Suivez-nous

Preview

Preview 2018 : Washington Huskies

Deux ans après leur titre de champion de conférence Pac-12, les Huskies sont armés comme jamais avec le retour du duo QB Jake Browning/RB Myles Gaskin et d’une défense suffocante. Retour en playoffs ?

Crédit photo : Seattle Times

Publié

le

Washington Huskies

Conférence Pac-12

Division North

En 2017 : 10-3, 7-2 Pac-12. Fiesta Bowl : défaite 28-35 face à Penn State.
Head Coach : Chris Petersen, 5ème année (37-17) – Résultats en carrière: 129-29.
Coordinateur offensif : Bush Hamdan, Matt Lubick.
Coordinateur défensif : Jimmy Lake, Pete Kwiatkowski.
Titulaires de retour : 8 en attaque, 9 en défense, punter.
Joueurs-clés partis : WR Dante Pettis, C Coleman Shelton, DT Vita Vea, LB Azeem Victor.
Joueurs à suivre : QB Jake Browning, RB Myles Gaskin, WR Aaron Fuller, LT Trey Adams, RT Kaleb McGary, LB Ben Burr-Kirven, SS JoJo McIntosh, FS Taylor Rapp.

Après une longue traversée du désert entre 2003 et 2010, soit sept saisons sans participation à un bowl, Washington renouait avec la victoire et le recrutement de gros poissons sous la direction de Steve Sarkisian. Une impulsion exacerbée par le surdoué Chris Petersen, successeur de Sark, à qui il n’a fallu que trois saisons pour faire du programme de Seattle un acteur majeur du college football sur la west coast.

En 2016, l’ancien coach de Boise State conduisait les Huskies droit au titre de conférence Pac-12 et à une invitation en playoffs. Une défaite face à l’ogre Alabama en demi-finale cette année-là et un faux-pas à Stanford l’an passé ont pour l’heure empêché Washington de s’inviter en finale nationale.

Embed from Getty Images

Cette année, Petersen et sa meute semblent néanmoins en bonne position pour retourner la Pac-12 et éventuellement s’inviter en playoffs pour la seconde fois en seulement trois ans. Au sein d’une conférence qui rougit de plus en plus de la comparaison avec la SEC et la Big Ten, les Huskies pourraient ainsi se positionner comme la meilleure équipe à l’ouest du pays.

Outre les changements habituels dans l’effectif, le coaching staff a également profité d’aménagements. Le départ de Jonathan Smith, désormais head coach à Oregon State, a permis à Washington de récupérer Bush Hamdan dans un poste de co-coordinateur offensif avec Matt Lubick. Coach des quarterbacks en NFL avec Atlanta en 2017, Hamdan était auparavant coach des receveurs pour Petersen. De l’autre côté du ballon, Pete Kwiatowski a accepté de partager le poste de coordinateur défensif avec Jimmy Lake, l’un des assistants les plus courtisés du pays. Lake a également bénéficié d’une augmentation de salaire à 1,1 millions de dollars pour 2018.

Avec un coaching staff expérimenté à l’unisson d’un chœur de joueurs en pleine maturité, Washington dispose d’une armada capable de déjouer tous les pièges qui se tendront sur sa route cette année.

Attaque

Ils sont presque tous là. Malgré les départs du receveur star Dante Pettis et du center Coleman Shelton, cette attaque s’annonce redoutable. Si les Huskies ont buté sur Arizona State et Stanford l’an dernier, l’expérience et le talent de ce groupe font déjà frémir les défenses adverses. Aux commandes de l’équipe, l’ancienne recrue cinq étoiles QB Jake Browning (2 719 yards, 19 TD, 5 INT en 2017) devrait disposer d’une escouade de receveurs, décimée en 2017, un peu plus en forme. Pour sa dernière saison de college football, le quarterback californien devrait ainsi avoir plus de poids sur les résultats de son équipe, alors que Chris Petersen avait mis l’accent sur le jeu au sol en conséquence l’an passé. Du côté de Seattle, on espère retrouver le Jake Browning de 2016, auteur de 43 touchdowns et intronisé Pac-12 Offensive Player of the Year.

Embed from Getty Images

Limité à trois rencontres l’année dernière, le vétéran WR Chico McClatcher (10 réceptions, 128 yards en 2017) sera probablement le point d’appui de son QB sur les phases de jeu aérien. WR Aaron Fuller(26 réceptions, 291 yards, 1 TD en 2017) aura également son mot à dire pour sa troisième saison avec les Huskies, lui qui s’inscrit dans la récente tradition à Washington de receveurs véloces capables d’aller rapidement chercher la profondeur. Sans oublier WR Quinten Pounds et WR Andre Baccellia, tous deux régulièrement entravés par les blessures au cours de leur carrière, qui devraient obtenir un rôle important si leur condition physique le permet.

Dans l’ensemble, ce groupe de receveurs a montré d’excellentes dispositions durant le spring practice. Outre Baccellia, les redshirt freshmen WR Terrell Bynum et WR Alex Cook ont su se mettre en évidence, ainsi que le true freshman WR Austin Osborne. Sans compter l’arrivée pour le fall camp de WR Marquis Spiker, classé 59e au niveau national lors de la promotion de recrutement 2018. Avec ses 27 touchdowns pour sa dernière saison de high school football et un total de 72 en carrière, il arrive avec un CV déjà bien rempli. Chris Petersen pourra également compter sur TE Hunter Bryant (22 réceptions, 331 yards en 2017), révélation de 2017 en attaque, qui pourrait cependant manquer l’ouverture de la saison suite à une blessure au genou contractée durant l’offseason.

Mais le nerf de la guerre demeure la bataille des tranchées. À ce petit jeu, la ligne offensive des Huskies semble bien armée. Le retour de LT Trey Adams et RT Kaleb McGary, deux joueurs déjà taillés pour la NFL, devrait permettre à Browning et au jeu de course de profiter d’une protection sans égale en Pac-12, et potentiellement au niveau national. Blessé en fin de saison dernière, Adams a préféré revenir pour un baroud d’honneur plutôt que se présenter à la dernière draft. Nommé All-Pac-12 l’an passé, McGary sera également un élément déterminant au sein de cette ligne.

Embed from Getty Images

Le poste de center est l’inconnue de ce groupe, alors que Coleman Shelton a fait ses valises pour le monde professionnel. OL Nick Harris devrait occuper la position sur le terrain tandis que OL Luke Wattenberg, qui remplaçait Trey Adams durant sa convalescence, sera probablement aligné comme guard. De quoi offrir un appui confortable à RB Myles Gaskin (1 380 yards, 21 TD en 2017) pour développer le jeu au sol. Le running back vétéran de Washington possède le potentiel pour rivaliser avec le coureur de Stanford Bryce Love dans la conférence. Le jeune RB Salvon Ahmed (388 yards, 3 TD en 2017), impressionnant dans un rôle limité en 2017, sera visiblement le bras droit de Gaskin cette saison.

Défense

Orpheline de Vita Vea, la ligne défensive pourra néanmoins se reposer sur NT Greg Gaines (30 plaquages, 5 pour perte, 2.5 sacks en 2017), l’un des joueurs les plus sous-estimés de cette défense. Le senior DL Jaylen Johnson (18 plaquages, 4 pour perte, 3.5 sacks en 2017) et le sophomore DL Levi Onwuzurike (16 plaquages, 3.5 pour perte, 2 sacks en 2017) apporteront leur savoir-faire sur la ligne tandis que Gaines devrait vampiriser l’attention des lignes offensives adverses. Le true freshman DL Tuli Letuligasenoa dispose en outre d’un potentiel époustouflant pour son jeune âge.

Même constat chez les linebackers, où le départ d’Azeem Victor pour la NFL risque de se sentir, du moins dans un premier temps. LB Ben Burr-Kirven (84 plaquages, 4 pour perte, 1 sack, 1 INT en 2017) et l’ancien champion national de lutte LB Tevis Bartlett (48 plaquages, 12 pour perte, 4 sacks, 2 INT en 2017) sont largement capables de contrôler le centre de la défense des Huskies, épaulés par un LB DJ Beavers (13 plaquages, 1.5 pour perte en 2017) rétabli après une saison 2017 tronquée par les blessures.

Sur les ailes, LB Ryan Bowman (32 plaquages, 9.5 pour perte, 5.5 sacks en 2017) et LB Benning Potoa’e (27 plaquages, 5 pour perte, 3 sacks en 2017) seront les principales menaces de cette défense multidimensionnelle.

Embed from Getty Images

Pour venir appuyer un front seven déjà effrayant, Washington pourra compter sur une secondary inégalée en Pac-12. La paire de safeties vétérans composée de FS Taylor Rapp (59 plaquages, 1 INT en 2017) et SS JoJo McIntosh (50 plaquages, 1 INT en 2017), deux joueurs attendus de pied ferme en NFL, se situe déjà comme l’une des meilleures du pays et fait office d’assurance tout-risque pour Jimmy Lake et Pete Kwiatkowski. Rapp, en particulier, est un élément de dissuasion formidable au sein de l’arrière-garde des Huskies avec sa capacité à toujours se trouver autour du ballon et à ne jamais manquer un plaquage.

Pour annihiler le jeu aérien des équipes opposées, généralement plutôt portées sur la passe dans la conférence, il faudra compter sur une escouade de cornerbacks fournie en qualité et en quantité. Le sophomore CB Elijah Molden (19 plaquages, 1 INT en 2017), impressionnant pendant le spring practice avec six interceptions, sera positionné comme nickelback. Pour le reste, CB Keith Taylor (8 plaquages en 2017), lui-aussi en évidence au printemps dernier, CB Jordan Miller (23 plaquages, 2 INT en 2017) et CB Austin Joyner (40 plaquages, 1 INT en 2017) seront vraisemblablement en compétition pour le statut de cornerback numéro un durant le fall camp, alors que les deux derniers ont manqué le spring practice sur blessure.

Équipes spéciales

Le point faible de cette unité l’an passé, le poste de kicker, semble avoir trouvé un titulaire capable en la personne de K Van Soderberg, aujourd’hui sophomore et déjà expérimenté après plusieurs apparitions en 2017, avec notamment deux field goals manqués dans la défaite contre Arizona State. Mieux préparé, désormais intronisé titulaire à temps plein, Soderberg a montré d’excellentes dispositions au printemps dernier qui font dire à ses coaches qu’une solution a été trouvée pour tirer les coups de pied.

Embed from Getty Images

Aucun souci concernant le rôle de punter puisque P Joel Whitford, un des meilleurs joueurs du pays à ce poste, sera de retour, plus affuté et expérimenté que jamais. Pour retourner les coups de pied, Salvon Ahmed aura la lourde tâche de faire oublier l’absence de Dante Pettis. Le running back est l’un des joueurs les plus explosifs de la côte Ouest et les Huskies s’attendent à le voir reprendre le flambeau avec brio.

Calendrier

Cette année, les Huskies ont eu la bonne idée de programmer un affrontement qui s’annonce déjà épique face à un poids lourd historique, Auburn. Au sein d’une conférence qui s’essouffle sur la scène nationale et qui attire difficilement les projecteurs, Washington s’offre ainsi une affiche en ouverture de la saison, à Atlanta, pour frapper un grand coup en cas de victoire. Les ambitions de playoffs de Chris Petersen devraient passer par un résultat positif face aux Tigers.

Il faudra toutefois se méfier des déplacements à UtahUCLAOregonCal et Washington Stateen fermeture. Dotée d’une fanbase solide et d’une escouade de cheerleaders inégalable, la fac de Seattle devrait assurer à domicile face aux North DakotaArizona StateBYUColorado ou Oregon State qui se présenteront au Husky Stadium.

Match clé
contre Stanford, le 3 novembre 2018
Si la rencontre face à Auburn devrait forcément peser dans les esprits, celle face à Stanford pourrait potentiellement décider du vainqueur de la Division North en Pac-12. L’an passé, une surprenante défaite des Huskies à Palo Alto leur avait bloqué l’accès à la finale de conférence. Surtout, si la défense parvient à museler le running back Bryce Love, Washington pourrait gagner en confiance avant une semaine off et le sprint final avec Oregon State et Washington State au programme.

Embed from Getty Images

Conclusion

L’an dernier, Washington abordait la saison en écrasant ses six premiers adversaires avec un total de 258 points marqués contre 61 encaissés, avant de s’effondrer face à Arizona State, némésis des Huskies, qui s’inclinaient pour la septième fois consécutive à Tempe. Sans oublier cette autre sortie de route à Stanford, synonyme de fin de saison prématurée alors que le groupe de Petersen était attendu en finale de Pac-12. Après plusieurs classes de recrutement consécutives dans le top 25 du pays et surtout le retour de la majorité des titulaires, Washington semble imbattable cette année et fait déjà office de favori pour le titre de conférence.

Évidemment, comme chaque programme à travers le pays, les Huskies ont perdu des joueurs importants. Vita Vae et Dante Pettis seront difficiles à remplacer. Comme Shaq Thompson, Danny Shelton, Budda Baker ou Kevin King les années précédentes. Pourtant, Chris Petersen et son staff ont toujours réussi à minimiser la perte de tels joueurs avec la révélation de nouveaux talents et 2018 ne devrait pas échapper à cette règle. Les vétérans réputés installés aux postes clés font de cette équipe un rival à ne pas sous-estimer pour n’importe quel programme du pays et les fans de Washington peuvent se laisser aller à rêver d’un titre national qui leur échappe depuis 1991.

Trailer

Membre de l'équipe de The Blue Pennant depuis septembre 2013, Loïc s'est trimballé à travers les États-Unis en 2017 pour mieux comprendre le pas-si-petit monde du college football. Seulement deux contraventions pour excès de vitesse sur 20 000 km. Intime de Mark Sanchez, Sam Darnold et des cheerleaders de Wisconsin, promo '76. Label qualité TBP et Sécurité routière.

Publicité
Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Preview

Top 25 des meilleurs joueurs de ligne défensive en 2019

Le defensive tackle senior des Tigers, Derrick Brown, est le #1 de notre traditionnel classement des meilleurs joueurs de ligne défensive à l’aube de la prochaine saison.

Publié

le

Crédit Photo : AuburnTigers.com

La promotion de joueurs de ligne défensive 2018 fût l’une des plus mémorables de ces dernières années. Les scouts NFL ne s’y sont pas trompés : 3 des 4 premiers joueurs sélectionnés lors de la dernière draft ont été des defensive ends (Nick Bosa, Quinnen Williams, Clelin Ferrell).

Les Tigers de Clemson ont terminé la dernière saison avec un bilan de 15-0 grâce à l’éclosion de QB Trevor Lawrence et au travail de RB Travis Etienne mais également à la présence de la meilleure ligne défensive de l’Histoire.

Qu’en est-il de cette génération 2019 ?

Suivez le guide et découvrez le Top 25 des meilleurs joueurs de ligne défensive à l’aube de la prochaine saison :

Embed from Getty Images

1. Derrick Brown, DT, Sr, Auburn

Il avait le potentiel pour être un premier tour lors de la dernière draft. Mais Derrick Brown a préféré patienter un an de plus pour franchir le pas. Tant mieux pour les Tigers qui, au sein de leur détonnante ligne défensive, possède l’un des nose tackles les plus dominateurs et les plus athlétiques de sa génération. Sans blessure, c’est une place dans le top 10 voire le top 5 de la draft 2020 qui l’attend.

2. Chase Young, DE, Jr, Ohio State

Il ne devait être « que » le lieutenant de Nick Bosa sur le pass rush des Buckeyes en 2019. Mais avec l’indisponibilité longue durée du nouveau joueur des 49ers, Young a parfaitement épousé ses nouvelles responsabilités, avec neuf sacks et demi au compteur et une efficacité redoutable sur le run stop. Il sera LE leader défensif du programme de Columbus cette saison.

3. Raekwon Davis, DT, Sr, Alabama

Non, l’explosion de Quinnen Williams n’a pas profité à tout le monde. Un temps le taulier de la D-Line du Crimson Tide, Raekwon Davis a paru plus en retrait qu’en 2017, avec un tout petit sack et demi à son actif. Avec une draft qui s’annonce moins féroce sur sa position en avril prochain, le numéro 99 a les armes pour faire resurgir ses incroyables qualités athlétiques.

4. A.J. Epenesa, DE, Jr, Iowa

Très bien couvé par Kirk Ferentz lors de ses deux premières saisons à Des Moines, Epenesa a su briller quand on faisait appel à lui. Déjà 16 sacks en 24 matches, et une place de titulaire à part entière qui l’attend en 2019. Au-delà de son intimidant physique et de son solide premier pas, l’Hawkeye compose avec des bras tentaculaires et constamment en mouvement. A ce rythme-là, il figurera dans le top 15 de la prochaine draft.

Embed from Getty Images

5. Kenny Willekes, DE, Sr, Michigan State

L’un des talents les plus sous-côtés de première division universitaire. Arrivé comme walk-on (joueur non boursier) à Michigan State, Willekes est à l’image des défenseurs Spartans qu’adore Mark Dantonio : dur au mal, réactif et efficace. Son intelligence de jeu lui a permis d’enregistrer plus de 20 plaquages pour perte en 2018, un chiffre dantesque pour un edge rusher. Son profil n’est pas sans rappeler le Redskin Ryan Kerrigan, lui aussi longtemps dans l’ombre de la Big Ten, avec Purdue.

6. Yetur Gross-Matos, DE, Jr, Penn State

Certains l’appelleront le bien nommé. Tant Gross-Matos a su développer tout le potentiel que les Nittany Lions avaient su déceler en le recrutant. Le diamant de Pennsylvanie a enregistré des stats similaires à Willekes (20 plaquages pour perte, 8 sacks) en étant le plan B, derrière Shareef Miller. En 2019, il sera le taulier du premier rideau défensif.

7. Xavier Thomas, DE, So, Clemson

Recrue 5 étoiles en 2018, Xavier Thomas n’a pas mis beaucoup de temps à apprendre derrière le quatuor magique des Tigers. Avec les départs de Ferrell et de Bryant, il va devenir le top edge rusher du champion national en titre et a des arguments à faire valoir avec sa soudaine accélération et son physique de déménageur. Pour beaucoup, comme pour ses coéquipiers Trevor Lawrence et Justyn Ross, un spot l’attend déjà dans le top 10 de la draft … 2021.

8. Nick Coe, DE, Jr, Auburn

Certes, le casting autour de lui a su libérer des espaces. Mais à Auburn, Nick Coe a fait mieux que suivre ses coéquipiers, il les a mené de main de maître. Ses 7 sacks enregistrés en 2018 en feront l’un des joueurs à suivre cette saison dans l’impressionnante escouade des Tigers.

Embed from Getty Images

9. Jabari Zuniga, DE, Sr, Florida

Recrue phare de Florida lors de son arrivée à Gainesville, Zuniga a su accumuler les big plays, sans pour autant devenir la figure de proue du pass rush des Gators. Avec le départ des CeCe Jefferson et Jachai Polite, le numéro 92 a enfin l’opportunité de devenir le bras armé du coordinateur Todd Grantham.

10. Rashard Lawrence, DE, Sr, LSU

Sans avoir des statistiques dingues, Lawrence a souvent été précieux dans la massive rotation des Tigers sur la D-Line. Athlète hors norme, il peut évoluer sur de nombreuses positions avec un résultat satisfaisant (54 plaquages, 4 sacks, 3 passes défendues en 2018). Sa complémentarité avec Logan et Farrell devrait encore faire des dégâts et faire de LSU une indéniable force défensive du pays.

11. Marlon Davidson, DE, Sr, Auburn

Si Derrick Brown et Nick Coe ont plus été mis en lumière sur le premier rideau défensif des Tigers l’an passé, ils le doivent aussi aux prestations de Davidson. Leader de son secteur, il s’est révélé aussi actif que polyvalent, permettant de libérer des brèches mais aussi de boucler les actions au besoin. Le profil du senior est un de ceux qui intriguent le plus les scouts NFL.

12. Khalid Kareem, DE, Sr, Notre Dame

Parlant de menace protéiforme, Kareem a confirmé son ancien statut de recrue 4 étoiles. Si ses sept sacks et demi sur ses deux dernières saisons paraissent maigres, le pendant de Julian Okwara a constamment harcelé la poche adverse, ajoutant de la pression et compromettant sérieusement les trajectoires du quarterback (5 passes défendues en 2018). Il sera un des hommes de base de la nouvelle défense des Fighting Irish, désormais orpheline de Jerry Tillery, Te’Von Coney ou encore Julian Love.

Embed from Getty Images

13. Mustafa Johnson, DT, Jr, Colorado

Une des rares satisfactions au sein du marasme défensif des Buffaloes l’an passé. Placé lineman défensif hybride dans la défense 3-4 de Mike McIntyre, Johnson a fait plus que surnager en terrassant ses opposants et en décrochant sept sacks et demi, du « haut » de ses 131 kilos. Nul doute que l’arrivée du head coach Mel Tucker, spécialiste défensif, devrait lui faire le plus grand bien.

14. Lorenzo Neal, DT, Sr, Purdue

Dur de faire plus terrifiant sur le poste de nose tackle ! Fils de l’ancien fullback éponyme, passé notamment par les Chargers dans les années 2000, Lorenzo Neal est massif mais aussi endurant. Son gabarit et son explosivité lui ont permis de gérer avec succès des double-teams, une donnée d’importance dans la défense 4-3 de Jeff Brohm. Au vu de son activité, une sélection lors du premier tour de la prochaine draft n’est pas à exclure.

15. Justin Madubuike, DT, Jr, Texas A&M

Pour Madubuike, c’est un virage crucial qui s’amorce. Car sur une ligne défensive extrêmement remaniée pendant l’intersaison, avec les départs de Landis Durham et Kingsley Keke, notamment, le lineman défensif doit devenir la principale menace des Aggies. Performant, il l’était déjà sur le run stop mais a même étonné sur le pass rush, avec plus de 5 sacks en 2018. Un nom à suivre, très clairement.

16. Reggie Walker, DE, Sr, Kansas State

A Kansas State, l’accent est souvent mis sur les tranchées. Et le (nouveau) départ en retrait de coach Snyder n’y changera rien. Intelligent et combatif, Reggie Walker n’est pas sans rappeler un certain Jordan Willis, pass rush émérite sorti de la même fac. Au vu des interrogations sur la nouvelle attaque des Wildcats, la défense qu’il incarnera sera sans nul doute la tête de gondole du programme de Manhattan.

17. Curtis Weaver, DE, Jr, Boise State

Sa présence peut paraitre discutable, tant Weaver est un edge rusher assez longiligne et versatile. Mais les résultats peuvent être dévastateurs. Jugez plutôt : 21 sacks cumulés depuis son arrivée dans l’Idaho, et 28 plaquages pour perte sur cette même période. L’intéressé se sait explosif et n’hésite pas à profiter d’une bonne lecture pour faire parler la poudre. L’un des tous meilleurs edge rushers made in Group of Five !

Embed from Getty Images

18. Quincy Roche, DE, Jr, Temple

Le programme de Temple devient-il peu à peu une institution défensive ? On est en droit de le penser, en ayant vu sortir ces dernières années des joueurs comme Matt Ioannidis, Haason Reddick ou Rock Ya-Sin. Malgré le départ de coach Collins, vers Georgia Tech, la tradition devrait être perpétrée par Quincy Roche. Defensive end de formation, le junior est un monstre au duel et un véritable poison à contenir sur le pass pro. Titulaire dès sa première année sur le campus de Pennsylvanie, Roche n’a jamais obtenu moins de six sacks sur une saison.

19. Raequan Williams, DT, Sr, Michigan State

Et oui, encore un défenseur des Spartans ! Avec, cette fois, un vrai spécialiste du run stop. Dans une conférence Big Ten où le jeu au sol est roi, Williams n’aura cessé de monter en régime et de se révéler intraitable dans ce domaine, aux côtés du linebacker Joe Bachie. Si ses lacunes sur le pass rush ont été souvent mis en avant, l’athlétique lineman n’en demeure pas moins excellent dans son domaine de prédilection.

20. LaBryan Ray, DE, Jr, Alabama

C’est un gros point d’interrogation, à l’orée de l’exercice 2019. Souvent comparé à Jonathan Allen, et amené à succéder à Isaiah Buggs, Ray s’est surtout distingué par des démêlés extra-sportifs pendant l’intersaison. Mais avec la tête à l’endroit, le joueur du Tide a tout d’un matchup infernal. Une ancienne recrue 5 étoiles qui, comme souvent à ‘Bama, doit attendre son année junior pour enfin entrer dans la lumière …

21. Joe Gaziano, DE, Jr, Northwestern

En terminant meilleur sackeur de la Big Ten en 2017, cette ancienne recrue 3 étoiles avait déjà donné le ton de ses futures campagnes universitaires. Mais l’an passé, Gaziano a été l’un des instigateurs de l’excellente dernière ligne droite des Wildcats. Au-delà de ses sept sacks et demi, le junior apporte une plus-value de taille sur le run stop.

Embed from Getty Images

22. Ross Blacklock, DT, Jr, TCU

Il devait exploser au sein de la ligne défensive des Horned Frogs en 2018. Mais à cause d’une blessure au tendon d’Achille en présaison, Ross Blacklock a dû rester à quai, à contre-coeur. Une frustration pour le joueur mais aussi pour les observateurs, au vu du potentiel démontré lors de sa saison freshman. Aves les départs de Banogu et de Collier sur l’extérieur de la D-Line, son rôle s’annonce majeur dans le système défensif de Gary Patterson.

23. D.J. Wonnum, DE, Sr, South Carolina

Parlant d’absence longue durée, D.J. Wonnum a connu un exercice 2018 plus que tronqué. Quatre petits matches au programme, mais avec deux sacks dans l’escarcelle : preuve du talent indéniable du poulain de Will Muschamp. Ses bonnes mains au contact et sa réactivité ne seront pas de trop pour refaire parler de lui. Dans le bon sens, cette fois-ci.

24. McTelvin Agim, DT, Sr, Arkansas

Un diamant brut quelque peu gâché par son environnement. Recrue phare d’Arkansas, McTelvin Agim a poursuivi sa progression en 2018, malgré son passage en defensive tackle 4-3 et les déboires répétés de son programme ces derniers mois. Mais sous la coupe de John Chavis, notamment réputé pour son rôle de coordinateur à LSU, le polyvalent lineman devrait conduire une défense plus féroce cette saison. Précieux sur le run stop, il a aussi étayé sa panoplie de moves sur le pass rush, pour atteindre 4 sacks et demi l’an passé.

25. Julian Okwara, DE, Sr, Notre Dame

Le foot universitaire est souvent une histoire de fratries. Et Notre Dame ne fait pas exception à la règle. Après le bon passage de Romeo, désormais pass rusher performant en NFL, et chez les Detroit Lions, Julian représente dignement la famille Okwara du côté de South Bend. Avec 8 sacks en 2018, il était le defensive end le plus prolifique pour aller plaquer le quarterback adverse et constituera, avec Khalid Kareem, l’un des duos de linemen défensifs les plus dangereux du pays.

Lire la suite

Preview

Top 25 des meilleurs receveurs en 2019

Le junior du Crimson Tide, Jerry Jeudy, est le #1 de notre traditionnel classement des meilleurs receveurs à l’aube de la prochaine saison.

Publié

le

Toujours plus de vitesse, toujours de jeunesse : la promotion 2019 de receveurs propose des talents multiples menés par le vainqueur en titre du trophée Biletnikoff. Les scouts NFL parlent déjà de « The Year of Receivers ».

Alabama et Clemson possèdent des groupes de receveurs incroyablement profonds : quatre joueurs du Crimson Tide et deux des Tigers font partie de ce classement. Encore un secteur dans lequel les deux derniers finalistes dominent au niveau national.

Découvrez, avec nous, les futures stars de la saison 2019 au poste de receveur :

Embed from Getty Images

1. Jerry Jeudy, Jr, Alabama

Il est rare que le vainqueur du trophée Biletnikoff en titre fasse son retour au niveau NCAA. C’est le cas de WR Jerry Jeudy qui a confirmé son statut de All-American en devenant la cible préférée de QB Tua Tagovailoa. Il est déjà considéré comme un Top 10 assuré lors de la draft NFL 2020. Des changements de direction dévastateurs et une capacité exceptionnelle de se détacher de son défenseur sur les passes longues en font notre receveur #1 de ce Top 25. 68 réceptions, 1315 yards et 14 TD en 2018.

2. Justyn Ross, So, Clemson

Sa fin de saison a renversé le petit monde du College Football. 2 matchs de playoffs : 148 yards et 2 TD contre Notre Dame, puis 153 yards et 1 TD contre Alabama en finale nationale ! Il a terminé la saison dernière avec une moyenne ahurissante de 21.7 yards par réception. 46 réceptions, 1000 yards, 9 TD en 2018.

3. Tylan Wallace, Jr, Oklahoma State

Voici la nouvelle perle de l’attaque électrisante des Cowboys. Véritable menace dans le jeu aérien en profondeur, il est capable de capter n’importe quelle passe de plus de 25 yards. #2 du pays l’an passé avec ses 1491 yards sur réception. 86 réceptions et 12 TD en 2018.

4. Tee Higgins, Jr, Clemson

Ancienne recrue 5-étoiles, il possède un physique imposant (1,93m) qui en fait une menace constante dans la red zone adverse mais aussi une vitesse et une détente folles dont a su régulièrement profiter QB Trevor Lawrence. 59 réceptions, 936 yards pour 12 TD en 2018. 1 TD toutes les 4.9 réceptions !

Embed from Getty Images

5. Rondale Moore, So, Purdue

Probablement le freshman le plus explosif de la saison dernière, il devra confirmer son nouveau statut de All-American après avoir réussi 114 réceptions en 2018 (#1 au niveau national). Symbole du renouveau offensif des Boilermakers imaginé par coach Jeff Brohm.

6. CeeDee Lamb, Jr, Oklahoma

Il a explosé en 2ème partie de saison dernière devenant l’une des cibles préférées du futur vainqueur du trophée Heisman, QB Kyler Murray. Avec le départ pour la NFL de WR Marquise Brown, il sera surement la soupape de sécurité de QB Jalen Hurts en 2019. 65 réceptions, 1158 yards pour 11 TD en 2018.

7. Laviska Shenault Jr, Jr, Colorado

Malgré une blessure qui l’a contraint de manquer 3 matchs, il a terminé meilleur receveur de la conférence Pac-12 avec ses 86 réceptions. Receveur ultra-polyvalent, il est capable de jouer dans le trafic tout en restant une menace sur les longues passes. Ses aptitudes athlétiques lui ont également permis d’être utilisé sur le jeu au sol dans la redzone adverse (5 TD l’an passé). 86 réceptions, 1011 yards, 6 TD en 2018.

8. Collin Johnson, Sr, Texas

Opéré du genou au cours de l’intersaison, il fera son retour en 2019 pour poursuivre sa progression après avoir réussi 68 réceptions la saison passée. Son gabarit imposant (1,98m et 99 Kg) et ses excellentes mains en font un cauchemar pour les défenses. 68 réceptions, 985 yards, 7 TD.

Embed from Getty Images

9. Henry Ruggs III, Jr, Alabama

C’est une machine à inscrire des TD : 17 en… seulement 58 réceptions réussies en carrière ! Sa vitesse (4.25 sur 40 yards) affole toute les défenses de la conférence SEC. 46 réceptions, 741 yards et 11 TD en 2018.

10. Jaylen Waddle, So, Alabama

3ème receveur du Crimson Tide représenté dans le Top 10. Totalement indéfendable sur les quick screens et redoutable sur les retours de coup de pied, il a dépassé la barre des 100 yards sur réception à 4 reprises l’an dernier, et ce, malgré son statut de WR#4 dans le depth chart. 45 réceptions, 848 yards, 7 TD en 2018.

11. Jalen Reagor, Jr, Texas Christian

L’un des joueurs les plus rapides de la conférence Big 12, il semble toujours à un plaquage près de réussir le big play décisif. D’ailleurs, il a accumulé 10 réceptions de plus de 30 yards la saison dernière. Il sera assurément le leader d’une attaque renouvelée des Horned Frogs. 72 réceptions, 1061 yards, 9 TD en 2018.

12. K.J. Hamler, Jr, Penn State

Rapidement inséré dans le rotation de receveur après son année redshirt freshman, il n’a pas deçu grâce à sa vitesse et une mobilité hors normes. Il a également démontré ses excellentes mains devenant un vrai playmaker pour les Nittany Lions. 42 réceptions, 754 yards, 5 TD en 2018.

Embed from Getty Images

13. Albert Okwuegbunam (TE), Jr, Missouri

Premier tight-end de ce Top 25. Ultra-athlétique (1,96m et 116 Kg), il respecte ses tracées à la perfection. Il sera surement l’une des cibles préférées du néo-Tiger, QB Kelly Bryant. 17 TD réussies sur réception en 22 matchs joués sous le maillot de Missouri.

14. Tyler Johnson, Sr, Minnesota

Malgré une certaine instabilité au poste de quarterback du côté de Minnesota, il a établi de nouveaux records de la fac avec 1169 yards sur réception et 12 TD. Il pourrait même défier Eric Decker et Ron Johnson comme meilleur receveur de l’Histoire des Golden Gophers.

15. Kalija Lipscomb, Sr, Vanderbilt

Meilleur receveur de la conférence SEC en 2018 pour le nombre de réceptions (87). Ses 9 TD réussis l’an passé représentent la meilleure performance d’un joueur des Commodores depuis 2005.

16. Bryan Edwards, Sr, South Carolina

Longtemps dans l’ombre de WR Deebo Samuel, il est maintenant l’option #1 des Gamecocks dans le jeu aérien. 163 réceptions en carrière sous le maillot de South Carolina.

17. James Proche, Sr, SMU

Receveur de possession qui excelle dans le trafic, il était le 5ème meilleur receveur du pays l’an dernier avec 93 réceptions et 12 TD. Des mains en or qui feront le bonheur du nouveau titulaire des Mustangs, QB Shane Buechele.

Embed from Getty Images

18. DeVonta Smith, Jr, Alabama

4ème larron du fantastique quatuor du Crimson Tide au poste de receveur. Tout le monde se souvient de son TD victorieux en finale nationale 2017 mais il a confirmé cette excellente prestation l’an passé totalisant 42 réceptions, 693 yards et 6 TD.

19. Donovan Peoples-Jones, Jr, Michigan

Il forme un duo de receveurs détonant avec WR Nico Collins. Plus mobile et plus véloce que son compère, il possède toutes les qualités pour devenir la star offensive des Wolverines. 47 réceptions, 612 yards, 8 TD en 2018.

20. K.J. Hill, Sr, Ohio State

Les départs de WR Terry McLaurin et WR Parris Campbell lui ouvrent la voie pour devenir le receveur #1 de Buckeyes désormais dirigés en attaque par le sophomore QB Justin Fields. 70 réceptions, 885 yards, 6 TD en 2018.

21. JD Spielman, Jr, Nebraska

Sélectionné dans la 3ème équipe All-Big Ten, il a totalisé 66 réceptions pour 818 yards et 8 TD en 2018 malgré une absence de deux matchs. Il incarne le renouveau du secteur aérien des Cornhuskers.

22. Denzel Mims, Jr, Baylor

Deux saisons consécutives avec un total de 8 TD. QB Charlie Brewer semblait plus à l’aise avec WR Jalen Hurd l’an passé mais WR Denzel Mims sera assurément sa cible privilégiée en 2019. 116 réceptions, 1881 yards et 16 TD lors des deux dernières saisons.

Embed from Getty Images

23. Van Jefferson, Sr, Florida

L’attaque plus ouverte des Gators devrait lui permettre de faire valoir ses formidables aptitudes à capter des ballons sur les sidelines. QB Feleipe Franks a commencé à allonger le jeu aérien des Floridiens : l’ancien joueur d’Ole Miss, WR Van Jefferson, est prêt à tout casser ! 35 réceptions, 503 yards, 6 TD en 2018.

24. Hunter Bryant (TE), Jr, Washington

Ralenti par des blessures du genou depuis son arrivée à Seattle, il continue d’être l’un des meilleurs receiving tight-ends du pays. Son talent est immense. Ses mains sont sûres et son physique de déménageur le rendent très difficile à stopper. QB Jacob Eason l’adore déjà.

25. Michael Pittman Jr, Sr, USC

Avec ses 1,93 et son accélération folle, il est devenu le leader d’un prometteur groupe de receveurs du côté de Los Angeles. Perpétuelle menace sur les passes longues, il forme un trio infernal avec deux autres receveurs qui auraient pu faire partie de ce Top 25 : WR Amon-Ra St.Brown et WR Tyler Vaughns. Fils de l’ancien joueur NFL (Arizona, Tampa Bay, Denver), Michael Pittman. 41 réceptions, 758 yards, 6 TD en 2018.

Sr: Senior; Jr: Junior; So: Sophomore; Fr: Freshman

Lire la suite

Preview

Top 25 des meilleurs running backs en 2019

Le running back des Tigers de Clemson, Travis Etienne, est le #1 de notre traditionnel classement des meilleurs running backs à l’aube de la prochaine saison.

Publié

le

Crédit photo : Harry How/Getty Images

Le poste de running back est probablement l’un des plus fournis en talent au niveau national. Bryce Love, Myles Gaskin, Justice Hill et Josh Jacobs ont pris la direction de la NFL mais la promotion 2019 s’annonce exceptionnelle !

Plusieurs joueurs sont des candidats crédibles pour une invitation à New York pour la remise du trophée Heisman et certains records historiques pourraient même tomber à l’occasion de la prochaine saison.

Découvrez, avec nous, les futures stars de la saison 2019 au poste de running back :

Embed from Getty Images

1. Travis Etienne, Jr, Clemson

Il s’était révélé dès sa saison freshman avant de confirmer la saison dernière en accumulant 1658 yards au sol pour un total de 24 TD (#1 au niveau national). Son incroyable capacité de gagner des yards après le premier contact (8.1 yards par course en 2018) et sa vitesse folle le rendent quasi-inarrêtable. Avec QB Trevor Lawrence à la baguette de l’attaque, il forme un sensationnel duo dans le backfield des Tigers de Clemson. Malgré le départ de LT Mitch Hyatt, la ligne offensive restera un point fort des champions nationaux en titre. Est-ce l’année d’un running back comme vainqueur du trophée Heisman ?

2. Jonathan Taylor, Jr, Wisconsin

Explosif, puissant et mobile, il sera (encore une fois) la pierre angulaire d’une attaque de Wisconsin menée par un quarterback inexpérimentée. 4171 yards au sol et 29 TD en deux saisons avec les Badgers. En course pour établir de nouveaux records historiques dans le jeu au sol. Simplement phénoménal !

3. AJ Dillon, Jr, Boston College

Ralenti par des blessures l’an dernier après une saison freshman exceptionnelle (1589 yards au sol, 14 TD en 2017), il sera de retour à 100% en 2019 pour concurrencer Travis Etienne comme meilleur coureur de la conférence ACC. Incontestable leader d’une attaque de Boston College devenue athlétique et explosive.

4. D’Andre Swift, Jr, Georgia

Certains observateurs le considèrent comme le running back le plus dangereux du pays. Son talent est indéniable et il ne semble pas avoir encore atteint tout son potentiel après avoir partagé son temps de jeu avec Nick Chubb, Sony Michel et Elijah Holyfield lors des deux dernières saisons. 1049 yards au sol, 10 TD en 2018.

Embed from Getty Images

5. J.K. Dobbins, Jr, Ohio State

Il a déjà atteint le plateau des 1000 yards au sol lors de ses deux premières saisons sous le maillot des Buckeyes malgré un temps de jeu limité. Le départ anticipé de Mike Weber pour la NFL lui offre la possibilité de devenir l’un des running backs les plus prolifiques du pays. Son duo avec QB Justin Fields sera très difficile à contenir. 1053 yards au sol, 10 TD en 2018.

6. Najee Harris, Jr, Alabama

Prospect #2 du pays lors du recrutement 2017 et régulièrement comparé à Derrick Henry, il va prendre le pouvoir du jeu au sol d’Alabama suite au départ de Damien Harris. Probablement le running back le plus puissant du pays. Le jeu offensif du Crimson Tide étant désormais tourné vers les airs, il pourrait souffrir au niveau statistiques par rapport au reste de ce Top 10.

7. Eno Benjamin, Jr, Arizona State

Peu utilisé lors de saison freshman, coach Herm Edwards en a fait le fer de lance de son attaque l’an dernier. Sa vitesse, son accélération et sa lecture de jeu lui ont permis de devenir le meilleur running back à l’ouest du Mississippi. Également une menace constante dans le jeu aérien. Peut-être le running back le plus polyvalent de ce classement. 1642 yards au sol, 16 TD et 35 réceptions, 263 yards et 2 TD en 2018.

8. Ke’Shawn Vaughn, Sr, Vanderbilt

Une vitesse folle ! S’il trouve des espaces, il devient inarrêtable. 749 yards et 7 TD lors de ses 5 derniers matchs joués en 2018. 7.92 yards par course l’an dernier (#3 du pays parmi les running backs comptant plus de 150 portées de ballon).

Embed from Getty Images

9. Jermar Jefferson, So, Oregon State

Meilleur freshman parmi les running backs en 2018 (1380 yards au sol, 12 TD), il est sorti de nulle part après un recrutement discret (#41 RB, #777 National en 2018). Seul rayon de soleil au sein d’un programme d’Oregon State en totale déconfiture depuis plusieurs années.

10. Cam Akers, Jr, Florida State

Arrivé en grande pompe sur le campus de Tallahassee (Floride) suite à son recrutement en 2017 (#2 RB, #3 National), il a deçu l’an passé… à l’image d’une équipe des Seminoles à l’agonie. Il devra compter sur de meilleures performances de la ligne offensive pour retrouver son statut de potentiel candidat au trophée Heisman.

11. J.J. Taylor, Jr, Arizona

On attendait QB Khalil Tate, c’est finalement lui qui a donné le tempo de l’attaque de coach Kevin Sumlin. 175.6 yards offensifs par match en 2018 (#2 au niveau national). Il profite de sa petite taille (1,70m) pour se faire oublier dans le jeu aérien. 1434 yards au sol et 6 TD la saison dernière.

12. Kennedy Brooks, So, Oklahoma

Le style de jeu des Sooners ne devrait pas lui permettre de porter le ballon plus de 200 fois l’an prochain mais il a démontré lors de son année redshirt freshman qu’il pouvait sonner les charges dès son entrée sur le terrain. 1056 yards au sol et 12 TD en seulement 119 portées. Il sera un allié de choix pour faciliter l’intégration de QB Jalen Hurts, arrivé d’Alabama durant l’intersaison.

Embed from Getty Images

13. Anthony McFarland, So, Maryland

Il a établi de nouveaux records de la fac de Maryland pour un freshman avec ses 1034 yards au sol et ses 7.9 yards réussis par course en 2018. L’arrivée de QB Josh Jackson (ex-Virginia Tech) pourrait diminuer sa contribution mais son impact sur l’attaque restera essentiel à la production offensive des Terps en 2019.

14. Greg McCrae, Jr, Central Florida

Il sera le leader de l’explosif groupe de running backs qu’il compose avec Otis Anderson et Adrian Killins. Ses 8.9 yards par course en 2018 en ont fait le meilleur running back du pays dans cette catégorie statistiques.

15. Juwan Washington, Sr, San Diego State

Une blessure en milieu de saison dernière l’a empêché d’atteindre le plateau des 1000 yards au sol mais son profil et ses aptitudes athlétiques en font un digne successeur de Donnel Pumphrey et Rashaad Penny.

16. Joshua Kelley, Sr, UCLA

Arrivé de FCS (UC-Davis) avec une forte réputation, il a pris le pouvoir de l’attaque des Bruins désormais dirigée par coach Chip Kelly. Sa vision de jeu et la puissance de ses jambes ont pris par surprise de nombreuses défenses de la conférence Pac-12 la saison dernière. 1243 yards au sol et 12 TD en 2018.

17. Michael Warren II, Jr, Cincinnati

L’an passé, il a réussi la meilleure performance pour un running back des Bearcats depuis RB George Winn en 2012. Il formera un duo explosif avec le revenant et ancien titulaire, RB Gerrid Doaks. 1329 yards au sol et 19 TD en 2018.

Embed from Getty Images

18. Zack Moss, Sr, Utah

Probablement l’un des running backs les plus sous-estimés au niveau national (comme son équipe d’Utah, d’ailleurs). Il vient du même lycée que le quarterback des Utes, Tyler Huntley, et que le receveur des Utes, Demari Simpkins. 1096 yards et 11 TD en 2018.

19. Clyde Edwards-Helaire, So, LSU

Running back de petite taille, il n’a pas bénéficié d’une très grande exposition lors de son arrivée sur la campus de Bâton-Rouge mais sa combativité et son accélération hors normes en font l’un des joueurs préférés de coach Ed Orgeron. Saison de la révélation en 2019 ? 658 yards au sol et 7 TD l’an dernier.

20. Larry Rountree III, Jr, Missouri

Complément idéal de QB Drew Lock l’an dernier, il sera la soupape de sécurité de QB Kelly Bryant, récemment arrivé de Clemson. Surpuissant et véloce, il a une étonnante capacité de gagner des yards après le premier contact. 1216 yards au sol et 11 TD en 2018.

21. Lamical Perine, Sr, Florida

Il devrait profiter du départ de RB Jordan Scarlett pour gonfler sa ligne de statistiques en 2019. Il n’est pas le running back le plus rapide de la conférence SEC mais il utilise à merveilles sa vision de jeu et sa patience derrière la ligne offensive. 826 yards et 7 TD en 2018.

22. CJ Verdell, So, Oregon

Révélation de la saison dernière du côté du campus d’Eugene, il était le seul joueur au niveau FBS à avoir accumulé 1000 yards au sol et 300 yards sur réception. Son éclosion équilibre une attaque des Ducks dominée par la présence du talentueux QB Justin Herbert. 1018 yards au sol, 10 TD et 27 réceptions, 315 yards, 2 TD en 2018.

Embed from Getty Images

23. Chuba Hubbard, So, Oklahoma State

Le départ de RB Justice Hill pour la NFL et le transfert de RB J.D. King lui ouvrent la voie pour une saison 2019 exceptionnelle. Déjà décisif dans son rôle de backup, il possède tout le potentiel pour devenir une nouvelle arme de l’attaque accélérée des Cowboys.

24. Spencer Brown, Jr, UAB

Emblème du renouveau des Blazers d’UAB, il a accumulé 2556 yards au sol et inscrit 26 TD en deux saisons. Une source d’inspiration pour tous ses coéquipiers.

25. Brian Robinson, So, Alabama

Comme d’habitude, le backfield offensif du Crimson Tide est bourré de talents et RB Brian Robinson sera l’une des options importantes du jeu au sol des vice-champions nationaux. La présence de Damien Harris, Joshua Jacobs et de Najee Harris l’ont privé de ballon l’an dernier… ce sera différent cette année. Le duo Harris-Robinson va mettre le feu au Sud des Etats-Unis.

Sr: Senior; Jr: Junior; So: Sophomore; Fr: Freshman

Lire la suite

Preview

Top 25 des meilleurs quarterbacks en 2019

Le quarterback des Tigers de Clemson, Trevor Lawrence, est le #1 de notre traditionnel classement des meilleurs quarterbacks à l’aube de la prochaine saison.

Publié

le

Crédits photos : Kevin Jairaj, USA TODAY Sports

QB Trevor Lawrence et QB Tua Tagovailoa se sont affrontés lors de la dernière finale nationale et il est peu probable que ce soit la seule rencontre de l’Histoire entre ces deux phénomènes au poste le plus important sur le terrain.

Les leaders de Clemson et d’Alabama pourraient bien se retrouver à New York en décembre prochain pour la remise du trophée Heisman. Ils occupent les positions de #1 et de #2 de notre traditionnel classement des meilleurs quarterbacks du pays en prévision de la prochaine saison.

Découvrez, avec nous, les futures stars de la saison 2019 au poste de QB :

Embed from Getty Images

1. Trevor Lawrence, So, Clemson

Meilleur quarterback sorti des lycées américains lors du recrutement 2018, il n’a pas perdu de temps pour tout renverser sur son passage. En moins d’un mois, il a relayé au rôle de backup un QB junior (Kelly Bryant) qui avait emmené son équipe en playoffs l’année précédente. Son jeu aérien exceptionnel (65.2%, 3280 yards à la passe, 30 TD contre seulement 4 INT l’an passé) a rééquilibré l’attaque des Tigers et propulsé l’équipe de coach Dabo Swinney vers le titre national. Il est déjà considéré comme le futur #1 de la draft NFL… 2021 !

Embed from Getty Images

2. Tua Tagovailoa, Jr, Alabama

Promu titulaire en 2018 après avoir offert le titre national à Alabama l’année précédente grâce à 3 TD en 2ème mi-temps contre Georgia, le junior hawaiien a réécrit les livres d’Histoire du prestigieux programme de Tulscaloosa en établissant plusieurs records offensifs dont le nombre de yards à la passe (3 966 yards) et du nombre de TD (48) réussis en une saison. Il sera assurément revanchard après avoir laissé filer le trophée Heisman à QB Kyler Murray et le titre national à Clemson.

Embed from Getty Images

3. Jake Fromm, Jr, Georgia

Probablement le meilleur quarterback de l’Histoire des Bulldogs de Georgia en terme de talent et palmarès, il a joué un rôle déterminant en portant les Bulldogs en finale nationale en 2017 et en finale de conférence SEC en 2018. Malgré un % de réussite déjà excellent (67.4%), sa marge de progression est encore importante. 2749 yards et 30 TD réussis en 2018 (14 INTs seulement). 54 TD en deux saisons avec les Bulldogs.

Embed from Getty Images

4. Justin Herbert, Sr, Oregon

Il a pris tout le monde par surprise en annonçant son retour sur le campus d’Eugene (Oregon) alors que certains observateurs en faisaient un choix de 1er tour lors de la draft NFL 2019. Il a préféré se donner une chance de polir son fantastique potentiel en acquérant davantage d’expérience. Ses 13 titularisations l’an passé représentaient finalement que sa première saison complète après avoir pris le pouvoir en fin de saison 2016 et avoir été écarté des terrains plusieurs semaines en 2017. 3151 yards, 29 TD et 8 INT en 2018. Il devra trouver sa future cible #1 (Juwan Johnson ?) après le départ de Dillon Mitchell mais le natif de l’Oregon reste le meilleur quarterback de la conférence Pac-12.

Embed from Getty Images

5. Sam Ehlinger, Jr, Texas

Sa saison freshman avait laissé entrevoir quelques belles promesses… il a confirmé son éclosion l’an dernier permettant aux Longhorns d’atteindre le plateau des 10 victoires pour la première fois depuis 2009. Sa performance héroïque face à Oklahoma lors du Red River Rivalry et face à Georgia lors du Sugar Bowl ont fait de lui le moteur d’un programme en pleine progression. Il a participé à 41 des 52 TDs offensifs de Texas en 2018. 3292 yards à la passe pour 25 TD (5 INT) et 482 yards au sol pour 16 TD la saison dernière.

Embed from Getty Images

6. Jalen Hurts, Sr, Oklahoma

Relayé au rôle de backup à Alabama en raison de l’explosion de QB Tua Tagovailoa, il a su patienter l’an dernier avant de jouer les héros en finale de conférence SEC face à Georgia. Il jouera finalement sa dernière saison au niveau NCAA à Oklahoma à la tête d’une attaque explosive qui devrait parfaitement convenir à ses aptitudes (mobilité, vitesse, efficacité). 5626 yards, 48 TD et seulement 12 INTs et 1976 yards au sol pour 23 TD en trois saisons à Alabama.

Embed from Getty Images

7. D’Eriq King, Sr, Houston

Attention : phénomène en puissance ! Peut-être le joueur le plus explosif et dynamique du pays. Il a réussi 50 TD en 11 matchs joués en 2018 (nouveau record de la conférence AAC) avant qu’une blessure du genou subie face à Tulane le prive des 2 derniers matchs des Cougars. Son association avec le stratège offensif, coach Dana Holgorsen, s’annonce sensationnelle.

Embed from Getty Images

8. Mason Fine, Sr, North Texas

On pensait que sa saison 2017 serait le summum de sa carrière NCAA mais il a fait encore mieux lors de son année junior réduisant son total d’interception de 15 à 5 seulement. Il débutera la saison 2019 en tant que quarterback le plus prolifique du pays au niveau FBS (9417 yards à la passe en carrière). À la tête de l’attaque de UNT, il tentera de remporter un 3ème titre de meilleur joueur offensif de la conférence USA.

Embed from Getty Images

9. Shea Patterson, Jr, Michigan

Son transfert d’Ole Miss à Michigan devait apporter une sorte de stabilité à l’attaque des Wolverines. Ses statistiques ont été encourageantes (2600 yards, 22 TD, 7 TD et 273 yards au sol, 2 TD) mais il devra encore démontrer qu’il est capable de devenir l’incontestable leader d’une attaque désormais dirigée par le coordinateur offensif Josh Gattis (ex-Alabama) et dont le tempo sera accéléré par rapport à l’an passé.

Embed from Getty Images

10. Adrian Martinez, So, Nebraska

Il a découvert l’univers de l’élite du College Football après une saison blanche pour sa dernière année au niveau lycée. Résultat ? Il a ravivé l’espoir des fans des Cornhuskers pour ses premiers pas sous la direction de coach Scott Frost. Il débutera la saison 2019 avec une meilleure maitrise des schémas offensifs et s’affirme déjà déjà comme un candidat crédible au titre de meilleur quarterback de la conférence Big Ten. 2617 yards à la passe pour 17 TD et 8 INT et 629 yards pour 8 TD en 2018.

Embed from Getty Images

11. Justin Fields, So, Ohio State

Le talent et le potentiel sont indiscutables mais est-il prêt pour prendre les rênes d’un programme comme Ohio State ? Ancien prospect #2 du recrutement 2018 (derrière Trevor Lawrence), il a participé à 12 matchs avec les Bulldogs de Georgia comme backup de Jake Fromm avant d’annoncer son transfert chez les Buckeyes. Quarterback mobile et véloce, saura-t-il marcher dans les pas d’un certain Dwayne Haskins ?

Embed from Getty Images

12. Jordan Love, Jr, Utah State

Il s’est révélé aux yeux du monde en torpillant la réputée défense de Michigan State lors de l’ouverture de la saison 2018. Depuis, il n’a cessé de jouer avec le pied sur l’accélérateur établissant deux nouveaux records de l’université Utah State avec 3567 yards à la passe et 32 TD.

Embed from Getty Images

13. K.J. Costello, Jr, Stanford

Le départ pour la NFL de RB Bryce Love devrait lui permettre de devenir le patron de l’attaque du Cardinal. Quarterback précis et efficace (65.1%), il n’a pas déçu lors de sa première saison comme titulaire (3540 yards, 29 TD et 11 INT) et tout laisse penser qu’un style de jeu plus ouvert devrait lui permettre de totalement exploser en 2019.

Embed from Getty Images

14. Ian Book, Jr, Notre Dame

Les clés de l’attaque des Fighting Irish étaient dans les mains de QB Brandon Wimbush jusqu’à ce que coach Brian Kelly décide de lancer Ian Book dans le grand bain. Avec un succès retentissant ! Prospect 3-étoiles négligé à sa sortie du lycée, il a su devenir le leader offensif d’une équipe de Notre Dame qui a terminé invaincue la saison régulière 2018. 2628 yards à la passe, 19 TD, 7 INT et 280 yards au sol pour 4 TD l’an passé.

Embed from Getty Images

15. Jacob Eason, Jr, Washington

Retour dans son État natal pour celui qui avait dirigé l’attaque des Bulldogs de Georgia lors de sa saison freshman. Une blessure du genou lors de l’ouverture de la saison 2017 l’a poussé sur le banc permettant l’éclosion de Jake Fromm. La puissance de son bras et sa lecture de jeu en fera un atout majeur de l’attaque des Huskies en quête d’un nouveau leader après le départ de Jake Browning.

Embed from Getty Images

16. Kellen Mond, Jr, Texas A&M

Sa première saison sous les ordres de coach Jimbo Fisher a été un franc succès. Sa progression a été fulgurante (de 1375 yards à la passe en 2017 à 3107 yards pour 24 TD en 2018) et avec le retour de l’un des groupes de receveurs les plus fournis de la conférence SEC, il devrait encore progresser statistiquement. Également une menace sur le jeu au sol (474 yards pour 7 TD en 2018), son duel à distance avec Tua Tagovailoa du 12 octobre prochain s’annonce épique.

Embed from Getty Images

17. Nate Stanley, Sr, Iowa

Pour sa 3ème saison comme titulaire au sein de l’attaque des Hawkeyes, il pourrait réécrire les livres d’Histoire du programme d’Iowa : il ne lui manque que 23 TD à la passe pour établir un nouveau record de la fac. 2852 yards à la passe, 26 TD et 10 INT en 2018.

Embed from Getty Images

18. Feleipe Franks, Jr, Florida

Très contesté après une saison freshman manqué, il s’est complètement transformé grâce au travail de coach Dan Mullen qui en a fait une menace dans le jeu aérien en 2018 (2457 yards à la passe, 24 TD, 6 INT et 350 yards au sol pour 7 TD). S’il continue sa progression, les Gators pourraient être de sérieux concurrents de Georgia dans la SEC East.

Embed from Getty Images

19. J.T. Daniels, So, USC

L’arrivée du coordinateur offensif Graham Harrell chez les Trojans pourrait être la bougie d’allumage d’une attaque qui ne demande qu’à exploser sous la direction du talentueux sophomore J.T. Daniels. Ancien prospect 5-étoiles, le Californien n’a pas totalement convaincu pour sa première saison mais la présence d’un solide groupe de receveurs et la transition vers une attaque avant tout aérienne devrait le mettre dans d’excellentes conditions. 2672 yards à la passe pour 14 TD et 10 INT en 2018.

Embed from Getty Images

20. Kelly Bryant, Sr, Missouri

La succession de QB Drew Lock est assurée avec l’arrivée de Kelly Bryant en provenance de Clemson. L’ancien leader offensif des récents champions nationaux, qui les avait emmené jusqu’en playoffs en 2017, a été transféré sur le campus de Columbia (Missouri) après la prise de pouvoir de Trevor Lawrence à Clemson. Il récupère les clés d’une attaque de Missouri menée par une ligne offensive dominante. Son duo avec TE Albert Okwuegbunam pourrait faire des étincelles. 3338 yards à la passe, 16 TD, 10 INT et 973 yards au sol pour 16 TD en 4 saisons à Clemson.

Embed from Getty Images

21. Bryce Perkins, Sr, Virginia

En 2018, il a été l’un des deux seuls quarterbacks du pays à réussir plus de 2600 yards à la passe et 900 yards au sol. L’autre était un certain… Kyler Murray ! Ancienne recrue d’Arizona State passée par le Junior College avant de rejoindre coach Bronco Mendenhall à Virginia, il est devenu, en une seule saison, l’un des joueurs les plus spectaculaires de la puissante conférence ACC. 2680 yards à la passe, 25 TD, 9 INT et 923 yards au sol pour 9 TD en 2018.

Embed from Getty Images

22. Joe Burrow, Sr, LSU

Au terme des spring practices 2018, coach Ed Orgeron a fait le pari de faire de l’ancienne recrue d’Ohio State, qui avait alors décidé de quitter les Buckeyes, le leader de son attaque. Pari gagné ! Après une période d’adaptation, Joe Burrow a pris son envol réussissant notamment 6 TD contre Texas A&M dans un match épique avant de démolir les Knights de Central avec 4 TD réussi lors du Fiesta Bowl. 2894 yards, 16 TD, 5 INT et 399 yards au sol pour 7 TD en 2018.

Embed from Getty Images

23. Tyler Huntley, Sr, Utah

Grand artisan du premier titre de champion de division Pac-12 South des Utes d’Utah, il était en route pour réussir une année 2018 exceptionnelle avant qu’une fracture de la clavicule le prive des 5 derniers matchs de la saison. 4199 yards, 27 TD en 19 matchs joués avec les Utes.

Embed from Getty Images

24. Khalil Tate, Jr, Arizona

Révélation de l’année 2017 (1411 yards au sol, 12 TD en 7 matchs !), il devait être l’une des stars de la saison dernière mais une blessure de la cheville et une difficile adaptation aux schémas de coach Kevin Sumlin ont ralenti sa progression. Totalement remis de sa blessure, il tentera de rebondir pour faire mentir ses détracteurs grâce à son bras canon et ses jambes de feu. 2530 yards, 26 TD, 8 INT en 2018.

Embed from Getty Images

25. Hunter Johnson, So, Northwestern

Recruté en grande pompe par les Tigers de Clemson en 2017, il a été le backup de Kelly Bryant lors de sa première saison avant de demander un transfert à Northwestern après l’arrivée de Trevor Lawrence à Death Valley. Ancien prospect 4-étoiles (#2 QB pro-style, #30 National), il n’a pas joué l’an dernier en raison du règlement sur les transferts d’étudiants non-diplômés. Coach Pat Fitzgerald a déjà réussi des prouesses avec des quarterbacks moins talentueux que lui. L’association des deux pourrait tout renverser dans la division Big Ten West.

Sr: Senior; Jr: Junior; So: Sophomore; Fr: Freshman

Lire la suite
Publicité

Preview 2018

Previewil y a 10 mois

L’ultime preview : tout ce qu’il faut savoir sur la saison 2018 !

Présentation complète de la saison 2018 de College Football.

Previewil y a 10 mois

Preview 2018 : Notre Dame Fighting Irish

Avec une équipe expérimentée en défense et potentiellement explosive en attaque, les Fighting Irish de Notre Dame peuvent-ils se mêler...

Previewil y a 10 mois

Preview 2018 : Brigham Young Cougars

Après une saison 2017 galère, Kalani Sitake a fait le ménage dans son coaching staff avec l'espoir que l'attaque des...

Previewil y a 10 mois

Les 10 candidats au trophée Heisman 2018

Présentation de tous les favoris et les prétendants pour l'obtention du trophée Heisman 2018.

Previewil y a 10 mois

Preview 2018 : Alabama Crimson Tide

Malgré la perte de 13 titulaires, le Crimson Tide d'Alabama possède suffisamment de joueurs talentueux pour rester au top et...

Previewil y a 10 mois

Preview 2018 : Auburn Tigers

Champion de division SEC West en titre, les Tigers d'Auburn veulent maintenant franchir un cap en allant décrocher une place...

Previewil y a 10 mois

Preview 2018 : Ole Miss Rebels

Menés par une attaque aérienne explosive, les Rebels possèdent en QB Jordan Ta'amu et WR A.J. Brown deux playmakers capables...

Previewil y a 10 mois

Preview 2018 : Mississippi State Bulldogs

Débauché de Penn State pour prendre la succession de Dan Mullen, Joe Moorhead transformera-t-il un groupe mature et expérimenté en...

Previewil y a 10 mois

Preview 2018 : Texas A&M Aggies

L'arrivée de Jimbo Fisher et son contrat monstreux de 75 millions de $ sur 10 ans permettront-ils aux Aggies de...

Previewil y a 10 mois

Preview 2018 : LSU Tigers

Avec une attaque remaniée désormais dirigée par un Steve Ensminger et qui comptera sur les nouveaux-venus, QB Joe Burrow et...

Articles les plus lus