de la scène. Après seulement un an, le coach a bien avancé et semble en phase avec les ambitions. À tel point que les Gators font office de favoris avec Georgia pour le titre de division et une place en finale de SEC, potentiellement synonyme de qualification pour les playoffs.

Avec une équipe sans véritable point faible, aussi bien en attaque qu’en défense, un coaching staff expérimenté dans sa 2ème année et le momentum d’une saison 2018 miraculeuse, Florida s’affirme déjà comme un client sérieux au niveau national.

Attaque

S’il y a bien un joueur qui a profité de l’arrivée du génie offensif Dan Mullen, c’est QB Feleipe Franks (188/322, 2 457 yds, 24 TD, 6 INT), dont le développement a surpris tout le monde l’an dernier. Titulaire depuis 2017 au détriment de Malik Zaire et Luke Del Rio, il a bouclé l’exercice 2018 comme MVP du Peach Bowl. Redoutable dans le jeu court, on peut s’attendre à une progression cette année dans le jeu en profondeur, pour un joueur qui commet peu d’erreurs. Seul point d’interrogation : comment sera-t-il protégé derrière une ligne offensive presque toute neuve après le départ de quatre titulaires ?

LT Stone Forsythe sera le joueur à surveiller, alors qu’il était auparavant le remplaçant de Martez Ivey. Le départ précoce de Jawaan Taylor pour la NFL a également laissé un vide à droite, déjà comblé par le vétéran RT Sean Delance. Le seul titulaire de retour, C Nick Buchanan, permettra de solidifier l’intérieur d’une ligne aux fondations nouvelles. Cette OL devrait assurer l’essentiel, avec une bonne rotation, et sera testée dès le premier match face à la redoutable ligne défensive de Miami. Il s’agit de faire aussi bien qu’en 2018, avec le jeu offensif des Gators articulé autour de la course.

Embed from Getty Images

Le backfield est plus que solide, avec le retour de RB Lamical Perine (826 yards au sol, 7 TD), déjà titulaire au sein d’une escouade de coureurs qui a fait un gros travail l’an dernier. La perte de Jordan Scarlett devrait rapidement être compensée par RB Dameon Pierce (424 yards au sol, 2 TD), sophomore prêt à passer au stade supérieur. Avec une rotation composée de RB Iverson Clement, RB Malik Davis et de la recrue RB Nayquan Wright, les Gators devraient encore courir beaucoup. Le polyvalent WR Kadarius Toney (25 réceptions, 260 yards, 1 TD, 240 yards au sol, 1 TD sur passe) pourrait même apporter sa pierre à l’édifice avec quelques courses inattendues à l’occasion, voire même une passe après son TD réussi par les airs l’an dernier. Son rôle principal sera néanmoins celui de receveur et il pourrait vite devenir indispensable à un quarterback qui aime les tracés courts grâce à sa vitesse électrisante.

Franks pourra également s’appuyer sur les vétérans WR Van Jefferson (35 réceptions, 503 yards, 6 TD), sa cible principale en 2018, et WR Trevon Grimes (26 réceptions, 364 yards, 2 TD), les deux têtes d’affiche de l’escouade aérienne. WR Josh Hammond (28 réceptions, 369 yards, 4 TD) et WR Freddie Swain (14 réceptions, 265 yards, 5 TD) seront principalement à la réception comme slot receivers. Enfin, si les tight ends n’avaient pas beaucoup servi à la réception la saison passée, il devrait en être autrement avec le développement de TE Lucas Kroll et du jeune TE Kyle Pitts (3 réceptions, 73 yards, 1 TD). C’est un groupe sans réelle faiblesse apparente qui sera donc chargé de marquer des points, à moins que la ligne offensive ne tarde à trouver son rythme.

Défense

Florida a réussi à conserver son coordinateur défensif Todd Grantham malgré des appels insistants du côté de la NFL et des Cincinnati Bengals. Dans la même continuité tactique, les sept titulaires de retour retrouveront l’agressive défense 3-4 basée sur un front three robuste avec deux safeties en profondeur. La majorité des défenseurs de 2018 est en place, malgré quelques pertes.

La ligne défensive semble increvable, avec un tandem sur les extérieurs composé de DE Jabari Zuniga (45 plaquages, 11 pour perte, 6.5 sacks), futur joueur NFL et Preseason First-Team All-SEC, et de DE Jeremiah Moon (31 plaquages, 1.5 sack), vétéran prêt à monter en grade pour remplacer Jachai Polite. Le pass rush pourrait ainsi être redoutable, avec l’apport de LB Amari Burney (12 plaquages), reconverti après avoir évolué comme safety par le passé, et surtout de LB Jonathan Greenard (48 plaquages, 15.5 pour perte, 7 sacks en 2017), transféré de Louisville avec son talent et son expérience.

Embed from Getty Images

À l’intérieur de la ligne défensive, l’ancien transfuge de West Virginia DT Adam Shuler (39 plaquages) occupera l’espace, pour sa 2ème année dans le système de Grantham. Chez les linebackers, la perte de Vosean Joseph, meilleur plaqueur en 2018 et véritable force au milieu, sera difficile à compenser mais LB David Reese (77 plaquages) devrait reprendre le flambeau de leader alors qu’il était le dauphin de Joseph au classement des plaquages.

Le secondary n’aura pas de mal à rebondir malgré le départ de Chauncey Gardner-Johnson pour la NFL, avec les retours de six joueurs ayant été titularisés au minimum cinq fois l’an dernier. Le junior CB CJ Henderson (38 plaquages, 5 pour perte, 3 sacks, 2 fumbles forcés, 2 INT) est considéré comme l’un des meilleurs cornerbacks du pays et pourrait donc être la prochaine perle NFL d’une fac qui aime se faire appeler « DBU ». CB Marco Wilson (34 plaquages, 10 passes défendues en 2017) revient d’une blessure au genou mais occupera évidemment un rôle de titulaire. Le départ précoce de la recrue cinq étoiles Chris Steele (à USC) ne devrait pas même handicaper la rotation tant l’effectif est fourni. NB Trey Dean (26 plaquages, 6 passes défendues, 1 INT) est un joueur solide, de même que la paire FS Donovan Stiner (49 plaquages, 2 INT) et SS Jeawon Taylor (64 plaquages), avec SS Brad Stewart (41 plaquages, 2 INT, 1 TD) et FS Shawn Davis (22 plaquages) en remplaçants. Le secondary devrait s’en sortir aussi bien en 2019, associé à un pass rush cauchemardesque qui devrait faire de la défense de Florida une muraille difficile à transpercer.

Équipes spéciales

Le jeu de coup de pied sera l’une des grandes forces des Gators en 2019. K Evan McPherson a été le meilleur freshman du pays avec une moyenne de 89.5% sur FG (17/19). Le senior P Tommy Townsend a également terminé la saison passée avec une formidable ligne de stats (45.4 yards en moyenne par punt). PR Freddie Swain reprendra le rôle de punt returner après ses solides performances dans le domaine l’an dernier tandis que le receveur KR Kadarius Toney pourrait donner un coup de main pour que les Gators s’affirment plus dans les retours.

Calendrier

Comme chaque année, les calendriers au sein de la SEC sont brutaux, et Florida n’échappe pas à la règle, même en division East. Les Gators ne se simplifient pas la tâche non plus avec les rivaux floridiens de Miami au programme en ouverture de la saison. La féroce DL des Canes pourrait bien poser problème à la nouvelle OL de Dan Mullen. Florida a prévu deux cupcakes pour souffler, UT Martin et Towson (FCS), et recevra tout de même Tennessee, Auburn, Vanderbilt et Florida State, même si les Gators ont largement les ressources pour gagner chacune de ces rencontres. Ce qui sera déjà plus compliqué sur la route avec Kentucky, LSU, South Carolina et Missouri, et à Jacksonville en terrain neutre contre Georgia.

Embed from Getty Images

Match-clé
contre Georgia (à Jacksonville, Floride), le 2 novembre
Ce n’est pas pour rien que les Bulldogs ont été désignés favoris pour la première place de la division East d’après les votes des médias. Le champion régnant reste pourtant sur deux revers bouleversants, en finale de conférence SEC contre Alabama et au Sugar Bowl contre Texas. Florida devra néanmoins se méfier d’une équipe efficace, dans ce qui ressemble à une petite finale de division entre les deux favoris. Les Gators restent sur deux revers face à Georgia et auront probablement à cœur de prendre une revanche alors que la défaite contre les Bulldogs en 2018 avait mis fin à leurs espoirs pour la SEC East.

Conclusion

En l’espace d’une saison, Dan Mullen a rappelé à tout Gainesville qu’il était l’un des grands artisans de la période dorée des Gators entre 2008 et 2010. En l’espace d’une saison, le coach a imposé son style, changé la culture d’une équipe qui piétinait, transformé un quarterback et atteint le plateau des dix victoires. Avec la plupart des titulaires de retour et une défense aux allures de forteresse, avec son pass rush de haut niveau et un secondary parmi les meilleurs du pays, Florida devrait continuer sur sa lancée de 2018, et probablement représenter un opposant farouche à Georgia dans la course au titre de division SEC East.

Évidemment, le calendrier sera à la hauteur des ambitions des Gators, qui veulent redevenir un poids lourd de la conférence SEC et qui sont bien partis pour y arriver. LSU ou Missouri sur la route et Georgia sur terrain neutre seront des adversaires coriaces, avec les deux derniers en quête d’un titre de division.

En 2018, Dan Mullen est devenu le troisième coach seulement, avec Clark Shaughnessy à Stanford en 1940 et Gus Malzahn à Auburn en 2013, à conduire pour sa première année une équipe de Power 5 à dix victoires après une saison où elle en avait gagné moins de cinq. Même s’il n’a pas Tim Tebow avec lui, le coach pourra compter sur un groupe complet, avec plusieurs stars prêtes à émerger, fourni et talentueux, capable de faire du bruit en Floride et dans le reste du pays.

Évaluation
  • Attaque
  • Défense
  • Équipes spéciales
  • Coaching
  • Potentiel
4.3

Résumé

Points forts :
– Profondeur en attaque.
– Deux premiers rideaux défensifs intimidant.
– Un duo de cornerbacks explosifs.

Points faibles :
– 4 nouveaux titulaires sur la ligne offensive
– Des running backs fragiles.

Prédiction : 10-2, 6-2 SEC

Membre de l'équipe de The Blue Pennant depuis septembre 2013, Loïc s'est trimballé à travers les États-Unis en 2017 pour mieux comprendre le pas-si-petit monde du college football. Seulement deux contraventions pour excès de vitesse sur 20 000 km. Intime de Mark Sanchez, Sam Darnold et des cheerleaders de Wisconsin, promo '76. Label qualité TBP et Sécurité routière.

Publicité
Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Preview

Preview 2020 : Louisville Cardinals

En un an seulement, coach Steve Satterfield a renversé une situation difficile à Louisville développant les Cardinals comme de potentiels concurrents de Clemson… dès 2020 ?

Publié

le

Crédit photo : Scott Utterback, Courier Journal

50 previews en 50 jours, c’est une série estivale de 50 présentations exclusives préparées par toute l’équipe TBP afin de vous permettre de tout savoir concernant la prochaine saison de College Football. On retrouve aujourd’hui les Cardinals de Louisville.

Louisville Cardinals

Conférence ACC

Division Atlantic

En 2019 : 8-5, 5-3 ACC. Music City Bowl : victoire 38-28 contre Mississippi State.
Head Coach : Scott Satterfield, 2ème année (8-5). Résultats en carrière : 59-29.
Coordinateur offensif : Dwayne Ledford.
Coordinateurs défensifs : Bryan Brown.
Titulaires de retour : 16, 8 en attaque, 8 en défense.
Joueurs-clés partis : WR Seth Dawkins, OT Mekhi Becton, DL Amonte Caban, S Khane Pass, K Blanton Creque.
Joueurs à suivre : QB Micale Cunningham, RB Javian Hawkins, WR Tutu Atwell, C Cole Bentley, LB Dorian Etheridge, LB C.J. Avery, LB Rodjay Burns, CB Chandler Jones.

Une rédemption spectaculaire. Arrivé dans le Kentucky, en provenance d’Appalachian State, le head coach Steve Satterfield a marqué les esprits dès sa première saison à la tête des Cardinals. Une attaque retrouvée, une défense moins perméable et six victoires supplémentaires au compteur (2-10 en 2018 et 8-5 en 2019) pour une qualification inespérée, et même une victoire, en bowl.

Surprendre est une chose, confirmer en est une autre. Louisville en a bien conscience et pourra s’appuyer sur un groupe expérimenté et qui se connait bien, avec pas moins de seize revenants chez les titulaires.

D’un point de vue coaching staff, Satterfield a aussi su garder ses hommes de confiance pour enchaîner de manière positive et donner de beaux espoirs à son groupe.

Les forces de l’équipe

Ce qui a clairement transformé le programme d’ACC, c’est une attaque retrouvée. Souvent réputés dans ce secteur, avec notamment les émergences de futures stars NFL, comme Teddy Bridgewater et Lamar Jackson, les Cardinals avaient de nouveau plongé offensivement à la veille du départ de Bobby Petrino.

QB Micale Cunningham – Crédit photo : Scott Utterback, Courier Journal

Cette donnée semble de l’histoire ancienne, avec les 33.1 points de moyenne inscrits l’année dernière (#30 du pays), et au vu de l’incroyable escouade attendue en 2020. Avec plus de 2 000 yards à eux deux, l’an passé, le duo RB Javian Hawkins (1525 yards au sol, 9 TD en 2019) / RB Hassan Hall (501 yards au sol, 5 TD) entend faire de nouveau parler la poudre au sol, derrière une ligne offensive inchangée, en tout cas plein centre.

L’autre donnée encourageante, c’est la collaboration aérienne entre les deux juniors QB Micale Cunningham et WR Tutu Atwell. Lancé dans le grand bain en 2019 en lieu et place de Jawon Pass, le premier a bluffé par son aptitude à jouer juste (62% de réussite, 22 touchdowns, 5 interceptions) mais doit encore gagner en régularité et en force physique pour avoir un impact plus conséquent.

Dans le nouveau système offensif, son receveur privilégié a été comme un poisson dans l’eau, avec 1 272 yards, 11 touchdowns et une capacité d’accélération excitante dans les petits espaces.

En défense, tout n’a pas été rose, mais au sein de la défense 3-4 de Bryan Brown, l’équipe peut compter sur un solide groupe de linebackers, mené par les seniors OLB Rodjay Burns, ILB Dorian Etheridge et ILB C.J. Avery. Preuve de la profondeur de ce groupe, le junior ILB Monty Montgomery est parti pour être dans la rotation, malgré 5 sacks en 2019.

Les faiblesses de l’équipe

On l’a dit : la défense rassure moins que l’attaque à l’orée de ce nouvel exercice. Il faut dire que l’apprentissage semble prendre plus de temps que prévu. #128 équipe du pays, avec 44 points concédés en moyenne en 2018, les Cards en ont encaissé 11 de moins l’année suivante.

WR Tutu Atwell – Crédit photo : Scott Utterback, Courier Journal

Mais le déficit de pression et l’irrégularité au plaquage, surtout sur le premier rideau, s’est souvent payé cash. Résultat : un rush stop exposé et un backfield qui a tenté de plier sans rompre, tant bien que mal. Pour ne rien arranger, trois des cinq « meilleurs » plaqueurs pour perte de 2019 ont quitté le campus, et il faudra espérer un renouvellement salvateur sur le front-3 pour fragiliser le moins possible ce groupe.

Autre escouade à surveiller, les équipes spéciales. Déjà perturbés l’an passé par les pépins physiques de P Blanton Creque, les Cardinals ont aussi assisté à la fin d’éligibilité du punter Mason King. Joker de luxe l’an dernier, avec plus ou moins de succès (22/25 sur extra-point, 1 sur 3 sur field goal), le junior K Ryan Chalifoux aura sa chance, mais devra batailler avec le nouveau transfert K Brock Travelstead pour conserver sa place.

Enfin, difficile d’établir cela comme un point faible, mais Louisville devra composer sans ses deux tackles titulaires en 2020, notamment un certain OT Mekhi Becton, premier tour de draft parti chez les Jets. Il faudra donc trouver un tackle gauche d’envergure pour protéger efficacement Cunningham. Le junior T Adonis Boone et le sophomore T Renato Brown sont sur les rangs pour assurer la suite…

Conclusion

Solidaire, homogène, équilibré, ce groupe de Louisville a donc bien de sérieux arguments pour jouer les premiers rôles cette année. De là à jouer la finale ACC ? Difficile à dire car les Cardinals semblent, malgré tout, toujours souffrir de la comparaison avec l’ogre Clemson. Qu’à cela ne tienne, l’Orange Bowl devrait de nouveau offrir un spot généreux à la conférence si les Tigers font les playoffs.

Évaluation
  • Attaque
  • Défense
  • Équipes spéciales
  • Coaching
  • Potentiel
3.6

Résumé

Points forts
– Un quarterback prometteur.
– Un duo de receveurs explosifs.
– Stabilité du coaching staff.

Points faibles
– Manque de profondeur en défense.
– Une ligne offensive perméable.
– Le kicking game.

Lire la suite

Preview

Cinq coachs sur le « hot seat » en 2020

Découvrez les cinq coachs les plus menacés à l’aube de la prochaine saison de College Football.

Publié

le

Crédit photo : Alicia de Artola, Reign of Troy

La pression des résultats n’a jamais été aussi forte dans l’élite du College Football. À une époque, on laissait du temps à un coach pour recruter, développer son système et mettre sa marque sur un programme. Aujourd’hui, l’impatience est de mise dans les directions athlétiques et en 2020, plusieurs head coachs savent qu’ils jouent leur poste.

Découvrez les cinq coachs sur le « hot seat » à l’aube de la prochaine saison de College Football.

Clay Helton, USC

Les Trojans ont un bilan de 13-12 lors des 2 dernières saisons et le nouveau directeur athlétique Mike Bohn ne pourra pas faire autrement que de se séparer de son coach principal si USC ne remporte pas la division Pac-12 South en 2020. Après avoir reconstitué l’attaque autour du coordinateur offensif Graham Harrell (ex-North Texas), Clay Helton a donné les clés de la défense au coordinateur défensif Todd Orlando (ex-Texas) avec pour objectif de ramener les Trojans dans l’élite de conférence Pac-12. Un nouvel échec serait synonyme de fin de l’ère Helton à Los Angeles.

Tom Herman, Texas

Il devait être l’incarnation du « Texas is back ». Depuis qu’il a fait son retour sur le campus d’Austin, les Longhorns ont perdu 15 matchs en 3 saisons. 15 ! Pourtant, les classes de recrues dans le Top 10 national ne suivent les unes après les autres. Texas doit jouer les yeux dans les yeux avec Oklahoma pour le titre de conférence. Sinon, bye-bye…

Tom Herman, coach de Texas – Crédit photo : Tim Warner/Getty Images

Kevin Sumlin, Arizona

La magie Sumlin était-telle une vaste enfumade lorsqu’il était à Texas A&M ? Reconnu pour ses talents de recruteurs hors-pair, a-t-il surtout bénéficié de l’aura des Aggies ? Car depuis son arrivée à Tucson (Arizona), les Wildcats font du surplace tant dans le domaine du jeu que dans celui du recrutement (Arizona a été le dernier programme FBS à obtenir un commit pour la promotion 2021) et son coaching staff a réussi l’exploit de torpiller le seul playmaker de l’effectif lors des deux dernières saisons : QB Khalil Tate. Son bilan de 9-15 est insuffisant pour un programme qui ambitionne de jouer les premiers rôles dans la conférence Pac-12.

Chip Kelly, UCLA

Son arrivée avait ravivé la flamme du football sur un campus de Westwood qui vibre habituellement pour son équipe de basketball. Un bilan de 7-17 en deux saisons (7-11 en match Pac-12) n’a pas de quoi satisfaire une direction athlétique des Bruins qui a investi chèrement dans l’ancien head coach des Ducks d’Oregon pour des résultats à court terme. Le manque de progrès de l’attaque est notamment inquiétant. Seul un bilan positif en 2020 pourrait sauver sa tête.

Derek Mason, Vanderbilt

Deux participations (perdues) à des bowls en six saisons et aucun bilan positif depuis son arrivée à Nashville en 2014. Certes, il n’est pas facile de construire une équipe gagnante pour un programme qui n’a pas une grande tradition de football, mais la division SEC East était très ouverte ces dernières années (derrière Georgia) et les Commodores ont continué de trainer dans les bas fonds du classement. Mauvaise nouvelle pour lui : un nouveau directeur athlétique (qui ne l’a pas choisi, donc) vient d’arriver. Aïe.

Autres head coachs sous pression en 2020 : Scott Frost (Nebraska), Jim Harbaugh (Michigan) et Will Muschamp (South Carolina).

Lire la suite

Preview

Preview 2020 : Brigham Young Cougars

Après une saison 2019 décevante, QB Zach Wilson et les Cougars sauront-ils rebondir malgré un calendrier absoluement infernal ?

Publié

le

50 previews en 50 jours, c’est une série estivale de 50 présentations exclusives préparées par toute l’équipe TBP afin de tout savoir de la prochaine saison. On retrouve aujourd’hui les Cougars de Brigham Young.

Brigham Young Cougars

Indépendant

En 2019 : 7-6. Défaite 38-34 face à Hawaii lors de l’Hawaii Bowl.
Head Coach : Kalani Sitake, 4ème année (27-25) – Résultats en carrière: 27-25.
Coordinateur offensif : Jeff Grimes.
Coordinateur défensif : Illaisa Tuiaki.
Titulaires de retour : 12, 7 en attaque, 4 en défense, kicker.
Joueurs-clés partis : WR Aleva Hifo, WR Micah Simon, DB Dayan Ghanwoloku.
Joueurs à suivre : QB Zach Wilson, RB Lopini Katoa, WR Gunner Romney, TE Matt Bushman, OL Brady Christensen, DL Khyiris Tonga, LB Payton Wilgar, CB Chris Wilcox, S Troy Warner.

Charismatique et apprécié de ses joueurs, coach Kalani Sitake a pourtant passé la majeure partie de la saison dernière sur le « hot seat » en raison d’un bilan insuffisant de 20-19 lors des trois dernières saisons. Les attentes sont nettement supérieures sur le campus de Provo (Utah) qui vit encore dans le souvenir des années LaVell Edwards.

Finalement, le coach des Cougars a probablement sauvé sa place et obtenu une prolongation de contrat jusqu’en 2023 grâce à trois victoires remportées contre Tennessee, USC et Boise State. Pourtant, les défaites du mois d’octobre face à Toledo et South Florida et celles pour finir la saison, face à San Diego State et Hawaii (Hawaii Bowl), ont fragilisé un coaching staff qui sera sous pression en 2020.

Également sous pression car le grand nombre de blessures qui ont frappé les Cougars depuis deux ans commencent à mettre en cause la préparation physique d’un programme qui devra faire face, encore cette année, à un calendrier infernal.

Zach Wilson est-il menacé au poste de QB titulaire ?

Inconcevable il y a 18 mois après une saison freshmen plein de promesses en 2018, et si le statut de titulaire de QB Zach Wilson (2382 yards à la passe, 11 TD, 9 INT et 3 TD au sol en 2019) était en danger ? Certes, le quarterback junior possède d’indéniables qualités de lanceur et son aptitude à gagner des yards au sol peut s’avérer précieuse mais son incapacité à rester loin de l’infirmerie et son inquiétante stagnation dans son développement pourraient ouvrir la voie à l’un des sophomores, QB Jaren Hall (420 yards à la passe, 1 TD) et QB Baylor Romney (747 yards à la passe, 7 TD, 2 INT), qui ont tous les deux porté leur équipe à la victoire l’an passé, respectivement contre Utah State et Boise State. À suivre.

QB Zach Wilson – Crédit photo : Eugene Tanner, AP

Le titulaire au poste de quarterback bénéficiera du retour surprise du senior TE Matt Bushman (47 réceptions, 688 yards, 4 TD) alors qu’on attendait son départ pour la NFL. Auteur de 125 réceptions pour un total de 1719 yards et 9 TD en carrière, il s’approche de plusieurs records de la fac et il sera assurément l’une des bouées de secours d’un jeu aérien des Cougars qui devra composer avec un groupe de receveurs inexpérimentés suite au départ de Aleva Hifo, Micah Simon et Talon Shumway. Les juniors WR Gunner Romney (31 réceptions, 377 yards, 2 TD), WR Dax Milne (21 réceptions, 285 yards, 2 TD) et WR Neil Pau’u (de retour de suspension) partent favoris mais la nouvelle garde de freshmen pourrait être sollicitée dès cette saison…

Les premiers pas du français Terence Fall ?

Récruté par les Cougars dès la période de signature anticipée du mois de décembre 2019, le français WR Terence Fall fera ses débuts sous le maillot des Cougars. La concurrence sera rude et comme tous les true freshmen au niveau national, il pourrait utiliser sa première saison pour s’acclimater à son nouvel environnement en utilisant son redshirt.

Toutefois, avec l’absence de titulaires indéboulonnables au poste de receveur, lui et l’ancien du lycée Mater Dei, WR Kody Epps, auront assurément une carte à jouer. Son physique imposant et ses mains sûres pourraient notamment représenter une arme redoutable dans la red zone adverse.

« Run DMC », sauveur du jeu au sol

En grande difficulté depuis le départ de Jamaal Williams fin 2016, le jeu de course des Cougars doit impérativement progresser en 2020 au risque de rendre l’attaque unidimensionnelle comme ce fût le cas l’an dernier (167.5 yards au sol, #78 du pays). Le junior RB Lopini Katoa (358 yards au sol, 4 TD) a montré de belles choses mais de manière inconstante. Du coup, la clé de l’attaque au sol de BYU pourrait être entre les mains de RB Devonta’e Henry-Cole. Ancien joueur de l’ennemi juré, Utah, ce dernier a choisi de terminer sa carrière NCAA au sud de Salt Lake City. Coureur surpuissant, il a réussi 4 TD avec les Utes dans un rôle de backup derrière Zach Moss.

La meilleure ligne offensive hors Power Five

La ligne offensive sera la grande force de l’attaque de Brigham Young. Tous les titulaires l’an passé sont de retour, à commencer par le candidat au trophée Outland, LT Brady Christensen, et le candidat pour le trophée Rimington, C James Empey. Deux joueurs qui ont joués ensemble un total de 26 matchs.

Les seniors LG Kieffer Longson et RG Tristen Hoge sont de retour et le sophomore RT Blake Freeland ferait déjà tourner les têtes de certains scouts NFL.

Matt Bushman – Crédit photo : Chris Gardner/Getty Images

Un défense expérimentée mais en quête de leadership

Handicapée par un nombre important de blessures, la défense des Cougars sera l’une des plus expérimentées à l’ouest du Mississippi. Cependant, le coordinateur défensif Ilaisa Tuiaki fera face à deux défis : relancer un pass rush déficient l’an dernier (#117 du pays) et trouver des successeurs aux leaders défensifs, le duo de safeties Fayan Ghanwoloku / Austin Lee.

Le retour de NT Khyiris Tongo (45 plaquages en 2019) va apporter beaucoup de stabilité au centre de la ligne défensive ce qui facilitera le travail des defensive ends, à priori DE Bracken El-Bakri (37 plaquages) et DT Lorenzo Fauatea (21 plaquages, 2 sacks).

On attend la contribution du senior OLB Isaiah Kaufusi (60 plaquages, 2 INT) sur le pass rush, tout comme celle du junior OLB Chaz Ah You (31 plaquages, 1 sack), deux joueurs dont le développement est plus long que prévu initialement.

Le backfield défensif verra le retour de blessure des seniors CB Chris Wilcox et S Zayne Anderson. Une excellente nouvelle pour un groupe de defensive backs expérimentés mais qui a parfois été trop perméables face aux gunslingers. Cole McDonald (ex-Hawaii) et Jacob Eason (ex-Washington) s’en souviennent.

Un calendrier démentiel

Si le début de saison 2019 avait semblé compliqué avec deux matchs contre Utah, Tennessee, USC et Washington (BYU s’en était sorti avec u bilan de 2-2), la saison 2020 va y ressembler énormément. En pire.

La traditionnelle Holy War contre Utah va donner le coup d’envoi lors d’un match chaud bouillant. La suite sera démoniaque. Michigan State, Arizona State, Minnesota sont au programme du mois de septembre. Après le Rivalry Game contre Utah State, les Cougars recevront un membre de la SEC (Missouri) et une équipe de Houston revancharde. Le mois de novembre sera marqué par des affrontements contre Boise State, San Diego State et… Stanford. Ouch !

DateAdversaire
3 septembreà Utah
12 septembreMichigan State
19 septembreà Arizona State
26 septembreà Minnesota
2 octobreUtah State
10 octobreMissouri
16 octobreHouston
24 octobreNorthern Illinois
6 novembreà Boise State
14 novembreSan Diego State
21 novembreNorth Alabama (FCS)
28 novembreà Stanford

Conclusion

Bien que des progrès substantiels sont attendus dans la production offensive et défensive, ils pourraient ne pas se matérialiser par des victoires tant le calendrier semble compliqué pour un programme de BYU qui a participé à un bowl à 14 reprises sur les 15 dernières années. Si les Cougars marqueront surement beaucoup de points, la défense saura-t-elle être à la hauteur ? La performance du secteur défensif pourrait faire la différence entre un bilan décevant de 5-7 et une une fiche de 7-5 qui serait considérée comme un vrai succès pour coach Sitake.

Évaluation
  • Attaque
  • Défense
  • Équipes spéciales
  • Potentiel
  • Coaching
3

Résumé

Points forts
– Profondeur au poste de quarterback.
– Ligne offensive solide.
– Défense expérimentée.

Points faibles
– Manque de profondeur au poste de running back.
– Inefficacité dans la red zone adverse.
– Manque de leadership en défense.

Prédiction : 6-6

Lire la suite

Preview

Preview 2020 : Notre Dame Fighting Irish

Le retour de QB Ian Book derrière une ligne offensive expérimentée sera-t-il suffisant pour faire des Fighting Irish des prétendants aux playoffs ?

Publié

le

Crédit photo : Matt Cashore-USA TODAY Sports

Coup d’envoi de nos 50 previews en 50 jours, une série estivale de 50 présentations exclusives préparées par toute l’équipe TBP afin de tout savoir de la prochaine saison. On commence par les Fighting Irish de Notre dame de coach Brian Kelly qui tenteront de retrouver une place en playoffs après avoir gagné 33 matchs lors des 3 dernières saisons.

Notre Dame Fighting Irish

Indépendant

En 2019 : 11-2. Victoire 33-9 lors du Camping World Bowl face Iowa State.
Head Coach : Brian Kelly, 11ème année (92-37) – Résultats en carrière: 263-94-2.
Coordinateur offensif : Tommy Rees.
Coordinateur défensif : Clark Lea.
Titulaires de retour : 14, 7 en attaque, 5 en défense, punter, kicker.
Joueurs-clés partis : RB Tony Jones Jr, WR Chase Claypool, WR Chris Finke, TE Cole Kmet, DE Khalid Kareem, S Alohi Gilman.
Joueurs à suivre : QB Ian Book, WR Kevin Austin, WR Braden Lenzy, OL Liam Eichenberg, DE Ade Ogundeji, OLB Jeremiah Owusu-Koramoah, CB Shaun Crawford, S Kyle Hamilton.

Coach Brian Kelly est ambitieux. En 2019, les Fighting Irish ont atteint le plateau des 10 victoires pour la 3ème saison consécutive; du jamais vu à South Bend depuis l’époque glorieuse de Lou Holtz à la tête des Golden Domers (1988-93). Pourtant, le bilan de 33-6 depuis 2017 ne satisfait pas le coach de Notre Dame qui n’a pas hésité à se séparer de son coordinateur offensif, Chip Long, quelques heures seulement après le dernier match de saison régulière 2019.

Il y a deux saisons, la participation au College Football Playoff a donné des ailes à un programme qui a cependant fait un pas en arrière l’an passé, devant se contenter d’une invitation au Camping World Bowl remporté certes brillament, 33-9, face à Iowa State. Pour rester aux portes de l’élite, les Fighting Irish doivent rebondir dès 2020 avec un groupe de joueurs qui n’est peut-être pas le plus doué des dernières années mais probablement le plus soudé et le plus expérimenté depuis l’arrivée de Brian Kelly à South Bend.

Crédit photo : Matt Cashore-USA TODAY Sports

Pour la 3ème année d’affilée, l’attaque sera dirigée par un QB Ian Book protégé par une ligne offensive qui comptera sur le retour de ses 5 titulaires. Malgré le départ de plusieurs leaders sur la ligne défensive lors de la dernière draft NFL, quatre seniors sont de retour. Ces Fighting Irish ont grandi ensemble et se sont renforcés via le portail des transferts en ajoutant des joueurs d’expérience à certains postes fragilisés au cours de l’intersaison (receveur, cornerback, safety).

Un calendrier favorable à une participation aux playoffs (Wisconsin, Stanford, Clemson, USC au programme) met les Fighting Irish en position idéal pour être des concurrents crédibles à une place dans le dernier carré (en cas de victoires, bien sûr). Un impératif : éviter la fessée annuelle dans un big game, comme lors des trois dernières saisons (Miami 2017, Clemson 2018, Michigan 2019).

Un coaching staff remanié pour franchir un cap

La décision de renvoyer le coordinateur offensif Chip Long a pris par surprise le monde du College Football… sauf à South Bend. Certes, celui qui a été finaliste du trophée Broyles (meilleur coach assistant) en 2018 a réussi la transition de l’attaque des Fighting Irish vers un système spread et ses succès dans le recrutement sont inombrables mais l’incapacité des Golden Domers d’être dominants dans le jeu au sol et ses méthodes brutales en coulisses ont fini par convaincre Brian Kelly qu’il fallait du changement pour donner une chance à Notre Dame de redevenir un candidat sérieux aux playoffs.

Pour le remplacer, le head coach des Fighting Irish a promu l’ancien quarterback Tommy Rees avant le Camping World Bowl. Avec succès. Un choix encensé par les joueurs eux-mêmes qui apprécient leur relation plus organique avec le nouveau coordinateur offensif de 27 ans. Autour de Tommy Rees, Lance Taylor (coach des RB) et John McNulty (coach des TE) seront plus impliqués.

Malgré sa jeunesse, Tommy Rees a convaincu Brian Kelly qu’il a les compétences pour faire passer un cap à l’attaque. Ses objectifs : faire de Ian Book l’un des 5 meilleurs QBs du pays grâce à un coaching personnalisé et développer le jeu au sol qui a terminé en milieu de peloton en 2019 (179.2 yards/matchs, #45 National).

Tommy Rees – Crédit photo : South Bend Tribune-USA TODAY NETWORK

L’énigme Ian Book

QB Ian Book (3034 yards à la pase, 34 TD, 6 INT en 2019) a fait face à de nombreuses critiques après un début de saison 2019 râtée. Ses prestations inquiétantes contre Georgia, Virginia ou Michigan auraient pu l’envoyer sur le banc mais il a su parfaitement rebondir au mois de novembre menant son équipe à 6 victoires d’affilée avec un total de 19 TD à la passe. Du coup, l’ancien prospect 4-étoiles QB Phil Jurkovec a filé vers Boston College laissant les clés de l’attaque au quarterback senior.

Cependant, les succès de Notre Dame passeront par une plus grande constance de sa part, et ce, tout au long de l’année. QB Ian Book sera le premier quarterback titularisé pour la 3ème année consécutive depuis Jimmy Clausen en 2009. Cette expérience doit se concrétiser par des prises de décision éclairées dans les moments décisifs d’un match ce qui n’a pas toujours été le cas dans le passé.

À la recherche de playmakers offensifs

Le quarterback senior des Fighting Irish sera protégé par une ligne offensive qui verra le retour de 6 joueurs ayant été régulièrement titularisés ces dernières années. LT Liam Eichenberg et RT Robert Hainsey ont le potentiel de futur choix de 1er tour de draft NFL tandis que LG Aaron Banks et RG Tommy Kraemer seront de retour de blessure pour entourer l’un des meilleurs joueurs de centre du pays, C Jarrett Patterson.

Les incertitudes ne seront donc pas sur la ligne mais plutôt concernant les autres postes offensifs. Les Fighting Irish sont toujours à la recherche d’un running back #1 et l’escouade aérienne a perdu WR Chase Claypool, TE Cole Kmet et WR Chris Finke qui ont totalisé à eux trois 150 réceptions pour 2008 yards en 2019.

RB Jafar Armstrong (383 yards au sol, 7 TD en 2018) est de retour pour son année junior après avoir été écarté des terrains l’an dernier en raison d’une blessure à l’abdomen. En cas de défaillance de sa part, RB Jahmir Smith (180 yards au sol, 2 TD) ou RB C’Bo Flemister (162 yards au sol, 5 TD) devront prendre leurs responsabilités ou Tommy Rees pourrait sortir la carte RB Chris Tyree, le running back 4-étoiles vedette du dernier recrutement.

Jafar Armstrong – Crédit photo : Mike Miller/One Foot Down

Les places de titulaires seront également en jeu chez les receveurs. De retour de suspension, le redshirt sophomore WR Kevin Austin Jr semble le favori pour le poste de WR#1. Derrière lui, tout est ouvert. Les sophomores WR Braden Lenzy (11 réceptions, 254 yards, 2 TD) et WR Lawrence Keys III (13 réceptions, 134 yards) ainsi que les seniors WR Javon McKinley (11 réceptions, 268 yards, 4 TD) et WR Ben Skrowronek (ex-Northwestern) complètent un groupe qui a tout à prouver en 2020.

C’est aussi la grande énigme chez les tight-ends : qui du sophomore TE Tommy Tremble (16 réceptions, 183 yards, 4 TD) ou du senior TE Brock Wright va assurer la succession de Cole Kmet ? À moins que le prometteur true freshmen 5-étoiles TE Michael Mayer ne grille tout le monde pour prendre le pouvoir dès 2020.

Une défense sous-estimée : l’impact de Clark Lea

En seulement deux saisons, le coordinateur défensif Clark Lea est passé du statut de quasi-inconnu à celui de candidat sérieux pour un poste de head coach d’un programme FBS. Il faut dire que pour la 2ème année consécutive, les Fighting Irish ont terminé dans le Top 15 au niveau national avec une moyenne de 17.9 points accordés par match (#12 du pays) et avec la 3ème meilleure défense contre la passe au niveau national (168.5 yards).

Grâce à sa personnalité forte mais toujours à l’écoute de ses joueurs, il a su créér une identité à laquelle a adhéré l’ensemble du groupe de défenseurs. Le résultat est une défense athlétique et opportuniste (2.15 turnovers provoqués par match en 2019, #2 du pays).

La grande force du cordinateur défensif de Notre Dame est sa capacité à optimiser le potentiel de son groupe. Ainsi, les joueurs passent mais la production défensive reste identique.

Toutefois, Clark Lea aura le défi de trouver des leaders sur la ligne de scrimmage après les départs de DE Khalid Kareem et DE Julian Okwara pour la NFL durant l’intersaison. Les seniors DE Ade Ogundeji (26 plaquages, 4.5 sacks en 2019) et DE Daelin Hayes partent favoris pour débuter la saison mais leurs pépins physiques récurrents pourraient mettre une certaine pression sur un poste en manque d’expérience. À l’intérieur de la ligne, le senior NT Kurt Hinish (15 plaquages, 2 sacks) et le junior DT Myron Tagovailoa-Amosa (23 plaquages) sont de retour dans une rotation composée du junior DT Jayson Ademilola (25 plaquages, 4 pour perte) et du sophomore DT Jacob Lacey (14 plaquages). Du solide mais pas de game changer.

Il y a tout juste un an, l’incertitude règnait sur le second rideau défensif mais la magie de Clark Lea a transformé le duo de juniors OLB Jeremiah Owusu-Koramoah (80 plaquages, 13.5 pour perte dont 5.5 sacks) / ILB Drew White (80 plaquages, 2 sacks) en l’une des forces de l’équipe. OLB Jack Lamb, OLB Paul Moala et le suédois OLB Jordan Genmark-Heath seront en concurrence pour le 3ème poste de titulaire dans une défense qui privilégira les formations 4-3.

Kyle Hamilton – Crédit photo : Joe Robbins, Getty Images

L’éclosion attendue de Kyle Hamilton

La perspective de perdre les deux safeties titulaires des deux dernières saisons, S Alohi Gilman et S Jalen Elliott, aurait dû inquiéter le coordinateur défensif de Notre Dame mais la reconstruction de ce secteur crucial devrait être accélérée par l’éclosion attendue du sophomore FS Kyle Hamilton (41 plaquages, 4 INT, 1 TD). Cantonné au rôle de backup lors de son année freshman, il a brillé à chaque fois qu’il est entré sur le terrain terminant même #1 de l’équipe en terme d’interception. À ses côtés, on devrait retrouver le junior SS Houston Griffith ou le junior SS Isaiah Pryor, arrivé au cours du printemps d’Ohio State via un transfert.

Au poste de cornerback, Tony Pride Jr laissera sa place de shutdown corner à l’éternel CB Shaun Crawford (28 plaquages, 1 INT) qui jouera une dernière saison, sa 6ème (!), sous le maillot des Fighting Irish. Le junior CB TaRiq Bracy (34 plaquages) n’ayant pas forcément convaincu l’an dernier, Brian Kelly est allé chercher le senior CB Nick McCloud qui a été titularisé à 19 reprises à North Carolina State tout en étant capitaine du Wolfpack.

Un calendrier taillé sur mesure pour les playoffs

Comme souvent, Notre Dame ne se protège pas lors de composer son calendrier annuel. L’année 2020 ne déroge pas à la règle. Après un Rivalry Game pour commencer la saison (Navy), les Fighting Irish navigueront entre adversaires de l’ACC, puissance de la Big Ten, rivaux historiques jusqu’au Jeweled Shillelagh face à USC.

Le mois de septembre (Navy, Arkansas, Western Michigan, Wake Forest) ne devrait être qu’un mois de préparation avant le premier choc face à Wisconsin joué dans le myhtique Lambeau Field de Green Bay. Une victoire dans ce match et les Fighting Irish pourraient bien recevoir Clemson, le 7 novembre, sans la moindre défaite au compteur. Ce duel au sommet serait alors le rendez-vous à ne pas manquer pour un programme de Notre Dame, qui s’est tellement pris les pieds dans le tapis ces dernières années lors de ces big games. Un succès à domicile face au quintuple champion de conférence ACC et la voie pour les playoffs serait ouverte… à moins que QB Kedon Slovis et les Trojans ne viennent crucifier Brian Kelly et les Fighting Irish, encore une fois.

DateAdversaire
5/6 septembreà Navy
12 septembreArkansas
19 septembreWestern Michigan
26 septembreWake Forest (à Charlotte)
3 octobreWisconsin (à Green Bay)
10 octobreStanford
17 octobreà Pitt
31 octobreDuke
7 novembreClemson
14 novembreà Georgia Tech
21 novembreLouisville
28 novembreà USC

Conclusion

Brian Kelly semble avoir fait du plateau des 10 victoires la norme pour ses Fighting Irish. Tout autre résultat en 2020 serait donc considéré comme un échec. La quasi-totalité du groupe de cette saison vit ensemble depuis 3-4 ans ce qui avantagera Notre Dame en ces temps de pandémie qui vient chambouler la préparation de toutes les équipes. Le senior QB Ian Book tient entre ces mains la clé des succès de Golden Domers en 2020. S’il parvient à poursuivre sur son élan de la fin de saison dernière, Notre Dame pourrait être en course dans la dernière ligne droite vers les playoffs. Encore faudrait-il gagner ce big game que les Fighting Irish ne savent plus remporter depuis une éternité.

Évaluation
  • Attaque
  • Défense
  • Équipes spéciales
  • Potentiel
  • Coaching
4.1

Résumé

Forces
– Un quarterback expérimenté.
– L’une des meilleures lignes offensives du pays.
– Un groupe soudé en défense.

Faiblesses
– Incertitude au poste de running back.
– Des receveurs inexpérimentés.
– Pass rush en reconstruction.

Prédiction : 10-2.

Lire la suite
Publicité

Preview 2020

Previewil y a 1 heure

Preview 2020 : Louisville Cardinals

En un an seulement, coach Steve Satterfield a renversé une situation difficile à Louisville développant les Cardinals comme de potentiels...

Previewil y a 11 heures

Cinq coachs sur le « hot seat » en 2020

Découvrez les cinq coachs les plus menacés à l'aube de la prochaine saison de College Football.

Previewil y a 7 jours

Preview 2020 : Brigham Young Cougars

Après une saison 2019 décevante, QB Zach Wilson et les Cougars sauront-ils rebondir malgré un calendrier absoluement infernal ?

Previewil y a 1 semaine

Preview 2020 : Notre Dame Fighting Irish

Le retour de QB Ian Book derrière une ligne offensive expérimentée sera-t-il suffisant pour faire des Fighting Irish des prétendants...

Previewil y a 1 semaine

L’équipe TBP All-America de pré-saison 2020

La saison 2020 aura peut-être bien lieu après tout et il est temps de célébrer la crème de la crème...

Previewil y a 1 semaine

Top 25 des meilleurs defensive backs en 2020

Le cornerback junior du Crimson Tide d'Alabama, Patrick Surtain II, est le #1 de notre traditionnel classement des meilleurs defensive...

Previewil y a 2 semaines

Top 25 des meilleurs linebackers en 2020

Le joueur junior des Nittany Lions de Penn State, Micah Parsons, est le #1 de notre traditionnel classement des meilleurs...

Previewil y a 2 semaines

Top 25 des meilleurs joueurs de ligne défensive en 2020

Le defensive end sophomore des Hurricanes, Gregory Rousseau, est le #1 de notre traditionnel classement des meilleurs joueurs de ligne...

Previewil y a 3 semaines

Top 25 des meilleurs joueurs de ligne offensive en 2020

Le joueur senior des Ducks d'Oregon, Penei Sewell, est le #1 de notre traditionnel classement des meilleurs joueurs de ligne...

Previewil y a 4 semaines

Top 25 des meilleurs receveurs en 2020

Le joueur junior des Tigers de LSU, Ja'Marr Chase, est le #1 de notre traditionnel classement des meilleurs receveurs à...

Articles les plus lus