Suivez-nous

Preview

Conférence Big 12 : un Four-Peat pour les Sooners d’Oklahoma ?

Le départ de QB Baker Mayfield pour la NFL signifie-t-il la fin de la domination du programme de Norman sur la conférence Big 12 ? Pas si sûr.

Crédit photo : Mark D. Smith-USA TODAY Sports

Publié

le

La conférence Big 12 est tellement dominée par les Sooners d’Oklahoma depuis quelques années que lorsque le légendaire Bob Stoops a décidé de prendre sa retraite au printemps 2017, cela n’a pas empêché son jeune successeur, Lincoln Riley, de leur offrir un 3ème titre de champion de conférence consécutif et une 2ème participation au College Football Playoff en 3 ans.

La perte du vainqueur du trophée Heisman, QB Baker Mayfield (#1 de la draft NFL en avril dernier), laisse un grand vide chez les Sooners et au sein de la conférence Big 12 mais le prestigieux trophée pourrait y rester avec la présence du productif et charismatique QB Will Grier (West Virginia). Le travail de reconstruction de coach Tom Herman à Texas paiera-t-il dès 2018 ? Diminué par de nombreuses pertes en défense, les finalistes de la saison passée, les Horned Frogs de Texas Christian, sont-ils réellement hors course ? Et les Cyclones d’Iowa State peuvent-ils mettre tout le monde d’accord en confirmant leurs exploits de l’an passé ?

Autant de questions qui rendent plus qu’incertaine l’issue de la lutte pour le titre de champion dans la conférence Big 12.

Prédictions 2018 dans la conférence Big 12

Champion 2018 : Oklahoma.
MVP : QB Will Grier, West Virginia.
Meilleur joueur offensif : RB Rodney Anderson, Oklahoma.
Meilleur joueur défensif : DE Ben Banogu, Texas Christian.
Freshman de l’année : CB Brendan Ridley-Hines, Oklahoma.
Prospects NFL à suivre : QB Will Grier (West Virginia), RB Rodney Anderson (Oklahoma), RB Justice Hill (Oklahoma State), WR KaVontae Turpin (Texas Christian), OT Bobby Evans (Oklahoma), OT Yodny Cajuste (West Virginia), DL Amani Bledsoe (Oklahoma), LB Dakota Allen (Texas Tech), CB Kris Boyd (Texas), S Jah’Shawn Johnson (Texas Tech).

Du 20 juillet au 25 juillet 2018, The Blue Pennant proposera les présentations des principaux programmes de la conférence Big 12 :
Texas Christian Horned Frogs.
Oklahoma Sooners.
Texas Longhorns.
West Virginia Mountaineers.
Kansas State Wildcats.
Oklahoma State Cowboys.

Tour d’horizon dans la conférence Big 12

Oklahoma reste l’équipe à battre

Privés de finale nationale par les Bulldogs de Georgia au terme d’un Rose Bowl épique, les Sooners ont perdu les playmakers QB Baker Mayfield et TE Mark Andrews ainsi que le leader de la ligne offensive, OT Orlando Brown. Toutefois, le rythme accéléré de l’attaque devrait être préservé en raison de l’éclosion de RB Rodney Anderson et celle annoncé du polyvalent QB Kyler Murray.

Certes, la défense a subi de nombreuses pertes mais les Sooners semblent tellement un ton au-dessus en terme de talent par rapport à la concurrence qu’il paraît irraisonnable d’imaginer qu’ils ne seront pas en finale de conférence pour la 2ème année d’affilée.

Embed from Getty Images

Texas et West Virginia en lutte pour une place en finale de conférence ?

En seulement une saison, coach Tom Herman a permis à Texas de remporter deux victoires de plus qu’en 2016 et avec le retour d’une équipe plus expérimentée et ultra-talentueuse, tout semble indiquer que les Longhorns remporteront certains matchs serrés qu’ils ont perdu l’an passé. QB Sam Ehlinger est une star en devenir, le groupe de receveurs est explosif (WR Collin Johnson, WR Jerrod Heard, WR Devin Duvernay) et avec l’apport de l’ancien joueur de Cal, RB Tre Watson, l’attaque de Texas peut rapidement devenir incontrôlable. Les Longhorns auront aussi l’avantage de recevoir à domicile des concurrents directs (TCU, West Virginia, Iowa State).

Si vous aimez l’attaque, vous ne serez pas déçu avec les Mountaineers de West Virginia. QB Will Grier, RB Kennedy McKoy, WR David Sills and Co. vont offrir un festival offensif. Et étant donné la période de transition au poste de quarterback à travers la conférence, avoir un joueur établi comme QB Will Grier est une avantage indéniable.

Quarterbacks : la grande énigme

Baker Mayfield (ex-Oklahoma), Mason Rudolph (ex-Oklahoma State), Kenny Hill (ex-TCU), Nik Shimonek (Texas Tech), Jesse Ertz (Kansas State)… C’est la moitié des programmes de la conférence Big 12 qui seront forcés de trouver un successeur à leur leader offensif en 2018.

Si on y ajoute l’incertitude qui règne encore à Texas et à Kansas où la concurrence fait rage, seuls trois quarterbacks sont assurés de débuter la saison comme titulaire (QB Will Grier à West Virginia, QB Kyle Kempt à Iowa State et Charlie Brewer à Baylor). Cette situation rare sera-t-elle propice à un renversement complet de la hiérarchie dans la conférence Big 12 ? Réponse dans quelques semaines.

Le match de l’année

Oklahoma @ West Virginia
24 novembre 2018
Les Mountaineers affrontent Texas, Texas Christian et Oklahoma State lors des trois semaines précédant ce dernier match de la saison régulière. Si West Virginia est toujours vivant, ce choc face à Oklahoma pourrait décider de leur participation ou non à la finale de conférence Big 12 que les Mountaineers pourraient jouer la semaine suivante face… aux Sooners.

Calendrier complet de la conférence Big 12

Nos prédictions

1. Oklahoma Sooners

En 2017 : 12-2, 8-1 Big 12. Champion de Conférence.
Prédiction : 11-2, 7-2 Big 12. Champion de conférence.
Match décisif : vs Texas, le 6 octobre.
Joueurs-clés partis : QB Baker Mayfield, OT Orlando Brown, TE Mark Andrews, DE Ogbonnia Okoronkwo, LB Emmanuel Beal.
Joueurs à suivre : QB Kyler Murray, RB Rodney Anderson, WR Marquise Brown, WR CeeDee Lamb, OT Bobby Evans, LB Kenneth Murray.
Future star : OL Creed Humphrey.

Embed from Getty Images

Malgré une baisse attendue de production de leur attaque suite au départ du vainqueur du trophée Heisman, QB Baker Myafield, les Sooners débuteront la saison 2018 comme favoris pour remporter un 4ème titre consécutif de champion de conférence. Le junior QB Kyler Murray va prendre la succession et s’il devait être en difficulté dans le jeu aérien, Oklahoma peut toujours compter sur un jeu au sol ravageur derrière une ligne offensive robuste. Auteur de plus de 200 yards au sol lors du dernier Rose Bowl, RB Rodney Anderson a tout de la future star de cette attaque. Avec un secteur offensif en transition, les Sooners auront besoin du soutien d’une défense… qui a accordé 394 yards par match en 2017 (#67). Stopper l’attaque au sol adverse et limiter le nombre de big plays dans le jeu aérien sera le défi d’une escouade jeune menée par le duo SLB Caleb Kelly/WLB Kenneth Murray. Malgré toutes ces interrogations, Oklahoma reste la valeur sûre dans la conférence Big 12 en raison du recrutement récent de multiples talents.

2. West Virginia Mountaineers

En 2017 : 7-6, 5-4 Big 12.
Prédiction : 10-3, 7-2 Big 12.
Match décisif : vs Oklahoma, le 23 novembre.
Joueurs-clés partis : RB Justin Crawford, FB Elijah Wellman, WR Ka’raun White, LB Al-Rasheed Benton, S Kyzir White.
Joueurs à suivre : QB Will Grier, RB Kennedy McKoy, WR David Sills, WR Gary Jennings, OT Yodny Cajuste, LB David Long.
Future star : RB Alec Sinkfield.

Embed from Getty Images

Les Mountaineers ont tourné à une moyenne de 43.3 points lors de leurs 7 victoires remportées en 2017. C’est ce type de production que les joueurs de coach Dana Holgorsen devront répéter en 2018 pour s’affirmer comme de réels prétendants au titre de champion de conférence Big 12. Marquer des points – beaucoup de points – ne devrait pas être un problème pour une attaque menée par le candidat au trophée Heisman, QB Will Grier. Aidé par une ligne offensive expérimentée et une groupe de receveurs phénoménal (WR David Sills, WR Gary Jennings, WR Marcus Simms), il sera l’une des attractions de cette saison 2018 au niveau national. C’est donc en défense que le destin de West Virginia va se jouer. Il faudra faire mieux que les 445 yards accordés par match en 2017 (#107 du pays). LB David Long est l’un des meilleurs joueurs de la conférence Big 12 à son poste mais la ligne défensive a tout à prouver après avoir éprouvé de grandes difficultés contre la course l’an passé.

3. Texas Longhorns

En 2017 : 7-6, 5-4 Big 12.
Prédiction : 8-4, 6-3 Big 12.
Match décisif : vs Texas Christian, le 22 septembre.
Joueurs-clés partis : WR Reggie Hemphill-Mapps, DT Poona Ford, LB Malik Jefferson, S Deshon Elliott, P Michael Dickson.
Joueurs à suivre : QB Sam Ehlinger, WR Collin Johnson, DE Breckyn Hager, LB Gary Johnson, CB Kris Boyd.
Future star : S Caden Sterns.

Embed from Getty Images

Les attentes étaient très élevées l’an passé pour la première saison de coach Tom Herman. Finalement, les Longhorns ont dû batailler pour s’assurer une participation à un bowl. Toutefois, cela n’a pas entamé le vent d’optimisme qui souffle sur le campus d’Austin (Texas) d’autant que la dernière promotion de recrues est prometteuse. L’incapacité à protéger la possession du ballon à des moments-clés ont tué les Longhorns en 2017. Une plus grande maturité de QB Sam Ehlinger devrait permettre à Texas de commettre moins de turnovers permettant à l’attaque de franchir un cap. Certes, le coordinateur défensif Todd Orlando devra remplacer certains éléments importants mais ce secteur devrait rester très solide en 2018. Ainsi, deux victoires de plus que l’an dernier parait un objectif raisonnable. Il faudra peut-être attendre encore un an avant de voir Texas lutter pour le titre de conférence.

4. Texas Christian Horned Frogs

En 2017 : 11-3, 7-2 Big 12.
Prédiction : 8-4, 6-3 Big 12.
Match décisif : @Texas, le 22 septembre.
Joueurs-clés partis : RB Kyle Hicks, WR John Diarse, DE Mat Boesen, LB Travin Howard, S Nick Orr.
Joueurs à suivre : QB Shawn Robinson, RB Darius Anderson, WR Jalen Reagor, WR Kavontae Turpin, DE Ben Banogu, DT Ross Blacklock.
Future star : WR Tevailance Hunt.

Embed from Getty Images

Seuls 9 titulaires de l’équipe finaliste de conférence Big 12 l’an passé sont de retour en 2018. Toutefois, la présence de coach Gary Patterson est la quasi-assurance que les Horned Frogs seront encore des concurrent sérieux à partir de septembre prochain. Malgré plusieurs interrogations à des postes-clés, la défense devrait encore être l’une des meilleures de la conférence en 2018 grâce au retour de DE Ben Banogu, LB Ty Summers et FS Niko Small. Il le faudra car l’inexpérience du sophomore QB Shawn Robinson (27 passes tentées en carrière) pourrait être problématique en début de saison. Du coup, on doit s’attendre à voir des Horned Frogs abuser du jeu au sol d’autant qu’ils peuvent compter sur un efficace duo de running backs (RB Darius Anderson/RB Sewo Olonilua).

5. Kansas State Wildcats

En 2017 : 8-5, 5-4 Big 12.
Prédiction : 7-5, 5-4 Big 12.
Match décisif : Oklahoma State, le 13 octobre.
Joueurs-clés partis : QB Jesse Ertz, WR Byron Pringle, DT Will Geary, DB D.J. Reed, K Matt McCrane.
Joueurs à suivre : RB Alex Barnes, WR Isaiah Zuber, OL Dalton Risner, CB Denzel Goolsby, DB Duke Shelley.
Future star : CB Darreyl Patterson.

Embed from Getty Images

Les Wildcats ont conclu la saison 2017 en boulet de canon avec 5 victoires lors de leurs 6 derniers matchs. Faire mieux que les 8 succès remportés l’an dernier est possible même si Kansas State évoluera avec deux nouveaux coordinateurs et fera face à un calendrier difficile (Mississippi State et 5 déplacements contre des équipes de la Big 12). On doit s’attendre à ce que le duel entre les deux quarterbacks, QB Alex Delton et QB Skylar Thompson, se prolonge jusqu’au coup d’envoi de la saison. Les deux joueurs ont plutôt bien fait lorsqu’ils ont été amenés à diriger l’attaque des Wildcats l’an passé. Leur capacité à courir a rendu inarrêtable le jeu sol de Kansas State. Ils bénéficieront en plus du retour des 5 titulaires de la meilleure ligne offensive de la conférence Big 12. Plus inquiétante est la défense (426.8 yards accordés par match en 2017, #91 du pays), qui a en plus perdu son leader, DB D.J. Reed.

6. Oklahoma State Cowboys

En 2017 : 10-3, 6-3 Big 12.
Prédiction : 7-5, 4-5 Big 12.
Match décisif : Texas, le 27 octobre.
Joueurs-clés partis : QB Mason Rudolph, WR James Washington, C Brad Lundblade, OG Zach Crabtree, S Tre Flowers.
Joueurs à suivre : RB Justice Hill, WR Jalen McCleskey, DE Jordan Brailford, LB Justin Phillips, LB Calvin Bundage.
Future star : WR LC Greenwood.

Embed from Getty Images

Le défi de coach Mike Gundy sera immense : remplacer les leaders offensifs, QB Mason Rudolph et WR James Washington ! Toutefois, le coach des Cowboys a régulièrement démontré sa capacité à recharger les batteries d’un programme quia remporté moins de 8 victoires qu’une seule fois depuis 10 ans. Les fondations sont d’ailleurs solides grâce au retour du junior RB Justice Hill et l’éclosion annoncé d’une nouvelle génération de receveurs. Au poste de quarterback, l’ancien joueur d’Hawaii, QB Dru Brown, devrait assurer la transition avant l’envol du freshman, QB Spencer Sanders. En défense, l’arrivée du coordinateur Jim Knowles (ex-Duke) pourrait faire du bien à un secteur en grande difficulté la saison dernière, notamment dans les airs (268.6 yards par match, #117 du pays). Le manque de profondeur dans le backfield défensif pourrait être problématique au sein de la nouvelle défense 4-2-5 prônée par Knowles. Un début de calendrier favorable pourrait permettre à tout le monde de s’ajuster… avant une dernière ligne droite infernale (à Oklahoma, West Virginia, à TCU).

7. Iowa State Cyclones

En 2017 : 8-5, 5-4 Big 12.
Prédiction : 6-6, 4-5 Big 12.
Match décisif : @Oklahoma State, le 6 octobre.
Joueurs-clés partis : WR Allen Lazard, OL Jake Campos, LB Joel Lanning, FS Kamari Cotton-Moya, P Colin Downing.
Joueurs à suivre : RB David Montgomery, WR Hakeem Butler, DE Jaquan Bailey, DT Ray Lima, CB Brian Peavy.
Future star : WR Tarique Milton.

Embed from Getty Images

Iowa State aura été l’équipe surprise de la saison 2017 en atteignant le plateau des 8 victoires pour la première fois depuis 2000 et en battant au passage Oklahoma et Texas Christian. Malgré la difficulté de sa tâche au sein d’un programme mineur, coach Matt Campbell a réussi un travail incroyable faisant des Cyclones les vrais épouvantails de la conférence Big 12… probablement un ou deux ans en avance sur son plan initial. RB David Montgomery est de retour pour sonner la charge à partir d’un backfield offensif qui a reçu une excellente nouvelle lorsque le senior QB Kyle Kempt a obtenu une année d’éligibilité supplémentaire pour raisons médicales. Iowa State est d’autant plus optimiste que 6 titulaires de l’une des meilleures défenses de la conférence Big 12 (20.9 points accordés par match, #2 de la Big 12) seront fidèles au poste en 2018. Toutefois, le leadership des anciens playmakers WR Allen Lazard et LB Joel Lanning sera difficile à remplacer. Si l’objectif d’une participation à un bowl semble raisonnable, une nouvelle saison à 8 victoires n’est pas à écarter.

8. Baylor Bears

En 2017 : 1-11, 1-8 Big 12.
Prédiction : 6-6, 3-6 Big 12.
Match décisif : Kansas State, le 6 octobre.
Joueurs-clés partis : QB Zach Smith, RB Terence Williams, OT Mo Porter, DE Brian Nance, LB Taylor Young.
Joueurs à suivre : QB Charlie Brewer, WR Denzel Mims, WR Jalen Hurd, DT Ira Lewis, CB Grayland Arnold.
Future star : OT Jake Fruhmorgen.

Embed from Getty Images

Après avoir été l’une des plus jeunes équipes de la conférence l’an passé et avoir été malchanceux en perdant 5 matchs par moins de 10 points, Baylor pourrait être le programme ayant le plus progressé au terme de la saison 2018. La bonne nouvelle pour coach Matt Ruhle : l’éclosion du sophomore QB Charlie Brewer et de sa cible préférée, WR Denzel Mims. QB Charlie Brewer pourra aussi compter sur l’arrivée de deux joueurs transférés : WR Jalen Hurd (ex-Tennessee) et OL Jake Fruhmorgen (ex-Clemson). Toutefois, une participation à un bowl dépendra des progrès d’un secteur défensif en grande difficulté l’an passé (456.9 yards accordés par match, #112 du pays). Sous les ordres du coordinateur défensif Phil Snow, cette escouade ne peut que faire mieux, et ce, même si seulement 5 titulaires sont de retour. Les efforts de reconstruction de coach Ruhle seront-ils récompensés par une participation à un bowl ? Tel est l’enjeu de cette saison 2018 pour les Bears.

9. Texas Tech Red Raiders

En 2017 : 6-7, 3-6 Big 12.
Prédiction : 5-7, 3-6 Big 12.
Match décisif : @Oklahoma State, le 22 septembre.
Joueurs-clés partis : RB Justin Stockton, WR Keke Coutee, WR Dylan Cantrell, WR Cameron Batson, NT Mych Thomas.
Joueurs à suivre : DE Eli Howard, LB Dakota Allen, LB Jordyn Brooks, CB Justus Parker, S Jah’Shawn Johnson.
Future star : WR Antoine Wesley.

Embed from Getty Images

La victoire surprise, 27-23, à Texas en novembre dernier a probablement sauver la tête de coach Kliff Kingsbury… qui sera encore sur un siège éjectable avant le début de la saison 2018. En 5 ans sur le campus de Lubbock, il a été incapable de développer une défense efficace même certains signes encourageants ont été entrevus l’an dernier grâce au travail du coordinateur défensif David Gibbs (43 points accordés en 2016, 32.2 en 2017). Avec le retour de 9 titulaires, une nette progression dans ce secteur n’est pas à exclure. Ce serait une bonne nouvelle pour des Red Raiders dont l’attaque agressive pourrait tourner au ralenti en début de saison en raison de l’incertitude qui règne au niveau des postes de quarterback et de receveur. Le départ de QB Nik Shimonek laisse un grand vide. Avec un match d’ouverture contre Ole Miss et 5 déplacements en match de conférence Big 12, Texas Tech a peu de marge de manoeuvre pour s’assurer une participation à un bowl.

10. Kansas Jayhawks

En 2017 : 1-11, 0-9 Big 12.
Prédiction : 2-10, 0-9 Big 12.
Match décisif : Rutgers, le 15 septembre.
Joueurs-clés partis : OL Mesa Ribordy, OL Zach Hannon, TE Ben Johnson, DE Dorance Armstrong, P Cole Moos.
Joueurs à suivre : RB Khalil Herbert, WR Steven Sims, DL Daniel Wise, LB Joe Dineen, S Mike Lee.
Future star : CB Corione Harris.

Embed from Getty Images

Avec son bilan effarant de 3-33 et une seule victoire en match de conférence Big 12 depuis 2015, coach David Beatty sait qu’il est sur un siège éjectable d’autant qu’un nouveau directeur athlétique vient d’arriver en la personne de Jeff Long. Pour parvenir à doubler leur nombre de victoire de l’an dernier, il faudra aux Jayhawks un sérieux réveil au sein d’une défense qui a terminé bonne dernière de la conférence Big 12 en 2017 (43.4 points accordés par match)… et ce, pour la 8ème année d’affilée. RB Khalil Herbert a le potentiel pour atteindre la barre des 1000 yards au sol et les receveurs menés par WR Steven Sims sont prometteurs mais la préoccupation majeure de l’attaque reste le poste de quarterback. QB Peyton Bender et QB Carter Stanley ont commis 17 INTs à eux-deux en 2017. Malgré certains signes d’amélioration, les Jayhawks semblent encore loin derrière leurs concurrents dans la conférence Big 12.

Fondateur et rédacteur en chef de The Blue Pennant, Morgan Lagrée couvre le College Football depuis près de 10 ans. En 2016, Morgan fût le premier reporter à couvrir le CFP National Championship Game pour un média francophone. Il co-anime le podcast TBP/Radiossa - Made in US. Expert NFL et NHL. Grand amateur de la NBA et du College Basketball. Fan ultime des Red Sox de Boston (MLB). Ancien étudiant de l'université McGill. #Redmen4Life

Publicité
Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Preview

Preview 2019 : Ohio State Buckeyes

L’ère Ryan Day débute officiellement à Ohio State avec des objectifs qui ne changent pas : le titre de conférence Big Ten et une place en College Football Playoff.

Publié

le

Crédit photo : Jim Davidson

Ohio State Buckeyes

Conférence Big Ten

Division East

En 2018 : 13-1, 8-1 ACC. Rose Bowl : victoire 28-23 contre Washington.
Head Coach : Ryan Day, 1ère année. Résultats en carrière : 3-0.
Coordinateur offensif : Kevin Wilson.
Coordinateurs défensifs : Greg Mattison, Jeff Hafley.
Titulaires de retour : 5 en attaque, 9 en défense, punter.
Joueurs-clés partis : QB Dwayne Haskins, RB Mike Weber, WR Parris Campbell, WR Terry McLaurin, C Michael Jordan, DE Nick Bosa, DT Dre’Mont Jones, CB Kendall Sheffield.
Joueurs à suivre : QB Justin Fields, RB J.K. Dobbins, WR K.J. Hill, OT Thayer Munford, G Wyatt Davis, C Josh Myers, DE Chase Young, DE Tyreke Smith, LB Malik Harrison, CB Jeffrey Okudah, S Shaun Wade.

C’est le D-Day ! La formulation est un peu facile, mais pour sa première (véritable) expérience de head coach en College Football, Ryan Day n’a pas choisi la facilité en succédant à Urban Meyer à la tête des Ohio State Buckeyes. Après sept ans aux commandes du programme, et un dernier exercice entaché par l’affaire de violence domestique de Zach Smith, celui qui a gagné trois titres nationaux avec trois équipes différentes a raccroché pour intégrer l’administration de l’université.

Embed from Getty Images

Attention, Day n’arrive pas dans l’inconnu pour autant, lui qui a littéralement transformé l’attaque locale depuis 2017 et qui pourra s’appuyer sur un effectif prometteur, avec d’incroyables classes de recrutement au fil des années. L’an passé, après la suspension provisoire de coach Meyer, il avait assuré trois matches en tant que coach principal, pour autant de victoires, face à Oregon State, Rutgers et surtout à TCU. L’un de ses premiers objectifs sera donc de rester invaincu en carrière, tout en permettant aux Buckeyes de renouer avec des playoffs qui leur ont échappé d’un rien la saison passée.

Attaque

90 touchdowns inscrits lors des deux dernières saisons ! Seul Oklahoma et ses deux Heismen Trophy ont fait aussi bien ! Généralement réputé défensivement, Ohio State a tout simplement explosé les compteurs en attaque, dès l’arrivée en tant que coordinateur de Ryan Day. Son entente avec Kevin Wilson, ancien gourou offensif des Sooners dans les années 2000, et amené à devenir le seul coordo des Buckeyes en 2019, a offert un feu d’artifice quotidien pour les fans de Columbus. Car si le jeu au sol a toujours été une tradition, le jeu aérien s’est montré profond et extrêmement varié depuis 2017, avec des saisons canon pour J.T. Barrett et Dwayne Haskins. A l’issue de sa seule saison comme quarterback titulaire, ce dernier a d’ailleurs terminé troisième du trophée Heisman, derrière les extra-terrestres Kyler Murray et Tua Tagovailoa. Les deux running backs de l’équipe ont cumulé 2 000 yards au sol, et quatre receveurs ont au moins capté plus de 650 yards en 2018. Rien. Que. Ca.

Pour leur troisième année de collaboration dans l’Ohio, Day et Wilson auront un troisième quart-arrière à couver … Mais ce ne sera pas Tate Martell, parti à Miami, par peur – vraisemblablement – de la concurrence. Il faut dire qu’en mettant la main sur QB Justin Fields, doublure de grand luxe à Georgia, et ancienne recrue 5 étoiles, les Buckeyes ont frappé un grand coup pour préparer l’avenir. Joueur double-menace, le sophomore a rongé son frein du côté d’Athens et semble enfin prêt à donner son plein potentiel dans une grosse écurie de première division. Avec le départ de Martell en Floride, il ne devrait pas avoir une concurrence délirante, le senior et ancien de West Virginia, QB Chris Chugunov, faisant office de principal backup.

Embed from Getty Images

Côté cible, l’ancien Bulldog a un casting XXL, avec encore un personnel très varié dans le système uptempo local. Parris Campbell et Terry McLaurin partis vers la NFL, c’est le senior WR K.J. Hill (885 yards, 6 TD) qui s’apprête à devenir le go-to-guy officiel. Capable de réceptions délirantes en 2018, il devra être plus précieux dans la possession, avec les autres seniors WR Austin Mack et WR Binjimen Victor. Révélation de la fin de saison dernière, avec son match ébouriffant contre Michigan, le sophomore WR Chris Olave a de quoi faire mouche sur le jeu profond. Le talent est à tous les étages, et il faudra aussi garder un oeil sur d’anciennes recrues phares, comme WR C.J. Saunders ou WR Kamryn Babb. La prochaine pépite s’appelle sûrement WR Garrett Wilson, auteur d’une prestation de choix lors du Spring Game, et qui devrait donner des maux de tête permanents aux défenseurs de la Big Ten.

Côté tight ends, le junior TE Luke Farrell et le senior TE Rashod Berry sont des joueurs complets, mais devront se méfier de l’émergence de TE Jeremy Ruckert, réputé pour ses mains plus fiables.

On le disait précédemment : la course a encore brillé à Columbus ces derniers mois, et le junior RB J.K. Dobbins a joué un grand rôle dans cet état de fait. Avec 1 053 yards en 2018, il est devenu le premier running back de l’histoire du programme à cumuler deux saisons à plus de 1 000 yards au sol. Pas mal pour une fac qui a vu passer dans ses rangs des Eddie George, Archie Griffin et compagnie … Après avoir longtemps partagé les portés avec Mike Weber, Dobbins devrait avoir plus de responsabilités, mais sera épaulé par RB Master Teague III. Ce dernier s’était contenté des miettes l’année dernière et avait été redshirté de justesse, non sans avoir inscrit un touchdown en début de campagne. RB/WR DeMario McCall se chargera de sortir du backfield pour semer la zizanie et les mismatches dans les défenses adverses.

Mini-transition sur la ligne offensive, où pas moins de quatre joueurs ont quitté le navire, comme Michael Jordan, Malcolm Pridgeon ou Demetrius Knox. Fort heureusement pour les Buckeyes, les forces et les recrues 4 étoiles ne manquent pas. Côté aveugle, le junior LT Thayer Munford est de retour et sera assisté d’un autre revenant, côté gauche, avec LG Brandon Bowen, out pendant une bonne partie de la campagne 2018. Côté droit, le sophomore RG Wyatt Davis a démontré une incroyable maturité et une force technique dès sa première saison. Il sera accompagné du senior RT Joshua Alabi, à moins que le bien nommé RT Nicholas Petit-Frere, redshirté l’an passé, n’explose à son tour. Le sophomore C Josh Myers, ancienne star du recrutement 2017, se chargera des snaps.

Embed from Getty Images

Défense

Si l’attaque a bluffé ces derniers mois à Columbus, difficile d’en dire autant de la défense. Malgré l’apport de coaches confirmés comme Greg Schiano et Billy Davis, respectivement coordinateur et coach des linebackers en 2018, le run stop a trop souvent souffert et la défense en zone rouge n’a guère été plus satisfaisante. Pour Ryan Day, il fallait donc renouveler le groupe de techniciens, avec un duo venu de … Michigan pour récupérer les différentes casquettes. Greg Mattison redevient donc coordinateur défensif, une décennie après son départ des Ravens, et Al Washington prend la charge des linebackers après sa belle campagne chez les Wolverines et l’émergence du premier tour de draft Devin Bush. Dernier changement important en défense, l’ancien coach des DB à San Francisco, Jeff Hafley, qui sera en charge du backfield tout en appelant également certains jeux.

Pour le personnel, c’est simple : on a presque deux équipes à disposition et les remplaçants seraient titulaires dans trois-quarts d’autres programmes du Power 5. La ligne défensive sera encore au coeur de toutes les attentions. Car non content d’avoir fourni un top 5 lors de la dernière draft, avec Nick Bosa, Ohio State pourrait en fournir un autre en 2020. Le junior DE Chase Young est la star défensive incontestée et a su prendre le leadership après la rapide blessure de son partenaire l’an passé (9 sacks et demi). Difficile d’attendre autre chose qu’un nombre à deux chiffres pour l’intéressé cette année. Les seniors DE Jonathon Cooper et DE Jashon Cornell seront ses principaux lieutenants, mais la relève risque de pousser plus vite que prévu. Car les sophomores DE Tyreke Smith et DE Tyler Friday ont de l’explosivité à faire valoir, de même que le freshman et dernière recrue 5 étoiles, DE Zach Harrison.

Plein centre, les questions sont plus nombreuses, surtout après le départ de Dre’Mont Jones. Mais là encore, la rotation devrait être insoutenable pour les backfields adverses, avec les sophomores DT Tommy Togiai et DT Taron Vincent amenés à relayer les tauliers du poste, les seniors DT Robert Landers et DL Davon Hamilton.

Le run stop a été l’un des points faibles du programme en 2018, la faute à un groupe de qualité mais incapable de performer au même moment. Symbole de ce côté schizophrène, le senior WLB Malik Harrison, étincelant en fin de saison dernière après un début quelque peu poussif. Une inconstance qui ne l’a pas empêché d’être le co-meilleur plaqueur des siens (81). A 100% cette année, il pourrait être un poison.

Embed from Getty Images

Côté fort, le junior SLB Pete Werner a fait usage de toute sa polyvalence (58 plaquages, 3 packs, 9 passes défendues) et semble paré pour devenir le starter indiscutable. Au milieu, la bataille entre les juniors MLB Baron Browning et MLB Tuf Borland s’annonce plus indécise. Blessé de longue date, LB Justin Hilliard espère enfin refaire parler de lui, que même que les espoirs sophomores, LB Teradja MitchellLB Dallas Gant et LB K’Vaughan Pope.

On termine par l’une des forces habituelles des Buckeyes : le secondary. Avec un groupe relativement stable de retour en 2019. Certes, Kendall Sheffield a rallié la NFL, mais avec le junior CB Jeff Okudah et le très complet CB/S Shaun Wade (15 passes défendues à eux deux l’an dernier), l’équipe a de la ressource pour trouver un binôme fiable au senior CB Damon Arnette. Si ça ne suffit pas, le sophomore CB Sevyn Banks et le freshman CB Tyreke Johnson auront sans chance des opportunités de se montrer. Au poste de safeties, les places coûtent aussi cher. Aux côtés de l’indéboulonnable senior SS Jordan Fuller (81 plaquages, 4 passes défendues), S Brendon White semble s’être attiré la sympathie du staff en fin de saison passée. Mais tout ça tient qu’à un fil, au vu du talent du junior S Isaiah Pryor ou du sophomore S Josh Proctor.

Équipes spéciales

Connaissez-vous Matt Barnes ? Transfuge de Maryland, le nouveau coach des équipes spéciales arrive avec une solide réputation sur le campus de Columbus, et possèdera en plus un groupe assez consistant et expérimenté. A commencer par le senior P Drue Chrisman, un des punters les plus costauds du pays, avec une moyenne de 43 yards en 2018. Sur field goal, le junior K Blake Hubeil n’a pas déçu non plus, avec un total de 10/13 dans l’exercice, dans la phase la plus importante de la saison. Initialement doublure de Sean Nuernberger, il a su prendre ses responsabilités lors de la blessure de ce dernier, et a affiché un total de 100% sur extra-point. Là où Barnes devra démontrer sa plus-value, c’est aussi sur les retours. Dans ce secteur, le talent ne manque pas à Ohio State, mais aucun vrai playmaker n’était sorti du lot l’année dernière. Le couteau-suisse KR Demario McCall devrait encore être sollicité sur les kickoffs, avec PR K.J. Hill à l’oeuvre sur les punts. Au cas où, KR/PR C.J. Saunders et PR Sevyn Banks, auteur du seul touchdown de l’équipe en 2018, seront en embuscade.

Embed from Getty Images

Calendrier

Au vu de ses prétentions, le calendrier n’a pas de quoi effrayer Ohio State. Mais dans une conférence Big Ten, où le niveau semble se relever sensiblement, aucun duel ne sera à prendre à la légère. Rien que pour la division Ouest, les Buckeyes hériteront de Wisconsin, Nebraska et Northwestern, avec ces deux dernières confrontations en déplacement. On notera également le passage de Cincinnati, tête de gondole annoncée du Group of Five et coaché par un ancien de la maison, Luke Fickell, en deuxième semaine.

Match clé
à Michigan, le 30 novembre
Comment peut-il en être autrement ? Certes, depuis son arrivée sur le campus d’Ann Arbor, Jim Harbaugh a été sévèrement « sweapé » par Urban Meyer, avec quatre revers en autant d’affrontements. Mais que proposera Ryan Day, dans une équipe globalement jeune et dans l’antre d’un rival qui a été humilié (62-39) en 2018 ? Cette 116e édition de « The Game » aura d’ailleurs une saveur toute particulière avec la présence de Greg Mattison et d’Al Washington dans le coaching staff d’OSU, eux qui ont représentaient les Wolverines l’an passé (Mattison y était même depuis 2011). Rappelons que malgré les dernières passes d’armes toujours à l’avantage des Buckeyes, ce match pourrait être à l’image du scénario de 2016, avec à l’époque une prolongation épique où le titre de division était en jeu.

Conclusion

Avec 14 titulaires de retour, des classes de recrutement qui ne demandent qu’à prouver leur talent et une conférence Big Ten globalement homogène, Ohio State a largement les moyens de conserver sa couronne pour participer à un match début janvier. La question serait de savoir lequel. Car ces dernières saisons, les Buckeyes ont souvent perdu gros lors de défaites inattendues (Penn State, Iowa, Purdue). Avec un head coach et un quarterback encore frais, un nouvel affront de ce type sera à éviter, sous peine de passer une nouvelle fois à côté des playoffs …

Évaluation
  • Attaque
  • Défense
  • Équipes spéciales
  • Coaching
  • Potentiel
4.3

Résumé

Forces :
– Attaque supersonique.
– Machine à sacks.
– Potentiel et profondeur.

Faiblesses :
– Bouleversement en interne.
– Run stop irrégulier.
– Défense en zone rouge.

Pronostic : 10-2 (7-2 Big Ten)

Trailer

Lire la suite

Preview

Conférence ACC : Clemson toujours plus hégémonique

Quadruples champions de conférence et champions nationaux en titre, les Tigers de Clemson seront encore les favoris d’une conférence ACC remodelée.

Publié

le

Crédit photo : clemsonsportstalk

On n’avait pas vu une telle domination dans la conférence ACC depuis les années 90. À l’époque, Florida State de l’ère Bobby Bowden a remporté 9 titres de champion consécutifs (1992-2000). Depuis 4 ans, ce sont les Tigers de Clemson qui ont la main mise sur l’ACC : ils ont (facilement) remporté les quatre derniers ACC Championship Games et le bilan du programme dirigé par coach Dabo Swinney en match intra-conférence depuis 2015 ? 34-2. Une suprématie incontestable.

Des promotions de recrues sensationnelles et un coaching staff capable de tirer le meilleur des joueurs, individuellement et collectivement, ont fait de Clemson LA référence actuelle dans le monde du College Football. Certes, la version 2019 des Tigers sera moins expérimentée que sa prédécesseure… mais peut-être plus talentueuse. Effrayant. Le sophomore QB Trevor Lawrence a offert un récital retentissant lors des deux matchs de playoffs en 2018. Il sera de retour à la tête d’une attaque intimidante qu’aucune défense du pays ne parait pouvoir stopper. Ainsi, pour la 5ème année d’affilée, les Tigers semblent tout simplement au-dessus du lot dans la conférence ACC.

Prédictions 2019 dans la conférence ACC

Champion 2019 : Clemson.
Champion de division Atlantic : Clemson.
Champion de division Coastal : Virginia.
MVP : QB Trevor Lawrence, Clemson.
Meilleur joueur offensif : RB Travis Etienne, Clemson.
Meilleur joueur défensif : CB Bryce Hall, Virginia.
Freshman de l’année : WR Joseph Ngata, Clemson.
Prospects Draft NFL 2020 à suivre : RB Travis Etienne (Clemson), RB AJ Dillon (Boston College), RB Cam Akers (Florida State), WR Tee Higgins (Clemson), DE Trevon Hill (Miami), LB Shaq Quarterman (Miami), DB Bryce Hall (Virginia), DB Mark Gilbert (Duke), DB Essang Bassey (Wake Forest), DB Reggie Floyd (Virginia Tech).

Du 4 juillet au 16 juillet 2019, The Blue Pennant vous a proposé des présentations des principaux programmes de la conférence ACC :
Clemson Tigers
Florida State Seminoles
Miami Hurricanes
North Carolina State Wolfpack
Syracuse Orange
Virginia Cavaliers
Virginia Tech Hokies

Tour d’horizon dans la conférence ACC

Tous à la poursuite des Tigers de Clemson

La saison 2019 dans la division Atlantic pourrait être très semblable à l’an passé. Syracuse a des convictions en attaque et en défense alors que Florida State, NC State, Boston College et Wake Forest font face à de nombreuses incertitudes à divers niveaux. Il semble déjà loin le temps où Clemson, FSU et Louisville se battaient pour le titre d’une division qui paraissait alors comme la meilleure du pays.

Embed from Getty Images

En 2017, Miami avait redoré le blason d’une division Coastal tournée en dérision depuis plusieurs années. Tout est à refaire après une saison 2018 marquée par un niveau de médiocrité difficilement qualifiable : Pittsburgh a été sacré champion un peu par hasard en terminant sa campagne avec un bilan de 7-7… et par trois défaites. Virginia possède en QB Bryce Perkins un playmaker capable de faire basculer n’importe quel match en faveur des Cavaliers et la défense de Hoos monte en puissance. Du coup, le programme de Charlottesville débutera la saison avec une belle opportunité de participer à la première finale de conférence de son Histoire. Miami et Virginia Tech seront probablement ses deux principaux concurrents. Les Hurricanes et les Hokies possèdent le talent pour se mêler à la lutte mais de nets progrès en attaque sont attendus. Pittsburgh et Duke semblent un ton en-dessous alors que North Carolina et Georgia Tech sont en mode reconstruction.

Mack is back

Cinq ans après avoir annoncé sa retraite, Mack Brown (champion avec Texas en 2005) fait son retour sur le campus de Chapel Hill pour prendre en main des Tar Heels de North Carolina qu’il avait dirigés… de 1988 à 1997 ! Son défi sera immense : transformer un programme qui vient de terminer deux fois au dernier rang de la division Coastal en une puissance que l’on a plus vu depuis son premier passage à UNC (10-2 en 1996 et 11-1 en 1997). Les Tar Heels n’ont remporté que 3 de leurs 24 derniers matchs contre des équipes FBS. Ouch !

Panique à Tallahassee

On savait que le départ de Jimbo Fisher à Texas A&M en 2018 allait laisser des traces. On savait aussi qu’il faudrait un minimum de temps pour que son successeur, Willie Taggart (ex-Oregon), prenne ses marques… mais on ne s’attendait pas à voir une telle déconvenue que celle subit par les Seminoles de Florida State l’an dernier : un bilan de 5-7 et la fin d’une série de 36 saisons avec une participation à un bowl. Le coach de FSU est en mode réinitialisation et donnera les clés d’une attaque anémique l’an passé au jeune stratège offensif, Kendal Briles (ex-Baylor, ex-FAU, ex-Houston). La déroute 41-14 endurée contre Florida est encore dans toutes les mémoires. Si Willie Taggart possède un contrat de 6 ans, il sait que cette 2ème saison à Tallahassee sera déjà décisive.

Embed from Getty Images

Nouveau départ à Louisville, Georgia Tech et Miami

Trois coachs feront leurs débuts dans l’ACC en 2019 : Scott Satterfield à Louisville, Geoff Collins à Georgia Tech et Manny Diaz à Miami. Les contextes seront pourtant différents.

À Louisville et Georgia Tech, c’est une opération reconstruction qui est en marche. Bobby Petrino a perdu la confiance de son vestiaire avant de perdre celle de la direction d’un programme de Louisville qui n’a pas su gérer l’après-Lamar Jackson. Du coup, en deux saisons, les Cardinals sont passés de prétendants au College Football Playoff à un rôle de… punching ball dans la division Atlantic. Une chute vertigineuse. L’ancien coach d’Appalachian State a démontré sa capacité de développer une culture du travail et de la rigueur lors de son passage chez les Mountaineers. Il a reçu la bénédiction de la direction de Louisville (qui aurait quand même aimé rapatrier Jeff Brohm de Purdue) et aura du temps pour relancer les Cards… mais la saison 2019 sera longue.

Comme celle des Yellow Jackets de Georgia Tech. Après 11 saisons à Atlanta, coach Paul Johnson est parti à la retraite et GT devrait ainsi abandonner l’attaque triple-option au profit de schémas de spread offense. La transition prendra du temps. Geoff Collins (ex-Temple) aura le difficile challenge de changer une identité qui a marqué le programme sur la dernière décennie.

Contrairement à Louisville et Georgia Tech, Miami ne souhaite pas se donner de temps pour gérer l’après-Mark Richt. Le coordinateur défensif Manny Diaz a pris le relais et il a misé sur le portail des transferts pour former une équipe compétitive dès aout prochain. L’ancien prospect 5-étoiles QB Tate Martell, passé par Texas A&M et Ohio State, sera un élément de la réussite (ou pas) des Hurricanes en 2019.

Le match de l’année

Clemson @ Syracuse
Samedi 14 septembre 2019

Depuis deux saisons, aucune autre équipe de l’ACC n’a posé autant de problèmes aux Tigers que les Orangemen. En l’absence de QB Kelly Bryant, Syracuse avait créé la sensation au Carrier Dome en 2017 en s’imposant face au champion en titre de l’époque. Et l’an passé, la troupe de coach Dino Babers a remis ça en menant 23-13 à Death Valley dans le 4ème quart-temps… avant que le show RB Travis Etienne n’assure une courte victoire 27-23 à Clemson. Coach Dabo Swinney sait que ce déplacement dans l’État de New York sera un match-piège une semaine après un big game contre Texas A&M et face à une équipe qui semble avoir trouvé la bonne formule pour embêter les Tigers.

Calendrier complet de la conférence ACC

Nos prédictions

Division Atlantic

1. Clemson Tigers

En 2018 : 15-0, 8-0 ACC. Champion de conférence ACC et Champion national.
Prédiction : 13-0, 8-0 ACC.
Match décisif : @ Syracuse, le 14 septembre.
Joueurs-clés partis : WR Hunter Renfrow, LT Mitch Hyatt, DE Christian Wilkins, DE Clelin Ferrell, DT Dexter Lawrence, DT Austin Bryant, LB Kendall Joseph, LB Tre Lamar, DB Trayvon Mullen.
Joueurs à suivre : QB Trevor Lawrence, RB Travis Etienne, WR Tee Higgins, WR Justyn Ross, DE Xavier Thomas, ILB Isaiah Simmons, CB A.J. Terrell, S K’Von Wallace.
Future star : DE Xavier Thomas.

Clemson a la main mise sur la conférence ACC depuis 2015 : quatre titres de champion consécutifs et deux victoires écrasantes lors des deux derniers ACC Championship Games. L’écart entre les Tigers et le reste de la conférence semble s’agrandir un peu plus chaque année en raison de promotions de recrues sensationnelles. Les champions nationaux ont perdu de nombreux éléments (WR Hunter Renfrow, DE Christian Wilkins, DE Clelin Ferrell, DT Dexter Lawrence, LB Kendall Joseph, DB Trayvon Mullen) depuis leur éclatante victoire contre Alabama mais la présence d’une attaque explosive menée par le fabuleux QB Trevor Lawrence fera encore de l’équipe de coach Dabo Swinney des favoris pour le titre national 2019. Un nouveau clash contre le Crimson Tide d’Alabama en playoffs n’est pas à écarter…

2. Syracuse Orange

En 2018 : 10-3, 6-2 ACC.
Prédiction : 10-2, 6-2 ACC.
Match décisif : contre Florida State, le 26 octobre.
Joueurs-clés partis : QB Eric Dungey, WR Jamal Custis, OT Koda Martin, DT Chris Slayton, LB Ryan Guthrie, LB Klelan Whitner.
Joueurs à suivre : QB Tommy DeVito, WR Sean Riley, WR Taj Harris, WR Trishton Jackson, OT Airon Servais, DE Alton Robinson, DE Kendall Coleman, CB Christopher Frederick, S Andre Cisco, K Andre Szmyt.
Future star : SS Cornelius Nunn.

C’est une mini-transition qui s’amorce à Syracuse. Mais elle ne sera pas à prendre à la légère. Si la relève semble prête au poste de quarterback avec QB Tommy DeVito ou de linebacker, les départs notables dans les tranchées seront à rapidement prendre en compte pour ne pas trébucher à Maryland et contre Clemson et démarrer avec deux défaites en trois matches. Plus globalement, avec un groupe jeune et prometteur, un calendrier correct et une adversité en légère stagnation, Syracuse a les armes pour atteindre de nouveau une fiche de 10 succès. Une qualification en bowl majeur serait également une consécration tout à fait crédible.

3. Florida State Seminoles

En 2018 : 5-7, 3-5 ACC.
Prédiction : 7-5, 4-4 ACC.
Match décisif : @Clemson, le 12 octobre.
Joueurs-clés partis : WR Nyqwan Murray, C Alec Eberle, OL Derrick Kelly, DT Demarcus Christmas, DE Brian Burns, FS A.J. Westbrook.
Joueurs à suivre : QB James Blackman, RB Cam Akers, WR Tamorrion Terry, DT Marvin Wilson, LB Jaleel McRae, LB Dontavious Jackson, CB Asante Samuel, SS Jaiden Lars-Woodbey.
Future star : LB Jaleel McRae.

Les voyants sont au vert pour Florida State, avec une attaque renforcée et surtout une ligne offensive qui, à défaut d’être exceptionnelle, devrait en tout cas apporter beaucoup plus de stabilité. Avec un pass rush digne de ce nom, la défense possède également le talent, l’expérience et la profondeur pour tenir en respect la majorité des attaques de leur conférence. Face à des adversaires comme Syracuse ou NC State, qui avaient triomphé des Seminoles l’an passé, l’esprit de revanche et le soutien du public seront déterminants. Reste que le fiasco de 2018 est encore frais dans les esprits et que les changements dans le coaching staff ne seront peut être pas suffisants pour assurer un retournement de situation spectaculaire en 2019. Les Seminoles ont largement la possibilité de se qualifier pour un bowl en fin de saison mais pas forcément de rivaliser dès cette année avec les grosses écuries nationales. L’émergence de nombreux jeunes joueurs lancés dans le bain pour apporter un nouveau souffle permettra en tout cas de préparer l’avenir à court terme.

4. North Carolina State Wolfpack

En 2018 : 9-4, 5-3 ACC.
Prédiction : 7-5, 4-4 ACC.
Match décisif : contre Syracuse, le 10 octobre.
Joueurs-clés partis : QB Ryan Finley, WR Kelvin Harmon, WR Jakobi Meyers, LB Germaine Pratt.
Joueurs à suivre : RB Ricky Person Jr, RB Bam Knight, WR Emeka Emezie, TE Cary Angeline, DT Alim McNeill, DE James Smith-Williams, LB Isaiah Moore, S Jarius Morehead.
Future star : RB Bam Knight.

Le Wolfpack est en mode reconstruction suite au départ de QB Ryan Finley, WR Kelvin Harmon, WR Jakobi Meyers et LB Germaine Pratt. La lourde défaite 52-13 contre Texas A&M lors du Gator Bowl a montré que le chemin sera long pour que NC State retrouve un niveau compétitif dans l’ACC. Toutefois, avec un calendrier favorable et des promotions de recrues intéressantes, l’équipe de Dave Doeren peut légitimement viser les 7 voire les 8 victoires en 2019. L’ambiance explosive du Carter-Finley Stadium peut toujours donner 1 ou 2 victoires supplémentaires aux locaux.

5. Boston College Eagles

En 2018 : 7-5, 4-4 ACC.
Prédiction : 7-5, 4-4 ACC.
Match décisif : Virginia Tech, le 31 aout.
Joueurs-clés partis : OG Chris Lindstrom, WR Jeff Smith, TE Tommy Sweeney, DE Zach Allen, LB Connor Strachan, CB Hamp Cheevers.
Joueurs à suivre : RB AJ Dillon, OL Ben Petrula, DL Tanner Karafa, LB Max Richardson.
Future star : RT Tyler Vrabel.

Les Eagles se sont qualifiés pour un bowl de fin de saison à 5 reprises lors des 6 dernières années. Du coup, le contrat de coach Steve Addazio a été prolongé jusqu’en 2022 démontrant la confiance de la direction d’un programme qui plafonne pourtant autour des 7 victoires depuis de nombreuses saisons. En attaque, Boston College peut toujours compter sur l’un des meilleurs running backs du pays, RB A.J. Dillon. Problème : il évoluera derrière une ligne offensive renouvelée et QB Anthony Brown devra montrer de nets progrès sous la direction du nouveau coordinateur offensif, Mike Bajakian (ex-coach des QBs des Buccaneers). Défensivement, BC sera orphelin de DE Zach Allen et CB Hamp Cheevers (7 INT en 2018, #1 du pays). Toutefois, poussés par l’élan d’une saison 2018 encourageante, les Eagles devraient être en mesure de participer à un bowl en 2019. Pas plus.

6. Wake Forest Demon Deacons

En 2018 : 7-6, 3-5 ACC.
Prédiction : 7-5, 4-4 ACC.
Match décisif : Duke, le 23 novembre.
Joueurs-clés partis : RB Matt Colburn, WR Greg Dortch, DL Willie Yarbary, DB Cameron Glenn, K Nick Sciba.
Joueurs à suivre : QB Jamie Newman, RB Cade Carney, OL Justin Herron, DL Carlos Basham Jr, LB Justin Strnad, CB Essang Bassey.
Future star : RB Christian Beal-Smith.

Coach Dave Clawson a fait un boulot fantastique depuis son arrivée sur le campus de Winston-Salem : les Demon Deacons viennent de se qualifier pour un 3ème bowl consécutif pour la première fois de leur Histoire et leur attaque n’a jamais été aussi performante que lors des deux dernières saisons. Problème : le leader WR Greg Dortch a quitté le programme pour la NFL et plusieurs joueurs-clés ne seront pas de retour en 2019. Le calendrier (3 matchs en déplacement au mois de novembre) ne sera pas non plus un allié. Toutefois, avec une certaine profondeur au poste de QB, la présence du senior RB Cade Carney et la montée en puissance de promotions de recrues prometteuses, les Demon Deacons seront encore en course pour la postseason en 2019.

7. Louisville Cardinals

En 2018 : 2-10, 0-8 ACC.
Prédiction : 3-9, 1-7 ACC.
Match décisif : contre Boston College, le 5 octobre.
Joueurs-clés partis : WR Jaylen Smith, OT Lukayus McNeil, SS Dee Smith.
Joueurs à suivre : RB Hassan Hall, WR Dez Fitzpatrick, OL Mekhi Becton, LB CJ Avery.
Future star : LB Monty Montgomery.

La saison 2018 des Cardinals aura été une descente aux enfers : 10 défaites, 295 points accordés lors des 5 derniers matchs (dont 77 contre Clemson) et le renvoi de coach Bobby Petrino au mois de novembre. Et dire que Louisville était classé #5 du pays en novembre 2016… Tout est à reconstruire et la tâche incombe à coach Scott Satterfield (ex-Appalachian State). La patience sera de rigueur dans le Kentucky.

Division Coastal

1. Virginia Cavaliers

En 2018 : 8-5, 4-4 ACC.
Prédiction : 9-3, 6-2 ACC.
Match décisif : contre Virginia Tech, le 29 novembre.
Joueurs-clés partis : RB Jordan Ellis, WR Olamide Zaccheus, LB Chris Peace, CB Tim Harris, S Juan Thornhill.
Joueurs à suivre : QB Bryce Perkins, RB PK Kier, WR Hasise Dubois, OT Ryan Nelson, DL Eli Hanback, LB Jordan Mack, LB Zane Zandier, LB Charles Snowden, CB Bryce Hall, S Joey Blount.
Future star : LB Noah Taylor.

Depuis 2016 et l’arrivée de Bronco Mendenhall, Virginia ne cesse de franchir les étapes : qualification pour un bowl en 2017, victoire dans un bowl et fiche positive l’an passé … la question est de savoir : quel serait le prochain pallier ? Difficile de le savoir, compte tenu d’un calendrier loin d’être clément et d’un turnover en attaque et sur équipes spéciales qui pourrait nécessiter une transition. Malgré tout, le fait de recevoir quelques formations de même calibre, comme Florida State ou Virginia Tech, ne sera pas du luxe. Le résultat contre Pitt, en Pennsylvanie, et en ouverture de la saison, nous donnera rapidement une indication sur la valeur brute de ce programme.

2. Virginia Tech Hokies

En 2018 : 6-7, 4-4 ACC
Prédiction : 8-4, 5-3 ACC.
Match décisif : @Miami, le 5 octobre.
Joueurs-clés partis : QB Josh Jackson, RB Steven Peoples, OL Kyle Chung, DT Ricky Walker, DE Trevon Hill, CB Bryce Watts.
Joueurs à suivre : QB Ryan Willis, LT Christian Darrisaw, LG Lecitus Smith, WR Damon Hazelton, WR Tre Turner, NT Jarrod Hewitt, DE Houston Gaines, LB Rayshard Ashby, LB Dax Hollifield, FS Reggie Floyd, DB Khalil Ladler, DB Devon Hunter.
Future star : TE James Mitchell.

L’an dernier, Virginia Tech a connu l’une de ses pires saisons en termes de statistiques défensives depuis l’arrivée de Bud Foster à Blacksburg en 1987. L’animation offensive n’étant pas non plus optimale avec seulement quatre matches à 34 points ou plus, en opposition avec la première saison de Justin Fuente à Virginia Tech où son équipe avait cumulée 35 points de moyenne par rencontre, la campagne 2018 n’a pas été à la hauteur des attentes en Virginie.
Cette année, les Hokies profiteront d’un calendrier abordable, avec Miami (FL) et Notre Dame comme seuls adversaires potentiellement imbattables, sans rencontrer Florida State, Clemson, Syracuse ou NC State, les épouvantails d’Atlantic Division. De quoi assurer une transition spectaculaire si l’attaque trouve son rythme, bien soutenue par un groupe de receveurs qui pourrait faire du bruit au niveau national si Ryan Willis continue sur sa lancée comme quarterback.
Reste à déterminer à quel point les nombreux transferts sortants auront un impact sur la rotation de l’effectif dans la durée. Virginia Tech semble cependant en bonne position pour lutter jusqu’au bout pour le titre de division et une place en finale de conférence. Dans le cas contraire, une saison à moins de huit victoires représenterait une véritable désillusion pour les fans des Hokies et l’hypothétique fin de Justin Fuente à la tête d’une équipe qui paraissait en lice pour le titre de champion ACC il y a à peine deux ans.

3. Miami Hurricanes

En 2018 : 7-6, 4-4 ACC.
Prédiction : 8-4, 5-3 ACC.
Match décisif : contre Virginia, le 11 octobre.
Joueurs-clés partis : QB Malik Rosier, DE Joe Jackson, DT Gerald Willis III, S Jaquan Johnson.
Joueurs à suivre : RB DeeJay Dallas, WR Jeff Thomas, WR KJ Osborn, DE Jonathan Garvin, LB Shaq Quarterman, LB Michael Pinckney, LB Zach McCloud, CB Trajan Bandy.
Future star : RB Lorenzo Lingard.

Les débuts de coach Manny Diaz à la tête de The U ne se feront pas dans du coton. Pour pallier à un manque de talent dans son effectif, il a fait le pari de recruter via le transfer portal. Si cela fonctionne, il sera peut-être copié à l’avenir. Quoiqu’il en soit, la prise de pouvoir de l’ancien coordinateur défensif des Hurricanes a donné un élan d’optimisme à un programme désenchanté depuis une campagne 2017 prometteuse (Miami a un bilan de 7-9 depuis la fiche de 10-0 de novembre 2017). Comme l’an passé, la réussite de la saison dépendra largement des progrès réalisés au poste de quarterback. La présence de plusieurs playmakers en attaque et d’une solide défense devrait permettre à Miami de se mêler à la lutte au titre de division ACC Coastal.

4. Pittsburgh Panthers

En 2018 : 7-7, 6-2 ACC. Champion de division Coastal.
Prédiction : 7-5, 4-4 ACC.
Match décisif : Miami, le 26 octobre.
Joueurs-clés partis : RB Qadree Ollison, RB Darrin Hall, WR Rafael Araujo-Lopes, LB Oluwaseun Idowu.
Joueurs à suivre : C Jimmy Morrissey, DL Rashad Weaver, CB Dane Jackson, S Damar Hamlin, KR Maurice Ffrench, K Alex Kessman.
Future star : RB V’Lique Carter.

On a presque déjà oublié que les Panthers sont les champions en titre d’une division Coastal qui a surtout brillé par sa médiocrité en 2018. Pour sa 5ème saison en Pennsylvanie, coach Pat Narduzzi est maintenant à la tête d’un groupe qu’il a recruté à 100%. Pittsburgh n’a plus atteint le plateau des 10 victoires depuis 2009. La grogne commence à se faire entendre… d’autant plus que la déculottée reçue (51-6) face au rival Penn State ne sera jamais pardonnée. L’attaque aérienne (#121 du pays l’en dernier) désormais dirigée par le coordinateur offensif Mark Whipple (ex-UMasss) et menée par QB Kenny Pickett, se doit de montrer un autre visage surtout que le duo RB Qadree Ollison / RB Darrin Hall est parti. Une 2ème participation à l’ACC Championship Game parait peu probable… même si tout est possible dans cette division Coastal.

5. Duke Blue Devils

En 2018 : 8-5, 3-5 ACC.
Prédiction : 5-7, 3-5 ACC.
Match décisif : @North Carolina, le 26 octobre.
Joueurs-clés partis : QB Daniel Jones, WR TJ Rahming, WR Johnathan Lloyd, WR Chris Taylor, LB Joe Giles-Harris.
Joueurs à suivre : QB Quentin Harris, OL Rakavious Chambers, RB Deon Jackson, DL Viktor Dimukeje, CB Mark Gilbert.
Future star : CB Tony Davis.

Coach David Cutcliffe est de retour pour une 12ème saison et il a déjà démontré qu’il est capable de faire de la magie avec un groupe au talent naturel limité. Mais le défi sera immense en 2019. Les Blue Devils débuteront par un match contre Alabama. Pas idéal pour donner confiance à une attaque qui a perdu son leader charismatique QB Daniel Jones et ses trois receveurs titulaires dont WR TJ Rahming. Le senior QB Quentin Harris tentera de faire oublier le nouveau QB des New York Giants. Il se pourrait qu’on voit surtout RB Deon Jackson. Mais c’est surtout en défense que les incertitudes sont les plus nombreuses. Si la ligne défensive devrait tenir le choc, le back seven souffrira du départ de LB Joe Giles-Harris et la relève n’a pas montré toutes les garanties en 2ème partie de saison passée. Une 6ème participation à un bowl en 8 ans est loin d’être assurée pour les Blue Devils.

6. Georgia Tech Yellow Jackets

En 2018 : 7-6, 5-3 ACC.
Prédiction : 4-8, 2-6 ACC.
Match décisif : North Carolina, le 5 octobre.
Joueurs-clés partis : QB Taquan Marshall, DE Anree Saint-Amour, LB Jalen Johnson, S Malik Rivera.
Joueurs à suivre : RB Jerry Howard Jr, C Kenny Cooper, LB David Curry, P Pressley Harvin III.
Future star : CB Jordan Huff.

Tout est à refaire à Atlanta. Le départ à la retraite de Paul Johnson et l’arrivée de coach Geoff Collins mettra un terme à l’attaque triple-option des Yellow Jackets. Du coup, avec un effectif recruté pour ce style de jeu, l’ex-coach de Temple a promis un « extreme makeover » : aucun joueur n’a une place de titulaire garantie et certains vont même passer de la défense à l’attaque et inversement. Un chantier à ciel ouvert. Du coup, la saison 2019 de Georgia Tech semble énigmatique. Toutefois, certains playmakers (QB Tobias Oliver, RB Jerry Howard, LB David Curry) pourraient permettre aux Yellow Jackets de limiter les dégâts.

7. North Carolina Tar Heels

En 2018 : 2-9, 1-7 ACC.
Prédiction : 4-8, 2-6 ACC.
Match décisif : Duke, le 26 octobre.
Joueurs-clés partis : QB Nathan Elliott, WR Anthony Ratliff-Williams, LB Cole Holcomb, DE Malik Carney.
Joueurs à suivre : RB Michael Carter, WR/PR Dazz Newsome, TE Carl Tucker, OT Charlie Heck, NT Jason Strawbridge.
Future star : QB Sam Howell.

Un titre de champion de division en 2016 suivi par deux dernières places au classement lors des deux dernières saisons. C’en était trop. Coach Larry Fedora a été écarté pour être remplacé par le revenant Mack Brown. Après une absence de cinq ans, l’ancien coach des Longhorns de Texas aura pour mission de redonner une identité à un programme sans âme depuis quelques saisons. Objectif #1 : trouver un quarterback. Le true freshman QB Sam Howell pourrait ainsi faire ses débuts dès 2019. Objectif #2 : colmater les brèches d’une défense à l’agonie l’en dernier (447.6 yards accordés par match, #105 du pays). La tâche sera difficile mais le retour de plusieurs vétérans (RB Michael Carter, RB Antonio Williams, WR Dazz Newsome, NT Jason Strawbridge, CB Patrice René) pourraient permettre aux Tar Heels de faire la différence lors de certains matchs serrés. Toutefois, la route de la rédemption sera longue.

Lire la suite

Preview

Preview 2019 : Miami Hurricanes

L’ère de l’après-Mark Richt débute à Miami : Manny Diaz saura-t-il relancer un programme en chute libre depuis novembre 2017 ?

Publié

le

Miami Hurricanes

Conférence ACC

Division Coastal

En 2018 : 7-6, 4-4 ACC. Pinstripe Bowl : défaite 35-3 contre Wisconsin.
Head Coach : Manny Diaz, 1ère année (0-0) – Résultats en carrière: 0-0.
Coordinateur offensif : Dan Enos.
Coordinateur défensif : Blake Baker, Ephraim Banda.
Titulaires de retour : 4 en attaque, 6 en défense, kicker, punter.
Joueurs-clés partis : QB Malik Rosier, DE Joe Jackson, DT Gerald Willis III, S Jaquan Johnson.
Joueurs à suivre : RB DeeJay Dallas, WR Jeff Thomas, WR KJ Osborn, DE Jonathan Garvin, LB Shaq Quarterman, LB Michael Pinckney, LB Zach McCloud, CB Trajan Bandy.

La saison 2018 devait être celle de la consécration pour un programme de Miami prêt à contester la suprématie de Clemson dans l’ACC. Coach Mark Richt semblait avoir trouvé la bonne recette pour réamorcer des Hurricanes moribonds depuis plus d’une décennie. On disait alors qu’ils ne leur manquaient qu’un duo QB-WR performant pour s’affirmer comme des prétendants à une place en playoffs tant la défense incarnée par la « Turnover Chain » paraissait dominante.

Embed from Getty Images

La chute a été rude. Ni QB Malik Rosier, ni QB N’Kosi Perry ne sont imposés comme des solutions en attaque et WR Ahmmon Richards s’est blessé gravement dès les premières minutes du match d’ouverture de la saison 2018. L’attaque aérienne s’est alors délitée (167.3 yards par match, #113 du pays) et The U a perdu 5 de ses 7 derniers matchs dont une humiliation 35-3 contre Wisconsin lors du Pinstripe Bowl.

Le projet de reconstruire l’attaque (en renvoyant son fils au passage, donc) était trop lourd pour Mark Richt. Après trois ans à la tête du programme de Coral Gables (Floride), il a finalement quitté le navire en décembre dernier pour laisser sa place au coordinateur défensif, Manny Diaz… qui venait pourtant tout juste d’accepter le poste de head coach à Temple.

Privé de temps suffisant pour préparer le recrutement, le nouvel head coach des Canes s’est finalement tourné vers le marché des transferts transformant « The U » en « Transfer Portal U » : 8 étudiants-athlètes, dont QB Tate Martell (ex-Ohio State), DE Trevon Hill (ex-Virginia Tech), DE Jaelan Phillips (ex-UCLA) et S Bubba Bolden (ex-USC), ont quitté leur fac pour se joindre à celle de Miami au cours du printemps !

En donnant les clés de l’attaque à Dan Enos (celui qui a développé QB Tua Tagovailoa à Alabama), Manny Diaz espère avoir trouvé l’homme de la situation. Car c’est bien de l’attaque que dépendent les espoirs de The U en 2019. Sans de nets progrès dans ce domaine, les chances des Hurricanes seront minces dans une division ACC Coastal pourtant ouverte.

Attaque

L’arrivée de Dan Enos devrait transformer le secteur offensif en une attaque pro-style plus proche de celle entrevue l’an passé à Alabama. Toutefois, la présence de quarterbacks mobiles devrait préserver une part de run pass offense.

La bataille à trois pour le poste de quarterback titulaire devrait se poursuivre jusqu’à la fin du Fall camp. Le sophomore QB N’Kosi Perry (1091 yards, 13 TD, 6 INT), titularisé à 6 reprises l’an passé, n’a pas convaincu. Il sera donc en concurrence avec le redshirt freshman QB Jarren Williams. Ces deux-là ont fait une bien meilleure prestation lors des spring practices que le redshirt sophomore 5-étoiles QB Tate Martell. L’ancienne recrue de Texas A&M passée par Ohio State est pourtant arrivé à Miami comme le messie. Sera-t-il le sauveur de l’attaque des Hurricanes ? Rien n’est moins sûr.

Embed from Getty Images

Avec la retraite forcée de WR Ahmmon Richards, le rapide junior WR Jeff Thomas (35 réceptions, 563 yards, 3 TD) est devenu de facto le receveur #1 de l’équipe. Plus à l’aise dans le slot, il bénéficierait de l’éclosion d’une des jeunes pousses de l’effectif comme le sophomore WR Dee Wiggins (7 réceptions, 73 yards) ou le true freshman WR Jeremiah Payton. À moins que la solution provienne d’un autre joueur récemment transféré à Miami, le senior WR KJ Osborn (53 réceptions, 892 yards, 7 TD), meilleur receveur de Buffalo l’an dernier.

Le prochain quarterback titulaire des Canes pourra aussi compter sur le meilleur tight end de la conférence ACC : le sophomore TE Brevin Jordan (32 réceptions, 287 yards, 4 TD), un futur prospect NFL.

L’attaque aérienne n’étant pas une menace, le jeu au sol en a payé les frais l’an dernier. Malgré une ligne offensive solide et des running backs talentueux, les Hurricanes ont terminé avec un moyenne de 191.5 yards au sol par match (#7 de l’ACC, #45 du pays). RB Travis Homer a fait le saut chez les pros laissant le duo RB DeeJay Dallas (617 yards au sol, 6 TD) / RB Lorenzo Lingard (136 yards au sol, 2 TD) seuls responsables de sonner la charge. Le redshirt freshman RB Cam’ron Harris apporte une profondeur intéressante.

Pour mettre en place efficacement son attaque, Dan Enos a fait appel à Butch Barry (ex-coach de l’OL des Buccaneers) pour diriger la ligne offensive. Son défi sera immense suite au départ de 5 des 7 joueurs titularisés l’an dernier. Seuls le junior LG Navaughn Donaldson et le sophomore RT BJ Scaife Jr sont de retour. Le reste du groupe est toujours en apprentissage. Le senior LT Tommy Kennedy, qui arrive de Butler (FCS), aura un rôle primordial comme blind side tackle. Les inexpérimentés C Corey Gaynor et RG Cleveland Reed Jr devront rapidement s’adapter.

Défense

Avec une attaque exsangue, la défense a superbement compensé l’an dernier (278.9 yards par match en 2018, #4 du pays). Le pass rush a régulièrement pris le dessus sur la ligne de scrimmage favorisant l’expression du talent sur le backfield défensif. Toutefois, DE Gerald Willis III et DE Joe Jackson ne sont plus là au contraire du junior DE Jonathan Garvin (60 plaquages, 17 pour perte, 5.5 sacks, 5 passes défendues) qui devra reprendre le rôle de leader après son excellente saison 2018.

Embed from Getty Images

Pour combler ces départs, Manny Diaz a frappé un grand coup en allant chercher les seniors DE Trevon Hill (ex-Virginia Tech) et DE Chigozie Nnoruka (ex-UCLA) via le portail des transferts. Le nouvel head coach des Hurricanes a également convaincu l’ancien prospect 5-étoiles DE Jaelan Phillips (ex-UCLA) de revenir sur les terrains un an après avoir annoncé sa retraite anticipée en raison de commotions cérébrales à répétition. Un jackpot potentiel. Ce groupe de joueurs transférés s’ajoutent au senior DE Scott Patchan (29 plaquages) et au redshirt freshman DE Patrick Joyner pour former l’un des pass rushs les plus énigmatiques du pays. Si la mayonnaise prend rapidement, Miami pourrait conserver son statut de meilleur pass rush de la conférence.

À l’intérieur de la ligne, le senior DT Pat Bethel (22 plaquages, 5 pour perte), le sophomore DT Nesta Jade Silvera (13 plaquages) et le junior DT Jonathan Ford (8 plaquages) forment une solide rotation sur le run block.

C’est probablement sur le second rideau que les Hurricanes seront les plus dominants (du pays ?) en 2019. Le senior ILB Shaq Quarterman (82 plaquages, 14 pour perte, 5 sacks, 2 INT) a déjà réussi 249 plaquages en trois saisons comme titulaire. C’est le général de la défense. Le gros frappeur senior LB Michael Pinckney (74 plaquages, 11 pour perte, 3.5 sacks, 1 INT) est également de retour pour sa 3ème saison comme titulaire tout comme les seniors LB Zach McCloud (44 plaquages) et LB Romeo Finley (28 plaquages) dans leur rôle de « striker » (nickel linebacker).

Manny Diaz a moins de certitude concernant le backfield défensif. Trois titulaires incarnant la « Turnover Chain » (S Sheldrick Redwine, S Jaquan Johnson, CB Michael Jackson Sr), sont partis. Seul le junior CB Trajan Bandy (36 plaquages, 3 INT) est de retour, lui qui est tout de même déjà considéré comme l’un des meilleurs joueurs à son poste du pays. Il sera aligné avec l’ancien prospect 4-étoiles, le sophomore CB DJ Ivey (3 plaquages). Pour le reste, tout est ouvert. Le junior S Bubba Bolden (ex-USC) sera surement revanchard après avoir été suspendu toute la saison 2018. On pourrait également voir le senior S Robert Knowles (16 plaquages) et le true freshman DB Christian Williams, volé à Alabama dans la dernière ligne droite du recrutement 2019.

Embed from Getty Images

Équipes spéciales

Ne passons pas par quatre chemins : Miami était l’une des plus mauvaises équipes du pays en 2018 sur le punting game. Et le senior P Jack Spicer (37.7 yards en moyenne) est de retour en 2019… à l’inverse de celui qui avait débuté la saison dernière comme titulaire : P Zach Feagles (inscrit sur le portail des transferts). Ces difficultés sur le punting game n’ont pas aidé des Hurricanes déjà en difficulté offensivement. Le sophomore K Bubba Baxa est fidèle au poste après une solide saison freshman (9/12 FG). Sur les retours de coup de pied, Miami s’est montré menaçant l’an passé et c’est avec bonheur que les fans des Canes retrouveront KR Jeff Thomas et PR DeeJay Dallas, deux joueurs qui ont réussi 1 TD sur retour de kick l’an passé.

Calendrier

Le calendrier 2019 des Hurricanes peut se décomposer en trois temps : deux premiers matchs en déplacement, 5 matchs à domicile d’affilée et 4 matchs sur 5 en déplacement pour conclure la saison.
Tout commencera donc par le choc floridien entre Miami et Florida, le 24 aout. The U enchainera en week 2 par un déplacement piège à North Carolina pour le retour de coach Mack Brown à Chapel Hill. La suite du programme sera plus clément avec 5 matchs à domicile contre Bethune-Cookman (FCS), Central Michigan, Virginia Tech, Virginia et Georgia Tech. Miami recevra donc au Hard Rock Stadium deux de ses principaux concurrents dans la division ACC Coastal (Virginia, Virginia Tech). À partir du 26 octobre, les choses vont se compliquer : 4 matchs en déplacement à Pitt, Florida State, Florida International et à Duke entrecoupés de la réception de Louisville.

Match clé
contre Virginia, le 11 octobre
Six jours après avoir reçu la visite de Virginia Tech, les Hurricanes joueront un match potentiellement décisif face à Virginia. Battu 16-13 à Charlottesville l’an passé, ce revers avait précipité la chute de Miami qui avait alors enchainé 4 défaites. Une revanche dans ce match du vendredi soir pourrait dessiner le portrait de la fin de saison dans la division ACC Coastal.

Conclusion

Les débuts de coach Manny Diaz à la tête de The U ne se feront pas dans du coton. Pour pallier à un manque de talent dans son effectif, il a fait le pari de recruter via le transfer portal. Si cela fonctionne, il sera peut-être copié à l’avenir. Quoiqu’il en soit, la prise de pouvoir de l’ancien coordinateur défensif des Hurricanes a donné un élan d’optimisme à un programme désenchanté depuis une campagne 2017 prometteuse (Miami a un bilan de 7-9 depuis la fiche de 10-0 de novembre 2017). Comme l’an passé, la réussite de la saison dépendra largement des progrès réalisés au poste de quarterback. La présence de plusieurs playmakers en attaque et d’une solide défense devrait permettre à Miami de se mêler à la lutte au titre de division ACC Coastal.

Évaluation
  • Attaque
  • Défense
  • Équipes spéciales
  • Coaching
  • Potentiel
3.7

Résumé

Points forts :
– Des playmakers offensifs prêts à exploser.
– Le meilleur groupe de linebackers du pays ?
– Un pass rush dominant.

Points faibles :
– Incertitude au poste de QB.
– Une ligne offensive poreuse.
– Un punting game horrible.

Prédiction : 8-4, 5-3 ACC.

Trailer

Lire la suite

Preview

Preview 2019 : North Carolina State Wolfpack

Pillé par la NFL depuis deux saisons, le Wolfpack est en mode reconstruction tout en restant ambitieux. Un 7ème bowl d’affilée en 2019 ?

Publié

le

Crédit photo : Robert Franklin

North Carolina State Wolfpack

Conférence ACC

Division Atlantic

En 2018 : 9-4, 5-3 ACC. Gator Bowl : défaite 52-13 contre Texas A&M.
Head Coach : Dave Doeren, 6ème année (43-34) – Résultats en carrière: 66-38.
Coordinateur offensif : Des Kitchings, George McDonald.
Coordinateur défensif : Dave Huxtable, Tony Gibson.
Titulaires de retour : 4 en attaque, 6 en défense, kicker.
Joueurs-clés partis : QB Ryan Finley, WR Kelvin Harmon, WR Jakobi Meyers, LB Germaine Pratt.
Joueurs à suivre : RB Ricky Person Jr, RB Bam Knight, WR Emeka Emezie, TE Cary Angeline, DT Alim McNeill, DE James Smith-Williams, LB Isaiah Moore, S Jarius Morehead.

Développer et reconstruire ont été les maîtres mots sur le campus de Raleigh (Caroline du Nord) depuis le terme de la saison 2018. Le Wolfpack a tourné la page QB Ryan Finley après trois saisons à la tête de l’équipe. NC State a également perdu son duo de receveurs vedettes (Kelvin Harmon, Jakobi Meyers), la ligne offensive devra trouver trois nouveaux titulaires et le stratège offensif des dernières saisons, Eli Drinkwitz, a accepté le poste de head coach à Appalachian State.

Embed from Getty Images

Du coup, pour sa 7ème saison à la tête du Wolfpack, coach Dave Doeren aura encore pour mission de développer ses jeunes recrues… ce qu’il est parvenu à faire avec brio ces dernières saisons. Sous la direction de l’ancien coach de Northern Illinois, NC State est d’ailleurs devenu un vivier de futurs joueurs NFL : C Garrett Bradbury, LB Germaine Pratt, WR Kelvin Harmon et QB Ryan Finley ont tous les quatre été draftés en avril dernier.

Le Wolfpack vient de réussi deux saisons avec un bilan de 9-4 s’assurant au passage une 6ème participation consécutive à un bowl. Pour prolonger cette série, les nouveaux titulaires de l’attaque devront rapidement trouver leur rythme pour laisser le temps aux jeunes pousses en défense de prendre du galon.

Attaque

La visage de l’attaque sera bien différent de celui que nous avons vu l’an dernier : de nouveaux titulaires au poste de quarterback, running back et receveur seront désormais dirigés par un duo de coordinateurs offensifs. Des Kitchings (ex-coach des RBs) et George McDonald (ex-coach des WRs) seront garants d’une certaine stabilité dans les systèmes de jeu. Ainsi, on devrait retrouver l’attaque spread et les schémas de type zone run.

L’attaque aérienne (313.2 yards par match en 2018, #1 de l’ACC) a porté le Wolfpack l’an passé et fût la raison principale des 9 victoires remportées par NC State la saison dernière. QB Ryan Finley, WR Kelvin Harmon et WR Jakobi Meyers ont fait le saut chez les pros et tout indique que Dave Doeren n’annoncera pas l’identité du prochain quarterback titulaire avant la fin du camp d’entrainement estival.

Trois candidats seront en lice. Le sophomore QB Matthew McKay a conclu les spring practices comme favori. Sa force est sa mobilité. Il sera en concurrence avec QB Brock Hockman (ex-Florida State) qui tentera de marcher dans les pas de Ryan Finley, lui qui avait obtenu le poste de titulaire quelques semaines après son arrivée de Boise State au détriment des joueurs locaux. Le true freshman QB Devin Leary aura également sa chance.

Embed from Getty Images

Le nouveau quarterback titulaire pourra compter sur la présence de deux prometteurs receveurs. Le junior WR Emeka Emezie (53 réceptions, 616 yards, 6 TD) a progressé dans l’ombre de Kelvin Harmon et semble prêt à prendre les responsabilités de cible #1. À ses côtés, le sophomore WR Thayer Thomas (34 réceptions, 383 yards, 3 TD) devrait débuter la saison dans le slot. Le junior WR C.J. Riley (28 réceptions, 315 yards, 2 TD) et le vagabond WR Tabari Hines (ex-Wake Forest, ex-Oregon) apportent une certaine profondeur. Ce dernier sera peut-être le X-factor de cette attaque du Wolfpack.

NC State a « produit » 3 coureurs de plus de 1000 yards par saison lors des trois dernières années (Matt Dayes, Nyheim Hines, Reggie Gallaspy). Le sophomore RB Ricky Person Jr (471 yards au sol, 2 TD) saura-t-il prendre le relais ? La solution dans le jeu au sol pourrait venir de l’explosif true freshman RB Bam Knight dont la ressemblance dans le jeu avec Nyheim Hines est frappante.

Cette attaque de NC State ne fonctionnera qu’avec le développement accéléré d’une certaine alchimie sur la ligne offensive. Trois titulaires dont C Garrett Bradbury (sélectionné au 1er tour de la draft NFL par les Vikings) sont partis. Le côté droit de cette ligne, composé des juniors RG Josh Fedd-Jackson et RT Justin Witt, est de retour au complet. Le senior LT Tyrone Riley, le junior LG Joe Sculthorpe et le sophomore C Grant Gibson débuteront la saison comme titulaire.

Défense

L’an passé, NC State a débuté la saison avec une ligne défensive totalement renouvelé suite au départ des fabuleux DE Bradley Chubb, DE Kentavious Street, NT BJ Hill et DT Justin Jones. Les conséquences en 2018 ont été immédiates : un pass rush quasi-inexistant exposant les carences d’un backfield défensif inexpérimenté (261 yards accordés, #108 du pays). Le Wolfpack s’est notamment fait marcher dessus par l’attaque aérienne de Clemson (380 yards) et Syracuse (480 yards).

Du coup, Dave Doeren a débauché le stratège défensif Tony Gibson, laissé libre par West Virginia après le départ surprise de coach Dana Holgorsen à Houston. L’ex-Mountaineer dirigera la défense en duo avec Dave Huxtable.

Embed from Getty Images

Ce tandem misera sur l’expérience acquise par huit titulaires de retour dont cinq sur le backfield défensif. Le senior DE James Smith-Williams (36 plaquages, 9 pour perte, 6 sacks) sera la pierre angulaire d’un pass rush anémique l’an dernier. La recrue vedette DE Savion Jackson sera peut-être la bougie d’allumage d’un front four sur lequel devraient être titularisés le sophomore DT Alim McNeill et le senior DT Larrell Murchison. Le true freshman DT Joshua Harris pourrait également être inséré dans la rotation si les vétérans ne remplissent pas leur rôle. Il faudra surement être patient avant de retrouver un front four dominant sur le campus de Raleigh.

Le sophomore ILB Isaiah Moore (69 plaquages, 7.5 pour perte, 2.5 sacks) est de retour après une saison freshman plein de promesses. Sa contribution sera essentielle dans un rôle crucial au sein de cette défense 4-2-5. Le junior LB Brock Miller et les freshman LB Peyton Wilson et LB Drake Thomas ont un futur prometteur mais ils devront gagner en expérience.

Le backfield défensif est de retour au complet. Pas forcément rassurant au vu des performances de l’an dernier. Les seniors S Stephen Griffin (41 plaquages, 5 passes défendues) et S Jarius Morehead sont expérimentés. Pourtant, ils ont régulièrement été pris à défaut en 2018. Une nette amélioration est attendue. Le sophomore S Tanner Ingle (44 plaquages, 1 sack) et le senior S Tim Kidd-Glass se disputeront le 3ème poste de safety. Le senior CB Nick McCloud (51 plaquages, 2 INT, 8 passes défendues) et le junior CB Chris Ingram (39 plaquages, 9 passes défendues) devront, eux aussi, faire beaucoup mieux que l’an dernier. Limiter le nombre de pénalités sera crucial.

Équipes spéciales

Après des débuts difficiles, le sophomore K Chris Dunn (23/26 FG en 2018) est devenu l’un des kickers les plus sûrs de la conférence ACC en réussissant notamment ses 15 derniers FGs. Le sophomore P Mackenzie Morgan fera ses grands débuts. Les retours de coup de pied étaient l’une des forces de NC State depuis quelques années. L’an passé, il a manqué cette étincelle qui permettait au Wolfpack de réussir le big play qui fait basculer un match. PR Thayer Thomas et KR Tabari Hines tenteront de re-dynamiser ce secteur de jeu.

Embed from Getty Images

Calendrier

Une équipe jeune et un renouvellement de génération aux postes-clés en attaque pourraient mettre en péril la série de 6 participations à un bowl. Toutefois, un calendrier plutôt favorable pourrait aider le Wolfpack en 2019.

Après deux matchs à domicile contre East Carolina et Western Carolina, NC State fera le déplacement à West Virginia. Ce match chez les Mountaineers pourrait donner le ton de la saison. Une victoire du Wolfpack et l’équipe de Dave Doeren pourrait se présenter à Florida State en week 5 avec un bilan de 4-0. Syracuse à domicile et un déplacement à Boston College seront au programme du mois d’octobre. Enfin, la dernière ligne droite du mois de novembre verra NC State recevoir Clemson, Louisville et North Carolina. Le Wolfpack jouera également à Wake Forest et Georgia Tech.

Match clé
contre Syracuse, le 10 octobre
NC State ne pourra probablement pas lutter avec Clemson pour le titre de division ACC Coastal mais la 2ème place est un objectif réaliste. Un succès contre les Orangemen sera essentiel. Le Wolfpack a encore à travers la gorge la défaite 51-41 de l’an passé.

Conclusion

Le Wolfpack est en mode reconstruction. La lourde défaite 52-13 contre Texas A&M lors du Gator Bowl a montré que le chemin sera long pour que NC State retrouve un niveau compétitif dans l’ACC. Toutefois, avec un calendrier favorable et des promotions de recrues intéressantes, l’équipe de Dave Doeren peut légitimement viser les 7 voire les 8 victoires en 2019. L’ambiance explosive du Carter-Finley Stadium peut toujours donner 1 ou 2 victoires aux locaux.

Évaluation
  • Attaque
  • Défense
  • Équipes spéciales
  • Coaching
  • Potentiel
3.7

Résumé

Points forts :
– profondeur du groupe de receveurs.
– un backfield défensif agressif.
– Le kicking game.

Points faibles :
– Incertitude au poste de QB.
– Inexpérience de la ligne offensive.
– Le pass rush.

Prédiction : 7-5, 4-4 ACC.

Trailer

Lire la suite
Publicité

Preview 2019

Previewil y a 3 heures

Preview 2019 : Ohio State Buckeyes

L'ère Ryan Day débute officiellement à Ohio State avec des objectifs qui ne changent pas : le titre de conférence...

Previewil y a 20 heures

Conférence ACC : Clemson toujours plus hégémonique

Quadruples champions de conférence et champions nationaux en titre, les Tigers de Clemson seront encore les favoris d'une conférence ACC...

Previewil y a 4 jours

Preview 2019 : Miami Hurricanes

L'ère de l'après-Mark Richt débute à Miami : Manny Diaz saura-t-il relancer un programme en chute libre depuis novembre 2017...

Previewil y a 1 semaine

Preview 2019 : North Carolina State Wolfpack

Pillé par la NFL depuis deux saisons, le Wolfpack est en mode reconstruction tout en restant ambitieux. Un 7ème bowl...

Previewil y a 1 semaine

Preview 2019 : Virginia Tech Hokies

Après une saison 2018 décevante, VT doit rebondir pour prolonger sa série de 26 saisons consécutives avec un bowl... la...

Previewil y a 1 semaine

Preview 2019 : Virginia Cavaliers

Un coach réputé, un QB prometteur et une équipe expérimentée... et si UVA mettait la main sur la division ACC...

Previewil y a 2 semaines

Preview 2019 : Syracuse Orange

Les Orangemen peuvent-ils détrôner Clemson dans l'ACC Atlantic ? Après une saison de 10 victoires, Syracuse a de l'ambition...et des...

Previewil y a 2 semaines

Preview 2019 : Clemson Tigers

Malgré de lourdes pertes en défense, Clemson et son phénomène QB Trevor Lawrence font encore partie des favoris pour le...

Previewil y a 2 semaines

Preview 2019 : Florida State Seminoles

Privés de bowl pour la première fois depuis 1981, les Seminoles se doivent de relever la tête... celle de coach...

Previewil y a 2 semaines

Preview 2019 : Group of Five

Les Knights règnent sans partage sur le Group of Five depuis deux ans. Les Broncos de Boise State peuvent-ils contester...

Articles les plus lus