Suivez-nous

Preview

Preview 2017 : Utah Utes

Après avoir remporté au moins 9 victoires lors des 3 dernières saisons, les Utes d’Utah sont en reconstruction et pourraient compter sur la saison 2017 comme une année de transition avant un retour en force en 2018.

Credit photo : The Daily Utah Chronicle

Publié

le

Utah Utes

Conférence Pac-12 – Division South
En 2016 :
8-4, 5-4 Pac-12. Foster Farms Bowl : victoire 26-24 face à Indiana.
Head Coach : Kyle Whittingham, 13ème année (104-50). Résultats en carrière : 104-50.
Coordinateur offensif : Troy Taylor.
Coordinateur défensif : Morgan Scalley.
Titulaires de retour : 4 en attaque, 5 en défense, punter.
Joueurs-clés partis : RB Joe Williams, WR Tim Patrick, OT Garett Bolles, DE Hunter Gimick, DB Marcus Williams.
Joueurs à suivre : QB Troy Williams, WR Darren Carrington, OL Salesi Uhatafe, DT Lowell Lotulelei, DE Kyle Fitts, DT Filipo Mokofisi, S Chase Hansen, FS Corridon Ballard, P Mitch Wishnovsky.

Six ans après leur adhésion à la conférence Pac-12, les Utes d’Utah se sont affirmés comme une valeur sûre et l’un des programmes les plus constants. Toutefois, les Utes sont aussi les seuls de la division Pac-12 South à ne pas avoir remporté le titre de division depuis l’expansion de 2011.

« Nous n’allons pas nous excuser d’avoir gagné au moins 9 victoires et d’avoir terminé dans le Top 25 lors des 3 dernières saisons mais il est sûr que nous souhaitons maintenant remporter un titre de champion » – Kyle Whittingham, coach des Utes de Utah.

Le coach du programme de Salt Lake City (Utah) ne s’en cache plus : il voit grand pour ses Utes. Lors des trois dernières saisons, Utah a entamé le mois de novembre en tant que prétendant au titre de division Pac-12 South mais n’a jamais été capable de s’imposer dans les matches-clés, très souvent à cause de carences offensives évidentes.

Ainsi, coach Whittingham a pris les choses en main en allant débaucher le coach des quarterbacks d’Eastern Washington (FCS), Troy Taylor, afin d’améliorer le passing game. Ce dernier a dirigé l’an passé une attaque qui a tourné à 42.4 points et 401 yards à la passe en moyenne par match. Taylor est le huitième coach à occuper cette fonction aux Utes en seulement neuf ans. La pression est d’autant plus grande sur ses épaules, à l’heure où Utah rêve de décrocher enfin un titre de conférence Pac-12.

Attaque

Malgré le départ du running back vedette Joe Williams, il n’y a pas de quoi s’en faire pour le jeu de course des Utes qui est généralement très solide, bien abrité derrière une ligne offensive robuste. Le coaching staff s’attend à ce que RB Zack Moss (382 yards au sol, 2 TD en 2016) révèle pleinement son potentiel cette saison mais RB Armand Shyne (373 yards au sol et 4 TD en 2016) pourrait bien décrocher le poste à l’issue du fall camp. Remplaçant de Williams l’an dernier, Moss avait été propulsé sur le terrain suite à la blessure de la vedette des Utes et s’en était bien tiré, avec 90 yards notamment face à USC.

Le nouveau coordinateur offensif Troy Taylor aura également à sa disposition le vétéran QB Troy Williams (2 757 yards à la passe, 15 TD et 8 INT et 235 yards au sol, 5 TD en 2016), qui est un joueur intelligent qui connait bien cette attaque. Si ce dernier montre une progression dans son jeu de passe, les Utes pourront peut être se reposer un peu plus sur leurs receveurs cette saison.

À condition d’en avoir les moyens. Utah a perdu trois de ses quatre meilleurs receveurs, un problème qui ne sera pas aussi facile à résoudre. Le retour de WR Raelon Singleton (27 réceptions, 464 yards et 4 TD en 2016) est tout de même une bonne nouvelle pour Troy Williams, qui devait en faire son go-to guy. Mais la vraie bonne nouvelle pour les Utes est l’arrivée de l’un des meilleurs receveurs du pays, le senior WR Darren Carrington (43 réceptions, 606 yards, 5 TD en 2016), en provenance des Ducks d’Oregon. Arrêté en d’ébriété au cours de l’été, ce dernier a été immédiatement renvoyé du programme d’Eugene (Oregon) avant de rebondir à Salt Lake City (Utah). Les deux sophomores WR Siaosi Wilson (15 réceptions, 183 yards et 2 TD en 2016) et WR Demari Simpkins (19 réceptions, 158 yards et 1 TD en 2016) font également partie des jeunes joueurs à suivre en Pac-12.

Quant à la ligne offensive, elle devrait une fois de plus être la meilleure unité offensive des Utes. Si le départ de Garrett Boles laisse un grand vide au poste de left tackle et pour ouvrir la voie au running back, Kyle Whittingham peut encore compter sur RG Salesi Uhatafe et LT Jackson Barton pour protéger le quarterback mais surtout faire avancer son jeu au sol. Le coach retrouvera également TE Siale Fakailoatonga, blessé pour la saison lors du camp d’entraînement l’an dernier, qui avait montré de belles choses en 2015.

Reste à voir si Troy Taylor saura utiliser pleinement les moyens mis à sa disposition pour donner un coup de pouce à une attaque qui a perdu plusieurs playmakers. Beaucoup des joueurs propulsés titulaires ont encore peu d’expérience du terrain, notamment Zack Moss et Armand Shyne qui seront en charge de porter le ballon, soit le rôle le plus important de l’escouade offensive, et les Utes pourraient le payer cher au moment d’affronter les défenses les plus rugueuses de la conférence.

Défense

Chaque année, Utah s’arrange pour construire une défense solide, dont les fondations reposent sur une ligne défensive monstrueuse. Malgré une saison décevante en 2016, DT Lowell Lotulelei (28 plaquages, 8.5 pour perte, 3.5 sacks en 2016) aura probablement à cœur de prouver sa valeur de choix de premier tour potentiel avec les performances adéquates. Le duo qu’il formera avec DT Filipo Mokofisi (45 plaquages, 8 pour perte, 5 sacks en 2016) promet déjà de terroriser les lignes offensives adverses.

C’est plutôt du côté du pass rush qu’il faudra s’inquiéter, malgré le retour de DE Kylie Fitts (4 plaquages, 3.5 pout perte, 1 sack en 2016). Transféré de UCLA, l’ancien prospect quatre étoiles a rapidement fait parler de lui à Utah avec 7 sacks, 10 passes déviées et 4 forced fumbles en 2015, avant de subir une blessure synonyme de fin de saison en septembre 2016. DE Bradlee Anae (4 plaquages, 2 pour perte, 2 sacks en 2016) est un sophomore plein de promesses mais il n’aura pas le temps de se chercher et devra rapidement être performant pour respecter les standards de cette défense.

Utah pourra compter sur une escouade de linebackers, expérimentée et solide à défaut d’être spectaculaire, et emmenée par LB Kavika Luafatasaga (52 plaquages, 5 pour perte, 3 passes défendues en 2016). Avec une défense en 4-2-5 la plupart du temps, il faut dire que l’accent est plutôt porté sur la secondary. En difficulté la saison dernière, elle pourrait retrouver des couleurs cette année si l’on en croit Kyle Whittingham.

Et ce, en dépit de départs de trois cornerbacks : Marcus Williams (Second-Team All-Pac-12), Brian Allen et Reggie Porter. Le talent est sans doute là, après un recrutement axé sur la secondary ces dernières années, mais le temps d’adaptation nécessaire aux jeunes joueurs pour se sentir à l’aise dans leur rôle sera peut être une contrainte pour Utah et ses ambitions. SS Chase Hansen, meilleur plaqueur l’an dernier, devait être de retour pour encadrer les jeunes pousses… jusqu’à ce qu’une blessure subie au mois de juillet le force à faire une croix sur une partie de la saison à venir. Du coup, le redshirt sophomore S Philip Afia devrait être aligné aux côtés du junior FS Corrion Ballard, deux joueurs qui n’ont pas joué l’an passé. CB Tyrone Smith, de retour de blessure, devrait également s’avérer précieux dans la défense aérienne à côté de CB Julian Blackmon. Le sophomore NB Terrell Burgess occupera le poste de nickelback au sein d’un backfield défensif inexpérimenté.

Équipes spéciales

Les Utes comptent dans leurs rangs le meilleur punter du pays, et peut être même du monde puisqu’il est Australien : P Mitch Wishnowsky, First-Team All-Pac-12 et lauréat du Ray Guy Award en 2016.  Ils n’auront pas à s’inquiéter de ce côté-là pour placer leur défense en bonne position. Succéder à Tom Hackett, Australien lui-aussi et All-American, ne semblait pas tâche facile mais Wishnowsky a repris le flambeau avec succès.

Utah a toutefois perdu son kicker, Andy Phillips, peut être le meilleur joueur à son poste dans l’histoire du programme. K Hayes Hicken et K Christian Antezana sont encore en compétition pour la place vacante de titulaire mais, sauf miracle, les Utes ne pourront pas se reposer sur leur kicker comme ils le faisaient jusqu’à très récemment.

Calendrier

Ces trois dernières années, Utah a pris l’habitude de démarre la saison en trombe avant de lâcher du lest dans la dernière ligne droite, ce qui coûte généralement cher à ce stade. Cette année, les Utes joueront la plupart de leurs matches abordables dans le premier tiers de la saison, malgré un déplacement à BYU périlleux, avant d’enchaîner les adversaires difficiles après une semaine off fin septembre. Utah enchaînera donc avec Stanford, USC, Arizona State, Oregon, UCLA, Washington State, Washington et Colorado lors des huit dernières semaines. Le sprint final sera haletant.

Match clé
@ USC, le 14 octobre 2017
Les Trojans de USC sont les favoris incontestés de la Division South et ils recevront les Utes à LA, où ils sont invaincus depuis plus d’un an. Un déplacement compliqué pour Kyle Wittingham et ses joueurs, qui devront néanmoins se montrer sous leur meilleur jour pour ne pas hypothéquer trop tôt leurs chances de titre de division. En 2016, Utah est la seule équipe à avoir battu Sam Darnold.

Conclusion

Sans faire de bruit, Utah a remporté au moins 9 victoires lors de ses 3 dernières saisons. La série sera difficile à maintenir : les Utes ont perdu 15 titulaires dont plusieurs playmakers des deux côtés du ballon. Un nouveau coordinateur offensif, Troy Taylor, a été nommé afin d’améliorer le jeu aérien autour du solide senior QB Troy Williams. La ligne offensive a été décimée (1 seul titulaire de retour) et le jeu au sol sera orphelin des éclairs de génie de RB Joe Williams. La défense 4-2-5 est également en reconstruction notamment au niveau du backfield défensif qui a perdu ses 5 titulaires. Et comme le calendrier des Utes est brutal avec des déplacements à BYU et USC ainsi que les 4 meilleurs équipes de la division North au programme de leurs matchs crossover, une participation à un bowl serait déjà une vraie satisfaction pour la troupe de coach Kyle Whittingham.

Membre de l'équipe de The Blue Pennant depuis septembre 2013, Loïc s'est trimballé à travers les États-Unis en 2017 pour mieux comprendre le pas-si-petit monde du college football. Seulement deux contraventions pour excès de vitesse sur 20 000 km. Intime de Mark Sanchez, Sam Darnold et des cheerleaders de Wisconsin. Label qualité TBP et Sécurité routière.

Publicité
1 commentaire

1 commentaire

  1. benoit

    8 août 2017 at 10h13

    Salut, peux on dire aussi que le match contre byu serait aussi un match clé en raison de la rivalité entre ses deux équipes?

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Preview

Preview 2018 : Florida Gators

Le retour de coach Dan Mullen chez les Gators a ramené l’espoir au sein d’un programme de Florida qui sera l’une des attractions de la division SEC East en 2018. Suffisant pour renverser les Bulldogs de Georgia ?

Publié

le

Crédit photo : Twitter/GatorsFB

Florida Gators

Conférence SEC

Division East

En 2017 : 4-7, 3-5 SEC.
Head Coach : Dan Mullen, 1ère année (0-0) – Résultats en carrière: 69-46.
Coordinateur offensif : Billy Gonzales, John Hevesy.
Coordinateur défensif : Todd Grantham.
Titulaires de retour : 17, 10 en attaque, 7 en défense.
Joueurs-clés partis : WR Antonio Callaway, DT Taven Bryan, DB Duke Dawson, K Eddy Pineiro, P Johnny Townsend.
Joueurs à suivre : RB Jordan Scarlett, RB Lamical Perine, WR Van Jefferson, WR Tyrie Cleveland, DE Cece Jefferson, DB Chauncey Gardner-Johnson, CB Marco Wilson, CB C.J. Henderson.

De 2005 à 2008, Dan Mullen était le coordinateur offensif des Gators sous les ordres d’Urban Meyer. Une époque où Florida régnait sur la planète College Football. En prenant en main le développement de QB Chris Leak et d’un certain QB Tim Tebow, il a par extension aidé à la construction d’une équipe qui remportera finalement deux titres de champion national (2006, 2008).

Trop doué pour rester confiné à son rôle de coach assistant, Dan Mullen acceptera l’offre des Bulldogs de Mississippi State qu’il dirigera pendant 8 saisons, de 2009 à 2017. Une fois encore, sa proximité avec les quarterbacks lui a permis de faire émerger l’un des meilleurs joueurs du pays à ce poste, Dak Prescott.

Embed from Getty Images

C’est donc avec un enthousiasme débordant que la Gator Nation a appris le retour Dan Mullen à Gainesville (Florida), au poste de head coach cette fois-ci dans le cadre d’un transfert plutôt rare dans la SEC. Depuis que Dan Mullen a quitté Florida, la conférence du Sud des États-Unis a bien changé. Alabama y règne sans partage et Georgia semble être le seul programme capable de mettre un terme à la domination du Crimson Tide.

Devant l’incapacité de coach Jim McElwain de réveiller une attaque endormie depuis les années Will Muschamp, la direction athlétique de Florida a remercié le head coach des Gators, et ce, malgré deux titres de champion de division SEC East remportés (sans briller) en 2015 et 2016. Dan Mullen sait comment gagner. Il sait aussi que les Gators n’ont pas encore les armes des deux ténors de la SEC; Jim McElwain n’ayant jamais su assembler des promotions de recrues dans le Top 10 national.

Pourtant, Dan Mullen est arrivé avec une énergie sans limites mettant notamment le feu lors de la mi-temps d’un match de l’équipe de basketball, en janvier dernier :

« Nous sommes toujours Florida. Ce n’est pas comme si nous avions aucun talent dans cette équipe ! » – Dan Mullen, coach des Gators de Florida.

L’ancien coach le sait : il sera jugé sur sa capacité de rapidement développer un quarterback capable de mener l’attaque des Gators ce qui manque à Florida depuis Tim Tebow en 2009. Mais la saison 2017 catastrophique (bilan de 4-7, 2ème bilan négatif en 5 ans) ne peut être attribuée qu’aux simples contre-performances de QB Feleipe Franks et QB Malik Zaire. Le programme devra également être plus efficace sur le jeu au sol et être plus solide en défense notamment contre le jeu de course adverse.

Attaque

C’est le grand chantier auquel doit s’attaquer coach Dan Mullen. Les Gators ont été épouvantables l’an dernier avec un petit total de 335.9 yards par match (#109 du pays) pour une moyenne de 22.1 points par match (#108 du pays). Comme depuis trois ans à Gainesville, la ligne offensive s’est fait déborder tout au long de la saison tant sur le run block que sur la pass protection. Résultat : jamais l’attaque n’a réussi à trouver le rythme sous l’impulsion de quarterbacks en plus inefficaces.

Embed from Getty Images

D’Alex Smith (à Utah) à Tim Tebow en passant par Dak Prescott, coach Mullen a toujours su bâtir ses attaques autour d’un quarterback charismatique et percutant. Il lui faudra faire des miracles en 2018. Le redshirt sophomore QB Feleipe Franks (1438 yards, 9 TD, 8 INT en 2017) est de retour après un début de carrière mouvementé. Titularisé face à Michigan en ouverture de la saison, il a ensuite été envoyé sur le banc à trois reprises avant de récupérer son poste en fin de saison. Jamais il n’a paru serein dans son rôle de leader. Pourtant, il est le quarterback le plus expérimenté de l’équipe depuis la fin d’éligibilité de Malik Zaire. Du coup, le sophomore QB Kyle Task (meilleur passeur pur du groupe) et le true freshman QB Emory Jones sont en lutte pour le poste de titulaire. Ce dernier a peut-être les aptitudes athlétiques les plus adaptées aux futurs systèmes offensifs des Gators. Mais son inexpérience et son immaturité physique pourraient limiter son temps de jeu.

Le jeu au sol a subi un coup dur l’an passé lorsque RB Jordan Scarlett fût suspendu suite à une affaire de fraude à la carte de crédit. Le running back junior est maintenant de retour pour re-dynamiser un secteur de jeu décevant en 2017 (156 yards en moyenne par match, #75 du pays). Il va apporter une puissance qui a manqué aux Gators la saison dernière. L’instinctif sophomore RB Malik Davis (526 yards, 2 TD en 2017) et le junior RB Lamical Perine (562 yards, 8 TD en 2017) feront également partie de la rotation.

Après deux saisons productives mais tumultueuses, WR Antonio Calloway a filé vers la NFL. Deux joueurs transférés espèrent combler ce départ. Aucun receveur de l’effectif des Gators n’a les mains aussi sûres que l’ancien joueur d’Ole Miss, WR Van Jefferson (42 réceptions, 456 yards, 1 TD en 2017). Fils de l’ancien vétéran de la NFL, Shawn Jefferson (ex-Miami Dolphins), il a obtenu une dérogation pour conserver son éligibilité en 2018. Il sera une aide précieuse tout comme le longiligne sophomore WR Trevon Grimes qui arrive d’Ohio State. Le junior WR Tyrie Cleveland (22 réceptions, 410 yards, 2 TD en 2017) a accumulé les big plays l’an dernier avant de se blesser à la cheville. Il apportera une dimension de profondeur au jeu vertical. Enfin, l’ancien quarterback, WR Kadarius Toney (15 réceptions, 152 yards en 2017), doit être plus régulier et commettre moins de drops pour prétendre à une place de titulaire. Les juniors WR Josh Hammonds (18 réceptions, 246 yards en 2017) et WR Freddie Swain (8 réceptions, 96 yards, 1 TD en 2017) complètent un groupe de receveurs dense et au potentiel énorme.

Embed from Getty Images

Mais finalement, l’attaque version Dan Mullen ne fonctionnera qu’à une seule condition : une sérieuse amélioration d’une ligne offensive qui pourra compter sur le retour de cinq titulaires réguliers l’an passé. Une nouveau coach de ligne a été nommé. John Hevesy aura pour mission de développer le plein potentiel d’un groupe de joueurs pourtant prometteurs lors de leur recrutement. Les seniors LT Martez Ivey et RG Fred Johnson ainsi que le junior RT Jawaan Taylor ont le talent pour jouer dans la NFL. Le junior C T.J. McCoy a connu des déboires l’an passé après une excellente saison sophomore. Le sophomore LG Brett Heggie devraient retrouver son poste après avoir été blessé au genou au moins de novembre.

Défense

L’arrivée du coordinateur défensif Todd Grantham signifie un changement de stratégie majeur. La défense va abandonner son traditionnel front four pour des schémas 3-4 et 3-3-5 qui auront un impact important sur plusieurs joueurs des Gators à commencer par le pass rusher OLB Cece Jefferson qui glissera au poste de rush end.

Malgré ces changements, la ligne offensive restera l’un des points forts de l’équipe. Sur le côté fort, le junior DE Jabari Zuniga (34 plaquages, 4 sacks en 2017) et le freshman DE Zachary Carter possèdent la robustesse et le polyvalence nécessaires. À l’intérieur, le senior NT Khairi Clark (13 plaquages en 2017) prendra la succession de Taven Bryan au côté du mastodonte DT Tedarrell Slaton (11 plaquages en 2017). Le sophomore DL Elijah Conliffe aura également son mot à dire.

Le second rideau défensif pourra encore compter sur son général en chef, le junior ILB David Reese (102 plaquages, 10 pour perte, 1.5 sacks, 1 INT en 2017). Joueur instinctif et tenace, il compense son manque de vitesse, qui le restreint à agir dans la box, par une excellente technique de plaquage. Le sophomore ILB Vosean Joseph (55 plaquages, 1 INT en 2017) a démontré ses aptitudes de gros frappeur mais ses problèmes d’indiscipline pourraient permettre au junior ILB Rayshad Jackson (13 plaquages en 2017) de gagner sa place. Sur les extérieurs, OLB Cece Jefferson (47 plaquages, 13.5 pour perte, 4.5 sacks en 2017) sera le pass rusher #1 de l’équipe. Son avenir est dans la NFL et il sera un excellent mentor pour OLB Jachai Polite (22 plaquages, 2 sacks en 2017), OLB Jeremiah Moon (23 plaquages en 2017) et OLB Antonneous Clayton.

Embed from Getty Images

Après la fracassante saison 2017 des sophomores CB Marco Wilson (34 plaquages, 10 passes défendues en 2017) et WR C.J. Henderson (22 plaquages, 4 INT, 2 TD en 2017), les Gators peuvent compter sur l’un des meilleurs tandems de cornerbacks de la conférence SEC. CB Marco Wilson est un plaqueur sûr et il possède un formidable instinct pour couper les trajectoires des passes adverses. Le prospect 4-étoiles CB Trey Dean sera le backup principal. Le junior NB Chauncey Gardner-Johnson (58 plaquages, 1 sack, 1 INT en 2018) retrouve une position de nickelback plus naturel après avoir été aligné comme safety l’an dernier. Il a connu des débuts difficiles avant de s’affirmer comme un défenseur incroyablement polyvalent. Il laisse donc l’un des postes de safety au prometteur sophomore S Brad Stewart (13 plaquages, 1 INT en 2017) qui devrait débuter la saison aux côtés du junior S Jeawon Taylor (30 plaquages en 2017).

Équipes spéciales

C’est la grande incertitude des Gators en 2018. K Eddy Pineiro (meilleur % de réussite de l’Histoire de la fac) et P Johnny Townsend (meilleur punter du pays lors des deux dernières saisons) laissent un trou béant suite à la fin de leur éligibilité. Toutefois, P Tommy Townsend pourrait poursuivre la tradition familiale et coach Mullen a convaincu le meilleur kicker à sortir des lycées américains en 2018, K Evan McPherson, de venir à Florida. Les Gators devront être beaucoup plus menaçants sur les retours de coup de pied (dernier de la SEC sur le retour de kickoffs en 2017). Le receveur KR Kadarius Toney et le running back PR Adarius Lemons sont deux athlètes explosifs mais le blocking autour d’eux devra être nettement amélioré.

Calendrier

À l’inverse de l’an passé (Michigan au AT&T Stadium), Florida ne débutera pas sa saison avec un choc de titans pour ouvrir la saison. Les Gators tenteront d’accumuler de la confiance face à Charleston Southern (FCS), le premier de leurs sept matchs à domicile en 2018 (Kentucky, Colorado State, LSU, Missouri, South Carolina, Idaho). Les déplacements à Tennessee et Mississippi State pourraient être cruciaux. Comme chaque année, les deux matchs à haut risque se joueront face à Georgia (3ème samedi d’octobre) et Florida State (dernier match).

Embed from Getty Images

Match clé
contre Georgia, le 27 octobre 2018
L’opposition entre Dan Mullen et Kirby Smart devrait marquer la prochaine décennie. Face aux Bulldogs, les Gators joueront leur match le plus difficile de la saison mais le défi de renverser les champions de conférence SEC pourrait motiver les Floridiens dans ce match décisif dans la course au titre de SEC East.

Conclusion

Les Gators ont réussi l’un des plus beaux coups de l’intersaison en engageant le convoité Dan Mullen (ex-Mississippi State) au poste de head coach. Florida s’attend à des résultats immédiats. Malgré un total de 4 petites victoires remportées l’an dernier, le talent reste important dans tous les secteurs de l’effectif. Bien que Dan Mullen est avant tout un stratège offensif, c’est par la défense que les Gators devraient construire leurs succès en 2018. Six titulaires sont de retour dont DL Cece Jefferson (blessé en début de saison) et LB David Reese. La ligne défensive et le backfield défensif sont parmi les meilleurs de la conférence SEC. Offensivement, le chantier est plus grand. Depuis 5 ans, les Gators font partie des plus mauvaises attaques de la conférence SEC (335.9 yards en 2017, #110 du pays). Toutefois, deux running backs expérimentés (Jordan Scarlett, Lamical Perine) et un quarterback au talent indiscutable (Feleipe Franks) pourraient permettre l’émergence d’une attaque retrouvée. Un calendrier plutôt favorable fera l’affaire de Dan Mullen qui tentera de doubler le nombre de victoires par rapport à l’an dernier

Trailer

Lire la suite

Preview

Preview 2018 : Georgia Bulldogs

En deux saisons seulement, les Bulldogs de Georgia sont devenus les plus sérieux concurrents du Crimson Tide d’Alabama qu’ils espèrent détrôner en 2018 afin de remporter un premier titre national depuis 1980.

Publié

le

Crédit photo : Mike Ehrmann/Getty Images

Georgia Bulldogs

Conférence SEC

Division East

En 2017 : 13-2, 7-1 SEC. Champion de conférence SEC. Vice-champion national. National Championship : défaite 26-23 OT contre Alabama.
Head Coach : Kirby Smart, 3ème année (21-7) – Résultats en carrière: 21-7.
Coordinateur offensif : Jim Chaney.
Coordinateur défensif : Mel Tucker.
Titulaires de retour : 11, 6 en attaque, 4 en défense, kicker.
Joueurs-clés partis : QB Jacob Eason, RB Nick Chubb, RB Sony Michel, WR Javon Wims, OT Isaiah Wynn, ILB Roquan Smith, OLB Lorenzo Carter, LB Davin Bellamy.
Joueurs à suivre : QB Jake Fromm, RB D’Andre Swift, WR Demetris Robertson, WR Terry Godwin, WR Riley Ridley, DT Julian Rochester, DL Jonathan Ledbetter, CB Deandre Baker, S J.R. Reed.

Deux ans. C’est le temps qu’il aura fallu à Kirby Smart pour entrer dans la Légende des Bulldogs de Georgia. En deux saisons, il a transformé un programme qui semblait incapable de franchir un cap en un candidat crédible au titre de champion national.

En 2017, Georgia a remporté son premier titre de champion de conférence SEC depuis 2005 et le second Rose Bowl de son Histoire. Les Dawgs ont été privé d’un premier titre de champion national depuis 1980 lorsqu’un quarterback true freshman convertit une 2ème tentative et 26 yards à faire en un TD d’anthologie qui offrit la victoire à Alabama lors du dernier National Championship Game. En cas de victoire, Kirby Smart aura pu faire aussi bien que Bob Stoops (à Oklahoma), Urban Meyer (à Florida) ou Jim Tressel (à Ohio State) en remportant le titre national lors de sa 2ème saison en poste.

Embed from Getty Images

Toutefois, son mentor Nick Saban avait lui aussi échoué de peu lors de sa 2ème saison à la tête du Crimson Tide. Et comme son mentor l’avait fait lors de sa 3ème saison, Kirby Smart espère mettre la main sur le trophée de champion en 2018.

Inspiré par Nick Saban dans toutes facettes de son rôle de head coach, Kirby Smart a changé la culture des Bulldogs en un temps record. En plus de faire le plein de recrues dans son État, Georgia attire maintenant des prospects du pays entier. Résultat : les Dawgs ont mis fin au règne d’Alabama sur le recruiting national. Les Bulldogs ont constitué la meilleure promotion de recrues en 2018 et l’administration de l’université soutient entièrement son programme de football en construisant notamment un terrain d’entrainement indoor à hauteur de 30 millions de $ livré en 2017.

Georgia marche clairement dans les pas de son modèle Alabama. Mais les Bulldogs parviendront-ils à prendre leur revanche en 2018 en renversant le Crimson Tide ? Une attaque qui s’annonce explosive et un talent fou en défense sont de solides arguments qui font des Dawgs de sérieux prétendants au titre de champion national.

Attaque

Les running backs Nick Chubb et Sony Michel sont partis pour la NFL mais l’attaque des Bulldogs reste bourrée de talent et aucune baisse de production n’est à attendre de ce côté-là du ballon. Au contraire. Le jeu au sol (258.4 yards par match en 2017, #9 du pays) devrait rester dominant tandis que l’attaque aérienne (176.9 yards par match en 2017, #105 du pays) pourrait faire un bond en avant en raison de l’éclosion d’un noyau de receveurs prometteurs et de l’arrivée via un transfert de WR Demetris Robertson.

Cela devient une habitude à Georgia : le quarterback titulaire perd son poste sur blessure laissant ainsi la porte ouverte à un jeune freshman qui profite de l’occasion pour se révéler. Ainsi, après Jacob Eason en 2016 (succédant à Greyson Lambert), le sophomore QB Jake Fromm (succédant à Jacob Eason) a démontré d’étonnantes qualités de leadership faisant de lui l’un des quarterbacks les plus efficaces au niveau national (62.2% de réussite à la passe, 2615 yards, 24 TD, 7 INT et un bilan de 12-2 en 2017).

Embed from Getty Images

QB Jake Fromm est plus qu’un gestionnaire de jeu. Quand les Bulldogs en ont eu besoin, il a été capable de gros gain dans les airs grâce à une excellente lecture de jeu et un bras précis. Oui mais voilà, on vous l’a dit : la controverse au sujet du poste de quarterback devient une habitude à Georgia. Les Bulldogs ont recruté le meilleur prospect du pays au poste de QB à sortir des lycées américains en 2018. Le true freshman QB Justin Fields possède une rare combinaison de vitesse, de mobilité et de puissance de bras. Son talent est tel que le coordinateur offensif Jim Chaney a déjà prévu de l’intégrer dans certains schémas offensifs. Les riches deviennent toujours plus riches.

Georgia se préparait de longue date au départ des running backs Nick Chubb et Sony Michel avant qu’ils n’annoncent, avant la saison 2017, leur retour surprise pour leur année senior. Les deux leaders offensifs sont maintenant partis laissant la place à une relève prête à prendre le relais. Et quelle relève ! Tout indique que le sophomore RB D’Andre Swift est du calibre de ses deux prédécesseurs (618 yards au sol, 7.6 yards par course en 2017). Il sera la tête d’affiche d’une rotation effrayante composée des juniors RB Elijah Holyfield (293 yards au sol, 2 TD en 2017) et RB Brian Herrien (265 yards au sol, 1 TD en 2017), et du prospect 5-étoiles RB Zamir White dont la convalescence après une blessure au ligament d’un genou a été plus rapide que prévu. On oubliait. Il y a quelques mois, les Bulldogs ont également recruté le running back 4-étoiles RB James Cook, le frère du meilleur coureur de l’Histoire de Florida State, Dalvin Cook. On vous l’a dit : les riches deviennent toujours plus riches.

Les Bulldogs pensaient avoir des bases solides pour améliorer un jeu vertical décevant l’an dernier. Le groupe de receveurs n’a cessé de progresser tout au long de la saison dernière permettant au senior WR Terry Godwin (38 réceptions, 639 yards, 6 TD en 2017) et aux juniors WR Riley Ridley (14 réceptions, 218 yards, 2 TD en 2017) et WR Mecole Herdman (25 réceptions, 418 yards, 4 TD en 2017) de briller lors du National Championship Game suite à la sortie sur blessure du WR#1, Javon Wims. Mais Georgia voulait plus et c’est ainsi que les Bulldogs ont mis la main sur l’ancien prospect 5-étoiles du recrutement 2016, WR Demetris Robertson (50 réceptions, 767 yards, 7 TD en 2017), qui a débarqué à Athens il y a quelques semaines après un transfert en provenance de Cal. Les riches deviennent… vous connaissez la suite.

Embed from Getty Images

L’attaque aérienne pourra également compter sur le junior TE Isaac Nauta (9 réceptions, 114 yards, 2 TD en 2017) qui n’a pas su surfer sur une excellente année freshman, en 2016. Son talent est indéniable et il pourrait être une autre option pour QB Jake Fromm.

La ligne offensive était un point faible de l’équipe en 2015 et 2016. C’est donc à un revirement sensationnel auquel on a assisté l’an dernier grâce au travail du coach Sam Pittman. Malgré le départ du polyvalent OL Isaiah Wynn, elle va rester une force en 2018 grâce au retour de quatre titulaires réguliers et l’apport de sang nouveau via le recrutement. Solide l’an dernier pour sa saison freshman, le sophomore LT Andrew Thomas va glisser de la droite vers la gauche pour protéger le QB des Bulldogs sur le côté aveugle. Les seniors LG Kendall Baker et C Lamont Gaillard sont également de retour tout comme le sophomore RG Solomon Kindley. Le redshirt freshman RT Isaiah Wilson devrait faire ses débuts au poste de right tackle. Ce groupe bénéficiera également de l’ajout des prospects 5-étoiles, LG Jamaree Salyer et RT Cade Mays.

Défense

Ça paraît fou mais la défense des Dawgs pourrait être tout aussi productive que l’an dernier (16.4 points accordés par match en 2017, #6 du pays) malgré les pertes de LB Roquan Smith, LB Lorenzo Carter, S Dominic Sanders et 4 autres titulaires réguliers. Mais c’est la nouvelle réalité des Bulldogs.

Comme beaucoup d’équipes, Georgia privilégie une rotation de joueurs sur la ligne de scrimmage et si les titulaires sont tous des candidats à une sélection dans l’équipe All-SEC, le manque de profondeur pourrait faire mal en cours de saison. Le senior DE Jonathan Ledbetter (38 plaquages, 5.5 pour perte, 2.5 sacks en 2017) et le juniors DT Tyler Clark (41 plaquages, 6 pour perte, 2.5 sacks en 2017) et NT Julian Rochester (22 plaquages en 2017) sont de retour ainsi que le junior DL David Marshall mais les récents recrutements n’ont pas été aussi solides sur le front three qu’ils ne l’ont été sur le back seven.

Embed from Getty Images

Le second rideau a été l’âme et le coeur de la défense des Dawgs en 2017. Soutien inaliénable du run stop et magistral sur les coverages, il a largement contribué au succès de Georgia l’an passé. Seul problème : Georgia a perdu les quatre titulaires qui ont débuté le dernier Rose Bowl et le dernier National Championship dont le meilleur défenseur du pays, ILB Roquan Smith. Pourtant, l’optimisme règne sur le campus d’Athens. Le senior ILB Natrez Patrick (35 plaquages en 2017) fait son retour comme titulaire après avoir été écarté de l’équipe l’hiver dernier. Il va apporter son expérience et sa fougue à un secteur en reconstruction. À ses côtés, on devrait retrouver le grand espoir et successeur désigné de Roquan Smith : le sophomore ILB Monty Rice (22 plaquages en 2017). Sur les extérieurs, le senior OLB D’Andre Walker (39 plaquages, 13.5 pour perte, 5.5 sacks en 2017) fera la paire avec le sophomore OLB Walter Grant que certains comparent déjà à Leonard Floyd.

La défense contre la passe a brillé la saison dernière et tout porte à croire que ce secteur de jeu restera performant. CB Deandre Baker (44 plaquages, 3 INT en 2017) a surpris tout le monde en annonçant son retour pour sa saison senior. Il sera précieux au sein d’un jeune groupe menée par le true freshman 5-étoiles CB Tyson Campbell. Le junior SS J.R. Reed est sorti de nulle part l’an dernier pour devenir l’un des joueurs les plus polyvalents de l’équipe sur le backfield défensif. Il débutera la saison à côté du sophomore RB Richard LeCounte pour former un tandem incisif. Le junior CB Tyrique McGhee (23 plaquages, 1 INT en 2017) apporte de la profondeur et son expérience au poste de nickelback.

Équipes spéciales

Le junior K Rodrigo Blankenship (20/23 FG en 2017) est passé du statut de joueur culte à celui d’excellent kicker comme en témoigne ses deux FG réussi de plus de 50 yards au Rose Bowl et en finale nationale. C’est plus confus au poste de punter suite au départ de P Cam Nizialek. Le freshman P Jake Carmada et le junior P Marshall Long seront en concurrence.

Embed from Getty Images

Calendrier

Georgia est l’un des deux seuls programmes de la SEC à ne pas avoir de match hors-conférence à l’extérieur. Certes, un calendrier de conférence SEC n’est jamais reposant mais il est difficile d’imaginer que les Bulldogs ne seront pas favoris dans tous les matchs qu’ils joueront. Après des débuts faciles face à Austin Peay (FCS), Georgia ne devra pas sous-estimé South Carolina, dès le 8 septembre, en match d’ouverture de son calendrier intra-conférence. La suite est plus aisé (Middle Tennessee, Missouri, Tennessee, Vanderbilt) avant le choc à LSU, suivi deux semaines plus tard par le Rivalry Game contre Florida. Ces deux matchs seront cruciaux dans l’optique des playoffs. Les Bulldogs devront également se méfier d’un mois de novembre exigeant (à Kentucky, Auburn, UMass, Georgia Tech).

Match clé
à LSU, le 13 octobre 2018
QB Matthew Stafford et RB Knowshon Moreno avaient sonné la charge pour les Bulldogs lors de la dernière visite de Georgia dans la Death Valley en octobre 2008. Dix ans après, les Dawgs tenteront de répéter l’exploit de l’époque (victoire 52-38) dans ce match crossover qui pourrait décider de leur invincibilité en 2018.

Conclusion

Quelques mois après avoir manqué de peu de remporter leur premier titre de champion national depuis 1980, les Bulldogs seront encore dans la course en 2018. Certes, le départ pour la NFL de ILB Roquan Smith laisse un trou béant au sein d’une défense qui a limité ses adversaires à 16.4 points en moyenne l’an dernier mais le coeur expérimenté de cette escouade est de retour pour encadrer la meilleure promotion de recrues du pays en 2018. QB Jake Fromm a réussi une saison freshman sensationnel forçant le titulaire, QB Jacob Eason, sur le banc. Pourtant, son statut de QB#1 pourrait être contesté par le phénoménal true freshman 5-étoiles QB Justin Fields. Quelque soit le quarterback titulaire, il bénéficiera du soutien d’un backfield offensif en or (D’Andre Swift, Elijah Holyfield) et d’un groupe de receveurs ultra-talentueux (Tony Godwin, Demetris Robertson, Nicole Herdman, Riley Ridley). Si Georgia parvient à éviter les contre-performances inattendues, le duel face à Auburn (10 novembre) pourrait être le seul obstacle vers une saison régulière invaincue.

Trailer

Lire la suite

Preview

Preview 2018 : South Carolina Gamecocks

En pleine ascension depuis l’arrivée de Will Muschamp sur le campus de Columbia en 2016, les Gamecocks de South Carolina seront-ils l’équipe surprise de la saison 2018 dans la conférence SEC ?

Publié

le

Crédit photo : Getty Images

South Carolina Gamecocks

Conférence SEC

Division East

En 2017 : 9-4, 5-3 Big Ten. Outback Bowl : victoire contre Michigan, 26-19.
Head Coach : Will Muschamp, 3ème année (15-11) – Résultats en carrière: 43-32.
Coordinateur offensif : Bryan McClendon.
Coordinateur défensif : Travaris Robinson.
Titulaires de retour : 14, 8 en attaque, 4 en défense, kicker, punter.
Joueurs-clés partis : TE Hayden Hurst, DT Taylor Stallworth, LB Skai Moore, DB Chris Lammons, S D.J. Smith.
Joueurs à suivre : QB Jake Bentley, WR Deebo Samuel, WR Bryan Edwards, OL Zack Bailey, LB Bryson Allen-Williams, CB Rashad Fenton.

Une suite logique. Prometteurs en fin de saison 2016, derrière l’émergence de freshmen, les Gamecocks ont confirmé leur bon rendement la saison passée, malgré une cascade de blessures.

NC State, Missouri, Florida ou encore Michigan : tant de programmes qui ont dû céder face aux joueurs de Will Muschamp, lesquels ont terminé deuxièmes de la division SEC Est, derrière le vice-champion national, Georgia.

Embed from Getty Images

Avec 12 joueurs de retour en 2017, dont 8 au sein d’une attaque redoutablement polyvalente, South Carolina peut poursuivre sur sa lancée et améliorer sa marque de 9 victoires l’an dernier. Mais dans une guerre à l’armement made in SEC, en ont-ils vraiment les moyens ?

Attaque

Ce n’était pas qu’un feu de paille. Symbole d’un programme de South Carolina en pleine renaissance, en 2016, QB Jake Bentley a démontré ses bonnes dispositions l’an passé, en passant pour 2 794 yards, 18 touchdowns et 12 interceptions. En lançant deux fois plus de passes, son ratio est resté plus que correct (plus de 62% de complétion) et derrière lui, l’attaque locale a progressé statistiquement (24 points inscrits de moyenne contre 20 en 2016).

Le junior espère donc faire franchir un nouveau cap à son équipe, d’autant qu’il a sans doute à disposition l’une des meilleurs escouades de receveurs au sein de la conférence. La principale pépite est sans aucun doute le senior WR Deebo Samuel, tout bonnement explosif dès que le ballon lui arrive en main. Une blessure prématurée l’avait privé d’une grosse partie de la saison passée, mais a aussi permis l’émergence d’autres talents sur la rotation. Ce n’est pas forcément le cas du junior WR Bryan Edwards, performant dès son arrivée sur le campus, mais qui reste la soupape de sécurité de Bentley, au vu de ses 793 yards et 5 touchdowns de 2017. Mais ce sont bien les sophomores WR Shi Smith et WR OrTre Smith qui pourraient rendre cette attaque injouable par la voie des airs. A eux deux, ils ont cumulé 735 yards et 6 touchdowns l’an passé. Ce quatuor a donc de quoi faire rêver sur le papier, d’autant que le true freshman WR Josh Vann, dernière recrue 4 étoiles, a déjà une belle cote à Columbia.

Cette pléiade de talents en ferait presque oublier le départ du tight end vedette Hayden Hurst, nouveau joueur des Baltimore Ravens. Pour Will Muschamp, il ne sera pas facile de lui trouver un remplaçant attitré, mais les seniors TE Kevin Crosby et TE Jacob August devraient se partager les tâches, le premier à la réception, le deuxième sur les blocs.

Embed from Getty Images

Cette pléiade de talents nous amènerait aussi à penser que le jeu au sol sera délaissé. Mais nous sommes dans la conférence SEC ! Et là encore, le backfield offensif risque de donner le tournis. De retour de blessure, le junior RB Rico Dowdle espère retrouver son niveau de 2016, où il avait glané plus de 750 yards à la course. Pendant son absence, les juniors RB A.J. Turner et RB Ty’Son Williams ont pu se faire la main, avec un ascendant pris par le premier cité (531 yards, 3 TD en 2017). Avec le mobile RB Mon Denson, les Gamecocks s’appuient sur une escouade complémentaire, capable de leur offrir suffisamment d’alternance offensive.

Pour le coordinateur Bryan McClendon, la principale zone d’ombre se situe sur la ligne. Car avec deux fins d’éligibilité, et de nombreux replacements, le programme de Columbia s’avance un peu dans l’inconnu. Transféré de Junior College, l’an passé, LT Dennis Daley semble avoir offert de sérieuses garanties sur le côté aveugle, et sera assisté par le senior LG Zack Bailey côté gauche. L’ancien guard C Donnell Stanley se chargera de snaper le ballon, aux côtés de deux nouveaux titulaires, le sophomore RG Sadarius Hutcherson et le senior RT Blake Camper. Un temps titulaire en début de saison dernière, le senior LT Malik Young reste à l’affût intégrer le cinq.

Défense

A l’instar de l’attaque, la défense a clairement progressé en 2017. Et cela n’a rien d’étonnant dans une équipe coachée par Will Muschamp. Sous la coupe du coordinateur défensif, Travaris Robinson, South Carolina a su mettre les barbelés l’an passé et n’a concédé qu’un seul éclat, contre Clemson. Excusez du peu. Non content d’avoir affiché une moyenne de 20 points encaissés sur le dernier exercice, la défense peut s’appuyer sur une solide relève, malgré le départ de 7 titulaires.

Les regards seront notamment tournés vers la ligne défensive. Pour deux raisons. Avec la présence des juniors DE D.J. Wonnum et DT Javon Kinlaw, les Gamecocks peuvent se targuer d’avoir deux futurs phénomènes NFL, le premier sur le pass rush (6 sacks en 2017), le deuxième sur son impressionnante explosivité sur le snap. Ce dernier a d’ailleurs perdu plus de 15 kilos pendant l’intersaison pour devenir encore plus mobile et explosif à l’entrée de la poche adverse.

Embed from Getty Images

Ce qui intrigue aussi sur le premier rideau, c’est le nom des futurs successeurs, et leur capacité à être au niveau. Si les doutes restent limités pour le junior DT Keir Thomas, au duel avec DT Kobe Smith, c’est le deuxième poste de defensive end qui sera une compétition à part entière. Le junior DE Shameik Blackshear semblait avoir une longueur d’avance, mais les sophomores DE Aaron Sterling et DE Brad Johnson sont très clairement en embuscade. Même chose pour le junior DE Daniel Fennell, auteur d’un excellent Outback Bowl face à Michigan.

Meilleur plaqueur des Gamecocks quand il a pu jouer à 100%, Skai Moore a pris la direction de la NFL et laisse un trou béant sur le deuxième rideau. Fort heureusement pour Will Muschamp, le junior MLB T.J. Brunson semble tout désigné pour le remplacer, du haut de ses 88 plaquages l’an passé. Il sera toujours épaulé côté fort par le senior SLB Bryson Allen-Williams, autorisé à jouer une cinquième année après une saison 2017 écourtée par les blessures. Côté faible, la lutte s’annonce âpre entre le senior WLB Eldridge Thompson et le sophomore WLB Sherrod Greene. Recrue 3 étoiles de la dernière intersaison, le polyvalent LB Rosendo Louis est un diamant brut qui ne demande qu’à briller sous les ordres de son nouveau staff.

Sur les nombreux départs qui ont concerné la défense, le backfield est le secteur qui a été le plus touché. Chris Lammons, Jamarcus King et D.J. Smith partis, South Carolina doit préparer la relève dans un secondary souvent fourni. Les seniors CB Rashad Fenton et CB Keisean Nixon ont déjà une expérience significative sur les extérieurs, et devraient être bousculés par un nouveau venu, la recrue 4 étoiles CB Jaycee Horn, fils du légendaire receveur des Saints, Joe Horn.

Au centre, le senior SS Steven Montac sera enfin un titulaire régulier et devrait faire équipe avec l’ancienne recrue 5 étoiles, le sophomore FS Jamyest Williams. A moins que l’ancien receveur FS Javon Charleston ne surprenne agréablement le coaching staff. Pour apporter un peu plus de concurrence, Will Muschamp a récupéré deux transferts texans pendant l’intersaison, avec les arrivées de CB Nick Harvey (ex-Texas A&M) et S J.T. Ibe (ex-Rice).

Embed from Getty Images

Équipes spéciales

Pas de changement dans ce groupe, mais pas de titulaires désignés pour autant ! Sur le poste de kicker, notamment, les sophomores K Alexander Woznick et K Parker White devraient, comme l’an passé, se tirer la bourre. En 2017, c’est White qui avait fini par avoir l’ascendant et, malgré son pourcentage de 14 sur 25 sur field goal, l’intéressé peut se targuer d’avoir réussi un 10/11 à moins de 40 yards des poteaux. Moins de souci a priori pour le junior P Joseph Charlton, dont les 43 yards et demi de moyenne sur le dernier exercice en ont fait un des punters les plus efficaces du pays.
Outre son impressionnant rendement offensif, KR/PR Deebo Samuel se sait encore plus attendu sur retour de coup de pied. Son bilan 2017 dans cet exercice est monstrueux : 2 ballons touchés, 194 yards, 2 touchdowns. S’il parvient à rester en forme, la fin d’éligibilité de l’ancien retourneur Chris Lammons devrait passer inaperçu. Sur les kickoffs, Will Muschamp s’est laissé des options, avec les possibles apparitions de KR Rashad Fenton ou KR A.J. Turner.

Calendrier

A première vue, le programme de USC est assez favorable. Avec Coastal Carolina, Marshall, Vanderbilt et Kentucky comme adversaires au mois de septembre, les Gamecocks ont de quoi démarré sur de bonnes bases. Mais la réception de Georgia, le 8 septembre, dès la deuxième semaine de saison régulière, aura clairement des allures de tests. La suite du calendrier n’a rien de délirant : réception de Missouri, Texas A&M, Tennessee et Chattanooga ainsi que des déplacements à Ole Miss, Florida et l’ennemi juré, Clemson, en baisser de rideau.

Embed from Getty Images

Match clé
à Florida, le 10 nevembre
Une rencontre importante à plus d’un titre. Forcément, le (deuxième) retour de Will Muschamp au Swamp vaudra le détour, d’autant qu’il s’y présente cette fois avec un groupe plus que solide. Au-delà des simples considérations personnelles, ce match pourrait tout simplement déterminer le principal challenger de Georgia dans la division SEC Est. Voisins, ces deux programmes sont même presque cousins, ayant connu des formateurs communs, à l’image de Steve Spurrier. Enfin, sur le papier, le matchup fait rêver entre l’imposante escouade de receveurs des Gamecocks face à une force habituelle des Gators : le backfield défensif et plus spécifiquement, le poste de cornerback.

Conclusion

Un groupe qui arrive à maturité, une dynamique constante, un calendrier plus qu’abordable … Sur le papier, South Carolina a les armes pour se mêler jusqu’au bout aux premiers rôles de la division SEC Est. Créer un upset contre Georgia, d’entrée, pourrait même donner plus d’espoir au groupe de Will Muschamp, qui peut raisonnablement espérer faire mieux qu’en 2017, en visant au moins neuf victoires en saison régulière. Une qualification en bowl majeur n’aurait rien de farfelu non plus, dans une conférence SEC resserrée et à même d’équilibrer les bilans de chacun.

Trailer

Lire la suite

Preview

Preview 2018 : conférence SEC

Avec deux programmes au National Championship l’an passé et un 5ème titre national pour Alabama en 9ans, la conférence SEC a fait taire ses détracteurs en réaffirmant qu’elle est la meilleure conférence du pays.

Publié

le

Crédit photo : Kevin C. Cox/Getty Images

Si la Big Ten a passé une partie de la saison dernière à s’auto-proclamer meilleure conférence du pays, lorsque le mois de janvier est arrivé, ce sont bien deux programmes de la SEC qui étaient opposés lors du National Championship. Froide réalité.

L’absence des champions de la Big Ten (Ohio State) et de la Pac-12 (USC) en College Football Playoff ont semé la controverse, en décembre dernier, mais les démonstrations d’Alabama et de Georgia en demi-finale nationale ont démontré que le comité de sélection avait eu raison offrant ainsi à tous les fans de College Football un match au final d’anthologie. Alabama a remporté son 5ème titre de champion national en 9 ans et le Crimson Tide sera encore le grand favori en 2018… avec les Bulldogs de Georgia dans son sillage.

Prédictions 2018 dans la conférence SEC

Champion 2018 : Alabama.
Champion de division East : Georgia.
Champion de division West : Alabama.
MVP : QB Drew Lock, Missouri.
Meilleur joueur offensif : QB Tua Tagovailoa, Alabama.
Meilleur joueur défensif : LB Devin White, LSU.
Freshman de l’année : CB Tyson Campbell, Georgia.
Prospects NFL à suivre : QB Drew Lock (Missouri), WR AJ Brown (Ole Miss), OT Jonah Williams (Alabama), OL Greg Little (Ole Miss), DL Jeffery Simmons (Mississippi State), DL Raekwon Davis (Alabama), DE Marlon Davidson (Auburn), DT Derek Brown (Auburn), DE Cece Jefferson (Florida), DE Jonathan Ledbetter (Georgia).

Du 14 août au 22 août 2018, The Blue Pennant vous proposera des présentations des principaux programmes de la conférence SEC :
– Alabama Crimson Tide.
– Auburn Tigers.
– Florida Gators.
– Georgia Bulldogs.
– LSU Tigers.
– Mississippi State Bulldogs.
– Ole Miss Rebels.
– South Carolina Gamecocks.
– Texas A&M Aggies.
– Tennessee Volunteers.

Tour d’horizon dans la conférence SEC

Saban pour un 7ème titre ?

À peine les confettis étaient ramassés sur le terrain du Mercedes-Benz Stadium d’Atlanta que le programme d’Alabama faisait face à l’incertitude. Les coordinateurs offensifs (Brian Daboll) et défensifs (Jeremy Pruitt) allaient plier bagages et plus d’une douzaine de titulaires allaient faire le saut chez les pros de la NFL. Puis, pour la première fois depuis une éternité, Alabama n’assemblera pas la meilleure promotion de recrues du pays, ni même de la SEC. Lorsque septembre arrivera, le Crimson Tide sera bien différent de celui qui a débuté la saison passée. Pourtant, qu’on ne s’y trompe pas. Quand les polls de pré-saison seront publiés, c’est bien le Crimson Tide que retrouverez #1. La raison ? Nick Saban et son « process ».

Embed from Getty Images

S’il parvient à conserver le titre national remporté la saison dernière, le coach du Crimson Tide égalera le record de la légende Bear Bryant avec 6 titres nationaux remportés à Alabama. Mais il deviendra le coach le plus titré de l’Histoire du College Football, lui qui a également gagné un titre à LSU (en 2003). Bear Bryant a mis 19 ans pour réussir un tel exploit (avec 2 titres encore contestés). Nick Saban pourrait remporter un 6ème titre… en 10 ans ! À lui seul, il possède aujourd’hui plus de titres nationaux que l’ensemble de tous les autres coachs de l’élite du College Football encore en activité. En remportant un titre supplémentaire, il mettrait fin à tout débat. Il sera le G.O.A.T.

La valse des coachs

Les attentes sont toujours substantielles dans la SEC; c’est donc sans surprise que les directions athlétiques sont impatientes et que la moindre saison décevante est souvent sanctionnée par des changements dans le coaching staff.

Deux puissances de la SEC ont ainsi fait le ménage : Tennessee a mis fin à la galère Butch Davis tandis que Jim McElwain a été remercié à Florida. Après des recherches chaotiques, les Volunteers ont finalement trouvé en Jeremy Pruitt (ex-coordinateur défensif d’Alabama) celui qui doit relancer un programme qui n’a plus remporté sa division East depuis 2007. À Florida, Dan Mullen (ex-Mississippi State) fait son retour chez les Gators après avoir été celui qui a développé un certain… Tim Tebow.

Après l’échec Kevin Sumlin, les Aggies de Texas A&M ont sorti le carnet de chèques (75 millions de $ sur 10 ans) pour aller débaucher Jimbo Fisher à Florida State. Mississippi State a mis la main sur l’assistant-coach le plus convoité de l’intersaison, Jim Moorhead (ex-Penn State), pour succéder à Dan Mullen. Ole Miss a confirmé Matt Luke dans ses fonctions (il assurait l’intérim après le renvoi de Hugh Freeze) et Arkansas a tourné la page Bret Bielema pour entamer une mini-Révolution en engageant Chad Morris (ex-SMU) et son attaque spread. On vous l’a dit : une vraie valse !

L’année des quarterbacks ?

OK. On vous a déjà fait le coup l’an passé… mais cette saison, on vous le jure, c’est bien « The Year of Quarterbacks » dans la SEC ! 12 des 14 programmes pourront compter sur leur quarterback titulaire de l’an passé et plusieurs d’entre-eux sont déjà sur la liste des candidats au trophée Heisman. On n’a pas vu ça dans la SEC depuis des lustres.

Embed from Getty Images

Le senior QB Drew Lock (Missouri) a terminé #1 du pays avec 44 TD à la passe ce qui lui a valu une sélection dans l’équipe All-SEC. Pour plusieurs observateurs, il est le quarterback le plus « NFL-Ready » du pays. Si un autre joueur peut lui tenir la comparaison, il s’agit du senior QB Jarrett Stidham. Coéquipier modèle et combatif, il a réussi sa transition entre Baylor et Auburn. Mais il n’est pas du tout impossible qu’à la fin de la saison, le trophée de champion national soit soulevé par le sophomore QB Jake Fromm (bilan de 12-2 comme titulaire à Georgia). À ceux qui doutaient de sa capacité à élever son niveau de jeu dans les moments cruciaux, il a répondu par deux fantastiques performances lors du Rose Bowl et en finale nationale. Finalement, il a été privé du titre par un autre phénomène freshman, QB Tua Tagovailoa. Héroïque en 2ème mi-temps du dernier National Championship, il a pris le relais d’un QB Jalen Hurts en déroute avant d’offrir le titre de champion à Alabama grâce à 3 passes de TD après la pause.

Mais le talent est aussi du côté de Mississippi State avec le dual-threat QB Nick Fitzgerald. QB Jake Bentley (South Carolina), QB Kyle Shurmur (Vanderbilt) et QB Jordan Ta’amu (Ole Miss) sont également de retour après de convaincantes saisons 2017. À Texas A&M, Jimbo Fisher pourrait transformer QB Nick Starkel (ou QB Kellen Mond) en un solide leader. Même Tennessee pourrait être compétitif au poste de quarterback grâce au transfert du senior QB Keller Chryst (ex-Stanford) !

Nos prédictions

Division East

Champion de la division en 2017 grâce à une défense étouffante, à un jeu au sol dévastateur et à un QB true freshman sensationnel (Jake Fromm), Georgia sera favori pour conserver son titre cette saison, et ce, malgré la perte de 7 titulaires en défense. Le talent est partout en attaque et avec l’aide de la meilleure promotion de recrues du pays en 2018, les Bulldogs semblent un ton au-dessus des trois outsiders : Florida, South Carolina et Missouri.

Florida avait représenté la division en finale de conférence en 2015 et 2016 mais les déboires de l’attaque des Gators et une saison 2017 catastrophique ont été fatales à coach McElwain remplacé par Dan Mullen (ex-Mississippi State). Missouri peut compter sur le meilleur QB de la conférence, QB Drew Lock, tandis que South Carolina pourrait avoir l’une des meilleures attaques de la conférence. Tennessee entame sa reconstruction avec un nouveau coach.

1. Georgia Bulldogs

En 2017 : 13-2, 7-1 SEC. Champion de conférence.
Prédiction : 11-2, 7-1 SEC.
Match décisif : à LSU, 13 octobre.
Joueurs-clés partis : QB Jacob Eason, RB Nick Chubb, RB Sony Michel, WR Javon Wims, OT Isaiah Wynn, ILB Roquan Smith, OLB Lorenzo Carter, LB Davin Bellamy.
Joueurs à suivre : QB Jake Fromm, RB D’Andre Swift, WR Demetris Robertson, WR Terry Godwin, WR Riley Ridley, DT Julian Rochester, DL Jonathan Ledbetter, CB Deandre Baker, S J.R. Reed.
Future star : RB Zamir White.

Embed from Getty Images

Quelques mois après avoir manqué de peu de remporter leur premier titre de champion national depuis 1980, les Bulldogs seront encore dans la course en 2018. Certes, le départ pour la NFL de ILB Roquan Smith laisse un trou béant au sein d’une défense qui a limité ses adversaires à 16.4 points en moyenne l’an dernier mais le coeur expérimenté de cette escouade est de retour pour encadrer la meilleure promotion de recrues du pays en 2018. QB Jake Fromm a réussi une saison freshman sensationnel forçant le titulaire, QB Jacob Eason, sur le banc. Pourtant, son statut de QB#1 pourrait être contesté par le phénoménal true freshman 5-étoiles QB Justin Fields. Quelque soit le quarterback titulaire, il bénéficiera du soutien d’un backfield offensif en or (D’Andre Swift, Elijah Holyfield) et d’un groupe de receveurs ultra-talentueux (Tony Godwin, Demetris Robertson, Nicole Herdman, Riley Ridley). Si Georgia parvient à éviter les contre-performances inattendues, le duel face à Auburn (10 novembre) pourrait être le seul obstacle vers une saison régulière invaincue.

2. Florida Gators

En 2017 : 4-7, 3-5 SEC.
Prédiction : 8-4, 5-3 SEC.
Match décisif : contre Georgia, le 27 octobre.
Joueurs-clés partis : WR Antonio Callaway, DT Taven Bryan, DB Duke Dawson, K Eddy Pineiro, P Johnny Townsend.
Joueurs à suivre : RB Jordan Scarlett, RB Lamical Perine, WR Van Jefferson, WR Tyrie Cleveland, DE Cece Jefferson, DB Chauncey Gardner-Johnson, CB Marco Wilson, CB C.J. Henderson.
Future star : CB Marco Wilson.

Embed from Getty Images

Les Gators ont réussi l’un des plus beaux coups de l’intersaison en engageant le convoité Dan Mullen (ex-Mississippi State) au poste de head coach. Florida s’attend à des résultats immédiats. Malgré un total de 4 petites victoires remportées l’an dernier, le talent reste important dans tous les secteurs de l’effectif. Bien que Dan Mullen est avant tout un stratège offensif, c’est par la défense que les Gators devraient construire leurs succès en 2018. Six titulaires sont de retour dont DL Cece Jefferson (blessé en début de saison) et LB David Reese. La ligne défensive et le backfield défensif sont parmi les meilleurs de la conférence SEC. Offensivement, le chantier est plus grand. Depuis 5 ans, les Gators font partie des plus mauvaises attaques de la conférence SEC (335.9 yards en 2017, #110 du pays). Toutefois, deux running backs expérimentés (Jordan Scarlett, Lamical Perine) et un quarterback au talent indiscutable (Feleipe Franks) pourraient permettre l’émergence d’une attaque retrouvée. Un calendrier plutôt favorable fera l’affaire de Dan Mullen qui tentera de doubler le nombre de victoires par rapport à l’an dernier.

3. Missouri Tigers

En 2017 : 7-6, 4-4 SEC.
Prédiction : 7-5, 4-4 SEC.
Match décisif : contre Georgia, le 22 septembre.
Joueurs-clés partis : RB Ish Witter, WR J’Mon Moore, DE Marcell Frazier, S Anthony Sherrils, S Kaleb Prewett.
Joueurs à suivre : QB Drew Lock, RB Damarea Crockett, WR Emmanuel Hall, TE Albert Okwuegbunam, RT Paul Adams, DT Terry Beckner, LB Cale Garrett, LB Terez Hall.
Future star : DL Jordan Elliott.

Embed from Getty Images

En 2017, peu d’équipes ont connu un tel renversement de situation en milieu de saison. La question que tout le monde se pose : est-ce que cela peut durer ? Offensivement, tous les voyants sont au vert. QB Drew Lock est fidèle au poste pour diriger une escouade qui devra trouver un successeur au receveur J’Mon Moore (WR Emmanuel Hall ?). Cependant, cette attaque aura peut-être une période d’adaptation suite au départ du coordinateur offensif Josh Heupel à UCF. Son remplaçant, Derek Dooley, pourra compter sur le sous-estimé junior RB Damarea Crockett. Défensivement, les Tigers ont connu des hauts et des bas mais les 42 points accordés en moyenne contre des équipes qualifiées à un bowl a de quoi inquiéter. Le poste de defensive end, habituellement une force du programme, est particulièrement préoccupant. Toutefois, Missouri a tout d’une équipe du Top 25. Si les Tigers conservent le momentum de la fin de saison régulière 2017, ils seront en lutte pour la 2ème place dans la division SEC East.

4. South Carolina Gamecocks

En 2017 : 9-4, 5-3 SEC.
Prédiction : 7-5, 4-4 SEC.
Match décisif : contre Missouri, le 6 octobre.
Joueurs-clés partis : TE Hayden Hurst, DT Taylor Stallworth, LB Skai Moore, DB Chris Lammons, S D.J. Smith.
Joueurs à suivre : QB Jake Bentley, WR Deebo Samuel, WR Bryan Edwards, OL Zack Bailey, LB Bryson Allen-Williams, CB Rashad Fenton.
Future star : LB Rosendo Louis.

Embed from Getty Images

Les Gamecocks ont été chanceux l’an dernier gagnant 6 matchs par moins de 8 points grâce à l’opportunisme de leur défense (différentiel de turnovers de +11). Répéter un tel exploit en 2018 est quasi-inespéré pour la troupe de coach Will Muschamp. Mais il n’en aura peut-être pas besoin. L’attaque expérimentée de South Carolina (8 titulaires de retour), désormais dirigé par le coordinateur offensif Bryan McClendon et ses systèmes accélérés, peut compter sur un trio de playmakers fantastiques (QB Jake Bentley, WR Deebo Samuel, WR Bryan Edwards). L’exécution offensive sera cruciale car la défense a perdu des éléments-clés durant l’intersaison. Le backfield défensif est notamment inquiétant. Si Bryan McClendon trouve le bon rythme rapidement, le plateau des 9 victoires est accessible.

5. Tennessee Volunteers

En 2017 : 4-8, 0-8 SEC.
Prédiction : 6-6, 3-5 SEC.
Match décisif : contre Kentucky, le 10 novembre.
Joueurs-clés partis : RB John Kelly, TE Ethan Wolfe, OL Jashon Robertson, CB Rashaan Gaulden, P Trevor Daniel.
Joueurs à suivre : QB Keller Chryst, RB Ty Chandler, WR Jauan Jennings, WR Brandon Johnson, WR Marquez Callaway, OL Trey Smith, NT Shy Tuttle, LB Darrin Kirkland, LB Daniel Bituli, FS Nigel Warrior.
Future star : RB Ty Chandler.

Embed from Getty Images

Pour la première fois de leur Histoire, les Volunteers n’ont pas gagné le moindre match de conférence SEC en une saison au terme d’une campagne 2017 chaotique. Pour succéder à Butch Jones, l’ancien coordinateur défensif d’Alabama, Jeremy Pruitt, a été embauché au poste de coach principal après des tergiversations non-moins chaotiques. Il hérite d’une équipe avec de nombreuses interrogations des deux côtés du ballon. Et pour ne rien arranger, le calendrier des Vols est l’un des plus compliqué de la conférence SEC. La défense a souffert l’an dernier, particulièrement contre la course (251.3 yards accordés au sol, #126 du pays). Le passé de Jeremy Pruitt et le retour de LB Darrin Kirkland pourrait améliorer ce secteur de jeu… mais c’est toujours l’incertitude dans les tranchées et dans le backfield défensif. La ligne offensive a appris une bonne nouvelle avec le retour sur les terrains du prometteur OT Trey Smith. L’ajout de QB Keller Chryst (ex-Stanford) et le retour en grâce de WR Jauan Jennings sont également des points positifs pour une attaque aux abonnés absents la saison dernière (19.8 points en moyenne par match, #118 du pays)

6. Kentucky Wildcats

En 2017 : 7-6, 4-4 SEC.
Prédiction : 5-7, 2-6 SEC.
Match décisif : contre South Carolina, le 29 septembre.
Joueurs-clés partis : QB Stephen Johnson, WR Garrett Johnson, OT Kyle Meadows, LB Courtney Love, K Austin MacGinnis.
Joueurs à suivre : QB Terry Wilson, RB Benny Snell, WR Tavin Richardson, WR Dorian Baker, TE CJ Conrad, LB Jordan Jones, LB Josh Allen, CB Derrick Baity, S Mike Edwards.
Future star : QB Terry Wilson.

Embed from Getty Images

L’an passé, Kentucky était à deux jeux – face à Florida et Ole Miss – de remporter un total de 6 victoires en match de conférence SEC ! La mauvaise nouvelle : les Wildcats débuteront la saison 2018 après avoir perdu 4 de leurs 5 derniers matchs de la saison dernière. Pire : Kentucky commencera l’année sans un seul QB ayant pris un snap dans l’élite du College Football. Tous les espoirs seront mis entre les mains de l’ancien Duck d’Oregon, QB Terry Wilson, qui arrive du Junior College et de RB Benny Snell dont l’objectif est toujours de réécrire les livres d’Histoire de l’université. L’inquiétude est plus importante du côté des receveurs suite au départ de Garrett Johnson. Avec 8 titulaires de retour, la défense devrait démontrer certains progrès. Si le poste de quarterback parvient à afficher une certaine stabilité, les Wildcats pourraient participer à un bowl pour une 3ème année consécutive.

7. Vanderbilt Commodores

En 2017 : 5-7, 1-7 SEC.
Prédiction : 4-8, 1-7 SEC.
Match décisif : contre Tennessee, le 24 novembre.
Joueurs-clés partis : RB Ralph Webb, WR Trent Sherfield, DT Nifae Lealao, LB Oren Burks, S Ryan White.
Joueurs à suivre : QB Kyle Shurmur, RB Ke’Shawn Vaughn, WR Kalija Lipscomb, RG Bruno Reagan, DE Dare Odeyingbo, LB Charles Wright, CB JoeJuan Williams, S LaDarius Wiley.
Future star : TE Ben Bresnahan.

Embed from Getty Images

Après une fin de saison 2016 prometteuse, tout s’est écroulé pour Vanderbilt en 2017. Les Commodores ont été dominés par près de 125 yards en moyenne en match de conférence. Certes, QB Kyle Shurmur (26 TD à la passe l’an dernier) est de retour mais ce n’est pas le cas de RB Ralph Webb et des trois meilleurs receveurs de l’équipe. Les nouveaux-venus RB Ke’Shawn Vaughn et WR Alex Stump devront contribuer de façon immédiate. Vanderbilt a accordé près de 7 yards par jeu en match de conférence SEC… coach Derek Mason a donc donné les responsabilités du play-calling à son ancien collègue de Stanford, Jason Tarver. L’escouade défensive a beaucoup souffert contre le jeu au sol en 2017 et semblait incapable de créer des turnovers (9 seulement l’an passé). Avec seulement 4 titulaires de retour ce côté du ballon, les espoirs de participation à un bowl sont assez minces.

Division West

Auburn a surpris tout le monde en remportant la redoutable division West en battant Alabama et Georgia au mois de novembre. Les Tigers se sont finalement effondrés en finale de conférence face à Georgia. La troupe de coach Malzahn tentera de défendre son titre de division tandis qu’Alabama cherchera à conserver son titre… national !

Malgré le départ de 14 titulaires, le Crimson Tide reste la référence de la division et de la conférence. Sa défaite dans l’Iron Bowl l’a privé de SEC Championship Game en 2017 mais coach Nick Saban a pris sa revanche en s’imposant face à Georgia en finale nationale. Avec une attaque redoutable menée et une défense bourrée de talent, Alabama est le grand favori pour reconquérir son bien.

Auburn et Mississippi State semblent les mieux armés pour contester la suprématie du Crimson Tide. L’arrivée de Jimbo Fisher à Texas A&M devrait relancer les Aggies mais il faudra patienter avant de les voir se mêler à la lutte au titre. LSU chercher toujours son attaque.

1. Alabama Crimson Tide

En 2017 : 13-1, 7-1 SEC. Champion national.
Prédiction : 13-0, 8-0 SEC. Champion de conférence.
Match décisif : contre Auburn, le 24 novembre.
Joueurs-clés partis : WR Calvin Ridley, DL Da’Ron Payne, ILB Rashaan Evans, S Ronnie Harrison, DB Minkah Fitzpatrick.
Joueurs à suivre : QB Tua Tagovailoa, RB Damien Harris, RB Najee Harris, WR Jerry Jeudy, WR Henry Ruggs, OL Jonah Williams, C Ross Pierschbacher, DL Raekwon Davis, LB Mack Wilson, LB Dylan Moses, LB Anfernee Jennings.
Future star : WR Jerry Jeudy.

Embed from Getty Images

Grosse surprise : le Crimson Tide d’Alabama est le grand favori pour remporter un 6ème titre de champion national en 10 ans. Vainqueur du dernier National Championship Game, l’équipe de coach Saban est bourrée de talent en défense mais c’est peut-être en attaque que le champion national est le plus prometteur en raison de l’émergence du sophomore QB Tua Tagovailoa. Effrayant. Le quarterback hawaiien est peut-être le meilleur joueur recruté par Nick Saban à ce poste. Pour favoriser son développement, il aura pour cible un trio de receveurs prêts à tout casser (Jerry Jeudy, Henry Ruggs III, Davonta Smith) en succession de Calvin Ridley. Comme d’habitude, le backfield offensif est dense (Damien Harris, Najae Harris) et la ligne offensive est la meilleure de la conférence SEC. Défensivement, DL Da’Ron Payne sera regretté et le secondary est en reconstruction mais le talent des jeunes pousses parait inépuisable. Les ambitions de Nick Saban de remporter un 6ème titre à Tuscaloosa sont intacts et il faudra encore être très fort pour écarter cette équipe d’Alabama.

2. Auburn Tigers

En 2017 : 10-4, 7-1 SEC.
Prédiction : 10-2, 6-2 SEC.
Match décisif : à Alabama, le 24 novembre.
Joueurs-clés partis : RB Kerryon Johnson, DE Jeff Holland, OL Austin Golson, S Tray Matthews, PK Daniel Carlson.
Joueurs à suivre : QB Jarrett Stidham, WR Darius Slayton, WR Ryan Davis, DE Marlon Davidson, DT Derrick Brown, LB TD Moultry, LB Deshaun Davis, LB Darrell Williams, CB Jamel Dean, K Anders Carlson.
Future star : K Anders Carlson.

Embed from Getty Images

Les Tigers d’Auburn ont réussi l’impensable en 2017 : mettre un terme au règne d’Alabama sur la division SEC West… avant de perdre les deux matchs les plus importants de leur saison face à Georgia (finale de conférence) et face à UCF (Peach Bowl). Pour se maintenir au top, coach Malzahn devra remplacer des joueurs-clés des deux côtés du ballon. Pour sa 2ème saison à la tête de l’attaque, QB Jarrett Stidham sera privé du soutien de RB Kerryon Johnson et évoluera derrière une ligne offensive remaniée. Les groupes de running backs (Kam Martin, JaTarvious Whitlow) et de receveurs (Ryan Davis, Darius Slayton, Nate Craig-Myers) sont prometteurs. En défense, DE Jeff Holland et CB Carlton Davis, deux jouers partis pour la NFL, laissent un trou béant. Mais Auburn a un point commun avec le rival Alabama : le talent est inépuisable sur le ligne défensive et le second rideau. À l’inverse de l’an dernier, le calendrier des Tigers ne leur est pas favorable en 2018 (deux déplacements à Georgia et à Alabama). Toutefois, tout pourrait se jouer dans l’Iron Bowl. Encore une fois.

3. Mississippi State Bulldogs

En 2017 : 9-4, 4-4 SEC.
Prédiction : 9-3, 5-3 SEC.
Match décisif : à LSU, le 20 octobre.
Joueurs-clés partis : WR Donald Gray, OT Martinas Rankin, LB Dez Harris, CB Tolando Cleveland, P Logan Cooke.
Joueurs à suivre : QB Nick Fitzgerald, RB Aeris Williams, RG Darryl Williams, DE Montez Sweat, DL Jeffery Simmons, DE Gerri Green, LB Erroll Thompson, SS Mark McLaurin.
Future star : WR Stephen Guidry.

Embed from Getty Images

Fraichement arrivé de Penn State, coach Joe Moorehead bénéficiera d’une situation idéale pour sa première saison chez les Bulldogs : 16 titulaires sont de retour dans une équipe qui a terminé la saison dernière avec un bilan de 9-4. Sa première priorité : dessiner une attaque autour du dynamique QB Nick Fitzgerald. Le quarterback senior était classé #3 de la SEC pour le nombre de yards offensifs et il sera de retour à 100% après avoir subi une sévère blessure de la cheville lors de l’Egg Bowl. Il sera protégé par une excellente ligne offensive qui a permis à RB Aeris Williams d’atteindre le plateau des 1000 yards au sol l’an dernier. Avec un front seven quasi-inchangé, la défense devrait être capable de garder le rythme après avoir limité ses adversaires à 20.9 points par match en 2017. De plus Mississippi State bénéficie d’un calendrier favorable (réceptions de Florida, Auburn et Texas A&M). Ainsi, les Bulldogs pourraient très bien flirter avec les 10 victoires en 2018.

4. LSU Tigers

En 2017 : 9-4, 6-2 SEC.
Prédiction : 8-4, 5-3 SEC.
Match décisif : contre Mississippi State, le 20 octobre.
Joueurs-clés partis : QB Danny Etling, RB Derrius Guice, WR DJ Chark, C Will Clapp, DE Christian Lacouture.
Joueurs à suivre : QB Joe Burrow, WR Jonathan Giles, TE Foster Moreau, LB Garrett Brumfield, RG Ed Ingram, DT Rashad Lawrence, LB Devin White, CB Andreaz « Greedy » Williams, SS John Battle.
Future star : WR Jonathan Giles.

Embed from Getty Images

Habitués du Top 25, les Tigers semblent avoir des ambitions revues à la baisse à l’aube de cette saison 2018. Encore une fois, l’attaque est le sujet de toutes les discussions. Steve Ensminger a été promu de son rôle de coach des tight ends au poste de coordinateur offensif en remplacement de Matt Canada. Il a promis des progrès dans le jeu aérien. Les arrivées du senior QB Joe Burrow (ex-Ohio State) et de la star montante WR Jonathan Giles (ex-Texas Tech) pourraient enfin débloquer un secteur de jeu déficient depuis… une éternité ! Il le faudra car l’incertitude règne au niveau d’un backfield offensif orphelin de RB Derrius Guice. Défensivement, seuls 5 titulaires de l’an dernier sont de retour mais ce n’est pas le talent qui manque (LB Devin White, LB K’Lavon Chaisson, DB Andreaz Williams). Une baisse de performance n’est pas à attendre dans ce domaine. Le calendrier pourrait être fatal à LSU : match d’ouverture contre Miami, des déplacements à Texas A&M et Auburn et des matchs crossover contre Georgia et Florida. Ouch ! Ça sent la fin pour coach Ed Orgeron ?

5. Texas A&M Aggies

En 2017 : 7-6, 4-4 SEC.
Prédiction : 7-5, 4-4 SEC.
Match décisif : contre LSU, le 24 novembre.
Joueurs-clés partis : RB Keith Ford, WR Christian Kirk, WR Ramion Ratley, DT Zaycoven Henderson, S Armani Watts.
Joueurs à suivre : QB Nick Starkel, RB Trayveon Williams, WR Jhamon Ausbon, TE Jace Sternberger, DE Landis Durham, LB Tyrel Dodson, DB Donovan Wilson.
Future star : LB Anthony Hines.

Embed from Getty Images

Comme l’a démontré les 75 millions de $ sur 10 ans accordés à coach Jimbo Fisher (ex-Florida State), Texas A&M met les moyens pour – enfin – briller dans la division SEC West. Sous les ordres de Fisher, les Seminoles ont atteint le plateau des 10 victoires à 6 reprises lors des 8 dernières années. C’est le type de succès attendu à College Station et un impact immédiat de l’ancien Seminole est attendu dès 2018. L’an passé, les Aggies ont fait confiance en la jeunesse à des postes clés. Cette expérience pourrait payer sous la direction du nouveau coordinateur défensif Mike Elko (ex-Notre Dame). Vrai stratège offensif, Jimbo Fisher devrait permettre à l’attaque de rester compétitive malgré la perte du playmaker WR Christian Kirk. Les Aggies n’auront pas le droit d’avoir du retard à l’allumage avec des matchs contre Clemson et Alabama en septembre. Cependant, si ce groupe jeune et talentueux se développe comme attendu, Texas A&M peut viser une place dans le Top 25 final au terme de cette saison.

6. Ole Miss Rebels

En 2017 : 6-6, 3-5 SEC.
Prédiction : 5-7, 1-7 SEC.
Match décisif : contre Mississippi State, le 22 novembre.
Joueurs-clés partis : QB Shea Patterson, RB Jordan Wilkins, WR Van Jefferson, DE Marquis Haynes, DL Breeland Speaks, LB Demarquis Gates.
Joueurs à suivre : QB Jordan Ta’amu, WR AJ Brown, WR DK Metcalf, WR DeMarkus Lodge, LT Greg Little, C Sean Rawlings, DT Benito Jones, CB Ken Webster, S Zedrick Woods.
Future star : DB Vernon Dasher.

Embed from Getty Images

Malgré le scandale qui a amené au renvoi du coach Hugh Freeze quelques jours avant le début de la saison, coach Matt Luke a démontré sa capacité de diriger un programme FBS. Personne ne s’attendait à ce qu’Ole Miss remporte 6 victoires en 2017. Comme l’an passé, le défi de Matt Luke sera de motiver son équipe malgré la suspension de bowl en fin d’année. L’attaque devrait continuer d’inscrire beaucoup de points au tableau d’affichage en raison de la présence de l’un des meilleurs groupes de receveurs du pays (AJ Brown, DeKaylin Metcalf, DeMarkus Lodge) et de l’étonnant QB Jordan Ta’Amu. Ce secteur offensif pourrait même être inarrêtable si un successeur de RB Jordan Wilkins peut émerger rapidement. Finalement, le destin des Rebels en 2018 est entre les mains d’une défense qui s’est fait marcher dessus en match de conférence l’an dernier (270.5 yards au sol accordés en moyenne par match !). Si le front seven parvient à resserrer les rangs, Ole Miss pourrait être la belle surprise de la saison dans la SEC.

7. Arkansas Razorbacks

En 2017 : 4-8, 1-7 SEC.
Prédiction : 5-7, 1-7 SEC.
Match décisif : contre Ole Miss, le 13 octobre.
Joueurs-clés partis : QB Austin Allen, RB David Williams, C Frank Ragnow, NG Bijhon Jackson, CB Henre’ Toliver.
Joueurs à suivre : OG Hjalte Froholdt, DL McTelvin Agim, DE Randy Ramsey, LB Dre Greenlaw, LB De’Jon Harris, CB Ryan Pulley, FS Santos Ramirez.
Future star : DE Gabe Richardson.

Embed from Getty Images

Arkansas est un programme en transition. L’attaque innovante du nouveau coach principal, Chad Morris, prendra du temps à s’installer mais le recrutement dans le Texas réussi par l’ancien de SMU devrait aider les Razorbacks à réduire la période d’adaptation entre un système pro-style et des schémas de type « spread ». Arkansas est toujours à la recherche d’un QB#1 qui devra évoluer derrière une ligne poreuse l’an dernier. Ainsi, l’attaque devra miser sur son excellent duo de running backs (Devwah Whaley, Chase Hayden). Défensivement, les Razorbacks ont terminé bon dernier dans la SEC pour la 3ème année consécutive. Toutefois, le nouveau coordinateur défensif, John Chavis, comptera sur le retour de 7 titulaires. Un calendrier avantageux devrait permettre à Arkansas de limiter les dégâts mais il faudra de la patience avant de revoir les Razorbacks dans un bowl game.

Lire la suite
Publicité

Preview 2018

Previewil y a 19 heures

Preview 2018 : Florida Gators

Le retour de coach Dan Mullen chez les Gators a ramené l'espoir au sein d'un programme de Florida qui sera...

Previewil y a 2 jours

Preview 2018 : Georgia Bulldogs

En deux saisons seulement, les Bulldogs de Georgia sont devenus les plus sérieux concurrents du Crimson Tide d'Alabama qu'ils espèrent...

Previewil y a 2 jours

Preview 2018 : South Carolina Gamecocks

En pleine ascension depuis l'arrivée de Will Muschamp sur le campus de Columbia en 2016, les Gamecocks de South Carolina...

Previewil y a 3 jours

Preview 2018 : conférence SEC

Avec deux programmes au National Championship l'an passé et un 5ème titre national pour Alabama en 9ans, la conférence SEC...

Previewil y a 4 jours

Preview 2018 : Arizona Wildcats

Propulsés par le sensationnel quarterback dual-threat, QB Khalil Tate, qui évoluera sous la direction du nouveau venu, coach Kevin Sumlin,...

Previewil y a 5 jours

Preview 2018 : UCLA Bruins

Après 20 ans de disette, les fans de UCLA espèrent que l'arrivée de coach Chip Kelly redorera le blason de...

Previewil y a 6 jours

Preview 2018 : USC Trojans

Champions de conférence Pac-12 en titre, les Trojans de USC ont dit au revoir à Sam Darnold et ont désormais...

Previewil y a 1 semaine

Preview 2018 : Oregon Ducks

Sous l'impulsion d'un QB Justin Herbert remis de blessure et d'une défense dirigée par le stratège Jim Leavitt, les Ducks...

Previewil y a 1 semaine

Preview 2018 : Washington Huskies

Deux ans après leur titre de champion de conférence Pac-12, les Huskies sont armés comme jamais avec le retour du...

Previewil y a 1 semaine

Preview 2018 : Stanford Cardinal

Porté par le retour du senior RB Bryce Love et l'éclosion de QB K.J. Costello, le Cardinal de Stanford peut-il...

Articles les plus lus